Le tueur de Twitter – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Le tueur de Twitter

Le JAPON est en proie à une vague de tueurs en série qui repousse et intrigue sa population.

La « veuve noire » Chisako Kakehi vient d’être condamnée à mort, après qu’un système de billetterie ait été utilisé pour faire asseoir des foules énormes faisant la queue pour assister à son procès devant le tribunal du district de Kyoto.Kakehi, 70 ans, était, après tout, la plus inoffensive des tueurse en série, une veuve imprimeuse de tissus devenue trader boursier en faillite d’Osaka.La fascination du public pour la manière dont la vieille propriétaire d’une société de t-shirts a pu réussir à empoisonner trois hommes et en a tenté un quatrième, au cyanure, a maintenu l’intérêt à un niveau élevé. Le Japon a l’un des taux de criminalité les plus bas du monde, il n’était donc pas prêt à recevoir d’autres nouvelles de morts en masse. En juillet de l’année dernière, un ancien employé d’une maison de soins pour handicapés a tué 19 personnes et en a blessé plus de 20 lors d’une attaque au couteau dans ce qui est considéré comme la tuerie la plus meurtrière de l’après-guerre au Japon.Début octobre, la police a arrêté un homme qui aurait tué sa femme et ses cinq enfants et mis le feu à leur maison. Il y a deux ans, un homme a tué cinq personnes, dont des parents et des voisins, lors d’une fusillade au couteau dans l’ouest du Japon. Mais à la fin du mois dernier, alors que le procès pour meurtre de la veuve noire se poursuivait, des détails macabres sur un tueur en série encore plus prolifique ont fait la une des journaux.

La police a été appelée dans un appartement de Zama, une banlieue calme du sud-ouest de Tokyo, à la recherche d’Aiko Tamura, 23 ans, qui avait été portée disparue. Les voisins avaient remarqué une odeur nauséabonde provenant de l’immeuble, mais n’avaient pas alerté les autorités. À l’intérieur de l’appartement, la police a trouvé des restes humains découpés, stockés dans des glacières de pique-nique et recouverts de ce qui semblait être de la litière pour chat. Certaines des parties démembrées étaient coupées jusqu’à l’os et sécrétées dans des boîtes à outils. En tout, les policiers ont découvert deux têtes, bras et jambes sectionnés parmi un total de 240 morceaux d’os. La police a également trouvé une scie qui, selon eux, a servi à découper les corps. L’appartement, situé dans un quartier résidentiel indéterminé près d’une gare, a été surnommé la « maison des horreurs ».

Les policiers ont arrêté le locataire Takahiro Shiraishi, 27 ans, qui avait déménagé deux mois auparavant du domicile de ses parents, à 2,5 kilomètres de là, dans la même banlieue. Le père de Shiraishi aurait contacté un agent immobilier local en disant : « Je veux que mon fils emménage tout de suite ». Le diplômé de 2009 avait mené une vie jusque-là peu remarquable, travaillant dans un supermarché pendant deux ans. Un bordel du quartier chaud de Kabukicho à Tokyo l’avait alors engagé comme « éclaireur » pour attirer les femmes dans l’industrie du sexe, mais il a été arrêté, condamné et, plus tôt cette année, condamné à une peine de prison avec sursis. Le 22 août de cette année, rapporte le Mainichi Daily, Shiraishi s’est installé dans l’appartement de Zama et a commencé à tuer presque immédiatement. Il a contacté des victimes potentielles via les médias sociaux, ciblant les femmes qui avaient exprimé le souhait de conclure un pacte de suicide via un site internet d’idées suicidaires. Lors de son arrestation, Shiraishi a immédiatement avoué le meurtre d’Aiko Tamura, qu’il a dit avoir rencontrée par le biais du site de suicide. Mais alors que la police passait au crible les cartes bancaires et autres objets trouvés dans l’appartement de Shiraishi, elle a commencé à ajouter à la liste des victimes. Ils ont fini par déterminer que les restes appartenaient à huit femmes et un homme. Trois lycéennes, dont une de 15 ans qui avait disparu en août, étaient portées disparues et on pense qu’elles faisaient partie des victimes de Shiraishi. Shiraishi est soupçonné d’avoir attiré des gens via Twitter, en leur disant qu’il pourrait les aider à planifier leur suicide et peut-être mourir avec eux.

Sur sa page Twitter, Shiraishi se qualifie de « pro de la pendaison » et dit vouloir aider les gens. Sur son profil Twitter, on pouvait voir une image manga d’un homme avec des cicatrices au cou et aux poignets, portant un noeud coulant, avec les mots : « Je veux aider les gens qui souffrent vraiment. S’il vous plaît, envoyez-moi un message à tout moment ». Il a vite découvert que ce qu’ils voulaient faire, c’était parler, plutôt que de mourir, mais il les a quand même tués. « Je n’avais pas du tout l’intention de me tuer. Aucune (des victimes) ne voulait vraiment mourir », a déclaré Shiraishi aux inspecteurs, selon la télévision Fuji. Il leur aurait donné de l’alcool ou des somnifères, puis les aurait étranglés jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent, puis les aurait pendus. Les médias japonais ont rapporté qu’une femme qui aurait pu devenir la prochaine victime de Shiraishi a entendu une femme gémir en arrière-plan lors d’une conversation téléphonique avec lui en octobre. « Il m’avait donné deux options. La première était qu’il me rende inconsciente en mettant du somnifère dans mon verre et qu’il m’étrangle ensuite avec une corde », a déclaré la femme du réseau Fuji. « L’autre était qu’il m’étrangle avec une corde par derrière pendant que je regarde la télévision ou autre chose. » « Si je l’avais rencontré, j’aurais peut-être été démembré comme les autres victimes. J’ai peut-être eu de la chance, mais je suis plutôt effrayée maintenant ». Selon la police japonaise, Shiraishi, qui a depuis avoué les meurtres, a volé des milliers de personnes à certaines de ses victimes et a peut-être aussi agressé sexuellement certaines d’entre elles. Il a déclaré aux inspecteurs qu’il avait tué des gens le jour où il les avait rencontrés. Bien qu’il ait mis trois jours pour démembrer sa première victime, il a été plus rapide avec la pratique. Shiraishi est en garde à vue en attendant que la police confirme l’identité de ses victimes présumées.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings