Criminalité

10 tueurs en série qui n’ont jamais été arrêtés

Les tueurs à l'origine de ces crimes terrifiants restent à ce jour non identifiés.

Si vous souhaitez vous empêcher de dormir tard le soir, pensez au fait que tous les tueurs en série ne se font pas attraper. En fait, certains des tueurs en série les plus terrifiants de tous les temps n’ont jamais été identifiés.

C’est le cas des meurtriers ci-dessous, qui, malgré les efforts concertés de la police, n’ont jamais été appréhendés. Du célèbre tueur du Zodiaque, qui narguait les médias avec des indices déroutants sur ses crimes, au tueur au torse de Cleveland, qui décapitait et démembrait ses victimes, découvrez ces tueurs en série effrayants qui n’ont jamais été arrêtés.


1. Redhead Murderer (Le meurtre des Rousses) , ou l’étrangleur de la Bible Belt

Où : Arkansas, Kentucky, Mississippi, Pennsylvanie, Tennessee
Quand : 1978-1992
Combien de victimes : 6-11

Les Redhead Murders sont une série de meurtres commis le long de la Bible Belt aux États-Unis dans les années 1980. Toutes les victimes, dont beaucoup n’ont jamais été identifiées, avaient les cheveux roux ou roussâtres. Beaucoup de leurs corps ont été jetés sur les grandes routes des États-Unis, ce qui a conduit les enquêteurs à penser que les victimes faisaient de l’auto-stop ou travaillaient dans l’industrie du sexe.

Le premier meurtre lié au tueur a eu lieu en 1983 près de Littleton, en Virginie occidentale. Un couple de personnes âgées a découvert par hasard le corps de la victime le long d’une des routes de la région. Les enquêteurs n’ont pas pu identifier la femme et n’ont pas pu non plus trouver de suspect. D’autres victimes, souvent rousses, sont apparues dans les États voisins au cours des années 80.

La dernière victime connue est Elizabeth Lamotte, dont le corps a été retrouvé en 1985 à Greeneville, dans le Tennessee, avec des traces de coups de couteau et de graves traumatismes par objet contondant. Parmi les victimes présumées, seules quatre ont été identifiées. La police a interrogé deux suspects en rapport avec les meurtres, mais la véritable identité du tueur n’a jamais été découverte.


2. Le Tueur du Zodiac

postimage

Où : Californie du Nord
Quand : 1960-1970
Combien : 5 morts confirmés, 2 blessés

Le tueur du Zodiaque a fasciné la nation à la fin des années 1960 et dans les années 1970, tant par la brutalité de ses crimes que par la façon dont il a joué avec les autorités et les médias. Il a envoyé de nombreuses lettres et cryptogrammes à la presse, défiant le public de déchiffrer ses énigmes et de l’attraper. Parmi les messages cryptés, un seul a été déchiffré, par un professeur d’histoire et sa femme. Il révèle que le Zodiac tue afin d’accumuler des esclaves pour sa vie après la mort.

Le tueur du Zodiaque a revendiqué 37 meurtres. Cependant, les enquêteurs ne s’accordent que sur sept attaques confirmées : un chauffeur de taxi et trois couples homme-femme différents. Sur les sept attaques, deux hommes ont survécu, ce qui porte à cinq le nombre officiel de victimes du Zodiaque.

Un certain nombre de livres et de films sur les crimes du tueur ont été publiés au fil des ans. Certains de ces ouvrages examinent l’affaire, tandis que d’autres, comme The Most Dangerous Animal of All de Gary L. Stewart, prétendent l’élucider. Néanmoins, officiellement, l’identité du tueur reste inconnue.


3. Les Meurtres à l’alphabet

Carmen Colón, Wanda Walkowicz et Michelle Maenza

: Rochester, NY
Quand : 1971-1973
Combien : 3

Au début des années 1970, trois jeunes filles ont été violées, puis étranglées dans les environs de Rochester, dans l’État de New York. Outre la manière dont elles sont mortes, ces jeunes filles avaient une chose en commun : leurs noms étaient allitérés.

Les corps des jeunes filles ont été abandonnés dans des villes commençant par la même lettre que leur nom. Carmen Colon a été abandonnée à Churchville, Michelle Maenza à Macedon et Wanda Walkowicz à Webster.

Un mode opératoire similaire a été observé chez le tueur en série californien Joseph Naso, qui a assassiné (une autre) Carmen Colon, Pamela Parsons, Roxene Roggasch et Tracy Tofoya. Une référence dans le journal de Naso à la mort d’une jeune fille dans les bois de Buffalo a conduit les enquêteurs à tester l’ADN de Naso par rapport à l’ADN trouvé sur les scènes de crime de Rochester. L’ADN ne correspondait pas.

Kenneth Bianchi, qui a ensuite commis les meurtres de l’Étrangleur de Hillside avec son cousin Angelo Buono Jr, était également soupçonné des meurtres de l’Alphabet. Originaire de Rochester, Bianchi vivait à Rochester à l’époque des meurtres, bien qu’il ait proclamé son innocence. Aucun suspect n’a jamais été arrêté en relation avec les meurtres d’Alphabet.


4. Meurtres sur l’autoroute des larmes

serial killers never caught

: Highway 16, British Columbia
Quand : 1969-présent
Combien : 16-40+

Un nombre effarant de jeunes femmes ont disparu ou ont été assassinées le long d’un tronçon d’autoroute désolé en Colombie-Britannique. Les cas remontent à 1969, et le nombre de victimes ainsi que le temps écoulé ont conduit les enquêteurs à conclure que les meurtres de l’Autoroute des larmes sont l’œuvre de tueurs multiples.

Un grand nombre des victimes sont des femmes des Premières nations, ce qui amène les habitants à soutenir que le racisme a joué un rôle dans ces attaques, ainsi que l’absence de progrès dans chaque cas. Bien qu’il soit probable que certaines, voire beaucoup, de ces femmes aient été tuées par des personnes différentes, on pense qu’un grand nombre de ces meurtres peuvent être attribués à un seul et même tueur. La police royale canadienne soupçonne le tueur américain Bobby Jack Fowler d’avoir tué entre 10 et 20 des victimes. Un tueur en série canadien, Cody Legebokoff, a été condamné pour l’un des meurtres de la Highway of Tears.

Malgré ces progrès, la police ne pense pas pouvoir élucider un jour les plus de 40 meurtres commis le long de ce tronçon d’autoroute. Dans de nombreux cas, trop de temps s’est écoulé. Dans d’autres, il n’y a tout simplement pas assez de preuves pour inculper les suspects.


5. Le Free-way fantôme

postimage

Où : Washington, D.C.
Quand : 1971-1972
Combien : 6

En 1971, un tueur a commencé à hanter le quartier nord-est de Washington, D.C. Six jeunes filles noires, âgées de 10 à 18 ans, ont été assassinées à un an et demi d’intervalle. Les victimes étaient enlevées alors qu’elles se rendaient au magasin, à l’école, à leur travail ou chez elles. Le tueur violait et étranglait chaque victime avant de jeter les corps le long de l’autoroute.

L’avant-dernière victime a été retrouvée avec un mot. On pouvait y lire ce qui suit :

Cela équivaut à mon insensibilité à l’égard des gens, en particulier des femmes. J’avouerai les autres quand vous m’attraperez, si vous le pouvez !.

C’était signé le « Free-way Phantom ».

La police a soupçonné un gang de la région d’être à l’origine de cette série d’attaques, mais aucune condamnation n’a été prononcée. Depuis lors, les dossiers ont été perdus, ce qui rend aujourd’hui l’élucidation de l’affaire quasiment impossible.


6. Tueur en série de Long Island

serial killers never caught

Où : Long Island, NY
Quand : 1996-2010, peut-être jusqu’en 2013
Combien : 10-16

Le tueur en série de Long Island, également connu sous le nom de LISK et d’éventreur de Craigslist, a tué au moins 10 femmes et jeté leurs corps le long de l’Ocean Parkway à Long Island à la fin des années 90 et dans les années 2000. La plupart des femmes ciblées par le tueur en série de Long Island étaient des travailleuses du sexe qui faisaient de la publicité pour leurs services sur Craigslist. Les autorités pensent que le tueur a contacté ces femmes sur Craigslist, leur a donné rendez-vous, puis a violé et tué chaque victime.

John Bittrolf, condamné pour le meurtre de deux prostituées au début des années 1990, est suspecté d’au moins un des meurtres de LISK. Un autre suspect important est James Burke. Ce dernier, ancien chef de la police du comté de Suffolk, avait déjà embauché l’une des victimes. Au cours de l’enquête, il a été révélé que Burke, alors qu’il était chef de la police, avait fait obstruction à une enquête du FBI sur l’affaire du tueur en série de Long Island. Il a été condamné pour obstruction et pour l’agression d’un homme qui avait volé des objets personnels dans son véhicule. Burke n’a jamais été inculpé pour les meurtres en question, mais il a plaidé coupable de conspiration pour entrave à la justice en février 2016. Il a été libéré de prison fin 2018.


7. Colonial Parkway Killer

Où: Virginie
Quand: 1986-1989
Combien: 8

À la fin des années 1980, des couples de Virginie ont été pris pour cible et attaqués par un tueur le long de la Colonial Parkway. Trois couples ont été retrouvés morts, les corps d’un quatrième couple n’ont jamais été retrouvés, mais leur voiture et certains de leurs vêtements ont été découverts. Le quatrième couple est présumé mort.

Les trois couples et les quatre voitures ont été retrouvés le long de la Colonial Parkway, généralement quelques jours seulement après leur disparition. Dans tous les cas, il n’y avait aucun signe de tentative de vol ou d’agression sexuelle. Quelques théories sur le tueur ont été proposées, notamment que l’auteur était un policier ou qu’il s’est fait passer pour tel afin d’induire les victimes en erreur. Un détective de Milwaukee à la retraite, Steve Spingola, pense que les meurtres ont été commis par des tueurs différents, bien qu’un membre de la famille de l’une des victimes se méfie de la conclusion de Spingola et affirme qu’il a simplement cherché à tirer profit de la couverture de l’affaire. Les meurtres font toujours l’objet d’une enquête à ce jour.


8. Le maniaque à la hache

serial killers still on the loose

Où: Austin, TX
Quand: 1884-1885
Combien: 8

À la fin du XIXe siècle, Austin a été la proie d’un meurtrier fou armé d’une hache. Sept femmes et un homme ont été tués par le Servant Girl Annihilator (le maniaque à la hache), tandis que six autres femmes et deux autres hommes ont été brutalement attaqués. Le tueur attaquait au cœur de la nuit. Il traînait la plupart de ses victimes à l’extérieur avant de les brutaliser à l’aide d’une hache. Le tueur a déchiré Austin pendant un peu moins d’un an. Puis, du jours au lendemain, les attaques ont cessé.

Un article paru en 1885 dans le New York Times affirme que plus de 400 hommes ont été interrogés dans le cadre de ces attaques, mais que personne n’a jamais été inculpé. De nombreux suspects ont fait surface dans les années qui ont suivi. Un nom familier sur la liste des suspects ? Jack l’Éventreur. Dans son livre Jack the Ripper : The American Connection, l’auteur Shirley Harrison affirme que Jack l’Éventreur a perfectionné son art brutal en Amérique avant d’instaurer son règne de terreur dans le quartier londonien de Whitechapel.

9. Jean de la Bible

serial-killers-never-caught

Où : Glasgow, Ecosse
Quand : 1968-1969
Combien : 3

À la fin des années 1960, à Glasgow, en Écosse, trois femmes brunes âgées de 25 à 32 ans ont été assassinées après s’être rendues dans un lieu de musique et de danse connu sous le nom de Barrowland Ballroom. Après avoir quitté le club en compagnie d’un inconnu, les victimes ont été battues, violées et tuées. Les témoins qui ont vu les victimes avant leur disparition ont affirmé que l’homme avec lequel les femmes étaient parties citait souvent des passages de la Bible, ce qui lui a valu un surnom mémorable.

Les brefs sermons de Jean de la Bible dans le club portaient sur l’adultère et d’autres passages de la Bible. Sa première victime, Patricia Docker, 25 ans, a été retrouvée nue dans l’embrasure d’un garage à South Glasgow. Son corps présentait des traumatismes contondants extrêmes ainsi que des signes de strangulation. Plus tard, Jean de la Bible utilisera les mêmes méthodes pour tuer deux autres victimes, Jemima McDonald et Helen Puttock.

Jean de la Bible n’a jamais été appréhendé et son identité reste inconnue. Un tueur en série et violeur condamné du nom de Peter Tobin a été soupçonné d’être responsable des meurtres, mais il n’a jamais été inculpé dans l’affaire du Jean de la Bible.


10. Le boucher de Cleveland

postimage

Où : Cleveland, Ohio
Quand : 1935-1938
Combien : 12-20

Le Cleveland Torso Murderer (également connu sous le nom de Mad  Butcher of Kingsbury Run, le boucher de cleveland) est un tueur en série de la Grande Dépression qui a terrorisé Cleveland, dans l’Ohio, entre 1935 et 1938. Le tueur a décapité et démembré de nombreuses victimes, hommes et femmes, jetant souvent leurs corps dans le quartier pauvre de Cleveland connu sous le nom de Kingsbury Run. Le nombre officiel de victimes attribuées au meurtrier au torse de Cleveland est de douze, bien que certains chercheurs suggèrent que le nombre total de corps pourrait s’élever à vingt.

Le tueur s’en prenait aux vagabonds et aux travailleurs pauvres qui vivaient dans les maisons de fortune de la région de Kingsbury Run. C’est pourquoi de nombreuses victimes du meurtrier au torse n’ont toujours pas été identifiées. Les premières victimes confirmées du Torso Murderer ont été découvertes le 23 septembre 1935. Il s’agit d’Edward Andrassy et d’un homme non identifié. Le corps d’Andrassy a été retrouvé à une trentaine de mètres des restes de l’homme non identifié. Tous deux avaient été castrés et n’avaient plus de tête. Les têtes ont finalement été retrouvées. D’autres meurtres macabres et mutilations ont suivi. Un certain nombre de corps ont été découverts longtemps après les meurtres, ce qui a encore compliqué les efforts déployés pour retrouver et arrêter le meurtrier.

Les autorités soupçonnent le docteur Francis E. Sweeney d’être le coupable, mais elles n’ont pas assez de preuves pour le condamner. Un autre homme, Frank Dolezal, habitant de Cleveland, a été arrêté en août 1939 comme suspect dans le meurtre de Florence Polillo, victime de Torso, avant de mourir dans des circonstances mystérieuses pendant sa garde à vue. En 2010, des chercheurs du Cuyahoga Community College ont publié des preuves qui ont blanchi le nom de Dolezal. À ce jour, l’affaire du meurtrier au torse de Cleveland n’a toujours pas été résolue.


Alors toujours envie de sortir seul le soir ????

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.