Pedro Alonso Lopez dit le monstre des Andes – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Pedro Alonso Lopez dit le monstre des Andes

Pedro Alonso López dit le monstre des Andes est un tueur en série né le 8 octobre 1948 à Ipiales, Nariño en Colombie1. Pedro Alonzo López a avoué être responsable des enlèvements, des viols et des meurtres de plus de 310 enfants. En 1998, ce tueur a été libéré. Il avait pourtant déclaré qu’il continuerait à tuer, il est d’ailleurs toujours en liberté.

Jeunesse

À sa naissance, la Colombie connaissait une réelle instabilité politique et le crime y était monnaie courante. Il était le septième de treize enfants d’une prostituée colombienne. À huit ans, sa mère le surprit touchant la poitrine de sa sœur et le jeta hors de la maison.

López devint mendiant dans les rues de Colombie. Un soir, un homme s’approcha de lui et lui offrit de l’héberger. López, désespéré et affamé, n’hésita pas et partit avec lui. Il fut emmené dans un immeuble abandonné dans lequel l’homme le viola à plusieurs reprises et le remit à la rue. Durant le viol, López promit qu’il ferait la même chose à autant de petites filles qu’il pourrait, une promesse qu’il tint d’ailleurs par la suite.

Après s’être fait agresser par ce pédophile, López ne fit plus confiance à personne, se cachant le jour et cherchant de la nourriture la nuit. Au bout d’un an, il quitta Tolima pour se rendre à Bogota. Là-bas, un couple d’Américains, ayant pitié de l’enfant amaigri qu’il était devenu, l’emmenèrent chez eux et l’inscrivirent dans une école pour orphelins. Mais lorsqu’il eut douze ans, un de ses professeurs abusa de lui. Il vola de l’argent au couple et disparut.

Principaux meurtres

Au début, López survécut dans la rue grâce à de petits vols. Puis, il se mit à voler des voitures, qu’il revendait par la suite. À dix-huit ans, il fut arrêté et envoyé en prison pour vol. Après quelques jours là-bas, il se fit frapper et violer par quatre autres prisonniers. La colère et la rage qu’il avait ressenties enfant le consumaient de nouveau. Il se jura à lui-même que plus jamais, on n’abuserait de lui. López prit sa revanche en tuant trois des prisonniers responsables. Les autorités le condamnèrent à seulement deux ans de prison, considérant que cela avait été de la légitime défense. Durant son séjour en prison, sa haine envers les femmes grandit.

En 1978 López fut libéré. Il alla au Pérou, et commença à enlever et tuer des petites filles. Un groupe d’indigènes l’attrapa et le tortura allant jusqu’à l’ensevelir jusqu’au cou. Relâché grâce à l’intervention d’un prêtre missionnaire, il partit vers l’Équateur. Le fait d’avoir frôlé la mort ne changea en rien ses envies de meurtre. Et il continua de tuer des petites filles au rythme de trois par semaine. Les autorités pensaient que l’augmentation du nombre de petites filles disparues était due à un réseau de pédophiles proxénètes.

En avril 1980, quatre corps d’enfants furent découverts. Peu de temps après cette découverte, López, qui tentait d’enlever une petite fille, fut arrêté à la suite de l’intervention de la mère de celle-ci. N’arrivant pas à le faire coopérer, la police amena un prêtre espérant que le tueur se confierait plus facilement à ce dernier. Il relata les faits dans les moindres détails, et avoua avoir tué près de 110 enfants en Équateur, plus de 100 en Colombie, et encore 100 au Pérou.

Il parla aussi de « sa fête des massacres », pratique barbare où après avoir joué avec les corps des victimes, il les démembrait. Il ne tuait jamais la nuit. Selon lui, tout le plaisir résidait dans le fait de regarder sa victime dans les yeux pendant qu’il la tuait. La nuit, il rassurait et berçait l’enfant au milieu des cadavres de ses précédentes victimes.

López ne ressentit aucun remords pour les crimes qu’il avait commis. En prison, il avoua au journaliste Ron Laytner : « Je serais content de pouvoir encore tuer. C’est ma mission. »

Selon un reportage de la BBC, après avoir été incarcéré pendant 20 ans en Équateur, durant l’été 1998, il est relâché pour « Bonne Conduite ». López fut emmené vers minuit jusqu’à la frontière colombienne. Ni la Colombie, ni le Pérou n’avaient les moyens de le remettre aux mains de la justice.

Mais un autre documentaire, d’A&E, explique qu’il a été relâché des prisons équatoriennes le . Pour être arrêté à nouveau une heure plus tard en tant qu’immigrant illégal par les autorités colombiennes. Ces dernières l’accusèrent du meurtre d’une petite fille de 8 ans. À son procès, il fut déclaré irresponsable de ses actes. Il fut envoyé dans un centre psychiatrique de Bogota. En 1998, il est déclaré guéri de sa folie et relâché après le paiement d’une caution de 50$. Le même documentaire explique qu’en 2002 Interpol a émis un nouveau mandat d’arrêt pour un nouveau meurtre.

Depuis sa libération, nul n’a de nouvelles du monstre des Andes.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings