Paranormal

Exorcisme

La lutte entre le bien et le mal

En 1973, un film a révolutionné le monde des films d’horreur, L’Exorciste, film réalisé par William Friedkin, qui a introduit ce type de rituel auprès de la majorité des mortels. Cependant, ce film, au-delà de la science-fiction, est basé sur des événements réels qui se sont déroulés au Mont Rainier (Maryland) en 1949.

Ronald Edwin Hunkeler aka Robbie Mannheim Robbie Mannheim était un garçon de 14 ans qui entretenait une relation particulière avec sa tante qui était médium et avec laquelle il effectuait régulièrement des rituels et des séances de Ouija. La mort soudaine de sa tante dans des circonstances étranges a incité Robbie à essayer de communiquer avec elle par le biais de la planche Ouija.

Bientôt, des bruits étranges ont commencé à être entendus dans la maison en provenance de la chambre du jeune homme et son comportement a commencé à changer. La famille, désespérée par le comportement de plus en plus étrange de Robbie et les diagnostics peu convaincants qu’elle reçoit des spécialistes, décide de se rendre chez le révérend Luther Miles Schulze, qui leur recommande de consulter le père Hughes. Le 27 février de la même année, Robbie a subi son premier exorcisme, au cours duquel le jeune homme a brutalement attaqué le prêtre en le frappant avec un ressort qu’il avait sorti du lit. De plus, son corps a commencé à montrer des messages écrits sur sa peau tels que « Enfer, ressentiment, haine… ».

William Peter BlattyRobbie a été interné dans un hôpital psychiatrique où les exorcismes ont continué. Sa voix et son apparence changeaient, sa chambre restait à une température très basse et les exorcismes devenaient de plus en plus violents et difficiles jusqu’au jour où, lors d’un des exorcismes, Robbie se tordait, crachait au visage du prêtre et criait Satan ! Satan ! Soudain, il s’est calmé, son geste a changé et il a fini par dire… « Il est parti ».

La nouvelle de cet événement a été publiée le 20 août 1949 dans le Washington Post par un étudiant de l’université de Georgetown, William Peter Blatty, qui a ensuite réalisé, avec William Friedkin, le film « L’Exorciste ». Dans le film, le jeune homme est remplacé par une fille pour éviter de lier le film à l’affaire du Mont Rainier. Ceux qui connaissent l’histoire vraie disent que les événements survenus au Mont Rainier dépassent de loin ceux décrits dans le film.

Traduction de l’article de 1949:

Dans ce qui est peut-être l’une des expériences les plus remarquables de ce genre dans l’histoire religieuse récente, un garçon de 14 ans du Mont Rainier a été libéré par un prêtre catholique de la possession par le diable, ont rapporté hier des sources catholiques.

Ce n’est qu’après 20 à 30 séances de l’ancien rituel de l’exorcisme, ici et à St. Louis, que le démon a finalement été chassé du garçon, a-t-on dit.

Dans tous les cas, sauf le dernier, le garçon s’est mis à hurler, à maudire et à prononcer des phrases en latin – une langue qu’il n’avait jamais étudiée – lorsque le prêtre a atteint le point culminant du rituel : « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, je te chasse (le diable) ».

Entièrement dévoué à sa tâche, le prêtre est resté avec le garçon pendant deux mois, au cours desquels il a déclaré avoir été personnellement témoin de manifestations telles que le déplacement soudain du lit dans lequel le garçon dormait à l’autre bout de la pièce.

Un pasteur protestant de Washington avait précédemment déclaré avoir été personnellement témoin de manifestations similaires, dont une où la palette sur laquelle le garçon dormait glissait lentement sur le sol jusqu’à ce que la tête du garçon se heurte à un lit, le réveillant.

Dans un autre cas, rapporté par le pasteur protestant, un lourd fauteuil dans lequel le garçon était assis, les genoux ramenés sous le menton, a basculé lentement sur le côté et est tombé, projetant le garçon sur le sol.

Le rite final de l’exorcisme, au cours duquel le diable a été chassé du garçon, a eu lieu en mai, selon les informations recueillies…

Un prêtre a déclaré qu’il s’agissait probablement de la première exorcisation du diable par ce rituel depuis au moins un siècle d’activités catholiques ici et peut-être même dans toute l’histoire de l’église dans cette région. …

Le garçon a été emmené à l’hôpital universitaire de Georgetown, où son état a été étudié de manière approfondie, et à l’université de Saint-Louis. Les deux sont des institutions jésuites.

Finalement, les deux hôpitaux catholiques, dit le prêtre, ont déclaré qu’ils étaient incapables de guérir le garçon par des moyens naturels.

Ce n’est qu’alors, dit un prêtre d’ici, qu’on a cherché un remède surnaturel.

Le rituel a été entrepris par un prêtre de Saint-Louis, un jésuite d’une cinquantaine d’années, qui s’est consacré à cette tâche par la prière et le jeûne.

Le rituel a commencé à Saint-Louis, s’est poursuivi ici et s’est finalement terminé à Saint-Louis.

Pendant deux mois, le prêtre est resté avec le garçon, l’accompagnant dans ses allers-retours en train, dormant dans la même maison et parfois dans la même chambre que lui. …

Même à travers le rituel d’exorcisme, le garçon n’a pas été guéri facilement.

À chaque fois que le rituel était pratiqué, le garçon réagissait violemment lorsqu’il prononçait les mots « Je te chasse » – une réaction faite de blasphèmes, de cris et de l’utilisation stupéfiante de phrases latines, selon les dires du prêtre.

Lors d’une manifestation, le garçon a déclaré avoir eu une vision de saint Michel chassant le diable.

Enfin, lors de la dernière exécution du rituel, le garçon s’est tu. Depuis lors, toutes les manifestations ont cessé.

Mais ce n’est pas le seul cas d’exorcisme qui a été porté sur grand écran. Un autre cas plus connu et plus proche est celui d’Anneliese Michel, porté au grand écran dans « L’exorcisme d’Emily Rose ».

Anneliese Michel est une jeune femme allemande née le 21 septembre 1952 à Leiblfing, où elle mène une vie tout à fait normale, étudie à l’université de Würzburg et professe sa foi dans la religion catholique de manière très active.

Anneliese Michel Tout allait bien jusqu’à un jour de 1968, où Anneliese a été victime d’une crise de tremblements, a perdu le contrôle de son corps et est devenue totalement paralysée. Plus tard, un neurologue de la clinique psychiatrique de Würzburg lui a diagnostiqué une épilepsie. Les crises d’épilepsie sont devenues de plus en plus fréquentes et sévères, et Anneliese est devenue dépressive. Elle a été admise à l’hôpital psychiatrique pour y être soignée, mais les choses ne semblaient pas aller bien. Deux ans plus tard, en 1970, la jeune femme commence à avoir des hallucinations, affirmant voir des images diaboliques pendant ses prières, entendre des voix lui disant « tu vas brûler en enfer », et l’idée qu’elle est possédée commence à prendre forme.

Au cours de l’été 1973, ses parents ont rendu visite à différents prêtres pour demander un traitement d’exorcisme pour leur fille, une idée qui a été rejetée par les autorités ecclésiastiques car ses symptômes ne coïncidaient pas avec ceux indiqués dans le Rituale Romanum, tels que le samsonisme, la xénoglossie, la dermographie, l’aversion pour les objets religieux, entre autres…

Rituale Romanum

Un an plus tard, en 1974, chez ses parents à Kingerberg, la situation devient intenable : Anneliese refuse de s’alimenter, devient violente envers ses proches, se met à manger des insectes, des araignées et des mouches, boit sa propre urine, se fait du mal en criant constamment et détruit tous les objets religieux à sa portée.

C’est en raison de ces comportements que l’évêque de Würzburg, Josef Stangle, a ordonné aux pères Arnold Renz et Ernest Alt de pratiquer un exorcisme sur Anneliese. Il a même été établi que la jeune femme était possédée par six démons, identifiés comme étant Lucifer, Néron, Judas, Hitler, Caïn et Fleischmann (Valentine Fleischmann était un prêtre au franc-parler au XVIe siècle, originaire du village d’Ettleben en Bavière, considéré comme un démon parce qu’excommunié et connu pour son goût pour les femmes, l’alcool et son tempérament violent, au point qu’il a même battu une personne à mort).

Après ce premier exorcisme, des séances ont commencé à se tenir chaque semaine, durant parfois jusqu’à 7 heures, et ce jusqu’en juillet 1976. Pendant les exorcismes, les attaques qu’elle subissait étaient si violentes qu’il était difficile pour trois hommes de la maintenir au sol et qu’il fallait parfois l’attacher. Les genoux d’Annelise ont même été brisés à cause des 600 génuflexions qu’elle était obligée d’effectuer lors de chaque séance.
Dans la vidéo suivante vous pouvez entendre la vraie voix d’Anneliese pendant les exorcismes, je vous préviens que c’est vraiment glaçant d’entendre la voix de la jeune femme.

Le dernier de ces exorcismes a eu lieu le 30 juin 1976, alors qu’Anneliese était incapable de se tenir debout, mal nourrie et souffrant d’une pneumonie, ses parents l’ont aidée à faire les génuflexions correspondantes lorsque, dans un soupir de bon sens généré peut-être par ce que nous appelons le sixième sens, la pauvre Anneliese a regardé sa mère innocemment et a dit « Maman, j’ai peur ».  Anneliese Michel est décédée le lendemain, mais sa mort ne lui a pas permis de trouver le repos.

Le procureur de la République a ouvert une enquête pour tenter d’élucider les causes réelles de la mort d’Anneliese, après quoi l’autopsie a révélé qu’Anneliese était morte de malnutrition sévère. Les parents de la jeune femme et les prêtres qui ont pratiqué les exorcismes ont été jugés et déclarés coupables de meurtre par négligence, étant condamnés à six mois de prison, peine qu’ils n’ont pas purgée car ils ont évité la prison après avoir payé la caution imposée à cet effet.

Douze ans après la mort d’Anneliese, une religieuse carmélite de Bavière a affirmé avoir eu une vision dans laquelle elle voyait le corps incorrompu d’Anneliese, après quoi son cercueil a été exhumé pour preuve, où l’on a découvert, bien que cela n’ait jamais été officiellement révélé, que son corps était complètement décomposé.
Néanmoins, Anneliese Michel reste condamnée au repos éternel, puisque sa tombe dans le cimetière de Klingenberg am Main est aujourd’hui un lieu visité par de nombreuses personnes qui voient en la jeune femme une véritable héroïne de la lutte entre le bien et le mal.

Il est possible que de nombreuses personnes pensent que tous ces événements appartiennent au passé, mais la réalité est qu’il existe encore aujourd’hui d’innombrables cas de possessions diaboliques et d’exorcismes dans le monde entier. En effet, la figure de l’exorciste est toujours en vigueur et très présente au sein de l’Église catholique, légitimement nommée à cet effet par l’évêque correspondant.

Père Gabriele Amorth
Père Gabriele Amorth

L’un des exorcistes les plus célèbres au monde est le père Gabriele Amorth, qui est l’exorciste officiel du Vatican et qui prétend posséder une grande collection d’objets que ses « patients » ont expulsés par la bouche, comme des clés, des clous, des morceaux de chaînes ou des poupées en plastique. En Espagne, nous avons la présence de l’un des exorcistes les plus importants et les plus médiatiques, le Père José Antonio Fortea, né à Barbastro en 1968 et auteur de livres tels que « Memorias de un Exorcista » (Mémoires d’un Exorciste). Le pape Jean-Paul II a même pratiqué plusieurs exorcismes au Vatican lorsqu’il était déjà pape.

L'exorciste espagnol José Antonio Fortea.
L’exorciste espagnol José Antonio Fortea.

En effet, la presse régionale de Castilla y León a récemment publié une nouvelle surprenante : « Le tribunal numéro 2 de Burgos enquête sur les treize exorcismes pratiqués sur un mineur qui a tenté de se suicider ». Incroyable mais vrai, l’histoire semble se répéter, une fois de plus certains faits liés à la pratique des exorcismes finissent par faire l’objet d’une enquête de la part de la justice, mais entrons dans les détails.

Le communiqué de presse rapporte qu’une jeune fille de Burgos, mineure, aurait tenté de se suicider en se jetant d’un troisième étage après avoir subi treize exorcismes. Par la suite, l’archevêché de Burgos a publié une note explicative indiquant que les exorcismes ont eu lieu bien après la tentative de suicide de la jeune femme et que, de toute façon, l’exorcisme est une pratique en vigueur au sein de l’église comme un droit de tous les fidèles et pour laquelle certains prêtres sont légitimement nommés. De plus, pour ces pratiques, un psychiatre est normalement présent pour évaluer si le comportement du patient implique un certain type de trouble mental.
Après avoir pris connaissance de l’affaire, la police a interrogé la jeune femme, dont les déclarations sont étonnamment similaires au cas d’Annaliese :

…à partir de mai 2012, j’ai commencé à souffrir de problèmes d’anorexie accompagnés de problèmes nerveux et d’anxiété. Ma mère et le groupe religieux de la Milice de Santa Maria m’ont obligé à arrêter de manger pour faire pénitence et j’ai commencé à me couper les poignets. Mes parents ont commencé à interpréter mes crises et mon comportement comme étant dus à une possession démoniaque et l’un des séminaristes a dit à mes parents qu’il m’avait vu dans ses rêves être étouffé par un démon….

Entre septembre et novembre 2012, la jeune femme a été admise au service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent de l’hôpital Clínico de Valladolid pour anorexie, où elle a avoué aux médecins qu' »elle ne mange pas parce qu’elle a un démon en elle qui l’oblige à se punir ».
Elle a été continuellement admise dans des hôpitaux de Burgos et de Valladolid jusqu’à ce que, en mars 2013, ses parents la transfèrent dans un couvent de Guadalix – peut-être le couvent de San Antonio – où elle a subi son premier exorcisme.

En septembre, la jeune fille a été expulsée des cours de catéchisme de la paroisse de la Virgen del Rosario (Fuentecillas), où ses catéchistes ont averti ses parents qu’elle devait cesser d’y assister parce qu’elle tenait des propos inhabituels sur le suicide, qu’elle était possédée, qu’elle avait quelque chose en elle qui ne pouvait être guéri par un médecin et qu’elle allait en enfer. En réponse à ces commentaires, son père a secoué la jeune femme et lui a crié « Fille de pute » en présence des catéchistes.

Ce n’était pas la première fois que la jeune femme faisait une tentative de suicide, mais le 24 septembre 2013, après avoir entendu sa mère lui dire « va te jeter par la fenêtre », elle s’est jetée du troisième étage. Cette fois-ci, comme les fois précédentes, elle n’a pas atteint son objectif, mais ses blessures à la colonne vertébrale étaient graves et elle s’est également cassé les poignets et les chevilles, ce qui l’a confinée dans un fauteuil roulant pendant un certain temps.

C’est alors, après plusieurs conversations entre un séminariste, un professeur de religion et un curé de Burgos, qu’il a été décidé de se tourner vers l’exorciste de Valladolid, le père Jesús Hernández Sahagún. En avril 2014, la jeune fille a été transférée au couvent de San Joaquín et Santa Ana, dans la capitale de Valladolid, où elle a subi un nouvel exorcisme.

L'exorciste de Valladolid, Jesus Hernandez Sahagún.
L’exorciste de Valladolid, Jesus Hernandez Sahagún.

La jeune femme aurait été allongée devant l’autel, où elle a commencé à s’agiter et à tenter de s’échapper. Plusieurs personnes l’ont maintenue au sol, s’asseyant même sur ses bras et ses jambes. Une autre personne présente a tenu la tête de la jeune fille, permettant à une femme de placer un crucifix sur son front, en le pressant fortement, ce qui a provoqué une blessure. Plusieurs images de saints ont également été placées sur son corps.

Le rituel a duré près de deux heures pendant lesquelles la jeune femme a supplié à plusieurs reprises et désespérément d’être libérée. Plusieurs prières ont été dites, on lui a donné de l’eau exorcisée à boire et le « démon » qui était censé la posséder a été sommé de se manifester. Comme elle ne présentait aucun signe, on a conclu que la jeune fille souffrait de possession totale et on lui a recommandé d’arrêter de prendre des médicaments.

Couvent de San Joaquín et Santa Ana
Couvent de San Joaquín et Santa Ana

Ce même rituel a été répété jusqu’à 13 fois sans succès, après quoi ses parents ont décidé de la forcer à prier tous les jours pendant plusieurs heures, ce qui l’a amenée à s’évanouir d’épuisement à une occasion. Son père s’est empressé de lui donner des coups de pied en lui criant « lève-toi ». Une autre fois, lorsque la jeune fille a refusé de prier, on lui a attaché les pieds et les mains et on lui a enfoncé une culotte dans la bouche.

Six oncles maternels ont pris les choses en main et ont décidé de dénoncer les faits, se présentant comme l’accusateur du peuple. Les parents de la jeune fille ont été convoqués par le tribunal le 10 octobre 2014, profitant de leur droit de ne pas témoigner au tribunal. Le tribunal numéro 2 de Burgos a enquêté sur un possible délit de violence de genre, de blessures et d’abus domestique.

En octobre 2015, l’affaire a été classée « car la perpétration du crime ayant donné lieu à la formation de l’affaire n’est pas apparue dûment justifiée ». « La seule preuve à charge qui pourrait porter atteinte au principe de la présomption d’innocence, selon l’ordonnance du tribunal, serait la déclaration de la jeune femme, qui a exprimé la demande de clôture de la procédure et a implicitement exprimé son désir de ne pas témoigner ». En d’autres termes, la jeune fille elle-même – sous la contrainte, nous l’imaginons – a retiré la plainte contre ses parents.
Les parallèles entre cette affaire et celle de la jeune Annaliesse Michel sont frappants, des événements qui semblent appartenir à un passé lointain mais qui se produisent encore aujourd’hui.

Il suffit de voir les déclarations surprenantes de l’exorciste de Valladolid après la révélation de ces événements, assurant que la jeune femme « était possédée par le diable ». Le prêtre Jesús Hernández ne comprend pas l’émoi suscité par cette nouvelle, car selon lui, « les exorcismes sont notre pain quotidien, ce n’est pas de la sorcellerie, ni de la supercherie, c’est quelque chose de très sacré… » et il déclare également qu’au cours des quatre dernières années et demie, il a réalisé plus de 200 exorcismes.

Sur le site du Vatican, la présentation par le cardinal Medina Estévez du nouveau Rituel des exorcismes précise la légitimité de ces rituels en tant qu’héritage de Jésus-Christ lui-même pour combattre le mal, une arme que l’église utilise dans sa lutte constante contre le malin.

Présentation du nouveau Rite des Exorcismes :

LE NOUVEAU RITE DES EXORCISMES

Présentation officielle par le Cardinal Medina Estévez, Préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements dans la salle de presse du Saint-Siège

Mardi 26 janvier 1999

Pour comprendre ce qu’est l’exorcisme, il faut partir de Jésus et de sa propre praxis.

Jésus-Christ est venu dans le monde et auprès des hommes pour annoncer et inaugurer le royaume de Dieu. Les gens ont une capacité innée à recevoir Dieu dans leur cœur (cf. Rm 5,5). Cependant, cette capacité à recevoir Dieu est obscurcie par le péché, et parfois le mal occupe dans l’homme la place qui revient à Dieu seul. C’est pourquoi Jésus-Christ est venu libérer l’homme du mal et du péché, mais aussi de toute forme de domination du malin, c’est-à-dire du diable et de ses esprits mauvais, appelés démons, qui veulent pervertir le sens de la vie de l’homme. C’est pourquoi Jésus-Christ a chassé les démons et libéré les hommes de la possession des esprits mauvais, afin de trouver une place dans le cœur de l’homme et de lui donner la possibilité d’accéder à la liberté devant Dieu, qui veut lui donner son Esprit Saint, afin qu’il devienne son temple vivant (cf. 1 Co 6, 19 ; 1 P 2, 5) et qu’il dirige ses pas vers le chemin de la paix et du salut (cf. Rm 8, 1-17 ; 1 Co 12, 1-11 ; Ga 5, 16-26).

L’Église est appelée à suivre Jésus-Christ et a reçu du Christ lui-même le pouvoir de poursuivre sa mission en son nom. L’action du Christ pour délivrer l’homme du mal s’exerce donc par le service de l’Église et de ses ministres ordonnés, délégués par l’évêque pour accomplir les rites sacrés destinés à délivrer les hommes de la possession du malin.

L’exorcisme est une forme ancienne et particulière de prière que l’Église emploie contre la puissance du diable. Voici comment le Catéchisme de l’Église catholique explique ce qu’est l’exorcisme et comment il est pratiqué :  » Lorsque l’Église demande publiquement et avec autorité, au nom de Jésus-Christ, qu’une personne ou un objet soit protégé de l’influence du malin et soustrait à sa domination, on parle d’exorcisme. Jésus l’a pratiqué (cf. Mc 1, 25 ss) ; c’est de lui que dérivent le pouvoir et la tâche de l’exorcisme à l’Église (cf. Mc 3, 15 ; 6, 7. 13 ; 16, 17). De manière simple, l’exorcisme est pratiqué lors de la célébration du baptême. L’exorcisme solennel, appelé « grand exorcisme », ne peut être pratiqué que par un prêtre et avec la permission de l’évêque. En la matière, il est nécessaire de procéder avec prudence, en observant strictement les normes établies par l’Église. Le but de l’exorcisme est de chasser les démons ou de libérer de l’influence démoniaque, au moyen de l’autorité que Jésus a donnée à son Église. Il en va tout autrement des maladies, notamment des maladies mentales, dont la guérison relève de la science médicale. Il est donc important de s’assurer, avant de célébrer un exorcisme, qu’il s’agit de la présence du malin et non d’une maladie (cf. Code de droit canonique, can. 1172)  » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 1673).

L’Écriture Sainte nous enseigne que les esprits mauvais, ennemis de Dieu et de l’homme, agissent de diverses manières ; parmi celles-ci, l’obsession diabolique, également appelée possession diabolique. Cependant, l’obsession diabolique n’est pas le moyen le plus fréquent par lequel l’esprit des ténèbres exerce son influence. L’obsession présente des caractéristiques spectaculaires. Dans ce cas, le démon s’empare de la force et de l’activité physique de la personne possédée d’une certaine manière. Néanmoins, le démon ne peut pas prendre possession du libre arbitre du sujet, ce qui empêche que le libre arbitre de la personne possédée soit compromis, au point de la faire pécher. Cependant, la violence physique que le diable exerce sur la personne obsédée constitue une incitation au péché, ce qu’il voudrait obtenir. Le rituel de l’exorcisme met en évidence différents critères et indications qui permettent d’arriver, avec une prudente certitude, à la conviction que nous avons affaire à une possession diabolique. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’exorciste autorisé peut accomplir le rite solennel de l’exorcisme. Ces critères sont les suivants : parler en de nombreux mots dans des langues inconnues ou les comprendre ; révéler des choses cachées ou lointaines ; faire preuve d’une force dépassant sa condition physique, le tout accompagné d’une aversion véhémente pour Dieu, la Sainte Vierge, les saints, la croix et les images sacrées.

Il est souligné que l’autorisation de l’évêque diocésain est nécessaire pour effectuer un exorcisme. Cette autorisation peut être accordée pour un cas particulier ou de manière générale et permanente au prêtre qui exerce le ministère d’exorciste dans le diocèse.

Le Rituel romain contenait, dans un chapitre spécial, les indications et le texte liturgique pour les exorcismes. Ce chapitre était le dernier, et n’avait pas été révisé après le Concile Vatican II. La rédaction finale du Rite des Exorcismes a nécessité de nombreuses études, révisions, renouvellements et modifications, consultations avec les différentes Conférences épiscopales, le tout analysé par une Assemblée ordinaire de la Congrégation pour le Culte Divin. Ce travail a nécessité dix ans d’efforts, pour aboutir au texte actuel, approuvé par le Souverain Pontife, qui est aujourd’hui rendu public et mis à la disposition des pasteurs et des fidèles de l’Église. Il reste cependant une tâche pour les Conférences épiscopales respectives : la traduction de ce Rituel dans les langues parlées sur leurs territoires respectifs. Ces traductions doivent être exactes et fidèles à l’original latin, et doivent être soumises, selon la norme canonique, à la recognitio de la Congrégation pour le Culte Divin.

Le Rituel que nous présentons aujourd’hui contient, avant tout, le rite de l’exorcisme proprement dit, qui doit être accompli sur la personne obsédée. Elle est suivie par les prières à dire publiquement par un prêtre, avec la permission de l’évêque, lorsqu’on juge prudemment qu’il y a une influence de Satan sur des lieux, des objets ou des personnes, sans atteindre le niveau de possession proprement dit. Il contient également une série de prières qui peuvent être dites en privé par les fidèles lorsqu’ils soupçonnent, à juste titre, qu’ils sont soumis à des influences diaboliques.

L’exorcisme a pour point de départ la foi de l’Église, selon laquelle Satan et les autres esprits mauvais existent, et que leur activité consiste à écarter les gens du chemin du salut. La doctrine catholique nous enseigne que les démons sont des anges déchus à cause de leur propre péché ; que ce sont des êtres spirituels dotés d’une grande intelligence et d’un grand pouvoir : « Le pouvoir de Satan, cependant, n’est pas infini. Il n’est qu’une créature, puissante parce qu’il est pur esprit, mais toujours une créature : il ne peut pas faire obstacle à l’édification du royaume de Dieu. Bien que Satan agisse dans le monde par haine de Dieu et de son royaume dans le Christ Jésus, et que son action cause de graves dommages – de nature spirituelle et, indirectement, également de nature physique – à chaque homme et à la société, cette action est permise par la Providence divine, qui guide l’histoire de l’homme et du monde avec force et douceur. La permission donnée par Dieu à l’activité diabolique est un grand mystère, mais nous savons que Dieu dispose toutes choses pour le bien de ceux qui l’aiment (Rm 8,28) » (Catéchisme de l’Église catholique, n. 395).

Je tiens à souligner que l’influence maléfique du diable et de ses sbires s’exerce généralement par la tromperie, le mensonge et la confusion. Tout comme Jésus est la Vérité (cf. Jn 8,44), le diable est le menteur par excellence. Depuis le début, le mensonge a toujours été sa stratégie préférée. Il ne fait aucun doute que le diable a la capacité de piéger de nombreuses personnes dans les filets des mensonges, petits ou grands. Il trompe les hommes en leur faisant croire qu’ils n’ont pas besoin de Dieu et qu’ils sont autosuffisants, n’ayant besoin ni de la grâce ni du salut. Elle réussit à tromper les hommes en endormant en eux, voire en faisant disparaître le sens du péché, en substituant la loi de Dieu comme critère de moralité aux coutumes ou au consensus de la majorité. Elle persuade les enfants de croire que le mensonge est un moyen approprié de résoudre divers problèmes, et c’est ainsi qu’une atmosphère de méfiance et de suspicion se forme progressivement entre les gens. Derrière les mensonges, qui portent la marque du grand menteur, se développent des incertitudes et des doutes, un monde dans lequel il n’y a plus de certitude ni de vérité, et dans lequel règnent le relativisme et la conviction que la liberté consiste à faire ce que l’on veut. De cette façon, nous ne comprenons pas que la vraie liberté consiste à s’identifier à la volonté de Dieu, source du bien et du seul bonheur possible.

La présence du diable et son action expliquent l’avertissement du Catéchisme de l’Église catholique : « La condition dramatique du monde, qui « gît » tout entier « sous le pouvoir du malin » (1 Jn 5, 19), fait de la vie de l’homme un combat : « Toute l’histoire humaine est engagée dans une lutte gigantesque contre le pouvoir des ténèbres ; une lutte qui a commencé dès l’origine du monde et qui durera, comme le dit le Seigneur, jusqu’au dernier jour. Dans ce combat, l’homme doit lutter sans repos pour rester uni au bien ; il ne peut atteindre son unité intérieure qu’au prix de grands efforts, avec l’aide de la grâce de Dieu » (Gaudium et Spes, 37, 2) » (n. 409).

L’Église est certaine de la victoire finale du Christ et ne se laisse donc pas emporter par la peur ou le pessimisme ; en même temps, cependant, elle est consciente de l’action du malin, qui cherche à nous décourager et à semer la confusion. Prenez courage, dit le Seigneur, j’ai vaincu le monde » (Jn 8,33). C’est dans ce contexte que les exorcismes, expression importante mais non unique de la lutte contre le Malin, trouvent leur juste place.

Carte. Jorge A. MEDINA ESTÉVEZ
Préfet

Ce n’était pas le premier cas d’exorcisme à Valladolid, et ce ne sera pas le dernier. Dès 1635, on connaît le cas d’une jeune fille de 20 ans qui prétendit être possédée par Belzébuth lui-même en se soumettant à plusieurs de ces rituels dans l’église de San Pablo, bien qu’à cette occasion, la jeune fille finit par avouer que tout cela n’était qu’un mensonge et qu’elle avait fait semblant en raison de sa situation précaire de pauvreté et de famine.

Le temps a passé et après le dépôt de l’affaire, on n’a plus entendu parler de cette histoire surprenante, plus digne d’un film de science-fiction que de la vie réelle. Cependant, un dernier épisode tragique est venu mettre un terme à cette histoire et à la vie de cette pauvre fille de Burgos quatre ans plus tard. Le 18 février 2019, ses parents ont appelé la résidence de l’université de Salamanque où la jeune femme étudiait, alertés par le fait qu’ils n’avaient plus de nouvelles d’elle depuis plusieurs jours.

Lorsque les employés de la résidence sont entrés dans sa chambre, ils l’ont trouvée inconsciente sur le sol. Après avoir alerté les services d’urgence, elle a été emmenée au Complejo Asistencial dans un état grave, où elle est finalement décédée. Selon les premiers rapports de police, la mort a été causée par l’ingestion excessive de pilules. La nouvelle a provoqué des remous à l’université où la jeune femme étudiait la philologie, car on ignorait tout de son sombre passé.

« C’était une grande étudiante qui exigeait beaucoup d’elle-même », selon l’université elle-même. La vérité est que la jeune étudiante suivait un traitement depuis l’époque où elle était soumise à des exorcismes car elle souffrait de crises d’angoisse. La jeune femme avait déjà tenté de mettre fin à ses jours à d’autres occasions et il ne reste plus qu’à déterminer si les pilules ont été prises volontairement ou par accident. C’est la fin tragique de la vie d’une jeune fille dont l’identité n’a pas été révélée, mais qui, comme dans le cas d’Anneliese Michel, n’a pas connu de fin heureuse.

Alors gardez à l’esprit que le diable se faufile toujours dans nos corps, mais avant d’aller voir un exorciste, assurez-vous que la personne en question ne souffre pas d’une maladie ou d’un trouble mental quelconque, car les conséquences peuvent être tragiques…

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.