Criminalité

Meurtres non résolus du lac Bodom en Finlande

Au petit matin de juin 1960, un inconnu a attaqué quatre adolescents qui campaient sur les rives du célèbre lac Bodom, en Finlande. Trois d’entre eux sont morts, un a survécu, et l’auteur de ces meurtres brutaux reste inconnu. Aujourd’hui encore, les meurtres non résolus du lac Bodom restent l’un des plus grands mystères de la Finlande.

Les meurtres

À une vingtaine de kilomètres d’Helsinki se trouve la petite ville d’Espoo, en Finlande. Elle se trouve près du serein lac Bodom, un endroit d’une beauté tranquille et discrète. Cependant, en 1960, un triple homicide a entaché à jamais l’héritage du lac.

De gauche à droite : Tuulikki, Nils, Maili, Seppo.Image créée par l'auteur sur Canva. Sources des images : 1, 2, 3. Une petite note ici. Il a fallu creuser un peu sur Internet pour trouver ces photos des quatre campeurs. Les photos habituelles utilisées sont de très mauvaise qualité. Cette photo de Nils a été prise peu après les événements du lac Bodom (voir ci-dessous).
De gauche à droite : Anja Tuulikki Mäki, Nils Wilhelm Gustafsson, Maili Irmeli Björklund, Seppo Antero Boisman

Quatre adolescents, composés de deux couples, ont monté des tentes sur la rive du lac Bodom en début de soirée le 5 juin 1960. Il s’agit de Seppo Boisman (M) et Tuulikki Mäki (F), et de Nils Gustafsson (M) et Irmeli Björklund (F). Les deux garçons avaient 18 ans et les deux filles 15 ans.

À 22h30, les deux couples se sont couchés. Ce qui s’est passé entre ce moment et le lendemain matin reste un mystère, mais vers 11 heures le 6 juin, un homme qui se baignait dans le lac Bodom a fait une découverte macabre. Il est tombé sur ce qui semblait être quatre cadavres.

Quelqu’un avait attaqué les adolescents à travers la toile de leur tente, laissant trois morts et un à peine conscient. Tous présentaient de multiples ecchymoses et des coups de couteau, y compris Nils Gustaffson, toujours vivant, découvert allongé sur le toit de la tente avec sa petite amie Björklund. Mäki et Boisman étaient tous deux morts à l’intérieur. La tente semblait déchirée en lambeaux, et plusieurs produits appartenant au groupe, notamment des vêtements et de l’argent, semblaient avoir été volés. Le tueur a dérobé plusieurs effets personnels des victimes, notamment leurs portefeuilles et quelques vêtements. Certains de ces vêtements, ainsi que les chaussures de Nils Gustafsson, ont été retrouvés plus tard, à moitié cachés, à environ 500 mètres du site. D’autres objets, comme la veste en cuir de Seppo Boisman, n’ont jamais été retrouvés. Les traces de sang montrent que le tueur portait les chaussures de Nils Gustafsson.

Le tueur de Lake Bodom a attaqué les victimes depuis l'extérieur de la tente. Image : Domaine public.
Le tueur de Lake Bodom a attaqué les victimes depuis l’extérieur de la tente. Image : Domaine public.

Les victimes :

  • Maili Irmeli Björklund, 15 ans. Femme. Poignardée et matraquée.
  • Anja Tuulikki Mäki, 15 ans. Femme. Poignardée et matraquée.
  • Seppo Antero Boisman, 18 ans. Homme. Poignardé et matraqué.
  • Nils Wilhelm Gustafsson, 18 ans. Homme. A survécu, après avoir subi une commotion cérébrale, des fractures de la mâchoire et des os du visage, ainsi que des contusions au visage.

Le mystère s’épaissit

La police a découvert que l’agression du groupe s’était produite entre 4 heures et 6 heures du matin, probablement à l’aide d’un couteau et d’un objet contondant. Cependant, elle n’a pas pu déterminer l’arme du crime qui a blessé mortellement les trois victimes. En fait, la police n’a jamais trouvé d’arme du crime.

La scène du meurtre, le 6 juin 1960. Le juge adjoint Arvi Vainio (au centre) dirige l'enquête. Image : Domaine public.
La scène du meurtre, le 6 juin 1960. Le juge adjoint Arvi Vainio (au centre) dirige l’enquête. Image : Domaine public.

Des vêtements appartenant au groupe ont été retrouvés couverts de sang à environ 500 mètres du lieu du meurtre. Plus étrange encore, le tueur avait volé les clés de la moto de Boisman, mais pas le véhicule lui-même.

La police a fait appel à l’armée pour fouiller les lieux à la recherche de produits manquants, mais très peu de choses ont été découvertes. Les autorités ont également fait preuve de négligence en ce qui concerne le site du meurtre, laissant par inadvertance la presse et les citoyens inquiets le piétiner. On pense que cela a pu perturber certains éléments de preuve.

L’autopsie d’Irmeli Björklund a révélé qu’elle avait reçu le plus grand nombre de coups de couteau et qu’elle avait été découpée post-mortem. En comparaison, les autres victimes avaient été tuées avec beaucoup moins de brutalité.

Les suspects

La police a reconnu de nombreux suspects comme pouvant être responsables des meurtres du lac Bodom, y compris la victime survivante, Nils Gustafsson.

Le récit limité de Gustafsson sur la nuit est dû au fait qu’il a affirmé avoir été attaqué en premier. Il a déclaré à la police qu’il avait été désorienté et que le tueur, quel qu’il soit, avait cru que Gustafsson était mort alors qu’il attaquait le reste du groupe. Il a affirmé avoir vu le tueur « vêtu de noir et de rouge vif » juste avant qu’il n’attaque le groupe.

Plus étrange encore, plusieurs personnes ont avoué être le meurtrier de Lake Bodom. Cependant, il a été prouvé que toutes les personnes qui ont avoué se trouvaient ailleurs la nuit où les faits se sont produits.

  • Deux personnes en train de pêcher

Les deux jeunes hommes qui pêchaient sur le lac lors des meurtres n’ont jamais été identifiés. Ils ne se sont jamais manifestés auprès de la police, bien que la question leur ait été posée à plusieurs reprises. Ce qui est étrange, c’est que les deux hommes ont laissé derrière eux les poissons qu’ils avaient pêchés. On ne sait rien d’eux.

  • Pauli Luoma

La police a d’abord recherché un homme qui avait été repéré dans la région et qui portait un sac appartenant aux victimes. Il portait une barbe noire et marchait avec un vélo. Il avait également été aperçu sortant de la forêt avec une chemise ensanglantée. Il s’agit de Pauli Kustaa Luoma, un fugitif d’un camp de travail qui avait un alibi pour la nuit. Il se trouvait à Otaniemi, Espoo, au moment des meurtres. Otaniemi se trouve à 19 kilomètres (11 miles) du lac Bodom, ce qui représente un trajet de 23 minutes.

  • Pentti Soininen

Le premier suspect, un criminel violent nommé Pentti Soininen, a revendiqué les meurtres auprès d’un codétenu de sa prison au milieu des années 1960.

Soininen vivait en effet près du lieu du crime. Cependant, il devait avoir quatorze ans à l’époque. Il est improbable qu’un enfant de quatorze ans puisse maîtriser quatre personnes d’âge similaire, et encore moins qu’il puisse le faire sans laisser de traces.

Dans une étrange conclusion, Pentti Soininen s’est pendu le 6 juin 1969, le jour du neuvième anniversaire des meurtres.

  • Karl Valdemar Gyllstrom

Karl Gyllström
Karl Gyllström

Karl Valdemar Gyllstrom était le suspect le plus probable aux yeux de la police. Selon certaines sources, Gyllstrom aurait avoué les meurtres à son voisin alors qu’il était en état d’ébriété, bien qu’il l’ait nié par la suite. Gyllstrom, un homme rancunier, vouait une haine intense aux enfants et aux campeurs.

Plusieurs jours après les meurtres, Gyllstrom a été vu en train de couler du béton dans un puits situé dans son jardin, ce qui, selon certains, pourrait avoir été l’occasion pour lui de se débarrasser des armes du crime ou de produits appartenant aux victimes. Bizarrement, la police n’a jamais donné suite à cet incident.

La femme de Gyllstrom a fourni son alibi pour la nuit des meurtres, affirmant que Gyllstrom était au lit toute la nuit. Cependant, elle s’est rétractée par la suite, affirmant que son mari avait menacé de la tuer si elle l’impliquait dans les meurtres.

Certains habitants ont également déclaré avoir vu Gyllstrom rentrer chez lui aux premières heures de la matinée du 6 juin. Mais en raison de la nature violente de Gyllstrom, ils n’ont pas osé appeler la police. L’implication éventuelle de Gyllstrom dans l’affaire s’est rapidement arrêtée, car comme Pentti Soininen, Gyllstrom s’est également suicidé en 1969.

Lors d’un échange particulièrement obsédant, Gyllstrom dit à un de ses amis, Börje [nom de famille inconnu], qu’il a tué les adolescents, mais Börje ne le croit pas. Lorsque Gyllstrom lui a demandé ce qu’il devrait faire s’il était responsable, Börje lui a répondu : « Tu devrais te noyer, car tu passeras le reste de ta vie en prison ».

Quelques heures plus tard, Gyllstrom est retourné au lac Bodom, où il s’est suicidé par noyade.

  • Hans Assmann

Hans Assmann
Hans Assmann

Hans Assmann, un espion du KGB, est devenu un suspect important dans le massacre du lac Bodom.

Le 6 juin 1960, Assmann arrive à l’hôpital chirurgical d’Helsinki dans un état de délire extrême. Ses vêtements étaient couverts de taches rouges. Il parlait de façon incohérente et ses ongles étaient noirs et sales.

À certains moments, Assmann a fait semblant d’être inconscient afin de manipuler les médecins pour qu’ils le voient plus rapidement que les autres patients. Lorsque cela n’a pas fonctionné, Assmann est devenu hostile envers le personnel et les patients et on lui a ensuite demandé de partir.

Il est intéressant de noter que le matin des meurtres du lac Bodom, deux enfants ont affirmé avoir vu un « homme blond » s’enfuir de la scène de crime à peu près à l’heure où les meurtres ont eu lieu.

Il s’avère que M. Assmann avait de longs cheveux blonds à l’époque des meurtres du lac Bodom. Lorsque cette information a été rendue publique, Assmann se serait rasé les cheveux. En outre, les vêtements que portait Assmann lorsqu’il est entré dans l’hôpital ce matin-là correspondaient à la description des enfants.

Assmann vivait dans la région du lac Bodom, et son comportement à l’époque des meurtres a éveillé les soupçons. De nombreux inspecteurs pensaient qu’Assmann était impliqué d’une manière ou d’une autre dans les meurtres, même s’il n’en était pas directement responsable.

De plus, Assmann avait déjà été soupçonné de meurtre par le passé. Deuxièmement, après les meurtres du lac Bodom, l’affaire Auli Kyllikki Saari est l’une des plus célèbres de l’histoire finlandaise. Il s’agit du meurtre d’une jeune Finlandaise de 17 ans en 1953, pour lequel Assmann est devenu un suspect majeur. La police l’a également associé à au moins trois autres affaires non résolues.

  • Nils Wilhem Gustafsson

Après l’incident, Nils Wilhelm Gustafsson a mené une vie normale pendant plus de quarante ans. Il s’est marié, a eu deux enfants et s’est retiré de la vie professionnelle. Cependant, en 2004, la police finlandaise a rouvert l’affaire à la suite de la découverte de nouvelles preuves ADN.

La police a trouvé des échantillons de sang de chacune des victimes sur les chaussures de Gustafsson. Elle a également établi que le tueur, quel qu’il soit, portait les chaussures de Gustafsson pendant ou après les meurtres.

La théorie avancée par la police est que Gustafsson a piqué une crise de jalousie à la suite d’un incident avec sa nouvelle petite amie, Irmeli Björklund. Il n’y a pas de détails spécifiques sur les raisons qui ont poussé Gustafsson à exploser de la sorte. Néanmoins, un réexamen de l’affaire a été autorisé sur la base des nouveaux éléments de preuve et d’un motif possible.

Pour expliquer pourquoi Gustafsson souffrait également de multiples blessures, la police a proposé que Gustafsson se soit poignardé et meurtri lui-même pour donner l’impression qu’un autre auteur était responsable.

C’est la petite amie de Gustafsson, Björklund, qui a reçu le plus grand nombre de coups de couteau, ce qui laisse supposer une vendetta personnelle. Mais il est peu probable que Gustafsson ait été poussé à de telles extrémités par une simple jalousie d’adolescent.

En octobre 2005, le tribunal a acquitté Gustafsson de tous les chefs d’accusation, laissant ainsi planer le mystère sur l’identité du véritable meurtrier.

La photographie

Un autre élément mystérieux des meurtres de Lake Bodom provient d’une photographie funéraire particulière.

Lors de son interrogatoire initial, Nils Gustafsson a été mis sous hypnose et on lui a demandé de retracer les événements avec le plus de détails possible. Après s’être souvenu de l’apparence de son agresseur présumé, il a dicté sa description à un artiste qui a réalisé un portrait-robot de l’homme.

Le portrait-robot du tueur du lac Bodom, tel que décrit par Nils Gustafsson sous hypnose.
Le portrait-robot du tueur du lac Bodom, tel que décrit par Nils Gustafsson sous hypnose.

Plus tard, lors des funérailles d’une des victimes de Bodom, quelqu’un a pris une photo montrant un homme ressemblant fortement au portrait-robot. L’identité de cet homme mystérieux reste inconnue. Certains pensent que l’étrange personnage est Hans Assman. Mais d’autres sources affirment qu’Assman n’a pas assisté aux funérailles.

Photo prise lors des funérailles d'une victime. La personne encerclée ressemble beaucoup à la description du tueur du lac Bodom. Crédit photo : IncapableOfGuile
Photo prise lors des funérailles d’une victime. La personne encerclée ressemble beaucoup à la description du tueur du lac Bodom. Crédit photo : IncapableOfGuile

Quelques années plus tard, entre le 3 et le 6 juin 1972, Karl Valdemar Gyllström annonce dans la lettre accompagnant son suicide qu’il est le meurtrier du lac de Bodom.
Il fut établi que l’homme, un Suédois, avait travaillé dans un kiosque près du lac, et que les victimes étaient des clients à qui il avait vendu de la limonade.
Par ailleurs, il était de notoriété publique que le gérant, ne supportant pas la présence des campeurs, commettait des actes de sabotage sur leurs tentes, leur jetait des pierres lorsqu’ils passaient à vélo et d’autres actes similaires.
La police, déjà sceptique car l’homme était connu pour ses troubles mentaux et ses problèmes d’alcool, a cependant constaté, après enquête, que le gérant avait un alibi (il dormait chez lui avec sa femme, qui a déclaré sous serment qu’elle l’avait à ses côtés le soir du massacre).
L’homme a néanmoins avoué à trois reprises à des voisins qu’il était l’auteur du meurtre, mais la police a qualifié tout cela de « bavardage d’ivrogne ».

La tente a été stockée pendant 44 ans avant d'être testée.Les points verts indiquent les zones qui ont été testées.
La tente a été stockée pendant 44 ans avant d’être testée.Les points verts indiquent les zones qui ont été testées.

L’enquête de la police à cet égard a été très critiquée car, outre le fait qu’elle a ignoré les aveux de l’homme, elle n’a jamais procédé à des tests ADN, comme elle l’a fait pour d’autres suspects, alors qu’il existait une possibilité technologique bien des années plus tard.
La barrière de la langue, de nombreux policiers qui ont suivi l’enquête ne parlaient pas suédois, est considérée comme un autre facteur qui a contribué à ce que l’enquête sur cette piste ne soit pas très approfondie.

En 2003, le neurologue Jorma Palo a publié sa propre théorie du meurtre : en 1960, Palo travaillait comme médecin à l’hôpital d’Espoo et, quelques jours après le meurtre, il s’est souvenu avoir traité un homme très suspect en raison de certaines blessures.
Il s’agissait de l’Allemand Hans Assmann, un espion présumé du KGB.

Hans Assman (à gauche) a toujours été un suspect probable en ce qui concerne "l'homme blond" vu s'éloignant de la tente.
Hans Assman (à gauche) a toujours été un suspect probable en ce qui concerne « l’homme blond » vu s’éloignant de la tente.

Selon le professeur Palo, l’absence d’enquête approfondie sur la position d’Assmann dans l’affaire a été à l’origine d’une dissimulation motivée par des considérations politiques.
La police finlandaise a annoncé qu’Assmann avait un alibi, mais en 1997 (un an avant sa mort), Assmann aurait avoué les meurtres à l’ancien inspecteur de la police finlandaise et journaliste, Matti Paloaro.

Le mystère de la taie d’oreiller.

Le mystère de la taie d'oreiller.
Le mystère de la taie d’oreiller.
  • À côté de la tente, une taie d’oreiller a été trouvée, enveloppée et attachée avec un élastique.
  • Cet élément de preuve allait s’avérer très déroutant pour les enquêteurs et, plus tard, pour le tribunal.
  • Des traces de sang et de sperme ont été trouvées sur le tissu.
  • Il n’a pas été possible de déterminer le donneur du sang, mais il pourrait s’agir d’un mélange de plusieurs victimes.
  • Cela aurait brouillé le type de tests effectués en 1960 et pourrait ne pas indiquer un donneur non identifié.
  • Le sperme n’a pu être associé à aucun des adolescents, ce qui pose un problème plus important.
  • D’une part, il est possible que les tests effectués dans les années 1960 aient été faussés par des fluides mélangés provenant de plusieurs donneurs.

Cela semble logique, mais il est regrettable que les tests n’aient pas été réexaminés en 2004 (à supposer qu’ils existent encore).
Toutefois, il semble que le test ait été très positif sur le résultat d’un donneur de sperme non identifié.
Cet indice est aussi proche que possible de la preuve matérielle qu’une personne extérieure a commis l’agression.
L’accusation était si désireuse de ne pas en tenir compte qu’elle a prétendu que la taie d’oreiller avait été laissée par les campeurs précédents.
Il s’agit là d’une possibilité infime, mais qui semble plutôt désespérée.
On suppose que la défense n’a pas voulu l’inclure car elle ne pouvait pas refaire de test pour confirmer les résultats.

L’arrestation de Gustafsson

Nils Gustafsson en 2005 lors d'une conférence de presse après le procès
Nils Gustafsson en 2005 lors d’une conférence de presse après le procès

Fin mars 2004, près de 44 ans après les faits, Nils Gustafsson a été arrêté sous l’inculpation de meurtres multiples.
Début 2005, le Bureau national d’enquête (KRP) a déclaré l’affaire close sur la base de l’enquête sur les taches de sang : Nils Gustafsson, le survivant, aurait fait preuve d’un excès de zèle en raison de sa jalousie à l’égard de sa nouvelle petite amie, Maila Irmeli Björklund. Elle aurait été poignardée à plusieurs reprises après le coup fatal, tandis que les deux autres auraient été tués moins sauvagement. Les blessures de Gustafsson, bien que visibles, auraient été moins graves. Le 4 août 2005, le procès s’est ouvert : le procureur a requis la prison à vie pour le triple meurtre, arguant que de nouvelles analyses ADN montraient que Gustafsson était l’auteur matériel du crime. En revanche, la défense a fait valoir que les blessures de Gustafsson étaient du même type et infligées avec la même violence que celles des autres garçons et que, par conséquent, le meurtrier ne pouvait être qu’une personne extérieure au groupe des quatre.
De plus, compte tenu de l’étendue des blessures subies par le survivant Gustafsson, ce dernier n’aurait pas été en mesure de tuer trois personnes.

Le 7 octobre 2005, Nils Gustafsson a été acquitté de tous les chefs d’accusation ; le procureur n’ayant pas fait appel, l’acquittement est devenu définitif.
La République de Finlande a dû verser 44 900 euros en compensation du préjudice moral et psychologique subi par Gustafsson à la suite du procès.

Conséquences des meurtres du lac Bodom

Depuis plus de cinquante ans, les parents avertissent les enfants finlandais de bien se comporter. Sinon, ils pourraient eux aussi être victimes du meurtrier fantôme du lac Bodom. Il est devenu une sorte de croque-mitaine en Finlande. Une figure surnaturelle qui attaque les enfants turbulents depuis l’ombre.

La plupart des personnes impliquées dans les mystérieux meurtres du lac Bodom sont aujourd’hui décédées, emportant dans leur tombe le peu de connaissances qu’elles avaient de l’incident. Le tueur ne sera probablement jamais traduit en justice, et la question de savoir qui a brutalement assassiné trois adolescents il y a cinquante ans restera sans réponse.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.