Meurtre de la rue des Hirondelles – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Meurtre de la rue des Hirondelles

Jeanne_Van_Calck_(1897-1906).jpg

Jeanne Van Calck ou Joanna Van Calck, née à Bruxelles, le  et morte assassinée le  est une enfant martyr qui restera longtemps en Belgique un symbole de l’enfance assassinée. Son corps, dépecé, est retrouvé le soir même sur le seuil du 22 de la rue des Hirondelles à Bruxelles. Le meurtre ne fut jamais élucidé et restera connu sous le nom de meurtre de la rue des Hirondelles

Le meurtre de la rue des Hirondelles

C’est sur le seuil du 22 de la rue des hirondelles que fut découvert le cadavre de la petite Jeanne.
Jeanne Van Calck - Copy.jpg

Le , Jeanne Van Calck quitte le domicile de ses grands-parents où elle réside pour aller, comme d’habitude, passer une heure ou deux en compagnie de sa maman, Françoise Van Calck, qui habitait à l’angle du Boulevard Baudouin et de la chaussée d’Anvers où elle arrive vers 18h30. C’était la première fois qu’elle faisait le trajet seule, d’ordinaire, elle était accompagnée par son grand-père. Ce dernier indisponible, travaillait pour une compagnie de tramways bruxelloise et était, le soir, contrôleur au Théâtre royal flamand de Bruxelles. Jeanne Van Calk est une petite enfant naturelle. Son père est un ouvrier typographe travaillant au journal Le Soir, elle en ignore tout, il n’a jamais reconnu son enfant. Plus tard, elle quitte sa maman pour accomplir le chemin inverse et rentrer chez ses grands-parents où elle n’arrivera jamais.

Vers 23 h 45, un machiniste du Théâtre de l’Alhambra, Joseph Eylenbosch et son fils, découvrent un paquet suspect devant la porte du 22 de la rue des Hirondelles à Bruxelles. Un agent, Gustave Vandamme, est appelé à la rescousse. Ils sont rejoints par un figurant, Pierre Noël, qui portera le colis jusqu’au commissariat de police de la troisième division, place du nouveau Marché aux Grains. Le chef de service Desmedt inspecte le paquet et demande à Pierre Noël de l’ouvrir. On voit tout d’abord un caban bleu, une robe à carreau, on y regarde de plus près et la macabre découverte glace le sang. Le cadavre encore chaud d’une fillette qui a été découpée puis emballée dans du papier épais et ficelée à l’aide d’une cordelette de chanvre tombe sur le sol. Les jambes de l’enfant ont été amputées.

On réveille le commissaire, le parquet et la presse sont aussitôt informés. Deux hommes font irruption au commissariat signalant la disparition de la petite Jeanne dont il décrivent les vêtements qui correspondent hélàs à ceux découverts. Le lendemain, une foule immense bat déjà le pavé devant le 22 de la rue des Hirondelles. Françoise Van Calck est présente, apprenant la nouvelle, secouée par l’émotion, elle s’évanouit.

L’enquête, les obsèques et la grogne populaire

 

Emile de Mot

Le légiste sera formel, le corps a été découpé par un professionnel et songe immédiatement à un médecin ou un boucher. Les causes du décès sont rapidement établies. Jeanne est morte étouffée par de violents vomissements après avoir été forcée d’ingurgiter une grande quantité d’alcool à 50°. Elle a subi les pires sévices. Le légiste fixe la mort entre 20 et 21 h.

 

La ferme du Stuyvenberg vers 1900.

Les obsèques furent organisée le . Le tout-Bruxelles, plus de dix mille personnes, était là. Le Bourgmestre, Émile De Mot présida à la levée du corps à la morgue de l’Hôpital Saint-Pierre et accompagna le cortège funèbre. La police forma une haie d’honneur au cercueil, la foule, quant à elle, manifestait sa colère. Jeanne est conduite au cimetière de Bruxelles, à Evere où elle repose.

La police met tout en œuvre pour retrouver l’odieux assassin de la gamine. On sonde le canal à la recherche des membres inférieurs de l’enfant qui sont toujours manquants. Le , un jardinier du nom de Buelens retrouve deux paquets d’une quarantaine de centimètres de long dans le parc de l’ancienne ferme royale du Stuyvenbergh. La veille, les bottines de Jeanne avaient été retrouvées non loin de là. Le gouvernement belge offre une récompense de 20 000 francs belges à quiconque conduira au meurtrier et propose même une clémence à l’égard de toute personne indirectement mêlée à l’affaire si elle se donne à connaître.

On dépêche un chien policier, Folette et son maître, l’agent Librechts sur les lieux du crime. Le chien s’arrête au niveau du 22 rue des hirondelles, s’arrête devant une autre maison et aboie longuement devant la maison des grands-parents. Plus tard, un espagnol et un algérien sont arrêtés et détenus préventivement mais l’enquête fit long feu. Jean Many, un garçon boucher qui mendiait dans la rue est arrêté également puis relâché. On retrouve une chemise ensanglantée, chaussée de Wavre. Un docteur Nyssens est un temps suspecté mais aucune de ces pistes n’aboutit.

Les chroniques de l’époque fustigeront l’incurie de la justice et l’incompétence de la police qui ne parvinrent jamais à élucider le meurtre. Un avocat parisien, Louis Frank, reprend le dossier et liste 29 manquements dans l’enquête. Il publie ses travaux en 1909.

Il est, en effet, apparu que certaines pistes ne furent pas suivies en raison du fait qu’elles émanaient d’enfants. Une fillette rapporte ainsi avoir vu son amie vers 19 h le soir du meurtre à proximité de ses grands-parents et en compagnie d’un homme en qui elle semblait avoir confiance mais se rendant dans une direction opposée à celle qu’elle était supposée prendre pour se rendre chez sa maman.

Émile Rossel, le patron du journal Le Soir à l’époque, ouvre une souscription pour édifier un monument en marbre blanc en hommage au «petit ange de la rue des Hirondelles».

L’année suivante, une autre enfant, Anette Bellot, est retrouvée morte à Anderlecht dans des circonstances similaires et là également, l’auteur ne sera jamais identifié.

Source: Wikipedia

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings