Criminalité

L’etrange maniaque de Danilovsky

Le tueur en série introuvable

La Russie est connue pour être un pays impitoyable. Qu’il s’agisse de son environnement hostile, de son histoire en temps de guerre ou de ses prisons les plus brutales au monde, la Russie a certainement une réputation à défendre. Le pays a connu sa part d’atrocités au fil des ans – bombardements, zones de guerre, urgences radiologiques, tueurs en série. Et pour ajouter à cette liste, voici l’un des monstres russes les moins connus, mais étrangement unique : le maniaque aux yeux ternes : Le maniaque aux yeux ternes.

Parfois connu sous le nom de maniaque de Danilovsky ou de maniaque aux yeux ternes, ce mystérieux individu est responsable des meurtres d’au moins sept femmes entre 2004 et 2007. Il étranglait ses victimes avec des garrotes de fortune et couvrait habilement ses traces comme un grand criminel, échappant ainsi à toute capture malgré le nombre élevé de cadavres. Les activités sadiques du tueur ont plongé la région dans un état de peur permanent, au point que les autorités locales ont offert une récompense importante à toute personne susceptible d’aider à attraper le maniaque.

Bien entendu, la Russie n’est pas étrangère aux tueurs en série. En fait, il est intéressant de noter que si l’on additionnait le nombre de cadavres des tueurs en série de chaque pays, la Russie arriverait en deuxième position après les États-Unis, et peut-être même plus, compte tenu de l’indulgence de la Russie à l’égard des faits rapportés. Toutefois, le maniaque aux yeux ternes est un tueur en série remarquable en raison de sa carte de visite unique. Sur les murs de chacune de ses scènes de crime, le maniaque a laissé des dessins pornographiques grossiers.

En plus de cette étrange signature, le maniaque se débarrassait de chacune de ses victimes dans des bâtiments abandonnés ou des chantiers de construction autour de la ville de Cherepovets, dans l’oblast de Vologda. Toutes les victimes du maniaque étaient des femmes âgées de 17 à 31 ans, et elles avaient toutes été violées avant d’être abattues.

Ce qui est peut-être encore plus effrayant que sa signature, c’est que, selon les rapports, le maniaque a enlevé toutes ses victimes dans des rues animées en plein jour, ce qui montre à quel point ce tueur était imprudent, compétent et habile dans l’exercice de son métier macabre. Entre l’enlèvement et l’élimination, le maniaque emmenait ses victimes dans un espace privé, les violait, puis les étranglait jusqu’à ce que mort s’ensuive. Comme dans une histoire d’horreur hollywoodienne, la police a fini par découvrir le repaire de cette brute anonyme dans un bâtiment abandonné, quelque part dans la ville.

Mais après une enquête approfondie et 1 200 suspects interrogés, le maniaque n’a jamais été arrêté. L’affaire n’a toujours pas été élucidée.

Portrait robot du maniaque distribué par la police de Cherepovets.
Portrait robot du maniaque distribué par la police de Cherepovets.

Le maniaque apparaît

La ville de Cherepovets, dans la région de l’oblast de Vologda, au nord-ouest de la Russie, est un paysage industriel. Le bâtiment phare de la ville, l’aciérie Severstal Cherepovets, est l’une des plus grandes usines sidérurgiques du pays. Le reste de la ville se trouve dans son ombre, car l’horizon de Cherepovets est régulièrement interrompu par de gigantesques bouffées de fumée noire provenant des cheminées de l’aciérie. Cette fumée constante pollue non seulement la rivière voisine, mais teinte également le ciel d’un gris trouble.

Le 4 février 2004, Marina Ostrovskaya, 17 ans, a quitté sa maison de Sovetsky Prospekt pour rejoindre les parents de son fiancé. Le petit ami de Marina était un cadet de l’armée actuellement stationné à l’étranger, et il envoyait des lettres à ses parents, qui les transmettaient ensuite à Marina. Vers 14 heures, Marina décide de prendre un raccourci pour se rendre à sa destination. Elle passe par un terrain vague de la rue Danilovsky (un endroit qui deviendra plus tard synonyme des crimes du maniaque).

Marina n’est jamais arrivée.

Marina Ostrovskaya.
Marina Ostrovskaya.

Plus tard dans la soirée, les parents de Marina ont alerté la police de la disparition de leur fille, mais après des recherches approfondies dans la région, y compris un examen minutieux de l’itinéraire habituel qu’elle empruntait, la police n’a trouvé aucune trace de l’adolescente. Elle s’est tout simplement volatilisée – en plein jour, qui plus est. Les recherches pour retrouver Marina ont duré 18 mois au total, mais au cours de ces recherches, les autorités ont fait trois découvertes choquantes.

En août 2004, le corps d’une jeune fille de 19 ans a été découvert dans un terrain vague abandonné à Pitinsky, Cherepovets. Il s’agissait d’Irina Popova, une étudiante de l’université publique locale. Elle a été violée, étranglée et abandonnée. Son corps n’a pas été dissimulé, il a simplement été laissé à l’air libre pour qu’il pourrisse.

Le mois suivant, un autre corps a été découvert à environ trois kilomètres du premier. La police a trouvé Tatyana Baeva, une étudiante de 22 ans dans une zone isolée derrière l’école des arts de Cherepovets, qui avait également été violée et étranglée. Tatyana avait été portée disparue quelques jours auparavant. Elle avait été aperçue pour la dernière fois deux jours auparavant, alors qu’elle rentrait chez elle après avoir fréquenté une boîte de nuit.

Il existe des liens évidents entre les deux victimes. Il s’agit de deux jeunes étudiantes séduisantes qui ont été attaquées et tuées de la même manière. Toutes deux ont été abandonnées dans des zones ouvertes, à proximité l’une de l’autre. Ces similitudes sont-elles une pure coïncidence ou la ville industrielle de Cherepovets est-elle devenue le terrain de chasse d’un meurtrier en série ?

La vérité n’a pas tardé à faire surface, puisque trois mois seulement après la découverte de Tatyana Baeva, une autre victime a été retrouvée dans des circonstances presque identiques (et portait étrangement le même prénom que la victime précédente) en décembre 2004. Tatyana Maskimova, une jeune fille de 17 ans, a été découverte dans un terrain vague à l’extérieur d’une base militaire, rue Milyutina, et présentait les mêmes caractéristiques que les deux corps précédents. Elle présentait les mêmes caractéristiques que les deux corps précédents : viol, strangulation et ecchymoses sur le torse.

Mais cette fois-ci, il y a une différence notable dans la méthode d’élimination du corps. Le cadavre de Maskimova avait été recouvert de bâtons, de feuilles, de terre et de neige. Contrairement à Marina et Tatyana B., le tueur a tout fait pour cacher le cadavre de cette nouvelle victime alors qu’il n’avait pas pris de mesures similaires avec les autres.

Outre cette évolution du mode opératoire, la police a trouvé autre chose qu’un corps. À environ 800 mètres du lieu du décès, ils ont découvert un garrot artisanal composé d’un câble fin et de deux bâtons. Les analyses d’ADN ont révélé des traces de la dernière victime sur la corde. La présence de cette arme du crime suggère que Tatyana Maskimova a été tuée sur ou à proximité de l’endroit où elle a été découverte et qu’elle n’a pas été enlevée comme les victimes précédentes.

Ces circonstances ont semé la confusion dans l’esprit de la police, mais malgré ces incohérences, elle a continué à penser qu’un seul et même auteur était responsable des trois découvertes récentes et peut-être aussi de la disparition de Marina Ostrovskaïa. Cherepovets avait un tueur en série.

Et comme tant d’autres tueurs en série avant lui, le Maniaque s’est retiré dans l’ombre après cette courte série de meurtres. Sa période de réflexion a duré six mois avant qu’il ne refasse surface pour faucher une autre vie innocente.

Le 26 juin 2005, Lyudmila Miroshnichenko, âgée de 31 ans, quitte son domicile de la rue Babushkina pour rejoindre une amie à moins d’un kilomètre de là. Le rendez-vous avait été fixé à 13 heures, mais l’amie de Lyudmila s’est inquiétée de ne pas pouvoir la joindre par téléphone. Elle a signalé la disparition de Lyudmila à la police, qui a immédiatement supposé qu’elle avait été enlevée par celui que les médias appelaient désormais le maniaque Danilovsky.

Ludmila Miroshnichenko.
Ludmila Miroshnichenko.

Observation du maniaque

Un mois plus tard seulement, en juillet 2005, deux femmes sans prétention ont aperçu le maniaque de Danilovsky en chair et en os, mais cette observation a eu un prix terrible.

Le 14 juillet 2005, Svetlana Stepanova, 19 ans, accompagnée de sa sœur et d’une amie, se dirige vers la plage de la rivière Sheksna, à la périphérie du district de Cherepovets. C’était le milieu de la journée et Svetlana n’était pas seule, mais cela n’a pas empêché le maniaque de se jeter sur elle. Alors que le groupe traversait un terrain aride à l’intérieur de la ville, Svetlana demanda à ses compagnons de continuer pendant qu’elle s’arrêtait pour réparer ses chaussures. Elle leur dit qu’elle les rejoindrait dans quelques minutes.

La sœur et l’amie de Svetlana continuèrent à marcher et, moins d’une minute plus tard, elles entendirent un cri perçant derrière elles. Les filles se sont retournées vers l’endroit où elles avaient laissé Svetlana et ont trouvé son sac et un maillot de bain – les seules choses qui restaient d’elle. Les filles fouillent frénétiquement les environs à la recherche de traces de leur amie, et font une découverte horrible dans les buissons avoisinants.

Elles ont vu un inconnu manipuler le corps sans vie de Svetlana. Les filles ont crié, ce qui a incité le tueur à s’enfuir à travers le terrain vague et à sortir par la cour d’une école correctionnelle voisine. Le maniaque a disparu et, sous le choc, les témoins n’ont pas réussi à apercevoir l’auteur du crime, désormais célèbre. Le cadavre de Svetlana Stepanova, égorgé et ruisselant de sang frais, s’effondre sur le sol à côté d’eux. Son agresseur lui a arraché ses vêtements et l’a laissée en sous-vêtements.

La police a été choquée par la découverte de l’incident et a d’abord hésité à croire à la réalité des faits. Ils disposaient de preuves sous la forme des restes de Svetlana, mais il leur était difficile de comprendre comment un tel niveau de brutalité avait pu être atteint en si peu de temps. Selon les témoins oculaires, l’auteur avait enlevé Svetlana lors d’une séparation momentanée avec ses compagnes, au cours de laquelle il l’avait traînée hors de vue, l’avait déshabillée, lui avait tranché la gorge et était parti avant que quiconque n’ait pu l’apercevoir. Il s’agissait là des actes d’un fantôme doté d’un niveau de barbarie et de ruse quasi surnaturel. Pire encore, ces actions ne donnaient aucune indication sur le caractère de l’auteur. S’agissait-il d’un acte extraordinairement planifié ou d’une exécution opportuniste réalisée sous l’effet d’une impulsion ? A-t-il simplement été incapable de contrôler ses pulsions sexuelles et a-t-il frappé malgré la présence des compagnons de sa victime ? Et une fois de plus, en plein jour ? C’est un mystère de plus pour un personnage déjà énigmatique.

Mais le crime a donné lieu à de nouvelles pistes. Les compagnes de Svetlana ont vu l’homme et ont pu en donner une brève description aux enquêteurs. La police a également trouvé un autre terrain vague où chercher d’autres victimes potentielles et, ce faisant, elle a fait trois découvertes effroyables.

L’antre du maniaque

Le terrain vague en question abritait plusieurs structures en ruine, qui étaient autrefois en cours de démolition, mais dont les travaux de construction avaient été interrompus pour une durée indéterminée. Dans la ville de Cherepovets, cette situation n’est pas rare. Des problèmes juridiques mettent régulièrement un terme aux activités de démolition, laissant la ville avec une masse de bâtiments à moitié détruits.

Les autorités ont passé au peigne fin le terrain vague et sont finalement tombées sur les vestiges abandonnés du département des affaires intérieures du district. La démolition avait fait disparaître la partie aérienne du bâtiment, mais il restait un garage souterrain où les employés de l’ancien établissement gouvernemental pouvaient garer leurs véhicules.

Mais la chambre souterraine n’était plus un parking. Lorsque la police a pénétré dans la zone, elle a découvert d’étranges dessins pornographiques sur les murs. La moitié inférieure des murs était constituée de larges parpaings, et le maniaque avait dessiné une scène pornographique différente sur chaque bloc. Plusieurs des blocs représentaient des scènes de sexe à la vanille, tandis qu’un grand bloc longeant le bas du mur représentait une orgie de six personnes. Tous les personnages avaient été dessinés à la craie noire et se résumaient à des contours plutôt qu’à des traits distinctifs.

Vue des fondations depuis l'extérieur.

Vue des fondations depuis l'extérieur 2.

Intérieur du bâtiment.

Les dessins pornographiques du maniaque sur les murs intérieurs.
Les dessins pornographiques du maniaque sur les murs intérieurs.

Dans un premier temps, la police a pensé que ces scènes avaient été dessinées par des jeunes rebelles cherchant à choquer et à dégoûter, notamment en raison de la nature infantile des représentations. Cependant, les images étranges n’étaient pas la seule chose que la police a trouvée à l’intérieur de la chambre souterraine.

Ils ont également trouvé une fosse en béton remplie de vieux pneus de voiture. À l’intérieur se trouvaient deux corps, dont celui de la personne qui avait donné le coup d’envoi de l’enquête. Les corps de Marina Ostrovskaya et de Lyudmila Miroshnichenko, les deux jeunes filles enlevées, gisaient sans cérémonie dans un charnier de pneus.

Marina Ostrovskaya avait disparu depuis 18 mois et Lyudmila Miroshnichenko depuis quatre semaines. Après un examen médico-légal des corps, les autorités ont conclu que ces jeunes filles avaient toutes deux été victimes du maniaque de Danilovsky. Elles ont toutes deux été violées, étranglées et abandonnées dans ce repaire souterrain. Le nombre de ses victimes s’élève désormais à six, et les personnes chargées de le traquer s’attendent à ce qu’il en fasse bientôt une septième.

La piste se refroidit

Le maniaque de Danilovsky a fait six victimes en 18 mois. Pour un tueur en série moderne, il s’agit d’un nombre stupéfiant de victimes. Ce qui est encore plus inquiétant pour la police, c’est que non seulement elle a du mal à trouver des suspects viables, mais que la rapidité du rythme des meurtres laisse à penser que la prochaine victime du Maniaque n’est pas loin. Malgré cela, la police de Cherepovets se vantait régulièrement que le maniaque serait bientôt arrêté. Les autorités extérieures de Vologda ont été appelées en renfort et ont aidé à établir un profil psychologique du criminel.

Les enquêteurs pensent que le maniaque de Danilovsky vivait près du terrain vague où les premiers meurtres ont été commis : la rue Danilovsky. Il s’agissait d’un homme blanc âgé de 20 à 40 ans, expérimenté et prudent. Il agissait froidement et rationnellement dans tous les cas et faisait tout ce qu’il pouvait pour ne pas laisser de traces derrière lui. Par exemple, au lieu d’utiliser une ceinture ou un produit d’usine, il tuait ses victimes avec un garrot de fortune. On pensait qu’il était peut-être un membre ou un ancien membre des forces de l’ordre.

Ses motivations pour les meurtres étaient d’ordre sexuel, même si le viol était son but premier. Il n’étranglait ses victimes que pour les éliminer en tant que témoins de sa vraie nature.

La police a contrôlé une trentaine d’hommes vivant dans la rue Danilovsky. Elle a prélevé des échantillons d’écriture et de sang sur tous les suspects afin de déterminer leur ADN. Au total, au cours de l’enquête, 14 000 habitants de Cherepovets ont été contrôlés pour leur implication dans les meurtres. Plusieurs personnes ont même été arrêtées à la suite de ces vérifications, mais le véritable maniaque de Danilovsky n’en faisait pas partie.

Alors que la police s’attendait à ce qu’un autre corps apparaisse aux alentours de l’été 2005, il n’en fut rien. Les habitants de Cherepovets respirent tranquillement, du moins pour le moment. Pendant cette période d’accalmie, les enquêteurs ont suggéré que le maniaque s’était volontairement abstenu de tuer après la découverte de sa cachette. Il était peut-être à la recherche d’un nouvel endroit pour mener ses activités meurtrières ou s’était volontairement fait enfermer en prison pour un crime sans rapport avec l’affaire, afin d’éviter les soupçons.

Mais très vite, le Maniaque s’est remis en chasse.

Après deux ans d’hibernation, le maniaque de Danilovsky est réapparu.

Le 11 juin 2007, Natalya Zakalova, une lycéenne de 17 ans, marche le long d’une ceinture forestière près du pont Oktyabrsky. Sa destination était les rives de la rivière Skeksna (le même endroit où se rendait Svetlana Stepanova) pour y retrouver ses parents. À deux minutes de sa destination, Natalya a appelé ses parents pour leur dire qu’elle arriverait bientôt.

Mais deux minutes se sont écoulées et Natalya n’est pas apparue. Rapidement, ses parents se sont inquiétés et ont appelé Natalya, mais son téléphone n’a même pas sonné. Il était complètement éteint. Ils se sont précipités au poste de police et ont raconté la disparition de leur fille, et il n’a pas fallu longtemps pour que l’horrible vérité apparaisse. Natalya Zakalova avait été enlevée.

Les enquêteurs et le grand public commencent à craindre que le Maniaque ne revienne sur le devant de la scène. Natalya avait disparu sans laisser de traces, comme plusieurs autres victimes, mais cette fois-ci, ils ont découvert la vérité en l’espace d’une semaine. Le 19 juin 2007, la police a trouvé les restes de Natalya dans le parc Zasheksinsky, à environ trois kilomètres de la rive de la Skeksna. Elle avait été violée, étranglée et jetée dans un endroit isolé du parc.

Ce que la police a découvert par la suite a ajouté l’insulte à la blessure. Ils ont retracé les derniers instants de Natalya et ont constaté qu’elle se trouvait à proximité de ses parents lorsque le maniaque de Danilovsky, tout juste sorti de sa longue pause, a repris son règne meurtrier. La distance qui séparait Natalya de ses parents au moment de son enlèvement était inférieure à 20 mètres.

Mais finalement, l’insistance du tueur à traquer sa proie en plein jour s’est retournée contre lui. Plusieurs témoins oculaires ayant aperçu un homme étrange dans la région où Natalya avait été enlevée, la police a finalement pu identifier le personnage qui terrorisait la ville de Terreur. Sur la base de multiples témoignages, la police a conclu que le maniaque de Danilovsky avait entre 30 et 50 ans, qu’il était relativement petit et trapu. Il avait une carrure dense, des cheveux bruns coupés court avec des calvities et des taches grises. Mais la caractéristique la plus identifiable, selon ceux qui l’ont vu, est le regard « flou » ou « trouble » qu’il porte sur lui. Une fois cette information connue, les journaux à sensation ont transformé le maniaque de Danilovsky en maniaque aux yeux ternes.

Les enquêteurs établissent un portrait-robot de l’auteur du crime et le distribuent dans toute la ville. Une récompense d’un million de roubles (environ 13 000 dollars) est offerte pour toute aide à l’arrestation du maniaque. Les informations émanant du public ont afflué rapidement, et l’une d’entre elles, apparemment aperçue, a retenu l’attention de la police.

Un enseignant d’une école correctionnelle locale avait récemment surpris un homme étrange en train de tracer à la craie des dessins pornographiques sur les murs extérieurs de l’école. Lorsque la police a enquêté, elle n’a eu aucun doute sur le fait que l’homme était le Maniaque aux yeux ternes, car il s’agissait de la même école que celle dont le tueur s’était échappé par la cour après avoir tué Svetlana Stepanova deux ans plus tôt.

Il semblait que le maniaque était de retour sur son ancien terrain de jeu, traquant les mêmes lieux que tout au long de sa carrière meurtrière.

Aussi mystérieusement qu’il est arrivé

Le Maniaque aux yeux ternes a disparu. Après ce septième meurtre, le Maniaque s’est tout simplement volatilisé, et on n’a plus jamais entendu parler de lui. Les autorités attendaient avec impatience que le prochain cadavre de jeune femme leur tombe sous la main, mais les mois et les années passèrent sans qu’aucun ne vienne.

La situation est alarmante en soi, car il est pratiquement impossible pour un délinquant sexuellement motivé de cesser de tuer de son plein gré. L’alternative était que le maniaque était mort, qu’il avait été emprisonné pour un autre crime ou qu’il avait repris sa folie meurtrière dans une autre partie du pays.

Des incidents mineurs se sont succédé au cours des années suivantes, donnant à la police une lueur d’espoir qu’elle avait enfin trouvé le maniaque, mais la ligne d’arrivée a été repoussée plus loin. En juillet 2008, la police a capturé un habitant de Cherepovets en train de traîner deux jeunes filles dans un buisson, mais l’examen de l’ADN l’a innocenté des meurtres du maniaque. En juillet 2009, la police est tombée sur un homme âgé qui ressemblait beaucoup au portrait-robot du maniaque et a découvert que ce même homme avait tué son ex-petite amie dans un accès de jalousie. Mais là encore, les preuves ADN l’ont innocenté de toute implication dans les crimes du maniaque.

Mais un crime commis en novembre 2011 laisse penser que le maniaque pourrait encore être actif dans la ville.

Une étudiante de 19 ans, Svetlana Filyuk, s’est disputée avec son petit ami et a quitté son appartement en claquant la porte. Plus tard dans la nuit, Svetlana a appelé son petit ami et lui a demandé de venir la chercher dans la rue Batyushkov, mais lorsque celui-ci est arrivé, Svetlana était introuvable. Sa disparition a rapidement été qualifiée d’enlèvement, et il a fallu plus d’un an aux enquêteurs pour retrouver la jeune fille disparue. Au cours de l’été 2012, des bénévoles ont découvert le cadavre de Svetlana dans un trou derrière un bâtiment vide de l’avenue Oktyabrsky. Elle avait été recouverte de bâtons, de terre et de feuilles, de la même manière que le cadavre de Tatyana Maskimova avait été retrouvé. De plus, si Svetlana Filyuk était bien une victime du Maniaque, ce serait la deuxième fois qu’il tuerait deux femmes portant le même nom. Malgré cela, la mort de Svetlana Filyuk n’a jamais été officiellement liée aux autres victimes du maniaque.

Allée de la rue Batyushkov.

Possible observation de Svetlana Filyuk avant le meurtre.

En décembre 2022, les autorités ont fait appel à l’aide du public en publiant trois nouvelles photographies relatives à l’affaire du maniaque. Deux d’entre elles sont des portraits-robots modernes et la troisième est celle d’un inconnu soupçonné d’être le maniaque lui-même.

2022 croquis du maniaque basés sur des témoignages.
2022 croquis du maniaque basés sur des témoignages.

 

Photographie possible du maniaque. L'identité de l'homme est inconnue.
Photographie possible du maniaque. L’identité de l’homme est inconnue.

Si vous avez des informations, contactez les autorités compétentes au 8-921-532-89-48 ou au 8-951-732-87-51.

Comment le maniaque aux yeux ternes a-t-il pu si bien échapper à la capture ? Était-il un représentant des forces de l’ordre, comme le croient tant de gens, ou était-il simplement un homme ordinaire qui a eu de la chance ? Pourquoi a-t-il disparu pendant deux ans après avoir tué avec une telle régularité, et pourquoi s’est-il mystérieusement volatilisé en 2007 ?

L’affaire du maniaque aux yeux ternes reste un mystère. Il est peut-être toujours là, caché dans l’ombre de Cherepovets ou de n’importe quelle autre ville du monde.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.