Criminalité

L’étrange histoire de Danny LaPlante

Le garçon dans les murs

On dit souvent que la vérité est plus étrange que la fiction. À première vue, l’étrange affaire de l’adolescent meurtrier Daniel LaPlante peut sembler sortir tout droit d’une histoire d’horreur hollywoodienne, compte tenu des événements extraordinaires qui s’y sont déroulés. En effet, le cas de Danny LaPlante a évolué au fil des ans pour devenir une véritable légende urbaine. Certains rapports affirment que les incidents survenus entre 1986 et 1987 ont été embellis à des fins de dramatisation, mais tout autant de rapports affirment que certains événements se sont déroulés dans l’intégralité macabre qui a fait la réputation de l’affaire.

Daniel Laplante (Danny LaPlante)
Daniel Laplante (Danny LaPlante)

Daniel LaPlante jouit d’un prestige rare dans les annales du true crime. Ce ne sont pas les meurtres dont LaPlante s’est rendu coupable qui lui ont valu son infamie, mais les événements cauchemardesques qui les ont précédés, sans qu’aucune vie ne soit perdue. Tout comme Ed Gein est connu comme un pilleur de tombes macabre qui dépouillait les corps de femmes déjà décédées, c’est le comportement de Daniel LaPlante avant le meurtre qui lui a conféré son attrait de démon folklorique. Ce sont ses meurtres ultérieurs qui l’ont placé sous les feux de l’actualité et qui ont mis en lumière son sombre passé.

L’affaire Daniel LaPlante est une histoire de jalousie, d’illusions, de désespoir et d’affection mal placée, qui a entraîné la perte de trois vies innocentes. En outre, LaPlante est responsable du traumatisme intense de plusieurs autres victimes, dans une série d’actes bizarres qui sembleraient même trop exagérés pour une fiction.

Une enfance misérable

Né en 1970 à Townsend, dans le Massachusetts, Daniel LaPlante a vécu une enfance traumatisante, comme on peut l’imaginer. Bien que l’on sache très peu de choses sur les détails spécifiques de son éducation (LaPlante était mineur lors de ses premiers démêlés avec la justice, ce qui signifie que de nombreux détails sont restés anonymes), LaPlante a subi des abus sexuels et psychologiques de la part de plusieurs adultes dans sa vie. Le père de LaPlante était celui qui administrait la majorité des punitions de son fils, le tourmentant physiquement, émotionnellement et sexuellement sur une base régulière.

L’éducation perturbée de LaPlante a affecté tous les aspects de sa jeune vie. Il a eu des difficultés à l’école, tant sur le plan scolaire que social, et a été diagnostiqué dyslexique dès son plus jeune âge. Il n’a eu que très peu d’amis tout au long de sa scolarité, la plupart de ses camarades de classe de la North Middlesex High School le qualifiant d’effrayant ou de bizarre. Au début de son adolescence, LaPlante a été envoyé par les responsables de l’école chez un psychiatre en raison de son comportement anormal et de sa réticence générale à l’égard de son apparence, de son hygiène et de son amélioration personnelle.

Cet incident particulier aurait pu marquer un tournant dans la vie du jeune LaPlante s’il n’y avait pas eu des circonstances tragiques. C’est à ce moment-là que l’on a diagnostiqué chez LaPlante un trouble de l’hyperactivité, ce qui ne cadrait pas avec son état mental déjà dégradé par une vie familiale et scolaire troublée. Sa relation avec le psychiatre a pris une tournure sombre lorsque ce dernier a fait des avances sexuelles à LaPlante. L’année suivante, le psychiatre a abusé sexuellement de LaPlante pendant leurs séances, ce qui a sans aucun doute laissé un impact durable sur la psyché de LaPlante. Comme son père avant lui, cet homme à qui l’on avait confié le soin de s’occuper de LaPlante a ajouté une nouvelle couche de chagrin à son existence déjà douloureuse.

Au début de son adolescence, LaPlante s’est établi comme petit voleur. Il passe ses soirées à s’introduire dans les propriétés des gens de la région de Townsend et à voler leurs objets de valeur. Ses compétences en matière de cambriolage se sont accrues, tout comme son désir de tourmenter les gens. À l’âge de 15 ans, il s’introduisait dans les maisons des gens et ne se contentait pas de prendre leurs biens, mais laissait également des produits sur son passage. Il déplaçait également des produits dans les maisons de manière à ce qu’il soit clair que quelqu’un était entré dans leur propriété, mais pas trop pour que cela soit immédiatement évident. En fin de compte, il envahissait les maisons des gens dans le seul but de se livrer à des jeux d’esprit avec les propriétaires.

Des troubles dans sa tête.

C’est à peu près à la même époque que la carrière criminelle de Daniel a commencé. Au lieu de passer son temps comme la plupart des adolescents – sortir avec ses amis, faire du sport, faire ses devoirs – Daniel a commencé à entrer par effraction dans les maisons des gens.Il était clair que la motivation de Daniel pour entrer par effraction n’était pas seulement de voler des objets de valeur. Bien sûr, il prenait des objets, mais c’est le fait de pénétrer à l’insu d’autrui dans la maison de quelqu’un d’autre qui lui procurait le plus d’excitation. Il fouillait dans les affaires des gens et déplaçait les objets et les meubles. Il laissait aussi des produits sur place, comme des boissons à moitié bues. Il éprouvait du plaisir à savoir qu’il effrayait les gens, voire qu’il leur faisait croire qu’ils perdaient la tête.

La famille Andrews, 1986

Brian Andrews vivait dans la ville voisine de Pepperell, MA, avec ses deux filles, Annie, 15 ans, et Jessica, 8 ans. La famille traverse une période difficile après que la femme de Brian (et la mère bien-aimée des filles) a été emportée par un cancer.

Acculé à la monoparentalité, Brian a dû travailler davantage pour subvenir aux besoins de sa famille, ce qui signifie qu’il n’était pas à la maison avec les filles autant qu’il l’aurait souhaité. Malgré leur différence d’âge, Annie et Jessica s’entendent bien. La perte de leur mère les a rapprochées.

Annie, qui a 15 ans, commence à penser aux garçons. Avec ses amies, elle parlait de rendez-vous galants, de qui avait le béguin pour qui – des conversations typiques des adolescentes. Aussi, lorsqu’Annie a commencé à recevoir des appels téléphoniques d’un garçon à la maison, elle a été intriguée. Le garçon lui a dit qu’il s’appelait Danny et qu’il avait obtenu son numéro de téléphone par l’intermédiaire d’un ami commun qui fréquentait son lycée.

C’était bien sûr un mensonge , on pense qu’il s’était déjà introduit dans la maison des Andrews et qu’il y avait fait quelques repérages, et qu’il aimait le faire. Il a découvert qu’Annie vivait là – il l’avait probablement vue sur des photos de famille – et est devenu obsédé par elle. Il a fait des recherches et a réussi à obtenir le numéro de téléphone de la famille.

Au téléphone, il s’est décrit comme grand, blond, athlétique et intelligent. Annie était un peu sceptique, mais elle a accepté.

Au cours de la semaine suivante, ils se sont régulièrement parlé au téléphone. Annie aimait bien parler à Danny, alors quand il lui a proposé un rendez-vous, elle a accepté. Il est venu la chercher chez elle et ils sont allés à la foire locale.

Le jour venu, Annie est très enthousiaste. Elle sonne à la porte et se précipite pour répondre. Mais elle est déconcertée par le garçon qui se tient sur le pas de la porte et qui ne ressemble pas du tout à ce qu’elle attendait. Au téléphone, il lui avait dit qu’il était grand, blond et athlétique, mais il n’avait rien de tout cela. Ce garçon mesurait environ 1,80 m, était mince, avait des cheveux bruns gras et des sourcils épais et indomptés. Sa peau était couverte d’acné. Il s’est présenté sous le nom de Danny.

Annie, essayant de cacher son désarroi, se rend quand même au rendez-vous. Mais elle a eu de mauvaises impressions dès qu’elle a posé les yeux sur le garçon. Alors qu’ils marchent dans la foire, Annie parle à Danny de sa famille, mentionnant la mort récente de sa mère, atteinte d’un cancer. C’est comme si la mention de la mort avait déclenché un déclic chez Danny, ses yeux se sont soudainement illuminés et il est devenu extrêmement animé. Il a commencé à bombarder Annie de questions sur le décès. Il est compréhensible que les questions de Danny sur sa mère décédée, notamment sur la gravité de sa maladie, mettent Annie très mal à l’aise.

Après avoir passé une heure avec Danny, Annie a décidé qu’elle avait passé assez de temps avec ce personnage étrange et morbide. Elle lui dit qu’elle doit rentrer chez elle et s’en va. Elle lui a clairement fait comprendre qu’elle ne voulait plus le voir ni entendre parler de lui.

Un soir, Annie et sa sœur tentent d’entrer en contact avec leur mère décédée en organisant une séance de spiritisme dans leur sous-sol. Elles l’ont fait par pure naïveté adolescente, ne s’attendant pas vraiment à ce qu’il en résulte quelque chose.

Cependant, le même soir, Jessica et Annie ont reçu des coups rythmés contre les murs de leur chambre alors qu’elles dormaient. Étonnamment, il semble que la séance de spiritisme des jeunes filles ait été couronnée de succès. Au cœur de la nuit, les deux filles ont parlé à la force invisible comme si elles parlaient une fois de plus à leur mère. Elles ont posé des questions à l’esprit, qui a répondu en frappant contre le mur. Il semble que les filles aient vraiment découvert une force surnaturelle à l’œuvre.

laplante-place-secrète
La cache de laplante de 2m carrée environ derrière le toilette

Ce phénomène s’est poursuivi pendant plusieurs soirées, jusqu’à ce que les coups deviennent si réguliers qu’ils perturbent le sommeil des jeunes filles. Au fil du temps, des objets de la maison ont commencé à disparaître. Des produits posés sur une table un jour se retrouvaient éparpillés sur le sol le lendemain. En rentrant à la maison, les filles trouvaient des meubles déplacés d’un côté à l’autre de la pièce. Jessica et Annie ont fini par croire qu’elles étaient hantées par un démon malveillant, et non par l’esprit de leur mère comme elles l’avaient cru au départ.

Le père des filles, Brian Andrews, pensait que c’étaient les filles elles-mêmes qui causaient des dégâts dans leur propre maison. Les filles lui ont affirmé qu’elles pensaient avoir laissé entrer un fantôme vengeur dans leur maison sans le savoir, mais Brian a refusé de croire qu’une telle absurdité pouvait être réelle. Au lieu de cela, il souligna le fait que ses filles luttaient émotionnellement contre la mort de leur mère.

Un soir de janvier 1987, les étranges coups ont commencé alors que Jessica et Annie étaient seules dans leur chambre. À ce moment-là, les coups constants étaient devenus si courants qu’ils rendaient les filles folles. Ce soir-là, cependant, il semble que les bruits ne viennent pas des murs, mais du sous-sol.

Armées d’un couteau de cuisine, les deux jeunes filles se dirigent prudemment vers la source du bruit. Alors qu’elles se glissent sous leur maison, elles sont accueillies par un spectacle inquiétant. Sur le mur du sous-sol, le message est écrit en rouge sang :

Je suis dans ta chambre. Viens me trouver.

Les filles ont fui la maison sans hésiter et ont fait appel à l’aide d’un voisin. Elles attendent le retour de leur père et lui racontent ce qu’elles ont découvert. Brian Andrews, croyant à nouveau que ses filles étaient responsables des dégradations des murs de sa cave, a ordonné à Annie et Jessica de suivre une thérapie pour les aider à faire face à ce qu’il croyait être la source de leur état mental difficile : le chagrin d’avoir perdu leur mère.

La Terreur continue – Janvier 1987

Daniel Laplante
Daniel Laplante

La personne (ou la chose) qui terrorisait la famille Andrews n’en avait pas encore fini avec elle.

Environ deux semaines se sont écoulées depuis l’incident de la cave, et les coups sur les murs ont cessé. Cependant, le soulagement ne dura pas.

Les filles étaient seules à la maison lorsque les coups ont recommencé. Cette fois, les coups viennent de la chambre d’Annie.

Annie prend à nouveau un couteau de cuisine et les deux filles montent ensemble les escaliers. Lorsqu’elles atteignent la porte de la chambre d’Annie, elles voient un autre message écrit sur le mur. Il disait :

Je suis de retour. Trouvez-moi si vous le pouvez.

La suite s’est déroulée de la même manière que précédemment, Brian Andrews rejetant toute la responsabilité sur Annie et Jessica. Les filles l’avaient appelé depuis la maison d’un voisin pour qu’il rentre à la maison, et lorsqu’il l’a fait, il est entré directement dans sa maison pour prouver qu’il n’y avait personne d’autre à l’intérieur. Cependant, lorsque Brian est entré dans la maison, il a remarqué que le désordre était encore plus grand que ce que son voisin et les filles avaient prétendu auparavant. Il est alors devenu évident que quelqu’un était entré dans la maison alors que Brian, les filles et leur voisin étaient tous réunis ailleurs.

Brian est entré seul dans la chambre d’Annie. Là, un message supplémentaire avait été peint sur le mur :

Épouse-moi.

Puis, de l’autre côté de la pièce, Brian est accueilli par un spectacle encore plus étrange. Un jeune garçon se tenait debout, vêtu des vêtements de la défunte épouse de Brian. Il portait son maquillage, une robe et une perruque blonde. Dans l’une de ses mains se trouvait une hachette.

Le jeune garçon s’appelait Danny LaPlante.

Une lutte s’est engagée, mais LaPlante a réussi à s’échapper. Brian se souvient d’avoir été abasourdi par la façon dont LaPlante était capable de disparaître de la vue sans grand effort. Lorsque la police a été appelée pour enquêter plus tard dans la soirée, la raison pour laquelle LaPlante a pu disparaître si soudainement est devenue évidente.

Après avoir découvert que chaque message avait été écrit avec du ketchup, la police locale a fouillé la maison à la recherche d’indices sur la manière dont LaPlante avait pu y accéder. L’un des policiers a découvert un vide sanitaire caché derrière une armoire encastrée dans le mur de la chambre d’Annie Andrews. Lorsque l’agent a ouvert la trappe, il a découvert Danny LaPlante recroquevillé à l’intérieur.

Middlesex Sheriff’s officers escort murder suspect Daniel J. LaPlante, 17, from Ayer District Court, Dec. 4, 1987, after he pleaded innocent to charges of fatally shooting a mother and strangling or drowning her two children at their Townsend, Mass., home. (AP Photo/Gerald Herbert)

Une fois LaPlante évacué, les agents ont procédé à une fouille minutieuse de la résidence des LaPlante. À leur grande horreur, ils découvrent que LaPlante vivait à l’intérieur des murs de leur maison. Le passage dans lequel ils ont découvert LaPlante avait été creusé jusqu’à d’autres parties de la maison. Il y avait une poignée de judas disséminés de façon à ce que LaPlante puisse observer Annie Andrews depuis n’importe quelle pièce où elle se trouvait.

Il est apparu clairement que Danny LaPlante s’était fait passer pour le fantôme de la mère d’Annie et de Jessica afin de les tourmenter. On pense que LaPlante avait l’intention de se révéler aux filles alors qu’il était habillé comme leur mère décédée, que ce soit pour se faire passer pour son esprit ou pour les terrifier reste inconnu, mais il est probable qu’il s’agissait de la seconde option. Le fait qu’il ait brandi une hachette à ce moment-là suggère également qu’Annie et Jessica Andrews ont eu de la chance de s’échapper cette nuit-là.

Les meurtres de Danny LaPlante

L’année suivante, Danny LaPlante est placé dans un centre pour mineurs où il reste jusqu’en octobre 1987. Presque immédiatement après sa libération, LaPlante reprend sa vie de cambrioleur. Au cours de l’un de ses vols, en novembre de la même année, LaPlante s’est procuré deux armes de poing chez un voisin.

Le 1er décembre 1987, LaPlante s’introduit dans la maison de la famille Gustafson, située à environ 800 mètres du domicile familial de LaPlante. LaPlante y est accueilli par Priscilla Gustafson, 33 ans, enceinte, et ses deux jeunes enfants, Abigail et William.

Andrew Gustafson, le mari de Priscilla, était au travail lorsque LaPlante a envahi son domicile et, à son retour, il a été confronté au spectacle le plus pénible de sa vie.

De gauche à droite : William, Abigail et Priscilla Gustafson (source : National Organization of Victims of Juvenile Murderers)
De gauche à droite : William, Abigail et Priscilla Gustafson (source : National Organization of Victims of Juvenile Murderers)

Andrew a découvert Priscilla allongée sur son lit, face contre terre, ses oreillers teintés de rouge par les éclaboussures de sang. Elle avait été violée par Danny LaPlante, puis abattue de plusieurs balles dans la tête à bout portant. Andrew Gustafson appelle la police, qui découvre alors les corps des deux enfants d’Andrew dans deux baignoires différentes. William, cinq ans, avait été noyé dans la salle de bain du haut, tandis qu’Abigail, huit ans, avait subi le même sort dans la salle de bain du bas.

Andrew Gustafson
Andrew Gustafson

Le mode opératoire exact de LaPlante dans ce meurtre reste inconnu. Le fait que LaPlante soit passé rapidement du cambriolage au meurtre à grande échelle alors qu’il était en possession d’une arme laisse à penser qu’il n’avait ni la confiance ni la force physique nécessaires pour maîtriser ses victimes à la main. En outre, une poignée de produits pouvant servir de moyens de contrainte ont été trouvés chez les Gustafson. Cela laisse supposer que LaPlante est entré de force dans la résidence et a tenu ses victimes en joue pendant qu’il les maîtrisait. Il a probablement tué Priscilla Gustafson en premier pour éliminer la plus grande menace, puis a noyé les enfants un par un.

Il n’a pas fallu longtemps aux autorités pour établir un lien entre le meurtre de la famille Gustafson et Danny LaPlante. La police a cherché à l’appréhender, mais s’est aperçue que LaPlante avait fui la région. Une chasse à l’homme s’est rapidement engagée.

LaPlante était considéré comme armé et extrêmement dangereux. Compte tenu des antécédents de LaPlante, il était impossible de savoir jusqu’où il pourrait aller pour éviter d’être repéré. À quelques kilomètres de Townsend, LaPlante s’est introduit dans la maison d’une femme et l’a kidnappée dans son véhicule. La femme s’est échappée, mais LaPlante a été repéré par quelqu’un qui avait vu sa photo aux informations. Danny LaPlante a été découvert caché dans une benne à ordures 48 heures après le début de la chasse à l’homme. Lors de l’inspection, un cheveu appartenant à Abigail Gustafo a été découvert sur sa chaussette, confirmant l’implication de LaPlante dans le meurtre de la jeune femme.

Un an plus tard, Danny LaPlante a été condamné à trois peines de prison à vie pour le meurtre de la famille Gustafson.

Les preuves

Les preuves liant Daniel aux meurtres de Gustafson sont accablantes. Voici une liste de ce que j’ai trouvé au cours de mes recherches :

  • Une douille de balle de calibre 22 a été trouvée au domicile des LaPlante, qui correspondait aux deux douilles trouvées au domicile des Gustafson.
  • L’arme utilisée pour tirer sur Priscilla a été trouvée par le beau-père de Daniel dans la boîte à gants d’une Jeep Cherokee hors d’usage qui se trouvait dans la cour de la maison des LaPlante. Un expert en balistique a déclaré au procès que les douilles de balles trouvées au domicile des Gustafson correspondaient à cette arme.
  • Une paire de baskets Converse, dont les empreintes correspondent à celles relevées dans le parterre de fleurs de la maison des Gustafson, a été retrouvée dans le placard de Daniel.
  • Une chaussette couverte de salive a été retrouvée. La police pense qu’elle a été utilisée pour bâillonner Priscilla Gustafson.
  • Une cravate, une chaussette, des bas et des collants qui avaient été transformés en ligatures.
  • L’une des chaussettes de Danny contenait des fibres qui correspondaient à celles trouvées au domicile des Gustafson. Je n’ai pas pu trouver précisément de quel type de fibres il s’agissait. J’ai également lu qu’une mèche de cheveux appartenant à Abigail avait été trouvée sur la chaussette.
  • Ils ont trouvé le téléphone sans fil qui avait été volé aux Gustafson. Une empreinte de pouce appartenant à Daniel a été identifiée sur le téléphone.

Alors que la technologie de l’ADN n’en était qu’à ses balbutiements à l’époque, l’analyse en laboratoire du sang de Daniel a révélé qu’il était un « sécréteur de type A », le même statut que la tache de sperme trouvée sur le lit de Priscilla.

Lors du procès, un agent cynophile a témoigné que son chien avait détecté l’odeur d’un objet dans la maison des Gustafson (j’ai lu qu’il s’agissait d’un oreiller, mais je ne suis pas sûr de l’exactitude de cette information). Le chien a suivi l’odeur tout au long d’un demi-kilomètre de bois jusqu’à la maison des LaPlante.

Le procès

Daniel a plaidé non coupable des trois chefs d’accusation de meurtre. Son procès s’est ouvert en octobre 1988, alors qu’il avait 18 ans. Il a été soumis à une évaluation psychiatrique, à l’issue de laquelle il a été jugé apte à être jugé. Même si Daniel était mineur au moment où les meurtres ont été commis, le juge avait déjà décidé qu’il serait jugé comme un adulte.

Au cours du procès, l’accusation a cité pas moins de 50 témoins, dont beaucoup étaient des membres de la famille de Daniel. J’irais même jusqu’à dire que le dossier de l’accusation contre Daniel était solide comme le roc, compte tenu des preuves et des puissants témoignages. S’il n’était pas solide comme le roc, il en était assez proche.

Daniel LaPlante lors de son procès en 1988 (source : Youtube - WCVB Channel 5 Boston)
Daniel LaPlante lors de son procès en 1988 (source : Youtube – WCVB Channel 5 Boston)

Le fait que Daniel soit apparu comme extrêmement antipathique tout au long du procès n’a pas aidé la défense. Il n’a montré aucun remords pendant toute la durée du procès et affichait constamment un sourire en coin. Le juge, le jury et les avocats (y compris celui de Daniel) ont eu de mauvaises impressions.

La défense n’a pas vraiment eu la tâche facile pour défendre Daniel. Son avocat a tenté de faire valoir que les preuves trouvées au domicile des LaPlante étaient circonstancielles et pouvaient être liées à un autre membre de la famille. Cependant, les frères et le beau-père de Daniel avaient tous un alibi pour l’heure du meurtre.

Pour tenter d’obtenir un peu de clémence, l’avocat de Daniel a parlé de sa mauvaise enfance, au cours de laquelle il a été victime d’abus sexuels et psychologiques de la part de différents adultes, dont son père, son beau-père et son thérapeute.

Daniel a été reconnu coupable de tous les chefs d’accusation après environ 5 heures de délibération du jury. Le juge l’a condamné à trois peines de prison à vie, à purger consécutivement. Il est actuellement incarcéré à la prison MCI Norfolk à Norfolk, dans le Massachusetts.

Les membres de la famille des Gustafson et le public ont été soulagés par la sentence, estimant que Daniel LaPlante ne devrait plus jamais être autorisé à circuler dans les rues. Seul un véritable monstre, pensaient-ils, peut assassiner une femme enceinte et ses deux jeunes enfants sans rien ressentir. Non seulement Daniel n’a rien ressenti, mais il a semblé trouver l’affaire amusante.

Les suites de l’affaire

Depuis son incarcération, Danny LaPlante n’a montré que peu de remords pour ses actes. Souffrant  manifestement d’une multitude de troubles de la personnalité, LaPlante continue de montrer qu’il est un homme brisé et irrécupérable. Entre 1988 et 2014, Danny LaPlante a tenté à plusieurs reprises de poursuivre les tribunaux pour violation de ses droits. Dans un cas, il a affirmé que le système pénitentiaire avait violé ses droits religieux, car il était prétendument un sataniste pratiquant. Par conséquent, LaPlante a affirmé qu’il avait besoin de suffisamment de matériel pour effectuer certains rites sataniques, mais que les responsables de la prison le lui avaient refusé.

En 2017, cependant, il semble que Danny LaPlante ait finalement accepté ses actes. Alors qu’il faisait appel pour obtenir une réduction de peine, LaPlante a fait la déclaration suivante :

Je n’ai pas les mots pour exprimer pleinement mon profond chagrin. Mais je suis vraiment désolé pour le mal que j’ai causé. De l’essence même de ce que je suis, du plus profond de mon âme, je suis désolé.

Ces paroles sont-elles celles d’un homme qui regrette vraiment ses actes ? Ou s’agit-il des paroles d’un monstre manipulateur et délirant, prêt à tout pour obtenir la liberté ?

Laplante en 2017
Laplante en 2017

Heureusement, l’appel de LaPlante a été rejeté, et il passera donc le reste de sa vie en prison, sans possibilité de libération anticipée.

La dernière victime de LaPlante, Andrew Gustafson, est décédée en 2014 et n’était donc pas là pour apprendre que le tueur de sa famille était définitivement condamné à la prison à vie. Cependant, sur son lit de mort, Gustafson aurait déclaré :

Ne le laissez jamais sortir. Il devrait pourrir en prison !!!

Il semble qu’Andrew Gustafson ait exaucé son vœu, même s’il s’agit d’une petite victoire.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.