Edward John Louis Paisnel – La bête de Jersey – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Edward John Louis Paisnel – La bête de Jersey

Lorsque l’on a tendance à se représenter l’île anglo-normande de Jersey, les premières choses qui viennent à l’esprit sont le décor de la série télévisée « Bergerac » des années 1980, les vaches de Jersey ou le fait que l’île a été occupée par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais plus récemment, ce sont peut-être les horribles allégations d’abus physiques et sexuels sur des enfants qui remontent à plusieurs années et qui concernent un ancien foyer pour enfants de l’île, le Haut de la Garenne. Ces allégations ont conduit la police de Jersey à enregistrer les plaintes pour abus de plus de 100 personnes qui ont raconté des histoires d’agressions physiques et sexuelles qu’elles ont subies à la fois au foyer et aux mains de personnes liées au foyer. Même des noms célèbres, tels que le pédophile notoire Jimmy Saville et l’acteur décédé Wilfred Brambell, ont été accusés à titre posthume d’avoir agressé des personnes au cours des décennies passées. Les allégations formulées dans le cadre de l’enquête en cours sont suffisamment horribles, mais ce n’est pas la première fois qu’un tel malheur frappe l’île de Jersey.

Le règne de la terreur a commencé pour les insulaires en 1957. En novembre, une infirmière de 29 ans qui attendait un bus dans le quartier de Monte a L’abbe a été attaquée par un homme portant une sorte de couverture sur le visage et prenant un accent « irlandais », puis traînée dans un champ et agressée sexuellement. Elle a été assez gravement blessée et ses blessures ont nécessité de nombreux points de suture. L’année suivante, en mars, une jeune femme de 20 ans qui rentrait chez elle après un arrêt de bus a été attaquée dans la paroisse de Trinity et s’est fait passer une corde autour du cou. Elle aussi – dans ce qui allait devenir la signature de l’agresseur – a été traînée dans un champ et violée. Puis, en juillet de la même année, une femme de 31 ans, qui rentrait à pied d’un arrêt de bus, a été attaquée selon ce qui était désormais la signature de l’agresseur. Une corde autour du cou, traînée dans un champ, violée ou agressée de manière indécente.

La même chose est arrivée à une jeune fille rentrant chez elle à pied dans la paroisse de Grouville en août 1959, et à une femme de 28 ans attaquée dans la paroisse de St Martin en octobre 1959. Cette dernière, bien qu’agressée de manière indécente par l’homme, a pu le repousser assez rapidement pour qu’il prenne la fuite, surpris. La première n’a pas eu cette chance.

Les détectives ont remarqué plusieurs thèmes récurrents dans chaque description de l’agresseur donnée par chaque victime, et lorsqu’ils les ont regroupés, cela les a amenés à penser qu’ils avaient tous été commis par le même homme. Chaque victime s’accorde à dire que l’homme était âgé d’une quarantaine d’années, mesurait environ 5?6 et avait un accent irlandais. Certaines des victimes ont décrit l’agresseur comme portant une corde ou un cordon autour de sa taille, et il a souvent retenu la victime en attachant leurs mains ensemble.

Toutes ont décrit l’agresseur comme sentant le « moisi ». Si l’on ajoute à cela la coutume de placer une corde autour du cou de la victime et d’utiliser l’emplacement d’un champ pour l’agression, les détectives ont soupçonné un agresseur en série, qui a été surnommé la « Bête de Jersey ».

En 1960, l’agresseur a ajouté des éléments sinistres à son modus operandi ; il a attaqué à l’intérieur, il a également changé sa préférence de victime – et les attaques ont augmenté à la fois en fréquence et en férocité. Aux premières heures de la Saint-Valentin 1960, un garçon de 12 ans qui dormait chez lui, dans la région des Grands Vaux, a été réveillé par un homme qui était passé par la fenêtre de sa chambre. Le garçon s’est fait passer une corde autour du cou, puis a été conduit à l’extérieur et agressé de manière indécente. Le mois suivant, une femme de 25 ans qui se rendait à un arrêt de bus à St Brelade s’est vu proposer de monter dans une voiture Rover par un homme prétendant être un médecin qui allait « chercher sa femme ».

Elle a accepté et, pendant le trajet, a remarqué qu’il portait une casquette, un duffle-coat et des gants, mais n’a pas pu distinguer ses traits en raison de l’obscurité. Il a conduit la voiture dans un champ et a maîtrisé la femme, la frappant, menaçant de la tuer et lui attachant les mains derrière la tête. Elle a ensuite été traînée dans le champ et violée, avant de remonter dans la voiture et de repartir. Elle a toutefois réussi à s’échapper du véhicule et à crier à l’aide, mais l’agresseur a réussi à s’enfuir.

En mars 1960, une mère de 43 ans et sa fille de 14 ans vivant dans un chalet assez isolé de la paroisse de St Martin ont vécu une expérience horrible. La mère a été réveillée vers 12h30 par la sonnerie du téléphone au rez-de-chaussée. Elle est descendue pour répondre, mais lorsqu’elle a soulevé le combiné, elle n’a entendu qu’un clic, puis la tonalité de numérotation. Elle est retournée se coucher mais a été réveillée environ une heure plus tard par un bruit en bas. Elle est descendue pour enquêter, mais lorsqu’elle a atteint le bas de l’escalier, les lumières se sont brusquement éteintes et elle a entendu quelqu’un se déplacer dans le salon. Dans l’obscurité, elle s’est dirigée vers le téléphone pour appeler la police, mais les lignes téléphoniques avaient été arrachées. Elle a alors été confrontée à la silhouette d’un homme qui l’a attrapée et lui a demandé de l’argent. Il a été très dur avec elle et a menacé de la tuer, mais a quitté la femme immédiatement lorsqu’il a entendu la fille descendre pour enquêter sur l’agitation. La femme a profité de l’occasion pour s’enfuir et donner l’alerte dans une ferme voisine. À son retour au chalet, elle a trouvé sa fille – elle était encore en vie mais avait été horriblement violée dans une signature désormais familière. En avril, à La Roque, une jeune fille de 14 ans s’est réveillée dans sa chambre et a trouvé un homme portant un masque étrange, mais il est parti lorsque l’enfant a crié. Et en juillet de la même année, un garçon de 8 ans a été enlevé chez lui par un homme portant un imperméable qui l’a agressé de manière indécente, puis l’a conduit chez lui et l’a laissé sur le pas de la porte. Les attaques ont cessé pendant le reste de l’année, mais ont repris en février 1961. Il y a eu une attaque sur un garçon de 12 ans dans la région de Mont Cochon de la manière maintenant familière ; une attaque sur un garçon de 11 ans dans la paroisse de St Saviour en mars de la même année, et un viol brutal d’une fille de 11 ans à St Martin en avril.

La « Bête de Jersey » est en liberté depuis plus de trois ans et les enquêtes de la police de Jersey n’ont pas permis de l’attraper. Sous la pression de la presse et d’un public effrayé, la police de Jersey a demandé l’aide de Scotland Yard. Elle est arrivée sous la forme d’un membre célèbre de la brigade des meurtres de Scotland Yard, le superintendant-détective Jack Mannings. L’une de ses premières actions a été d’appeler tous les habitants de l’île à « devenir détective », et la presse a reçu un portrait-robot de la « Bête ».

Il se présente comme suit : La « Bête » frappait toujours la nuit, et jusqu’alors, elle n’avait frappé que les week-ends au clair de lune, entre 22 heures et 3 heures du matin. Il semblait avoir une connaissance intime de l’île, en particulier des zones orientales. Il était décrit comme ayant entre 40 et 45 ans, mesurant environ 5?6, avec une moustache et de corpulence moyenne. Il était généralement décrit comme portant une veste basse, longue comme la cuisse, ou un imperméable qui dégageait une odeur distincte de  » moisi « , une casquette à visière et des gants. Son visage était toujours couvert, soit d’un masque, soit d’un foulard couvrant la partie inférieure du visage. Il portait une torche avec lui pendant les attaques et ses méthodes suivaient un schéma précis : ses victimes étaient soigneusement sélectionnées et la méthode habituelle d’entrée était la fenêtre de la chambre à coucher. Une fois à l’intérieur, l’homme, rapide et silencieux, bandait généralement les yeux de sa victime et lui attachait les mains. Dans chaque cas, une corde était placée autour du cou des victimes, qui étaient ensuite emmenées dans un champ voisin où elles subissaient une agression sexuelle, puis rentraient chez elles. L’agresseur parlait beaucoup pendant les attaques, avec une voix décrite comme « douce », avec un accent « irlandais ». Il a mentionné à plusieurs reprises une épouse, une mère décédée à cause de l’alcool, qu’il avait déjà tuée auparavant, et a souvent tenu à dire qu’il avait laissé tomber ses cigarettes ou son briquet. Jersey n’est pas une grande île, elle ne fait en effet que moins de 46 miles carrés au total, et il va de soi que quelqu’un aurait connu ou du moins soupçonné quelqu’un qui correspondait au moins en partie à cette description. Tous les hommes possibles ont été examinés, tous les hommes ayant un casier judiciaire ont été questionnés et interrogés. Mais « La Bête » n’a toujours pas été retrouvée.

L’intervention de Scotland Yard a été efficace puisqu’il n’y a plus eu d’attaques pendant deux ans – « La Bête » avait disparu. Mais en avril 1963, il revient, attaquant un garçon de 9 ans à St Saviour dans son mode opératoire habituel. Une autre attaque à St Sauveur en novembre 1963 sur un garçon de 11 ans a suivi, puis il s’est à nouveau retiré. Mais il était de retour en 1964, attaquant une fille de 10 ans dans la paroisse de Trinity en juillet. Une attaque sur un garçon de 16 ans a suivi en août 1964 dans la paroisse de Grouville, puis « La Bête » s’est à nouveau terrée. Il n’y a pas eu d’autres attaques pendant deux ans, et la chasse s’est arrêtée.

En 1966, la police de Jersey reçoit une étrange lettre d’un auteur qui prétend être la « Bête de Jersey ». Elle est reproduite comme suit (SIC)

Mon cher Monsieur,

Je pense que c’est le moment de vous dire que vous perdez votre temps, car à chaque fois que j’ai fait ce que j’avais l’intention de faire, je ne m’arrêterai pas là, mais je vais être juste avec vous et vous donner une chance. Je n’ai jamais eu beaucoup de choses dans cette vie mais j’ai l’intention d’obtenir tout ce que je peux maintenant….. J’ai toujours voulu faire le crime parfait. Je l’ai fait, mais cette fois-ci, que la lune brille très fort en septembre, car cette fois-ci, il doit être parfait, pas un mais deux. Je ne suis pas un maniaque, loin de là, mais j’aime jouer avec vous. Vous aurez de mes nouvelles avant septembre et je vous donnerai tous les indices. Juste pour voir si vous pouvez m’attraper.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Wait and See

L’auteur était-il la Bête ? Cela semblait probable, car il y a eu un viol sauvage sur une jeune fille de 15 ans dans la paroisse de Trinity en août 1966 – comme la lettre l’avait promis. L’attaque ressemble aux précédentes, la méthode et la description sont la signature de « La Bête », mais cette fois, il y a un nouveau détail dans l’attaque. D’étranges et longues griffures, régulièrement espacées et toujours parallèles, ont été découvertes sur le torse de la victime pour la première fois dans la série. Après cette attaque, il y eut ensuite la plus longue accalmie de la série, car aucune autre attaque ne fut signalée pendant le reste de la décennie.

Mais il était de retour en août 1970, lorsqu’un garçon de 13 ans a été réveillé chez lui à la Vallée Des Vaux par une torche qui brillait dans son visage. La Bête a fait sortir le garçon de son lit et l’a emmené dans un champ situé à l’arrière de la maison. Elle a alors posé son imperméable sur le sol, a obligé le garçon à enlever son pyjama, puis l’a agressé de manière indécente. Le garçon est ensuite rentré chez lui et a donné l’alerte le lendemain matin à 8 heures, après avoir été menacé par l’agresseur de rester tranquille « parce que si tu ne le fais pas, quelqu’un va faire du mal à ta mère et à ton père ». Le garçon était très angoissé et débraillé, et a donné une description de ce qui s’était passé qui n’était plus que trop commune. Cette fois, l’agresseur avait des « cheveux noirs hérissés » et portait un masque terrifiant. Le garçon avait également les mêmes éraflures sur le visage et le corps que celles trouvées sur la victime de l’attaque de 1966. Là encore, la majorité des habitants de l’île ont été interrogés (près de 30 000 personnes au total ont été interrogées dans le cadre de la chasse à la Bête), mais celle-ci n’a pas été arrêtée.

La police ne le savait pas à l’époque, mais l’homme qui avait terrorisé Jersey pendant si longtemps avait encore moins d’un an de liberté.

La nuit du 10 juillet 1971 avait commencé comme un quart de nuit de routine pour les officiers de police de Jersey John Riseborough et Tom Mcginn, en patrouille mobile dans la région de St Helier. À 23 h 45, ils s’étaient arrêtés à des feux de circulation lorsqu’une petite berline Morris 1100 les a dépassés à grande vitesse, sautant les feux et conduisant de manière très irrégulière. Les agents se sont immédiatement lancés à la poursuite de la Morris à bord de leur voiture et l’ont poursuivie à grande vitesse sur plusieurs kilomètres. Au cours de la poursuite, la Morris a heurté latéralement plusieurs véhicules, a roulé sur le mauvais côté de la route et a même descendu des trottoirs à grande vitesse pour tenter de semer la police. Finalement, la Morris a traversé une haie et s’est arrêtée au milieu d’un champ de tomates. Les deux policiers, qui ont perdu leur propre voiture de patrouille à cause de la poursuite, ont poursuivi le conducteur de la Morris à pied et ont réussi à l’attraper après que l’un d’eux l’ait plaqué au sol au rugby. Le conducteur s’est débattu sauvagement, mais a finalement été arrêté et ramené au quartier général de la police.

 

Ce n’est que lorsqu’ils ont ramené le suspect au poste de police qu’ils ont pleinement réalisé à quel point cette arrestation n’avait rien d’une arrestation normale, lorsque dans la lumière du poste de police ils ont vu clairement à quoi ressemblait l’homme et comment il était habillé.  L’homme portait un vieil imperméable, un qui sentait le moisi comme l’ont remarqué les deux officiers. L’imperméable avait des clous de 1? qui dépassaient des deux épaules et des revers du manteau, et il portait des bandes de tissu autour de chaque poignet qui avaient également des clous de 1? qui dépassaient. Il portait un vieux pantalon rentré dans des chaussettes, des pantoufles de tapis et des gants en laine. Une vue étrange comme vous pouvez l’imaginer, mais lorsque le suspect a vidé les poches du manteau – c’est devenu encore plus étrange.

L’imperméable contenait une lampe de poche dont le ruban adhésif noir recouvrait l’avant pour ne laisser passer qu’un mince rayon de lumière, deux longueurs de cordon de ceinture, un bonnet de laine à visière, plusieurs paquets de cigarettes vides, des rouleaux de ruban adhésif et une perruque noire aux cheveux raides et hérissés. Alors qu’ils se doutent de plus en plus qu’ils ont enfin trouvé la « Bête de Jersey », le soupçon devient écrasant lorsqu’ils retirent le dernier élément de l’imperméable. Il s’agissait d’un horrible masque facial fait maison.

Il s’agit d’Edward John Louis Paisnel, originaire de Jersey et issu d’une famille aisée. Il avait 46 ans, et était un entrepreneur en bâtiment bien connu dans toute l’île, marié avec une fille et deux beaux-enfants. Le seul fait qu’il ait un casier judiciaire remonte à son emprisonnement d’un mois pendant l’occupation allemande de l’île, lors de la Seconde Guerre mondiale, pour avoir volé de la nourriture à distribuer à des familles affamées. Sa femme, Joan, avait dirigé un foyer d’accueil pour enfants appelé La Préférence, et avait rencontré Paisnel lorsqu’il y donnait un coup de main comme homme à tout faire. Les enfants le connaissaient comme « Oncle Ted », qui avait toujours des bonbons et des cadeaux pour eux, jouait avec eux et se déguisait en Père Noël chaque année pour distribuer des cadeaux aux enfants du foyer. Paisnel avait épousé Joan en 1959, mais ce mariage a été ponctué de fréquentes disputes, jusqu’à peu après la naissance de la fille du couple, lorsqu’ils ont vécu en tant que mari et femme de nom seulement. Après la séparation, Paisnel a construit une annexe à la maison où vivait le couple, composée d’un bureau et d’un grand salon, et s’y est installé. Il était considéré dans l’ensemble comme un homme gentil et attentionné, bon avec les enfants, mais qui ne s’était jamais départi de l’esprit vagabond qu’il avait depuis l’enfance, gardant des horaires irréguliers et sortant souvent la nuit pour pêcher ou se promener. Sur le plan sexuel, sa femme le considérait comme normal et plutôt comme ayant une très faible libido, bien qu’au moment de son arrestation, Paisnel ait eu au moins une maîtresse.

Lorsqu’on l’interroge sur son étrange habillement et qu’on lui demande d’expliquer ses actes la nuit de son arrestation, Paisnel donne des réponses étranges. Il a déclaré qu’il se rendait à une orgie et qu’il avait emprunté la voiture pour s’y rendre afin d’éviter que quelqu’un ne le voie et ne l’identifie en chemin. Les clous dans les vêtements, a-t-il dit, étaient une défense contre toute personne utilisant les arts martiaux pour l’attaquer. Il a refusé de dire quoi que ce soit sur le masque et la perruque, mais on a remarqué qu’il avait des marques de ruban adhésif sur le visage qui correspondaient au ruban adhésif à l’intérieur du masque, ce qui signifie qu’il l’avait clairement porté à un moment donné cette nuit-là. Il a été enfermé pour la nuit, et la police s’est mise à fouiller son domicile, à présent tranquillement convaincue qu’elle avait arrêté la « Bête de Jersey ». Ce qu’ils y trouvent les stupéfie. Dans la chambre de Paisnel se trouve une pièce « secrète » fermée à clé qu’il a construite. En l’ouvrant, les policiers sont immédiatement frappés par l’odeur de moisi qui s’en dégage. Dans la pièce sont suspendus plusieurs vieux vêtements, dont un survêtement bleu et un vieil imperméable fauve, des perruques et des chapeaux faits maison, ainsi que des faux sourcils. Il y avait un appareil photo accroché à un crochet et plusieurs photographies de différentes maisons. Il y avait également plusieurs objets de magie noire, un autel fait maison, une importante bibliothèque sur l’occultisme et les rituels de magie noire, et une très grande épée en bois incurvée accrochée au mur. Pour la police, il n’y avait plus aucun doute : la « bête de Jersey » avait été attrapée.

Paisnel a finalement été inculpé de 13 chefs d’accusation, dont viol, attentat à la pudeur et sodomie, sur 6 victimes, toutes mineures sauf une. Son procès en novembre 1971 a révélé une obsession pour la magie noire et pour l’un des hommes les plus maléfiques de l’histoire, Gilles de Rais, dont Paisnel se disait être un lointain descendant. Peut-être les crimes de Paisnel étaient-ils, d’une certaine manière, une tentative d’imiter les actions de Gilles de Rais lui-même, et ne s’arrêtaient-ils pas au meurtre. Paisnel n’a jamais expliqué ce qui l’a poussé à commettre des attaques aussi terrifiantes et sauvages. En fait, lorsqu’on l’interrogeait sur quoi que ce soit, il donnait des réponses évasives et bredouillantes et se mettait à parler de malédictions, de covens et d’allusions à la magie noire. Sinon, il refusait catégoriquement de répondre à toute question ou demandait à la police de « le prouver ».

Il n’a pas été question d’une défense de folie – il a été révélé à quel point Paisnel était rusé et comment ses attaques étaient planifiées. Il photographiait les maisons qu’il avait désignées comme cibles pour attaquer des enfants – parfois des années à l’avance. Cela explique comment il savait exactement dans quelle pièce se rendre et comment ne pas déranger les occupants, et aussi comment accéder et sortir de la propriété. Paisnel conservait ensuite ces photos comme trophées de ses crimes. Il prenait un accent irlandais lors de ses attaques, faisait tomber des paquets de cigarettes et donnait des détails trompeurs sur lui à ses victimes. En réalité, ce n’étaient que des faux-fuyants pour détourner la police de sa piste – il était originaire de Jersey et ne fumait pas. Il était fier de ses crimes et vantard, ayant écrit la lettre à la police (dont la femme de Paisnel a confirmé qu’elle était de son écriture). Le masque était conçu non seulement pour le déguiser, mais aussi pour infliger la terreur à ses victimes. Les clous de l’imperméable étaient placés dans des positions telles qu’ils pouvaient blesser quelqu’un qui le saisissait – ils étaient conçus pour l’aider à s’enfuir s’il était éventuellement interrompu. Définitivement mauvais, mais en aucun cas fou. Il est également apparu que Paisnel avait été l’un des treize hommes de l’île qui avaient refusé de donner leurs empreintes digitales lors de la recherche de la Bête, comme c’était le droit d’un résident de Jersey à l’époque.

Le 29 novembre 1971, il ne faut que 38 minutes pour qu’un verdict de culpabilité soit rendu contre Paisnel sur tous les chefs d’accusation, et il est emmené pour attendre la sentence. Il se présente devant le même tribunal deux semaines plus tard, et reste impassible alors qu’il est condamné à trente ans de prison pour ses crimes monstrueux. Il est ensuite emmené à la prison de Winchester pour commencer sa peine. Paisnel a fait appel de sa condamnation et de sa peine en septembre 1972, mais son appel n’a pas abouti et il a été renvoyé en prison pour purger sa peine. Il est libéré en 1991 après avoir été un prisonnier modèle et retourne à Jersey, bien que brièvement. Cependant, le sentiment local était encore très fort chez les insulaires qui se souvenaient du règne de terreur de Paisnel, et il a finalement été chassé et déplacé sur l’île de Wight, où il est mort d’une crise cardiaque en 1994.

Depuis sa mort, des rapports non corroborés indiquent que Paisnel était impliqué dans des affaires de maltraitance d’enfants liées au célèbre foyer pour enfants du Haut de la Garenne. Des documents divulgués lors de l’enquête indépendante sur les soins à Jersey ont révélé qu’il y était un visiteur régulier, et des témoignages avaient déjà montré qu’il avait rôdé dans les couloirs et les chambres du foyer La Préférence, qui était dirigé par sa belle-mère et Joan, dans les années 1960, avec son masque terrifiant. Un ancien résident du foyer dans les années 1960, connu seulement sous le nom de « M. D », a témoigné que Paisnel s’était glissé à de nombreuses reprises dans le foyer la nuit par les fenêtres, vêtu d’un imperméable et de gants, et qu’il avait utilisé du chloroforme pour droguer les enfants et les sortir du lit pour en abuser à sa manière.

« Une nuit, je dormais et j’ai senti une présence à l’intérieur et c’était Paisnel qui se tenait debout et me regardait fixement. Il avait une sorte de masque sur lui. La maison de Paisnel était si sinistre. Quand on faisait le bâtiment extérieur, on voyait des chats suspendus et on le voyait étrangler des chats. Je ne pouvais pas rester là plus longtemps. J’ai toujours eu le sentiment que Paisnel était mauvais – on sentait que quelque chose de purement maléfique se passait dans cet endroit » – « Mr D ».

Cependant, malgré toutes les allégations faites contre Paisnel en relation avec les abus au Haut de la Garenne, il n’a pas été inclus dans l’enquête initiale sur les abus sexuels historiques au foyer, l’Opération Rectangle.

Le dossier de la police indiquait qu’il n’existait « aucune preuve solide permettant de conclure que Paisnel était responsable d’un quelconque abus entrant dans le cadre de l’enquête ».

Pourtant, il semblerait que Paisnel ait commis bien plus de crimes que ceux dont il a été accusé et jugé. Les attaques qui ont conduit aux accusations pour lesquelles Paisnel a été jugé et emprisonné sont celles qui ont été détaillées ici, et qui sait combien d’autres victimes méconnues de ce monstre existent. Oui, Paisnel est mort depuis longtemps maintenant, mais le souvenir de la terreur de la « Bête de Jersey » ne sera jamais oublié. Ni par la police qui l’a recherché pendant plus d’une décennie, ni par les résidents de longue date de Jersey, et certainement pas par ses victimes.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings