La vraie vie des Peaky Blinders – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

La vraie vie des Peaky Blinders

Mythe ou Réalité ?

Qui étaient les vrais Peaky Blinders ? Tommy Shelby est captivant mais les gangsters de Birmingham étaient tout aussi brutaux.Le drame des gangsters « Peaky Blinders » raconte l’histoire de Thomas Shelby et de sa bande de criminelle. Hypnotique et sombre, la série se déroule dans les rues de Birmingham d’après-guerre, à l’orée des années 1920.

Le gang a gagné son surnom effrayant grâce à la pratique consistant à coudre des lames de rasoir dans les sommets de leurs casquettes plates, afin qu’ils puissent aveugler les gangsters rivaux en leur donnant des coups de tête.

Ils ont régné sur les zones industrialisées de Bordesley et Small Heath des années 1880 au début des années 1900, lorsque la ville était l’un des plus importants centres manufacturiers du monde.

Mais les vols et les agressions étaient loin d’être la seule activité illégale des Peaky Blinders, qui ont bâti un empire criminel sur les paris illégaux, les rackets de protection et le marché noir de Birmingham.

Ils étaient connus pour se battre avec des gangs rivaux, et parfois même pour s’en prendre à la police.

Mais qui étaient vraiment les Peaky Blinders ?

Commençons par le début. Que veux dire Peaky Blinders ?

il y a plusieurs versions:

Le nom de la bande vient de l’anglais « peakys » et désigne les casquettes à visière du XIXe siècle.Pour d’autres, c’est la traduction littérale de « peakys blinders », « visières aveuglantes » qui est à l’origine de cette appellation. « Les Aveugleurs à Visière » il correspond à l’accessoire porté par tous les gangsters anglais de l’époque : la casquette. Une casquette qu’ils utilisaient pour dissimuler des lames de rasoir, justement dans les rebords de la visière. Elle servait plus a faire saigner qu’a tuer, car une fois blessé au visage , la personne saigné abondamment et elle se faisait détrousser facilement.

Mais beaucoup ont un doute car à cette époque les lames de rasoirs qui valaient une petite fortune étant considérées comme un accessoire de luxe.

Et cette derniere ou il ferait mention qu’ils n’avaient pas de casquettes mais des chapeaux de type « billycock » ou « bowler », fabriqués en feutre dur, avec un bord arrondi et râblé, large de deux pouces et demi. Ils moulaient les bords de leurs chapeaux en une pointe, qu’ils portaient inclinée sur un œil – d’où leur surnom.

Le style billycock
Le style billycock

 

Dans le gang des Peaky Blinders qui a donc bel et bien existé ?

 

Harry Fowler

Harry Fowler, né en 1885 – Signe(s) distinctif(s) : cicatrice arrondie sur la joue gauche
Harry Fowler, né en 1885 – Signe(s) distinctif(s) : cicatrice arrondie sur la joue gauche

Harry Fowler avait en fait 19 ans lorsque sa photo d’identité judiciaire, a été enregistrée dans les dossiers de la police.Les informations de base sur le jeune homme, né en 1885, sont enregistrées – il est noté que ses cheveux sont châtain clair, ses yeux gris et qu’il a une composition « pâle ». Une cicatrice ronde sur sa joue gauche est mentionnée comme un signe distinctif.Il a indiqué que sa profession était « barman », mais la police l’a rattrapé grâce à son appartenance aux Peaky Blinders.L’accusation, qui date du 5 octobre 1904, indique que Fowler a été arrêté pour avoir volé une bicyclette.Il est également noté qu’il a été condamné à un mois de prison pour ce délit.

 

Ernest Bayles

Ernest Bayles, né en 1885 – Signe(s) distinctif(s) : grain de beauté sur la joue droite près du nez.

Ernest Bayles, figure sur la liste de ses codétenus. Il a été arrêté pour le même crime, à savoir le vol d’une bicyclette, qui a été laissée sans surveillance à l’extérieur d’une usine pendant quatre minutes seulement lorsque les deux voleurs ont mis la main dessus.Ils ont été repérés presque immédiatement après en train d’essayer de gagner facilement de l’argent en la vendant dans la rue.Les fiches indiquent que Bayles, né en 1885, avait également 19 ans.On dit également qu’il avait des cheveux châtain clair et des yeux gris, mais, contrairement à son compagnon, il avait un teint « frais ».On note un grain de beauté sur sa joue droite, près du nez.Il a été condamné à deux mois de prison pour le vol.

 

Stephen McHickie

Stephen McHickie, né en 1879 – Signe(s) distinctif(s) : tatouages de femme sur les deux bras.
Stephen McHickie, né en 1879 – Signe(s) distinctif(s) : tatouages de femme sur les deux bras.

Stephen McHickie, est le suivant. Son année de naissance est 1879, ce qui fait qu’il a 24 ans sur la photo.L’enregistrement note ses cheveux noirs et ses yeux bruns, et dit qu’il a un teint « maigre ». Il énumère ses signes distinctifs comme des tatouages d’une femme sur ses bras gauche et droit, dont l’un était étiqueté « Louisa ». McHickie a dit qu’il était un rouleau de métal par profession, mais a été enregistré le 24 octobre 1904 comme ayant fait irruption dans un magasin – apparemment un drapier juste quelques portes en bas de la route de sa propre maison.Pour son crime, l’enregistrement indique, il a reçu huit mois derrière les barreaux.

 

Thomas Gilbert

Thomas Gilbert, né en 1866 - Signe(s) distinctif(s) : doigts manquants, marque distinctive sur son genou droit.
Thomas Gilbert, né en 1866 – Signe(s) distinctif(s) : doigts manquants, marque distinctive sur son genou droit.

Son année de naissance, 1866, fait de lui un homme de 38 ans, nettement plus âgé que les autres Peaky Blinders figurant dans le dossier. Cet homme presque chauve a les yeux bruns et les cheveux bruns, ce que l’on peut déduire de sa moustache fournie. Le dossier indique que Gilbert, qui a déclaré être poissonnier, avait des doigts manquants et une marque distinctive sur le genou droit.Il a été inculpé le 18 octobre 1904, et son crime est répertorié comme « faux prétextes », ce qui suggère peut-être qu’il n’était pas impliqué dans des crimes plus physiques comme les membres plus jeunes du gang.

 

Charles Lambourne

Charles Lambourne âgé de 16 ans, première arrestation à l'age de 12 ans
Charles Lambourne âgé de 16 ans, première arrestation à l’age de 12 ans

La photo de Charles Lambourne a été prise en 1876, avant qu’il ne soit envoyé en prison pour sept jours et fouetté pour avoir volé une redingote à son père. A 10 ans, il venait d’atteindre l’âge de la responsabilité pénale, lorsque la société britannique estime que vous êtes capable de prendre vos propres décisions et de distinguer le bien du mal. Charles a de nouveau fait parler de lui en 1862, à l’âge de 16 ans, après avoir été arrêté pour avoir volé 18 shillings et une montre à son maître, ce qui lui a valu une peine d’un mois de prison.

 

David Taylor

David Taylor, arrêté à l'âge de 13 ans pour possession d'armes.
David Taylor, arrêté à l’âge de 13 ans pour possession d’armes.

Il semble que l’âge ne soit pas une barrière pour rejoindre les Peaky Blinders. David Taylor, membre d’un gang, n’avait que 13 ans lorsqu’il a été arrêté pour avoir porté une arme à feu chargée.

 

 

 

 

Contexte

Il est certain que tous les citoyens respectables et respectueux de la loi en ont assez du nom même de la délinquance à Birmingham et des agressions contre la police. Quel que soit le quartier de la ville où l’on se promène, on rencontre des bandes coiffées de casquettes qui n’hésitent pas à insulter grossièrement les passants, qu’il s’agisse d’hommes, de femmes ou d’enfants. J’ose dire que 99 fois sur 100, ils ne sont même pas traduits en justice. » Cette lettre angoissée, signée « Workman », a été publiée dans le Birmingham Daily Mail le 21 juillet 1898.

Les London hooligans
Les London hooligans

Les « Peaky blinders » ont été facilement reconnues. Des gangs opposés, partageant tous ce style farfelu, se sont affrontés dans les rues de Birmingham et lors d’affrontements nocturnes devant les music-halls de la ville. Le terme « peaky blinder », adopté dans les années 1890, était propre à Birmingham. À Manchester et dans la ville voisine de Salford, les membres des gangs étaient connus sous le nom de « scuttlers ». À Londres, ils sont connus sous l’étiquette plus durable de « hooligans ».

La frustration de « Workman » était compréhensible. Trois jours plus tôt, l’agent de police George Snipe avait été mortellement blessé lors d’une agitation qui avait choqué la ville. L’agent Snipe et un autre agent nommé Mead patrouillaient dans un quartier pauvre au nord du centre-ville entre 21h30 et 22h lorsqu’ils se sont approchés d’un groupe de six ou sept jeunes clandestins qui s’étaient rassemblés devant le pub Tram Stores à Hockley Hill. Comme l’a admis plus tard un membre du groupe, les hommes avaient passé la journée, un dimanche, à faire la fête, « buvant toute la journée et se battant toute la soirée ». Les agents ont suivi les hommes jusqu’au carrefour de Bridge Street West, où l’agent Snipe a arrêté William Colerain, âgé de 23 ans, pour avoir utilisé un langage grossier. Lorsque les deux gendarmes ont tenté d’embarquer Colerain, celui-ci s’est mis à la porte et les amis du prisonnier ont tenté de le secourir. Une foule s’est rassemblée. Dans la mêlée qui s’ensuit, quelqu’un lance une brique sur la tête de l’agent Snipe avec une telle force qu’elle fait tomber son casque. Le gendarme a été transporté en taxi à l’hôpital général de la ville, où il est décédé aux premières heures du matin suivant. Une autopsie a révélé que son crâne avait été fracturé en deux endroits.

La mort de l’agent Snipe a provoqué un tollé. Les commentaires éditoriaux de la presse de Birmingham dénonçaient la brutalité, la violence et la dégradation auxquelles étaient confrontés quotidiennement les magistrats de la ville. Selon le Mail, « un grand pourcentage de la génération montante passe de l’enfance à l’âge adulte sans reconnaître la moindre autorité et avec tous les instincts de la brute sauvage implantés en eux. »

Le Mail n’était pas le seul à demander l’introduction de la flagellation pour les crimes violents. Comme il l’a souligné, une réunion publique dans le quartier de St George, à laquelle assistaient un grand nombre de travailleurs – dont beaucoup vivaient sur place, près du lieu où l’agent de police Snipe avait été agressé – a « applaudi avec enthousiasme » les appels à la flagellation des brutes de la rue. « Le sentiment public a atteint une chaleur blanche », commente le Mail, « et à juste titre ».

Erreur d’identité

Une femme locale nommée Polly Mullins a identifié le lanceur de briques comme étant James Franklin. A 19 ans, Franklin travaillait comme limeur (métier disparu depuis). Il a été jugé aux Assises de Birmingham le 16 décembre 1897, mais le procès contre lui s’est effondré lorsque les témoins de la défense ont déclaré que la brique n’avait pas été lancée par Franklin, mais par George « Cloggy » Williams, âgé de 19 ans. Franklin a été déclaré non coupable.

George "Cloggy" Williams
George « Cloggy » Williams

Williams a pris la fuite dès qu’il a appris la mort de l’agent Snipe. Il a échappé à l’arrestation jusqu’au 9 janvier 1898. Lors de sa première comparution devant le magistrat de la ville, les journalistes ont noté que « ses cheveux, qui sont de couleur claire, étaient coiffés dans le style « peaky blinder » , courts à l’arrière et ramenés en frange sur son front ». Son ancien employeur a témoigné que Williams avait travaillé comme biseleur de verre pendant quatre ans avant de partir brusquement, sans toucher son salaire, le jour de la mort de l’agent Snipe. Contrairement à l’image que l’on se fait généralement des peaky blinders comme étant des travailleurs paresseux, l’employeur a déclaré que M. Williams avait été « très assidu ».

La récession qui a suivi le boom des années 1870 a jeté dans les rues des milliers de jeunes sans emploi et privés de leurs droits.

Williams est à son tour jugé aux Assises de Birmingham le 17 mars 1898. Après seulement deux jours d’audience, il a été reconnu coupable d’homicide involontaire et condamné à la servitude pénale à vie. En prononçant la sentence, le Lord Chief Justice, Lord Russell, a qualifié le crime d' »atroce », notant qu’il était « à peine éloigné » du meurtre. Le juge a manifestement pensé que le jury avait été indûment indulgent en déclarant Williams coupable uniquement d’homicide involontaire. Les journaux locaux ont applaudi la sentence. Comme le dit le Birmingham Daily Post : « Nous espérons que toutes les racailles de Birmingham prendront cette leçon à cœur. »

Si le terme « peaky blinder » est nouveau dans les années 1890, l’inquiétude suscitée par la violence chez les jeunes des quartiers industriels de Birmingham ne l’est pas. Comme le fait remarquer l’historienne Barbara Weinberger, les affrontements entre bandes de jeunes rivales ont été signalés pour la première fois dans la ville au début des années 1870, leurs origines étant les guerres territoriales que se livraient les gangs de rue anglais et irlandais. L’hostilité envers la population irlandaise catholique de Birmingham s’était intensifiée au cours de la décennie précédente. En juin 1867, Park Street, dans le quartier irlandais de la ville, avait été en grande partie démolie lors des émeutes de Murphy, provoquées par une tirade anti-catholique de l’orateur protestant militant William Murphy. Le sentiment anti-irlandais est ensuite enflammé par des rapports sur les activités des « Fenians ». Dans les années 1870, selon Weinberger, le sentiment anti-irlandais « offrait un point de mire et une cible aux frustrations des jeunes des centres-villes qui… se sont institutionnalisées dans la guerre des gangs ».

Pas de travail, pas de perspectives

Weinberger propose deux autres explications à la recrudescence des troubles de rue et des guerres de gangs à Birmingham aux alentours de 1873-74. La récession qui a suivi le boom du début des années 1870 a jeté à la rue des milliers de jeunes sans emploi et privés de leurs droits. Dans le même temps, la répression policière de l’ivresse et des jeux de hasard dans la rue est mal ressentie dans les quartiers populaires. Les jeunes hommes ont joué un rôle important dans les troubles qui ont suivi. Weinberger opposait la vigueur des campagnes de réforme des « bonnes manières » à l’indifférence des autorités civiques à l’égard du « bien-être ou des droits d’une partie de la communauté qui n’avait ni pouvoir ni voix… et pour le comportement de laquelle elles n’avaient que du mépris ».

Les jeunes membres des gangs de rue de Birmingham se décrivaient comme des « Cogneurs (sloggers) ». Selon l’historien Philip Gooderson, l’hostilité ethnique qui a déclenché le conflit des gangs dans les années 1870 a été éclipsée par la suite par des loyautés territoriales plus étroites. La plupart des querelles rapportées dans la presse au cours des années 1880 et 1890 impliquaient des gangs de districts adjacents. Les conflits s’étendent à toute l’agglomération de Birmingham, des « bidonvilles » centraux à Aston, Perry Barr et Balsall Heath, qui échappent tous à la juridiction de la police de Birmingham en 1890.

Les gangs de rue s’affrontent également dans les music-halls. Le 23 décembre 1893, John Metcalfe, âgé de 20 ans, a été mortellement poignardé dans le cou au cours d’une bagarre entre bandes rivales de Park Street et Barford Street. Les gangs se sont affrontés devant le « Mucker », la salle de concert de Digbeth, en se battant avec les boucles de leurs ceintures ainsi qu’avec des couteaux. Thomas Cherry, un cloutier de 19 ans, a ensuite été reconnu coupable d’homicide involontaire. Il a été condamné à cinq ans de servitude pénale.

Dans les années 1890, les cogneurs de Birmingham avaient adopté un uniforme distinctif. L’un des témoins du procès de Cherry, William Bond, arborait une « tête coupée et un pantalon à fond de cloche ». C’est un style partagé par les homologues des cogneurs de Manchester et de Londres, les saboteurs et les hooligans.

Le style Bootboy

Arthur Matthison, fabricant de peintures et de vernis de Birmingham, a vu de près les jeunes en guerre de la ville lorsque sa famille a déménagé à Summer Lane, près de l’endroit où l’agent de police Snipe a été mortellement blessé et connu pour être le rendez-vous des « peakies ». Dans ses mémoires, Matthison dépeint le peaky blinder comme un homme extrêmement soucieux de son style :

Il était fier de son apparence personnelle et s’habillait avec talent. Un pantalon à clochettes attaché par une ceinture à boucle, des bottes à clous, une sorte de veste, une écharpe voyante et un chapeau de type billy-cock avec un long bord allongé. Ce chapeau était porté bien au-dessus d’un œil, d’où le nom de « peaky blinder ». Ses cheveux étaient coupés a raz sur toute la tête, à l’exception d’une touffe devant qui était longue et plaquée obliquement sur son front.

Comme Matthison l’a souligné, la plupart des peakies appartenaient à une bande de travailleurs. Pour lui, ces jeunes sont « le produit de la pauvreté, de la misère et de l’environnement des bidonvilles ». Pour Matthison, qui vit à Summer Lane, où les « bidonvilles abondent », il n’est que trop évident que la violence des jeunes est le sous-produit de conditions sociales et économiques difficiles.

L’historien Philip Gooderson nuance cette évaluation, en soulignant que les conflits entre gangs s’étendaient non seulement au-delà des bidonvilles de la ville, mais attiraient également de nombreux jeunes qui travaillaient à plein temps. Selon Gooderson, les professions des sloggers qui se sont présentés en masse devant les magistrats ressemblaient à « un appel » de la main-d’œuvre industrielle de Birmingham : « fondeur de laiton, fondeur de fer, fabricant d’ailes, percuteur, fabricant de charnières, filateur, estampeur, fabricant de lustres, polisseur d’armes, constructeur de carrosses, fabricant de lunettes, souffleur de verre ». La moitié d’entre eux travaillaient dans les industries du fer ou du laiton, les secteurs dominants de l’économie locale. Aucun d’entre eux, cependant, ne peut être décrit comme appartenant à la classe moyenne. Le slogging, comme le sabordage à Manchester et Salford, était un passe-temps de la classe ouvrière, reflétant le prestige attaché aux démonstrations de prouesses et de robustesse dans les quartiers ouvriers. Les jeunes de la classe moyenne, qui bénéficient de plus d’opportunités et de meilleures perspectives, n’ont aucune raison de risquer d’être blessés ou emprisonnés.

Le style Peaky Blinder a une durée de vie limitée. Au début du 20e siècle, les jeunes ont commencé à chercher à Hollywood un nouveau sens du glamour.

Le Mail a envoyé un reporter à Summer Lane, où vivait Matthison au début des années 1890, et le correspondant a relaté une rencontre avec la « poule (moll) » d’un peakie. Elle aussi était facilement identifiable par son apparence, puisqu’elle reflétait celle du peaky blinder lui-même : « Il y avait le même étalage somptueux de boutons de perles, la frange bien développée obscurcissant l’ensemble du front et descendant presque jusqu’aux yeux, et le foulard de soie caractéristique de couleur vive couvrant sa gorge. Sa tête était cachée sous un chapeau élaboré de dimensions considérables et décoré de plumes et de coquelicots » (il est intéressant de noter qu’à la fin des années 1890, l’uniforme du peaky blinder comportait les boutons en perles typiquement associés au marchand ambulant londonien). Le journaliste conclut, non sans humour, que les moll de Summer Lane étaient un « lot de souffrance pour l’oeil ».

Le glamour s’estompe

Dans les années qui ont précédé la Première Guerre mondiale, les peaky blinders de Birmingham ont disparu. Gooderson attribue le déclin des bandes de travailleurs et la disparition concomitante des peakies à un certain nombre de facteurs, allant du développement du football comme source alternative d’excitation pour les jeunes de la classe ouvrière à une répression tardive de la part de la police et de la justice.

on retrouve quand même certains peaky blinders lors de matchs de foot.
on retrouve quand même certains peaky blinders lors de matchs de foot.

Comme toutes les modes de la jeunesse, le style blinder a une durée de vie limitée. Dans les premières décennies du XXe siècle, les jeunes de Birmingham, comme partout ailleurs en Grande-Bretagne, ont commencé à se tourner vers Hollywood pour trouver un nouveau sens du glamour. Si un jeune habillé en bigorneau avait fait une apparition à Birmingham dans les années 1920, il aurait été accueilli avec étonnement, même si les passants d’âge moyen auraient pu glousser en signe de reconnaissance.

En 1936, près de 40 ans après leur disparition, une série de lettres publiées dans la rubrique « Notes and Queries » du Birmingham Weekly Post a ravivé le souvenir de ces peaky blinders. Un lecteur avait vu « beaucoup de policiers » et de civils se faire « démolir » par eux. En réponse, « Bred and Born Brum » a insisté sur le fait que le peaky blinders n’était « qu’un travailleur ordinaire… On pouvait toujours le trouver au travail pendant la journée dans une fonderie de laiton, faisant son travail au tour ou à l’étau ou peut-être comme polisseur ou dans l’atelier de moulage ».

Un autre correspondant, F. Atkins, est catégorique :  » bon nombre de lecteurs ont une fausse conception  » des peaky blinders: « Leurs actions étaient principalement limitées aux gangs rivaux et à la police. Le grand public était rarement dérangé, à moins qu’il ne l’ai cherché ». M. Atkins a également révélé comment a été fabriqué le chapeau qui a donné son nom au picotin. Il s’agissait d’un « chapeau melon dont le bord était adapté aux côtés, l’avant du bord se terminant en pointe, presque comme le bec d’une cruche ». Pour ce faire, on mouillait le bord, on le réchauffait au feu et on lui donnait la forme voulue. Il était porté sur le côté de la tête pour montrer les cheveux de l’autre côté, coiffés en « quiff ». »

Les peaky blinders avaient cessé depuis longtemps de traquer les rues les plus dures de Birmingham. Mais leur sens de la mode et leur penchant pour la violence avaient garanti leur place dans la mémoire collective de la ville.

Pourquoi Birmingham ?

À partir des années 1870, le centre-ville de Birmingham s’enfonce dans une pauvreté extrême et est parsemé de bidonvilles surpeuplés. Le crime s’est répandu comme une éruption dans les rues, attirant ceux qui le recherchent.

Le début

La violence des gangs a éclaté lorsque les jeunes ont voulu revendiquer la propriété de certains quartiers comme Small Heath et Cheapside. Une véritable guerre des codes postaux a éclaté. Souvent, ces bagarres entraînaient des blessures graves et parfois la mort. L’un des gangs les plus impitoyables était connu sous le nom de cheapside sloggers, dirigé par John Adrian, en 1870. Ils étaient connus pour leur arme de prédilection : une ceinture lourde à boucle utilisée pour frapper les victimes, hommes et femmes, afin de les agresser. Bientôt, un gang rival des Sloggers est apparu : Les Peaky Blinders.

cheapside sloggers de Birmingham
Les cheapside sloggers de Birmingham dans les année 20.

Une réalité mythifiée

Dans la série, les membres du gang utilisent souvent leur casquette pour frapper le visage de leurs adversaires, coupant une oreille ou un nez ici et là. Selon la légende, ils aveuglaient également leurs adversaires en leur donnant un coup de tête avec leur casquette.En réalité, le professeur Carl Chinn, historien, a déclaré au Birmingham Mail que ce scénario était plutôt irréaliste. Il explique que les « peakys » étaient un surnom courant pour les populaires casquettes plates à visière. De plus, les lames de rasoir venaient juste de commencer à circuler et étaient encore un article de luxe, et donc probablement trop cher pour que le gang puisse se les offrir. Et n’importe quel dur à cuire vous dirait qu’il est très difficile d’obtenir une direction et un pouvoir avec une lame de rasoir cousue dans la partie molle d’une casquette. C’était une notion romantique évoquée dans le roman de John Douglas, « A Walk Down Summer Lane », explique M. Chinn.

Killer style?

Les Peaky Blinders étaient une bande de gars stylés. Ils utilisaient leur image pour ajouter une touche de classe à leurs manières brutales et pour se distinguer des autres gangs, tels que les Birmingham Boys. La façon dont ils s’habillent est délibérément distinctive : Casquettes à visière légèrement inclinées sur le côté, cravates, pantalons à clochettes, vestes avec boutons en laiton sur le devant et bottes à capuchon d’acier. Ils portaient même des foulards en soie noués autour du cou.

Et les petites amies aussi

Philip Gooderson, auteur de The Gangs of Birmingham, a écrit que les petites amies des membres de gangs avaient également un style particulier : Gooderson a également écrit que les membres étaient souvent violents envers leurs petites amies, l’une d’entre elles ayant fait le commentaire suivant : « Les membres de la famille étaient souvent violents envers leurs petites amies : Il va te pincer et te frapper à chaque fois qu’il sortira avec toi. Et si tu parles à un autre gars, ça ne le dérange pas de te frapper.

Meurtres et violence

Les meurtres et la violence étaient monnaie courante dans les rues très polluées de Birmingham. La pauvreté n’arrangeait pas les choses non plus.

L’expansion du gang en 1910 dans les champs de courses a attiré l’attention d’un autre gang de rue local. Les Peaky Blinders ne font pas le poids face aux Birmingham Boys et après de violents affrontements, la plupart des membres des Peaky Blinders et leurs familles se retirent de leurs activités criminelles et quittent Birmingham.

Les Autres Gangs

Razor Gangs – Les Billy Boys

William "Billy" Fullerton (1904-1962)
William « Billy » Fullerton (1904-1962)

Les « gangs des rasoirs » étaient des voyous violents qui utilisaient des lames de rasoir comme arme de prédilection. Le gang des rasoirs le plus célèbre était situé à Glasgow (Écosse) et dirigé par William « Billy » Fullerton (1904-1962), membre de la British Union of Fascists. Le gang est né dans les années 1920 et avant la Seconde Guerre mondiale, Fullerton a créé une branche à Glasgow pour Sir Oswald Mosley, le leader fasciste britannique, et a fourni à Mosley des gardes du corps. Connu sous le nom de « Billy Boys », c’était un gang protestant qui combattait fréquemment les gangs catholiques dans les rues de Glasgow, car l’objectif de Fullerton était de nuire à la population catholique par tous les moyens possibles. Le gang avait une chanson caractéristique qu’il chantait en défilant dans les quartiers catholiques de la ville. Le résultat typique était une bagarre avec les Norman Conks, le principal gang de rue catholique. Dans les années 1930, leur chanson était chantée lors des rencontres de football (c’est-à-dire des matchs) des Rangers. La chanson est considérée comme anticatholique et, à ce titre, l’UEFA (l’instance dirigeante du football professionnel en Europe) a estimé que le chant de cette chanson était discriminatoire et, en 2011, la chanson a été interdite.

Le groupe de flûtes. Billy Fullerton est derrière le tambour, les bras croisés (au centre).
Le groupe de flûtes. Billy Fullerton est derrière le tambour, les bras croisés (au centre).

The Birmingham Boys

Billy Kimber as a young man. Photo by anonymous (date unknown). Image: Brian McDonald.
Billy Kimber en tant que jeune homme.

Entre 1910 et 1930, William « Billy » Kimber (1882-1942) et son gang de rue, les Birmingham Boys ou « Brummies », contrôlaient les rues de Birmingham. Le British Gaming Act de 1845 abolit les jeux d’argent à l’exception des pistes de chevaux et les Brummies en profitent pour contrôler de nombreuses pistes lucratives dans les Midlands et le nord de l’Angleterre. Contrairement aux Peaky Blinders, Kimber a réussi à créer un syndicat du crime bien organisé en formant des alliances avec des gangs plus petits mais impitoyables à Londres et dans d’autres zones stratégiques de l’Angleterre.

Kimber a formé des alliances avec des organisations plus petites comme le Hoxton Gang et l’Elephant and Castle Mob. Désormais présents sur les hippodromes du Sud-Est, les Brummies s’attaquent notamment aux bookmakers juifs de l’East End de Londres, qui se tournent vers le chef de la pègre locale, Edward Emmanuel, qui recrute à son tour le gang italien Sabini pour se protéger.

Un gang londonien associé aux guerres des hippodromes. Billy Kimber est au dernier rang, deuxième à partir de la droite, debout. (1920).
Un gang londonien associé aux guerres des hippodromes. Billy Kimber est au dernier rang, deuxième à partir de la droite, debout. (1920).

En mars 1921, les Brummagems ont tendu une embuscade à Sabini sur la piste de trot de Greenford Park. Quelques jours plus tard, Kimber est retrouvé abattu et battu à Kings Cross, à Londres, alors qu’il était allé rendre visite à Sabini. La violence s’intensifie, mais Sabini prend le dessus lorsque 23 garçons de Birmingham sont enfermés à la suite de la « bataille d’Epsom Road ».

Le gang de Kimber croyait qu’un groupe de bookmakers de Leeds voyageant dans un tender Crossley à Ewell, près d’Epsom, le jour de la Coronation Cup, était en fait le gang Sabini. Le tender a été percuté par un taxi, et 60 hommes ont attaqué les occupants avec des hachettes, des marteaux et des briques. L’attaque a été menée par un homme armé d’un revolver, et les rapports initiaux ont suggéré qu’il s’agissait d’une émeute du Sinn Féin. Le gang avait utilisé des taxis et un autocar bleu pour suivre ses victimes et s’échapper. La police a localisé la diligence au pub George and Dragon (aujourd’hui l’hôtel Kingston Lodge) sur Kingston Hill et a pu rassembler 50 agents.

William « Billy » Kimber est mort en 1945 à la maison de retraite Mount Stuart à Torquay. Il avait 63 ans et souffrait d’une longue maladie.

Le gang des Sabini

"Derby" Sabini, probablement dans son jardin à Brighton, au Royaume-Uni. Photo anonyme (c. 1940s).
« Derby » Sabini, probablement dans son jardin à Brighton, au Royaume-Uni. Photo anonyme (c. 1940s).

Charles Sabini (1883-1950) est né dans la « Petite Italie de Londres » d’un immigrant italien journalier et d’une femme anglaise. Sabini s’est entraîné pour devenir un combattant professionnel, mais à la place, il est devenu videur. Après une bagarre dans un bar où il a « défendu » l’honneur d’une barmaid italienne, Sabini s’est fait une réputation de « protecteur ». Il a rapidement formé une organisation criminelle qui contrôlait la plupart des hippodromes du sud de l’Angleterre, ce qui lui a valu le surnom de « Derby » Sabini et de « roi des gangs des hippodromes ». Bien que la majorité de ses revenus proviennent des hippodromes et de la protection des bookmakers, le gang Sabini s’est diversifié dans d’autres activités, notamment l’extorsion, le vol et l’exploitation de boîtes de nuit. À son apogée, le gang contrôlait la police locale, les juges et les politiciens.

Bientôt, Billy Kimber et ses Brummies ont pris note des opérations rentables du gang Sabini et la « Guerre des hippodromes » de Londres a commencé. La bande de Sabini était trop forte pour Kimber et il n’a pas fallu longtemps pour que Sabini prenne le contrôle des pistes de course contrôlées par les Brummies. En 1930, les deux gangs, Sabini et les Birmingham Boys, ont cessé leurs activités. Le Jockey Club a fait en sorte que le gang de Sabini perde ses pistes les plus lucratives et la police a finalement découvert les autres affaires infâmes du gang. En raison de son héritage ethnique, Charles Sabini a été interné en tant qu’étranger ennemi pendant les premières années de la Seconde Guerre mondiale et a finalement perdu son fils, tué alors qu’il était dans la RAF. Après sa libération, Sabini est devenu bookmaker avant de décéder en 1950.

Sabini est au centre debout avec la casquette plate

Le déclin

Lorsque les familles ont commencé à quitter le centre-ville au début du XXe siècle, la domination des gangs a commencé à décliner. Au fur et à mesure que des zones telles que Small Heath se développent, la distance physique entre les rivaux s’accroît. En menant ses recherches, Carl Chinn a découvert que les familles de nombreux membres de gangs connaissaient très peu le passé de leurs ancêtres. C’est quelque chose qui n’a jamais été discuté.

Beaucoup de membres de gangs n’en parlaient pas quand ils étaient plus âgés, ils avaient souvent honte de ce qu’ils avaient fait quand ils étaient plus jeunes », explique Chinn. Les Peaky Blinders sont désormais gravés dans le folklore de Birmingham, grâce à la série de la BBC.

Vous vous demandez encore si les Shelby ont existé ? la réponse est Non !!!

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings