Jürgen Bartsch – Le tueur des fêtes paroissiales – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Jürgen Bartsch – Le tueur des fêtes paroissiales

En 1966, le tueur en série homosexuel Juergen Bartsch (1946-1976), alors âgé de 19 ans, a été arrêté après une tentative infructueuse de torturer, tuer et démembrer un jeune garçon. La victime, laissée dans un abri antiaérien inutilisé, avait réussi à se libérer en se brûlant les liens avec la flamme d’une bougie pendant que l’agresseur était rentré chez lui pour manger et regarder la télévision avec ses parents dans le lit de ces derniers , il devait faire cela tous les soirs à 19 heures.

Jeunesse

Jürgen naît le 6 novembre 1946 avec pour patronyme Karl-Heinz Sadrozinski. C’est un enfant de l’après-guerre et illégitime dont la mère, Anna décède de la tuberculose peu après sa naissance et dont le père est un travailleur saisonnier hollandais.
Il passe les premiers mois de sa vie à l’hôpital puis avec Gertrud Bartsch, mariée au riche boucher d’Essen, Gerhard Bartsch.
Gertrud est venue à l’hôpital pour y subir une hystérectomie au moment où Jürgen venait au monde. Les deux époux décident alors de recueillir dans leur foyer le jeune orphelin quand il a onze mois (enfant précoce, le futur Jürgen est déjà propre). Ils auraient bien voulu le faire avant, mais le bureau de la protection de la jeunesse a émis des réserves quant à son adoption en raison de ses « origines douteuses ». L’adoption officielle n’aura lieu que sept ans plus tard, en 1954. Durant ce temps, le jeune Karl régresse et redevient sale, ce qui dégoûte Gertrud Bartsch.
Karl-Heinz devient alors Jürgen Bartsch.

Avant, c’est-à-dire entre 1962 et 1966, Karl-Heinz Sadrozinski, âgé de 15 ans et demi à 19 ans, avait tué 4 garçons âgés de 8 ans pour Klaus jung, 13 pour Peter Fuchs, 12 pour Ulrich Kahlweiss et 12 pour Manfred Grassmann. Il a estimé avoir entrepris plus de 100 tentatives d’homicide infructueuses.

31 mars 1962 : Klaus Jung, 8 ans
 6 août 1965 : Peter Fuchs, 13 ans
6 août 1965 : Peter Fuchs, 13 ans
14 août 1965 : Ulrich Kahlweiß, 12 ans
14 août 1965 : Ulrich Kahlweiß, 12 ans
6 mai 1966 : Manfred Graßmann, 11 ans

Chaque meurtre présentait des différences mineures dans le modus operandi mais suivait fondamentalement le même schéma : après avoir attiré un garçon pour qu’il le suive jusqu’à une mine qui avait également servi d’abri antiaérien pendant la guerre, il obtenait son obéissance en le battant. Il attachait ensuite les garçons, manipulait leurs organes génitaux, se masturbait parfois sans éjaculer, et finalement tuait les enfants en les battant ou en les étranglant. Ensuite, il découpait le corps en morceaux (y compris par décapitation), vidait les cavités corporelles (poitrine et abdomen) et, de manière générale, démembrait la plupart des corps. Son objectif réel était de torturer très lentement les victimes jusqu’à la mort.

Enfin, il a partiellement enterré les restes à l’intérieur du tunnel. Il s’agissait très probablement de cacher les tissus et les os des enfants qui (avec une très faible probabilité) auraient pu entrer en jouant. Le tunnel était situé près d’une rue et d’un cloître, mais toujours à quelques kilomètres de la ville.

Les actes post mortem commis sur les cadavres étaient variables et comprenaient le démembrement du corps entier, l’arrachage des yeux, le sectionnement des membres, la décapitation, la castration, la résection de morceaux de chair sur les cuisses et les fesses, et au moins une tentative ratée de pénétration anale.

Dans sa description détaillée au cours de l’enquête préliminaire et du procès, Bartsch a souligné qu’il n’a jamais atteint l’apogée sexuel en se masturbant mais en découpant la chair après la mort de ses victimes. Comme il l’a dit à la police, il en résultait un orgasme continu. Lors de son dernier meurtre, il s’est rapproché de ce qu’il avait envisagé comme son plus grand désir : tuer sa victime à un poteau et égorger le garçon de 12 ans vivant.

Dans tous les autres cas, la méthode de meurtre effective était le passage à tabac et la strangulation.

Son désir de domination, de contrôle et de gratification sexuelle, mais aussi ses stratégies pour éviter les poursuites, sont des sujets qui ont été ouvertement discutés avec Bartsch dès le début des investigations. Comme objectif final (phantasie centrale), Bartsch a déclaré qu’il voulait dépecer un enfant vivant avec une peau douce, peu de cheveux et une humeur non agressive. Ce but n’a pas été atteint car lors de ses premières tentatives, les enfants sont morts trop vite. Cependant, il démembrait les enfants et éjaculait sur leur chair. La seule partie de son comportement qu’il ne commente pas ouvertement, c’est s’il a mangé la chair ou non , il dit seulement qu’il l’a touchée avec ses lèvres.

Bartsch a beaucoup voyagé dans le quartier, utilisant fréquemment des taxis. Aucun garçon de la classe moyenne de l’époque ne pouvait se payer un taxi, alors il volait l’argent de la caisse de la boucherie de ses parents où il travaillait. Dans une moindre mesure, il utilisait également la petite camionnette de livraison de la boutique.

Pour entrer en contact avec les garçons, il leur disait qu’il travaillait comme détective, ou pour une compagnie d’assurance, et qu’il avait besoin d’un témoin pour récupérer une valise pleine de diamants dans le tunnel. La plupart des enfants n’ont pas cru à cette histoire. Bartsch les a donc invités à boire un jus de pomme dans un pub qui se trouvait déjà à la sortie de la ville. Là, il leur offrait de l’argent (50 Deutschmarks). Bartsch lui-même avait l’habitude de boire de l’alcool, mais il veillait à garder le contrôle pendant ses crimes.

Souvent, Bartsch traînait aussi dans les foires paroissiales où il invitait les enfants à faire des tours gratuits. Les fêtes paroissiales en Allemagne étaient et sont toujours connues pour attirer les pauvres, les sans-abri et les personnes issues d’un milieu social moins respecté, ce qui rendait difficile pour Bartsch, bien habillé, de parler aux enfants sans éveiller les soupçons. Cependant, l’anonymat et la quantité d’enfants ont augmenté cette chance. Pendant un court moment, Bartsch a également porté une très grande valise dans laquelle il pensait pouvoir transporter les enfants. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il transportait un « cercueil d’enfant » (expression allemande courante pour désigner une grande valise : « Kinder-Sarg »), il s’en est immédiatement débarrassé. Lorsque l’on a appris que Bartsch visitait les fêtes paroissiales, on l’a appelé le « tueur des fêtes paroissiales ». Plus tard, cette expression est devenue « bête » (Bestie), une expression que Bartsch utilisait parfois pour plaisanter en signant certaines de ses lettres à ses amis à la sortie de prison ou de l’institution psychiatrique.

L’efflux continu d’argent provenant de la caisse enregistreuse du parent de Bartsch a conduit ce dernier pratiquement à la faillite. Personne ne soupçonnait Bartsch d’être le voleur, car il était un garçon très poli et doux. Il faut préciser que Bartsch n’aimait pas du tout travailler comme boucher. Il n’avait aucune idée de la carrière ou du métier qu’il devait choisir après l’école, il a donc accepté la proposition de son père de devenir boucher. Bartsch a déclaré explicitement que l’expérience de l’abattage des animaux lui était très désagréable, c’est pourquoi il a surtout travaillé comme vendeur au comptoir de viande du magasin.

La mère sociale de Bartsch a été décrite comme étant à la fois « aimante et attentionnée, mais stricte » (commentaire personnel du détective Mätzler à l’auteur, 2002), ou « complètement surprotectrice et émotionnellement renfermée » (commentaire personnel d’un ami de Bartsch, Paul Moor, 2003). Les parents avaient adopté Bartsch lorsqu’il était bébé. Sa mère génétique était issue d’un milieu socialement faible, et le bébé a été élevé dans un environnement hospitalier qui lui a apporté une protection mais pas d’amour personnel. Lorsque ses parents sociaux l’ont vu pour la première fois à l’hôpital à la recherche d’un enfant convenable, ils ont trouvé Bartsch si charmant qu’ils ont immédiatement décidé d’adopter ce bébé particulier.

Le père de Bartsch est généralement décrit comme une personne qui ne comprenait pas du tout ce qui s’était passé, et qui était très concentré sur ses affaires (commentaires de Mätzler et Moor). Lorsque le tribunal lui a demandé de témoigner, il a répondu que cela poserait des problèmes car il devrait alors fermer son magasin pendant une journée. En prison et à l’hôpital psychiatrique, la mère et une tante de Jürgen Bartsch étaient ses principaux contacts avec sa famille. Les deux femmes étaient autorisées à lui envoyer des romans policiers, des bandes dessinées et des tours de magie.

Sous l’influence des consultations psychiatriques, l’opinion amicale de Bartsch sur sa mère a partiellement changé. Il se souvient qu’une fois, elle lui a lancé un couteau dans la boucherie et qu’aucun de ses parents ne jouait « jamais » avec lui parce qu’ils étaient trop occupés par le magasin. En même temps, sa mère était une personne propre et extrêmement précise. Les vêtements devaient être pliés et rangés sur l’étagère dans un style militaire. La mère Bartsch a également baigné personnellement son fils jusqu’à ce qu’il soit arrêté. La seule amitié que Bartsch avait à l’intérieur de la maison de ses parents était avec un garçon qu’il aimait beaucoup mais qu’il a fini par frapper sévèrement sans raison apparente après une bagarre amicale. Le jeu homosexuel, y compris l’éjaculation, était toujours impliqué dans les quelques amitiés de Bartsch.

Après le premier procès, Bartsch a décrit des souvenirs d’abus sexuels par un prêtre catholique (un de ses professeurs dans un pensionnat) qui était connu pour battre les enfants fréquemment et violemment. Jusqu’à aujourd’hui, la question des abus sexuels est la seule qui n’a pas été validée dans l’affaire Bartsch , il n’est pas clair si ses affirmations étaient un souvenir basé sur des faits ou une fabrication ou exagération d’une personne juvénile intelligente qui a reçu une attention presque illimitée après ses aveux par les psychiatres, les médias et la police.

Après le deuxième procès, Bartsch a vécu dans un hôpital psychiatrique. Dans cette institution, personne ne recevait de traitement psychologique en raison du manque de personnel. Dans l’hôpital psychiatrique, il a obtenu la permission d’épouser une femme qui lui avait écrit des lettres. Il a également été élu conférencier du patient, et il a diverti ses codétenus par des tours de magie semi-professionnels. Avant les procès, Bartsch était membre de l’organisation allemande des magiciens/illusionnistes (Magischer Zirkel). Comme l’organisation n’appréciait pas la mauvaise réputation que l’affaire Bartsch pouvait lui apporter, elle ne lui a pas permis de rester membre.

Bartsch n’était pas seulement intéressé par le contrôle de ses impulsions mais voulait aussi savoir pourquoi il commettait ces crimes. Les sciences génétiques, psychologiques, neurologiques et psychiatriques n’étaient pas prêtes à répondre à cette demande légitime, qui a été formulée par tous les tueurs en série connus des auteurs.

Inscriptions et lettres

Bartsch a déclaré qu’il avait un sentiment d’amour pour ses victimes. Ceci a été généralement accepté comme vrai puisqu’il n’a jamais menti pendant les confessions et que le mensonge ne pouvait pas s’attendre à bénéficier de cette révélation.

Ernst Peter Freese

Pendant une phase pseudo-suicidaire en prison, il a gravé plusieurs inscriptions sur le mur, l’une d’entre elles étant particulièrement intéressante dans ce contexte. Elle montre la personnalité dominante, contrôlante, égocentrique et tordue de Bartsch. Ernst Peter Freese, la dernière victime et survivant, s’était échappé le 18 juin 1966, car Bartsch avait laissé deux bougies allumées dans le tunnel avant d’abandonner Freese pour rentrer chez lui pour le dîner. Comme Freese avait dit à Bartsch qu’il avait peur seul et attaché dans le tunnel sombre, Bartsch a accédé à sa demande car il voulait qu’il se sente à l’aise. Bartsch avait toujours une ou deux bougies sur lui, au cas où il trouverait une victime convenable. Après le départ de Bartsch, Freese a accidentellement éteint la première bougie en essayant de brûler ses liens, mais il a réussi à brûler les liens de ses chevilles avec la deuxième bougie. De cette façon, il s’est échappé.

Lettre à Freese :

Ernst Peter Freese ! Veuillez m’excuser si j’ose vous demander pardon ! Le 18 juin, vous ne saviez pas si vous reverriez un jour vos parents. J’aurais beaucoup voulu revoir mes parents, moi aussi ! Mais je sais que je n’ai pas le droit de le faire ! ( … ) Et je sais combien tu as souffert ! J’ai appris que vous avez reçu les 16 000 DM. Mon opinion honnête est, que vous avez mérité cet argent ! Cependant, vous devriez donner 1000 DM, et peut-être un peu plus, aux Grassmanns, ils sont pauvres et n’ont pas d’argent eux-mêmes ! Pouvez-vous me pardonner, Peter ? Je le souhaite tellement, même si je ne peux plus l’entendre. Je peux comprendre si vous dites : C’est dommage, je ne peux pas ! Mais s’il vous plaît, Peter, croyez-moi, cela signifierait beaucoup pour moi. C’est-à-dire que j’ai honnêtement commencé à développer une très forte affection pour toi. Le fait que je t’aurais tué sera la preuve que mes pulsions me contrôlaient.

Bartsch s’est également identifié à la police, en particulier aux véritables enquêteurs qui lui ont parlé. Une inscription à leur intention indique :

Herr Hinrichs. Monsieur Fritsch. Herr Mätzler. Vous avez tous été très gentils avec moi ! Si je n’avais pas été comme « ça », un jour, j’aurais été l’un de vous ! Et croyez-moi : Je n’aurais sûrement pas été un mauvais fonctionnaire !

Après le deuxième procès, Bartsch a commencé un échange de lettres très long et personnel avec le détective Mätzler. Il se lie également d’amitié avec le journaliste Paul Moor qui, à cette époque, travaillait à la fois pour le Time Magazine américain et le Die Zeit allemand. Moor et Bartsch se sont ensuite mis d’accord pour que Moor ne publie plus rien sur l’affaire afin de permettre à leur amitié de se développer sans pression publique. La raison en est que Bartsch se sentait de plus en plus mal à l’aise face aux effets d’être la coqueluche des médias. Dans une lettre adressée au tribunal, il a fait référence à cette perception de « star », et surtout à la manière dont cela interférait avec chacune de ses requêtes juridiques, y compris sa demande de mariage. La structure de cette notion semble légèrement illogique, mais Bartsch s’est contenté de lancer autant d’arguments qu’il a pu trouver pour défendre sa cause :

Haute cour, dites-moi comment cela pourrait être évité ? Pas du tout ? Vous avez raison. Aujourd’hui, on m’accuse déjà de l’avoir fait. Immédiatement, il y a l’accusation d’être une « star ». C’est aussi commode que faux. L’histoire avec le Père Pützli a aussi un autre côté : il n’est pas coupable de ce que j’ai fait mais c’est LUI, et personne d’autre, qui a déterminé mon orientation vers la pédophilie et le sadisme, et LUI m’a dit (quand j’avais 13 ans) le plan exact que j’ai utilisé plus tard. IL m’a séduit sur la galerie de l’église presque chaque semaine (j’avais 12 ans). Il m’a mis dans son lit quand j’avais la POLIO, et une fièvre d’environ 40°C, et m’a parlé d’un chevalier (avant cela je devais le masturber) qui vivait en France et qui a tué des centaines de garçons.

Bartsch a également envoyé des cartes postales aux psychiatres qu’il appréciait, en particulier à Giese, le seul expert en comportement sexuellement déviant de l’époque, qui a également témoigné en tant qu’expert lors du premier procès. Contrairement à d’autres qui répondaient à Bartsch avec de longues lettres, Giese essayait d’être bref, mais très amical, ouvert et objectif. Giese est la seule personne impliquée dans l’affaire qui comprenne parfaitement la complexité de la paraphilie de Bartsch. Après le premier procès, Giese a cependant refusé de rendre régulièrement visite à Bartsch. L’une des notes adressées à Giese, écrite en août 1968 sur une carte de Noël imprimée, se lit comme suit :

C’est vraiment très gentil de votre part de vouloir m’aider, et je vous en suis très reconnaissant. C’est seulement dommage, comme vous l’avez déjà dit, que même une conversation par lettres serait assez difficile en ce moment, parce que de temps en temps il y aurait quelque chose que les juges devraient retenir à cause du règlement. Mais je vous attendrai. En reconnaissance, votre, Jürgen

Quand Giese a appris que Bartsch avait un comportement suicidaire, il a écrit en janvier 1969 :

Cher Jürgen Bartsch, je vous remercie tout d’abord de vos sympathiques vœux de Noël, et de Nouvel An que je vous renvoie cordialement en réponse. Je dois cependant joindre à cette lettre le souhait urgent que vous n’essayiez pas à nouveau de mettre fin à votre vie. Vous ne devez tout simplement pas le faire, l’une des raisons étant de permettre à plusieurs choses de se produire dans votre cas. Avec mes salutations distinguées, je suis votre Hans Giese.

Cette lettre ne prouve pas seulement la manière ouverte et amicale dont Giese et Bartsch communiquaient, mais aussi que Giese était au courant des préparatifs du second procès, ce qui a conduit à un tournant dans la psychiatrie légale.

Aspects juridiques

Le premier procès a eu lieu en 1967 au tribunal de grande instance (Landgericht) de la petite ville de Wuppertal. Les audiences ne durent que quelques jours, et il est décidé que Bartsch doit être traité selon la loi des adultes. Il a été jugé pleinement responsable (légalement), a perdu tous ses droits civils et a été condamné à une peine d’emprisonnement à vie (- 125 ans) pour quatre homicides, une tentative d’homicide, l’enlèvement d’enfants et des contacts sexuels avec des enfants. L’homosexualité était encore illégale en Allemagne à ce moment-là, mais le procès n’en a pas tenu compte.

La motion d’appel a été préparée de la manière habituelle ; il a été dit que le client n’avait pas été suffisamment examiné, qu’il était encore au stade de développement d’un mineur, et qu’il n’était généralement pas responsable en raison de sa constitution mentale.

L’affaire a donc été révisée par la Haute Cour fédérale allemande (Bundesgerichtshof) qui a convenu que le tribunal de Wuppertal aurait dû consulter un expert spécialisé en psychopathologie de la sexualité humaine, et pas seulement en psychiatrie. « Des déclarations de spécialistes sur les états mentaux en relation avec les anomalies de la libido » ont été demandées. Cette décision a marqué un tournant dans la psychiatrie légale puisque la Haute Cour fédérale s’est écartée de ses propres décisions antérieures en critiquant le fait que le tribunal de première instance n’avait pas entendu un « meilleur » expert pour ce domaine particulier. En outre, un mouvement au sein du droit pénal s’est imposé qui a voté pour la réhabilitation au lieu de la punition des délinquants. Les tribunaux pénaux étaient désormais contraints de décider si les délinquants devaient être punis ou traités psychologiquement, c’est-à-dire si une réintégration sociale était possible. Dès l’été 1969, le Parlement adopte les deux premières lois pour une réforme du droit pénal allemand, mettant en œuvre l’idée de réhabilitation.

De cette façon, et grâce à sa personnalité charmante et à son apparence innocente, Bartsch est devenu le tueur le plus en vue de la fin des années 1960 et du début des années 1970 en Allemagne.

Lors du second procès en 1971, toujours devant un tribunal de district, un très grand nombre d’experts sont présents pour éviter toute poursuite judiciaire : 2 généticiens/anthropologues/biologistes judiciaires (à l’époque, il s’agissait de la même profession en Allemagne), 3 psychologues, 5 psychiatres et le directeur du seul institut universitaire allemand de sexologie. Deux des trois experts psychiatriques du premier procès ont été rejetés en tant qu’experts (à la demande de la défense ; l’autre s’est rejeté lui-même). Le témoignage de cinq experts a été considéré comme pertinent par la cour, et a conduit aux conclusions suivantes :

au moment des crimes, Bartsch n’était pas encore assez mûr (délinquant « juvénile ») ,
sa responsabilité était réduite parce qu’il ne pouvait pas contrôler totalement ses pulsions sadiques.

Cela contrastait fortement avec le jugement du tribunal de district de Wuppertal, du 15 décembre 1967 :

Compte tenu de la structure de la personnalité du défendeur, sur la base de l’avis de trois témoins experts, il convient d’affirmer que le défendeur avait déjà achevé le processus de développement de sa personnalité.

Le défendeur aurait pu contrôler ses impulsions à tout moment.

Extrait du jugement du tribunal de district de Wupperial, 6 avril 1971 :

– Le prévenu était manifestement encore en état de développement en ce qui concerne bis les aptitudes sociales et bis la maturité morale en raison de sa disposition personnelle, bis ses expériences d’enfance et son éducation.
– Le prévenu n’a pas pu échapper à ses fantasmes sadiques qui ont fini par dépasser toutes les limites morales et ont abouti à la réalisation de ses désirs. La responsabilité du défendeur en termes juridiques était donc considérablement réduite.

La peine maximale pour les mineurs a été appliquée : 10 ans d’incarcération, purgés dans un établissement psychiatrique, suivis d’une détention préventive.

En 1976, Jürgen Bartsch a demandé à être castré dans l’espoir d’être ensuite libéré de l’hôpital psychiatrique parce qu’il n’était plus dangereux pour la société. Quelques mois avant l’opération, Bartsch s’était pourtant vigoureusement opposé à toute démarche éventuelle vers la castration car il craignait pour sa santé. Les castrations n’étaient autorisées que si une personne le demandait et avait de bonnes raisons pratiques. Plus tard, il semble avoir cru que la castration pouvait être la seule voie vers une éventuelle guérison de ses pulsions. Après le rejet de sa première demande de castration, il s’est battu encore plus fort pour l’opération.

Le 28 avril 1976, Bartsch est mort pendant l’opération de castration sur la table d’opération, suite à une erreur dans la procédure d’anesthésie (le médecin qui a tué accidentellement d’autres patients de cette manière a été condamné à 9 mois de mise à l’épreuve).

Chronologie :

  • 6 nov. 1946 – Naissance de Karl-Heinz Sadrozinski et d’Anna Sadrozinski (qui a la tuberculose), Essen. Anna laisse le bébé à l’hôpital, incapable de s’en occuper.
  • Oct. 1947 – Adopté par Gerhard et Gertrud Bartsch, qui tiennent une boucherie.
  • 1957 – Assiste au Wiesengrund à Bonn.
  • 1958 – Fréquente l’école catholique de Marienhausen à l’âge de 12 ans, où il est victime d’abus homosexuels, violé quatre fois par le chef de chorale, le père Pütlitz, et parfois par d’autres élèves.
  • 1960 – Commet un acte sexuel forcé avec un garçon nommé Axel, qu’il laisse partir.
  • 1961 – Quitte l’école.
  • 1962 – Commet son premier meurtre, un garçon nommé Klaus Jung.
  • 7 août 1965 – Meurt un deuxième garçon, Peter Fuchs, près d’Essen-Holsterhausen.
  • 7 août 1965 – Meurt un troisième garçon, Ulrich Kahlweiss, de plusieurs coups de marteau à la tête.
  • 1966 – Assassine un quatrième garçon, Manfred Grassmann.
  • 18 juin 1966 – Tente de tuer un cinquième garçon, Peter Frese, âgé de 5 ans. À un moment donné, Jurgen part dîner et regarder la télévision, laissant le garçon attaché. Cependant, le garçon s’échappe.
  • 22 juin 1966 – Arrêté après pour l’enlèvement et la tentative de meurtre du garçon Peter Frese.
  • 30 nov. 1966 – Début du procès. Bartsch est condamné à la prison à vie. Il tente de se suicider à plusieurs reprises.
  • Mars 1971 – Négociation de plaidoyer ; condamné à dix ans de prison et à des soins psychiatriques supplémentaires.
  • 6 avril 1971 – Appel. De nouvelles informations sont apportées concernant le traitement de ses parents et la vie de merde qu’ils lui ont fait subir. La nouvelle sentence est de dix ans plus des soins psychiatriques supplémentaires.
  • 15 nov. 1972 – Résidence à Rottland, une maison de retraite près d’Eickelborn.
  • 15 févr. 1973 – Fiançailles avec l’infirmière Gisela.
  • 1974 – Épouse Gisela à son hôpital.
  • 28 avr. 1976 – Décède d’une overdose d’anesthésiant lors d’une intervention chirurgicale ,castration volontaire.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings