Le Mystère d’Anjikuni – Le Blog De L'Etrange
Mystères

Le Mystère d’Anjikuni

Le Village des Morts

Est-il possible que le village entier ait été enlevé ?

Des légendes de disparitions massives et mystérieuses sont apparues dans le monde entier. L’incident le plus célèbre de l’histoire de l’Amérique du Nord est sans aucun doute le sort inconnu des citoyens de la colonie de Roanoke, qui ont été vus vivants pour la dernière fois en 1587, mais un cas encore plus inexplicable concerne le sort de plus de 30 hommes, femmes et enfants qui auraient disparu sans laisser de trace d’un village de pêcheurs inuit dans la première moitié du XXe siècle.

L’estuaire rempli de truites et de brochets connu sous le nom de lac Anjikuni (également orthographié Angikuni) est situé le long de la rivière Kazan dans la région isolée de Kivalliq, au Nunavut, au Canada. Cette région isolée est riche en légendes d’esprits des bois malveillants et de bêtes comme le Wendigo, mais aussi fascinantes que soient ces histoires souvent racontées, aucune n’est plus intrigante que le mystère terrifiant et controversé entourant la disparition collective des villageois qui vivaient autrefois sur la côte rocheuse des eaux glaciales d’Anjikuni.

Notre histoire commence par une soirée arctique en novembre 1930. Un trappeur canadien du nom de Joe Labelle, à la recherche d’un répit dans le froid glacial et d’un endroit chaud où passer la nuit, s’est aventuré dans un village inuit niché sur les rives rocheuses du lac Anjikuni, au Canada.

Labelle avait déjà visité la région et savait qu’il s’agissait d’un village de pêcheurs animé, rempli de tentes, de huttes en bois brut et d’habitants amicaux, mais lorsqu’il a crié pour saluer, le seul son qui lui est revenu est celui de son propre écho et de ses raquettes qui crissent dans le gel.

Labelle s’est crispé. Il avait l’instinct d’un homme d’extérieur expérimenté et il sentait que quelque chose n’allait pas du tout.

Labelle pouvait voir les structures délabrées qui se profilaient sous la pleine lune, mais il ne voyait pas de gens affairés, de chiens de traîneau aboyant ou tout autre signe de vie.

Même à l’intérieur des huttes, les sons attendus des rires et des conversations étaient remplacés par un silence de mort. Labelle nota également avec un certain frisson que pas une seule cheminée ne dégageait de fumée. C’est alors qu’il aperçoit un feu qui crépite au loin.

Labelle, faisant de son mieux pour rester calme, a accéléré le pas et s’est dirigé vers les braises rougeoyantes du feu mourant au loin, désireux de trouver une trace d’humanité. Lorsque le trappeur arriva aux flammes, il ne fut pas accueilli par un visage amical, mais par un ragoût carbonisé que l’on avait étonnamment laissé noircir au-dessus des braises.

Le traqueur chevronné – qui a passé une grande partie de sa vie à rôder dans des forêts sombres et inaccessibles – n’est probablement pas facilement effrayé, mais il est difficile d’imaginer qu’il n’ait pas eu des sueurs froides en passant devant les kayaks délabrés et battus par les vagues au cœur du village fantôme, se demandant ce qui était arrivé à ses habitants.

Labelle a méthodiquement retiré les rabats en peau de caribou et vérifié toutes les cabanes dans l’espoir de trouver des signes révélateurs d’un exode massif, mais, à son grand dam, il a découvert que toutes les cabanes étaient remplies du genre de denrées alimentaires et d’armes qui n’auraient jamais été abandonnées par leurs propriétaires. Dans un abri, il trouva une marmite de caribou en ragoût qui avait moisi et le manteau en peau de phoque à moitié raccommodé d’un enfant qui gisait sur une couchette avec une aiguille en os encore enfoncée dedans, comme si quelqu’un avait abandonné son effort à mi-couture.

Il a même inspecté l’entrepôt de poissons et a remarqué que ses réserves n’avaient pas été épuisées. Il n’y avait nulle part de signes de lutte ou de pandémonium et Labelle ne savait que trop bien que déserter une communauté parfaitement habitable sans fusils, sans nourriture et sans parkas serait tout à fait impensable, quelles que soient les circonstances qui auraient pu forcer la tribu à migrer spontanément.

Labelle scruta alors les frontières du village dans l’espoir de déterminer la direction prise par les Inuits. Bien que la sortie des villageois semble avoir été relativement récente, et assez hâtive pour laisser de la nourriture sur les flammes, il ne trouva aucune trace de leur fuite, quelle que soit l’intensité de ses recherches.

Aussi froid et fatigué qu’il était, Labelle était tout simplement trop terrifié pour s’attarder dans ce village énigmatiquement vide. Même si cela signifiait qu’il devait renoncer au confort de la nourriture, de la chaleur et de l’abri, le trappeur considérait que le risque de rester était trop grand et il décida de se hâter à travers les températures inférieures à zéro jusqu’à un bureau télégraphique situé à plusieurs kilomètres de là, de peur que la même force infâme – et, selon Labelle, indubitablement surnaturelle – qui avait enlevé les villageois ne s’abatte sur lui.

LA POLICE MONTÉE S’EN VA !

Labelle, épuisé et gelé, a finalement titubé jusqu’au bureau du télégraphe et, en quelques minutes, un message d’urgence a été envoyé à la caserne de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) la plus proche. Lorsque les gendarmes sont arrivés, plusieurs heures plus tard, Labelle s’était suffisamment calmé pour raconter son histoire troublante.

Selon l’ouvrage « The World’s Greatest UFO Mysteries », publié en 1984 par Roger Boar et Nigel Blundell, en route vers le lac Anjikuni, les gendarmes se sont arrêtés pour se reposer un peu dans une bicoque que partageaient le trappeur Armand Laurent et ses deux fils. Les officiers ont expliqué à leurs hôtes qu’ils se dirigeaient vers Anjikuni pour régler : « une sorte de problème ».

Les agents de la GRC ont demandé si les Laurent avaient vu quelque chose d’inhabituel au cours des derniers jours, et le trappeur a dû admettre que lui et ses fils avaient vu un objet bizarre et brillant planer dans le ciel quelques jours auparavant. Laurent a affirmé que l’énorme « chose » volante illuminée semblait changer de forme sous leurs yeux, se transformant d’un cylindre en un objet ressemblant à une balle. Il a ajouté que cet objet inhabituel volait en direction du village d’Anjikuni.

CHIENS MORTS, PILLEURS DE TOMBES ET LUMIÈRES MYSTÉRIEUSES :

Les gendarmes ont quitté la maison des Laurent peu après et ont poursuivi leur voyage périlleux.

Une fois arrivés sur les lieux, les policiers ont non seulement pu confirmer le témoignage de Labelle concernant l’état de ce village désormais désolé, mais, selon certaines sources, ils ont fait une découverte supplémentaire, encore plus obscure, aux abords de la communauté.

Selon divers témoignages, les agents chargés des recherches ont été alarmés lorsqu’ils sont tombés sur une pléthore de tombes ouvertes dans le cimetière du village. En fait, si l’on en croit certaines des déclarations les plus scandaleuses, chaque tombe avait été ouverte et, ce qui est encore plus surprenant, vidée.

Il existe également des rapports moins dramatiques, mais non moins déroutants, qui affirment qu’une seule tombe a été violée. Quoi qu’il en soit, la profanation d’une tombe inuite est un tabou grave, alors pourquoi ces corps ont-ils été déplacés ?

Pour ajouter une pincée supplémentaire de « bizarre » à la procédure, des témoins ont affirmé que la terre autour de la tombe était gelée : « aussi dure que la roche ». Ces rapports suggèrent également que les pierres tombales avaient été empilées en deux piles bien nettes de part et d’autre des tombes, ce qui confirme que ce n’était pas l’œuvre d’animaux.

Inutile de dire que les gendarmes présents sur les lieux ont été perturbés par ces découvertes et qu’une importante équipe de recherche a été organisée en toute hâte. Au cours des recherches, aucun indice supplémentaire sur l’endroit où se trouvaient les villageois n’a été trouvé, mais une autre découverte macabre aurait été faite.

Selon les rapports, pas moins de 7 carcasses de chiens de traîneau (certains parlent de 2 ou 3) ont été découvertes à environ 300 mètres de la limite du village. Selon des pathologistes canadiens, ces malheureux canins seraient tous morts de faim, après avoir été recouverts par des congères, qui les ont enterrés à près de 12 pieds de profondeur.

Comment ces animaux ont-ils réussi à mourir de faim alors qu’ils étaient entourés de huttes pleines de nourriture est une autre pièce inexpliquée de ce puzzle énigmatique. Un seul récit affirme que les malheureux animaux étaient attachés à des « arbres broussailleux », ce qui expliquerait leur incapacité à chercher de la nourriture, mais cela ne résout pas la question de savoir pourquoi ils ont succombé si rapidement. La logique semble dicter qu’ils n’auraient certainement pas eu le temps de mourir de faim entre le moment de cette disparition collective et l’arrivée de Labelle, qui aurait trouvé de la nourriture encore brûlée sur des braises mourantes.

Cela soulève la question suivante :

  • Les villageois ont-ils intentionnellement laissé leurs propres chiens mourir de faim avant de glisser dans l’éther ?
  • Ces chiens inestimables dont l’existence même était essentielle à la survie des villageois – si oui, pourquoi ?
  • Si non, alors que s’est-il passé ?

Comme si cette histoire n’était pas assez étrange, les agents présents sur les lieux auraient signalé la présence d’étranges lumières bleutées pulsant à l’horizon au-dessus du village. Les hommes ont observé jusqu’à ce que l’illumination disparaisse, tous s’accordant à dire que ce spectacle lumineux inhabituel ne ressemblait pas à une aurore boréale.

Après deux semaines d’enquête, les gendarmes, se basant sur les baies qu’ils ont trouvées dans l’une des marmites, sont arrivés à la conclusion quelque peu douteuse que les villageois étaient partis depuis au moins deux mois. Cela soulève une autre question : si les Inuits ont vraiment abandonné leurs maisons huit semaines auparavant, qui a fait le feu que Labelle a vu en arrivant au village ?

ARRÊTEZ LA PRESSE !

La réalité et le folklore ont l’habitude de se mêler lorsque des événements bizarres comme celui qui s’est produit au lac Anjikuni se produisent. Néanmoins, le premier compte rendu officiel de la disparition du village aurait été imprimé le 28 novembre 1930, lorsque le correspondant spécial Emmett E. Kelleher a publié un rapport des événements dans le journal canadien « Le Pas, Manitoba ».

Comme il n’y avait pas d’images disponibles de la colonie d’Anjikuni, cet article – comme c’était la procédure standard à l’époque – était accompagné d’une photo de stock d’un campement de tentes Cree déserté, prise en 1909, ce qui a conduit certains à écarter l’ensemble de l’événement.

Alors que la plupart des gens disent que « Le Pas », au Manitoba, a été le premier à donner le coup de poing, d’autres insistent sur le fait que le rapport initial a en fait été publié un jour plus tôt par le « Danville Bee ». Peu importe qui a eu le scoop en premier, la plupart des chercheurs sont d’avis que le récit qui a le plus attiré l’attention du public a été publié dans l’édition du 29 novembre 1930 du « Halifax Herald », sous un titre indéniablement sensationnel : « Tribu perdue dans les landes du Nord – Village de morts trouvé par un trappeur errant, Joe Labelle ».

Joe Labelle n’a pas mâché ses mots lorsqu’il a décrit aux journalistes sa découverte déchirante :

J’ai immédiatement senti que quelque chose n’allait pas… Au vu des plats à moitié cuits, je savais qu’ils avaient été dérangés pendant la préparation du dîner. Dans chaque cabane, j’ai trouvé un fusil appuyé à côté de la porte et aucun Esquimau ne va nulle part sans son arme… J’ai compris que quelque chose de terrible était arrivé.

Bien sûr, il n’a pas fallu longtemps pour que l’agence de presse de la Newspaper Enterprise Association transmette cette histoire étonnante à ses journaux, et les lecteurs de toute l’Amérique du Nord ont reçu un compte rendu de première main de ce qui serait, sans doute, le plus grand mystère non résolu jamais étudié par la GRC.

FRANK EDWARDS CONTRE LA POLICE MONTÉE ROYALE CANADIENNE :

Après un bref blitz médiatique, cet événement bizarre a été classé parmi les affaires non résolues jusqu’en 1959, lorsque le journaliste et auteur Frank Edwards a déterré l’histoire et l’a incluse dans son ouvrage intitulé « Stranger than Science ». Si Edwards n’avait pas peur de l’insolite, il n’était pas non plus enclin au sensationnalisme excessif et il n’existe aucune trace de ce journaliste qui aurait carrément fabriqué une histoire, mais c’est pourtant ce dont l’accuse la GRC sur la page Web qu’elle a consacrée à cette mystérieuse affaire.

Selon la GRC, Edwards a fabriqué toute l’affaire pour son livre et aucun événement de ce genre ne s’est jamais produit. Comme l’indique le site Web de la GRC :

L’histoire de la disparition, dans les années 1930, d’un village inuit près du lac Angikuni est fausse. Un auteur américain du nom de Frank Edwards est censé avoir lancé cette histoire dans son livre Stranger than Science. Cette histoire est devenue un article de journalisme populaire, publié et mentionné à plusieurs reprises dans des livres et des magazines. Il n’y a cependant aucune preuve pour étayer une telle histoire. Un village avec une population aussi importante n’aurait pas pu exister dans une région aussi éloignée des Territoires du Nord-Ouest (62 degrés nord et 100 degrés ouest, environ 100 km à l’ouest d’Eskimo Point). De plus, la police montée qui patrouillait dans la région n’a enregistré aucun événement fâcheux d’aucune sorte, pas plus que les trappeurs ou les missionnaires locaux.

Je serai le premier à admettre qu’il est fort possible que l’affaire des Inuits disparus d’Anjikuni ne soit guère plus qu’une fable contagieuse. Il ne fait guère de doute que le nombre de personnes disparues avancé dans de nombreux rapports – dont « The World’s Greatest UFO Mysteries » de Boar et Blundell, qui avance le chiffre ridicule de 2 000 – a été massivement exagéré, mais il semble que la position de la GRC soit un peu dédaigneuse, pour ne pas dire tout simplement incorrecte.

Pour commencer, comme nous l’avons mentionné plus haut, les premiers comptes rendus connus de cet événement n’ont pas été publiés après le livre d’Edwards de 1959, mais l’année même où cet événement inexpliqué se serait produit. Cela signifie qu’il est impossible qu’il ait pu concocter cette légende. Il existe également des enregistrements d’au moins deux enquêtes distinctes sur le sujet par des membres de la GRC.

LE SERGENT NELSON RÉSOUT L’AFFAIRE… PRESQUE :

La première enquête, menée par les gendarmes qui ont répondu au rapport initial de Labelle, a été lancée le 17 janvier 1931, quelques mois seulement après l’événement en question. L’homme chargé de l’affaire était un agent de la GRC curieux, le sergent J. Nelson, qui était en poste au détachement de Le Pas.

Nelson a été intrigué par les rapports inhabituels en provenance de la région et a décidé de faire ce qu’il a qualifié de : Il a décidé de faire ce qu’il a qualifié d' »enquêtes diligentes auprès de différentes sources », mais on ne sait pas si son enquête a été sanctionnée ou non par la GRC. Nelson a poursuivi en déclarant qu’il ne pouvait : « ne trouver aucun fondement à cette histoire. »

Selon les informations glanées par Chris Rutkowski et Geoff Dittman pour leur livre « The Canadian UFO Report : The Best Cases Revealed », les hypothèses de Nelson étaient basées sur une seule conversation qu’il a eue avec le propriétaire anonyme du poste de traite de Windy Lakes qui lui a dit qu’il n’avait pas entendu parler du village déserté par aucun des trappeurs qui passaient par son magasin.

Le propriétaire du magasin, très bavard, est même allé jusqu’à dire qu’il avait entendu dire que Labelle était originaire du sud du Territoire du Nord-Ouest et qu’il n’avait probablement jamais été à moins de 100 milles du lac Angikuni. Selon Nelson :

Joe Labelle, le trappeur qui aurait raconté l’histoire à Emmett E. Kelleher, le correspondant, est considéré comme un nouveau venu dans ce pays… et on doute qu’il ait jamais été dans les territoires.

Nelson a également tenté de renforcer la véracité de sa version des faits en mettant en doute l’intégrité journalistique de Kelleher, déclarant qu’il avait « l’habitude d’écrire des histoires colorées sur le Nord et que l’on ne peut accorder que très peu de crédit à ses articles ». Cela dit, il a admis ne pas avoir interviewé le journaliste, mais a affirmé qu’il avait l’intention de le faire dès que l’occasion se présenterait.

Là encore, il n’est pas certain qu’il ait jamais parlé à Labelle ou qu’il ait même pris la peine de se rendre au lac Angikuni pour enquêter sur le site par lui-même. On doit supposer que l’état du village n’a pas beaucoup changé depuis que Labelle en est sorti paniqué, il y a moins de deux mois. Bien que Nelson semble ne rapporter que des ouï-dire, il termine son enquête en déclarant que :

L’affaire du village disparu repose sur l’histoire d’un trappeur inexpérimenté racontée à un journaliste imaginatif et pas trop consciencieux.

Il va sans dire que les sceptiques considèrent cette déclaration comme le dernier mot concernant cet événement, mais (avec tout le respect que je dois à l’officier Nelson) on peut se demander à quel point son enquête a été approfondie. Il semble qu’il ait été sceptique dès le départ et qu’il n’ait jamais eu l’intention de chercher la vérité. Il convient également de mentionner que le fait qu’il n’ait jamais parlé à quelqu’un qui aurait pu confirmer l’événement de ses propres yeux ne constitue pas une preuve de non-existence.

Bien entendu, rien de tout cela ne prouve ou n’infirme la véracité des cas, mais il faut garder un œil sceptique sur ceux qui soutiennent des théories non conventionnelles et sur ceux qui s’efforcent de les démystifier d’emblée. Malheureusement, il semble que les médias accordent une crédibilité immédiate à tous les Tom, Dick ou Harry qui affirment qu’il s’agit d’un canular, tandis que ceux qui ont le courage d’examiner les preuves de manière impartiale sont considérés comme des crédules, voire pire.

Dans l’édition de novembre 1976 de Fate Magazine, ce mystère a été dépoussiéré dans un article intitulé « Vanished Village Revisited » par Dwight Whalens. L’article confirmait qu’il existait des dossiers montrant que la GRC avait de nouveau enquêté sur cette affaire en 1931.

Les agents de la GRC ont admis avoir découvert un établissement inhabité, mais ils ont jugé qu’il s’agissait d’un abandon saisonnier ou permanent du site, sans connotation mystérieuse, et ont (peut-être commodément) déclaré l’affaire close. Bien que l’on sache que de nombreuses tribus inuites étaient encore semi-nomades dans les années 1930, elles n’auraient jamais déserté leurs maisons – que ce soit de façon temporaire ou permanente – au cœur de l’hiver sans leurs précieux fusils et les provisions essentielles.

Lorsque l’on considère toutes les ramifications de cette affaire, il est difficile de blâmer les responsables de l’application de la loi de vouloir faire disparaître toute la débâcle d’Anjikuni. Le déni de responsabilité inexact de la GRC est une tentative évidente de distancer son organisation d’une énigmatique affaire non résolue qui ne reflète pas nécessairement bien la GRC et, plus important encore, qui date de plus de 70 ans.

Même si des membres de la GRC s’intéressent à cette affaire, la piste a depuis longtemps disparu et il est peu probable qu’ils puissent convaincre l’un de leurs supérieurs de consacrer le temps ou les ressources limitées dont ils disposent à un effort aussi futile.

Bon, si nous admettons qu’au moins 30 personnes ont disparu en ce jour fatidique, la grande question est…

QU’EST-CE QUI S’EST PASSÉ ?

Il ne nous reste plus qu’à résoudre la colossale énigme de savoir qui ou quoi était réellement responsable de la disparition choquante de ces individus en 1930. Cela a toujours été le plus grand point de discorde entre ceux qui croient que la tribu Anjikuni a mystérieusement disparu.

Il est difficile d’imaginer quelle sorte de force pourrait contraindre une tribu d’Inuits expérimentés à quitter la sécurité de leurs maisons sans emporter les outils, la nourriture, les armes et les chiens nécessaires à leur survie dans le rude climat de la toundra. Le fait qu’il n’y ait eu aucun signe de lutte ni aucune indication de violence ne fait qu’aggraver ce mystère déjà inexplicable.

Si les Inuits d’Anjikuni avaient été assassinés ou emmenés de force, il y aurait sûrement eu des traces de la mêlée laissée derrière eux. Ceci, combiné au fait que des pisteurs expérimentés n’ont pu trouver aucune indication du chemin qu’ils ont emprunté en quittant leur village, a laissé les chercheurs perplexes pendant des décennies.

Si l’on ne trouve pas d’explication logique, il faut alors commencer à chercher en dehors de la boîte proverbiale. C’est ainsi qu’apparaît la première théorie, la plus populaire à bien des égards, selon laquelle les villageois auraient été victimes d’…

ENLÈVEMENT PAR DES ALIENS :

Dans la seconde moitié du XXe siècle, de nombreux ufologues ont émis l’hypothèse que les habitants de ce village canadien reculé pourraient bien avoir été les victimes sans méfiance de l’un des plus grands enlèvements massifs d’extraterrestres de l’histoire. Cette hypothèse repose en grande partie sur l’observation par les Laurents de l’objet cylindrique en forme de balle qui se dirigeait vers Anjikuni, ainsi que sur les étranges lumières bleues aperçues par la police montée dans le ciel nocturne au-dessus du village.

Bien que les preuves à l’appui de cette théorie soient, au mieux, circonstancielles, l’idée est intrigante… et tout à fait horrifiante. Il faut admettre que la simple contemplation de la notion d’extraterrestres descendant en piqué et s’enfuyant avec toute la population d’un village est l’étoffe des cauchemars.

D’une part, cela expliquerait comment chaque âme vivante du village a pu s’évaporer sans laisser de trace – apparemment pendant qu’elle vaquait à ses occupations quotidiennes – sans laisser la moindre empreinte. D’autre part, il se pourrait que nous fassions un mauvais procès à nos camarades célestes en leur attribuant cette affaire avec pour seule preuve un objet étrange et de vagues lumières.

Bon, si nous excluons les extraterrestres, nous devons alors faire face à une hypothèse encore plus troublante qui avance l’idée que les Angikuni ont été la proie d’une…

ATTAQUE DE DÉMONS:

Labelle lui-même a dit aux journalistes qu’il croyait que le peuple Angikuni avait disparu à cause d’une altercation avec.. : « l’esprit maléfique Eskimos Tornrark. »

L’entité démoniaque à laquelle Labelle a fait référence semble être une erreur d’orthographe de « Torngarsuk », également connu sous les noms de : « Torngasak, Tornatik, Torngasoak, Tungrangayak et Tor-nar-suk » – qui, selon la légende inuit, est une puissante divinité du ciel à la tête d’une légion d’esprits malveillants. Il est intéressant de noter que Labelle, un prétendu étranger à la région, était apparemment suffisamment familier avec les peuples indigènes et leurs coutumes pour mentionner l’une de leurs entités les plus maléfiques par son nom.

Invisible pour tous, sauf pour les chamans inuits – qui étaient connus pour réciter des incantations et faire des sacrifices d’animaux afin d’éloigner ce soi-disant « grand diable » – cet être malveillant apparaissait parfois sous une forme animale, comme celle d’un ours. Se pourrait-il que les indigènes Angikuni en soient venus à croire qu’un ou plusieurs de leurs précieux chiens de traîneau étaient en fait des incarnations de cette bête ? Est-ce pour cela qu’on les a laissés mourir de faim ? La prémisse est mince, mais ne peut être entièrement écartée.

En dehors des démons, il est possible que nous ayons affaire à une autre créature surnaturelle telle que des…

VAMPIRES:

J’admets que ce n’est pas une de mes théories personnelles, et, franchement, ce n’est pas ma préférée. En fait, cette spéculation sauvage découle probablement d’une lecture trop fréquente du merveilleux et effrayant « 30 jours de nuit » de Steve Niles et Ben Templesmith.

Pourtant, lorsqu’on est exposé à l’obscurité prolongée qui règne au pays du soleil de minuit, qui sait à quel genre de bêtes insidieuses on peut être la proie ? Néanmoins, l’absence de sang ou de tout autre signe de lutte sur la scène du « crime » semble aller à l’encontre de cette suggestion.

Donc, si nous n’avons pas affaire à des extraterrestres, des démons de la forêt ou des vampires modernes ravageant le village avec leur rage impie, nous devons envisager la possibilité qu’ils se soient simplement glissés dans…

UNE AUTRE DIMENSION :

Les archives historiques regorgent d’histoires de personnes qui ont mystérieusement disparu.

Prenez le cas étrange d’Orion Williamson – un fermier de Selma, en Alabama – qui se serait volatilisé devant sa femme, son fils et deux voisins alors qu’il se promenait sur sa propriété en juillet 1854. Toute la communauté s’est mise à la recherche du fermier, en vain, mais le fils de Williamson a juré avoir entendu les cris fantomatiques de son père émanant du champ pendant les semaines qui ont suivi son étrange évaporation.

Il y a aussi le cas étonnant d’un cordonnier du Warwickshire, en Angleterre, du nom de James Burne Worson. Le penchant de Worson à se vanter de ses capacités de coureur de fond avait fini par user la patience de ses compagnons de beuverie – Hamerson Burns et Barham Wise – qui mirent leur compagnon au défi de courir la distance de 40 miles de Leamington à Coventry. Worson accepte le pari et dans l’heure qui suit, le trio est en route. Worson court, Burns et Wise le suivent de près dans une charrette tirée par un cheval.

Worson, incroyablement en forme, semblait s’amuser, courant à un rythme soutenu et plaisantant avec ses amis, jusqu’à ce qu’il trébuche à une vingtaine de mètres devant ses amis. Burns et Wise ont regardé, horrifiés, leur ami tomber en avant avec « un cri de terreur », puis disparaître sous leurs yeux. Comme dans le cas Williamson, la recherche de leur cohorte disparue s’est avérée infructueuse.

Je pourrais continuer à citer des cas comme celui-là, mais vous avez compris. Il suffit de dire qu’il y a un véritable précédent pour les disparitions inexpliquées… un précédent que même les témoins oculaires sont incapables d’expliquer.

CONCLUSION:

Il devrait être clair pour tous ceux qui lisent mes articles que je suis un fan des histoires de feu de camp. J’aime les frissons et les mystères qui entourent ces légendes ostensiblement « vraies », mais j’ai aussi un côté incrédule et je me rends compte que beaucoup d’informations dans cette affaire sont difficiles, voire impossibles, à étayer.

Il semble évident qu’un grand nombre de détails entourant ces événements ont été déformés et exagérés à chaque fois qu’ils ont été racontés au cours des sept dernières décennies, ce qui a donné lieu à un étrange jambalaya de faits et de fiction.

Néanmoins, si je suis sceptique à l’égard des rapports non confirmés, je le suis tout autant à l’égard de ceux qui prétendent démentir ces mêmes rapports en s’appuyant sur des preuves contraires tout aussi « sommaires » et insuffisantes que celles sur lesquelles reposent ces légendes. Pourtant, si l’on réduit le nombre ahurissant de 2 000 personnes disparues aux 30 âmes qui auraient disparu, et si l’on ramène les dizaines de tombes profanées à un seul cadavre, il reste l’un des mystères les plus intrigants des temps modernes.

Quel que soit leur destin, il n’en reste pas moins qu’au cours du mois de novembre 1930, une trentaine d’hommes, de femmes et d’enfants – qui, la veille encore, travaillaient et jouaient, entourés de leurs proches et du confort de leur foyer – ont apparemment abandonné leur domicile et disparu de la surface de la Terre.

Malgré les protestations véhémentes des démystificateurs du monde entier, ce mystère est bien vivant et, même si nous ne saurons jamais si ces pauvres âmes ont été assassinées, transportées dans un autre monde ou simplement glissées dans l’éther d’une autre dimension, nous pouvons espérer collectivement que, où qu’elles soient, elles se sont retrouvées dans un meilleur endroit qu’ici.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings