Larry William Eyler – le meurtrier de l’autoroute – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Larry William Eyler – le meurtrier de l’autoroute

Le tueur en série qui a été attrapé et relâché

Larry à 11 ans

Larry Eyler est né le 21 décembre 1952 à Crawfordsville, dans l’Indiana, le plus jeune des quatre enfants de George Howard Eyler (19 septembre 1924 – 25 septembre 1971) et Shirley Phyllis Kennedy (22 avril 1928 – 8 juin 2016). Son père était un alcoolique qui est connu pour avoir abusé physiquement et émotionnellement de sa femme et de ses enfants. Les parents d’Eyler ont divorcé au milieu de l’année 1955, et lui et sa sœur ont été régulièrement confiés à des baby-sitters, à des familles d’accueil, ou simplement laissés à la garde de leurs deux frères et sœurs aînés (dont l’aîné avait dix ans) alors que leur mère luttait pour soutenir financièrement et s’occuper correctement de quatre enfants, en ayant deux emplois comme serveuse et dans une usine la semaine, et occasionnellement dans un bar le week-end. Néanmoins, lorsque Eyler et sa sœur étaient confiés à des familles d’accueil, leur mère rendait fréquemment visite à ses deux plus jeunes enfants, et Eyler affirmera que ces séparations et retrouvailles rapprochaient la famille.

En 1957, la mère d’Eyler s’est remariée. Ce mariage a duré un an avant que le couple ne divorce. Sa mère s’est mariée une troisième fois en 1960, mais le couple a divorcé quatre ans plus tard. Elle s’est mariée une quatrième fois en 1972. Le père d’Eyler et ses deux premiers beaux-pères buvaient beaucoup, et lui et ses frères et sœurs étaient soumis à de fréquents abus, l’un de ses beaux-pères tenant fréquemment la tête d’Eyler sous de l’eau bouillante en guise de discipline.

Larry Eyler dans sa photo de l'annuaire de l'école secondaire de South Putnam en 1970.
Larry Eyler dans sa photo de l’annuaire de l’école secondaire de South Putnam en 1970.

Eyler a fréquenté l’école St. Joseph à Lebanon, dans l’Indiana. Bien que grand pour son âge et actif dans les activités sportives, il était régulièrement la cible d’intimidateurs en raison de son appartenance à une famille pauvre et du divorce de ses parents, ce qui conduisait souvent sa sœur, Theresa, à affronter les tourmenteurs de son frère. Les enseignants considéraient Eyler comme un élève calme mais sympathique, avec peu d’amis. En raison de son entêtement croissant et de son comportement erratique, la mère d’Eyler le place dans un foyer pour garçons indisciplinés en 1963. Il a trouvé cette expérience émotionnellement dévastatrice, et en quelques semaines, il a persuadé en larmes sa mère de lui permettre de rentrer chez lui. Peu de temps après, Eyler a subi des tests psychologiques qui ont révélé qu’il était d’une intelligence moyenne, mais qu’il souffrait d’une grave insécurité et d’une peur extrême de la séparation et de l’abandon. Déduisant ces craintes de sa vie familiale, le personnel a recommandé le placement temporaire d’Eyler dans un foyer catholique pour garçons à Fort Wayne. Il est resté dans cette résidence pendant six mois avant de retourner sous la garde de sa mère.

Adolescence et début de l’âge adulte

Lorsqu’il a atteint la puberté, Eyler a découvert qu’il était homosexuel. Il n’était ouvert à sa sexualité qu’à sa famille, bien qu’il ait lutté contre des sentiments profonds de haine de soi concernant son orientation sexuelle.Tout au long du lycée, il est sorti occasionnellement avec des filles, mais aucune de ces relations n’est devenue physique. Ayant été quelque peu religieux depuis son enfance, Eyler a confié à certaines de ses connaissances proches qu’il avait du mal à accepter sa sexualité.

En partie à cause de son attitude peu enthousiaste à l’égard de l’école, Eyler n’a pas réussi à obtenir son diplôme d’études secondaires, bien qu’il ait obtenu plus tard un certificat d’études générales. Peu de temps après avoir quitté le collège, Eyler a obtenu un emploi de garde de sécurité privé à l’hôpital général du comté de Marion. Il a occupé cet emploi pendant six mois avant de perdre ce poste et de trouver un autre emploi dans un magasin de chaussures. Pendant qu’il occupait cet emploi, Eyler a commencé à se familiariser avec la communauté gay d’Indianapolis, fréquentant les bars gay et entretenant fréquemment des liaisons occasionnelles avec des hommes. Plusieurs de ces personnes ont remarqué qu’Eyler détournait les yeux de son partenaire pendant les rapports sexuels tout en criant des blasphèmes tels que « salope » et « pute », ce qui a amené beaucoup d’entre elles à penser qu’Eyler fantasmait que son partenaire était une femme.

Paraphilie

Au milieu des années 1970, Eyler était bien connu de la communauté gay d’Indianapolis, en particulier de ceux qui étaient fétichistes du cuir. Plusieurs connaissances au sein de cette communauté l’ont décrit comme un beau garçon, un « gars décontracté » et un culturiste passionné qui était proche de sa mère et de sa sœur, mais d’autres qui avaient eu des relations sexuelles avec lui l’ont décrit comme un individu sadique et violent qui ne se manifestait qu’au cours de leurs rapports sexuels, où Eyler matraquait souvent ses partenaires non consentants, puis leur infligeait de légers coups de couteau, en particulier sur le torse.

Robert David Little

Eyler travaillait principalement comme peintre en bâtiment et, bien qu’il n’ait jamais servi dans l’armée, il aimait porter des T-shirts du corps des Marines. Il vivait dans une copropriété à Terre Haute avec un professeur de bibliothéconomie de 38 ans, Robert David Little, qu’il avait rencontré pour la première fois en 1974 alors qu’il étudiait à l’Indiana State University. La relation entre les deux hommes était platonique, Eyler considérant Little comme une sorte de figure paternelle. Eyler et Little ont régulièrement fréquenté la communauté gay d’Indianapolis, bien que Little, un individu socialement maladroit, taciturne et peu attrayant, ait généralement eu du mal à nouer des amitiés ou à trouver des partenaires sexuels au cours de ces excursions, si bien qu’Eyler amenait fréquemment de jeunes hommes au domicile de Little pour qu’ils aient des relations sexuelles avec eux.

Il faut connaitre son homme

En Avril 2021, les autorités de l’Indiana ont annoncé l’identité de l’un des deux corps. Il s’agit de John Ingram Brandenburg, de Chicago, qui a disparu à l’âge de 19 ans en 1983. Enfin, 38 ans plus tard, la famille Brandenburg a trouvé la paix. Cette identité n’a été possible que grâce à l’aide du projet ADN Doe, qui a procédé au séquençage complet du génome en janvier de cette année 2021.

Au milieu de l’année 2019, après avoir épuisé toutes les pistes, les autorités du comté de Newton ont contacté le DNA Doe Project pour demander de l’aide dans cette affaire. L’extraction de l’ADN des restes a été effectuée par le Centre d’identification humaine de l’Université du Nord du Texas (UNT). Le processus a pris beaucoup de temps car l’UNT a utilisé une technique appelée Family Reference Sampling (FRS). En janvier 2021, l’ADN a été envoyé au laboratoire Hudson Alpha Discovery pour le séquençage complet du génome. Deux mois plus tard, en mars, des travaux de bioinformatique ont été réalisés par Kevin Lord de Saber Investigations, une société de généalogie génétique basée à Belton, au Texas. Ce processus a permis de produire un fichier pouvant être téléchargé vers des bases de données qui effectuent des comparaisons entre des échantillons d’ADN sur Internet. Le 2 avril 2021, le fichier a été téléchargé sur GEDMatch et une correspondance a été établie avec un parent proche (qui avait précédemment téléchargé son échantillon dans l’espoir de retrouver John).

Sur la piste d’un tueur en série

Entre 1982 et 1984, au moins 21 adolescents et jeunes hommes ont été retrouvés assassinés au bord des routes dans les États de l’Indiana et de l’Illinois. Ils ont été torturés de manière sadique avant d’être poignardés à l’abdomen et à la poitrine. Les pantalons ont été laissés autour du genou et plusieurs des victimes ont été éventrées et démembrées.

Appelés à intervenir, les profileurs du FBI ont déclaré que le psychopathe était un homme blanc d’une trentaine d’années qui se détestait lui-même en raison de son attirance sexuelle pour d’autres hommes. Il projette une image macho de lui-même et recherche la compagnie et l’approbation d’autres hommes afin d’obtenir un sentiment d’appartenance. Il fréquentait les milieux gays mais avait une peur bleue d’être découvert et étiqueté comme « pédé ».

Le profil s’est avéré exact et le tueur a été capturé quelque temps plus tard. Son nom : Larry William Eyler.

Eyler était physiquement grand et fort, mais émotionnellement peu sûr de lui. Il a attaqué des garçons et des hommes plus jeunes, plus petits et plus faibles. Lorsque l’envie de tuer devenait irrésistible, il s’habillait en vêtements « militaire », montait dans son pick-up et partait sur les routes pour prendre un garçon en auto-stop. Cinq de ses victimes restent inconnues, l’une d’entre elles étant un jeune Afro-Américain de 15 ans retrouvé dans une tombe peu profonde dans l’Indiana avec John Ingram Brandenburg.

Une autre victime d’Eyler identifiée après presque 40 ans
William Joseph "Bill" Lewis sur une photo non datée partagée par la famille, et dans la création des pathologistes légaux de la façon dont "John Doe" pourrait avoir ressemblé.
William Joseph « Bill » Lewis sur une photo non datée partagée par la famille, et dans la création des pathologistes légaux de la façon dont « John Doe » pourrait avoir ressemblé.

L’horreur a ressurgi en décembre 202 dernière lorsque le corps d’un jeune homme de 19 ans de Peru (Indiana) a été identifié – près de 40 ans après sa mort aux mains d’Eyler, qui a grandi à Greencastle et a travaillé comme commis dans un magasin d’alcools local, même s’il a drogué et tué la majorité de ses 22 jeunes victimes masculines admises entre le 23 octobre 1982 et le 19 août 1984.

Vendredi, le coroner du comté de Jasper, Andrew Boersma, a annoncé que les restes retrouvés près de Rensselaer en octobre 1983 sont ceux de William Joseph « Bill » Lewis. Une société de médecine légale du Massachusetts a procédé à l’identification.

En tant que tueur en série condamné, Eyler a fait des aveux dans le couloir de la mort en 1994, disant à son avocat qu’il avait tué 22 hommes, dont Lewis. Eyler a donné une description de sa victime mais pas de nom. Lewis a été surnommé « John Doe du comté de Jasper » après la découverte de ses restes il y a 38 ans.

À l’époque, bien sûr, comme nous le savons tous, l’ADN n’existait pas

a déclaré M. Boersma, qui a hérité de cette affaire classée lorsqu’il est devenu coroner il y a plus de 20 ans.

Puis, en janvier dernier, un étudiant stagiaire de Redgrave Research Forensics Services, une société d’expertise généalogique, s’est porté volontaire pour tenter de résoudre ce mystère vieux de près de 40 ans.

Eyler a déclaré avoir pris Lewis sur l’U.S. 41 près de Vincennes, où le jeune homme rentrait en auto-stop d’un enterrement au Texas, le 20 novembre 1982, en suivant le scénario qui est devenu son modus operandi sur les autoroutes de l’Indiana et de l’Illinois.

Selon des informations divulguées, Eyler a déclaré avoir offert à Lewis de l’alcool et du Placidyl, un somnifère, alors qu’ils roulaient vers le nord. Au moment où ils ont atteint le comté de Jasper, Lewis était apparemment « semi-conscient ».

Eyler a répété cette scène au moins deux douzaines de fois après avoir essayé sa méthode en droguant un jeune homme de Greencastle dans une salle d’arcade du centre-ville et en jetant son corps presque sans vie derrière le bowling Varsity Lanes. La victime a survécu et n’a pas été agressée sexuellement, mais les charges ont été abandonnées après la première arrestation d’Eyler.

Environ un an après qu’Eyler ait admis avoir tué Lewis, un homme de Rensselaer a découvert ce qu’il croyait être des restes humains en posant des pièges à renard dans un champ. Il a prévenu les autorités, qui ont découvert 30 fragments d’os éparpillés sur la propriété.

À l’époque, le bureau du coroner a déterminé que la victime était un homme blanc âgé de 18 à 26 ans, avec des cheveux bruns roux tombant sur les épaules. Plusieurs preuves dentaires, notamment des bouchons et des plombages, ont été identifiées dans la bouche de la victime, et l’homme semblait s’être déjà cassé le fémur gauche. Des vêtements ont été trouvés sur place, ainsi qu’un briquet Zippo avec le nom « Arlene » gravé sur le côté.

Bien que la prépondérance des victimes d’Eyler étaient de jeunes hommes homosexuels, ce n’était pas le cas de Lewis, a déclaré le coroner du comté de Jasper, Boersma, au Banner Graphic.

 Il n’était pas homosexuel, dit Boersma. Il avait une petite amie. Il portait un briquet que sa petite amie lui avait acheté et sur lequel elle avait inscrit son nom.S’il était homosexuel, pourquoi aurait-il porté le nom de sa petite amie du lycée dans sa poche ?

Malgré tous les indices relevés par le coroner en 1983, la description de la victime ne correspondait à aucun signalement de disparition connu et personne ne s’est manifesté pour l’identifier.

 

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings