Carl Grossmann – Le boucher de Berlin – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Carl Grossmann – Le boucher de Berlin

De 1918 à 1921, un nombre inconnu de femmes ont disparu dans la capitale allemande de la République de Weimar, ce qui a abouti à la découverte de dizaines de parties de corps dans le canal de Luisenstadt et le réservoir d’Engelbecken. La plupart de ces femmes ont été portées disparues par leur employeur Carl Grossmann. En août 1921, les résidents du 88/89 Langestrasse ont entendu des cris provenant d’un appartement situé au 4ème étage. Lorsque la police est arrivée et a forcé l’entrée, elle a trouvé Grossmann, un ancien boucher local, en train de découper le corps d’une jeune femme. Au cours de l’enquête de police qui a suivi, Grossmann a été impliqué dans la mort de nombreuses femmes avant de tromper le bourreau et de se suicider dans sa cellule de prison.

Carl Friedrich Wilhelm Grossmann est né le 13 décembre 1863 à Neuruppin, en Allemagne. Bien que l’on ne sache pas grand-chose de son enfance, ses premières activités criminelles sont pour la plupart bien documentées et, à l’âge de 20 ans, il a purgé sa première peine de trois jours pour mendicité en 1883. D’autres condamnations criminelles ont suivi lorsqu’il a été arrêté pour avoir commis un acte sexuel contre nature sur un mouton à Mannheim en 1896, tandis que l’année suivante, il a été condamné pour une agression sexuelle sur une jeune fille de 12 ans de Nuremberg. Dans ce qui sera sa vingt-cinquième condamnation, Grossmann a été condamné en 1899 à 15 ans de servitude pénale pour l’agression sexuelle de deux filles à Bayreuth, une de 10 ans et une de 4½ ans qui a été gravement blessée lors de l’attaque.

Carl Grossmann

Bien qu’il ait été employé comme boucher, Grossmann préférait gagner sa vie en mendiant dans les rues, et utilisait une partie de ses revenus pour payer les prostituées qui partageaient son lit la plupart des nuits. Au début des années 1900, il a commencé à louer un appartement sordide au dernier étage de la 88/89 Langestrasse, situé dans les bidonvilles de la capitale, à proximité du dernier arrêt du chemin de fer silésien. Il était considéré comme amer et secret par ses voisins, mais son propriétaire lui accordait son intimité car il payait toujours son loyer à temps. Grâce à la mendicité, il gagnait suffisamment d’argent pour payer une gouvernante régulière pour son appartement de Berlin, mais ces gouvernantes ne faisaient jamais long feu et on cherchait bientôt une autre candidate pour remplacer la jeune femme précédente.

On ne sait pas quand il a commencé à assassiner des femmes, mais pendant la Première Guerre mondiale, Grossmann vendait de la viande au marché noir et possédait ensuite un stand de hot-dogs dans une gare près de chez lui. On croit fermement qu’il utilisait la chair de ses victimes comme substitut de viande qu’il vendait au public peu méfiant et qu’il jetait les os et autres parties non comestibles dans la rivière. Il invitait souvent des prostituées dans son appartement pour des rapports sexuels, tandis que les femmes sans-abri se voyaient offrir de la nourriture pour le même arrangement. Il passait également des annonces pour trouver des femmes célibataires pour travailler pour lui, qui étaient ensuite toutes massacrées, avant qu’il ne se débarrasse des restes. Cette situation a entraîné une vague de disparitions à partir de mai 1918, lorsque plusieurs corps ont commencé à apparaître dans le canal de Luisenstadt et le réservoir d’Engelbecken, à différents stades de décomposition.

En octobre 1920, Freida Schubert, 33 ans, est portée disparue. Elle s’était rendue à Berlin depuis Dresde, et le jour de sa disparition, elle avait été vue en train de faire des propositions à de nombreux hommes, dont l’un avait fini par accepter ses services. Entre le 7 et le 9 octobre 1920, les restes d’une jeune femme ont été retrouvés dans le canal de Luisenstadt, qui ont ensuite été identifiés comme étant ceux de Freida Schubert. Le 16 octobre, le Berliner Morgenpost rapporte que le tueur a scié ses os avec une telle brutalité que son bras a été arraché de l’épaule et que son cœur a été arraché de sa cage thoracique.

La police pense qu’il s’agit de l’œuvre d’un sadique et commence par interroger tous les témoins potentiels, dont l’un dit avoir vu la jeune femme en compagnie de Carl Grossmann. La police a ensuite perquisitionné son appartement le 21 octobre et a trouvé le sac à main de la femme disparue, mais Grossmann a pu offrir une explication innocente et plausible et l’affaire n’a pas été poursuivie. En décembre 1920, une jeune femme connue sous le nom de Melanie Sommer disparaît, et la série de disparitions inexpliquées et de corps découverts par la police se poursuit tout au long de l’année 1921, jusqu’au début du mois d’août, lorsque Elisabeth Barthel disparaît, ce qui porte à 23 le nombre de disparitions de femmes signalées au département de la police de Berlin.

Le 13 août, une autre jeune femme a disparu : Johanna Sosnowski, 24 ans, a été victime du boucher de Berlin. Elle travaillait comme femme de ménage et était mère d’un jeune enfant. Grossmann, âgé de 55 ans, signalait régulièrement à la police la disparition de ces femmes en prétendant qu’elles l’avaient volé avant de s’enfuir, mais elles avaient en fait été victimes de ses pulsions sexuelles sadiques et, après être entrées dans son appartement, elles ont été assassinées et démembrées. Son dernier meurtre concerne une cuisinière de 35 ans, Marie Theresia Nietsche, qui venait d’être libérée de la prison de Moabit après une peine d’un mois. Le 21 août 1921, elle avait rencontré Grossmann dans la rue et l’avait rejoint pour boire dans plusieurs pubs locaux. Lorsqu’ils sont retournés à son appartement, il lui a offert du café au cyanure, puis lui a lié les mains et les pieds avant de la frapper à la tête jusqu’à ce qu’elle meure.

Pendant que Grossmann battait vicieusement Nietsche à mort, ses cris ont été entendus par sa propriétaire, Gertrude Grabowski, 66 ans, qui vivait au deuxième étage. Elle a alerté la police des bruits d’une lutte violente émanant de son appartement et le commissaire criminel Ernst Gennat, 41 ans, est arrivé avec d’autres officiers de la police criminelle, qui ont procédé à l’entrée de la chambre de Grossmann. En entrant, ils le découvrent en train de disséquer le corps d’une jeune femme, qui gisait ligotée sur son lit. Grossmann a été mis en état d’arrestation, placé en détention et accusé de meurtre au premier degré.

Les enquêteurs qui ont fouillé son appartement ont conclu que plusieurs autres personnes y avaient été assassinées, ce qu’ils ont supposé à partir des traces de sang qui indiquaient la présence d’au moins trois autres victimes. Au cours de l’interrogatoire, Grossmann a fini par admettre les meurtres de quatre femmes qui ont été brutalement tuées dans sa chambre au 88/89 Langestrasse. Cependant, la police a également retrouvé son journal intime dans son appartement, qui décrit les autres femmes qu’il a violées et assassinées. Un rapport de 1921 indique que Grossmann a avoué les meurtres de vingt femmes sur une période de vingt ans. On pense que certaines de ces femmes sont les victimes non identifiées dont les restes démembrés ont été retrouvés dans le canal près de la place Andreas et près du réservoir d’Engelbecken, mais la police dispose de peu de preuves pour relier Grossmann à ces crimes.

L'appartement de Grossmann (1921)
L’appartement de Grossmann (1921)

Ses voisins ont également été interrogés par la police et ont révélé que Grossmann se trouvait souvent en compagnie de compagnes, pour la plupart jeunes et sans ressources. On a découvert que Grossmann avait construit une entrée séparée dans son appartement, qu’il utilisait aux premières heures du matin, lorsqu’il rentrait chez lui dans un état d’ébriété avancé après avoir bu toute la nuit, accompagné d’une prostituée. C’est au cours de l’enquête sur les crimes de Grossmann que les enquêteurs ont pris connaissance de ses activités de boucher pendant la guerre. Sa source de revenus pendant la guerre aurait été le marché noir de la viande fraîche qu’il vendait aux Berlinois affamés. Il était à l’origine de la viande vendue au marché noir que la police soupçonne désormais d’avoir été prélevée sur ses victimes et vendue à des clients peu méfiants frappés par les pénuries de viande et le rationnement.

Ses voisins l’interrogeaient souvent sur l’odeur nauséabonde qui se dégageait de son appartement berlinois. Grossmann leur expliquait qu’il s’agissait simplement de poulet qui avait pourri dans la chaleur de l’été. Ses voisins Mannheim et Helene Itzig ont commencé à se méfier de ses activités et ont percé un trou dans sa porte pour pouvoir mieux l’observer à l’intérieur de son appartement. Ils n’ont jamais vu Grossmann assassiner l’une de ses victimes, mais ils ont observé la rudesse avec laquelle il traitait ses compagnes.

Carl Grossmann
Carl Grossmann

Le procès de Grossmann a commencé le 2 juillet 1922 et l’accusation avait cité 17 témoins à comparaître et à témoigner contre l’accusé. Parmi ces femmes se trouve une prostituée nommée Erika, qui s’est rendue à l’appartement de Grossmann mais l’a trouvé trop sordide et a considéré que Grossmann lui-même était trop effrayant et a refusé de terminer la transaction sexuelle convenue. Certaines de ces femmes ont survécu à ses abus sexuels et s’en sont sorties indemnes, comme une ouvrière industrielle au chômage qui a accepté son offre de travailler comme femme de ménage en août 1921. Elle a commencé à travailler immédiatement mais a été droguée et violée peu après. Malgré les rapports cohérents de nombreuses femmes, l’avocat de la défense de Grossmann a attaqué la véracité de leurs affirmations et présenté leurs histoires comme invraisemblables.

Un autre témoin, connu sous le nom d’Hélène, a été accusé par Grossmann lui-même d’avoir eu connaissance des meurtres et d’avoir tenté de le faire chanter. L’accusation a présenté à la cour une longue liste de 23 femmes qui avaient disparu. Parmi les noms de certaines des femmes disparues qui étaient soupçonnées d’avoir été victimes de la dépravation sexuelle de Grossmann figuraient Marie Feld, Luise Werner, Lisbeth Potske, Frieda Thomas, Emma Boritzki, Albertine Asher, Emma Baumann, 19 ans, originaire du Mecklembourg, et une femme connue seulement sous le nom de Martha, originaire de Pologne. Bien que Grossmann ne soit pas accusé de complicité directe dans les disparitions de ces femmes, il est considéré comme très probable qu’il en soit responsable.
Après trois jours de témoignages de nombreux témoins, Carl Grossmann est reconnu coupable de meurtre et condamné à mort. Des rapports contemporains indiquent que Grossmann a ri lorsqu’il a été condamné à être exécuté. Les motivations de Grossmann, qui attirait des femmes dans son appartement pour les assassiner et dépecer leurs cadavres, n’ont jamais été établies par les autorités, et les familles des victimes n’ont jamais obtenu de réponses à leurs questions concernant la disparition de leurs proches, car le 5 juillet 1922, Grossmann s’est suicidé par pendaison dans sa cellule de prison en attendant son exécution. Carl Grossmann est souvent associé à d’autres tueurs allemands de la période de Weimar, tels que Peter Kurten, Fritz Haarmann et Karl Denke.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings