Mystères

La lettre au diable de Sœur Maria Crociffissa

La plupart des gens, lorsqu’ils pensent aux religieuses, pensent aux femmes de Dieu. Des religieuses de la foi catholique. D’autres pensent au film de 2018, La Nonne. Sœur Maria Crocifissa a d’abord voulu être la première, puis est devenue le réceptacle du diable, en écrivant une note directement de sa part.

Maria Crocifissa Della Concezione est née sous le nom d’Isabella Tomasi en Sicile en 1645. Fille du prince Giulio Tomasi di Lampedusa, elle est la descendante du célèbre écrivain italien Giuseppe Tomasi di Lampedusa. On ne sait pas grand-chose de son enfance, mais on sait qu’elle est entrée au couvent de Palma di Montechiaro à l’âge de 15 ans.

Le couvent était bénédictin et suivait les enseignements de saint Benoît. Saint Benoît a fondé l’ordre bénédictin au VIe siècle, ce qui en fait l’ordre religieux le plus ancien de l’Église occidentale. Les enseignements de l’ordre bénédictin sont traditionnellement axés sur le travail, la paix et la prière.

Ce que vous ne savez peut-être pas à propos des moniales, c’est qu’elles font vœu de pauvreté, de chasteté et d’obéissance. Elles passent une grande partie de leur temps à prier dans un monastère isolé. Au couvent de Palma di Montechiaro, les moniales avaient des attentes particulièrement élevées. Elles devaient vivre leur vie uniquement pour la parole de Dieu, ne préférant rien d’autre.
Couvent de Palma di Montechiaro en Sicile

Après son entrée au couvent, Isabella Tomasi fut rapidement baptisée et rebaptisée Maria Crocifissa Della Concezione. Elle était amicale et s’est rapidement fait des amis parmi les autres religieuses. Sœur Maria rejoint la chorale et poursuit ses études. Elle est même devenue une linguiste chevronnée, apprenant des langues telles que le latin, l’arabe, le grec et d’autres encore.

Nous ne savons pas exactement quand, mais Sœur Maria a commencé à souffrir d’évanouissements alarmants pendant la prière à l’autel. Elle poussait un cri terrifiant qui résonnait sur les murs avant de s’évanouir complètement. Cette femme, autrefois douce, devient de plus en plus paranoïaque et craintive. Elle prétendait que le diable la tentait de servir le mal.

Un jour, elle s’est jointe aux autres religieuses pour une prière. Sœur Maria s’est mise à hurler à pleins poumons, à crier comme si elle souffrait énormément, comme si quelqu’un l’avait poignardée. Puis elle s’est soudain évanouie. Les autres religieuses ont eu peur et se sont inquiétées. Ces crises de cris et d’évanouissement sont devenues régulières, bien qu’elle ait été traitée pour ses crises de panique.

Sœur Maria a commencé à avoir des visions du diable. Un jour, elle s’est confessée à un prêtre pour demander le pardon de Dieu. Elle lui a fait part de sa crainte d’être possédée par Lucifer. Soudain, elle est entrée dans un sombre accès de rage. Elle est devenue irrespectueuse et a crié après le prêtre. Cela ne lui ressemblait pas, comme si ce n’était pas elle qui parlait.

Par la suite, elle n’aurait eu aucun souvenir de ce qui s’était passé. Une fois qu’elle l’a appris, elle est devenue désemparée et s’est mise à prier encore plus.

Quelques jours plus tard, le 11 août 1676, Sœur Maria ne s’est pas présentée à la chorale de la salle de prière. Remarquant son absence, l’une des religieuses demanda aux autres femmes si elles l’avaient vue. Curieusement, personne ne l’avait vue.

La recherche a commencé et s’est terminée assez rapidement. Sœur Maria Crocifissa Della Concezione se trouvait dans sa chambre, assise sur le sol, dans un état vraiment effrayant, presque méconnaissable. Elle était assise, haletante, le côté gauche de son visage maculé d’encre noire.

Sœur Maria était également entourée de pages de ce qui semblait être une lettre. Elle était écrite dans une série de symboles obscurs qui ne correspondaient à aucune langue connue.

Incapables de se lever, les autres religieuses ont aidé Sœur Maria à s’allonger et lui ont demandé ce qui s’était passé. Son récit a été consigné par Mère Sor Maria Serafica, nous donnant les détails que nous connaissons aujourd’hui.

Sœur Maria a déclaré qu’elle avait été assaillie par une série d’évanouissements. Ces évanouissements devenaient de plus en plus accablants à mesure qu’elle s’évanouissait et perdait conscience. Sans se rendre compte de ce qui se passait, elle prit une plume et un parchemin et commença à griffonner frénétiquement des symboles étranges pendant des heures.

Selon Mère Sor Maria Serafica, elle dit qu’après s’être confessée quelques jours auparavant, les démons lui ont dit que de nombreuses paroles avaient été prononcées en signe d’irrévérence envers son confesseur… Elle s’est vue entourée d’un grand nombre de mauvais esprits furieux envoyés par l’ordre de l’infernal Lucifer et prenant le papier et la plume que [Sœur Maria] Crocifissa avait pour écrire, elle a ordonné à l’un de ces esprits maudits d’écrire.

Il a immédiatement obéi à [Lucifer] et lui a dicté ce qu’il a écrit […] les mots étaient tous contre Dieu.

Au bas de la page, espacé comme une signature, se trouvait le mot « Ohimé » (oh moi), le seul mot compréhensible parmi toutes les pages. Sur la base d’événements antérieurs, de l’état de Sœur Maria et de la lettre, les religieuses ont déterminé qu’il s’agissait d’un stratagème élaboré par Lucifer lui-même pour la détourner de Dieu.

La lettre du diable de Maria Crocifissa Della Concezione
La lettre du diable de Maria Crocifissa Della Concezione

Le contenu de la lettre est resté indéchiffré pendant plus de 300 ans jusqu’à ce qu’en 2017, un groupe de chercheurs du Ludum Science Center, en Sicile, parvienne à décoder la plupart des pages.

Ils ont découvert un algorithme sur le dark web et l’ont utilisé en conjonction avec un logiciel de décryptage de niveau militaire pour aider à déchiffrer le code. La lettre contient quatorze lignes et se compose d’alphabets arabe, grec, latin et runique, autant de langues que Sœur Maria a apprises au cours de ses études.

Si 30 % de la lettre reste indéchiffrable, ce qui a été traduit a de quoi effrayer n’importe qui. Ils ont déclaré que la lettre n’était rien d’autre que le mal à l’état pur, le ton étant uniformément pessimiste et menaçant. Une ligne dit :

Dieu pense qu’il peut libérer les mortels… Ce système ne fonctionne pour personne.

La lettre poursuit en décrivant Dieu, Jésus et le Saint-Esprit comme des « poids morts », créés par l’homme.

Dieu n’existe pas. La Trinité est fausse. Il n’y a que moi.

Une autre phrase fait référence à un élément qui n’appartient pas à la foi chrétienne, mais au fleuve qui sépare les vivants des enfers, un élément de la mythologie grecque antique.

Peut-être que maintenant, le Styx est certain.

Quant à Sœur Maria Crocifissa Della Concezione, on sait peu de choses sur la suite de son parcours.
Sœur Maria Crocifissa

Je pense personnellement que la religieuse avait une bonne maîtrise des langues, ce qui lui a permis d’inventer le code, et qu’elle souffrait peut-être d’une maladie comme la schizophrénie, qui lui faisait imaginer des dialogues avec le diable, a déclaré Daniele Abate, directeur du Ludum Science Center.

Les scientifiques pensent que l’âge de Sœur Maria et la pression qu’elle subissait en tant que nonne étaient devenus insupportables pour elle. Ces pressions auraient pu contribuer à la rendre bipolaire, voire schizophrène. Plutôt qu’une possession démoniaque, ils pensent qu’il s’agit du résultat d’une rupture mentale.

Qu’en pensez-vous ? Lucifer aurait-il pu posséder une religieuse ? Ou était-elle mentalement instable ?

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.