Candyman et Ruthie Mae McCoy – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Candyman et Ruthie Mae McCoy

L'histoire vrai derrière Candyman

Ce classique de l’horreur des années 1990 raconte l’histoire d’un ancien esclave, Daniel Robitaille, qui a été lynché par un groupe d’hommes blancs après avoir été découvert avec une femme blanche et l’avoir mise enceinte. Son esprit est alors accidentellement invoqué et il commence à tuer des gens. La légende est censée être basée sur les lois sur la violence, le racisme et la ségrégation à Chicago. L’histoire originale est basée sur un récit de Clive Barker qui a été publié au moment où 48 meurtres ont été enregistrés dans le quartier afro-américain de Chicago, ce qui a conduit à l’union des deux pour créer la légende. La légende du Candyman est également liée à une histoire vraie.

Qui était Ruthie Mae McCoy ?

Ruthie Mae McCoy
Ruthie Mae McCoy

Ruthie Mae McCoy était un exemple vivant de la façon dont nos institutions laissent tomber les personnes marginalisées et défavorisées. Cette femme noire, qui a grandi dans le quartier sud de Chicago, a commencé à présenter des symptômes de maladie mentale dans la vingtaine. Bien que tous s’accordent à dire qu’elle souffre d’une maladie mentale, ses proches ne sont pas en mesure d’identifier son état – ils savent seulement qu’elle se parle à elle-même ou qu’elle jure contre des inconnus dans la rue de manière soudaine et imprévisible. On lui a diagnostiqué plus tard une schizophrénie de type résiduel, c’est-à-dire une schizophrénie qui s’est manifestée dans le passé, mais dont les symptômes sont absents.

Lorsqu’elle était dans les affres de la maladie mentale, la capacité de Mme McCoy à conserver un emploi stable s’en est ressentie. Elle n’a jamais été capable de conserver un emploi pendant plus d’un mois. Pour rendre les choses encore plus difficiles, elle a été placée en institution plusieurs fois au cours de sa vie. Finalement, en 1983, elle s’est retrouvée dans les ABLA Homes, un logement social situé, par coïncidence, près de Cabrini-Green, le lieu de tournage du film Candyman de 1992.

Malgré les circonstances, il existe des preuves que McCoy a pris des mesures pour quitter les projets dans les mois précédant son meurtre en 1987. McCoy avait reçu l’autorisation de bénéficier du Supplemental Security Income (SSI). Non seulement cela double l’aide financière mensuelle qu’elle reçoit, mais le SSI paie rétroactivement à la date de la demande. Cela signifie que le premier chèque de Mme McCoy s’élevait à près de 2 000 dollars, une somme considérable pour quelqu’un qui luttait contre la pauvreté dans les années 80.

Manquement à l’obligation d’agir

Mme McCoy avait l’intention d’utiliser le chèque pour l’aider à quitter ABLA Homes, mais elle a également utilisé une partie de l’argent pour acheter de nouveaux vêtements et quelques articles ménagers. Ce n’était pas une dépense extravagante, mais les acquisitions auraient attiré l’attention. Ceux qui ont tué McCoy l’ont probablement ciblée parce qu’ils pensaient qu’elle avait une grosse somme d’argent cachée dans son appartement.

Le soir du 22 avril 1987, la police de Chicago a reçu un appel téléphonique de McCoy. L’appel frénétique a troublé le répartiteur. Les enregistrements montrent que McCoy leur a dit que des personnes avaient jeté l’armoire par terre et arrivaient par la salle de bain. Bien que nous sachions aujourd’hui que cela signifiait que les agresseurs s’introduisaient par l’armoire à pharmacie de la salle de bains, le répartiteur n’a pas immédiatement fait le lien. Malgré la confusion, une voiture de police a été envoyée en réponse à l’appel. Ce qui a suivi est un exemple ahurissant de négligence.

– Dispatcher : « Ils veulent entrer par effraction ? »
– McCoy : « Ouais, ils ont jeté l’armoire par terre. »
– Dispatcher : « D’où ? »
– McCoy : « Je suis dans la cité, je suis de l’autre côté. Vous pouvez atteindre ma salle de bain, ils veulent passer par la salle de bain. »

Malheureusement, le dispatcheur n’a pas noté l’appel de McCoy comme une effraction , il a été enregistré comme une perturbation. Peut-être que cette erreur d’enregistrement peut expliquer le manque d’urgence de la part de l’agent envoyé à ABLA Homes. Avant même l’arrivée de la voiture, la police de Chicago a reçu d’autres appels au 911 de voisins signalant qu’ils avaient entendu des coups de feu et des cris.

Plusieurs officiers sont finalement arrivés au domicile de McCoy, mais lorsqu’ils ont frappé à sa porte, personne n’a répondu. Quelques agents se sont rendus au bureau de gestion d’ABLA Homes pour récupérer la clé de l’appartement, mais pour des raisons inconnues, elle ne correspondait pas à la serrure de la porte. Compte tenu de l’appel téléphonique frénétique de Mme McCoy et des rapports de suivi des voisins, on aurait pu penser que les agents sur place allaient tenter de surmonter ces difficultés. Au lieu de cela, ils sont partis.

Le lendemain soir, la police de Chicago a reçu un autre appel téléphonique d’un autre voisin de McCoy. La voisine a dit à la police que McCoy la saluait normalement deux fois par jour – une fois le matin et une fois l’après-midi – mais qu’elle n’avait pas vu l’autre femme depuis la veille.

Plusieurs officiers de police sont retournés à l’appartement de McCoy. Une fois de plus, ils frappent à la porte de McCoy. Une fois de plus, leurs appels sont restés sans réponse. Et une fois de plus, au lieu de s’assurer du bien-être de McCoy, ils sont simplement partis.

Debra Lasley, la voisine qui voyait régulièrement McCoy, n’a pas été dissuadée. Voyant que la police ne serait d’aucune aide, elle a contacté le bureau de gestion. Le bureau a envoyé quelques personnes à l’appartement de McCoy, qui ont finalement réussi à ouvrir la porte. Là, ils ont découvert une scène macabre.

Ruthie Mae McCoy a été retrouvée dans sa chambre, abattue de plusieurs balles et gisant dans une mare de sang. La chambre avait été saccagée. Et comme cela faisait quelques jours que le cambriolage avait eu lieu, l’odeur de décomposition avait commencé à envahir l’appartement.

https://leblogdeletrange.net/wp-content/uploads/2022/05/fpp1r7fh79981ib.medium-600x450-1.jpg

L’affaire est classée sans suite

Malheureusement, les crimes commis dans les cités d’habitation publiques de Chicago font rarement l’objet d’une large couverture médiatique, surtout lorsque la victime est une femme noire souffrant de troubles mentaux. En fait, la seule raison pour laquelle l’affaire du meurtre de McCoy a fait l’objet d’une brève dans le Chicago Tribune est que les détectives ont appris que les tueurs étaient entrés dans la maison depuis l’appartement adjacent en forçant l’armoire à pharmacie de la salle de bains.

Scene from Candyman where Helen climbs through the bathroom mirror hole

Le mode d’entrée a peut-être choqué certaines personnes à l’époque, mais les résidents d’ABLA ont raconté une histoire différente. Selon un article de Steve Bogira publié en 1987 dans le Chicago Reader, des personnes s’introduisaient dans des appartements en passant par les armoires à pharmacie depuis plus d’un an avant le meurtre de McCoy. Deux hommes seront arrêtés plus tard pour l’effraction, le cambriolage et le meurtre, mais ils seront déclarés non coupables par le tribunal.

Le cas de Ruthie Mae McCoy aurait peut-être été oublié si Candyman n’était pas sorti en salle quelques années plus tard. Non seulement le film présentait des détails similaires à ceux du meurtre de Ruthie Mae McCoy, comme le décor des cités de Chicago et les miroirs de salle de bain trompeurs, mais l’un de ses personnages portait le nom de McCoy. Avec un nouveau film Candyman sorti durant l’été 2021 – ainsi qu’un autre protagoniste portant le nom de McCoy – il semble que le cas réel de Ruthie Mae McCoy restera dans notre mémoire collective.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings