Katherine Knight – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Katherine Knight

L'Hannibal Lecter d'Australie

S’il y a une leçon à tirer de la mort de John Price, c’est qu’il ne faut jamais faire confiance à une femme au tempérament explosif dont le plus grand bonheur est de posséder une collection de couteaux de boucher.

Price a appris cette leçon le 29 février 2000. Ce jour-là, la police de la petite ville australienne d’Aberdeen – connue surtout pour ses abattoirs – a trouvé sa tête dans une marmite, cuite avec des pommes de terre, du chou et de la courgette.

Clouée sur un crochet, comme un costume d’Halloween, se trouvait sa peau, qui avait été si habilement retirée de son corps qu’il ne manquait que quelques fragments de chair sur ses orteils, ses mains et sa poitrine. Le torse sans peau, bras et jambes, gisait sur le sol.

Katherine Knight - Hanna Lecter da Australia

Les coroners ont dénombré 37 coups de couteau, mais il était impossible de dire s’il y en avait eu davantage en raison du peu de restes de son cou.

Deux assiettes contenant un ragoût de légumes bouillis mélangé à des morceaux de fesses de l’homme gisaient sous la table de la cuisine. Sous chaque assiette se trouvait une serviette en papier. On le préparait pour un dîner. Des cartes avec les noms de ses deux beaux-enfants étaient à côté des assiettes.

Katherine Knight Crime Scene Recreation

Il n’y avait aucun doute : c’était la véritable scène d’un film d’horreur hollywoodien. Un film d’horreur réalisé par sa petite amie, Katherine Mary Knight.

Katherine Knight. Date inconnue. Photo : The Australian.
Katherine Knight. Date inconnue. Photo : The Australian.

 

La folle

Katherine était célèbre dans la petite ville de quinze cents habitants. Avant que cela n’arrive, ses accès de violence étaient déjà légendés dans la communauté.

John Charles Thomas Price
John Charles Thomas Price

Tout le monde avait une histoire sur elle, toutes plus scabreuses les unes que les autres. Tu te souviens de la fois où elle a laissé son bébé sur la voie ferrée ? Ou la fois où elle a tranché la gorge du chien de son petit ami ? Ou quand elle a frappé son partenaire à la tête avec une barre de fer ?

En l’an 2000, Katherine, à 45 ans, a quatre enfants de trois pères différents. Les hommes qui ont échappé à ses griffes acérées se souviennent de la chance qu’ils ont eue de pouvoir se détacher de cette relation malsaine.

On peut dire que la femme qui est devenue célèbre pour avoir massacré son dernier petit ami est née pour verser du sang. Fille d’un ouvrier d’abattoir, Katherine et sa sœur Joy ont été, enfants, témoins de l’ivresse, de la violence et du suicide.

Katherine a toujours insisté sur le fait qu’elle avait également été abusée sexuellement par ses demi-frères, mais les psychiatres qui l’ont examinée après son horrible crime avaient des doutes. Au lycée, elle était connue pour les bagarres criardes et sanglantes qu’elle avait avec sa sœur dans la cour de récréation. Elle était violente, querelleuse et tout le monde savait qu’il ne fallait pas la contrarier. Elle a abandonné l’école et, à 16 ans, a trouvé un emploi dans un abattoir. Le travail lui convient parfaitement et, dans l’un des plus beaux moments de sa vie, elle reçoit son propre jeu de couteaux.

David Kellet et Katherine Knight photographiés le jour de leur mariage. "Tu ferais mieux de faire attention ou elle va te tuer", a prévenu la mère de Knight à son gendre. La dame avait raison. Lors de leur nuit de noces, Katherine a essayé de tuer son mari.
David Kellet et Katherine Knight photographiés le jour de leur mariage. « Tu ferais mieux de faire attention ou elle va te tuer », a prévenu la mère de Knight à son gendre. La dame avait raison. Lors de leur nuit de noces, Katherine a essayé de tuer son mari.

Elle se marie bientôt avec un ouvrier d’abattoir, David Kellet, en 1974. Le mariage a mal commencé, Katherine a tenté d’étrangler son mari lors de leur nuit de noces car elle n’approuvait pas ses performances sexuelles. Deux ans plus tard, le couple a eu une petite fille, Melissa. La même année, Katherine a été hospitalisée pour avoir coupé le visage d’une jeune fille de 16 ans. Fatigué des accès de colère de sa femme, Kellet s’est enfui avec une autre fille. Katherine, méprisée, traverse la ville en criant des obscénités et jette son bébé par-dessus les voies ferrées. L’intervention rapide d’un résident local a permis de sauver l’enfant. La police arrive et Katherine poignarde un policier, mais échappe à toute sanction car « c’était juste Katherine« , c’est-à-dire « c’est sa façon d’être« .

Katherine Mary Knight
Katherine Mary Knight

Envoyée à l’hôpital, Katherine a été diagnostiquée comme souffrant de dépression post-partum et on lui a donné quelques pilules pour apaiser son humeur. Elle est retournée vivre avec sa mère et a accepté que Kellet revienne. L’homme déprimé par l’absence de sa fille avait décidé de revenir. Le couple a encore un enfant et se sépare définitivement en 1986, année où Katherine tombe amoureuse de Dave Saunders, un ancien pilote de course qui travaille dans une mine locale. Un homme simple qui aimait les chiens, l’alcool et le plaisir, Saunders aimait beaucoup l’appétit vorace de sa nouvelle petite amie pour le sexe sauvage. Le couple a eu un fils, mais Saunders a vite compris que la vie avec la blonde pouvait être très dangereuse.

Pendant une bagarre, Katherine a tué le chien de Saunders. Une autre fois, il est rentré très tard chez lui après une soirée entre amis et a été battu avec des ciseaux et des barres de fer. Il a été hospitalisé pendant trois jours. En 1990, Saunders a disparu en cascade et Katherine a été admise dans un hôpital psychiatrique. En mai de la même année, elle entame une relation avec l’alcoolique et tueur de vaches John Chillingworth, père de son quatrième enfant. Le couple est resté ensemble pendant quatre ans jusqu’à ce que Cupidon décide de frapper le cœur de Katherine. Le « chanceux » ? John Charles Thomas Price, célibataire et père de trois enfants.John Price

Pendant cinq ans, le couple a vécu une relation orageuse, dans et hors de la maison. Katherine le battrait pour la moindre raison. Quelques jours avant sa mort, Price s’est réveillé avec Knight penché sur lui, armé d’un couteau. Ils étaient sur le point de se séparer, mais elle voulait qu’il la laisse garder la maison. Il a refusé et a obtenu une ordonnance du tribunal empêchant Katherine de s’approcher de lui ou de leurs trois enfants. Avant de quitter son travail le 29 février 2000, Price a dit à des amis que s’il ne revenait pas au travail le lendemain, c’était parce que Katherine l’avait assassiné.

Il ne s’est pas présenté.

Quelques heures plus tard, la police retrouvera son corps – dépecé, décapité et partiellement rôti, avec des morceaux de son corps mijotés dans des légumes servis lors d’un dîner que Katherine Knight avait préparé pour ses enfants, dans le meilleur style Hannibal Lecter.

La nuit précédente, Knight avait utilisé la même tactique de la veuve noire pour tuer son partenaire. Après avoir regardé Star Trek – portant une nouvelle lingerie noire super sexy – elle l’a attiré dans son lit. Après le sexe, il s’est endormi. C’est alors qu’elle s’est dirigée vers la cuisine pour choisir les couteaux de boucher qu’elle utiliserait pour l’abattage et la préparation du menu. Elle l’a poignardé 37 fois, a enlevé sa peau et l’a accrochée à un crochet à viande dans le salon. Elle lui a ensuite coupé la tête et l’a mise dans une casserole au four. Katherine lui a coupé les fesses et les a fait cuire, les préparant pour les servir avec des légumes et de la sauce.

Scène de crime. Lieu où Katherine Knight a massacré son petit ami John Price.
Scène de crime. Lieu où Katherine Knight a massacré son petit ami John Price.

Sous l’emprise de l’alcool, elle était encore dans la maison lorsque la police est arrivée. Les plats étaient déjà sur la table, n’attendant que l’arrivée de ses enfants. Katherine a avoué et plaidé coupable pour le meurtre. Elle a été condamnée à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, la première femme de l’histoire australienne à recevoir une telle peine.

Les psychologues qui l’ont examinée ont rapporté que Katherine souffrait d’un trouble de la personnalité borderline.

Le meurtre et le démembrement de Price étaient des actes prémédités de vengeance et de plaisir pervers dérivé de ses fantasmes grossièrement violents, a déclaré un psychologue.

En 2006, elle a fait appel de la décision, estimant que la sentence était trop sévère. Le juge ne l’a pas vu de cette façon.

C’est un crime terrible, impossible à imaginer dans une société civilisée, a-t-il écrit.

Pour le bien de sa famille, de ses amis et de tous ceux qui pourraient entrer en contact avec elle lorsque Katherine est en colère et en possession d’un couteau, le juge a décidé de la garder derrière les barreaux.

Photo récente

Dans le livre « Green Is The New Black » (2017), l’auteur James Phelps raconte la vie de Katherine derrière les barreaux. Elle passe ses journées à travailler dans la fabrication d’écouteurs et comme opératrice téléphonique. Lorsqu’elle a terminé, elle retourne dans sa cellule « crasseuse » où, comme toute mamie, elle fait du crochet. Abandonnée par sa famille, elle ne semble pas ressentir grand-chose. Elle s’est déjà habituée à la vie en prison.

Une photo datant de 2017 montre la "Hanna Lecter" australienne souriante en arrière-plan, la main gauche sur l'épaule du cardinal George Pell.
Une photo datant de 2017 montre la « Hanna Lecter » australienne souriante en arrière-plan, la main gauche sur l’épaule du cardinal George Pell.

Film

Selon le Daily Mail, le studio hollywoodien Shoreline Entertainment, ainsi que le producteur australien Dan Millerd, travaillent à la production d’un film sur Katherine Knight. Le film sera adapté d’un livre écrit sur cette affaire, intitulé « Blood Stain », par le journaliste australien Peter Lalor. Shoreline Entertainment a publié une déclaration au sujet du projet, indiquant que « certains des films australiens les plus réussis ont porté sur des histoires de crimes réels. Nous croyons au potentiel international de cette histoire. »

Cette histoire peut-elle devenir encore plus macabre ? C’est le cas. Le 29 mai 2005, Patrick Roughan, 27 ans, neveu de Katherine, a poignardé son ami Morgan Jay Shepherd, 17 ans, à 133 reprises. Après l’avoir tué, Patrick l’a décapité avec une hache et a utilisé sa tête « comme un ballon de football ».

Il semble que les membres de cette famille aiment vraiment jouer avec les têtes!!!!

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings