Robert William Pickton – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Robert William Pickton

Le plus grand tueur en série canadien

Robert William « Willie » Pickton (né le 26 octobre 1949) de Port Coquitlam, en Colombie-Britannique, au Canada, est un ancien éleveur de porcs et un tueur en série reconnu coupable des meurtres au second degré de six femmes. De 1978 à 2001, au moins 65 femmes ont disparu dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver.Il est également accusé de la mort de vingt autres femmes, dont un grand nombre de prostituées et de toxicomanes du quartier Downtown Eastside de Vancouver. En décembre 2007, il a été condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans – la peine la plus longue prévue par la loi canadienne pour un meurtre.

Lors de la première journée de témoignage devant le jury, le 22 janvier 2007, la Couronne a déclaré qu’il avait avoué quarante-neuf meurtres à un agent de police sous couverture se faisant passer pour un compagnon de cellule. La Couronne a rapporté que Pickton a dit à l’officier qu’il voulait tuer une autre femme pour que le nombre de victimes soit égal à 50, et qu’il a été attrapé parce qu’il était « négligent ».

Photo aériennes de la propriété Pickton

Ces meurtres ont déclenché la plus importante enquête sur un tueur en série dans l’histoire du Canada, tandis que la ferme de PIckton en est devenue la plus grande scène de crime. L’affaire est devenue le cœur des tensions dans la question plus large des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées au Canada. En 2012, une enquête du gouvernement provincial sur l’affaire a conclu que les « échecs flagrants » de la police – y compris un travail d’enquête criminelle inepte, aggravé par les préjugés de la police et de la société à l’encontre des travailleuses du sexe et des femmes autochtones – ont conduit à une « tragédie aux proportions épiques ».

Le Low Track

Le Downtown Eastside de Vancouver est le quartier le plus pauvre de la Colombie-Britannique, voire de tout le Canada. Aucun autre bidonville ou ghetto du pays n’égale la misère de cette friche urbaine de dix pâtés de maisons, avec ses hôtels délabrés et ses prêteurs sur gages, ses trottoirs tachés et défoncés, ses caniveaux et ses ruelles jonchées d’ordures, de préservatifs usagés et d’aiguilles hypodermiques jetées. Downtown Eastside a également un autre nom, utilisé couramment par les résidents et la police qui nettoie après eux. Ils appellent le district « Low Track », et ça colle.

Downtown Eastside
Downtown Eastside

Le Low Track est le Skid Row de Vancouver. Son cœur froid est l’intersection de Main et Hastings, surnommée « Pain and Wastings » par les habitants qui la connaissent le mieux. Le Low Track est le cœur de la scène de la drogue de la Colombie-Britannique, les estimations de sa population de junkies allant de 5 000 à 10 000 à tout moment. Les drogues de prédilection sont l’héroïne et le crack, fournis par des gangs de motards ou des cartels asiatiques qui se réservent des pâtés de maisons de choix et défendent leur territoire par la force. La plupart des femmes toxicomanes du Low Track s’adonnent à la prostitution, arpentant les rues nuit et jour, créatures hantées rendues squelettiques par ce qu’un journaliste du Seattle Times a appelé « le régime Jenny Crack ». Le sexe sans risque est une illusion dans ce quartier, qui affiche le taux d’infection par le VIH le plus élevé d’Amérique du Nord.

L’histoire récente du Low Track est une histoire d’échecs incessants. Vancouver a attiré des centaines de milliers de touristes fortunés à l’occasion de l’Expo 86, mais la perspective de l’argent facile a entraîné un afflux correspondant de pauvres et de désespérés, dont la plupart se sont dirigés vers le Downtown Eastside. À peu près au même moment, la concurrence entre les cartels de la drogue a inondé le quartier de stupéfiants bon marché, encourageant une nouvelle génération de toxicomanes. Les districts environnants ont adopté de nouvelles lois pour purger leurs rues des prostituées, chassant les femmes de Burnaby et de North Vancouver vers le Downtown Eastside. En 1994, les coupes budgétaires fédérales ont laissé les bénéficiaires de l’aide sociale à court d’argent, tandis que les hôpitaux psychiatriques dégorgeaient leurs patients dans les rues. En 1997, les rapports sexuels inconsidérés et le partage des seringues ont fait des ravages dansle Low Track, un quart des habitants du quartier étant séropositifs. Jusqu’à présent, les programmes gouvernementaux d’échange de seringues n’ont pas réussi à endiguer le fléau, malgré la fourniture de quelque 2,8 millions de seringues dans le Low Track chaque année.

Le Low Track est tristement célèbre pour sa « promenade pour enfants« , avec des prostituées âgées d’à peine 11 ans. Certaines d’entre elles travaillent dans la rue, tandis que d’autres sont protégées par leurs proxénètes. De nouveaux prospects arrivent chaque jour dans le Low Track, des fugueurs et des chercheurs d’aventure surnommés « twinkies » par ceux qui sont déjà piégés. Une enquête menée en 1995 auprès des jeunes filles actives du Downtown Eastside a révélé que 73 % d’entre elles étaient entrées dans le commerce du sexe alors qu’elles étaient enfants et que le même pourcentage était des mères célibataires, avec en moyenne trois enfants chacune. Parmi eux, 90 % avaient perdu des enfants au profit de l’État, moins de la moitié savaient où se trouvaient leurs enfants. Près des trois quarts des prostituées du Low Track étaient des autochtones. Plus de 80 % d’entre elles sont nés et ont grandi en dehors de Vancouver. En 1998, ils ont enregistré en moyenne un décès par jour dû à une surdose de drogue, le taux le plus élevé de l’histoire du Canada.

Mais il y avait d’autres dangers dans la rue, aussi. Trois ans avant que l’Expo 86 n’ouvre ses portes, les prostituées ont commencé à disparaître du Low Track. Lorsque la police a remarqué la tendance, 14 ans plus tard, plus de deux douzaines d’entre elles avaient déjà disparu sans laisser de trace.

Les disparitions commençent

Les prostituées sont par nature des gens insaisissables. Beaucoup commencent par fuguer à l’adolescence et ne perdent jamais l’habitude de l’évasion, changeant de nom et d’adresse si souvent que les enquêteurs n’ont aucun espoir réaliste de retrouver une prostituée spécifique pendant un certain temps. Lorsque les prostituées disparaissent – au lieu d’être tuées et abandonnées dans des bennes à ordures ou des chambres de motel, dans des canaux et des terrains vagues – personne ne peut dire avec certitude si elles ont disparu par choix ou par un acte criminel.

Trop souvent, personne ne s’en soucie.Aucun modèle n’a été discerné dans les premiers cas.

Rebecca Louisa "Becky" Guno
Rebecca Louisa « Becky » Guno

Rebecca Guno, 23 ans, a été vue vivante pour la dernière fois le 22 juin 1983, puis portée disparue trois jours plus tard. Rebecca a été vue pour la dernière fois dans le Downtown Eastside de Vancouver par son conjoint, où elle a été vue montant dans un bus avec une amie inconnue. Elle avait prévu de retrouver des amis pour boire un verre à l’hôtel Lone Star sur Carrall Street, mais elle n’est jamais arrivée à destination et n’a plus jamais donné signe de vie.

 

Sherry Lynn Rail
Sherry Lynn Rail

La plupart des femmes disparues du Downtown Eastside n’ont pas été regrettées aussi rapidement.La prochaine victime « officielle », Sherry Rail, 27 ans, ne sera signalée disparue que trois ans après sa disparition en janvier 1984. Sherry Rail était une consommatrice de drogues et une travailleuse du sexe connue dans le quartier de l’East Side.

 

 

Elaine Allenbach
Elaine Allenbach

Elaine Allenbach, âgée de 33 ans, avait dit à ses amis qu’elle déménageait à Seattle en mars 1986, mais elle n’est jamais arrivée et a été portée disparue à la mi-avril. Elaine Allenbach a été vu pour la dernière fois à Vancouver, en Colombie britannique, au Canada, en 1986. Elle avait prévu de se rendre à Seattle, dans l’État de Washington, au cours de cette année-là, mais on ne l’a jamais revue ni entendue. Elaine a beaucoup voyagé entre Seattle, Washington et Vancouver, Colombie-Britannique.

 

Taressa Ann Williams
Taressa Ann Williams

Taressa Ann Williams avait 15 ans lorsqu’elle a été vue vivante pour la dernière fois à Vancouver en juillet 1988. Elle n’a été signalée disparue qu’en mars 1999. Taressa était une consommatrice de drogues connue et était active dans le commerce du sexe à Vancouver. Taressa est une des nombreuses autochtones qui disparaîtront à Vancouver et qui ne donneront plus jamais signe de vie.

 

Ingrid Soet
Ingrid Soet

Quatorze mois se sont écoulés entre la disparition, en août 1989, d’Ingrid Soet, une patiente psychiatrique de 40 ans, et sa déclaration à la police le 1er octobre 1990.La mère d’Ingrid a vu sa fille pour la dernière fois en août 1989 dans leur ville natale de Vancouver, en Colombie-Britannique (Canada). Ingrid avait prévu de rendre visite à son petit ami de l’époque à ce moment-là et n’a donné à sa mère aucune indication qu’elle prévoyait de voyager ou de quitter la région de Vancouver. N’ayant pas réussi à contacter sa fille en décembre 1990 (16 mois après la disparition d’Ingrid), sa mère a déposé un rapport de personne disparue auprès du détachement local de la Gendarmerie royale du Canada. Ingrid n’a plus jamais été vu vivante depuis 1989.

Kathleen Dale Wattley
Kathleen Dale Wattley

La première victime noire, Kathleen Wattley, avait 39 ans lorsqu’elle a disparu en juin 1992. Elle est connue comme consommatrice de drogue et travailleuse du sexe dans le quartier est du centre-ville. Avant de s’installer dans le quartier Mount Pleasant de Vancouver, Kathleen a vécu dans l’État de New York, en Californie, dans l’État de Washington et en Alberta. Le 14 mai 1987, Kathleen est la cible d’une fusillade qui a lieu dans son appartement. Elle avait reçu une balle dans la bouche tandis que quelqu’un d’autre avait reçu deux balles dans le flanc et le dos. Les deux ont récupéré. La fusillade portait sur la consommation de cocaïne et l’auteur a été condamné à sept ans de prison. Deux mois avant sa disparition, Kathleen s’est séparée de son conjoint depuis dix ans.

Le ou les prédateurs inconnus ont pris trois ans de vacances avant d’enlever Catherine Gonzales, 47 ans, en mars 1995. Sa disparition a été signalée aux autorités le 9 février 1996. La deuxième victime de l’année, en avril, était Catherine Knight, 32 ans, disparue depuis sept mois avant que la police ne reçoive le rapport le 11 novembre. Dorothy Spence, une aborigène de 36 ans, a disparu quatre mois après Knight, en août 1995, mais sa disparition avait été signalée plus tôt, le 30 octobre. La dernière victime de l’année a été Diana Melnick, 23 ans, partie en décembre, signalée disparue quatre jours après Noël.

Catherine Gonzales, Catherine Knight, Dorothy Spence et Diana Melnick.
Catherine Gonzales, Catherine Knight, Dorothy Spence et Diana Melnick.

Une nouvelle fois, la chasse est arrêtée, cette fois jusqu’en octobre 1996, lorsque Tanya Holyk, 24 ans, disparaît (rapporté le 3 novembre). Olivia Williams a suscité moins d’inquiétude à 22 ans, sa disparition de décembre 1996 ayant été ignorée jusqu’au 4 juillet 1997.

Stephanie Lane, la plus jeune victime à ce jour, âgée de 20 ans, a été hospitalisée pour un épisode de psychose médicamenteuse le 10 mars 1997. Libérée le lendemain, elle a été vue vivante pour la dernière fois à l’hôtel Patricia sur Hastings Street. Janet Henry a survécu à une rencontre avec le tueur en série Clifford Olson dans les années 1980. Droguée mais épargnée par Olson pour des raisons inconnues, elle s’est pourtant retrouvée dans le Low Track dix ans plus tard et a rencontré un autre prédateur. Henry a été porté disparu le 28 juin 1997, deux jours après son dernier contact avec des proches.

Août 1997 a été le mois le plus meurtrier, trois femmes ont perdu la vie, bien que la police n’ait pas eu connaissance de ces cas avant plus d’un an. Marnie Frey, 25 ans, n’a été signalée disparue que le 4 septembre 1998. Dix-neuf jours plus tard, le 23 septembre, le premier rapport de personne disparue a été déposé sur Helen Hallmark, 32 ans.

Tanya Holyk, Olivia Williams, Stephanie Lane et Janet Henry.
Tanya Holyk, Olivia Williams, Stephanie Lane et Janet Henry.

Jacqueline Murdock, 28 ans, n’a été signalée disparue que le 3 octobre 1998. Les détectives ne savent toujours pas exactement quand et où les femmes ont disparu. La victime officielle suivante, Cindy Beck, 33 ans, a disparu en septembre 1997, mais sa disparition a été signalée le 30 avril 1998, quatre mois avant la première des femmes disparues du mois d’août. Les amis d’Andrea Borhaven se souviennent qu’elle « n’a jamais eu d’adresse » et qu’elle « rebondissait sur les murs ». Ils pensent qu’elle a disparu en 1997, mais que personne n’a pris la peine d’en informer la police avant le 18 mai 1999. Kerry Koski, 39 ans, a été populaire, en revanche : Elle a disparu en janvier 1998 et a été signalée disparue le 29 de ce mois.

Marnie Frey, Helen Hallmark, Jacqueline Murdock, Cindy Bec, Andrea Borhaven et Kerry Koski.
Marnie Frey, Helen Hallmark, Jacqueline Murdock, Cindy Bec, Andrea Borhaven et Kerry Koski.
Sarah Janes de Vries
Sarah Janes de Vries

Quatre autres femmes disparaîtront avant que la police de Vancouver ne s’intéresse à l’affaire. Jacqueline McDonnell, 23 ans, a disparu à la mi-janvier 1998. Sa disparition a été officiellement signalée le 22 février 1999. Inga Hall, âgée de 46 ou 47 ans, a été vue vivante pour la dernière fois en février 1993, sa disparition étant enregistrée avec une remarquable célérité le 3 mars. Sarah Jane deVries, âgée de vingt-neuf ans, a été vue vivante pour la dernière fois le 14 avril 1998. Elle avait été portée disparue par des amis le même jour. Elle a laissé derrière elle un journal rempli d’observations sur une vie rachitique, dont celle-ci : « Je pense que ma haine va être ma destination. » Sheila Egan, prostituée depuis l’âge de 15 ans, a disparu à 20 ans, en juillet 1998 (rapporté le 5 août).

Jacqueline McDonnell, Inga Hall et Sheila Egan.
Jacqueline McDonnell, Inga Hall et Sheila Egan.

Alors que cet été meurtrier s’achève, les détectives de Vancouver sont sur le point de vivre un véritable cauchemar. Elle se poursuit jusqu’à aujourd’hui, et seul le temps dira si elle sera un jour résolue.

Les recherches

Dave Dickson
Dave Dickson

La recherche officielle des femmes disparues de Vancouver a commencé en septembre 1998, après qu’un groupe autochtone a envoyé à la police une liste de victimes prétendument assassinées dans le Downtown Eastside, en demandant une enquête approfondie. Les autorités ont examiné la liste et l’ont déclarée erronée – certaines des « victimes » étaient mortes de maladies ou d’overdoses. D’autres avaient quitté Vancouver et ont été retrouvées vivantes – mais le détective Dave Dickson a été intrigué par la plainte et a lancé sa propre enquête, dressant une liste des femmes du réseau Low Track qui avaient tout simplement disparu sans laisser de traces. Il y avait suffisamment de noms sur cette deuxième liste pour inquiéter Dickson et inciter ses supérieurs à créer un groupe d’enquête. Décoré et honoré pour son service. Dickson était l’un des détectives les plus connus et les plus respectés du service de police de Vancouver. Il est l’auteur de plusieurs projets sociaux visant à réduire la criminalité dans les quartiers violents et à rapprocher la population de la police. Parmi ses projets, citons le The Hard Targeting Project ,qui visait à regrouper divers services sociaux avec des actions stratégiques d’information de la population et de la police, et le Programme « Safe Have » une initiative qu’il a créée en 1999 pour réduire la criminalité dans les Low Track. (Il a pris sa retraite en 2003 après 24 ans de service, mais souhaitait continuer à travailler en tant qu’agent de police, mais le service de police de Vancouver l’en a empêché. En 2006, M. Dickson a intenté un procès pour discrimination contre le service de police de Vancouver, le syndicat des officiers de police de Vancouver et la ville de Vancouver. Selon Dickson, il a été empêché de poursuivre son travail de policier en raison de son âge).

La recherche de réponses, qui a duré quatre ans, a commencé.

La police de Vancouver a commencé son examen par 40 disparitions non résolues de femmes de la région, remontant à 1971. Les personnes disparues venaient de tous les horizons et de tous les quartiers de Vancouver, mais la recherche d’un modèle a permis de réduire la liste à 16 prostituées Low Track portées disparues depuis 1995. Au moment où les détectives ont procédé à leur première arrestation dans cette affaire, la liste s’est allongée pour inclure 54 femmes disparues entre 1983 et 2001. 85 enquêteurs ont été affectés à l’affaire, mais au début des recherches, la police était occupée à déterminer si un tueur en série était en liberté à Vancouver.

Kim Rossmo
Kim Rossmo

C’est ce que pensait l’inspecteur Kim Rossmo, créateur d’une technique de « profilage géographique » conçue pour cartographier les crimes non résolus et mettre en évidence tout schéma ou « signature » criminelle négligée par les détectives affectés à des affaires individuelles. En mai 1999, Rossmo a signalé une concentration inhabituelle de disparitions dans le Downtown Eastside, mais la police a rejeté cette idée dans ses déclarations publiques, insistant sur le fait que les femmes disparues avaient peut-être quitté Vancouver de leur plein gré, à la recherche de rues plus vertes. L’inspecteur Gary Greer a déclaré à la presse : « Nous ne disons en aucun cas qu’il existe un meurtrier en série. Nous ne disons en aucun cas que toutes ces personnes disparues sont mortes. M. Rossmo, quant à lui, a maintenu sa théorie et a démissionné de la police après avoir été rétrogradé. Son procès ultérieur contre la police de Vancouver a été rejetée.

Les dissensions internes ne sont pas le seul problème rencontré par la police dans sa recherche des femmes disparues du Low Track. Le Système canadien d’établissement des liens entre les crimes violents ne permet pas de retracer les personnes disparues sans preuve d’un acte criminel, et les enquêteurs du groupe de travail n’ont rien trouvé jusqu’à présent. En l’absence de cadavre ou de scène de crime, voire de date précise pour la plupart des disparitions, les preuves médico-légales étaient inexistantes. Les proxénètes et les prostituées étaient naturellement peu enclins à coopérer avec les mêmes officiers qui pouvaient les jeter en prison. (À un moment donné, les détectives ont identifié un homme qui avait agressé en série cinq prostituées en deux mois, mais aucune des victimes n’a voulu porter plainte). Les ressources étaient perpétuellement limitées, malgré l’attention croissante des médias pour cette affaire.

Pourtant, les détectives ont fait de leur mieux pour avancer. En juin 1999, ils ont rencontré des parents de plusieurs femmes disparues, en quête d’informations et de matériel ADN pour l’identification éventuelle des restes. Les bases de données de la police et des coroners ont été examinées dans tout le Canada et les États-Unis, de même que divers établissements de désintoxication, programmes de protection des témoins, hôpitaux, établissements psychiatriques et hospices pour malades du SIDA. Les registres d’enterrement du cimetière de Glenhaven ont été examinés, en remontant jusqu’en 1978. De sombres nouvelles sont venues d’Edmonton, en Alberta, où la police a enregistré 12 meurtres de prostituées non élucidés entre 1986 et 1993. Plus près de nous, quatre prostituées avaient été tuées et jetées dans les environs d’Agassiz en 1995 et 1996, mais aucune d’entre elles ne figurait sur la liste des disparues du Low Track.

Les recherches se poursuivent, chaque nouveau jour rappelant aux agents qu’ils sont littéralement désemparés, chassant des ombres dans l’obscurité.

Mortes ou vivantes ?

Quatre autres prostituées ont disparu du Downtown Eastside pendant que le groupe de travail compilait les données, au cours des trois derniers mois de 1998. Julie Young, âgée de 31 ans, a été vue vivante pour la dernière fois en octobre. Elle a finalement été portée disparue le 1er juin 1999. Angela Jardine, une toxicomane de 28 ans ayant la capacité mentale d’un enfant de 10 ans, travaillait depuis huit ans dans les rues de Low Track lorsqu’elle s’est volatilisée en novembre 1998, sa disparition ayant été signalée le 6 décembre. Michelle Gurney, 30 ans, a été perdue de vue en décembre. Elle a été portée disparue trois jours avant Noël. Marcella Creison, 20 ans, est sortie de prison le 27 décembre 1998, mais n’est jamais retournée à l’appartement où sa mère et son petit ami préparaient un dîner de Noël tardif. La police a appris sa disparition le 11 janvier 1999.

Julie Young, Angela Jardine, Michelle Gurney et Marcella Creison.
Julie Young, Angela Jardine, Michelle Gurney et Marcella Creison.

Toutes les femmes figurant sur la liste des disparues n’ont pas disparu à jamais. Entre septembre 1999 et mars 2002, cinq des disparus ont été retrouvés, mortes ou vivantes, et ont donc été rayés de la liste des victimes présumées d’enlèvement.

Patricia Gay Perkins
Patricia Gay Perkins

La première à disparaître avait été Patricia Gay Perkins, âgée de 22 ans lorsqu’elle a abandonné le Low Track et un fils d’un an pour tenter de sauver sa propre vie. Une période incroyable de 18 ans s’est écoulée avant qu’elle ne soit portée disparue à la police, en 1996. Trois autres années se sont écoulées avant qu’elle ne voie son nom sur une liste publiée des prostituées disparues de Vancouver, le 15 décembre 1999, et qu’elle téléphone de l’Ontario pour dire à la police qu’elle est vivante, sans drogue et qu’elle vit bien.

Une autre survivante, également découverte en décembre 1999, était Rose Ann Jensen, âgée de 50 ans. Elle avait disparu en octobre 1991 et avait été portée disparue peu de temps après, puis ajoutée à la liste officielle des personnes disparues lorsque le groupe de travail de Vancouver s’est organisé en 1998. La police l’a retrouvée vivante à Toronto en consultant une base de données nationale sur les soins de santé. L’agent de police de Vancouver Anne Drennan a déclaré aux journalistes que Jensen avait quitté le Downtown Eastside « pour des raisons personnelles ». Il ne semble pas qu’elle savait qu’on la recherchait. »

Les proches de Linda Jean Coombes ont signalé sa disparition à deux reprises, en août 1994 puis en avril 1999. À l’insu de sa famille et de la police, Linda était morte d’une overdose d’héroïne le 15 février 1994, son corps ayant été livré à la morgue de Vancouver sans identification. Sa mère a vu une photo du cadavre de « Jane Doe » en 1995 mais n’a pas pu reconnaître sa propre enfant, amaigrie par les stupéfiants, la malnutrition et la maladie. L’identification a finalement été faite en septembre 1999, grâce à la comparaison de matériel ADN soumis par la famille, et un autre nom a été retiré de la liste officielle des victimes.

Une solution similaire a permis de retirer Karen Anne Smith de la liste. Portée disparue le 27 avril 1999, elle était en fait décédée le 13 février 1999 à l’hôpital de l’Université d’Alberta à Edmonton. La cause du décès a été répertoriée comme une insuffisance cardiaque liée à l’hépatite C. Une fois de plus, l’ADN a contribué à l’identification tardive.

Une autre prostituée de la Low Track, Anne Elizabeth Wolsey, 24 ans, a été portée disparue par sa mère le 1er janvier 1997, bien que la date réelle de sa disparition soit inconnue. Cinq ans plus tard, en mars 2002, le père de Wolsey a appelé de Montréal pour dire à la police que sa fille était vivante et en bonne santé. Séparé de son ex-femme par un divorce difficile, le père de Wolsey – comme Anne elle-même – n’était pas au courant du rapport de police déposé à Vancouver jusqu’à ce que l’arrestation d’un suspect relance l’intérêt des médias pour cette affaire.

Cinq sur 54 ont été supprimées de la liste des femmes disparues, mais leurs places ne sont jamais restées vides très longtemps. Il y avait toujours de nouvelles victimes, semblait-il, mais où étaient-elles passées ?

Les Suspects

La police n’est jamais totalement dépourvue de suspects lorsque des prostituées sont victimisées. En fait, le problème le plus courant est le nombre trop élevé de suspects, les prostituées étant souvent peu disposées à porter plainte ou à témoigner au procès. C’est ainsi qu’à Vancouver, le groupe de travail a commencé à enregistrer les noms et les descriptions des prédateurs potentiels.

L’un de ceux que les détectives ont pris en considération est Michael Leopold, 36 ans, arrêté en 1996 pour avoir agressé une prostituée du Low Track, la battant et essayant de lui enfoncer une balle en caoutchouc dans la gorge. Un passant a entendu les cris de la jeune fille et a fait fuir Leopold, mais il s’est rendu à la police trois jours plus tard. Certes, il était en garde à vue depuis, retenu par une caution dans l’attente de son procès, mais avec des disparitions remontant au milieu des années 80, tout sadique ayant une propension à attaquer des prostituées mérite d’être examiné de plus près. Leopold a régalé un psychiatre nommé par le tribunal de ses fantasmes d’enlèvement, de viol et de meurtre de prostituées, mais il a insisté sur le fait que l’agression de 1996 avait été sa seule incursion dans la vie réelle. Les enquêteurs du groupe de travail ont fini par absoudre Leopold de toute implication dans les disparitions, mais une mauvaise surprise l’attendait lors de son procès, en août 2000. Reconnu coupable de voies de fait graves, Leopold a été condamné à 14 ans de prison, avec un crédit pour les quatre années passées avant le procès.

Barry Thomas Neidermier
Barry Thomas Neidermier

Un autre suspect dans cette affaire est Barry Thomas Neidermier, 43 ans, originaire de l’Alberta. Condamné en 1990 pour le proxénétisme d’une jeune fille de 14 ans, Neidermier est apparemment sorti de prison avec une dent contre les prostituées. En 1995, il a été de nouveau emprisonné, cette fois pour avoir vendu des cigarettes de contrebande dans son bureau de tabac de Vancouver, qui a dû fermer ses portes à la suite d’une lourde amende. En avril 2000, la police de Vancouver a accusé Neidermier d’avoir agressé violemment sept prostituées du Low Track, les charges retenues contre lui comprenant l’agression, l’enlèvement, l’agression sexuelle, le vol, la séquestration et l’administration d’une substance nocive. Aucune des victimes présumées de Neidermier ne figurait sur la liste des personnes disparues de Vancouver, et la gendarme Anne Drennan a déclaré aux journalistes :

Il est impossible de dire pour l’instant si Neidermier peut être lié ou non à ces affaires. Il est certainement une personne d’intérêt, et il continuera à l’être.

Plus frustrant encore, les suspects décrits à la police sans nom ni adresse. Le 10 août 2001, la police de Vancouver a annoncé qu’elle recherchait un violeur non identifié qui avait attaqué une victime de 38 ans devant son hôtel du Low Track une semaine auparavant.

Au cours de l’attaque, ont déclaré les porte-parole de la police, l’homme a revendiqué la responsabilité d’avoir agressé sexuellement et tué d’autres femmes dans le Downtown Eastside. La victime s’était enfuie en sautant de la voiture de son violeur, et si elle a offert une description aux autorités, le prédateur vantard reste en liberté.

Et il y en a d’innombrables autres, en plus. La Downtown Eastside Youth Activities Society tient quotidiennement un dossier sur les « mauvaises rencontres », où sont consignés, page après page, les rapports de prostituées locales qui ont été menacées ou blessées par des « clients » anonymes. Leurs récits vont de la violence verbale aux coups et aux coups de couteau, présentés comme un avertissement pour ceux qui subviennent à leurs besoins et à leurs habitudes dans la rue.

Le Palais du cochon

Bill Hiscox

Fin 1998, les détectives de la task force ont obtenu leur meilleure piste grâce à Bill Hiscox, 37 ans. Veuf depuis deux ans, Hiscox s’était tourné vers la drogue et l’alcool après la mort de sa femme. Il a été sauvé de la dégringolade lorsque sa sœur adoptive lui a trouvé un emploi chez P&B Salvage à Surrey, au sud-est de Vancouver. Les propriétaires étaient Robert William « Willie » Pickton et son frère David, de Port Coquitlam. Le parent serviable d’Hiscox était la petite amie de Robert Pickton en 1997, et Hiscox recevait son salaire à la porcherie des frères à Port Coquitlam, décrite par Hiscox comme « un endroit « effrayant » patrouillé par un sanglier vicieux de 600 livres.  »

Je n’ai jamais vu un cochon comme ça, qui vous poursuivait et vous mordait », a-t-il déclaré à la police.

Il sortait avec les chiens autour de la propriété.

Hiscox s’était inquiété des Pickton après avoir lu des articles de journaux sur les femmes disparues de Vancouver. Robert Pickton était « un type plutôt calme, difficile à aborder, mais je ne pense pas qu’il avait beaucoup d’affinités avec les hommes ». Pickton conduisait un bus aménagé avec des vitres fortement teintées, a déclaré Hiscox aux autorités. « C’était la fierté et la joie de Willie« , dit-il, « et il ne voulait s’en séparer pour rien au monde« . Les frères dirigeaient également une prétendue organisation caritative, la Piggy Palace Good Times Society, enregistrée auprès du gouvernement canadien en 1996 en tant que société à but non lucratif destinée à « organiser, coordonner, gérer et exploiter des événements spéciaux, des fonctions, des danses, des spectacles et des expositions au nom d’organisations de services, d’organisations sportives et d’autres groupes dignes d’intérêt ».

La police connaissait déjà les frères Pickton. David Francis Pickton avait été reconnu coupable d’agression sexuelle en 1992, condamné à une amende de 1 000 dollars et à 30 jours de probation. Dans cette affaire, sa victime a déclaré à la police que Pickton l’avait attaquée dans sa remorque, à la porcherie, mais qu’elle avait réussi à s’échapper lorsqu’une tierce personne était entrée et l’avait distrait.

David Francis Pickton
David Francis Pickton

Les autorités de Port Coquitlam ont demandé un ordre de destruction de l’un des chiens de David en avril 1998, en vertu de la Loi sur la protection du bétail, mais la procédure a ensuite été rejetée sans explication. Pickton avait également été poursuivi à trois reprises pour des dommages résultant d’accidents de la circulation en 1988 et 1991, les trois plaintes ayant été réglées à l’amiable.

Peu après l’ouverture du Piggy Palace, les frères Pickton et leur sœur, Linda Louise Wright, se sont retrouvés devant les tribunaux, poursuivant les responsables de Port Coquitlam pour avoir prétendument violé les ordonnances de zonage de la ville. Selon la plainte, leur propriété était zonée pour un usage agricole, mais ils avaient « modifié un grand bâtiment de ferme sur le terrain dans le but d’organiser des danses, des concerts et d’autres activités récréatives » qui attiraient parfois jusqu’à 1 800 personnes. À la suite d’une fête organisée pour le réveillon du 31 décembre 1998, les Pickton ont été frappés d’une injonction interdisant toute fête future, l’ordonnance du tribunal notant que la police était désormais « autorisée à arrêter et à expulser toute personne » participant à des événements publics à la ferme. La « société » a finalement perdu son statut d’organisme à but non lucratif en janvier 2000, pour n’avoir pas fourni les états financiers obligatoires.

Wendy Lynn Eistetter
Wendy Lynn Eistetter

Les autres accusations portées contre Robert Pickton étaient plus graves. En mars 1997, il est accusé de tentative de meurtre sur une prostituée toxicomane, Wendy Lynn Eistetter, qu’il a poignardée à plusieurs reprises lors d’une mêlée sauvage à la porcherie. Eistetter a déclaré à la police que Pickton l’a menottée et attaquée le 23 mars, mais qu’elle s’est échappée après l’avoir désarmé et l’avoir poignardé avec son propre couteau. Un automobiliste a trouvé Eistetter au bord de l’autoroute à 1h45 du matin. et l’ont emmenée aux urgences les plus proches, tandis que Pickton se faisait soigner pour un simple coup de couteau à l’hôpital Eagle Ridge. Il a été libéré moyennant une caution de 2 000 dollars, mais l’accusation a ensuite été rejetée sans explication en janvier 1998.

L’agression au couteau avait cristallisé les soupçons de Bill Hiscox sur Robert Pickton, qu’il qualifiait de « personnage assez étrange ». Outre l’agression, a déclaré Hiscox à la police, il y avait « toutes les filles qui disparaissent, et tous les sacs à main et les cartes d’identité qui sont là dans sa caravane et d’autres choses », a déclaré Hiscox aux détectives, « Robert Pickton fréquente le centre-ville tout le temps, pour les filles ».

La police a enregistré la déclaration de M. Hiscox et un détective l’a accompagné à la porcherie, après quoi il s’est engagé à « pousser les plus hauts responsables, jusqu’au sommet, à enquêter ». Des articles de presse ultérieurs indiquent que la ferme a été fouillée trois fois, apparemment sans résultat. Les frères resteraient dans le dossier, en tant que « personnes d’intérêt » pour l’enquête, mais aucune surveillance ne serait mise en place dans la ferme.

Pendant ce temps, à Vancouver, la liste des femmes disparues s’allonge, sans qu’on puisse en voir la fin.

Limbo

À l’aube du nouveau millénaire à Vancouver, l’enquête du groupe de travail s’est élargie pour inclure plus de trois fois le nombre de femmes disparues initialement répertoriées en 1998. Certaines des nouvelles victimes présumées étaient portées disparues depuis le milieu des années 80, leur disparition n’étant reconnue que maintenant, tandis que d’autres continuaient à disparaître du Low Track alors que les recherches étaient toujours en cours. Les avertissements et la surveillance n’ont servi à rien, semble-t-il, car de plus en plus de femmes disparaissent.

Dans les années 80, la police a répertorié les victimes présumées d’enlèvement Leigh Miner, vue pour la dernière fois en décembre 1984, et Laura Mah, dont la date de disparition était simplement indiquée comme « 1985 ». Les détails manquaient également pour les disparitions de Nancy Clark (1991), Elsie Sebastien (1992) et Angela Arsenault, 17 ans (1994). Les détectives avaient un mois pour Frances Young – avril 1996 – mais aucun autre détail n’était disponible concernant les derniers jours de la femme de 38 ans.

Leigh Miner, Laura Mah, Elsie Sebastien, Angela Arsenault et Frances Young.
Leigh Miner, Laura Mah, Elsie Sebastien, Angela Arsenault et Frances Young.

La police a reconnu la disparition de trois autres femmes en 1997, portant à neuf le nombre total de femmes disparues au cours de cette année meurtrière, mais les preuves sont restées insaisissables. L’une des trois, Maria Laliberte, 52 ans, avait fait sa dernière apparition connue à Low Track le jour de l’an, mais les victimes Cindy Feliks et Sherry Irving se sont montrées moins accommodantes, leurs mouvements étant si erratiques que la police n’a pas pu déterminer la saison de leurs disparitions, et encore moins des dates précises.

Et c’est ce qui s’est passé. Ruby Hardy, 37 ans, a disparu en 1998, mais sa disparition n’a été signalée que le 27 mars 2002. Wendy Crawford, Jennifer Furminger et Georgina Papin ont toutes disparu en 1999, ignorées jusqu’à ce que la police répertorie leurs noms en mars 2000. Un mois plus tard, le 25 avril 2000, les détectives ont reconnu la disparition en février 1999 de Brenda Wolfe, 32 ans. Tiffany Drew, âgée de 27 ans, a disparu le 31 décembre 1999, mais elle ne figurera sur la liste que deux ans plus tard, étant portée disparue le 8 février 2002.

Maria Laliberte, Cindy Feliks, Sherry Irving, Wendy Crawford. Abaixo : Jennifer Furminger, Georgina Papin, Brenda Wolfe, Dawn Cry e Debra Lynn Jones.
Maria Laliberte, Cindy Feliks, Sherry Irving, Wendy Crawford. En dessous : Jennifer Furminger, Georgina Papin, Brenda Wolfe, Dawn Cry et Debra Lynn Jones.

La cause semblait parfois désespérée, mais la police de Vancouver a persévéré. Lentement, la publicité a commencé à faire une différence, ne serait-ce que dans la vitesse à laquelle de nouvelles personnes disparues étaient signalées. Dawn Crey, 42 ans, a été vue vivante pour la dernière fois le 1er novembre 2000, et a été portée disparue le 11 décembre. Debra Lynn Jones, âgée de quarante-trois ans, a disparu le 21 décembre 2000. Sa disparition a été enregistrée le jour de Noël. La police a inexplicablement tardé à inscrire Patricia Johnson, vue pour la dernière fois vivante le 27 février 2001, mais Yvonne Boen, 34 ans, a été inscrite sur la liste le 21 mars 2001, cinq jours seulement après sa disparition. Heather Bottomley, une jeune femme de 24 ans décrite dans les rapports de la police de Vancouver comme présentant un  » risque de suicide », portée disparue le jour même de sa disparition, le 17 avril 2001. Heather Chinnock a disparu le même mois, suivie d’Angela Josebury en juin et de Sereena Abotsway en juillet. Diane Rock, 34 ans, a disparu le 19 octobre 2001. Sa disparition a été signalée le 13 décembre. Mona Wilson, 26 ans, a été vue vivante pour la dernière fois le 23 novembre 2001, et a été ajoutée à la liste une semaine plus tard.

Patricia Johnson, Yvonne Boen, Heather Bottomley, Heather Chinnock. Abaixo : Angela Josebury, Sereena Abotsway, Diane Rock et Mona Wilson.
Patricia Johnson, Yvonne Boen, Heather Bottomley, Heather Chinnock. En dessous : Angela Josebury, Sereena Abotsway, Diane Rock et Mona Wilson.

Quels que soient les progrès réalisés par les détectives dans la traque des disparitions, le tueur – si tant est qu’il y ait un seul tueur – semble être devenu plus audacieux, frappant à un rythme inégalé depuis le début des disparitions. Les policiers, quant à eux, ne pouvaient que regarder et attendre que leur proie sans visage commette une erreur qui la mettrait enfin à leur portée.

Les Prédateurs

Les disparitions dans le Downtown Eastside s’étalant sur près de vingt ans, la police de Vancouver a dû envisager la possibilité qu’un prédateur sexuel identifié pour d’autres crimes puisse être responsable de certains des cas antérieurs. Malheureusement, en Colombie-Britannique et dans le nord-ouest du Pacifique en général, les tueurs en série qui se disputent l’attention ne manquent pas.

Gary Leon Ridgway
Gary Leon Ridgway

Le premier d’entre eux est l’insaisissable « tueur de la rivière verte » de Seattle, tenu pour responsable de la mort ou de la disparition de 49 femmes, pour la plupart des prostituées ou des fugueuses, entre janvier 1982 et avril 1984. « L’homme de la rivière » était également soupçonné d’avoir commis plus de 40 meurtres dans le comté voisin de Snohomish, mais sa série de meurtres s’était terminée par un gémissement, laissant la police et les profileurs du FBI se tordre les mains de frustration. Enfin, le 30 novembre 2001, des preuves ADN ont conduit à l’arrestation de Gary Leon Ridgway, 52 ans, accusé de meurtre dans quatre des assassinats de Green River. La police de Vancouver a reconnu que M. Ridgway avait visité sa ville, mais aucune preuve n’est apparue le reliant aux femmes disparues du Low Track.

Dayton Leroy Rogers
Dayton Leroy Rogers

Un autre candidat de longue date était Dayton Leroy Rogers, un fétichiste des pieds sadique surnommé le « tueur de la forêt de Molalla », qui a commencé à traquer les prostituées des environs de Portland, dans l’Oregon, en janvier 1987. En août de la même année, il avait fait huit victimes et en avait blessé 27 autres, identifiées après qu’il ait négligemment accompli son dernier meurtre devant de multiples témoins. Incarcéré depuis le 7 août 1987, Rogers a été examiné et finalement rejeté comme suspect possible dans les enlèvements de Vancouver énumérés avant cette date.

 

Keith Hunter Jesperson
Keith Hunter Jesperson

Keith Hunter Jesperson est né en 1956 en Colombie-Britannique. Il a abandonné sa formation au sein de la Gendarmerie royale du Canada après une blessure qui l’a rendu inapte au service actif. Au lieu de cela, il a pris la route en tant que camionneur longue distance, parcourant toute l’Amérique du Nord – et assassinant plusieurs femmes au passage. Surnommé le « Happy Face Killer » (le tueur au visage souriant) en raison de la signature souriante qu’il apposait sur les lettres qu’il envoyait à la police, Jesperson a été emprisonné pour un meurtre commis à Washington en mars 1995. À un moment donné, il a revendiqué 160 meurtres, décrivant ses victimes féminines comme des « tas d’ordures » jetés sur le bord de la route. Bien qu’il se soit rétracté par la suite, des condamnations dans les États de Washington et du Wyoming l’ont définitivement retiré de la circulation. Une fois de plus, cependant, aucun lien n’a pu être trouvé entre « Happy Face Killer » et les prostituées disparues du Low Track.

George Waterfield Russell
George Waterfield Russell

D’autres perspectives ont été envisagées et rejetées à leur tour. George Waterfield Russell, condamné à la prison à vie pour les meurtres de trois femmes de Bellevue (Washington) en 1990, a fait l’objet d’une remise de peine parce qu’il aimait faire poser ses victimes mutilées, les exposant après les avoir massacrées chez elles.Un petit voleur devenu meurtrier.George Russell, Jr., était un charmant réprouvé. Mais à l’âge de 31 ans, son existence Jekyll-Hyde évoluera d’un petit voleur menteur à un tueur en série sadique. Ce type svelte, intelligent et sûr de lui deviendrait un meurtrier haïssant les femmes et recherchant la satisfaction sexuelle en les dégradant et en les maltraitant – mortes ou vivantes.

Robert Lee Yates, Jr
Robert Lee Yates, Jr

Robert Yates, condamné en octobre 2000 pour le meurtre de 13 prostituées dans les environs de Spokane (Washington), soupçonné de deux autres meurtres dans un comté voisin, n’a pu être placé à Vancouver pour aucune des disparitions locales. John Eric Armstrong, un vétéran de la marine américaine arrêté en avril 2000, a avoué avoir tué 30 femmes dans le monde entier, mais ses déclarations ont exclu Vancouver et aucune preuve n’a été trouvée pour le contredire.

 

À Vancouver même, la police surveille le violeur Ronald Richard McCauley, condamné à deux reprises. Condamné à 17 ans de prison lors de sa première condamnation, en 1982, McCauley a été libéré sur parole le 14 septembre 1994. Un an plus tard, en septembre 1995, il a été accusé d’une autre agression, condamné et renvoyé en prison en 1996. Bien qu’il n’ait jamais été formellement accusé de meurtre, il est décrit par la police comme le principal suspect dans les meurtres de quatre prostituées du Low Track tuées en 1995 et début 1996. Trois des victimes ont été jetées entre Agassiz et Mission, où résidait McCauley , la quatrième a été trouvé sur le Mt. Seymour, à North Vancouver. Outre ces affaires, en juillet 1997, la police de Vancouver a déclaré McCauley suspect dans les disparitions de Catherine Gonzales, Catherine Knight et Dorothy Spence en 1995. Aucune accusation n’a cependant été portée, et McCauley a été oublié quatre ans plus tard, alors que les projecteurs étaient braqués sur un autre suspect.

Clifford Olson
Clifford Olson

Le Canada tout entier est à l’arrêt, le service de police de Vancouver compte plus de 100 détectives qui travaillent jour et nuit sans relâche et la presse ne parle que d’une seule chose : « La bête de la Colombie britannique ».
La Bête de la Colombie britannique est le nom donné par la presse à un horrible tueur en série qui, au cours du seul mois de juillet 1981, a tué six adolescents âgés de 9 à 18 ans, soit plus d’une victime par semaine. Mais la piste de la mort du tueur en série remontait à décembre 1980. Le pays tout entier observe la police de Vancouver, le tueur en série doit être arrêté immédiatement, sa soif de sang montrée en juillet semble montrer qu’il ne cessera pas de tuer tant qu’il ne sera pas arrêté. Et le 12 août 1981, la police de Vancouver a arrêté Clifford Olson, 41 ans, comme bête noire présumée de la Colombie-Britannique. Quelques jours plus tard, Olson a avoué ses 11 meurtres. Olson a eu une longue carrière criminelle et a avoué à un moment donné que c’était lui qui avait enlevé et violé l’adolescente Janet Henry. Les raisons pour lesquelles Clifford Olson a laissé Janet en vie sont toujours un mystère. Par une ironie du sort, on peut dire que Janet a eu un sort bien meilleur que les autres victimes d’Olson. Bien qu’elle ait été agressée sexuellement et qu’elle ait souffert aux mains du psychopathe, elle s’en est sortie vivante.

John Eric Armstrong
John Eric Armstrong

John Eric Armstrong, un vétéran de la marine américaine arrêté en avril 2000 pour avoir tué quatre prostituées à Détroit. Le FBI a lancé une enquête internationale, découvrant les meurtres de John en Thaïlande, à Honk Kong et à Hawaï, mais ses aveux ont exclu Vancouver et aucune preuve n’a été trouvée pour le relier aux disparitions de la Low Track.

 

David Pickton

David Pickton en 2012
David Pickton en 2012

Bien que beaucoup pensent que David Pickton avait connaissance des meurtres en série commis par son frère, il n’a jamais été inculpé. Il n’a même pas été appelé à témoigner au procès. Dans les années qui ont suivi l’arrestation de son frère, David a été vu plusieurs fois marchant dans le Downtown Eastside. En novembre 2011, des groupes liés à l’affaire des femmes disparues du Low Track ont commencé à clouer des affiches avec la photo de David, comme une sorte d’avertissement. Selon le groupe, David erre dans le quartier à la recherche de prostituées.

Nous ne savons pas s’il a causé des problèmes, mais les femmes ont peur, a déclaré le directeur d’une agence de logement dans un article du National Post en février 2012.

En 2009, David Pickton et Linda Pickton ont poursuivi la Gendarmerie royale du Canada pour les dommages causés par les enquêtes de police menées sur les propriétés de la famille. Selon les frères, la police a endommagé et tué plusieurs plantes, arbres et poissons de leurs propriétés. L’affaire est toujours devant les tribunaux canadiens.

Affiche avec la photo de David Pickton, frère du tueur en série Robert Pickton. L'affiche clouée quelque part dans le Downtown Eastside en novembre 2012 avertit les résidents locaux que David est un délinquant sexuel. Crédits : National Post.
Affiche avec la photo de David Pickton, frère du tueur en série Robert Pickton. L’affiche clouée quelque part dans le Downtown Eastside en novembre 2012 avertit les résidents locaux que David est un délinquant sexuel. Crédits : National Post.

 

Après tout : Un tueur en série était-il responsable des disparitions ou non ?

Plus les détectives enquêtaient, plus ils se perdaient. La liste des femmes disparues ne cesse de s’allonger, la presse et les groupes de défense des droits de l’homme exercent une pression énorme et la population commence à vouloir une réponse.

Kim Rossmo, criminologue respecté dans le milieu universitaire, a entamé une bagarre avec un département entier et a déclaré qu’il y avait un tueur en série en liberté. La presse aussi. Les journaux et les magazines publiaient déjà des articles liant ces disparitions aux actions d’un tueur en série. En juin 2001, après plusieurs frictions avec ses supérieurs, Rossmo a été licencié sans motif valable. Le 26 juin 2001, il s’est adressé à la presse et a déclaré ce qui suit :

Kim Rossmo
Kim Rossmo

Si nous croyons avec un certain degré de probabilité qu’il existe un prédateur responsable de 20, 30 décès en peu de temps, pensez-vous que la réponse de la police était adéquate ? L’inspecteur Biddlecombe a menacé d’arrêter l’enquête et de ne pas partager les informations. S’il ne m’aime pas, c’est bien, mais il a affaire à des vies… Je vous dis qu’il y a un tueur en série qui opère dans le Downtown Eastside. Depuis 18 mois, des prostituées disparaissent sans arrêt. Le ministère ne leur accorde pas assez d’attention parce que ce sont des prostituées, des personnes qu’ils considèrent comme inférieures. Personne ne veut vraiment faire quoi que ce soit.

La déclaration de Rossmo a eu un grand retentissement au Canada. En fait, ce que tout le monde savait déjà (que le service de police de Vancouver ne s’engageait pas pleinement à résoudre les disparitions) vient d’être confirmé. L’opinion publique, les membres des familles et les groupes de défense des droits de l’homme soupçonnaient déjà que les disparitions pouvaient cacher l’action d’un ou plusieurs tueurs en série. Le discours de Kim Rossmo, ancien membre du département et criminologue primé, n’a fait que confirmer les soupçons.

Cependant, pour la police de Vancouver, ces disparitions ne sont pas l’œuvre d’un tueur en série. Il n’y avait aucune preuve reliant les disparitions à un tueur, d’abord : il était impossible qu’un seul homme ait pu tuer pendant si longtemps sans être découvert, sans avoir fait la moindre erreur, sans avoir de témoins, sans rien. Deuxièmement : La police n’a jamais retrouvé le corps d’une seule de ces femmes disparues. Si c’était un tueur en série, après avoir tué toutes ces femmes, comment aurait-il disparu avec leurs corps ?

Un des inspecteurs du département, Scott Dreimel, est venu contredire Rossmo. Il a déclaré qu’au cours des trois années d’enquête, la police n’a jamais trouvé de preuves à cet effet et que si elle en avait, le public serait le premier à le savoir. En ce qui concerne le retard de l’enquête, M. Dreimel a déclaré qu’il y avait plusieurs raisons à cela, comme la difficulté de suivre les prostituées dans la rue et le décalage entre la disparition et le signalement de celle-ci.

Certaines théories ont été évoquées par la police, comme celle selon laquelle les prostituées auraient pu être victimes des équipages de cargos étrangers. Elles étaient invitées à faire l’amour à l’équipage des navires, violées, tuées et leurs corps jetés à la mer. D’autres détectives ont même cru à l’action d’un tueur en série. Il pourrait s’agir d’un chauffeur de camion qui ramassait des prostituées sur la voie publique, les tuait et se débarrassait de leurs corps sur des routes désertes au Canada ou aux États-Unis.

En tout cas, si ces disparitions étaient l’œuvre d’un tueur en série, il devrait être tout à fait méthodique, rusé et intelligent comme un animal. Il n’a laissé aucun indice ni aucune trace, et s’est débarrassé des corps de manière si efficace qu’ils n’ont pas pu être retrouvés. Le tueur doit être en même temps arrogant. Tuer des prostituées, même après que la police ait enquêté sur l’affaire pendant trois ans, montre son courage et aussi sa stupidité, ou sa compulsion. Mais les enquêteurs étaient aveugles, s’il y avait un tueur, la police ne pouvait qu’espérer qu’il fasse une erreur.

La Ferme des corps

Catherine Galliford.
Catherine Galliford.

Les habitants de Vancouver n’étaient pas préparés à l’annonce qui a été faite le 7 février 2002. Ce matin-là, l’agent de police de Vancouver Catherine Galliford a déclaré aux journalistes que les chercheurs fouillaient la ferme porcine de Pickton et la propriété adjacente à Port Coquitlam, examinée pour la première fois en 1997. « Je peux vous dire qu’une recherche est en cours sur cette propriété et qu’elle est menée par le groupe de travail sur les femmes disparues« , a-t-elle déclaré. Robert Pickton était déjà en détention, incarcéré pour possession illégale d’armes à feu. Libéré sous caution pour ce chef d’accusation, il a été arrêté une nouvelle fois le 22 février 2002, cette fois pour deux chefs d’accusation de meurtre au premier degré. Les autorités ont identifié les victimes comme étant Sereena Abotsway et Mona Wilson. Pickton s’est dit « choqué » par les accusations, mais les proches des victimes étaient tout aussi agités, notant que les deux femmes ont disparu trois ans après que le Piggy Palace a été identifié comme une scène de meurtre potentielle. Le 8 mars, les enquêteurs ont déclaré que l’ADN retrouvé dans la ferme avait été identifié de manière concluante comme étant celui d’Abotsway. Un mois plus tard, le 3 avril, Pickton a été accusé de trois autres chefs d’accusation de meurtre, désignant les victimes Jacqueline McDonnell, Heather Bottomley et Diane Rock. Une sixième accusation de meurtre, pour Angela Josebury, a été déposée contre Pickton six jours plus tard. Comme dans les deux premières affaires, les quatre victimes avaient été tuées depuis que Bill Hiscox avait désigné Pickton comme suspect dans les disparitions de la Low Track. Le 22 mai, une septième accusation de meurtre au premier degré a été déposée contre Pickton lorsque les restes de Brenda Wolfe ont été trouvés dans sa ferme.

Si Pickton était le tueur de la Low Track, ont demandé les survivants, pourquoi les perquisitions effectuées dans sa propriété en 1997 et 1998 n’avaient-elles pas permis de trouver des preuves ? Plus précisément, comment a-t-il pu enlever et assassiner d’autres victimes entre 1999 et 2001, alors qu’il aurait dû être surveillé par la police ?

Proclamant son innocence sur toutes les accusations, Pickton a été programmé pour un procès en novembre 2002, mais les détectives n’avaient pas terminé leur recherche au Piggy Palace. L’opération complète, ont-ils annoncé le 21 mars 2002, pourrait durer jusqu’à un an. Quant aux autres victimes et à d’éventuelles autres accusations, ils ont refusé de spéculer. Aucune charge n’a été retenue contre David Pickton.

Le procès du siècle

Après cinq ans de recherches dans la porcherie, c’est finalement le 30 janvier 2007 que débute ce que l’on appelle le procès du siècle au Canada. En raison de la nature des crimes, de la grande quantité de preuves et du grand nombre de victimes, le procès de Robert William Pickton sera divisé en deux. Dans cette première, il sera jugé pour la mort de six femmes et plus tard pour la mort de 20.

Robert William Pickton a plaidé non coupable devant le jury pour les 26 chefs d’accusation de meurtre au premier degré.

Il y avait des milliers de pièces à conviction dans ce qui serait le plus long procès de l’histoire du Canada. Plus de 40 000 photos ont été prises de la scène du crime, 235 000 objets ont été collectés et il y a eu environ 600 000 analyses de laboratoire. Quatre-vingt-dix-huit témoins à charge et trente témoins à décharge ont été entendus, des profanes, des membres de la famille, des experts, des policiers… un demi-million de pages de documents ont été rédigées, y compris les profils des six victimes : Mona Wilson, Brenda Wolfe, Seerena Abotsway, Andrea Joesbury, Georgina Papin et Marnie Frey. En outre, les interrogatoires de Pickton ont représenté plus de 20 heures d’enregistrement.

Selon le journal Vancouver Sun, toutes les preuves ont été découvertes autour de la caravane où Pickton vivait et où il a emmené les femmes. Le procureur Mike Petrie s’est méthodiquement attardé sur les preuves les plus significatives, comme les analyses ADN, les seaux contenant des parties du corps, un vibrateur dans un revolver avec l’ADN d’une victime ; ADN de victimes non identifiées et restes de deux femmes congelées dans un congélateur. Cinq des 61 objets reliés par l’ADN à des femmes disparues ont confirmé un lien avec Pickton. Un témoin a affirmé l’avoir vu avec une scie dans une pièce où le corps d’une femme a été retrouvé, et d’autres l’ont associé à un certain nombre de victimes. Les déclarations de Pickton à la police lors des interrogatoires ont également été utilisées.

En février et mars, des officiers de police et des experts en ADN témoignent. En avril, après que 60 témoins aient fait leur déposition, les avocats et le procureur se sont réunis pour tenter de raccourcir la procédure. Deux cent trente-cinq mille analyses médico-légales ont été effectuées par le laboratoire médico-légal de la GRC, l’utilisation de ces analyses pourrait prolonger le procès de plusieurs mois. La défense a déclaré que les restes avaient été traités correctement, de sorte que le procureur pouvait sauter les étapes d’analyse des preuves de chaque victime.

Jour après jour, l’expression de Pickton était presque toujours la même, il regardait l’espace vide, parfois il regardait l’un des témoins. Il est entré dans la salle d’audience vêtu de l’une de ses quatre chemises et portant un dossier de notes et de gribouillages. Son ennui semblait être le reflet du procès. Les analyses de la myriade de preuves scientifiques sont devenues fastidieuses. Un professeur de droit a déclaré que le procès n’était pas intéressant, notamment parce qu’il manquait un « récit plus passionnant ».

Parfois, Pickton a montré de l’intérêt pour le procès, et a même semblé sourire, comme lors de l’analyse d’un attendrisseur de viande utilisé pour découper des crânes et d’autres os humains. Il y avait des marques de coupure sur la mâchoire de Brenda Wolfe, ainsi que sur d’autres os trouvés (côtes, os du talon, vertèbres). Dix des 45 lames de l’attendrisseur sont entrées dans les preuves, mais il n’a pas été prouvé comment elles ont produit les coupures.

Le Dr Gail Anderson, entomologiste judiciaire, a témoigné que les restes d’Abotsway et de Joesbury avaient été exposés pendant des semaines à divers éléments extérieurs avant d’être stockés dans le congélateur où ils ont été trouvés. Les insectes avaient déjà pénétré dans les seaux quand Pickton les a mis dans le congélateur. Le type et le stade de développement des larves ont permis d’établir une chronologie scientifique de la mort.

D’avril à mai, des images de têtes en décomposition et d’autres restes analysés lors d’autopsies ont été montrées au jury. Ainsi que des preuves que Pickton a scié des crânes avec une scie. Les analystes ont décrit que trois des victimes avaient des blessures par balle, bien que les experts en balistique n’aient pu relier les balles récupérées à aucune des armes trouvées dans la ferme. Des récessions ont été données lorsque des images d’asticots sur des parties de corps en décomposition et de peau pelée ont été montrées. Un revolver de calibre 22 trouvé avec un vibrateur attaché contenait l’ADN d’une victime.

Le chimiste Tony Fung a déclaré que la substance trouvée dans une seringue dans un bureau de Pickton a été identifiée comme étant du méthanol. Une connaissance du tueur en série a déclaré qu’il avait un jour mentionné qu’il utilisait cette substance pour tuer des femmes toxicomanes. Cependant, le méthanol n’a pas été trouvé dans les restes des victimes. Des traces de cocaïne ont été trouvées dans tous les tissus analysés, ainsi que de la méthadone et du valium, mais la toxicologue Heather Dinn a nié que la concentration de ces drogues trouvées était mortelle.

Les témoignages des personnes liées aux victimes ont prouvé qu’il s’agissait de personnes qui ont souffert, certaines, comme dans le cas de Brenda Wolfe, se sont prostituées pour pouvoir nourrir leurs enfants et « acheter des cadeaux de Noël » pour la famille, comme l’a dit Elaine Allen, employée d’un foyer d’aide aux femmes.

Le flic sous couverture

Un témoignage important a été donné par un policier déguisé en criminel qui a été mis avec Pickton dans sa cellule. Pickton est tombé comme un canard dans le piège tendu par la police.

Le policier en civil a appris de lui que son objectif était de tuer 50 femmes. Pickton a également déclaré au policier que la police ne l’avait attrapé que parce qu’il s’était relâché à la fin et qu’il voulait également tuer plus de femmes que « celles des États-Unis ». La vidéo montrant Pickton parlant à l’agent infiltré dans sa cellule a été mise à disposition par la police en 2010. Voir ci-dessous en sous-titres un extrait.

Putain… putain… ils m’ont eu, ils m’ont eu. Je me suis relâché à la fin. J’ai creusé ma propre tombe en étant négligent à la fin. Mais ce qui me fait vraiment chier, c’est qu’il n’en restait plus qu’une à faire… pour atteindre 50. Je voulais que ce soit plus grand que tous ceux, ceux des États-Unis… leur record est d’environ 48, selon eux [en référence au tueur de Green River].

[Robert William Pickton]

Deux témoins clés cités par l’accusation ont comparu en juin 2006 : Pat Casanova et Scott Chubb.

  • Pat Casanova

Pat Casanova

Pat Casanova, 67 ans, était un employé des Pickton et a même été arrêté en 2003, soupçonné d’être lié aux crimes, mais la police n’a rien pu obtenir pour l’incriminer. « Il était plus qu’un ami d’affaires », a déclaré M. Casanova à propos de sa relation avec son patron. Casanova dit que Pickton n’a jamais parlé des femmes disparues. La défense a porté une attention particulière à Casanova pendant le procès, car il avait un accès régulier à la ferme et à l’abattoir où les parties de six femmes ont été retrouvées. Casanova a déclaré qu’il ne se souvenait pas avoir utilisé le congélateur où des parties des corps des victimes ont été trouvées. Il a dit que seul Pickton l’utilisait. Cependant, lors d’une audience préliminaire, Casanova a déclaré qu’il avait effectivement utilisé le congélateur un mois avant l’arrestation de son employeur. Pressé par l’avocat de Pickton, Casanova s’est contredit.

Andrea Joesbury
Andrea Joesbury

Pris à se contredire, Casanova a admis avoir dit à la police qu’il avait eu des relations sexuelles avec une femme connue sous le nom de Roxanne, mais dans des déclarations antérieures, Casanova avait dit qu’il avait reçu une fellation de l’une des victimes, Andrea Joesbury, dans la caravane de Pickton. La stratégie de la défense face aux contradictions de Casanova était de le placer comme suspect dans la mort d’Andrea Joesbury. Bien qu’il n’ait été accusé d’aucun crime, la défense a voulu montrer au jury à quel point Casanova pouvait mentir pour se protéger, en donnant à Pickton le bénéfice du doute et en montrant que le témoignage était vide de sens et mensonger.

  • Scott Chubb

Un autre témoin clé de l’accusation était Scott Chubb. Il était l’informateur de la police qui a permis aux enquêteurs d’obtenir un mandat de perquisition pour la ferme de Pickton.

Geoff Baragar
Geoff Baragar

Chubb a rencontré Pickton en 1993, devenant un employé de l’éleveur de porcs. En 2002, un enquêteur lui a versé 1450 dollars pour filmer l’intérieur de la ferme. Par la suite, la police a obtenu un mandat de perquisition pour des armes illégales. Chubb a déclaré qu’il ne savait pas que Pickton était un suspect dans la disparition des femmes du Low Track. Il pensait que la police voulait seulement confisquer les armes illégales. Le procureur Geoff Baragar a exhorté Chubb à parler d’une étrange conversation qu’il avait eue avec son patron. Chubb a déclaré que lors de cette conversation, Pickton avait mentionné qu’une femme nommée Lynn Ellingse lui causait des problèmes et qu’il voulait que Chubb aille lui « parler ». Chubb a reçu le message de son patron (la police la soupçonne d’avoir fait chanter Pickton à propos de quelque chose qu’elle a vu). Pickton aurait offert 1 000 dollars pour cette « faveur » . Toujours selon Chubb, au cours de la conversation, Pickton a dit qu’il était facile de tuer des toxicomanes car ils avaient déjà des marques de piqûre sur le corps ; si une personne s’injectait du méthanol, elle mourrait et la cause du décès serait une overdose de drogue.

Lorsque le tour est passé à la défense, l’avocat de Pickton a tenté de démoraliser Chubb, avec l’intention de montrer qu’il s’agissait d’une personne qui ne se souciait que de ses intérêts et qui était prête à dire n’importe quoi à quiconque le « payait ». L’avocat a essayé de faire admettre à Chubb qu’il voulait de l’argent de la police pour témoigner, Chubb a répondu que l’argent était pour sa famille et aussi pour se protéger du frère de Pickton, David, qui menaçait de s’en prendre à lui s’il témoignait contre son frère au tribunal. Il a nié avoir été payé pour être un informateur, bien que les notes de la police indiquent qu’il a été payé pour donner des informations. Chubb est tombé dans la contradiction à quelques reprises et c’est tout ce que la défense voulait.

Il a nié puis admis certains faits, comme le fait de ne pas connaître les armes, mais lorsqu’on lui a montré un dossier sur lui pour port illégal d’armes, il a fait marche arrière. Dans d’autres questions, Chubb a admis être confus.

Pickton semblait se délecter de la remise en cause de la crédibilité de Chubb , semblait parfois vouloir rire, malgré la nature cruelle des accusations.
Pickton semblait se délecter de la remise en cause de la crédibilité de Chubb , semblait parfois vouloir rire, malgré la nature cruelle des accusations.

Andrew Bellwood a donné le témoignage le plus horrifiant. C’était le témoin numéro 97.

  • Andrew Bellwood

Andrew Bellwood.

Dans son témoignage, Bellwood a déclaré que Pickton avait un jour raconté comment il avait tué des prostituées avant de donner leurs restes à manger aux cochons. Il a allégué que Pickton avait d’abord des relations sexuelles avec elles, puis les tuait dans sa ferme, dépeçait leurs corps et jetait les morceaux aux porcs, qui les consommaient. D’autres parties ont été mélangées dans des barils avec des entrailles de porc et jetées dans une usine. C’était une opération facile, selon Bellwwood, et Pickton les trompait en disant qu’il avait de la drogue pour les attirées.

Les méthodes de meurtre de Pickton, selon Bellwood, consistaient à bâillonner ses victimes et à les menotter avec des fils.

Il a mentionné qu’il les mettait à quatre pattes sur le lit et avait des rapports sexuels avec elles… il me racontait cette histoire et pour lui, c’était presque comme un jeu.

L’un des avocats de la défense, Adrian Brooks, a déclaré qu’il avait du mal à croire les propos de Bellwood.

Si une personne dit qu’elle tue des gens et sert sa viande dans les dîners, vous dînerez quand même avec elle ?

Bellwood a répondu en disant que Pickton était un bon ami, qui lui avait donné de l’argent quand il en avait besoin et qui pensait que son histoire était une blague, de plus il ne voulait pas aller parler à la police parce qu’il était un consommateur de drogue.

Adrian Brooks

Brooks a souligné une grave incohérence dans le témoignage : Bellwood a affirmé être seul avec Pickton pendant cette conversation, mais dans des déclarations antérieures, il a affirmé qu’une femme nommée Lynn Ellingsen était avec eux. En réponse, Bellwood a déclaré qu’après tout ce qu’il avait traversé au cours des cinq dernières années, il ne s’assiérait pas sur le siège d’un procès devant un juge et mentirait. Il avait simplement confondu deux événements distincts, et Ellingsen avait probablement assisté à une autre conversation entre eux.

La crédibilité de Bellwood a été mise à mal par le fait qu’il a été interrogé sur la disparition de dizaines de femmes dans la région d’Edmonton. Il a affirmé à la police qu’il avait été interrogé uniquement parce qu’il connaissait Pickton, rapportant que la police avait des préjugés parce qu’il était un consommateur de drogue et un ami du tueur en série. Il a terminé son témoignage en disant qu’il n’était accusé de rien.

Au Final

L’avocat Adrian Brooks a insisté sur le fait que les victimes n’étaient clairement pas liées à Pickton. Il a fait valoir que l’enquête avait été mal faite et négligée. Selon lui, Pickton n’était pas assez intelligent pour tuer autant de personnes sans se faire prendre.

Adrian Brooks
Adrian Brooks

Pickton n’a rien avoué, il a été piégé dans une cellule en prison et a dit des choses par peur des mensonges qu’ils racontaient sur lui. Il n’a pas les connaissances que le vrai tueur a. Si Pickton prétendait que son objectif était le meurtre de 50 victimes, c’était uniquement pour améliorer son statut en prison. Il était aimable, une personne soumise qui permettait à des personnes douteuses de fréquenter sa propriété. Les échantillons d’ADN non concluants et la faible crédibilité des témoins toxicomanes (Bellwood) qui n’ont même pas de mémoire, devraient suffire pour que nous ayons des doutes à tout le moins. En outre, la balistique n’a pas prouvé qu’aucune des balles n’appartenait à l’une des armes de Pickton, le démembrement des corps a été effectué différemment de la manière dont Pickton a procédé avec les cochons et certaines preuves désignent d’autres suspects potentiels. Pat Cassanova est le premier sur la liste.

Le procureur a répondu:

L’intelligence de Pickton n’a pas d’importance. Il avait une expérience de boucher et avait déjà une expérience de la mort. A tenté de tuer une prostituée en 1997. Il avait plusieurs moyens entre les mains pour se débarrasser des corps sans laisser de trace. Le bon sens doit dicter le verdict. Ce n’était pas un croquemitaine ou un animal qui a tué et dépecé ces femmes. C’était cet homme.

Après les discours, le juge Williams a aidé les jurés avec quelques points de droit canadien et la lecture d’un épais dossier de notes. Il les a avertis de se concentrer uniquement sur ce procès, sans tenir compte du fait que Pickton serait rejugé pour d’autres meurtres. Il a ensuite relaté les résultats de la recherche approfondie de la ferme de Pickton et les points sur lesquels les experts étaient en désaccord. Enfin, il a expliqué le concept de « doute raisonnable », ajoutant qu’ils n’avaient pas besoin de considérer que Pickton avait agi seul pour décider s’il était coupable ou non.

Pour rendre un verdict, il n’est pas nécessaire d’avoir les réponses à toutes les questions. Vous devez uniquement trancher les questions essentielles pour vous permettre de dire si les crimes ont été commis par lui au-delà de tout doute raisonnable, a déclaré le juge.

Une fois que les arguments finaux ont été présentés et que le juge a détaillé ses instructions, le jury s’est retiré. Novembre et Décembre sont arrivés, les familles des victimes n’ont reçu aucune information.

Le 9 Décembre 2007, le jury a rendu un verdict selon lequel Pickton n’était pas coupable des six chefs d’accusation de meurtre au premier degré, mais coupable de six chefs d’accusation de meurtre au second degré. La condamnation pour meurtre au second degré entraîne une peine d’emprisonnement à perpétuité avec possibilité de demander une libération conditionnelle pour une période de 10 à 25 ans (à déterminer par le juge).

Le 11 décembre 2007, le juge James Williamns de la Cour suprême de la Colombie-Britannique a condamné Robert William Pickton à six peines de prison à vie avec possibilité de libération conditionnelle dans 25 ans (2031).

La conduite de M. Pickton était meurtrière et lâche. Je ne peux pas connaître les détails, mais je sais que ce qui leur est arrivé était absurde et dégoûtant.

Pickton est resté immobile pendant tout le procès. Lors des plaidoiries et de la lecture de la sentence par le juge, il a simplement regardé le sol.

Le 30 juillet 2010, les demandes des avocats de Pickton pour un vice de procédure dans le procès de 2007 ont été refusées.

En octobre de la même année, une nouvelle a pris tout le monde par surprise : la Cour suprême de Vancouver a déclaré que le procès de Pickton pour ses 20 autres accusations de meurtre n’aurait pas lieu. Selon Neil MacKenzie, porte-parole de la Colombie-Britannique, un autre procès serait inutile, à un coût supplémentaire pour l’État étant donné que « une accusation de plus ou de moins » ne changerait en rien la situation de Pickton.

Les familles des victimes ont vivement réagi à cette annonce. Certains ont déclaré publiquement que les autorités voulaient cacher les détails des meurtres.

En 2001, Kim Rossmo a poursuivi l’État, le service de police de Vancouver et la Gendarmerie royale du Canada pour licenciement abusif. Il a perdu l’affaire. Il est aujourd’hui directeur du Centre d’intelligence et de recherche de l’Université du Texas, aux États-Unis.

Dave Dickson a également perdu son procès contre la police de Vancouver. Il poursuit ses projets sociaux pour aider les femmes et les toxicomanes du Downtown Eastside.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings