Les meurtres sur la Colonial Parkway – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Les meurtres sur la Colonial Parkway

Plus de 30 ans après et toujours aucune piste

Entre 1986 et 1989, l’artère Colonial Parkway en Virginie a servi de terrain de chasse à un tueur en série. Le tueur responsable des meurtres perpétrés sur la Colonial Parkway s’en prenait à des couples assis dans leur véhicule, chaque incident emportant deux vies à la fois. La mort de six personnes est confirmée. Un autre couple est toujours porté disparu et présumé mort.

Habituellement une région tranquille et pittoresque des États-Unis, les meurtres de la Colonial Parkway restent l’un des plus grands mystères de tueur en série du pays. La personne responsable de ces meurtres brutaux est toujours en liberté aujourd’hui.

Colonial Parkway

La Colonial Parkway est une voie de communication de 35 km de long qui croise trois points du Triangle historique de Virginie ; Jamestown, Williamsburg, et Yorktown.

Un ou plusieurs tueurs en série ont parcouru la Colonial Parkway à la fin des années 80.
Un ou plusieurs tueurs en série ont parcouru la Colonial Parkway à la fin des années 80.

Connue pour ses paysages idylliques et ses monuments historiques, la Colonial Parkway offre un spectacle à couper le souffle à tous les passants. Pendant la journée, la traverser en voiture est une expérience agréable et sans effort, mais la route peut être beaucoup plus intimidante la nuit.

De longs tronçons de la route sont dépourvus de réverbères ou de feux de circulation, ce qui rend la randonnée pénible pour les conducteurs inexpérimentés. Parfois, de jeunes amoureux se garent le long de ces tronçons de route isolés et plongés dans l’obscurité.

 

Les premiers meurtres : Rebecca Dowski et Cathy Thomas

Le 9 octobre 1986 : Cathy Thomas, 27 ans, diplômée de l’Académie navale des États-Unis, et sa petite amie Rebecca Dowski, 21 ans, étudiante en dernière année à William et Mary, ont été vues pour la dernière fois sur le campus.

Le 12 octobre 1986, un joggeur aperçoit une Honda Civic blanche garée sur la rive du fleuve au Cheatham Annex Overlook à Williamsburg, en Virginie. Le véhicule avait quitté le sentier battu pour s’enfoncer dans des arbustes épais et denses, à quelques mètres seulement d’une chute de 5 m de haut dans la rivière York. Le joggeur a supposé qu’un conducteur ivre avait pu accidentellement faire une embardée à cet endroit.

Les premières victimes des meurtres de Colonial Parkway étaient Cathy Thomas (à gauche) et Rebecca Dowski (à droite).
Les premières victimes des meurtres de Colonial Parkway étaient Cathy Thomas (à gauche) et Rebecca Dowski (à droite).

Il a appelé les autorités, qui ont découvert que ce n’était pas du tout un conducteur ivre. À l’intérieur, ils ont trouvé les corps sans vie de Rebecca Dowski, 21 ans, et de Cathleen « Cathy » Thomas, 27 ans, un couple de Virginie qui avait disparu depuis trois jours.

Le Oct. 12, 1986, deux corps ont été retrouvés dans une Honda Civic près de Colonial Parkway dans le comté de York, le premier des "meurtres de Parkway".
Le 12 Oct. 1986, deux corps ont été retrouvés dans une Honda Civic près de Colonial Parkway dans le comté de York, le premier des « meurtres de Parkway ».

Cathy Thomas, diplômée de l’Académie navale américaine, et Rebecca Dowski, étudiante à l’Université de William et Mary, avaient une relation amoureuse. Le corps de Cathy gisait dans le hayon tandis que celui de Rebecca était sur le siège arrière. Très peu de sang a été trouvé dans le véhicule, indiquant que le meurtre a eu lieu ailleurs.

Le rapport d’autopsie a montré que Dowski et Thomas ont tous deux été étranglés, attachés avec une corde, et ont eu la gorge tranchée. Le tueur a tenté d’incinérer les corps et le véhicule avec de l’essence, mais n’y est pas parvenu.

La scène a été immédiatement étiquetée comme un double homicide. Mais comme il n’y avait aucune preuve d’agression sexuelle et que rien n’avait été volé aux victimes, les forces de l’ordre ont eu du mal à trouver un mobile.

Les seconds meurtres : David Knobling et Robin Edwards

Ce n’est que 11 mois plus tard que le tueur de la Colonial Parkway frappera à nouveau. Le 21 septembre 1987, un policier en patrouille découvre un véhicule sur la rive de la rivière James en Virginie. La zone en question était connue pour être un coin à amoureux, il était donc fréquent de trouver des voitures garées sur le bord de la route.

David Knobling (G) et Robin Edwards (D).
David Knobling (G) et Robin Edwards (D).

Cependant, l’officier a trouvé la Ford Ranger noire avec les deux portes ouvertes, la fenêtre du conducteur partiellement baissée, le moteur en marche, la radio en marche et les essuie-glaces toujours en marche. Un portefeuille était posé sur le tableau de bord. Il n’y avait personne à l’intérieur – seulement une pile de vêtements pliés, y compris des sous-vêtements d’hommes et de femmes. Le véhicule appartenait à un vendeur de Virginie, David Knobling.

Ford Ranger noire de David
Ford Ranger noire de David

Ce n’est que deux jours plus tard, le 23 septembre, qu’un joggeur découvre ce qu’il croit être un paquet de vêtements échoué sur la berge de la rivière James. En regardant de plus près, il a découvert qu’il s’agissait du corps d’une jeune fille, qui avait été rejetée sur le rivage par la marée.

Après avoir appelé les autorités, le corps a été identifié comme étant celui de Robin Edwards, 14 ans. À une centaine de mètres de là, la police a trouvé le corps de David Knobling, 20 ans, également échoué sur la rive.

Quelqu’un a tiré sur Robin dans la tête, façon exécution. David a subi le même sort, mais il a reçu des blessures par balle supplémentaires à l’épaule. Les deux corps étaient partiellement vêtus. Edwards a été retrouvé avec son jean défait et son soutien-gorge autour du cou.

Bien que Robin soit mineure et que David ait une petite amie enceinte, on pense que les deux ont une relation amoureuse.

Les circonstances étant similaires au double homicide de l’année précédente, la police a rapidement fait le lien entre les deux crimes. Mais en raison du manque de preuves et de pistes, la piste s’est refroidie.

Les étudiants disparus : Richard Call et Cassandra Hailey

Environ sept mois plus tard, le 10 avril 1988, deux étudiants de l’université Christopher Newport ont disparu. Richard Call, 20 ans, et Cassandra Hailey, 18 ans. Ils avaient leur premier rendez-vous ce soir-là, mais aucun des deux n’est rentré chez lui..

Les corps de Richard "Keith" Call et Cassandra Hailey n'ont jamais été retrouvés.
Les corps de Richard « Keith » Call et Cassandra Hailey n’ont jamais été retrouvés.

Le lendemain, la Toyota Celica rouge 1982 de Richard a été retrouvée près du York River Overlook, le long de la Colonial Parkway. La portière côté conducteur de Call était ouverte et son portefeuille et le sac de Cassandra étaient à l’intérieur. Il n’y avait personne à l’intérieur. Les enquêteurs ont trouvé deux piles de vêtements et certains de leurs effets personnels. La police a confirmé par la suite qu’il s’agissait des mêmes vêtements que Richard et Cassandra portaient la nuit de leur disparition.

Toyota Celica rouge de 1982 de Richard
Toyota Celica rouge de 1982 de Richard

Les chiens de la police ont suivi l’odeur des deux étudiants jusqu’au rivage de la rivière York, mais ils sont toujours portés disparus à ce jour. La théorie la plus répandue est que leurs corps ont été emportés par le courant de la rivière. Cependant, certains enquêteurs sont réticents à attribuer les disparitions de Richard et Cassandra au Colonial Parkway Killer.

Quatrième couple : Annamarie Phelps et Daniel Lauer

Le 5 septembre 1989, un autre jeune couple de Virginie, Daniel Lauer, 21 ans, et la petite amie de son frère, Annamaria Phelps, 18 ans, ont disparu. Entre-temps, les autorités ont rapidement fait le lien entre les meurtres précédents, d’autant plus que Phelps et Lauer correspondaient aux profils d’autres victimes récentes.

Les victimes du tueur de la Colonial Parkway : Daniel Lauer (G) et la petite amie de son frère, Annamarie Phelps (D).
Les victimes du tueur de la Colonial Parkway : Daniel Lauer (G) et la petite amie de son frère, Annamarie Phelps (D).

Dans les 24 heures, les responsables des transports ont découvert la Chevy Nova de Daniel abandonnée sur l’aire de repos de la I-65 à New Kent. Bizarrement, la voiture faisait face à la direction opposée de la destination présumée de Daniel, Virginia Beach. Les portes côté conducteur et côté passager n’étaient pas verrouillées et les clés étaient toujours sur le contact.

Chevy Nova de Daniel
Chevy Nova de Daniel

Plus étrange encore, la police a trouvé des taches de terre et d’herbe sur le dessous du véhicule, ce qui suggère que la voiture a récemment traversé les bois. Les enquêteurs ont trouvé cela suspect, car Daniel n’avait aucune raison de quitter la I-64 pour s’engager dans une zone herbeuse. La théorie la plus répandue est que quelqu’un d’autre que Daniel a conduit le véhicule et l’a abandonné à son emplacement actuel.

Pendant six semaines, les corps de Daniel et Annamaria sont restés introuvables. Mais le 19 octobre 1989, deux chasseurs sont tombés sur les restes squelettiques de ces deux personnes à la sortie de l’Interstate 64 entre Richmond et Williamsburg, à environ trois kilomètres de la décharge de la voiture de Daniel. Une couverture électrique prise dans le véhicule de Daniel recouvrait les corps décomposés.

En raison du niveau de décomposition des deux corps, les médecins légistes n’ont pas pu déterminer la cause de la mort des deux victimes. Cependant, Annamarie souffrait de multiples coups de couteau à l’abdomen, ce qui pourrait être ce qui l’a tuée. La police suppose que Daniel est mort de la même façon. Cette preuve est la première lacération trouvée sur une victime potentielle du Colonial Parkway Killer.

Victimes non confirmées : Lollie Winans et Julianne Williams

Certains suggèrent que deux femmes tuées des années plus tard sont les dernières victimes du tueur.

Certains pensent que Julianna (Julie) Williams (G) et Lollie Winans (D) sont les dernières victimes du tueur de Colonial Parkway.
Certains pensent que Julianna (Julie) Williams (G) et Lollie Winans (D) sont les dernières victimes du tueur de Colonial Parkway.

Lollie Winans et Julianne Williams, un couple de Virginie, ont disparu fin mai 1996. Leur disparition est survenue sept ans après le dernier meurtre connu de Colonial Parkway. Le couple s’est aventuré dans le parc national de Shenandoah lors d’une excursion de camping et a été vu vivant pour la dernière fois par un garde forestier le 24 mai.

Le 1er juin, un autre garde forestier a trouvé les corps de Lollie et Julianne. Les deux ont eu la gorge tranchée au point d’être presque décapités. Les femmes ont été attachées avec du ruban adhésif, bâillonnées et déshabillées. Lollie gisait morte dans leur tente. Les gardes forestiers ont trouvé Julie Williams avec son sac de couchage à environ 10 mètres de là, près d’un talus.

Un prédateur sur la promenade

Au cours de l’été 2010, certains membres de la famille de la victime ont chargé un détective privé du nom de Steven Spingola de se pencher sur l’affaire Parkway. M. Spingola, ancien inspecteur de la brigade criminelle de Milwaukee, s’est forgé une excellente réputation en résolvant de nombreuses affaires de meurtre tout au long de sa carrière. Après sa retraite, il est devenu journaliste d’investigation.

Steven Spingola pense que plus d'un tueur est responsable de ces meurtres.
Steven Spingola pense que plus d’un tueur est responsable de ces meurtres.

Les recherches de Spingola ont donné lieu à des conclusions intéressantes. Sa première et plus importante conclusion est que plusieurs personnes ont commis les meurtres de la Colonial Parkway. Il a estimé que le premier double meurtre de Cathleen Thomas et Rebecca Dowski était un crime haineux, perpétré par une personne ayant des préjugés contre les couples de lesbiennes.

De plus, Spingola a déclaré que les meurtres de Knobling-Edwards et de Lauer-Phillips pourraient résulter d’une tentative de vol qui aurait mal tourné. Il pense également que la personne qui a commis les homicides de Thomas et de Dowski est également responsable des meurtres de Lollie Winans et de Julianne Williams en 1996.

Les conclusions de M. Spingola sont disponibles sur Amazon dans sa petite brochure intitulée Predators on the Parkway.

La note de Phelps

Sans piste à suivre, l’affaire est restée au point mort pendant les années 90 et le début des années 2000. Mais en 2010, l’enquête a repris grâce à un élément de preuve nouvellement découvert.

Dans l’appartement d’Annamaria Phelps, les membres de la famille ont découvert une note écrite par Phelps dans les jours précédant sa mort. Le mémo, prétendument traité en 1989 mais rejeté comme sans importance, révèle que Phelps avait prévu de rencontrer quelqu’un sur une aire de repos le long de la I-64.

La note révélait la date et l’heure de la réunion et indiquait que la personne conduirait une camionnette bleue. Des chasseurs de dindons ont trouvé les corps d’Annamarie Phelps et de Daniel Lauer à environ un kilomètre de la destination mentionnée dans la note.

Les Suspects

La complexité des meurtres de Colonial Parkway a rendu difficile pour la police la création d’un profil du délinquant et donc la réduction du nombre de suspects.

Les causes de décès incluent la strangulation, les coups de feu et les coups de couteau. Il n’y avait aucune preuve de cambriolage ou d’agression sexuelle dans aucun des cas. Le tueur a (probablement) conduit les véhicules de ses victimes loin des lieux du crime. Étant donné l’interconnexion de la Colonial Parkway, il était presque impossible de déterminer l’emplacement de l’auteur de l’attentat.

Le seul schéma qui a pu être déterminé est que les victimes étaient toutes des couples le long d’un même tronçon de route de 35 Km.

Cependant, les autorités ont identifié plusieurs suspects dans ces meurtres.

Darrell Rice

En 1997, la police a identifié un suspect potentiel dans l’affaire Winans-Williams, Darrell Rice.

Rice, 29 ans, avait un passé violent. La police l’avait arrêté pour tentative d’homicide par véhicule après avoir tenté d’enlever une femme de Virginie. À l’intérieur de son véhicule, la police a trouvé des entraves pour mains et pour jambes. Les mêmes que sur la scène de crime de Winans-Williams l’année précédente.

Darrel Rice est interviewé par un journaliste.
Darrel Rice est interviewé par un journaliste.

Les antécédents de Rice et sa franche obsession pour la pornographie faisaient de lui un bon candidat pour les meurtres de Winans-Williams et les autres meurtres de Colonial Parkway. En outre, Rice s’était rendu dans le parc national de Shenandoah la même semaine que Winans et Williams en 1996.

Alors qu’elle ne disposait que de preuves indirectes, la police a inculpé Rice du meurtre de Winans et Williams en 2002 (alors qu’il purgeait simultanément sa peine de prison pour l’enlèvement manqué et la tentative d’homicide). Cependant, aucune des preuves physiques trouvées sur Winans ou Williams ne correspondait à Rice en aucune façon.

En 2004, Rice a été acquitté des accusations de meurtre. Le FBI a également affirmé qu’il n’était pas un suspect dans les meurtres de Parkway.

Fred Atwell

En 2009, un ancien adjoint du shérif nommé Fred Atwell a déclaré que le FBI le considérait comme un suspect dans les meurtres.

Atwell, shérif adjoint de la police du comté de Gloucester pendant les meurtres de Parkway, a dénoncé le laxisme du FBI dans l’enquête. Un photographe du bureau local du FBI à Norfolk a transmis des photos de scènes de crime de Parkway à une société de sécurité pour l’aider à s’instruire. Atwell a déclenché une tempête à propos de cet incident grave.

 

L'ancien shérif adjoint Fred Atwell a été félicité pour avoir relancé l'intérêt pour les meurtres non résolus, mais son passé douteux et son intérêt inhabituel pour l'affaire ont fait sourciller certains.
L’ancien shérif adjoint Fred Atwell a été félicité pour avoir relancé l’intérêt pour les meurtres non résolus, mais son passé douteux et son intérêt inhabituel pour l’affaire ont fait sourciller certains.

Lorsque Atwell a porté cette question à la connaissance des médias, le FBI a relancé l’enquête sur les meurtres et a rapidement trouvé qu’Atwell était un suspect viable. Bien qu’Atwell n’ait pas enquêté sur les meurtres lorsqu’il était shérif adjoint, l’affaire l’a intéressé. Il est également apparu qu’Atwell avait un passé douteux.

Avant de devenir adjoint en 1981, la police a arrêté Atwell pour plusieurs cambriolages dans le comté de Gloucester. Il avait déjà purgé un long séjour en prison. Peu de temps après être devenu un suspect en 2010, Atwell a tenté de voler une femme dans le comté de Roanoke, en Virginie, en prétendant être sans abri et avoir désespérément besoin d’argent.

En 2011, Atwell a escroqué des membres de la famille des victimes. Certains membres de la famille ont mis de l’argent en commun pour financer une enquête privée sur les meurtres. Atwell a utilisé l’argent pour créer une fausse tombola d’un véhicule pour aider les membres de la famille. Il a plaidé coupable pour avoir obtenu de l’argent sous un faux prétexte.

Atwell est décédé derrière les barreaux en 2018. Son implication dans les meurtres de Parkway reste un mystère.

Timothy Ervin Trivett

Le suspect Timothy Ervin Trivett, arrêté par la police d’État du Maryland pour usurpation d’identité policière et diverses charges liées aux armes à feu près de Baltimore le 16 juin 2019.

Timothy Ervin Trivett, 54 ans, de Yorktown, a été arrêté sans incident sur l’Interstate 695 et accusé de s’être fait passer pour un agent de police et de plusieurs charges liées aux armes de poing, a indiqué la police.

Juste avant 20 h 30. Vendredi, un agent de la police d’État du Maryland a repéré une Chevrolet 2012 noire et blanche sur la boucle extérieure de l’I-695 à l’intersection de Green Spring Avenue à Baltimore. La voiture, équipée de feux clignotants bleus et blancs, tentait d’effectuer un contrôle routier sur une Honda Accord grise, a indiqué la police.

Policier véreux, membre des forces armées ou agent de la CIA

Tout au long de l’enquête, une théorie prédominante était que l’auteur était (ou se faisait passer pour) un policier.

Étant donné que plusieurs des véhicules découverts dans l’affaire avaient leurs fenêtres partiellement baissées, cela suggère que les victimes ont pu se conformer à une demande d’arrêt et de fouille. De plus, la police a trouvé plusieurs portefeuilles de victimes laissés sur le tableau de bord.

Une autre théorie, plus farfelue, est qu’un membre de l’U.S Army est le tueur de la Colonial Parkway. La théorie se fonde sur les nombreuses bases militaires situées le long de la route de la promenade.

En outre, plusieurs des scènes de crime se trouvaient à quelques kilomètres de Camp Peary, un camp d’entraînement pour les nouvelles recrues de la CIA. Toutefois, cette rumeur n’est pas fondée.

Autres victimes possibles

Selon certaines hypothèses, les premières victimes du tueur en série auraient été Michael Margaret (21 ans) et Donna Hall (18 ans). Un dentiste à la retraite a trouvé leurs corps le 21 août 1984, à côté de la Jeep de Mike dans une zone boisée près du complexe d’appartements Kings Crossing à Richmond, en Virginie. Michael et Donna ont reçu de multiples coups de couteau et ont été égorgés sans motif apparent.

Photo de la scène de crime de la Jeep de Mike Margaret. La porte du passager était ouverte, et les clés étaient toujours sur le contact.
Photo de la scène de crime de la Jeep de Mike Margaret. La porte du passager était ouverte, et les clés étaient toujours sur le contact.

Brian Craig Pettinger a été vu pour la dernière fois dans un club de danse de Hampton. Son corps a été retrouvé en février 1987 dans une zone marécageuse de la James River à Suffolk, VA.

Laurie Ann Powell (18 ans) a été portée disparue le 8 mars 1988, après avoir marché sur la route 614 en direction de la route 17 dans le comté de Gloucester. Le 2 avril 1988, quelqu’un a repéré son corps flottant dans la rivière James. Elle avait de multiples coups de couteau dans le dos.

Un mystère non résolu

Malgré une résurgence des meurtres de la Colonial Parkway vers 2010, l’affaire n’a pas progressé depuis. Selon les autorités, la police a identifié environ 130 suspects au cours des trois dernières décennies, dont beaucoup font encore l’objet d’une enquête.

Comme l’a dit l’agent :

« Ce qui a fait ressortir ces meurtres, c’est leur complexité. »

Revenez en arrière et regardez l’ensemble du spectacle macabre… Soit il y avait plusieurs tueurs, soit le loup solitaire était plutôt habile et élastique, changeant et modelant sans cesse son mode opératoire. à la logistique du lieu et à cet ensemble particulier de proies. Toutes les victimes avaient des origines et des caractéristiques démographiques différentes, ce qui rendait leur profil incroyablement difficile à établir.

Toutes les victimes ont été tuées avec des méthodes différentes (coups de couteau, strangulation, blessure par balle). Aucun d’entre eux n’avait été volé ou agressé sexuellement, ce qui a laissé les enquêteurs perplexes quant au motif qui aurait pu être à l’origine de ces meurtres. Enfin, l’envergure du tueur et l’étendue géographique de sa folie rendent presque impossible l’établissement d’un point de prolifération à partir duquel travailler, d’une zone à surveiller activement.

En décembre 2009, l’agent spécial en charge du FBI Norfolk Field Office Alex J. M. Turner a déclaré que les empreintes digitales et les traces de preuves relevées sur les scènes de crime seront soumises à des tests utilisant les dernières avancées en matière de tests de laboratoire médico-légaux. M. Turner n’a pas été en mesure de fournir une date à laquelle ces tests seraient terminés, mais il a déclaré qu’ils accélèrent les examens.

Un ancien profiler sur l’affaire a déclaré que les meurtres ont manifestement cessé et qu’il y a deux possibilités :

« Ils sont soit morts, soit en prison », a-t-il dit. « Les gens comme ça ne s’arrêtent pas. »

En 2018, il a été révélé que des preuves provenant de trois des scènes de crime étaient en cours d’analyse ADN. Il n’y a eu aucune mise à jour au cours des deux années qui ont suivi cette annonce. Le ou les auteurs responsables de ces meurtres insensés restent inconnus. Seul le temps dira si les membres de la famille des victimes trouveront un jour la paix.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings