Albert Fish – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Albert Fish

le Vampire de Brooklyn

Né le 19 mai 1870, à Washington, DC, de Randall et Ellen Fish, Hamilton Howard «Albert» Fish avait plusieurs noms: le Brooklyn Vampire, le Loup-garou de Wysteria, le Grey Man. Petit, calme et sans prétention, il avait un visage qui se fondait dans la foule et une vie privée qui aurait effrayé même les criminels les plus endurcis.

Enfant, Fish était en proie à une maladie mentale – tout comme un certain nombre de membres de sa famille. Non seulement son frère était dans un asile, mais son oncle avait reçu un diagnostic de manie – tandis que sa mère avait régulièrement des hallucinations visuelles.

Son père avait 75 ans au moment de la naissance de Fish et est décédé alors qu’Albert n’avait que cinq ans. Sa mère veuve n’avait pas les ressources nécessaires pour s’occuper d’Albert et de ses trois frères et sœurs seuls et les a laissés avec un orphelinat public. C’est là qu’il a conçu une passion pour la douleur.

Son père fut capitaine « de bateau de rivière », puis en 1870 devint fabricant d’engrais. Il mourut d’une attaque cardiaque en 1875 à Washington D.C.. Les registres du cimetière du Congrès déclarent que Randall est décédé le et a été enterré le dans la tombe numéro R96/89. Sa femme, Ellen, contrainte de trouver un emploi, ne fut plus en mesure de s’occuper d’Albert, et le plaça dans un orphelinat où il fut fréquemment puni, fouetté, battu et où, selon ses dires, il découvrit le plaisir de la souffrance physique, ses camarades eurent aussi l’idée de mettre le feu à la queue d’un cheval. Cet incident marque beaucoup l’enfance d’Albert. Lorsqu’il quitte l’orphelinat à l’âge de 7 ans, le sadomasochisme l’attire :

« J’ai toujours eu envie d’infliger de la douleur aux autres, et que les autres me fassent aussi souffrir. Toute ma vie, j’ai adoré tout ce qui faisait mal ».

De retour chez sa mère, il fait une chute grave alors qu’il grimpe dans un arbre, il en ressent des vertiges, des maux de tête, un bégaiement tenace et continue d’uriner au lit, ses camarades se moquent de lui. C’est à cette époque qu’il souhaita être appelé Albert afin d’échapper au surnom de Ham & Eggs (Jambon et Oeuf) qui lui fut attribué à l’orphelinat où il passa la plupart de son enfance. Son frère aîné Walter lui montre des dessins d’hommes et de femmes dénudés et lui raconte des histoires d’aventures avec des cannibales. Albert, lui, est subjugué par ces fausses histoires. Il oblige son frère à lui répéter constamment ces histoires dont il rêve la nuit. Il se met ainsi à suivre les rubriques criminelles dans les journaux

St. John's Home for Boys, un orphelinat situé sur les avenues Albany et St. Mark's, où Albert Fish a passé une grande partie de son enfance. © Bibliothèque publique de Brooklyn
St. John’s Home for Boys, un orphelinat situé sur les avenues Albany et St. Mark’s, où Albert Fish a passé une grande partie de son enfance. © Bibliothèque publique de Brooklyn

Les gardiens de l’orphelinat battaient régulièrement les enfants et même occasionnellement encourageaient les enfants à se faire du mal. Mais tandis que les autres enfants vivaient dans la peur des punitions douloureuses, Fish s’en délectait.

«J’y étais jusqu’à presque neuf ans, et c’est là que j’ai mal commencé».

«Nous avons été fouettés sans pitié. J’ai vu des garçons faire beaucoup de choses qu’ils n’auraient pas dû faire.»

Il en est venu à apprécier et à associer la douleur au plaisir, qui se transformait plus tard en gratification sexuelle. Lorsque sa mère est devenue mentalement stable et suffisamment autonome financièrement pour le ramener à la maison en 1880, elle l’a retiré de l’orphelinat. Mais le mal était déjà fait.

Fish a non seulement continué à administrer ses propres coups, mais a commencé une relation malsaine avec un jeune télégraphiste en 1882. L’enfant l’a initié aux pratiques sexuelles de l’urolagnie et de la coprophagie, la consommation de déchets humains.

Finalement, ses tendances sadomasochistes l’ont conduit à une obsession de l’automutilation sexuelle. Il enfonçait régulièrement des aiguilles dans son aine et son abdomen et se fouettait avec une pagaie cloutée.

Une radiographie du bassin d'Albert Fish, montrant 29 aiguilles incrustées dans la zone. © Wkimedia Commons
Une radiographie du bassin d’Albert Fish, montrant 29 aiguilles incrustées dans la zone. © Wkimedia Commons

En 1890, Albert Fish part s’installer à New York, où il dit être devenu prostitué, ses crimes contre les enfants ont commencé. Il passe ses week-ends à la piscine ou aux bains publics pour regarder les jeunes garçons. C’est à cette époque qu’il a commencé à violer de jeunes garçons, crime qu’il continua à perpétrer après que son mariage fut arrangé par sa mère, en 1898 avec Anna, de neuf ans sa cadette. Le couple aura six enfants : Albert, Anna, Gertrude, Eugène, John et Henry Fish. Elle le quitte après vingt ans de mariage, il se remariera trois fois illégalement. Il est devenu de plus en plus curieux de la douleur des autres et n’a pas perdu de temps après avoir déménagé à New York pour en savoir plus. Il a commencé à se prostituer et à agresser de jeunes garçons, qu’il attirait hors de chez eux pour les violer et les torturer. Une pagaie cloutée était son arme préférée.

Fait remarquable, en 1898, Fish a épousé une femme à laquelle sa mère lui avait présenté et a engendré six enfants avec elle. Bien qu’il n’ait jamais violemment abusé des siens, Fish a continué à violer et à torturer d’autres enfants tout au long de leur enfance.

En 1910, alors qu’il travaillait comme peintre en bâtiment dans le Delaware, Fish rencontra Thomas Kedden. Fish et Kedden ont commencé une relation sadomasochiste, bien qu’on ne sache pas à quel point Kedden a réellement consenti.

Seulement 10 jours après leur première rencontre, Fish a attiré Kedden dans une ferme abandonnée sous le prétexte d’une gâterie. Quand Kedden est arrivé, cependant, il s’est retrouvé enfermé à l’intérieur. Pendant les deux semaines suivantes, Fish a torturé Kedden.

Fish commença à entendre des voix

En 1917, Fish avait du mal à dissimuler les symptômes d’une maladie mentale grave, ce qui poussa sa femme à le quitter pour un autre homme,John Straube. L’automutilation de Fish a augmenté par la suite, en pressant de plus en plus d’aiguilles dans son aine, en enfonçant de la laine recouverte de liquide plus léger dans son anus – et en y mettant le feu. Il a également commencé à avoir des hallucinations auditives.

Fish a commencé à enseigner à ses propres enfants des jeux étranges et étrangement sadomasochistes, avant de développer une obsession pour le cannibalisme. En tant que précurseur de la consommation de chair humaine, il a commencé à manger de la viande crue – des repas qu’il invitait souvent ses enfants à partager.

En 1919, son obsession pour la torture et le cannibalisme l’avait amené à envisager le meurtre. Il a commencé à chercher des enfants vulnérables, tels que des orphelins intellectuellement handicapés ou des enfants noirs sans-abri – des jeunes qui, selon lui, ne manqueraient pas.

À l’âge de 55 ans, Fish eut des délires et des hallucinations, Dieu lui commandant de torturer et de castrer des petits garçons. Les médecins dirent qu’il souffrait de « psychose religieuse ». Il se marie également en 1930 avec Estella Wilcox, pour divorcer une semaine plus tard.

Lors de son arrestation, le détective prend pitié des enfants de Fish. En effet, il connaît des difficultés financières et n’a pas d’emploi. Il leur donne un dollar pour qu’ils puissent aller s’acheter de quoi manger. Fish aimait beaucoup ses cinq petits enfants mais cet amour est marqué par un côté pervers comme en témoigne cette lettre adressée à sa petite fille Mary Nicols :

Découvertes des crimes

Le porte-parole de la police admet qu’Albert Fish a été interrogé à plusieurs reprises sur des disparitions d’enfants, mais qu’il n’a jamais été vraiment suspecté.

« C’était de la routine, il avait l’air tellement inoffensif… »

« Cet homme n’est pas fou, pas dangereux pour la société, de prime abord, même s’il présente une personnalité psychopathe à caractère sexuel… »

On ne sait pas exactement combien de victimes il a à son actif. Lui-même en a avoué une centaine aux enquêteurs. Bien qu’il n’ait été jugé que pour seize crimes prouvés, le juge d’instruction chargé de son dossier considérait ce chiffre comme hautement probable.

Son psychiatre de l’époque, le Dr Fredric Wertham, avec qui Albert Fish noua des relations de confiance, pense que ce nombre dépassait 400, ce qui ferait de lui le criminel ayant fait le plus de victimes.

Les journaux se déchaînent :

« Pas dangereux, cet homme qui se promène en hurlant : Heureux soit celui qui prend ces petits enfants pour leur fracasser le crâne à coup de pierre »

ou

« Il faut que je sacrifie des enfants, comme Abraham son fils Isaac, pour me faire pardonner mes péchés. »

Billy Gaffney la disparition de trop

Un enfant nommé Billy Gaffney jouait devant la maison de ses parents, à Brooklyn, avec son ami, Billy Beaton, le 11 février 1927. Tous deux disparurent, seul fut retrouvé l’ami, sur le toit de la maison. Lorsqu’on l’interrogea sur ce qui était arrivé au petit Gaffney, celui-ci répondit que « le Croque-mitaine l’a pris ».

Peter Kudzinowski fut tout d’abord suspecté d’être l’assassin du garçon. Puis, Joseph Meehan, machiniste pour le tramway de Brooklyn, vit une photographie de Fish dans un journal, ce qui lui permit de l’identifier comme étant l’homme qui, le jour de l’enlèvement, tentait de calmer un petit garçon assis à côté de lui, dans le tramway. Le garçon ne portait pas de veste, pleurait sa mère et fut traîné dans et hors du tramway par l’homme. La police fit concorder la description du petit garçon avec celle de Billy Gaffney. Son corps ne fut jamais retrouvé. La mère de l’enfant, se rendit à Sing Sing afin d’obtenir auprès de Fish plus de détails sur la mort de son fils.

Jugement et condamnation

Le jugement d’Albert Fish pour le meurtre prémédité de Grace Budd s’ouvrit le , White Plains, New York, avec le juge Frederick P. Close, le vice-procureur de la République, Elbert F. Gallagher, pour l’accusation. James Dempsey assura la défense de Fish. Le jugement dura 10 jours. Fish plaida la folie, et déclara qu’il entendait la voix de Dieu lui demandant de tuer des enfants. Plusieurs psychiatres attestèrent de son fétichisme sexuel, celui-ci incluant la coprophilie, l’ondinisme, la pédophilie et le sado-masochisme, mais ils furent en désaccord, à savoir si ses activités signifiaient qu’il était fou. L’expert témoin de la défense, Fredric Wertham, psychiatre ayant étudié le développement des enfants, dirigea les expertises psychiatriques pour la cour criminelle de New York ; il affirma que Fish était aliéné. Un autre témoin de la défense, Mary Nicholas, belle-fille de Fish, alors âgée de 17 ans. Elle décrira comment celui-ci lui enseigna, à elle et à ses frères et sœurs un « jeu » impliquant le masochisme et la molestation. Albert Fish obligeait ainsi ses enfants et petits enfants à participer à certain de ses « jeux » tel que « Buck-Buck, How many hands up » : Fish se déshabillait complètement puis se mettait à quatre pattes, leur donnait des bâtons et leur demandait de s’asseoir sur son dos. Ils devaient avec leur doigt montrer un chiffre entre un et dix. S’il ne devinait pas (ce qui arrivait à chaque fois), ils devaient le frapper autant de fois avec le bâton que le chiffre choisi. Leur mère était presque toujours présente lors de ces jeux, qui se poursuivaient tous les soirs pendant environ une heure.

Il y avait aussi « Sack of Potatoes over » Fish était aussi en caleçon il les faisaient grimper sur ses épaules et ils devaient se laisser glisser le long de son dos tout en le griffant avec leur ongles. Une fois Albert voulut qu’ils y jouent avec des aiguilles en dessous de leur ongles mais ils durent arrêter car cela leur faisait trop mal. Le jury estima qu’il était sain et coupable, et le juge le condamna à la peine de mort.

Francis X. McDonnell

Après sa condamnation, Fish confessa le meurtre de Francis X. McDonnell, huit ans, qu’il tua à Staten Island. McDonnell jouait en face du porche de sa maison non loin de Port Richmond, le . Sa mère vit un « vieil homme » marcher tout en serrant et desserrant ses poings. Il passa sans rien dire. Plus tard le jour même, le vieil homme fut aperçu à nouveau, mais cette fois-ci observant McDonnell et son ami jouer. Le corps du jeune garçon fut retrouvé dans des bois, près du lieu où un voisin remarqua le « vieil homme » prenant l’enfant plus tôt dans l’après-midi. Il avait été agressé et étranglé avec ses bretelles.

Son dernier repas fut du poulet rôti qu’on lui servit désossé pour éviter une tentative de suicide. En effet, quelques mois plus tôt il s’était tailladé les veines à l’aide d’un os de T-bone steak.

Fish arriva en , et fut exécuté le , sur la chaise électrique à Sing Sing. Il entra dans la salle à 23h06 et la mort fut prononcée 3 minutes plus tard. Il fut enterré au cimetière de la prison. Il est tenu pour avoir dit que l’électrocution serait « le tressaillement suprême de ma vie » Juste avant que le commutateur ne fut actionné, il déclara « Je ne sais même pas pourquoi je suis là », s’accordent à dire les témoins présents. Il fallut deux décharges électriques avant que Fish ne meure, ce qui contribua à la légende de l’appareil se mettant en court-circuit, à cause des aiguilles que Fish s’était insérées auparavant dans le corps.

Albert Fish (au centre) après avoir été arrêté par le détective William F. King (à gauche).
Fish (au centre) après avoir été arrêté par le détective William F. King (à gauche).

Premières agressions et enlèvements

Victimes connues
  • Francis X. McDonnell, 8 ans,
  • Emma Richardson, 5 ans,
  • Billy Gaffney, 4 ans,
  • Grace Budd, 10 ans,
Victimes présumées
  • Yetta Abramowitz, 12 ans, 1927
  • Robin Jane Liu, 6 ans, 2 mai 1931
  • Mary Ellen O’Connor, 16 ans, 15 février 1932
  • Benjamin Collings, 17 ans, 15 décembre 1932

Fish a été appréhendé le 13 décembre 1934 et jugé pour l’enlèvement et le meurtre de Grace Budd. Il a été condamné et exécuté par chaise électrique le 16 janvier 1936, à l’âge de 65 ans. Ses crimes ont été dramatisés dans le film de 2007 The Grey Man, avec Patrick Bauchau dans le rôle de Fish.

Fish affirmerait lors de son procès et dans des écrits ultérieurs que Dieu lui parlait, lui ordonnant de torturer et de consommer de jeunes enfants. Avant de mourir, Albert Fish a écrit un compte rendu détaillé de tous ses crimes pour son avocat, qui n’a jamais partagé les écrits parce qu’ils étaient tout simplement trop horribles.

«Il m’a fallu 9 jours pour la manger.» – Une lettre tordue du célèbre cannibale Albert Fish à la mère de sa victime

Le 25 mai 1928, Albert Fish a lu une annonce dans le journal qui a été publiée par un jeune homme nommé Edward Budd, puis il a décidé qu’il assassinerait Budd. Fish, alors violeur et meurtrier accompli, a rendu visite à la famille de Budd sous prétexte de lui offrir un travail. Mais quand il a rencontré sa sœur de 10 ans, Grace, Fish a décidé de changer sa victime.

Ce qui suit est la lettre que Fish a envoyée anonymement à la mère de Grace Budd après avoir tué et mangé la petite fille. C’est ce document qui a finalement conduit à l’arrestation du meurtrier.

«Ma chère Mme Budd,

En 1894, un de mes amis a embarqué comme matelot sur le paquebot Tacoma, le capitaine John Davis. Ils ont navigué de San Francisco à Hong Kong, Chine. En arrivant là-bas, lui et deux autres sont allés à terre et se sont saoulés. Quand ils sont revenus, le bateau était parti.

A cette époque, il y avait une famine en Chine. La viande de toute nature était de 1 à 3 dollars la livre. Les souffrances des très pauvres étaient si grandes que tous les enfants de moins de 12 ans étaient vendus pour se nourrir afin d’empêcher les autres de mourir de faim. Un garçon ou une fille de moins de 14 ans n’était pas en sécurité dans la rue. Vous pouvez aller dans n’importe quel magasin et demander un steak, des côtelettes ou de la viande à ragoût. Une partie du corps nu d’un garçon ou d’une fille serait mise en évidence et ce que vous vouliez en être coupé. Le derrière d’un garçon ou d’une fille, qui est la partie la plus douce du corps et est vendu sous forme de côtelettes de veau, rapporte le prix le plus élevé.

Jean y resta si longtemps qu’il acquit le goût de la chair humaine. À son retour à New York, il a volé deux garçons – un 7, un 11. Il les a emmenés chez lui, les a déshabillés, les a attachés dans un placard, puis a brûlé tout ce qu’ils avaient. Plusieurs fois, jour et nuit, il leur donnait une fessée – les torturait – pour que leur viande soit bonne et tendre.

Tout d’abord, il a tué le garçon de 11 ans, parce qu’il avait le cul le plus gros et bien sûr le plus de viande dessus. Chaque partie de son corps était cuite et mangée sauf la tête, les os et les tripes. Il a été rôti au four (tout son âne), bouilli, grillé, frit et cuit. Le petit garçon était le suivant, et il est allé de même. À cette époque, je vivais au 409 E. 100 St. Il m’a dit si souvent à quel point la chair humaine était bonne, et j’ai décidé de la goûter.

Le 3 juin 1928, je vous ai rendu visite au 406 W. 15 St. et vous ai apporté du fromage en pot et des fraises. Nous avons déjeuné. Grace s’assit sur mes genoux et m’embrassa. J’ai décidé de la manger.

Sous prétexte de l’emmener à une fête, vous avez dit oui, elle pouvait y aller. Je l’ai emmenée dans une maison vide de Westchester que j’avais déjà choisie. Quand nous sommes arrivés, je lui ai dit de rester dehors. Elle a cueilli des fleurs sauvages. Je suis monté à l’étage et j’ai enlevé tous mes vêtements. Je savais que si je ne le faisais pas, j’aurais son sang sur eux.

Quand tout était prêt, je suis allé à la fenêtre et l’ai appelée. Puis je me suis caché dans le placard jusqu’à ce qu’elle soit dans la pièce. Quand elle m’a vu toute nue, elle s’est mise à pleurer et a essayé de descendre les escaliers en courant. Je l’ai attrapée et elle a dit qu’elle le dirait à sa maman.

D’abord, je l’ai déshabillée. Comment elle a donné des coups de pied, des morsures et des griffes. Je l’ai étouffée à mort, puis je l’ai coupée en petits morceaux pour que je puisse apporter la viande dans mes chambres, la cuisiner et la manger. Comme son petit cul était doux et tendre rôti au four. Il m’a fallu 9 jours pour manger tout son corps. Je ne l’ai pas baisée, même si j’aurais pu si je l’avais souhaité. Elle est morte vierge.

Qu’en est-il de l’histoire de sa lettre malade?

L’histoire du capitaine Davis et de la famine chinoise n’a jamais été corroborée, mais la description de la mort de Grace Budd était exacte. La police a utilisé les informations sur le papier de papeterie que Fish a utilisé pour le localiser et le détenir. Fish n’a jamais nié le crime. Il a été exécuté par la chaise électrique en 1936 dans le centre correctionnel de Sing Sing à New York.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings