Le mystére du Dahlia noir – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Le mystére du Dahlia noir

La mort macabre d’Elizabeth Short, 22 ans, a dérouté les enquêteurs de Los Angeles à la fin des années 1940 et est restée un sujet d’intrigue dans les décennies qui ont suivi.

Vers 10 heures du matin. Le 15 janvier 1947, Betty Bersinger poussait sa fille dans une poussette dans le quartier de Leimert Park, à South Los Angeles, lorsque quelque chose attira son attention au milieu des mauvaises herbes et des terrains vagues.

Le corps d’une femme nue, coupé à la taille, gisait juste à côté du trottoir, la blancheur austère de sa peau étant compensée par des cheveux noirs de jais et des déformations comme les entailles creusées de chaque côté de sa bouche.

Bersinger s’est précipité chez un voisin pour appeler la police, déclenchant une frénésie qui a englouti plusieurs divisions de la police de Los Angeles et les journalistes des journaux de la ville qui se livrent une concurrence acharnée, et a jeté les bases de ce qui est devenu l’une des affaires non résolues les plus célèbres du pays.

Son identité a été déterminée grâce à l’aide d’un ancien télécopieur.

L’autopsie a révélé que la victime avait péri à la suite de coups répétés au visage et de la perte de sang qui s’en est suivie, de la bissection du torse et d’autres mutilations, du moins, survenues après sa mort.

Pour ce qui est de son identification, un rédacteur de l’Examiner a suggéré d’envoyer ses empreintes digitales par le biais du service « Soundphoto » du journal. – un ancien télécopieur – à un bureau de Washington, D.C., où ils pouvaient être relayés au FBI. Dans la soirée du 16 janvier, les autorités avaient établi une correspondance entre les empreintes et celles d’Elizabeth Short, 22 ans, qui travaillait auparavant sur une base de l’armée en Californie et avait déjà été arrêtée pour consommation d’alcool par des mineurs.

Un appel téléphonique à la mère de Short, dans le Massachusetts, a permis d’en savoir plus sur ses antécédents, tandis que des enquêtes menées dans la ville voisine de Long Beach ont permis de découvrir l’accroche qui a fait la une des journaux : La victime était connue par ses connaissances comme le « Dahlia noir ». un clin d’œil à son goût pour les robes noires et au film policier Le Dahlia bleu de l’année précédente.

Le tueur a nargué les enquêteurs en envoyant les objets personnels de sa victime par courrier.

Semblant progresser dans l’affaire, les enquêteurs ont appréhendé un vendeur marié, Robert « Red ». Manley, qui a rencontré Short à San Diego et l’a déposée à l’hôtel Biltmore de L.A. le 9 janvier, date de sa dernière apparition. Manley a ensuite identifié l’une des chaussures de la victime et un sac à main trouvé près de la scène du crime, mais ses alibis ont été vérifiés et il a été innocenté.

Fin janvier, une enveloppe étiquetée avec des mots découpés et la phrase « Le paradis est là ! ». est arrivé au bureau de l’examinateur. À l’intérieur se trouvait une collection de documents personnels de Short, dont son certificat de naissance, sa carte de sécurité sociale et un carnet d’adresses portant le nom de « Mark Hansen ». sur la couverture.

La police a retrouvé la trace d’environ 75 hommes du livre, dont la plupart n’avaient que brièvement rencontré son propriétaire, ainsi que celle de Hansen, un propriétaire de boîte de nuit prospère. Hansen a confirmé que Short s’était écrasé chez lui, une explication qui correspondait à son profil en devenir de vagabond qui comptait sur la sympathie des autres, et il a également été rapidement rayé de la liste des suspects.

Pendant ce temps, les autorités se sont retrouvées à passer au crible les lettres du tueur présumé, à écouter de faux aveux et à suivre d’autres crimes potentiellement liés, notamment le « Red Lipstick Murder ». de février 1947, mais se retrouvent inévitablement à la case départ.

Une tentative ratée de forcer une confession a conduit à une enquête du grand jury.

Une nouvelle piste est apparue l’année suivante lorsque l’ancien L.A. Leslie Dillon, résidente en Floride, a contacté la police au sujet d’une connaissance qui pourrait avoir assassiné Short.

Croyant que Dillon est le véritable tueur avec un dédoublement de personnalité, le psychiatre de la police de Los Angeles, le Dr. Joseph Paul De River l’a attiré dans l’ouest du pays et a demandé aux membres de la fameuse « brigade des gangsters » de la police de l’air et de l’eau de l’ouest de l’Angleterre d’intervenir. le détenir pour lui extorquer des aveux. Le stratagème, décidément illégal, a été découvert lorsque Dillon a réussi à faire passer un mot sur sa situation par la fenêtre, tandis que son ami suspect imaginaire s’est avéré être tout à fait réel (et innocent).

La mésaventure a conduit Dillon à intenter un procès à la ville et à lancer une enquête du grand jury en 1949, qui a examiné les efforts des forces de l’ordre et les preuves toujours non concluantes. Le jury s’est dissous sans inculper de suspect, et l’année suivante, le mystère Short était jeté à la dérive dans le monde des affaires classées.

Le meurtre est devenu un sujet littéraire populaire

Pendant que ses dossiers prenaient la poussière, la saga du Dahlia noir a pris un nouveau souffle dans le monde littéraire. True Confessions (1977) de John Gregory Dunne, librement inspiré du meurtre, a été suivi par The Black Dahlia (1987) de James Ellroy, les récits fictifs mais convaincants de ces ouvrages et d’autres encore renforçant certains mythes peu flatteurs sur la vie personnelle de Short.

Une nouvelle génération d’écrivains a rapidement révélé ses liens personnels avec l’affaire, à commencer par Janice Knowlton, dont le livre Daddy Was the Black Dahlia Killer (1995) a été largement critiqué. L’ancien inspecteur de la police de Los Angeles Steve Hodel a présenté un argument plus convaincant dans Black Dahlia Avenger : The True Story (2003) après avoir découvert que son père, George, avait été un suspect dans cette affaire. Un autre chercheur, Larry Harnisch, a cependant fait des trous dans ses évaluations, et la crédibilité de Hodel a été mise à mal lorsqu’il a également affirmé que son père était le tueur du Zodiaque.

L’auteur britannique Piu Eatwell a ensuite tenté de résoudre l’affaire avec le livre Black Dahlia, Red Rose, paru en 2017, qui revient sur les preuves contre Dillon et sur la possibilité d’une dissimulation par la police de Los Angeles. Avec Hodel et Harnisch parmi ceux qui ont contesté ses conclusions, le livre a confirmé que le Saint Graal des mystères noirs continuerait à susciter la controverse, attirant un public fasciné même s’il a résisté à tous les efforts pour obtenir une résolution définitive.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings