Paranormal

La maison du démon de Zack Bagans

Après avoir acheté une maison prétendue hantée anonymement au téléphone, l’enquêteur du paranormal Zak Bagans et son équipe s’apprêtent à faire face aux forces démoniaques qui les attendent à la résidence, surnommée par certains des habitants «le portail de l’enfer», ou encore «la maison au 200 démons»

La famille impliquée dans l’affaire était composée de Latoya Ammons, de ses 3 enfants et de la mère d’Ammons, Rosa Campbell. Des phénomènes étranges ont commencé rapidement et sont devenus monnaie courante au cours des prochains mois. La famille entendait souvent le bruit des pas qui montaient sur les marches du sous-sol et le son de la porte menant de la cuisine à l’ouverture du sous-sol.

Même lorsque la porte était verrouillée, on entendit un craquement. Les bruits de pas deviendraient bientôt des empreintes de pas alors que Rosa Campbell se réveillerait une nuit pour trouver la silhouette sombre de l’homme dans sa chambre. Campbell a sauté de son lit et la silhouette fantôme a disparu, laissant derrière elle de grandes empreintes de pas mouillées.

Les événements à la maison ont fait un bond spectaculaire le 10 mars. Il était environ 2 heures du matin, la famille dormait normalement, mais un être cher était décédé et la famille et les amis sont restés rassemblés à la maison Ammons. Ammons se rendit dans la chambre de sa mère où se trouvaient sa fille de 12 ans et une amie. En entrant dans la pièce, Ammons se mit à crier. D’autres dans la maison ont rapidement couru dans la chambre et ont tous vu la fille d’Ammons en lévitation au-dessus du lit. Le groupe a commencé à prier et la fille apparemment inconsciente s’est lentement abaissée sur le lit. La fille se réveilla bientôt et n’avait aucun souvenir de ce qui s’était passé.

Ammons et Campbell ne savaient pas trop à quoi ils avaient affaire mais savaient qu’ils avaient besoin d’aide. Ils ont contacté plusieurs églises, mais une seule a semblé vouloir écouter leur histoire. Après une visite à la maison, l’église les informa que la maison avait de l’alcool et devait être nettoyée à l’eau de Javel et à l’ammoniac. Ammons a également contacté des médiums qui pensaient que la maison était pleine de pervers, affirmant que la maison abritait plus de deux cents esprits et démons.

Les femmes suivirent la plupart des instructions qui leur étaient données pour débarrasser la maison des démons et de tout ce qui pouvait être dans la maison, y compris la construction d’un autel sous l’escalier du sous-sol. Le seul conseil qu’ils n’ont pas suivi était de déménager, ce n’était pas une option pour des raisons financières. Trois jours après le nettoyage de la maison, les démons revinrent de manière terrifiante.

Latoya Ammons 3 enfants ont commencé à afficher de nouveaux comportements et de fret. Sa fille de 12 ans allait plus tard raconter aux enquêteurs qu’elle était retenue et étranglée par une force invisible et qu’elle serait morte dans vingt minutes. Le garçon de 7 ans a été retrouvé assis dans un placard et parlait à un être invisible. Quand il a demandé à qui il parlait, il a répondu que c’était un petit garçon qui lui parlait de «ce que c’est que d’être tué». Les enfants ont également commencé à afficher une apparence étrange. Ammons a déclaré que leurs yeux s’agrandiraient, qu’ils parleraient avec des voix très profondes et qu’ils avaient «des sourires diaboliques».

Craignant pour sa sécurité, Ammons a emmené les enfants voir leur médecin de famille, Geoffrey Onyeukwu. Le médecin a examiné toutes les personnes impliquées et, selon ses notes, il pensait que la famille souffrait de délires et d’hallucinations. La situation est ensuite devenue chaotique lorsque la fillette de 7 ans a commencé à grogner et à maudire le Dr Onyeukwu.

Le garçon sembla alors se lever du sol avant de s’écraser contre un mur comme s’il avait été jeté. Les deux garçons ont perdu connaissance et n’ont pas pu être réanimés. Le 911 a été appelé. Les deux hommes ont été emmenés à l’hôpital méthodiste où ils se sont réveillés. La fillette de 9 ans semblait aller bien, mais la fillette de 7 ans hurlait et se débattait violemment. Il aurait fallu 5 personnes pour le retenir.

Le département des services à l’enfance de l’Indiana a été appelé et a envoyé l’enquêteur Valerie Washington pour faire le rapport initial sur l’affaire. Dans le cadre de l’enquête, Latoya Ammons a subi un examen psychologique et s’est avérée «saine d’esprit». C’est pendant l’interview de Washington par Ammons que le jeune garçon de 7 ans a commencé à grogner, ses yeux se sont révoltés et frère autour du cou et a commencé à l’étouffer. Il a refusé de lâcher prise et le personnel de l’hôpital a dû lâcher ses mains. Il se faisait tard mais l’événement le plus bizarre de la journée n’avait pas encore eu lieu.

Washington était sur le point de commencer à rédiger son premier rapport sur l’affaire Ammons lorsqu’elle a décidé de parler à nouveau avec les deux fils d’Ammons. Les deux garçons ainsi que Rosa Campbell, Valerie Washington, l’infirmière Willie Walker et d’autres membres du personnel médical se sont rendus dans une petite salle d’examen. Presque immédiatement, le jeune garçon a commencé à regarder son frère aîné et a déclaré: «Il est temps de mourir» et «Je vais te tuer.» En réponse, le garçon de 9 ans a «un sourire diabolique» sur le visage et sous le regard de tous il a semblé « glisser » sur le sol jusqu’au mur. Il a ensuite marché à reculons le long du mur et sur le plafond, renversant la tête de Campbell et se posant sur ses pieds.

Valerie Washington avait toutes les informations dont elle avait besoin pour son rapport. Les médecins ont décidé que l’enfant de 7 ans serait retenu à l’hôpital la nuit. La mère du garçon est restée avec lui tandis que Rosa Campbell a emmené les 2 autres enfants avec des parents. Le lendemain, toute la famille était de retour à l’hôpital pour fêter ça, c’était l’anniversaire de 7 ans. Ce n’était toutefois pas une occasion heureuse, car Latoya Ammons a appris que DCS avait déménagé pour assurer la garde urgente de ses enfants. L’enfant le plus jeune a été envoyé pour une évaluation psychologique plus approfondie, tandis que les deux enfants plus âgés ont été placés dans un foyer temporaire à Gary.

Sortant de ces temps les plus sombres, espère. Un aumônier de l’hôpital méthodiste, au courant de l’histoire bizarre de la famille Ammons, a appelé un ami. L’appel a été lancé le 20 avril 2012 et a été adressé au père Michael Maginot, curé de la paroisse Saint Steven Martyr de Merriville, dans l’Indiana. Le chaplin pensait que l’enfant de 9 ans qui marchait contre le mur, ainsi que d’autres phénomènes observés à l’hôpital, auraient pu indiquer que le garçon était possédé.

Seulement deux jours après avoir reçu l’appel, le père Maginot s’est rendu chez Ammons, rue Carolina, et a passé 4 heures à interviewer Ammons et Campbell. Tandis que là, le p. Maginot a vu les preuves des tentatives passées des familles pour débarrasser la maison du mal. L’autel que les médiums avaient demandé à Ammons de construire était toujours sous les marches du sous-sol et le sel était éparpillé autour de la maison. Fr. Maginot bénit la maison et partit convaincu qu’il y avait un vrai mal impliqué dans l’affaire. Il a également convaincu Ammons et Campbell qu’il n’était plus sûr de rester dans la maison située rue Carolina et les deux ont accepté de rester chez des parents.

Le 10 mai, l’enquête officielle sur l’affaire s’est poursuivie à la maison Ammons. Le groupe réuni comprenait Ammons, Campbell, le p. Maginot, plusieurs officiers de police et Samantha Illic, assistante sociale au DCS. Illic a été chargée d’enquêter sur la famille après que Valerie Washington eut refusé de travailler sur l’affaire. Latoya Ammons n’entrerait pas dans la maison alors Rosa Campbell a conduit le groupe dans la maison. Police et p. Maginot était intéressé par la zone située sous l’escalier du sous-sol où Ammons avait construit l’autel. C’était la seule zone du sous-sol qui n’était pas recouverte de béton. La police a creusé plusieurs pieds sans rien trouver d’intéressant et la visite s’est déroulée sans incident.

En approfondissant l’histoire d’Ammons, le p. Maginot en vint à la conclusion que c’était la mère, Latoya Ammons, qui était possédée par les démons. Même si le plus jeune enfant avait des problèmes mentaux et émotionnels, tous les enfants semblaient être contrôlés par Ammons et ses croyances religieuses zélées. Le père Maginot a ensuite abordé l’évêque Dale Melezek au sujet de la réalisation d’un exorcisme sur Ammons. Mgr Melezek n’avait jamais approuvé un exorcisme majeur, un exorcisme avec le soutien total de l’église, au cours de ses 21 années d’évêque et n’accorde pas au p. Demande de Maginot. Cependant, le prêtre pouvait et avait pratiqué un exorcisme mineur sur Ammons. Les résultats ont été inférieurs aux attentes et ont peut-être aggravé la situation.

Fr. Maginot a signalé l’exorcisme manqué à Mgr Melezek et a de nouveau demandé la permission d’effectuer un exorcisme majeur sur Ammons. A cette époque, le p. Maginot avait beaucoup plus d’informations sur ce qui se passait à Latoya Ammons. Le plus choquant fut son affirmation selon laquelle Ammons était possédé par le puissant démon Beelzebub, le seigneur des mouches, ainsi que par les capitaines et lieutenants des démons. À contrecoeur, l’évêque accorda la permission d’effectuer un exorcisme majeur sur Ammons. En tout Maginot a exécuté 3 exorcismes sur Latoya Ammons dans son église de Merriville. Les deux premiers ont été interprétés en anglais, le dernier, en juin 2012, en latin. Les exorcismes semblent avoir été efficaces et le p. Maginot a déclaré que Latoya Ammons était libre de toute possession démoniaque.

Après son exorcisme, Ammons a continué à travailler pour recouvrer la garde de ses enfants et en novembre, les enfants étaient rentrés chez eux avec leur mère. L’affaire DCS concernant la famille Ammons a été classée en février 2013. Selon le p. Maginot, la famille Ammons se porte bien et vit actuellement à Indianapolis.

En 2014, l’enquêteur paranormal Zak Bagans a acheté la maison pour 35 000 $ et l’a démolie en janvier 2016 après y avoir tourné un documentaire intitulé «Demon House», publié le 16 mars 2018. Steve Barton de Dread Central l’appelait «l’un des single documentaires les plus convaincants sur l’existence du surnaturel que j’ai jamais vu. » Noel Murray, critique du Los Angeles Times, a qualifié le film de «hooey».
La maison à était démolie mais les rites sataniques continuent à être pratiqués sur le terrain de l’ancienne maison.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.