Criminalité

Gertrude Baniszewski

La Fille d'à Côté - l'histoire vraie

L’affaire est unique en ce sens que, si Baniszewski a joué un rôle actif dans la mort de Likens, la majorité des actes de torture qui ont entraîné la mort de Likens ont été commis par les enfants adolescents de Baniszewski et d’autres enfants du voisinage.

Bien que Baniszewski ait donné des instructions aux enfants à plusieurs reprises, il a été découvert plus tard qu’ils avaient pris en main une grande partie de la torture de Likens, dans ce qui a été appelé plus tard le scénario de Sa Majesté des mouches devenu réalité. Lorsqu’elle a été condamnée pour meurtre au premier degré en 1965, l’affaire a été qualifiée de « pire crime perpétré contre un individu dans l’histoire de l’Indiana ».

La vie avant Sylvia Likens
Gertrude Van Fossan
Gertrude Van Fossan

Baniszewski est née Gertrude Van Fossan en 1929, la troisième de 6 enfants. On sait peu de choses sur son enfance, si ce n’est qu’elle partageait un lien extrêmement étroit avec son père mais avait une relation glaciale avec sa mère. La mort du père de Gertrude Baniszewski, en 1940, a creusé un fossé supplémentaire entre Gertrude et sa mère , la petite Baniszewski, âgée de 11 ans, a vu son père mourir d’une crise cardiaque soudaine.

Cinq ans plus tard, Gertrude Baniszewski a abandonné l’école à l’âge de 16 ans pour épouser le député John Baniszewski, âgé de 18 ans, avec qui elle a eu quatre enfants. John Baniszewski avait un tempérament instable et battait souvent sa femme parce qu’elle l’avait « embêté ». Ils sont restés ensemble pendant 10 ans avant de divorcer , Gertrude Baniszewski a obtenu la garde de leurs enfants.

Un an après le divorce, Gertrude Baniszewski a rencontré et épousé un homme du nom d’Edward Guthrie, qui a divorcé au bout de trois mois lorsqu’il en a eu assez de la présence de ses enfants. Peu de temps après, Gertrude et John Baniszewski se sont réconciliés et se sont remariés. Le couple est resté ensemble pendant 7 ans et a eu 2 autres enfants avant de divorcer définitivement en 1963.

À cette époque, Gertrude Baniszewski, alors âgée de 37 ans, entame une liaison et emménage avec un jeune homme de 23 ans, Dennis Lee Wright, qui abuse d’elle. Elle est tombée enceinte de lui deux fois, a fait une fausse couche (peut-être à la suite d’une agression de Wright) et a donné naissance à un enfant. Cet enfant – Dennis Jr. – sera le dernier de Baniszewski , en tout, elle a eu 7 enfants et subi 6 fausses couches.

Peu après la naissance de Dennis Jr., Dennis Wright Sr. a abandonné Baniszewski et a disparu. Elle s’est retrouvée pratiquement sans ressources, car Wright l’avait soutenue financièrement , elle était maintenant obligée de subvenir à ses besoins et à ceux de ses sept enfants en recevant occasionnellement une pension alimentaire de John Baniszewski, qui n’était pas fiable, et en faisant des petits boulots en ville, comme du baby-sitting ou de la lessive pour les autres.

Les problèmes financiers s’aggravent rapidement lorsque Baniszewski découvre que sa fille de 17 ans, Paula, est enceinte de trois mois après une aventure avec un homme marié d’âge moyen.

Paula Baniszewski
Paula Baniszewski

À cette époque, la santé de Baniszewski s’est considérablement dégradée , elle souffrait d’un certain nombre de maladies non identifiées, a cessé d’avoir une bonne hygiène et mangeait à peine , finalement, ces facteurs ont commencé à affecter son apparence extérieure, ce qui s’est traduit par une chute des cheveux, des yeux enfoncés et une apparence générale squelettique. Baniszewski a commencé à se présenter comme « Mme Wright », prétendant qu’elle avait en fait épousé Dennis avant qu’il ne l’abandonne, ce qui lui a permis de conserver une apparence de respectabilité.

Sylvia Likens

En juillet 1965, Paula Baniszewski retrouve une de ses amies, Darlene McGuire, qui lui présente deux nouvelles filles du quartier, Sylvia Marie Likens, 16 ans, et la jeune sœur de Sylvia, Jenny, 15 ans, qui doit marcher avec un appareil dentaire à cause de la polio. Paula a ramené les filles chez elles, au 3850 East New York Street, où elles buvaient du soda et écoutaient des disques.

Sylvia Likens
Sylvia Likens

La mère des filles Likens, Betty, était à l’époque en prison après avoir été arrêtée pour vol à l’étalage, ce qui laissait Sylvia s’occuper de sa sœur , Betty avait abandonné le père de Sylvia, Lester, et avait effectivement kidnappé leurs deux filles. Lorsque Paula apprend la situation des filles, elle propose à Sylvia et Jenny de passer la nuit chez elle.

Le lendemain, Lester Likens arrive en ville, après avoir retrouvé sa femme. Il rencontre McGuire, qui reconnaît la description que Lester a faite de ses filles et qui le dirige vers la maison des Baniszewski.

Lorsque Lester Likens arrive, Baniszewski se présente comme « Mme Wright ». Ils ont entamé une conversation au cours de laquelle l’idée est venue que Gertrude pourrait accueillir Sylvia et Jenny comme pensionnaires , il avait parlé avec sa femme à la prison du comté, où ils s’étaient réconciliés et avaient accepté de parcourir le circuit des carnavals des États-Unis comme forains.

Personne ne sait encore si Baniszewski ou Lester lui a suggéré de mettre les filles en pension , finalement, Lester a accepté de laisser les enfants aux soins de Baniszewski pour 20 $ par semaine. Lester n’a pas inspecté la maison avant de partir , s’il l’avait fait, il aurait découvert que la maison de Gertrude n’avait ni cuisinière ni micro-ondes , qu’il n’y avait assez de lits que pour la moitié des personnes présentes dans la maison , que les seules choses que Gertrude gardait dans son garde-manger étaient du pain et des craquelins , que la plupart des surfaces de la maison étaient recouvertes d’une épaisse couche de saleté , et qu’il n’y avait assez d’assiettes et d’ustensiles de table que pour trois personnes.

Les premiers abus des Likens

La première semaine de la vie de Sylvia et Jenny au foyer Baniszewski s’est relativement bien passée. Elles sont allées au lycée et ont assisté aux fonctions sociales des adolescents avec les enfants Baniszewski ainsi qu’à l’église avec Gertrude Baniszewski le dimanche.

Jenny Likens
Jenny Likens
Sylvia Likens
Sylvia Likens

Cependant, lorsque le paiement de 20 $ de Lester n’est pas arrivé, Baniszewski a piqué une crise de colère, criant aux filles :  » Je me suis occupée de vous deux pour rien !  » avant de les forcer à s’allonger sur son lit avec leurs jupes et leurs sous-vêtements autour des chevilles pendant que Baniszewski leur frappait les fesses. Peu de temps après, Lester et Betty Likens sont venus en ville pour voir les filles , aucun d’eux n’a fait référence aux coups, probablement sous la menace de Baniszewski.

La semaine suivante, Sylvia et Jenny ont fouillé dans les poubelles du quartier, ramassant de vieilles bouteilles de Coca-Cola qu’elles vendaient afin d’obtenir de l’argent pour acheter des bonbons. Lorsqu’elles sont rentrées à la maison avec les bonbons, Baniszewski les a accusées d’avoir volé , lorsque Sylvia a expliqué comment elle avait obtenu les bonbons, Baniszewski l’a accusée de mentir et l’a fait se pencher sur son lit comme auparavant pendant qu’elle la frappait sur les fesses avec une pagaie.

Peu de temps après, les enfants Baniszewski sont venus voir Gertrude Baniszewski après une fête religieuse et lui ont dit qu’ils étaient dégoûtés par la quantité de nourriture qu’ils avaient vu Sylvia manger.

Baniszewski a dit à Sylvia qu’elle était furieuse que cette dernière fasse quelque chose pour ruiner son apparence physique, et a forcé la fille à manger un hot-dog rempli de condiments , lorsque Sylvia a vomi, Baniszewski l’a forcée à ramasser le vomi et à le dévorer. Peu de temps après, Lester et Betty Likens sont de nouveau venus en ville pour voir les filles , selon les instructions de Baniszewski, Sylvia n’a fait aucune allusion à l’incident du vomi.

Lester Et Betty Likens
Lester Et Betty Likens
La torture commence

L’incident qui semble avoir soit précipité, soit déclenché, soit coïncidé avec le déclin brutal de la stabilité mentale de Baniszewski se produit en août 1965 lorsqu’elle entend Sylvia dire qu’elle avait une fois laissé un garçon la peloter. Baniszewski s’est inexplicablement mise à proférer des obscénités, a accusé Sylvia d’être une prostituée, et a informé le reste de la maison que Sylvia était enceinte parce qu’elle avait laissé un garçon toucher son vagin. Baniszewski a ensuite attaqué Sylvia, lui donnant plusieurs coups de pied à l’entrejambe. Lorsque Sylvia a tenté de s’asseoir ensuite, Paula l’a jetée hors de la chaise et lui a dit :

Tu n’es pas faite pour t’asseoir sur une chaise.

A partir de là, Baniszewski n’a permis à Sylvia de s’asseoir sur une chaise qu’avec sa permission. À peu près à la même époque, Baniszewski a également commencé à autoriser ses enfants plus âgés à utiliser Sylvia comme une sorte de « jouet » vivant, les « jeux » allant des coups à être poussés dans les escaliers.

On ne sait toujours pas pourquoi l’histoire de Sylvia a rendu Baniszewski si furieuse. Certains pensent qu’elle voyait en Sylvia la beauté et l’opportunité du bonheur qui lui avaient échappé depuis longtemps, et qu’elle encourageait et participait à la dégradation et à la torture de Sylvia comme un acte de dégoût de soi.

D’autres ont émis l’hypothèse que la vie difficile et les conditions de vie actuelles de Baniszewski ont entraîné une rupture mentale. D’autres encore ont émis l’hypothèse que la violence contre Likens était une forme extrême de violence domestique, dans laquelle Baniszewski a dirigé sa rage sur Sylvia. Quoi qu’il en soit, Baniszewski a manifesté sa rage en justifiant ses attaques en accusant Likens d’être une prostituée, et en faisant d’étranges « sermons » à ses enfants et à Sylvia sur la saleté des prostituées et des femmes en général.

Le lendemain du jour où Baniszewski a donné un coup de pied à l’entrejambe de Sylvia, selon Jenny, en guise de vengeance, Sylvia et Jenny ont raconté à leurs camarades de classe qu’elles avaient vu Paula et Stephanie (la deuxième fille aînée de Baniszewski) avoir des relations sexuelles avec des garçons en échange d’argent.

Lorsque le petit ami de Stéphanie, âgé de 15 ans, Coy Hubbard, a découvert ce que Sylvia et Jenny avaient dit, il est venu chez les Baniszewski et a battu Sylvia. A partir de ce moment-là, Hubbard, encouragé par Baniszewski, s’est rendu fréquemment au domicile des Baniszewski, au cours duquel elle demandait au garçon de pratiquer son judo sur Sylvia.

C’est également à cette époque que Baniszewski a réussi à isoler la meilleure amie de Sylvia, Anna Sisco, âgée de treize ans, suffisamment longtemps pour la convaincre que Sylvia avait dit aux garçons de l’école que la mère d’Anna était une pute. Lorsque Baniszewski a emmené Anna voir Sylvia, celle-ci a dirigé Anna dans une violente attaque contre la jeune fille. Peu après, Baniszewski a dit à l’une des amies de Paula, une fille nommée Judy Duke, que Sylvia avait répandu des rumeurs sur sa mère, et a opposé les filles dans un combat à mains nues. Pendant le combat, Baniszewski a demandé à Jenny de frapper Sylvia. Lorsque Jenny refuse, Gertrude commence à la frapper au visage avec ses poings, jusqu’à ce que Jenny accepte finalement de frapper Sylvia.

Témoins

En août 1965, la maison vacante voisine de la résidence des Baniszewski a été achetée par un couple d’âge moyen nommé Phyllis et Raymond Vermillion. Phyllis, voyant le nombre d’enfants dont Baniszewski s’occupait, pensait que Baniszewski ferait une bonne gardienne pour ses deux jeunes enfants, et qu’elle aiderait également Baniszewski en la payant pour ses services.

Les Vermillions ont organisé un barbecue dans leur jardin afin que les deux familles puissent faire connaissance. Au cours du barbecue, Phyllis a remarqué que Sylvia se promenait dans la cour avec un œil noir prononcé , Paula a fièrement annoncé à Phyllis que c’était elle qui le lui avait donné. Puis, sous la supervision de Baniszewski, Paula s’est approchée de Sylvia avec un verre d’eau fumante et l’a jeté au visage de Sylvia. Aucun des deux Vermillions n’a signalé cet incident aux autorités.

Deux mois plus tard, Phyllis s’est rendue chez les Baniszewski pour emprunter quelque chose. Pendant les quelques minutes qu’elle y a passées, elle a remarqué que Sylvia errait comme dans un état d’hébétude, avec des lèvres gonflées et un œil noir qui s’était fermé. Pour montrer comment cela s’était produit, Paula a retiré sa ceinture et a commencé à frapper Sylvia avec devant Phyllis. Phyllis a de nouveau négligé de signaler quoi que ce soit aux autorités.

L’Escalade

A peu près au moment où Phyllis Vermillion a vu Paula battre Sylvia, cette dernière est rentrée de l’école et a dit à Baniszewski qu’elle avait besoin d’un survêtement pour le cours de gym. Lorsque Baniszewski a répondu à Sylvia qu’ils ne pouvaient pas se le permettre, Sylvia en a volé un à l’école. Baniszewski a interrogé Sylvia sur sa nouvelle tenue de sport, et a fini par la contraindre à se confesser.

Baniszewski est inexplicablement passée du sujet du vol de Sylvia à celui de la prostitution de Sylvia, et a jeté Sylvia au sol, où elle lui a donné plusieurs coups de pied à l’entrejambe avant de revenir une fois de plus au sujet du vol , pour « guérir » Sylvia de ses « doigts collants », Baniszewski a brûlé le bout de chacun des doigts de Sylvia avec une cigarette allumée.

Ensuite, elle a fait se pencher Sylvia pendant qu’elle la fouettait avec une ceinture. Après cet incident, les fumeurs de la maison Baniszewski ont commencé à déposer arbitrairement leurs cigarettes sur le corps de Sylvia pour lui rappeler de ne pas voler.

Quelque temps plus tard, Likens est sortie à nouveau pour vendre de vieilles bouteilles de soda pour de l’argent. Lorsqu’elle est rentrée chez elle, Baniszewski l’a accusée de prostitution. Baniszewski l’a emmenée dans le salon de sa maison et a forcé Sylvia à se déshabiller devant ses fils et plusieurs garçons du voisinage, sous la menace de battre Jenny. Une fois Sylvia entièrement nue, Baniszewski lui a tendu une bouteille de Coca Cola en verre, et l’a forcée à se masturber avec pour les garçons.

Le sous-sol de l’horreur

Après l’incident de la bouteille de Coca, Sylvia est devenue incontinente , en conséquence, Baniszewski a décidé qu’elle n’était plus apte à vivre avec des humains, et l’a enfermée dans la cave. L’absence de toilettes dans la cave obligeait Sylvia à déféquer et à uriner sur le sol. Lorsque Baniszewski a vu cela, elle a commencé un « régime de bain » pour « nettoyer » Sylvia, qu’elle a commencé à appeler « sale fille ».

Le « régime » consistait à remplir d’eau bouillante la baignoire à pattes de Gertrude, à lier les poignets et les chevilles de Sylvia, puis à l’y plonger. Ce régime était administré de manière arbitraire, parfois une ou plusieurs fois par jour, parfois pas du tout. Après les bains, Paula Baniszewski frottait des poignées de sel sur le corps nu de Sylvia.

Pendant cette période, Baniszewski a pris Ricky Hobbs, un garçon du quartier âgé de 14 ans, comme « assistant personnel » auprès de Sylvia. Hobbs, un étudiant d’honneur issu d’une famille de la classe moyenne sans antécédents judiciaires, a connu un soudain changement de personnalité lorsqu’il est devenu l’assistant de Baniszewski, suivant aveuglément tous les ordres qu’elle lui donnait , les journalistes criminels ont depuis émis l’hypothèse que Hobbs était l’amant de Baniszewski, et qu’elle avait séduit le garçon pour en faire son homme de main.

Les enfants de Baniszewski ont transformé Sylvia en une opportunité de gagner de l’argent, en faisant payer aux enfants du voisinage 5 cents pour qu’ils regardent Sylvia nue ou pour qu’ils la poussent dans les escaliers jusqu’au sous-sol, où elle était maintenant gardée quand elle n’était pas baignée ou exposée. Elle était constamment nue et rarement nourrie , lorsqu’elle était autorisée à manger, c’était d’une manière bizarre (comme dans le cas où Baniszewski insistait pour qu’elle mange de la soupe avec ses doigts).

Souvent, Baniszewski et son fils de douze ans, John Jr., obligeaient Sylvia à « nettoyer » le sous-sol en lui permettant de manger ses propres excréments, et lui donnaient un récipient dans lequel elle pouvait recueillir son urine, qu’elle devait ensuite boire.

Sauvé de justesse

À peu près à cette époque, Jenny a réussi à contacter la sœur aînée de Sylvia et elle, Diana, qui était mariée et avait sa propre famille. Jenny décrivait les horreurs qu’elle et Sylvia vivaient, et demandait à Diana de contacter la police pour qu’elle vienne les sauver. Diana ignore la lettre, croyant que Jenny est simplement mécontente d’être punie et qu’elle invente des histoires pour pouvoir venir vivre avec elle.

C’est également à cette époque que l’un des enfants du quartier qui était passé voir Sylvia, une jeune fille de douze ans nommée Judy Duke, rentre à la maison et dit à sa mère « qu’ils battaient et frappaient Sylvia ». La mère de la fille a répondu que c’était ce qui se passait quand quelqu’un était puni.

Peu de temps après, le révérend des Baniszewski, Roy Julian, leur a rendu visite dans le cadre d’un programme qu’il avait mis en place pour voir chacun de ses paroissiens à leur domicile. Pendant que lui et Baniszewski buvaient du café, elle s’est plainte à lui que Sylvia avait été un fardeau intense pour elle, affirmant que la jeune fille était une prostituée qui avait servi des hommes mariés et était tombée enceinte. Bien qu’à l’époque Paula Baniszewski soit enceinte de plusieurs mois, Gertrude Baniszewski insiste sur le fait que sa fille est vierge et que Sylvia tente de faire passer ses propres méfaits sur la pure Paula.

Baniszewski et le révérend ont prié pour le salut de Sylvia avant que le révérend ne parte. Lorsque le révérend est revenu quelques semaines plus tard, Paula a dit au révérend pendant les prières qu’elle avait « de la haine dans [son] cœur » pour Sylvia, ce à quoi Baniszewski a répondu que le contraire était vrai.

Peu de temps après, Diana est venue rendre visite à ses sœurs. Baniszewski a refusé de la laisser entrer dans la maison, lui disant d’abord que Lester l’avait contactée et lui avait demandé de ne pas laisser Diana entrer dans la maison. Lorsque Diana a remis en question cette décision, Baniszewski a menacé d’appeler la police et de la faire arrêter pour intrusion. Diana s’est cachée près de la maison jusqu’à ce qu’elle aperçoive Jenny à l’extérieur, puis elle s’est approchée d’elle. Jenny a dit à sa grande sœur qu’elle n’avait pas le droit de lui parler, puis elle s’est enfuie.

Inquiète, Diana a contacté les services sociaux. Lorsqu’une assistante sociale est arrivée au domicile, Baniszewski l’a informée qu’elle avait mis Sylvia à la porte de la maison parce qu’elle était physiquement impure et qu’elle se prostituait, et que Sylvia s’était depuis enfuie. Baniszewski a ensuite réussi à isoler Jenny suffisamment longtemps pour l’informer que si elle disait la vérité à l’assistante sociale, Jenny rejoindrait sa sœur nue dans la cave. Jenny a alors dit à l’assistante sociale que Sylvia avait effectivement fugué. L’assistante sociale retourne à son bureau, où elle rédige un rapport indiquant qu’il n’est plus nécessaire d’appeler au domicile des Baniszewski.

Meurtre

Le 20 octobre, Gertrude a appelé la police pour qu’elle vienne arrêter un garçon à son domicile. Robert Bruce Hanlon était un jeune du quartier qui prétendait que les enfants Baniszewski avaient volé des objets dans sa cave. Il s’était rendu chez lui plus tôt dans la soirée pour demander à Baniszewski de lui rendre ses affaires , devant son refus, il a tenté de se faufiler dans la maison pour les reprendre.

Phyllis Vermillion a vu Hanlon être embarqué à l’arrière d’une voiture de police et s’est approchée de la police pour parler en son nom, car elle avait entendu la dispute entre Baniszewski et Hanlon au sujet des objets volés. Vermillion n’a fait aucune mention de Sylvia pendant sa conversation avec la police.

Le 21 octobre, Baniszewski a demandé à John Jr, Coy et Stephanie de faire remonter Sylvia du sous-sol et de l’attacher à un lit, en disant à Sylvia que si elle pouvait retenir sa vessie pendant la nuit, elle serait autorisée à dormir à nouveau à l’étage.

Lorsque Baniszewski a examiné Sylvia le lendemain matin et a découvert qu’elle avait mouillé le lit, Baniszewski l’a fait s’habiller, puis l’a emmenée dans le salon, où elle a été une fois de plus obligée de faire un strip-tease pour ses fils et les garçons du quartier, et où Baniszewski a encore une fois forcé Sylvia à se masturber avec une bouteille de Coca Cola.

Lorsque Sylvia a terminé, elle a été autorisée à s’habiller. Au bout de quelques instants, à propos de rien, Gertrude a évoqué les mensonges de Sylvia à propos de Paula et Stéphanie, et a déclaré :

Tu as marqué mes filles au fer rouge, alors je vais te marquer au fer rouge.

Sylvia a été déshabillée de force, attachée et bâillonnée pendant qu’un des enfants de Baniszewski chauffait une aiguille à coudre avec une série d’allumettes. Lorsque l’aiguille était orange, Gertrude l’a utilisée pour graver et brûler la lettre « I' » et une partie de la lettre « M » dans le ventre de Sylvia. Elle a ensuite demandé à Ricky Hobbs de continuer à graver des lettres pour épeler la phrase « Je suis une prostituée et j’en suis fière ».

A un moment donné, Hobbs s’est arrêté et a demandé à Baniszewski, de manière confuse, d’épeler « prostituée » pour lui. Baniszewski l’a écrit sur un morceau de papier, et la gravure/brûlure a repris. Une fois le processus terminé, le tatouage – composé non seulement de la gravure proprement dite, mais aussi des brûlures au troisième degré laissées par la chaleur de l’aiguille – était tel que la chirurgie plastique moderne aurait été incapable de le corriger.

Satisfait, Baniszewski a quitté la pièce, laissant Sylvia attachée, bâillonnée et nue. C’est à ce moment-là que Ricky, Paula et Shirley, la fille de Baniszewski âgée de dix ans, ont décidé de faire un autre tatouage à Sylvia, un « S » au milieu de sa poitrine , les trois hommes se sont par la suite demandé s’ils avaient voulu que le « S » signifie « Sylvia » ou « Esclave », bien que cette dernière explication ait été considérée comme correcte.

Ricky a brûlé la courbe inférieure du « S » en Sylvia , il s’est ensuite étouffé, ou a changé d’avis, car il a alors ordonné à Jenny de venir sculpter la moitié supérieure. Bien que menacée, Jenny a refusé , Ricky a cédé et a ordonné à Shirley de terminer le tatouage. La jeune fille de onze ans s’est étouffée et a accidentellement gravé la courbe à l’envers, de sorte que le chiffre « 3 » est apparu sur la poitrine de Likens.

Baniszewski est alors revenu dans la pièce pour s’adresser à Sylvia, toujours ligotée et bâillonnée :

Que vas-tu faire maintenant, Sylvia ? Tu ne peux pas te marier maintenant, tu ne peux pas te déshabiller devant quelqu’un… Qu’est-ce que tu vas faire maintenant ?

Sylvia a été débarrassée de son bâillon pour s’adresser à Baniszewski. Elle a répondu :

Je suppose qu’il n’y a rien que je puisse faire. C’est là-dessus.

Hubbard a ensuite ramené Sylvia au sous-sol, où il l’a utilisée pour s’entraîner au judo pendant un certain temps avant de rentrer chez lui. Au milieu de la nuit, Jenny Likens s’est faufilée dans la cave pour rendre visite à sa soeur, où Sylvia lui a dit :

Je vais mourir. Je peux le dire.

Peu après la visite de Jenny, Baniszewski s’est inexplicablement rendu au sous-sol et a fait monter Sylvia à l’étage, en lui permettant de dormir dans l’un des lits. Elle a été autorisée à dormir jusqu’à midi le jour suivant, le 23 octobre, lorsque Baniszewski l’a réveillée , une fois Sylvia réveillée, Baniszewski et Stephanie l’ont emmenée dans la salle de bain et lui ont donné un bain chaud et savonneux.

Après le bain, Baniszewski et Paula ont habillé Sylvia, puis lui ont dicté une lettre, destinée à ressembler à une lettre de fugue adressée à ses parents. Pour des raisons inconnues, Baniszewski a dicté à Sylvia d’ouvrir la lettre « Cher M. et Mme Likens ». Les mots que Baniszewski a dictés sont :

Je suis allé avec un gang de garçons au milieu de la nuit. Et ils ont dit qu’ils me paieraient si je leur donnais quelque chose alors je suis monté dans la voiture et ils ont tous eu ce qu’ils voulaient… et quand ils ont eu fini, ils m’ont battu et ont laissé des plaies sur mon visage et sur tout mon corps.

Et ils ont aussi mis sur mon ventre, je suis une prostituée et fière de l’être.

J’ai fait à peu près tout ce que je pouvais faire pour mettre Gertie en colère et lui faire gagner plus d’argent qu’elle n’en a. J’ai démoli une nouvelle maison et j’ai fait de l’argent. J’ai déchiré un nouveau matelas et j’ai fait des petits pois dessus. J’ai aussi coûté à Gertie des factures de médecin qu’elle ne peut vraiment pas payer et j’ai rendu Gertie nerveuse et tous ses enfants.

Tout aussi étrangement que l’insistance de Baniszewski sur la salutation formelle, elle a demandé à Sylvia de ne pas la signer.

Après que Sylvia ait terminé la lettre, Baniszewski a commencé à élaborer un plan pour que John Jr. et Jenny emmènent Sylvia dans une décharge voisine et l’y laissent mourir. Lorsque Sylvia a entendu cela, elle a couru vers la porte d’entrée, mais dans son état émacié et mutilé, elle se déplaçait si lentement que Baniszewski a pu l’attraper juste au moment où elle atteignait la porte d’entrée et la ramener dans la maison.

Une fois que Baniszewski a installé Sylvia, elle l’a emmenée dans la cuisine et lui a fait des toasts. Sylvia a essayé de le manger mais a dit qu’elle ne pouvait pas avaler , Baniszewski a décroché la tringle à rideau de la cuisine et a frappé Sylvia dans la bouche avec. John a ensuite emmené Sylvia au sous-sol et l’a attachée pendant que Baniszewski préparait une assiette de crackers pour Sylvia. Lorsqu’elle a offert les crackers à Sylvia, cette dernière a répondu :

Donne-les au chien. Il a plus faim que moi.

Baniszewski a frappé Sylvia à plusieurs reprises dans l’estomac avant de la laisser dans la cave.

Le lendemain, le 24 octobre, Baniszewski est entrée dans la cave et a tenté de matraquer Sylvia , elle a d’abord essayé de la frapper avec une chaise, mais l’a ratée et l’a brisée contre le mur. Ensuite, elle a essayé de la frapper à la tête avec une pagaie, mais elle l’a balancée d’un arc si large qu’elle s’est retournée contre son propre visage, lui noircissant l’œil. Pour mettre fin à ce spectacle étrange, Hubbard est intervenu et a battu Sylvia sans connaissance avec un manche à balai.

Au cours de cette nuit, et jusqu’aux heures matinales du 25 octobre, Sylvia a battu le sol du sous-sol avec la partie creuse d’une pelle en fer. Des voisins diront plus tard qu’ils ont envisagé d’appeler la police, mais ont choisi de ne pas le faire.

Le 26 octobre, Baniszewski a exprimé son intention de donner un bain chaud à Sylvia. Stephanie et Ricky ont amené Sylvia à l’étage et l’ont allongée dans la baignoire toute habillée , ils l’ont sortie peu après lorsqu’ils ont réalisé qu’elle ne respirait pas. Stéphanie a pratiqué un massage cardiaque sur Sylvia, mais à ce moment-là, Sylvia était déjà morte.

Baniszewski a demandé à ses enfants de transporter le corps de Sylvia au sous-sol et de le déshabiller. Elle a ensuite dit à Hobbs de se rendre à une cabine téléphonique voisine et d’appeler la police (sa maison n’ayant pas de téléphone en état de marche).

Lorsque la police arrive, Baniszewski leur remet la lettre qu’elle a fait dicter à Sylvia , au milieu de l’agitation, Jenny Likens murmure à l’un des policiers :

Faites-moi sortir d’ici et je vous dirai tout

Cette déclaration, combinée à la découverte par la police du corps de Sylvia dans la cave, a incité les agents à arrêter Baniszewski, Paula, Stephanie, John, Hobbs et Hubbard pour meurtre. D’autres enfants du quartier présents à ce moment-là – Mike Monroe, Randy Lepper, Duke, et Siscoe – ont été arrêtés pour « blessure à une personne ».

Procès

Baniszewski, ses enfants, Hobbs et Hubbard sont détenus sans caution en attendant leur procès. Les charges contre Siscoe, Duke, Monroe, et Lepper ont été abandonnées. L’avocat de Stephanie obtient un procès séparé , avant qu’il ne puisse commencer, le procureur abandonne les charges de meurtre.

Pendant ce temps, l’autopsie de Sylvia Likens révèle plus de 100 brûlures de cigarettes sur son corps, en plus de diverses brûlures au deuxième et troisième degré, de graves contusions et de lésions musculaires et nerveuses. Dans son agonie, Sylvia s’est mordue les lèvres, les tranchant presque toutes. Sa cavité vaginale était presque fermée, bien qu’un examen du canal ait déterminé que son hymen était encore intact, discréditant largement – ainsi que l’absence de déchirure ou d’arrachement au rectum – les affirmations de Gertrude selon lesquelles Sylvia était une prostituée et réfutant complètement son insistance à dire qu’elle était enceinte. La cause officielle de la mort était un gonflement du cerveau, une hémorragie interne du cerveau et un choc.

L’affaire de l’Etat d’Indiana contre Gertrude Baniszewski, John Baniszewski, Paula Baniszewski, Ricky Hobbs et Coy Hubbard a débuté en mai 1966 , l’accusation a requis la peine de mort pour toutes les personnes impliquées, y compris John et Hobbs, qui avaient respectivement treize et quatorze ans à l’époque. Le procès de Paula est interrompu lorsqu’elle est emmenée d’urgence à l’hôpital pour donner naissance à l’enfant qu’elle et sa mère avaient insisté sur le fait qu’elle ne portait pas , en signe de solidarité, Paula nomme l’enfant Gertrude.

Les cas de Baniszewski et des enfants ont été exacerbés par le fait qu’ils étaient représentés par quatre avocats différents – un pour Baniszewski, un pour Paula, un pour Hobbs, et un pour Coy et John – qui travaillaient tous les uns contre les autres et essayaient de rejeter la faute sur les autres défendeurs, même s’ils étaient tous jugés ensemble.

L’avocat de Baniszewski a tenté de rejeter la faute sur les enfants, en la dépeignant comme faible, malade chronique et incapable d’empêcher ou de perpétuer les abus. Les avocats des enfants ont tenté de rejeter la faute sur Baniszewski et les autres enfants.

Certains des témoignages les plus préjudiciables contre Baniszewski sont dus à sa propre auto-incrimination , elle a raconté des histoires bizarres selon lesquelles Sylvia Likens était une prostituée du quartier et ses rendez-vous galants avec des hommes mariés d’âge moyen, et l’a accusée de déclencher fréquemment des bagarres à la maison. Pour corroborer le témoignage de Baniszewski, Marie, onze ans, a été appelée à la barre.

Dans un premier temps, Marie a soutenu tout ce que sa mère avait dit, jusqu’à ce que, lors du contre-interrogatoire, elle s’écrie soudain « Que Dieu me vienne en aide ! » avant d’admettre que tout ce qu’elle avait dit était un mensonge, et de raconter avec des détails crus et crus comment sa mère et ses frères et sœurs avaient torturé et assassiné Sylvia.

Le retournement choquant de la jeune fille contre sa propre famille est en grande partie responsable du verdict final : Baniszewski a été reconnue coupable de meurtre au premier degré. À la stupéfaction des citoyens d’Indianapolis, elle n’a pas été condamnée à la peine de mort, mais à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

Conséquences et décès
John Baniszewski Jr
John Baniszewski Jr

Paula Baniszewski a été condamnée pour meurtre au second degré , elle a fait appel et a obtenu un nouveau procès, mais avant qu’il ne commence, elle a conclu un accord de plaidoyer et plaidé coupable d’homicide volontaire. Elle a purgé trois ans de prison et a ensuite été libérée sur parole.

John Baniszewski, Hubbard et Hobbs ont chacun été reconnus coupables d’homicide volontaire et condamnés à dix-huit mois de détention dans un centre de détention pour mineurs. Lorsque Hobbs, alors âgé de dix-sept ans, a été libéré, la gravité de ses crimes avait été prise en compte et il a fait une dépression nerveuse , il a commencé à fumer des cigarettes à la chaîne, ce qui a gravement endommagé ses poumons lorsqu’il a eu vingt ans. À vingt et un ans, il était mort d’un cancer du poumon.

Coy Hubbard

Baniszewski fait appel, obtient un nouveau procès et est à nouveau déclarée coupable, mais cette fois, elle est condamnée à une peine de dix-huit ans à perpétuité. Au cours des dix-huit années suivantes, Baniszewski est devenue une prisonnière modèle, travaillant à l’atelier de couture et devenant une mère nourricière pour les jeunes détenues , lorsqu’elle a demandé sa libération conditionnelle en 1985, elle avait gagné le surnom de « maman » de la prison.

La nouvelle de l’audience de libération conditionnelle de Baniszewski a provoqué une onde de choc dans la communauté de l’Indiana. Jenny Likens et sa famille sont apparues à la télévision pour dénoncer Baniszewski , les membres de deux groupes de lutte contre la criminalité, Protect the Innocent et Society’s League Against Molestation, se sont rendus dans l’Indiana pour s’opposer à la libération conditionnelle de Baniszewski et soutenir la famille Likens, en lançant une campagne de piquetage sur les trottoirs.

Coy HubbardEn l’espace de deux mois, les groupes ont recueilli 4 500 signatures de citoyens de l’Indiana demandant que Baniszewski reste derrière les barreaux. En dépit de tout cela, Baniszewski a obtenu une libération conditionnelle. Au cours de l’audience, elle a fait les aveux suivants : »Je ne suis pas sûre du rôle que j’y ai joué… parce que je me droguais. Je ne l’ai jamais vraiment connue… Je prends l’entière responsabilité de ce qui est arrivé à Sylvia. »

Baniszewski est sortie de prison le 4 décembre 1985 et s’est rendue en Iowa sous le nom de Nadine Van Fossan. Elle y est morte d’un cancer du poumon en 1990. Le sort des enfants de Baniszewski reste largement inconnu. Paula Baniszewski a déménagé en Iowa et a pris une nouvelle identité , des rumeurs sur Internet prétendent qu’elle est toujours en vie et qu’elle vit dans une ferme quelque part dans la campagne de l’Iowa. Stephanie Baniszewski est devenue institutrice et a pris un nouveau nom.

John Baniszewski a changé son nom en John Blake et a travaillé comme chauffeur de camion avant de devenir agent immobilier et ministre laïc , il n’a plus jamais été arrêté. Il s’est marié, a eu trois enfants et a vécu dans l’anonymat. Il n’a refait surface que brièvement en 1998, à la suite du massacre de Jonesboro, pour parler pour la première fois du meurtre de Likens, déclarant qu’il assumait l’entière responsabilité de son rôle dans ce meurtre et qu’une peine plus sévère aurait été plus juste.

Vous pouvez voir le film basé sur cette histoire sur youtube:

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.