Dino Scala – Le violeur de la Sambre – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Dino Scala – Le violeur de la Sambre

Le «violeur de la Sambre» : les deux visages de Dino Scala, le prédateur sexuel aux 56 victimes

Le suspect, un ouvrier nordiste âgé de 57 ans, père de famille, a été arrêté lundi, dans sa voiture. Il a été mis en examen pour « viols et agressions sexuelles ».

C’est le dénouement d’une longue affaire, qui durait depuis près de trente ans. Un homme a été mis en examen, mercredi 28 février, pour des dizaines de viols et agressions sexuelles commis ces dernières années, dans le bassin de la Sambre (Nord). Le premier date de 1988 et l’homme a reconnu « une quarantaine » de victimes. Franceinfo revient sur ce que l’on sait de l’affaire.

Comment la police a-t-elle confondu le suspect ?

L’affaire a été relancée le 5 février dernier, alors « qu’une mineure qui se rendait à l’école le matin », a subi une agression sexuelle, à une dizaine de kilomètres de Maubeuge, à Erquelinnes (Belgique), a appris franceinfo par la police belge. L’agression a eu lieu « vers 7-8 heures », précise la police belge. L’exploitation des images de vidéosurveillance a alors permis aux policiers belges de repérer le véhicule de l’auteur de l’agression, une « Peugeot 206 grise, immatriculée en France » selon Le Parisien. L’information est alors transmise à la PJ de Lille, qui fait rapidement le lien avec une série de viols, commis dans la région selon le même mode opératoire. D’après RTL, les enquêteurs « avaient fini par donner un nom de code au dossier : le ‘violeur de la Sambre’. »

La jeune fille qui a été agressée en Belgique a également pu donner des détails sur la description physique de cet homme, âgé d’une cinquantaine d’années. Son ADN est alors comparé « et il s’avère qu’il est concordant » avec des traces retrouvées sur plusieurs autres victimes de l’affaire des viols de la Sambre, a expliqué le procureur de la République de Valenciennes, Jean-Philippe Vicentini, lors d’une conférence de presse. Lundi, la police française l’interpelle alors à son domicile, alors qu’il part travailler, et le place en garde à vue.

Qui est le violeur présumé ?

Le suspect, Dino S., marié, père de trois enfants et grand-père depuis peu, est domicilié à Pont-sur-Sambre. Interrogé par France 3 Hauts-de-France, le maire de Pont-sur-Sambre décrit un homme « sociable (…) presque le gendre idéal. » Lui qui connaît le suspect depuis « plus de vingt ans » se dit médusé, comme les habitants de cette petite commune de 2 550 habitants, située près de Maubeuge :

« Les gens disent « ce n’est pas possible que ça soit lui . »

Cet ouvrier d’entretien pour un sous-traitant de l’usine Jeumont Electric est décrit dans Le Parisien comme un homme « très attentionné, bricoleur, s’occupant quotidiennement de son beau-père malade et gros travailleur. » D’origine italienne, il était très engagé dans la vie associative de la commune. « Ancien joueur de bon niveau, qui jouait en défense, ex-entraîneur et président du club de foot local, il avait dû démissionner à la suite de divergences avec d’autres dirigeants du même club », rapporte un « très proche » au quotidien Le trésorier du club affirme auprès de France 3 n’avoir « jamais remarqué un geste ou une parole déplacés notamment à l’égard des joueuses qu’il supervisait.

Le procureur de la République de Valenciennes évoque lui aussi un homme « qui a toujours beaucoup travaillé »  et qui « n’attirait pas l’attention » Comment le suspect agissait-il ?  Devant les enquêteurs, l’homme a « globalement reconnu » les faits qui lui étaient reprochés. Il a admis avoir commis « une quarantaine de viols », dont le premier date de 1988.

La plupart ont été commis dans le bassin de la Sambre. Une collégienne, une infirmière, une agente de service ou encore une professeure figurent parmi ses victimes. Mais il y avait surtout une « grosse proportion de lycéennes », précise la police judiciaire à franceinfo.  Jean-Philippe Vicentini décrit un mode opératoire similaire pour toutes ses agressions : « Les femmes étaient attaquées de dos, très tôt le matin quand il fait encore noir, avec un auteur qui utilisait des gants et qui avait le visage masqué”, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse. Toutes se rendaient à leur travail à pied.

L’homme menaçait souvent ses victimes avec un couteau, a appris franceinfo. Les agressions ont eu lieu dans un rayon d’une trentaine de kilomètres autour de Pont-sur-Sambre. La dernière agression en France a été commise en 2012, précise la PJ.  Selon le procureur, le suspect a indiqué agir « sous le coup de pulsions qu’il ne parvenait pas à contrôler. » Le procureur précise qu’il « a souhaité collaborer activement à l’enquête dès le moment de sa garde à vue. » L’homme a été entendu par un juge de la détention et des libertés, qui devrait décider de l’incarcérer. Il risque quinze ans de prison pour viol sur mineur et sur majeur.   Pourquoi a-t-il fallu autant de temps avant de l’arrêter ?  Le mode opératoire du violeur présumé a rendu son identification difficile, puisqu’il faisait toujours en sorte de ne pas être reconnu par ses victimes.

De plus, le suspect ne figurait pas dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) qui regroupe toutes les empreintes ADN des personnes qui ont été condamnées pour des infractions sexuelles ou certains crimes. Par ailleurs, le suspect n’ayant pas de casier judiciaire, son ADN n’avait jamais été prélevé. Le procureur Jean-Philippe Vicentini a évoqué, mercredi, une « longue enquête, compliquée, basée sur des éléments assez sommaires ».

La PJ s’est efforcée de contacter « le plus grand nombre de victimes possible. Elles étaient particulièrement touchées, elles n’y croyaient plus », a commenté le patron du SRPJ de Lille Romuald Muller. Le procureur s’est félicité que « cette affaire ait été résolue ».

Au total, 25 nouveaux faits reconnus

Après son interpellation, lundi 26 février, Dino Scala avait reconnu « une quarantaine » d’agressions sexuelles et de viols, commis au cours des trente dernières années. Il a été mis en examen le 28 février 2018 pour 19 faits de ce type, rappelle France 3.

En détention provisoire, ce père de famille âgé de 57 ans et domicilié à Pont-sur-Sambre (Nord), a été replacé en garde à vue vers la fin du mois de juin, a confirmé la police judiciaire de Lille auprès de France 3. Au cours de nouvelles auditions, qui ont eu lieu les 20 et 21 juin, selon Le Point, l’homme a reconnu être l’auteur de 25 autres cas de viols et d’agressions sexuelles, commis dans la vallée de la Sambre.

Ces derniers aveux portent ainsi à 44 le nombre de faits de violences sexuelles que Dino Scala a reconnus, et sur lesquels la police judiciaire se penche actuellement.

De nouvelles victimes entendues

Selon les informations du Point, 44 victimes présumées d’agressions sexuelles et de viols ont également été entendues par les enquêteurs de la police judiciaire de Lille, depuis le placement en détention provisoire de Dino Scala, en février. Une grande partie de ces victimes ont été agressées ou violées dans la vallée de la Sambre, précise l’hebdomadaire.

Leurs témoignages viennent ainsi compléter l’information judiciaire ouverte en 1996 dans cette affaire du « violeur de la Sambre ». Elle pourrait être « étendue » prochainement au regard de ces nouveaux éléments, précise France 3.

Selon les informations du Figaro, Dino Scala pourrait être prochainement entendu de nouveau par la juge d’instruction de Valenciennes (Nord), pour une éventuelle nouvelle mise en examen.

Des révélations sur son mode opératoire

Lors de ses auditions, Dino Scala s’est également lui-même défini comme un « chasseur » , révèle Le Point. Il aurait décrit aux enquêteurs les repérages très précis qu’il faisait, sur une période pouvant aller jusqu’à plusieurs jours consécutifs, avant d’agresser sexuellement ou de violer les femmes qu’il ciblait.

Fin février, le procureur de la République de Valenciennes, Jean-Philippe Vicentini, avait expliqué lors d’une conférence de presse que « les femmes étaient attaquées de dos, très tôt le matin, quand il fait encore noir”. Le « violeur de la Sambre », « qui utilisait des gants et qui avait le visage masqué », les menaçait régulièrement avec un couteau.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings