Dean Corll – Candy Man – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Dean Corll – Candy Man

Pour la psychothérapeute américaine Andrea Mathews, la principale cause de fugue des adolescents est la honte. La honte de la pauvreté, la honte des abus, la honte d’avoir un ou deux parents dépendants, la honte de ne pas pouvoir contrôler sa propre vie, etc. Se sentant émotionnellement, psychologiquement ou spirituellement piégé, il fuit vers l’inconnu. Mais il y a certainement une grande partie des jeunes disparus qui n’ont pas fugué. Tous les parents ne savent pas avec certitude que leur enfant disparu n’a pas fugué, mais a été victime d’un crime. Souvent, les parents ne sont pas conscients du stress, du malheur et des pressions extérieures qui poussent un jeune à fuguer.

Cependant, il existe plusieurs situations dans lesquelles les parents sont suffisamment proches de la vie de leurs enfants et ont une bonne relation avec leur progéniture pour être certains qu’ils n’ont pas fugué. Souvent, cette forte certitude est renforcée par d’autres facteurs : lorsque le jeune a disparu, il n’y avait aucune preuve de planification. Le jeune n’a pas pris de vêtements, d’effets personnels ou d’argent. Il n’y a pas eu de dispute majeure, de punition ou de problème à l’école qui aurait pu provoquer le désespoir. Le jeune a disparu dans des circonstances qui ne correspondent pas au comportement d’un fugueur. Par exemple, le garçon ou la fille peut avoir disparu alors qu’il ou elle se rendait dans un club ou au cinéma, ou après être monté(e) dans la voiture d’un inconnu. La liste des circonstances qui témoignent contre un enfant présumé fugueur est longue.

Alors pourquoi les services de police du monde entier s’obstinent-ils à supposer que les adolescents disparus ont simplement fugué, à moins que des preuves d’un acte criminel n’aient été trouvées ? Oui, les jeunes font des fugues. En fait, de nombreux jeunes s’enfuient, non seulement pour éviter la responsabilité de quelque chose qu’ils ont fait, ou parce que les conditions réelles ou imaginaires à la maison ou à l’école sont devenues insupportables, ou parce qu’ils pensent que leurs parents ne les aiment pas ou ne se soucient pas d’eux, mais parfois ils s’enfuient vers quelque chose ou quelque part qu’ils croient plus excitant, plus tolérant, plus amusant.

Pourtant, l’histoire des meurtres en série est hantée par des centaines de cas de disparitions de mineurs et d’adultes dans lesquels les autorités ont conclu qu’ils avaient décidé de fuguer. Pourquoi ? Certaines des raisons sont que les services de police qui enquêtent sur les personnes disparues ne sont pas remplis d’agents proactifs, et que la plupart ont un personnel réduit et sous-payé. Très peu de services sont intéressés à dépenser leurs ressources limitées lorsqu’il n’est pas très clair qu’un crime a été commis, à moins qu’il ne s’agisse d’une affaire célèbre ou que, pour une raison ou une autre, les médias en parlent.

Dans de très nombreux cas de meurtres en série, comme les meurtres d’enfants d’Atlanta, les meurtres des Maures en Grande-Bretagne et les crimes de Ted Bundy, Jeffrey Dahmer et John Wayne Gacy, pour ne citer que quelques-uns des cas les plus célèbres, la liste des victimes est beaucoup plus longue qu’elle ne l’aurait été si la police s’était simplement efforcée de distinguer les disparitions suspectes de jeunes gens des fugues probables.

Et le cas ci-dessous ne fait que s’ajouter à l’immense liste des tueurs en série qui sont devenus prolifiques en raison de l’inefficacité de la police.

Houston, Texas dans les année 70.

A gauche Jimmy Glass et à droite (au milieu), avec ses frères, Danny Yates. Les amis Glass et Yates ont disparu en décembre 1970

A gauche Jimmy Glass et à droite (au milieu), avec ses frères, Danny Yates. Glass et Yates ont disparu en décembre 1970

Les adolescents Jimmy Glass et Danny Yates étaient les meilleurs amis. Ils avaient tous deux 14 ans et vivaient dans le quartier de Spring Branch à Houston. Le 13 décembre 1970, les deux hommes se trouvaient dans une église appelée Evangelical Temple lorsque, pendant le prêche, ils se sont levés de leur chaise et ont remonté une allée. Les deux n’ont jamais été revus. À la police, la sœur aînée de Danny, Cyndi, a déclaré que son frère avait un jour fait des commentaires sur un homme qu’il avait rencontré et lui avait donné de la bière et des billets de cinéma. Les enquêteurs ont établi des rapports et ont apposé la mention « fugueurs » sur ses dossiers. Leurs parents ont protesté et la police a été catégorique : ils faisaient partie d’une grande partie des jeunes Américains qui traversaient le pays en auto-stop depuis chez eux, dans le cadre du « mouvement hippie ». Sans aucune preuve d’un quelconque crime, rien ne pouvait être fait.

Trois mois plus tôt, en septembre, Jeffrey Alan Konen, 18 ans, qui avait été un excellent élève du lycée St. Thomas, une école catholique privée de Houston, et fréquentait l’université du Texas, avait quitté Austin, sa ville natale, pour Houston afin de voir sa petite amie. Il faisait de l’auto-stop, une habitude courante dans l’Amérique des années 1970 [combien de tueurs en série yankees n’ont pas profité des auto-stoppeurs ? Gacy, Dahmer, Kearney, la liste est longue], et en a obtenu une à la Galleria, le centre commercial de Houston. La dernière fois qu’il a été vu, Konen cherchait un autre moyen de transport, cette fois pour se rendre chez sa petite amie.

Comme il ne rentrait pas chez lui, les parents de Konen se sont rendus à la police pour signaler sa disparition. Une fois de plus, on leur a dit qu’ils ne pouvaient rien faire. Ses parents ont alors fabriqué des affiches qu’ils ont placardées à tous les coins de rue de Houston et d’Austin, dans l’espoir d’obtenir des informations. Les jours, les semaines et les mois ont passé, mais rien de valable n’a émergé.

En janvier 1971, les frères Donald Waldrop, 15 ans, et Jerry Waldrop, 13 ans, ont disparu après être sortis s’amuser dans un bowling. La maison des frères n’était qu’à un kilomètre de l’église évangélique du Temple. Pendant les huit mois qui ont suivi, le père des garçons a campé devant le poste de police, et tout ce qu’il entendait, c’était : « Que faites-vous ici ? Vos garçons se sont enfuis. »

Le 9 mars, Randell Harvey, 15 ans, a été vu pour la dernière fois faisant du vélo près d’une station-service de Houston.

Le 29 mai, deux autres amis, David Hilligiest, 13 ans, et Gregory Malley Winkle, 16 ans, ont disparu après être partis dans un club local. David et Gregory ont été vus montant dans un van blanc, et Gregory a même appelé sa mère pour dire qu’ils se baignaient à Freeport, une ville située à environ une heure de Houston, sur le Golfe du Mexique. Par une étrange coïncidence, Winkle était le petit ami de la sœur de Randell Harvey, qui avait disparu deux mois plus tôt.

La mère de David Hilligiest brandit un panneau indiquant une récompense de 1 000 dollars pour toute information sur David et son ami Gregory.

La mère de David Hilligiest brandit un panneau indiquant une récompense de 1 000 dollars pour toute information sur David et son ami Gregory.

Le 17 août 1971, Ruben Watson Haney, 17 ans, a quitté son domicile dans les Heights pour aller au cinéma. Il n’a pas pu voir le film, disparaissant en cours de route. L’année suivante, le 9 février 1972, c’est au tour de Willard Branch, Jr, 17 ans, de disparaître sans laisser de trace. Son père, un policier de Houston, désemparé par la disparition de son fils, est mort d’une crise cardiaque quelque temps plus tard. Le mois suivant, le 24 mars, c’est au tour de Frank Aguirre, 18 ans, de disparaître sans laisser de trace dans les Heights. Le 20 avril, Mark Scott, 17 ans, a disparu après avoir quitté son domicile pour se promener. Sa mère Mary et son jeune frère Jeff se sont rendus chez les amis et les camarades de classe de Mark pour leur demander s’ils l’avaient vu. Ils sont montés dans une voiture et ont fait le tour des rues, espionnant dans les ruelles et s’arrêtant dans les restaurants. Ils sont allés à l’hôpital pendant qu’un ami de la famille déposait un rapport de personnes disparues auprès de la police de Houston.

Quelques jours plus tard, la famille a reçu ce qui semblait être une carte postale de Mark.

    « Comment ça va, les gars ? Je suis à Austin pour quelques jours. J’ai trouvé un bon travail. Je gagne trois dollars par heure. »

Les parents de Mark ne pouvaient pas croire la note. Le gamin n’était qu’un adolescent du lycée qui venait de gagner une nouvelle Vespa Honda C70 de rêve. Il est parti à Austin sans dire un mot ? Ils étaient convaincus que quelque chose de terrible était arrivé. Mark n’a plus jamais écrit.

Le 21 mai 1972, exactement un mois après la disparition de Mark Scott, deux amis, Billy Baulch Jr, 17 ans, et Johnny Delome, 16 ans, ont disparu après avoir quitté un magasin de Houston. Quelques jours plus tard, les parents de Billy Baulch ont reçu une lettre prétendument écrite par leur fils, dans laquelle il affirmait avoir trouvé du travail dans la ville de Madisonville. Lui et son ami, Johnny Delome, étaient bien là et ils ne devraient pas s’inquiéter. Comme dans le cas de Mark, Billy n’a plus jamais écrit.

En haut : les frères Waldrop ; en bas : Johnny Delome et Mark Scott. À droite, sur la grande photo, Randell Harvey.

En haut : les frères Waldrop ; en bas : Johnny Delome et Mark Scott. À droite, sur la grande photo, Randell Harvey. 

Le mercredi 19 juillet 1972, Steven Sickman, 17 ans, a disparu après avoir quitté une fête dans les Heights, un quartier de Houston. La sœur et la mère de Steven ont donné plus de détails à Texas Crime News :

 « Steven et moi nous sommes disputés et il est venu s’excuser, il a dit qu’il nous emmènerait, ses amis et moi, à Astroworld et à la plage le lendemain. Je n’ai jamais pensé que ce serait la dernière fois que je verrais mon frère. Il est parti dans sa Mustang bleue que mon père lui avait achetée. Mon frère était très beau. Il mesurait 1,80 m, avait les cheveux noirs, était large d’épaules et fort comme un bœuf. Après sa disparition, nous avons reçu une série d’appels téléphoniques, mais la personne à l’autre bout du fil ne disait rien et raccrochait. On a donc pensé que c’était Steven qui nous appelait pour lui dire de rentrer à la maison, que tout allait bien. »

[Sandy Sickman, Texas Crime News]

    « J’écoutais toujours Steven quand il rentrait la nuit, mais cette fois-là, il n’y avait pas de bruit, alors je me suis levée et je suis allée dans sa chambre, puis dehors pour regarder sa voiture. Quand j’ai vu que la voiture n’était pas là, je me suis habillée et j’ai fait le tour du quartier pour le chercher. J’ai trouvé sa voiture garée devant la maison d’un ami sur Granite Street, à quelques rues de là. Je suis rentrée à la maison, j’ai aidé mon mari à se préparer pour le travail et je suis retournée chez l’ami de Steve où la voiture était garée. Ses amis m’ont dit qu’il les avait emmenés à une fête à Ella & W. 34th Street cette nuit-là, mais Steven n’est pas revenu avec eux. J’ai contacté le garçon qui a organisé la fête et il m’a dit que Steven était parti à minuit, en marchant dans la rue. Personne n’a pu dire pourquoi il est parti. J’ai donc appelé la police de Houston, qui n’a été d’aucune aide et qui a été extrêmement impolie. Ils m’ont dit qu’un garçon de 17 ans était un adulte et qu’à moins d’avoir un cadavre, ils ne pouvaient rien faire et ont raccroché le téléphone. Je les ai appelés des dizaines de fois le reste du mois pour demander de l’aide et ils m’ont raccroché au nez à chaque fois. Après ce traitement, je ne suis pas allé personnellement déposer un rapport de personnes disparues, car on me répétait qu’il n’y avait rien à faire. »

[Erma Sickman, Texas Crime News]

Les adolescents de Houston ont continué à disparaître tout au long de l’année 1972. Environ un mois après la disparition de Sickman, le 21 août, Roy Eugene Bunton, 19 ans, a disparu après avoir quitté son domicile pour aller travailler dans un magasin de chaussures situé dans un centre commercial de la ville.

Le 2 octobre, Wally Jay Simoneaux, 14 ans, a quitté son domicile pour passer la nuit avec son ami Richard Hembree, 13 ans, qui vivait à quelques rues de là, dans les Heights. Peu après la tombée de la nuit, un ami a vu les deux garçons dans un véhicule blanc devant une épicerie et est allé leur parler. À ce moment-là, un autre garçon s’est approché et a dit : « Sortez ! » Plus tard cette nuit-là, le téléphone a sonné chez Simoneaux. Sa mère a répondu et a entendu le mot « Maman », puis l’appel a été coupé. « Chérie, où es-tu, ma chérie ? » Sa mère a continué, n’entendant que le cliquetis continu de la ligne qui était apparemment tombée. La mère de Simoneaux a appelé la mère de Hembree et a appris que les deux garçons ne s’étaient pas présentés et n’avaient pas dit où ils allaient. Elle a alors appelé la police qui a déclaré que les garçons seraient arrêtés et interrogés s’ils étaient vus dans la rue.

Un mois plus tard, le 15 novembre, Richard Kepner, 19 ans, également habitant de Heights, a disparu après avoir quitté son domicile pour passer un appel à sa fiancée depuis une cabine téléphonique publique.

Steven Sickman (en photo avec son père) et Roy Bunton ont disparu dans les Heights en juillet et août 1972.Steven Sickman (en photo avec son père) et Roy Bunton ont disparu dans les Heights en juillet et août 1972.

Steven Sickman et sa soeur Sandy. Photo : Chron.
Steven Sickman et sa soeur Sandy. Photo : Chron.

L’année 1973 commence par la disparition de Joseph Allen Lyles, 17 ans. Lyles aimait patiner dans une patinoire réputée de Houston et un jour, il n’est tout simplement pas rentré chez lui. Ses parents se rendent à la police et se demandent si un adolescent fugueur laisserait derrière lui tous ses vêtements, ses affaires et son argent. Une fois de plus, la police locale n’a pas fait attention.

Quatre mois plus tard, le 4 juin, William Ray Lawrence, 15 ans, a dit à son père James Lawrence qu’il partait pêcher avec des amis, qu’il n’a pas nommés, et qu’il serait de retour à la fin de la semaine. Sept jours se sont écoulés avant que James ne reçoive une lettre, signée par son fils et datée du 8 juin. Dans ce document, William a déclaré qu’il cherchait un emploi dans la ville d’Austin et qu’il reviendrait à la mi-août.

Moins de deux semaines après la disparition de William Lawrence, Raymond Blackburn, 20 ans, un jeune homme marié de Baton Rouge, en Louisiane, a disparu après avoir fait de l’auto-stop dans les Heights en direction de sa ville natale. Le 7 juillet, Homer Louis Garcia, 15 ans, a disparu après s’être rendu dans une auto école. Cinq jours plus tard, John Sellars, 17 ans, qui traversait les Heights en voiture depuis la Californie, a disparu. Sa voiture a été retrouvée abandonnée dans une zone reculée de Houston. Une semaine plus tard, le 19 juillet, Michael Baulch, 15 ans, a quitté la maison pour aller chez le coiffeur et n’est jamais revenu. Autre coïncidence macabre, Michael était le frère de Billy Baulch Jr. qui avait disparu le 21 mai de l’année précédente. Sa famille s’est rendue à la police, a rempli un autre rapport de personne disparue, mais n’a pas eu de nouvelles de la police. Six jours plus tard, le 25 juillet, deux autres amis ont disparu sans laisser de trace dans les Heights : Marty Ray Jones, 18 ans, et Charles Cary Cobble, 17 ans. Malgré son âge, Cobble était marié à une fille de 14 ans, qui était enceinte. Les deux amis ont été vus pour la dernière fois marchant sur une avenue des Heigths, en compagnie d’un troisième adolescent non identifié.

En haut : Michael Baulch Jr, Marty Ray Jones, William Ray Lawrence et Joseph Allen Lyles. En dessous : Homer Garcia, Charles Cobble, Wally Simoneaux et Richard Hembree.
En haut : Michael Baulch Jr, Marty Ray Jones, William Ray Lawrence et Joseph Allen Lyles. En dessous : Homer Garcia, Charles Cobble, Wally Simoneaux et Richard Hembree.

Une semaine après la disparition de Jones et Cobble, le 3 août, James Stanton Dreymala, 13 ans, a quitté la maison pour aller faire du vélo qu’il avait construit lui-même avec de vieilles pièces de vélo. Il était mince et aurait eu 14 ans le mois suivant. Issu d’une famille religieuse, Dreymala allait presque quotidiennement à l’église où il aimait chanter et jouer du cornet. « Quand il m’a appelé le vendredi soir pour me dire qu’il était à une fête, j’ai été surprise. Je lui ai dit d’être à la maison dans 25 minutes. Nous ne l’avons jamais revu », a déclaré son père au Victoria Advocate dans un rapport saisonnier.

Un article du Houston Chronicle de décembre 2014 montre le couple Elaine et James Dreymala tenant un morceau de papier avec des photos de leur fils disparu des décennies plus tôt. Photo : Houston Chronicle. Date : 2014.Un article du Houston Chronicle de décembre 2014 montre le couple Elaine et James Dreymala tenant un morceau de papier avec des photos de leur fils disparu des décennies plus tôt. Photo : Houston Chronicle. Date : 2014.

Dans le numéro 80 du magazine Murder in Mind, Marshall Cavendish affirme que 42 adolescents ont disparu de Houston à partir de 1970. Les disparitions, qu’il s’agisse d’enfants, d’adolescents ou d’adultes, sont courantes dans les grandes villes, mais le grand nombre de personnes disparues à Houston entre 1970 et 1973 aurait dû attirer l’attention des autorités. Ils étaient tous adolescents et venaient du même quartier, les Heights. La plupart d’entre eux venaient de familles structurées et n’avaient pas le profil pour simplement s’enfuir de chez eux.

Pasadena, Houston Metropolitan Area – A l’aube du 8 août 1973

Ce fut certainement une erreur de jugement lorsque Elmer Wayne Henley, 17 ans, a emmené sa bonne amie Rhonda chez une connaissance nommée Dean Corll. Il ne comprenait pas le danger auquel il s’exposait, lui et ses amis, en les emmenant là-bas (ou alors il croyait avoir tout sous contrôle). Mais il l’a emmenée, avec un autre ami, et sans le consentement du propriétaire de la maison.

Dean Arnold Corll était électricien pour la Houston Lighting and Power Company, mais pour la plupart des amis de Henley, il était le « Candy Man », un surnom donné pour les années où il a travaillé dans la fabrique de bonbons que sa mère et lui possédaient. Corll était connu pour distribuer des bonbons aux enfants.

Wayne Henley et son ami Tim Kerley ont quitté le domicile de Corll à Pasadena, dans la région métropolitaine de Houston, aux premières heures du 8 août 1973, pour rencontrer Rhonda. Avant cela, pendant la nuit, Henley s’était rendu au domicile de Rhonda et avait entendu le père de la jeune fille, ivre, lui crier dessus. Sachant que Rhonda avait peur de son père cette nuit-là, Wayne a promis d’y retourner pour la récupérer.

Avec un visage de fille et un corps de femme, la petite Rhonda Williams, 15 ans, a souffert de graves problèmes physiques et de traumatismes émotionnels. Sa mère est morte quand elle était très jeune et son père était un homme autoritaire. Pour aggraver les choses, son premier petit ami, un garçon nommé Frank Aguirre, avait disparu depuis un an. Peu de temps auparavant, elle s’était tordue le pied dans un accident. Alors qu’elle se rétablit péniblement, ses relations avec son père deviennent de plus en plus difficiles et il interdit à la plupart de ses amis de lui rendre visite à la maison. Wayne était le seul ami que son père aimait.

Cette nuit-là, effrayée par la colère de son père qui avait beaucoup bu, elle a préparé un sac à dos et a décidé de quitter la maison jusqu’à ce que la gueule de bois passe. Wayne a déposé Tim à une laverie automatique voisine et est allé chercher Rhonda. Elle était trop effrayée pour déverrouiller la porte de la chambre pour Wayne, alors il l’a attendue à la fenêtre de la maison. Les deux ont ensuite trouvé Tim Kerley à la laverie automatique.

Wayne a dit à Rhonda qu’ils allaient chez Corll. Elle ne voulait pas y aller, mais a fini par accepter. Tim lui a tendu une bière.

Les trois adolescents sont arrivés à la maison du marchand de bonbons vers 3 heures du matin. Rhonda n’a pas réalisé que Corll détestait le fait que les garçons amènent une femme chez lui, mais elle a senti que quelque chose n’allait pas. Henley a réussi à doubler Corll et la fête a repris. Pendant que Corll buvait de la bière et fumait de la marijuana, les garçons buvaient de l’alcool de contrebande que le père de Wayne lui avait donné. Rhonda a fumé un peu avec eux et s’est endormie, appuyée contre le mur.

Quelques heures plus tard, Henley s’est réveillé et Corll lui a menotté les poignets. Ses chevilles avaient déjà été attachées. De ce qu’il savait de Corll, Henley a conclu que son destin était une mort torturée et douloureuse. En regardant autour de lui, il a vu ses deux amis attachés avec des cordes et Tim était nu. Leurs lèvres étaient recouvertes de ruban adhésif.

« Je vais tous vous tuer ! Mais d’abord, je vais m’amuser un peu », a crié Corll.

Henley a donc négocié avec le propriétaire de la maison : il l’aiderait à torturer Tim ; Corll pourrait violer son ami et lui, Henley, violerait Rhonda ; puis ils les tueraient tous les deux. Après avoir menacé Henley avec un pistolet de calibre 22 et un couteau, Corll a trouvé la suggestion de Henley intéressante et a cédé, en enlevant les menottes et les cordes. Ça lui a semblé bon. Le propriétaire de la maison déclare alors à Henley que s’il n’a vraiment pas violé Rhonda, il connaîtra le même sort que Tim : la tombe.

Le Candyman, nu, a donc emmené Rhonda et Tim dans une des chambres, où une longue « table » de torture les attendait. Les mains de Rhonda et Tim étaient menottées à la table et leurs pieds étaient attachés avec une corde. Henley avait persuadé Corll d’enlever le ruban adhésif de leur bouche.

« Coupez ses vêtements ! » dit Corll, en tendant à Henley un grand couteau.

Henley a chuchoté à l’oreille de Rhonda, lui promettant qu’il ne laisserait rien lui arriver et qu’il la sortirait de là. Elle lui a demandé de ne pas couper la chemise qu’elle portait car elle appartenait à un ami, alors il a coupé son pantalon en s’excusant à voix basse.

Corll a essayé de violer Tim, mais le garçon s’est défendu de toutes ses forces. Pendant que Corll s’amusait à dompter cette bête d’adolescent, à lui donner des coups de poing dans le ventre et à lui murmurer ce qui allait lui arriver, Henley est monté dans la salle de bains et, à son retour, a ramassé le pistolet que Corll avait laissé sur la table de nuit.

Le visage de Corll a débordé de haine quand il a vu l’arme pointée sur lui. « Tue-moi, Wayne », a-t-il défié. « Tuez-moi ! ». Henley a tressailli lorsque Corll s’est avancé vers lui. « Tu ne le feras pas ! » a crié Corll à l’adolescente terrifiée.

    « Peut-être que Dean me considérait comme sa prochaine victime. Mais nous l’avons effacé. Il avait cette intelligence, cette élégance, cette bonne tenue. Il m’écoutait et m’expliquait les choses. »

[Wayne Henley]

Vers 8h30 ce mercredi matin, la police de Pasadena, au Texas, reçoit un appel d’un Wayne Henley hystérique. Agent A. B. Jamison s’est précipité à l’adresse, au 2020 Lamar Drive, dans une maison en bois vert et blanc. Trois adolescents, deux garçons et une fille, attendaient devant.

L’un des garçons, un jeune homme svelte et timide aux cheveux châtain clair et à la fine barbichette, s’est avancé et s’est identifié comme étant Wayne Henley. Il a conduit le policier à l’intérieur, où le corps de Corll gisait sur le sol.

Corll était un homme grand et musclé, mesurant plus d’un mètre quatre-vingt et pesant environ 200 livres. Ses cheveux châtain foncé, grisonnants aux tempes, étaient peignés en petites vagues. Ses papiers indiquent qu’il s’appelle Dean Arnold Corll, un électricien de 33 ans travaillant pour Houston Lighting and Power. Corll avait été abattu de six balles, logées dans sa poitrine, ses épaules et sa tête. Son corps a été transporté à la morgue, tandis que les trois adolescents ont été emmenés au poste de police pour être interrogés.

À ce moment-là, les enquêteurs étaient arrivés pour examiner la scène de crime peu meublée, l’une des plus intéressantes qu’ils aient jamais vues. La chambre à coucher méritait une attention particulière car elle semblait avoir été préparée dans un but précis.

L'étrange table en bois, avec des cordes et des menottes. Ça pourrait être une table de torture ? Photo : Département de la police de Pasadena.
L’étrange table en bois, avec des cordes et des menottes. Ça pourrait être une table de torture ? Photo : Département de la police de Pasadena.

Une bâche en plastique recouvrait le tapis pour le protéger des éclaboussures de sang. Les draps du seul lit simple étaient emmêlés et en désordre. Le plus sinistre était l’épaisse et longue table en bois à laquelle étaient attachées plusieurs rangées de menottes, de cordes et de cordons. Sur le sol se trouvaient un couteau de type baïonnette, un énorme pénis en caoutchouc, du ruban adhésif, des tubes de verre et du lubrifiant.

L’étrange table en bois, avec des cordes et des menottes. Ça pourrait être une table de torture ? Photo : Département de la police de Pasadena.

Dans une remise, il y avait une boîte en bois, avec des trous et des mèches de cheveux à l’intérieur.

Les voisins ont déclaré que la maison appartenait au père de Dean Corll, Arnold, également électricien, qui avait laissé son fils garder la maison lorsqu’il avait déménagé. Dean s’est occupé de la résidence et n’a jamais rien fait qui puisse éveiller les soupçons des voisins de ce quartier de classe moyenne.

Au poste de police, les enquêteurs ont commencé à entendre les histoires bizarres des adolescents. Tout d’abord, Tim Kerley leur a raconté que Henley lui avait dit quelque chose d’étrange : « Si tu n’étais pas mon ami, j’aurais obtenu quinze dollars pour toi. Puis Henley a avoué que Corll était un homosexuel et un pédophile qui le payait pour lui amener des adolescents. De plus, Corll les tuait et les enterrait dans un garage à bateaux.

Les détectives ont accueilli cette « révélation » avec prudence, après tout, le garçon venait de tuer un homme et il serait normal qu’il le diabolise pour tenter d’atténuer sa culpabilité. Lorsque le père et la belle-mère de Dean Corll ont parlé à la police, une histoire différente est apparue. Ils ont déclaré que l’histoire racontée par les adolescents était un mensonge, que Dean n’était ni gay ni violent. En fait, Corll aimait les enfants et avait toujours été généreux avec eux. Ces adolescents avaient profité de l’hospitalité de son fils, puis, hallucinés par la drogue, l’avaient tué dans sa propre maison.

Mais la police a trouvé un appareil de torture sexuelle au domicile de Corll, de sorte que la version de ses parents n’a pas été immédiatement avalée. Les enquêteurs souhaitaient surtout entendre les aveux d’Elmer Wayne Henley et découvrir qui était vraiment Dean Corll : un psychopathe sexuel ou une victime de jeunes vicieux et drogués ?

    « C’était comme une soif de sang. Dean faisait ces mouvements courts et saccadés ; il commençait à fumer une cigarette, ce qu’il ne faisait jamais d’habitude ; et il disait qu’il avait besoin d’un nouveau garçon. »

[Wayne Henley]

La police a révélé le passé de Dean, et les premiers résultats suggèrent que l’homme de 33 ans était en fait une victime et non le monstre dépeint par Henley. Ce sentiment a été alimenté par des commentaires comme celui-ci :

    « Tous mes amis le connaissaient, et les amis de mes amis le connaissaient, et ils n’ont jamais pensé du mal de lui… ils ont toujours pensé que Dean était un type bien. Il m’aiderait, il les aiderait, pour n’importe quoi. »

Puis vint une ancienne petite amie, Betty Hawkins, une femme divorcée avec deux enfants. Elle a connu Dean et est sortie avec lui pendant environ cinq ans. Elle ne disait que du bien de lui :

    « Dean était l’un des hommes les plus gentils que j’ai jamais rencontré. S’il avait quelque chose et que quelqu’un en avait besoin, il le lui donnait. Pour autant que je sache, il n’avait pas de passe-temps particulier, à part aider les autres. Ce type a dû avoir une quinzaine de télés ces cinq dernières années. Chaque fois que je me retournais, la télé avait disparu. Quelqu’un se présentait en disant qu’il en avait besoin et il le lui donnait.

Il m’a fait sentir que j’étais quelqu’un, alors que la grande majorité des hommes semblaient vouloir que je me sente très inférieure à eux, et tout ce qu’ils voulaient, c’était me mettre dans leur lit. En cinq ans, Dean et moi n’avons jamais fait l’amour. Parfois, il me prenait dans ses bras et m’embrassait. Il y a eu des moments où nous étions proches, mais nous ne l’avons jamais fait. Il croyait qu’il fallait être marié. Il n’y en a pas beaucoup comme ça.

Il disait des choses comme : « Tu sais, j’ai pensé ces derniers temps que je devrais me ranger et me marier ». Mais tout d’un coup, il changeait d’avis. Et ensuite il disait qu’il ne pouvait pas soutenir un mariage. Et je disais « Je peux travailler, tu sais ». Mais il disait : « Pas question ». Si on se marie, tu ne travailleras pas. Définitivement. »

Même au sein de la police, on parle de Corll en termes positifs. Un enquêteur qui était son camarade de classe au lycée et qui a épousé une de ses cousines a déclaré que Dean était « une personne calme, bien éduquée, préparée et réfléchie ». « Il n’avait même pas de caractère », a rapporté un autre. Un homme qui a loué un appartement pour Corll, quant à lui, a déclaré qu' »il était le meilleur locataire que j’ai jamais eu. »

Pour ce qui est de sa réputation dans le quartier, Dean était un parfait gentleman. Ils voyaient l’affection de Corll pour les enfants comme venant d’une bonne âme. Un jour, un enfant nommé Gregory Malley Winkle a raconté à sa mère, Selma, qu’il avait été payé quelques dollars pour balayer le sol d’une usine. Sa mère est allée personnellement visiter l’usine et a été tellement charmée par Corll qu’elle a laissé son fils mineur travailler à temps partiel dans l’usine.

Mais personne n’aimait Corll plus que sa mère Mary, connue dans les Heights pour ses compétences commerciales et son amour des mariages. Il était son fils parfait.

Mais certaines personnes sont arrivées avec des informations qui suggéraient une image différente. Un homosexuel se faisant appeler « Guy » a affirmé que Corll l’avait abordé sexuellement dans des toilettes publiques. « Je n’étais absolument pas intéressé », a déclaré Guy. « Nous sommes devenus des amis très proches. » Il a déclaré que Corll était extrêmement doux et gentil avec lui, mais que dans sa maison, il possédait une pièce à laquelle Guy n’avait pas accès. « Je ne t’emmènerai jamais là-bas », aurait dit Corll.

Guy a affirmé que Corll critiquait les bars et les bains publics ouvertement gay. Il y avait une barrière auto-imposée entre Dean lui-même et un style de vie ouvertement gay.

    « Il était une sorte de nuage mystique, il était juste là. On aurait dit qu’il avait une autre vie où il allait et que je n’en faisais pas partie, et je n’ai jamais voulu m’immiscer dans ses autres domaines. Il semblait ériger une barrière et voulait que je reste d’un côté. Les autres aspects de sa vie étaient tabous. Je savais qu’il avait un ami nommé Wayne, mais à chaque fois que je rencontrais ses amis, il les repoussait en quelque sorte… il ne voulait jamais que je les rencontre. »

Corll était affligé des angoisses qui ont donné naissance au dicton « personne ne vous aime quand vous êtes vieux et gay ». Au sein de la sous-culture qui intensifie sans doute l’angoisse de la culture occidentale en donnant la priorité à la jeunesse et à l’apparence, Guy voyait en Corll quelqu’un qui manquait de confiance en soi :

    « Il se sentait comme un rejeté, surtout par rapport à son âge. Il était supersensible à propos de son âge, de son apparence, s’il paraissait jeune, s’il avait peut-être fait quelque chose de mal avec ses cheveux. Il voulait toujours des éloges ou des critiques constructives. Parfois, il était totalement enfantin, indiscipliné et fou. Il voulait être avec la jeune classe, il l’a démontré par ses attitudes. Quand quelqu’un a 35 ans, vous ne voulez pas qu’il traîne dans un étang. Vous ne voulez pas qu’il enlève ses chaussures, remonte l’ourlet de son pantalon et saute dans la rue. »

Toujours selon Guy, Corll a parlé de quitter Houston et de s’installer dans un endroit où personne ne le connaissait, comme le Mexique ou l’Amérique du Sud. Pendant la période où ils étaient amis, Guy n’a jamais vu aucun signe de violence.

Dean Corll, photographié pour le livre de souvenirs du lycée. Date inconnue. Photo : Chron.

En entendant de telles déclarations, la police s’est retrouvée à la croisée des chemins. Après tout, Dean Corll était-il une victime ou non ?

    « Dean s’est levé et je l’ai vu se transformer en une autre personne. Il y avait quelqu’un en lui et ce n’était pas lui. C’était un esprit de l’enfer. »

[Tim Kerley]

Dean Corll est né le 24 décembre 1939 à Fort Wayne, dans l’Indiana, et est le fils d’Arnold et de Mary Corll. Le mariage d’Arnold et de Mary n’est pas heureux, et lorsque Dean a six ans, ses parents divorcent, laissant Mary seule pour élever Dean et le deuxième fils du couple, Stanley. Après un certain temps, Arnold et Mary ont décidé de reprendre leur mariage et se sont installés à Houston en 1950. Le choc des personnalités a fait que les deux se sont à nouveau séparés. En 1953, Mary trouve un nouveau compagnon, un vendeur nommé West, qui vit avec sa fille issue d’un précédent mariage.

À cette époque de sa jeunesse, Dean, qui avait presque 15 ans, s’est vu diagnostiquer un murmure cardiaque, ce qui a ruiné tout projet sportif. Au lieu de cela, Dean a étudié la musique et est devenu tromboniste dans l’orchestre de l’école. Ses notes étaient moyennes, mais il était toujours organisé et bien élevé.

À la fin des années 1950, sa mère a commencé à fabriquer des bonbons aux noix de pécan. Dean a aidé en ramassant des noix et en livrant les bonbons de sa mère. L’auteur John K. Gurwell, dans son livre « Mass Murder in Houston », parle de Dean :

    « C’était le thème central et récurrent de toutes les descriptions de Dean Corll au fil des ans. Il faisait ce qu’on lui disait de faire, tout ce qu’on lui demandait de faire, et il était toujours poli. Il était très compréhensif et affectueux, surtout avec les enfants. Il n’a jamais contesté sa mère. »

Dean a aidé sa mère dans son commerce de bonbons depuis l’obtention de son diplôme d’études secondaires en 1958 jusqu’en 1960, date à laquelle il est parti à Indianapolis pour s’occuper de sa grand-mère veuve. Lorsque Corll revient à Houston en 1962, Mary a installé une fabrique de bonbons dans sa maison et a transformé le garage en entrepôt. Dean est devenu son bras droit et a vécu dans une pièce au-dessus du garage. Il faisait des bonbons la nuit, car le jour il travaillait à Houston Lighting and Power.

En 1964, Dean est appelé sous les drapeaux, mais il est renvoyé de l’armée un an plus tard parce qu’il est un soutien de famille. Il est revenu pour aider sa mère à maintenir en vie l’entreprise de bonbons. Entre-temps, Mary avait décidé de divorcer de son second mari et avait plus que jamais besoin de l’aide de son fils. Dean avait une bonne relation avec son père, qui s’était remarié et vivait dans une maison sur Lamar Drive à Pasadena, une ville proche de Houston.

    « Je n’oublierai jamais une mère qui est venue dans la salle de presse un samedi après-midi. J’avais découvert l’identité d’un clochard [personne sans domicile fixe ; personne qui se déplace à la recherche d’un emploi], et elle a commencé à me supplier, presque hystériquement, de l’aider à retrouver son fils. »

[Tom Kennedy, ancien journaliste du Houston Post]

La possibilité que le doyen Corll, un homosexuel refoulé, ait été victime de jeunes hommes vicieux et sans scrupules ou d’autres personnes qui auraient pu profiter de sa générosité a été étudiée. Cependant, l’enquête a montré que les seuls amis proches de Dean étaient Elmer Wayne et David Brooks, et aucun d’eux, du moins en apparence, ne semblait être un candidat probable au meurtre de l’homme âgé.

Wayne Henley Né le 9 mai 1956 à Houston, Wayne Henley était un jeune homme de 17 ans seulement, plein de boutons, qui avait abandonné l’école et avait un problème d’alcoolisme. Issu d’un foyer brisé, il a subvenu aux besoins de sa mère et de ses trois frères et sœurs. Son père était un agresseur qui se pompait le visage dans l’alcool et battait sa femme et ses enfants. Il a quitté la maison quand Henley avait 14 ans, l’adolescente est donc devenue le soutien de famille. Travaillant jour et nuit, il y avait peu ou pas de temps pour l’éducation. Avant d’abandonner l’école à 15 ans, il a rencontré David Brooks, son aîné d’un an, et les deux hommes sont devenus des amis assez proches, fréquentant les piscines publiques, fumant de la marijuana et sniffant du spray acrylique. Henley a essayé de s’engager dans l’armée, mais a été rejeté parce qu’il avait abandonné le lycée et n’avait pas une éducation suffisante pour être admis. De ses sorties avec Brooks, Henley apprend que son ami passe beaucoup de temps en compagnie d’un homme plus âgé : Dean Corll.

David Owen Brooks est né à Beaumont, au Texas, en 1955. Comme Wayne Henley et Dean Corll, il était le fruit d’un foyer brisé. Ses parents ont divorcé en 1960, alors que David n’avait que cinq ans. Il passe une partie de son temps à Houston avec son père et le reste avec sa mère à Beaumont. Au milieu des années 1960, alors qu’il avait 10 ou 11 ans, Brooks a découvert l’usine de bonbons de Corll, qui se trouvait en face d’une école primaire. Il aimait Corll, un type plus âgé qui ne le traitait pas de mauviette comme son père. Quelques temps plus tard, il avouera que Corll est le premier adulte qu’il a rencontré qui « ne s’est pas moqué de mon visage ». Mais Corll n’était pas un ange. Il a approché Brooks, un enfant, pour lui faire part de ses plus noirs désirs. Il a persuadé l’innocent Brooks de baisser ses sous-vêtements et lui a fait une fellation. Comme cité, David a accepté une telle relation parce que Dean est devenu sa figure paternelle, prenant soin de lui, lui donnant de l’argent quand il en avait besoin et le laissant rester chez lui quand il se disputait avec son père. « Un homme comme Corll peut avoir une très grande influence sur un jeune garçon peu sûr de lui », a rapporté plus tard l’avocat de David, Jim Skelton. Malgré le divorce de ses parents, David avait un avenir prometteur en tant qu’étudiant, obtenant d’excellentes notes à l’école primaire. Puis, au lycée, ses notes ont dégringolé. À cette époque, il a commencé à fréquenter son ami d’enfance, Dean Corll. Brooks était tellement attaché à Corll qu’il a abandonné le lycée juste pour passer son temps libre avec lui. C’est David Brooks qui a présenté son vieil ami, Wayne Henley, à l’oncle  » bon vivant  » Dean Corll.

David, Wayne et Dean étaient souvent vus ensemble chez Dean, dans son van ou rencontrant d’autres jeunes dans les différents endroits qu’ils fréquentaient. L’auteur Jack Olsen, dans son livre « The Man With the Candy », a décrit la situation :

    « Corll et les deux garçons formaient un trio improbable ; au début des années 1970, il avait la trentaine et les garçons étaient au milieu de l’adolescence. Ils semblaient n’avoir rien en commun… Pour la plupart des habitants des Heights, ce trio étrange n’était vu que comme on voit parfois un faucon dans les bois : en silhouette rapide, ou comme une ombre cachée, passant rapidement. Individuellement, Corll, Henley et Brooks étaient discrets ; ils étaient considérés comme des losers, des zéros à gauche dans la société des adolescents. En trio, le vieux principe mathématique s’appliquait : zéro fois zéro égale zéro. »

La police est donc parvenue à une conclusion : Dean Corll était un homosexuel trentenaire refoulé qui semblait ne pas avoir connu les plaisirs de l’adolescence – probablement parce qu’il était gay à une époque (et un lieu) conservatrice. À un moment donné, il a rencontré les adolescents Henley et Brooks et le trio a commencé à traîner ensemble, devenant une relation commensale où Henley et Brooks gagnaient de l’argent de Corll en échange de garçons amenés par le duo d’adolescents pour une nuit de plaisir avec le propriétaire de la maison. Plus que ça, Henley et Brooks sont devenus les « assistants » de Corll. De quelle manière ? Dean avait une Plymouth GTX sensationnelle, une voiture que Henley et Brooks utilisaient (parfois c’était un Van blanc) pour attirer d’autres adolescents comme eux pour une balade et un passage chez Corll pour une bière. Après avoir emmené les enfants chez Dean, Henley et Brooks assistaient Corll dans ses désirs sadiques : déshabiller les victimes, les bâillonner, leur attacher les mains et les jambes, et les menotter à la table de torture. Plus que des viols et des tortures, les garçons ont été brutalement assassinés par le trio. Ils forçaient souvent les victimes à écrire des lettres à leurs parents ou même à les appeler, en leur disant qu’ils reviendraient bientôt.

    « Je ne pouvais pas m’en aller comme ça. Si je n’étais pas là, je savais que Dean s’en prendrait à un de mes petits frères, parce qu’il les aime bien. »

[Wayne Henley]

Comme nous l’avons cité au début de ce billet, il existe une caractéristique commune à d’innombrables affaires de meurtres en série dans le monde : des personnes, en particulier des adolescents, disparaissent et la police conclut qu’elles ont simplement fugué. C’est ce qui s’est passé dans l’affaire Dean Corll à Houston au début des années 70. La ville se développait rapidement et il n’y avait tout simplement pas assez d’officiers de police pour garder le taux de criminalité sous contrôle. Les personnes disparues étaient quelque peu négligées, surtout s’il s’agissait d’un jeune homme issu d’un quartier compliqué. The Heights était l’un de ces quartiers, une vieille partie de la ville qui avait connu son apogée à la fin des années 1800, mais qui était maintenant vieille et abandonnée après la Seconde Guerre mondiale.

Une énorme tragédie a discrètement commencé dans les Heights le 29 mai 1971. David Hilligiest, 13 ans, et son ami Gregory Malley Winkle, 16 ans, ne sont pas revenus d’une sortie à la piscine du quartier. Selon l’auteur Jack Olsen, la police a informé les Hilligiest que :

    « Les temps avaient changé. Les garçons fuguaient des meilleurs foyers, et ils ont dit qu’ils devraient inscrire David dans le classement des fugueurs. Non, il n’y aura pas de recherche officielle de l’enfant, mais s’il est vu pendant les heures de classe, il sera détenu et interrogé. C’était tout ce que la loi permettait. »

Un fugueur n’est pas un criminel. Les parents de Malley ont fait des efforts herculéens pour découvrir ce qui était arrivé aux garçons. Cette nuit-là, Mme Winkel a reçu un appel téléphonique très étrange de Malley peu avant minuit. Quand elle a demandé où il était, il y a eu une longue pause.

    « On est à Freeport, maman. J’ai appelé pour vous faire savoir où je suis. »

Elle était très en colère qu’il soit à 90 miles de Houston et a demandé ce qu’il faisait et avec qui il était. Il lui a dit qu’il nageait avec des garçons, mais qu’ils le déposeraient à la maison plus tard. Le lendemain, elle a appris que Malley et David avaient été vus dans une camionnette blanche, mais aucun de leurs amis ne savait ce qui leur était arrivé.

Les Hilligiest se sont rendus à Freeport pour rechercher les garçons, ont distribué des prospectus, offert une récompense et même engagé un détective privé avec leurs maigres ressources, mais sans résultat.

Un des amis de David, Wayne Henley, s’est présenté au domicile des Hilligiest en proposant de poster les affiches que les parents avaient imprimées. Les jeunes enfants des Henley jouaient avec les jeunes frères et sœurs de David.

Quelques mois plus tard, le 17 août, Ruben Watson, 17 ans, a reçu de l’argent de sa grand-mère pour aller au cinéma et a dit à sa mère qu’il la verrait à son retour du travail à 19 h 30, mais il ne l’a jamais fait.

Dix mois plus tard, le 24 mars 1972, le petit ami de Rhonda, Frank Aguirre, termine son service au restaurant Long John Silver’s et dit à sa mère qu’il sera à la maison à 22 heures. Il a aussi appelé Rhonda et a dit qu’il était en route pour sa maison. Elle a attendu dehors, mais il ne s’est pas montré. Elle est allée au coin de la rue et a réalisé que la voiture de Frank n’était plus là. Rhonda est rentrée chez elle et a continué à attendre, mais il n’est jamais arrivé. Au lieu de cela, il a disparu.

L'adolescent Wayne Henley (arrière-plan) et Dean Corll. Photo : Houston Press.
L’adolescent Wayne Henley (arrière-plan) et Dean Corll. Photo : Houston Press.

Des mois plus tard, alors que Rhonda et certains de ses amis étaient au Long John Silver’s après l’école, Wayne Henley est entré dans le restaurant à la recherche de Rhonda. Il l’a emmenée dans un coin et lui a dit d’arrêter de penser que Frank reviendrait. Wayne lui a dit que Frank avait eu des problèmes avec des gros bonnets et qu’ils l’avaient emmené. Wayne a dit qu’il ne pouvait pas lui en dire plus car il avait peur de ces personnes et qu’il prenait un risque en lui parlant de Frank. Alors Wayne a quitté le restaurant et est monté dans le van de Dean Corll.

    « Je ne sais pas si je le saluerais et lui dirais ‘merci’ ou si je lui tomberais dessus. »

[Tim Kerley, sur Wayne Henley qui a sauvé sa vie en tirant sur Dean Corll].

Quatre amis du même quartier ont disparu sans laisser de trace. Leurs familles et amis savaient qu’ils n’avaient pas fugué, mais qu’en est-il de la police ? Pour eux, c’était une autre histoire. Ils ont été considérés comme des fugueurs et c’était la fin de l’implication des autorités.

Mais pour les familles Heights, cela ne s’est pas arrêté là. Le 21 mai 1972, Johnny Delome, 16 ans, a disparu avec son ami de 17 ans, Billy Baulch. Trois jours après la disparition, M. Baulch a reçu une lettre de Madisonville, au Texas, à 112 kilomètres de Houston :

    « Chers Maman et Papa, je suis désolé de faire ça, mais Johnny et moi avons trouvé un meilleur travail en chargeant et déchargeant des camions de Houston à Washington et nous serons de retour dans trois ou quatre semaines. Dans une semaine, j’enverrai de l’argent pour vous aider, toi et maman. Je t’aime, Billy. »

Les Baulches n’ont pas été soulagés de lire la lettre. Bien que l’adresse sur l’enveloppe porte l’écriture de Billy, la lettre elle-même avait été écrite pour ressembler à l’écriture de Billy ou il avait été contraint de l’écrire. Mais ce qui est plus sinistre encore, c’est que M. Baulch, qui était chauffeur de camion, savait qu’il n’existait pas d’emploi tel que celui décrit dans la lettre.

La famille de Johnny a également reçu une lettre similaire dont l’écriture leur semblait être celle de Johnny, mais l’orthographe était si parfaite qu’ils savaient qu’il ne l’avait pas fait seul.

La police n’a pas été d’une grande aide, alors les Baulch ont essayé de chercher des indices par eux-mêmes. En récapitulant les incidents suspects survenus dans le passé de leur fils, ils ont rappelé que David Brooks avait donné de la drogue à Billy, ce qu’ils ont signalé à la police. Ils ont également rappelé que Dean Corll, l’ami de Brooks, avait souvent l’habitude d’accueillir Billy et d’autres jeunes du quartier chez lui.

Lorsque Mme Baulch a demandé à Billy ce que lui et les autres garçons faisaient pendant des heures chez Dean Corll, il lui a répondu :

    « Nous écoutons de la musique et regardons la télévision, et Dean nous montre des choses. Une fois, il nous a montré ses menottes. Nous étions là avec d’autres enfants, David Brooks et quelqu’un d’autre, et ils ont commencé à jouer avec les menottes et les ont mises à l’un des enfants, et Dean ne trouvait pas la clé. Il semblait qu’il ne trouverait jamais la clé pour les enlever. »

Quand le père de Billy a entendu cela, il était très contrit.

    « Ce n’est pas normal qu’un homme de cet âge fricote avec de jeunes garçons. »

Les Baulch ont commencé à chercher le Candyman. Lorsqu’ils l’ont trouvé, Dean Corll s’est montré poli et respectueux, mais a dit qu’il n’avait aucune idée de l’endroit où Billy et Johnny étaient ou seraient allés.

Un jour après que Wayne Henley ait déchargé un revolver sur Dean Corll, la police fouille un garage à bateaux loué par le Candy Man à la recherche de corps. Date : 9 août 1973. Photo : Greg Smith/Houston Post.
Un jour après que Wayne Henley ait déchargé un revolver sur Dean Corll, la police fouille un garage à bateaux loué par le Candy Man à la recherche de corps. Date : 9 août 1973. Photo : Greg Smith/Houston Post.

De manière presque incroyable, des variations de cette histoire ont été répétées pendant près d’un an, jusqu’en août 1973. Pourtant, personne n’a compris l’ampleur de la tragédie qui se déroulait. Jusqu’à ce que Wayne Henley décharge un revolver sur Dean Corll et conduise la police au garage à bateaux.

« La police de Houston a déterré quatre nouveaux corps hier, portant à 23 le nombre de jeunes hommes assassinés après avoir été torturés par un maniaque sexuel de 34 ans et deux de ses amis, l’un âgé de 17 ans et l’autre de 18 ans. »

[Jornal do Brasil, 11 août 1973].

Wayne Henley a affirmé que Corll avait assassiné plusieurs garçons et enterré trois d’entre eux dans un garage à bateaux à plusieurs kilomètres de Houston. En fin d’après-midi, il a conduit des policiers (et quelques prisonniers de bonne conduite) dans une rue appelée « Silver Bell » jusqu’à un garage à bateaux nommé « Southwest Boat Storage ». Le garage de Dean était le numéro 11. L’auteur John K. Gurwell a décrit la scène :

    « Le garage n’avait pas de fenêtres, et les agents se déplaçaient lentement pour habituer leurs yeux à l’obscurité de l’intérieur. Deux tapis défraîchis couvraient le sol en terre battue, s’étendant sur trois mètres à partir de l’entrée. L’un était vert, l’autre bleu. A l’intérieur, à gauche, se trouvait une énorme boîte en carton vide. La carcasse à moitié démontée d’une voiture, recouverte d’une bâche, se trouvait en bas à droite… derrière le tonneau dans le coin se trouvait un sac en plastique, et à l’intérieur un sac de chaux vide. »

Dans la chaleur accablante du mois d’août, les détenus que la police a emmenés sur les lieux ont trouvé une couche de chaux. La sueur dégoulinait sur la peau des détenus alors qu’ils creusaient dans la couche blanche de chaux. Quelques centimètres plus loin, une couverture en plastique est apparue, enveloppant le corps nu d’un garçon d’environ 13 ans.

« C’est ma faute », a pleurniché Wayne devant les enquêteurs.

    « Je ne peux pas m’empêcher de me sentir coupable, c’est comme si j’avais tué ces enfants moi-même. J’ai causé leur mort. Je les ai amenés directement à Dean. »

Sous le premier corps se trouvait un squelette. Puis, en creusant à droite de la première tombe, ils ont trouvé les corps de deux autres adolescents. L’un avait été abattu et l’autre étranglé.

La propriétaire du lieu, Mayme Meynier, a raconté à la police que Dean Corll semblait être une personne formidable. Il a utilisé le garage pendant près de trois ans et lui a rendu visite plusieurs fois par semaine. Bien qu’elle ne sache pas ce qu’il y a à l’intérieur, Corll lui a dit qu’il avait besoin de louer un espace supplémentaire car il était « presque plein ».

Alors que les corps sont dévoilés, la presse apprend la découverte et se déplace en masse. A minuit, les corps de huit victimes avaient été retrouvés. Jack Olsen a capturé l’horreur de la police en une seule phrase :

    « Ils avaient tous vu la mort, mais aucun n’avait été témoin de la transfiguration de jeunes gens enjoués en sacs de charogne puants. »

À la fin du premier jour, les Hilligiest, Mme Winkle et d’autres parents ont compris pourquoi leurs enfants avaient mystérieusement disparu.

.

    « Le premier meurtre dont je me souviens est survenu quand Dean vivait à Yorktown. Il y avait deux garçons là-bas et je suis parti avant qu’ils ne soient tués. Mais Dean m’a dit qu’il les avait tués. Je ne sais pas où ils ont été enterrés ni quels étaient leurs noms… Le premier meurtre auquel je me souviens avoir assisté était au 6363 San Felipe. Le garçon s’appelait Ruben Haney [Watson]. Dean et moi étions les seuls impliqués dans cette affaire. Mais Dean l’a tué. J’étais juste présent quand c’est arrivé.

Je me souviens aussi de deux garçons qui ont été tués dans l’immeuble Place One à Mangum. Ils étaient frères et leur père travaillait à côté sur un chantier de construction. J’étais présent lorsque Dean les a tués en les étranglant, mais là encore, je n’y ai joué aucun rôle. Je crois que j’étais présent quand ils ont été enterrés, mais je ne me souviens pas où ils ont été enterrés. Je me souviens d’un garçon qui a été assassiné à Columbia dans la maison de Dean. C’était avant Wayne Henley [avant que Wayne Henley ne les rejoigne]. Dean a gardé ce gamin en vie pendant quatre jours avant de le tuer. Je ne me souviens pas de son nom, mais on l’a eu à l’angle de la 11e et de Rutland. Je me souviens que j’ai aidé à l’enterrer aussi, mais je ne me souviens pas où. J’étais vraiment attristé que Dean ait tué ce gamin parce qu’il l’aimait vraiment bien […].

C’est à l’époque où nous vivions sur Columbia Street que Wayne Henley s’est impliqué. Wayne a pris part à l’activité de ramassage de garçons, puis a joué un rôle actif dans les meurtres. Wayne semblait prendre plaisir à faire souffrir et devenait particulièrement sadique sur Schuler [rue où Dean Corll vivait et tuait des garçons]. La plupart des meurtres qui se sont produits après l’arrivée de Wayne nous impliquaient tous les trois […] J’étais présent lorsque Mark Scott a été tué à l’adresse de la rue Schuler. Mark avait un couteau et a essayé d’attraper Dean. Il a balancé le couteau et a déchiré la chemise de Dean, lui griffant la peau. Il avait une main attachée sur la table et Dean a attrapé sa main avec le couteau. Wayne a couru et a attrapé le revolver, et Mark a cédé. Wayne l’a tué, je pense qu’il l’a étranglé. Mark a été enterré sur la plage ou dans le garage du bateau […].

C’est à Schuler que Wayne et Dean ont essayé de m’attraper et de me tuer. J’ai supplié Dean de ne pas me tuer et il m’a laissé partir […] Au total, je pense qu’il y a entre 20 et 30 enfants assassinés et ils sont tous enterrés à trois endroits différents. J’étais présent et j’ai aidé à enterrer plusieurs d’entre eux, mais pas tous. La plupart d’entre eux ont été enterrés dans le garage à bateaux. Trois ou quatre sont enterrés à Sam Rayburn […] Le troisième emplacement est la plage de High Island […] Je regrette que cela soit arrivé et je suis désolé pour les familles des garçons.  »

[Extrait de la confession de David Brooks. Tiré du livre L’homme aux bonbons de Jack Olsen. Pages 159 à 162]

Le lendemain, en possession de huit corps, la police interroge à nouveau Wayne Henley. Les choses étaient trop sérieuses et ils voulaient l’histoire complète. Dans un premier temps, Wayne a déclaré qu’il n’était pas impliqué dans les meurtres, mais qu’il avait été témoin des atrocités commises par Corll. Quand il a appris que David Brooks avait avoué, il a alors révélé son implication totale.

Une terrible histoire de trahison, de torture, de mutilation et de meurtre a alors émergé. Wayne a finalement admis qu’il avait pris part au sadisme et au meurtre, ainsi qu’à la recherche de nouvelles victimes pour Corll.

Dans leurs aveux, Henley et Brooks ont mentionné les noms de nombreux adolescents qu’ils ont aidé à tuer, dont plusieurs étaient des amis, notamment Mark Scott, un ami d’enfance. Ils ont admis avoir aidé Corll à transporter les corps dans sa voiture ou sa camionnette et avoir creusé les trous où ils ont enterré plusieurs victimes. Un matin, a avoué Brooks, Henley et lui ont passé plusieurs heures à pêcher dans le réservoir Sam Rayburn avant de prendre un cadavre dans la camionnette de Corll, de creuser un trou et de l’enterrer.

Les victimes potentielles devaient être jeunes et belles. Corll, Henley et Brooks les recrutent individuellement ou en trio. Ils organisaient régulièrement des fêtes avec de l’alcool et de la marijuana. Le plus effrayant est que Henley et Brooks ont recruté leurs amis, des amis d’enfance et de longue date, en sachant pertinemment que ces amis seraient torturés et tués. Certains des garçons avaient été castrés, d’autres avaient eu le pénis mutilé par les morsures de Corll, d’autres encore avaient été battus à mort.

Mais la torture a varié. Corll pourrait commencer par arracher les poils pubiens des garçons un par un avec une pince à épiler, se délectant des cris de douleur des victimes. Puis il enfonçait une fine tige de verre dans l’urètre du pénis ou un grand rectangle de caoutchouc dans le rectum de la victime.

« Dean les baisait toutes et parfois les suçait et les faisait le sucer. Puis il les tuait. »

[Wayne Henley]

    « En conduisant avec Corll un après-midi, Henley a vu un adolescent aux cheveux longs, lui a demandé s’il voulait fumer de la marijuana, et bientôt le gamin était dans la voiture. Ils ont conduit jusqu’à l’appartement de Corll, puis Henley est parti. Le lendemain, Corll a donné 200 dollars à Henley. « Un jour ou deux plus tard, j’ai découvert que Dean avait tué le garçon », a déclaré Henley dans sa confession. « J’ai découvert que Dean lui a bouffé le cul et l’a ensuite tué. »

[Texas Montlhy, Les Garçons Perdus]

L’une des techniques pour maîtriser les adolescents, Henley l’a décrite comme « le jeu des menottes ». Il s’agit de la même « technique » utilisée par le tueur de clowns John Wayne Gacy, qui sera arrêté cinq ans plus tard à Chicago, également pour avoir tué des adolescents. C’est la stratégie utilisée contre Frank Aguirre, le petit ami de Rhonda et l’ami de longue date de Henley. « Voyons qui peut se menotter les mains et les enlever tout seul ? » Quand Aguirre lui a mis les menottes, Corll l’a traîné dans la chambre et, selon Henley, « s’est amusé avec lui ». Après l’étranglement d’Aguirre, Corll, Brooks et Henley l’ont enterré sur la plage de High Island. Là encore, les « assistants » ont reçu une poignée de dollars en guise de récompense.

À la fin du deuxième jour de l’enquête, le nombre de corps est passé à 17. On a demandé à Henley et Brooks de faire une liste de tous les garçons dont ils pouvaient se souvenir. Henley, qui ne cessait de parler, a dit à la police que plusieurs garçons étaient enterrés près du lac Sam Rayburn et sur la plage de High Island. Un voyage a été immédiatement planifié à ces endroits. Plusieurs corps ont été découverts rapidement, mais comme il était tard, les fouilles ont dû attendre le lendemain.

L’affaire, évidemment, a pris d’assaut non seulement les médias américains mais aussi les médias du monde entier. Du Brésil à l’Union soviétique. Du Japon au Vatican. Dans son quotidien, L’Osservatore Romano, le Vatican a écrit que les crimes commis à Houston appartenaient au « domaine du diable ». Izvestia, quant à lui, le principal journal du gouvernement russe soviétique, s’en est pris à lui, affirmant que les crimes ont eu lieu à cause de « l’indifférence et de la bureaucratie meurtrière » présentes dans le monde capitaliste.

Dans les jours qui suivent, 17 corps sont découverts dans le garage à bateaux et avant la fin de l’enquête, les corps de 27 garçons ont été déterrés, devenant ainsi la plus grande affaire de meurtres en série de l’histoire américaine à ce jour, battant le record existant de 25 victimes établi par Juan Corona [au total, Corll a assassiné 28 garçons – l’un des corps n’a jamais été retrouvé]. Le numéro tristement célèbre de Dean Corll sera battu cinq ans plus tard par le clown tueur John Wayne Gacy. Certains des corps étaient recouverts d’une couche de chaux et enveloppés dans du plastique transparent. D’autres n’étaient rien de plus que des morceaux de chair putréfiés. Certains avaient encore du ruban adhésif dans la bouche, d’autres des cordes de nylon enroulées autour du cou ou des trous de balles dans la tête. Un des garçons était enterré en position foetale.

Wayne Henley, assis et les mains sur la tête, est interrogé par le détective Karl Siebeneicher devant le garage à bateaux. Photo : David Nance, Houston Chronicle.
Wayne Henley, assis et les mains sur la tête, est interrogé par le détective Karl Siebeneicher devant le garage à bateaux. Photo : David Nance, Houston Chronicle.
Un détenu creuse dans le garage du bateau à la recherche de corps. Dans la brouette, le crâne de la dixième victime a été déterré. Date : 9 août 1973. Photo : AP.
Un policier creuse dans le garage du bateau à la recherche de corps.Dans la brouette, le crâne de la dixième victime a été déterré. Date : 9 août 1973. Photo : AP.
La terre déterrée révèle un cadavre enveloppé dans un sac en plastique. Photo : tapatalk.
La terre déterrée révèle un cadavre enveloppé dans un sac en plastique. Photo : tapatalk.
Les restes d'une des victimes, déterrés dans le garage du bateau. Photo : tapalk.
Les restes d’une des victimes, déterrés dans le garage du bateau. Photo : tapalk.
Wayne Henley et David Brooks sur High Island pendant les recherches d'autres corps. Photo : Corbis.
Wayne Henley et David Brooks sur High Island pendant les recherches d’autres corps. Photo : Corbis.

Certaines des victimes les plus récentes ont été rapidement identifiées. L’une des personnes retrouvées dans le garage à bateaux, Marty Jones, qui avait été assassiné fin juillet 1973, était un cousin de l’inspecteur Karl Siebeneicher, de la brigade criminelle de Houston. Dévasté par la mort de Jones, Siebeneicher se suicidera quatre ans plus tard. D’autres corps ont été identifiés uniquement parce qu’ils contenaient une carte de sécurité sociale ou un permis de conduire. Jimmy Glass a été réduit à l’état de squelette, et sa famille l’a identifié parce que sa veste en cuir a également été enterrée avec le corps. D’autres corps n’ont été identifiés que des décennies plus tard grâce à l’ADN.

Plus de victimes

« Certains tueurs en série s’engagent dans un travail qui contraste tellement avec leur nature perverse qu’il frise le grotesque. Un cas frappant est celui de Dean Corll, un tueur sexuel de Houston, au Texas. Corll, qui ressemblait à un croisement bizarre entre Willy Wonka et le Marquis de Sade, travaillait dans la fabrique de bonbons de sa mère. Adoré par les enfants du quartier qui lui distribuaient des friandises, on l’appelait le « Candy Man ». »

[Harold Schechter, Serial Killers – Anatomy of Evil, DarkSide Books, 2013].

Il n’y avait que 28 enfants ? L’un des corps retrouvés sur High Island a été identifié comme étant Jeffrey Konen, un étudiant de l’Université du Texas vivant à Austin. Dans l’affaire Konen, Corll n’a pas eu l’aide de ses complices. Si Corll a tué seul, n’est-il pas probable qu’il en aurait tué d’autres de son côté ? Qui peut dire qu’il n’a commencé à tuer qu’après ses 30 ans ? De 1968 à 1970, les membres de la famille de milliers de personnes disparues à Houston ont déposé des dossiers auprès de la police de Houston, dont des centaines d’adolescents. Les spécialistes de l’affaire Corll affirment que plusieurs de ces adolescents disparus ont disparu parce qu’ils ont croisé leur chemin avec celui de Corll.

L’arrière-cour de la maison de Corll à Pasadena a été fouillée, de même que l’ancienne usine de bonbons de sa mère. Les anciens employés de l’usine se souviennent que Corll creusait toujours derrière l’usine, où il cimentait ensuite. Des témoins ont également déclaré qu’ils ont longtemps vu Corll creuser dans une zone où un parking a été construit par la suite. Mais une semaine seulement après la découverte des premiers corps, les autorités ont mis fin aux fouilles. Le shérif du comté de Chambers, qui a supervisé les fouilles de High Island, a déclaré sans donner plus d’explications qu’il avait décidé d’arrêter les recherches de son propre chef. À moins de recevoir des informations concrètes sur l’emplacement des tombes, il n’allait pas perdre son temps. Apparemment, il n’a pas tenu compte du fait que Brooks et Henley n’ont commencé à fréquenter Corll qu’en 1970 ; Corll aurait pu commencer sa folie meurtrière bien avant. Larry Earls, qui était un jeune inspecteur de la brigade criminelle à l’époque, a déclaré au Texas Monthly en 2011 que « cela m’a toujours dérangé. Henley et Brooks nous ont dit qu’ils pensaient qu’il y avait d’autres corps et qu’ils pouvaient nous donner des conseils sur d’autres endroits où creuser, mais on nous a dit non. »

Bob Wright, journaliste radio à Houston à l’époque, a rapporté, également à Texas Monthly, qu’un détective ayant travaillé sur l’affaire lui a dit que les fouilles avaient été arrêtées au moment où le nombre de corps avait dépassé le record de Juan Corona. Des politiciens, des hommes d’affaires, des francs-maçons et d’autres personnes puissantes auraient fait pression pour arrêter les recherches, car ils s’inquiétaient du nombre élevé de victimes – cela ruinerait la réputation de la ville et pourrait nuire aux affaires. Dépasser d’un ou deux corps le record du Californien Juan Corona était même acceptable, mais il serait humiliant et désastreux pour tout le monde que ce nombre dépasse 40 ou 50.

« Il a dépassé le total de l’enterrement collectif de Juan Corona en 1971, puis, inexplicablement, les recherches ont pris fin ».

[Serial Killer Quarterly – Katherine Ramsland]

« Il a pointé [l’arme] sur Dean et a dit, ‘Je ne peux plus le supporter’. Je ne peux pas te laisser tuer tous mes amis. Et il a tiré sur lui. Quel que soit le démon en Wayne, il y avait toujours quelque chose de bon en lui, et finalement le bien l’a emporté. Wayne a sauvé ma vie, et il a sauvé la vie de Tim aussi. Wayne a tué le diable. »

[Rhonda Williams]

Wayne Henley a rendu justice à Dean Corll le 8 août 1973, lorsqu’il a abattu le tueur en série en état de légitime défense. Dans « Serial Killer Quarterly Vol.1 No.2 – Partners in Crime », Katherine Ramsland révèle qu’après avoir été mis au défi par Corll de le tuer, Henley a avalé sèchement, a réfléchi quelques secondes, a visé directement la tête de Corll et a tiré un coup qui a touché son front. Le tueur en série a fait un petit pas en arrière et, comme les méchants des films d’horreur, a recommencé à avancer. Sous le choc de ce qu’il voyait, Henley s’est souvenu d’une vieille leçon de son gourou : si vous voulez tirer sur quelqu’un à mort, continuez à tirer jusqu’à ce qu’il touche le sol. Henley a donc tiré deux fois de plus, touchant Corll à l’épaule gauche, qui a reculé en titubant, s’est retourné et a passé la porte dans le couloir. Henley a tiré trois fois de plus, l’atteignant dans le dos.

« Corll a fait un bruit bizarre, a heurté le mur et a glissé sur le sol. Henley l’a regardé, stupéfait. Le Candyman – son mentor et ami – était mort. Son corps nu était étalé dans le couloir.  »

Le corps de Dean Corll près d'un mur. Il a été tué de six balles par l'adolescent Wayne Henley aux premières heures du matin du 8 août 1973. Photo : Département de la police de Pasadena.
Le corps de Dean Corll près d’un mur. Il a été tué de six balles par l’adolescent Wayne Henley aux premières heures du matin du 8 août 1973. Photo : Département de la police de Pasadena.
[Serial Killer Quarterly – Katherine Ramsland]

Selon Wayne et David Brooks, ils envisageaient déjà de tuer Corll parce qu’ils avaient peur de lui et qu’il était devenu fou. Ils se considéraient comme des victimes potentielles et craignaient de ne pas s’en rendre compte à temps pour s’échapper. De plus, Dean agissait bizarrement et ils craignaient que son besoin croissant de nouvelles victimes, ainsi que sa sauvagerie lors des derniers meurtres, ne constituent une menace pour leur sécurité. Et finalement, ils avaient raison, car Henley, son ami Tim et leur amie Rhonda ont failli devenir les vingt-neuvième, trente-troisième et trente-et-unième victimes du tueur en série.

Bien qu’ils aient avoué avoir participé à la torture et au meurtre de nombreuses victimes, ni Henley ni Brooks n’étaient des candidats probables pour les règles de la peine capitale nouvellement définies au Texas. La législation ne prévoyait pas que le meurtre commis au cours d’un comportement quelconque serait puni de mort, mais uniquement dans les cas d’enlèvement, de vol, de cambriolage, de viol et d’incendie criminel.

Wayne Henley pendant les audiences de son procès.
Wayne Henley pendant les audiences de son procès.

Les 12 jurés qui ont inculpé Henley et Brooks pour meurtre ont publié un document explosif critiquant la police et le procureur de la ville, affirmant que leur enquête a laissé des goulots d’étranglement. Certains jurés ont été tellement indignés qu’ils ont mené leurs propres enquêtes, conduisant autour de Houston, interrogeant des témoins et essayant de trouver des indices sur d’autres frayères utilisées par Corll.

En 1974, Wayne Henley a été reconnu coupable de meurtre dans la mort de six garçons et a été condamné à six peines consécutives de 99 ans. En 1975, David Brooks a été reconnu coupable de meurtre dans la mort d’un garçon de 15 ans et condamné à la prison à vie. Deux adolescents qui n’avaient pas encore 18 ans ont vu leurs destins se croiser pour le reste de leur vie.

Selon la loi, ils doivent se présenter tous les trois ans à une audience de libération conditionnelle. Les parents de Mark Scott, qui a été assassiné dans la série de meurtres, enterré à High Island, et dont les restes n’ont jamais été retrouvés, ont assisté à chaque audience pour s’assurer que la commission des libérations conditionnelles ne les libère jamais.

Wayne Henley s’est mis à l’art en prison et peint des fleurs et d’autres sujets non violents. La mise en vente de ses tableaux et autres objets personnels sur eBay a provoqué une vague de protestations dans la ville de Houston et ailleurs. Contrairement à d’autres États, le Texas ne dispose pas d’une loi telle que « Son of Sam », qui empêche les criminels de tirer profit de livres, de peintures et d’autres objets devenus populaires en raison de leur notoriété criminelle.

Une histoire sans fin

La gueule de bois de l’affaire Corll était énorme. Le gouverneur du Texas de l’époque, Dolph Briscoe, a lancé un appel à tous les adolescents fugueurs de l’État pour qu’ils contactent leurs parents et leur fassent savoir qu’ils étaient « vivants et en bonne santé ». Déjà, un jeune sénateur du Minnesota, Walter Mondale, avait demandé au Congrès de débloquer 30 millions de dollars sur trois ans pour mettre en place un système national de logements supervisés pour les adolescents fugueurs, afin qu’ils disposent d’un endroit sûr où dormir, ce qui réduirait les risques de se retrouver entre les mains de tueurs comme Corll. En Californie, lorsqu’un sénateur conservateur a découvert qu’un texte d’éducation sexuelle utilisé dans les écoles de l’État – Human Sexuality – écrit par un psychologue de l’université de Houston, se trouvait parmi les affaires de Corll, il a écrit au gouverneur (et futur président) Ronald Reagan, demandant instamment que le livre soit interdit dans les écoles californiennes, notamment parce qu’il laissait entendre que l’homosexualité n’était pas un comportement anormal. « Tu devrais peut-être faire un voyage au Texas. Demandez aux membres de la famille des 27 garçons si le fait de s’adonner à des expressions sexuelles inhabituelles doit être considéré comme anormal », a-t-il écrit.

À Houston, dans les différents quartiers de la ville, les responsables communautaires, affirmant qu’il était possible que « d’autres pervers sexuels » opèrent dans la ville, ont fait circuler des pétitions demandant au gouvernement municipal d’imposer un couvre-feu nocturne aux adolescents. Ce qu’ils ont oublié : la plupart des victimes de Corll ont été ramassées pendant la journée. Les homosexuels avaient également une vie difficile. Dans un élan d’amateurisme total, le shérif de la ville, croyant œuvrer à la prévention d’autres crimes du même genre, a ordonné aux policiers de fréquenter les bars gays et de se montrer intransigeants. « Ils pensaient que nous étions tous des agresseurs d’enfants et des meurtriers », rapporte Ray Hill, l’un des premiers militants homosexuels de Houston et l’un des plus célèbres des États-Unis.

Tim Kerley est devenu un adulte alcoolique et rancunier. Pendant 35 ans, il a gardé le silence, ne faisant aucun commentaire sur cette affaire, même à sa famille. Mais en 2008, il a donné sa seule interview après l’événement à la chaîne Eyewitness News de Houston : « Il y avait une bataille entre le bien et le mal dans cette pièce. Et le bien a gagné. Peut-être que les familles des victimes ont un peu d’encouragement. On l’a eu. Tu sais, il est mort. Il est mort et l’autre est au pénitencier pour toujours », a-t-il dit. Six mois après l’interview, en mars 2009, déprimé et accro à l’alcool, Kerley est mort à 55 ans d’une crise cardiaque.

Rhonda

Rhonda Williams. Date : 10/2014. Photo : Houston Press.
Rhonda Williams. Date : 10/2014. Photo : Houston Press.

Après la nuit d’horreur chez Corll, Rhonda a été reniée par son père : « Tu as fait honte à la famille et tu ne reviendras plus jamais à la maison », lui a-t-il dit alors que Rhonda était encore au poste de police. Un juge du tribunal pour enfants a changé son nom de famille (de Williams à Griffin), l’a envoyée dans une nouvelle école et lui a ordonné de ne plus jamais parler de la nuit fatidique. Cela a fonctionné pendant un certain temps, mais les pensées de ce qui s’était passé ne disparaissaient jamais, et elle a commencé à fréquenter les cimetières pour se remettre les idées en place – la tranquillité de l’endroit la calmait. Quarante ans plus tard, Rhonda a rompu son silence et a donné une interview à la Houston Press. Elle a parlé de son enfance difficile, de son premier petit ami, Frank Aguirre, l’une des victimes de Corll et quelqu’un qu’elle n’a jamais oublié, et des événements survenus chez Corll. En 2005, Rhonda a rendu visite à Wayne en prison pour la première fois. Elle a posé des questions qui n’ont pas plu à la mère de Wayne : « Je lui ai dit qu’au lieu de questionner Wayne et de créer des problèmes, elle devrait penser à sa vie, à la vie qu’elle a eue et à la façon dont il lui a sauvé la vie. Alors laissez-le tranquille », a déclaré Mary Henley dans le rapport du Houston Press. Actuellement, Rhonda vit dans le Colorado.

Wayne Henley a aujourd’hui 61 ans et est toujours incarcéré au Texas. Sa prochaine audience de libération conditionnelle aura lieu en octobre 2025. En 1994, à la suggestion d’un marchand d’art de Louisiane, Henley a commencé à peindre comme passe-temps. « Tout ce que je demande, c’est que vous regardiez d’abord mon travail, c’est peut-être ma seule contribution à la société », a déclaré M. Henley après l’organisation puis l’annulation d’une exposition de ses peintures. En 1997, une galerie de Houston a exposé ses peintures, ce qui a provoqué la fureur des membres de la famille des victimes. En 2016, Henley a de nouveau fait parler de lui après avoir créé une page Facebook.

David

Incarcéré depuis 1975, il s’est vu refuser la libération conditionnelle 21 fois. Début 2018, il sera à nouveau éligible pour sortir de prison, ce qui ne se produira probablement jamais. Contrairement à Wayne Henley, Brooks est devenu un reclus en prison, n’acceptant pas d’accorder d’interviews.

le seul qui n’a pas de nom

Plusieurs des 28 victimes de Corll n’ont été identifiées que des décennies plus tard grâce aux progrès de l’ADN. Roy Eugene Bunton a disparu en 1971 et n’a jamais été lié à l’affaire. En 2009, sa sœur a contacté les autorités de Houston et a déclaré qu’elle pensait qu’il était l’une des victimes non encore identifiées. En réexaminant l’affaire, le coroner de Houston a découvert une terrible erreur : le corps qui, en 1973, avait été identifié comme celui de Michael Baulch était en fait celui de Bunton. La confirmation finale est venue des tests ADN effectués en 2011. En 2008, l’ADN a permis d’identifier les restes de Randell Harvey, disparu en 1971. Il est mort d’une balle dans l’œil tirée par Henley. En 2009, une autre identification positive a été faite pour les restes de Joseph Lyles, dont le squelette a été découvert sur High Island en 1983. En septembre 2010, une analyse d’ADN a confirmé l’identification de Michael Baulch, qui avait été identifié par erreur comme le deuxième corps déterré dans le garage à bateaux. Une autre erreur s’est produite dans l’identification de Steven Sickman. Initialement, les restes de Sickman retirés du garage du bateau ont été identifiés comme étant ceux de Mark Scott, cependant, Wayne Henley a assuré que Mark Scott avait été enterré sur High Island en « position fœtale, tête en haut ». De nouveaux examens en 2011 ont confirmé l’erreur. Quarante-quatre ans plus tard, seul un des 27 corps, déterré à Sam Rayburn, reste non identifié. Cette victime est connue sous le nom de « Swimwear Boy » et est répertoriée au bureau du médecin légiste de Houston sous l’identification ML73-3356. Ses restes ont été enterrés par les autorités du Texas en novembre 2009.

Le « garçon aux vêtements de bain » a été enterré le 12 novembre 2009 dans un cimetière de Houston. Il est la seule victime non encore identifiée (sur les 27 déterrées). Les experts ont fait un croquis de l’adolescent et l’image a été placée à côté du petit cercueil contenant ce qui restait de son corps. Photo : Michael Paulsen, Houston Chronicle.

29ème victime ?

En février 2012, la police de Houston a mis à disposition une photo d’une possible victime inconnue de Corll. La photo polaroid en couleur a été trouvée dans les affaires de Wayne Henley, qui ont été stockées dans des caisses par sa famille et placées dans un bus abandonné en 1973. Faisant des recherches pour un film, les producteurs ont obtenu la permission de Henley et de sa mère et ont fouillé dans les caisses, découvrant la photo d’un adolescent blond et terrifié, les mains menottées. Interrogé, Henley a répondu qu’il n’avait aucune idée de l’identité du garçon, mais que c’était peut-être lui ou Corll qui avait pris la photo, puisqu’il avait acheté l’appareil polaroid en 1972, avec l’argent gagné grâce aux crimes du tueur en série. À ce jour, le garçon sur la photo reste inconnu.

La 29ème victime de Dean Corll ? La photo du garçon terrifié a été retrouvée dans les affaires de Wayne Henley en 2012. Photo : ABC News.La 29ème victime de Dean Corll ? La photo du garçon terrifié a été retrouvée dans les affaires de Wayne Henley en 2012. Photo : ABC News.

la famille Corll

Le père de Dean Corll, Arnold, est décédé à l’âge de 85 ans le 5 avril 2001. Sa mère, Mary, est décédée à l’âge de 94 ans le 31 mai 2010. Son frère cadet, Stanley, a aujourd’hui 75 ans et on ignore où il se trouve. Ils n’ont jamais parlé des crimes de la « brebis galeuse » de la famille et ont disparu après la tempête qui a suivi la découverte des meurtres en série, ce qui est compréhensible, après tout, peut-on imaginer qu’un être cher si proche meure si soudainement et soit accusé d’actes aussi atroces ?

Folie à deux

« Je vais être honnête avec vous, c’était important que Dean m’apprécie. Il était gentil. »

[Wayne Henley]

Comme beaucoup de tueurs en série, Dean Corll s’intéressait à un profil spécifique de victimes : les adolescents. Torturer, mutiler et tuer des femmes ne l’intéressait pas, aussi, lorsque son complice Henley lui a amené une jeune fille, Corll a pu se sentir en quelque sorte trahi. D’après ce que l’on sait du fonctionnement du partenariat, Henley a rompu l’accord habituel sans l’autorisation de Corll. Comme le rapporte l’ancien agent du FBI John Douglas dans son livre Mindhunter, le « contrôle » est l’un des mots centraux lorsque l’on parle des tueurs en série. Et avec Dean, ce n’est pas différent. Il était censé se sentir toujours en charge, il avait donc un adolescent sous son aile, facilement manipulable et dominé, pour faire ce qu’il voulait et quand il le voulait. Ainsi, lorsque Henley a pensé et agi de manière indépendante, en amenant une femme chez Dean, il a pu se sentir outré et confus, cela diminuait son contrôle sur la situation. Il savait comment agir quand Henley amenait des garçons. Et maintenant, que faire de cette fille ? Et il était tellement outré que lorsque les adolescents se sont endormis après avoir bu et consommé de la drogue, il les a attachés tous les trois et les aurait sûrement tués si Henley n’avait pas fait preuve de perspicacité et de sang-froid pour se sortir de cette situation.

À la trentaine, en approchant des adolescents, en organisant des fêtes chez lui, en leur offrant des boissons et en leur faisant des civilités, Dean pourrait revenir à son adolescence perdue. Rien ne prouve qu’il était un « trentenaire » immature ; au contraire, son approche de l’adolescence était probablement un effort pour se rapprocher de quelque chose dont il avait envie : la jeunesse. « Personne ne t’aime quand tu es vieux et gay », a dit Corll à son ami Guy. Malgré son jeune âge, Corll semblait être affligé par le temps (quiconque atteint la trentaine sait qu’après cette marque, les anniversaires semblent survenir tous les six mois). De plus, un adolescent est beaucoup plus vulnérable et facilement manipulable, ce qui donne à Dean un niveau de contrôle qu’il ne pouvait pas expérimenter avec des personnes de son âge.

« En fin de compte, nous ne savons pas ce qui a poussé Corll à passer du fils agréable d’une femme qui tenait un commerce de bonbons à un monstre complet. Ou peut-être qu’il n’a jamais été ce gentil fils. Peut-être qu’il a toujours tué. Peut-être qu’il avait d’autres complices avant Henley et Brooks, et qu’il les a tués avec d’autres enfants et les a enterrés dans un cimetière jamais trouvé. Puis il a recruté Henley et Brooks et a tout recommencé. Ce qui me frappe, c’est qu’il est peu connu. Il était si vicieux et malveillant et, soyons honnêtes, l’un des plus brillants tueurs à avoir jamais existé en Amérique. L’autre jour, j’ai reçu un courriel d’un ami écrivain qui disait que Corll était bien pire que l’imaginaire Hannibal Lecter. Je n’ai pas pu m’empêcher d’être d’accord. »

[Skip Hollandsworth – auteur de Lost Boys, dans une interview avec Texas Monthly].

Fin

La partie la plus étonnante de l’affaire Dean Corll est peut-être l’oubli. Bien que deux livres sur les meurtres aient été publiés (et aient rapidement disparu des rayons pour n’être trouvés aujourd’hui que sur Internet – vive Internet !), l’affaire est étrangement restée dans les limbes. C’est peut-être parce que Dean Corll n’a pas vécu assez longtemps pour donner une interview effrayante ou parce que tout ce qu’il reste de lui, ce sont quelques photos en noir et blanc. La « concurrence » a peut-être aussi été déloyale, car le public et les médias ont fait une fixation sur les psychopathes qui ont suivi, comme John Wayne Gacy, Ted Bundy et David Berkowitz. Aujourd’hui encore, dans les Heights, où deux générations post-Corll se sont succédé, on ne sait presque rien du tueur en série et de ses deux assistants. Il n’y a pas de plaque ou de mémorial pour honorer les garçons assassinés. Selon un rapport du Texas Monthly, de nombreux habitants pensent que l’affaire n’est qu’une étrange légende urbaine, née d’une époque et d’un gouvernement étranges (beaucoup citent le président de l’époque, Nixon, comme un psychopathe).

Mais non, l’homme qui offrait des bonbons aux enfants des Heights (qui n’a jamais entendu cette histoire de la bouche de sa mère lorsqu’il était enfant ?) pour les récupérer lorsqu’ils seraient plus grands n’est pas une légende urbaine. Dean Corll n’a pas seulement tué 27 enfants, il a détruit une génération entière.

    « De nombreuses fois, elle [Ima Glass, la mère de Jimmy Glass] voyait un adolescent faire de l’auto-stop sur l’autoroute et criait : ‘C’est Jimmy ! Reviens, reviens !’, et pour maintenir la paix, mon père faisait demi-tour, à chaque fois. Puis un jour, elle a pris une arme et a traîné ma petite soeur Pamela dans la chambre. Quand le SWAT est arrivé, elle a tiré sur le sol et a crié : « Ils ne me prendront pas Pamela comme ils l’ont fait avec Jimmy ! » Nous lui avons pris l’arme et l’avons fait interner dans un hôpital psychiatrique. Elle n’a plus jamais été la même, pas même le reste d’entre nous. Dean Corll n’a pas seulement tué 27 garçons. Il a tué 27 familles. »

[Willie Glass, sœur de Jimmy Glass]

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings