Daniel GONZALEZ – Les Crimes Du Freddy Krueger Anglais – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Daniel GONZALEZ – Les Crimes Du Freddy Krueger Anglais

Daniel Gonzalez, né en 1980, vivait à Woking, dans le Surrey, avec sa mère, Lesley Savage, 46 ans, et son partenaire domestique. Gonzalez, décrit comme « brun et beau », a fréquenté une école privée, Gordon House, à Woking. Il était un champion d’échecs, un acteur talentueux et un étudiant très accompli. Son passe-temps favori était de regarder des films d’horreur. Apparemment, il n’a jamais eu de petite amie, n’a pas d’amis et n’a jamais eu de travail. Dès 1990, ses parents se sont inquiétés de son sort au point de l’emmener chez un psychologue. Alors qu’il était encore à l’école, il a commencé à se parler à lui-même et à rire à haute voix sans raison apparente.

Après avoir finalement été expulsé de l’école secondaire pour avoir dessiné des caricatures offensantes et avoir placé à plusieurs reprises des épingles sur les sièges des élèves (« piquerisme »), Gonzalez a commencé à consommer des drogues, qu’il achetait dans la rue. Sa vie a commencé à se dégrader rapidement. Il s’est livré à des agressions mineures, à des vols à l’étalage et à des actes de vandalisme comme le bris de vitres.

Pendant environ six mois, entre 1998 et 1999 (18-19 ans), Gonzalez s’est stabilisé. Il a été admis à la clinique Oak Tree, un service de sécurité moyenne, où il a été traité avec des antipsychotiques. Cependant, immédiatement après sa sortie de l’hôpital, il a cessé de prendre ses médicaments et est revenu à ses comportements antérieurs. Il a agressé des policiers, endommagé des biens et fait un court séjour en prison.

Entre son passage à la clinique Oak Tree et le premier cas de meurtre, il a reçu des soins sporadiques et de nombreux diagnostics erronés. Dans les dossiers de Gonzalez, un certain nombre de psychiatres ont mis en doute la véracité de ses symptômes, pensant plutôt qu’il pouvait faire semblant [Ces dossiers seront utilisés comme preuves, plus tard, par l’accusation].

À plusieurs reprises, on a entendu Gonzalez dire qu’il était inspiré par les films d’horreur. Il s’est notamment comparé au personnage de Freddy Krueger, de l’infâme « Les cauchemars d’Elm Street », dont Gonzalez souhaitait imiter les ravages. Et il considérait Eric Harris et Dylan Klebold, les tueurs de Columbine, comme des modèles à suivre ; il souhaitait perpétrer un crime similaire.

Selon The Independent, pendant plusieurs années, sa mère, administratrice du conseil du comté de Surrey, a écrit « des dizaines de lettres et passé des appels téléphoniques » aux services sociaux et de santé et à la Chambre des communes. Elle a été ignorée à plusieurs reprises. Elle s’est présentée avec son (M.P.) membre du Parlement. Le 22 juin 1998, elle a écrit une lettre au directeur des services sociaux de Surrey, lui demandant si son fils devait « commettre un meurtre » avant de recevoir une aide pour ses problèmes de santé mentale. Dans l’interview accordée à The Independent, Mme. Savage aurait déclaré : « Chaque fois que nous avons demandé de l’aide pour Daniel, ou que Daniel s’est débrouillé tout seul, on nous a dit que nous devions attendre qu’une crise se produise avant qu’il puisse obtenir l’aide dont il avait besoin. »

Le 26 octobre 2003, Gonzalez a écrit à son médecin, déclarant qu’il ne s’en sortait pas bien , il se sentait suicidaire et paranoïaque. Le médecin a suggéré que Gonzalez aille à l’hôpital,mais aucun traitement n’a eu lieu.

Puis, au cours du week-end du 11-12 septembre 2004, Gonzalez a participé à une rave, à Hackney, où il a consommé une quantité « massive » de speed, de « molly » (ecstasy), de cocaïne et de kétamine.

En 2003 et 2004, plusieurs médecins avaient conclu que Gonzalez présentait « très peu de risques » pour lui-même ou pour les autres. En fait, peu avant le premier meurtre, un médecin a déclaré que Gonzalez « se portait très bien sans médicaments ». Pourtant, le lundi 13 septembre 2004, deux jours avant la série de meurtres, Gonzalez a été vu en train de sprinter, nu, dans la propriété familiale de Woking.

Lorsque sa mère est arrivée à la maison, elle a constaté que la cuisine était jonchée de couteaux de cuisine. Et, le 15 septembre, quelques heures seulement avant de commettre son premier meurtre, Gonzalez a laissé ce qui était, à ce moment-là, le seul signe de violence physique : Il a utilisé la première arme du crime, un couteau de cuisine, pour poignarder un évier, dans sa maison, ce qui a laissé une petite bosse.

Peu de temps avant sa série de meurtres, puis pendant celle-ci, Gonzalez s’est écrit des lettres à lui-même en utilisant un surnom bien établi, « Zippy ». Il s’est donné des conseils, a écrit ses plans, ses espoirs et ses rêves. À un moment donné, il a écrit que cette entreprise meurtrière était « l’une des meilleures choses que j’ai faites dans ma vie ».

Le mercredi 15 septembre 2004, M. Gonzalez a parcouru trente miles, jusqu’à la zone côtière isolée de Portscreek, un endroit populaire auprès des marcheurs et des coureurs, près de Hillsea Station, à Portsmouth. Peter King, 61 ans, et sa femme promenaient leur chien, lorsque Gonzalez a déclaré à l’homme qu’il allait le tuer. Bien qu’il souffre de plusieurs coups de couteau au menton et d’une blessure mineure à la gorge, King est capable de repousser son agresseur. Gonzalez a marmonné : « Désolé, je suis schizophrène, je ne peux pas m’en empêcher », puis s’est enfui.

Ensuite, Gonzalez a parcouru environ trente miles, jusqu’à Hove. Il a revêtu un masque de hockey, à la manière du personnage du film Jason Voorhees, tristement célèbre dans « Vendredi 13 », et a tué Marie Harding, 73 ans, agent de billetterie pour le Brighton & Hove Albion F.C. Gonzalez l’a poignardée dans le dos, puis lui a tranché la gorge, alors qu’elle marchait sur un chemin éloigné dans une zone boisée, près d’Oakdeen Crescent, dans l’East Sussex.

Dans une lettre adressée à lui-même, Gonzalez a conclu qu’il n’avait pas réussi à tuer King parce que le couteau qu’il avait brandi était trop court.

À un moment donné, le 16 septembre, Gonzalez a volé une paire de couteaux longs dans un grand magasin.

Pendant dix heures, à partir de tard dans la nuit du 16, Gonzalez a bu dans un pub du West End. Puis, au petit matin du 17 septembre, il a parcouru près de soixante miles, jusqu’à Tottenham, au nord de Londres. A 5h30, ce matin-là, il a attaqué Kevin Molloy, 46 ans, dans la rue. Molloy, un Irlandais et ancien propriétaire de pub, qui avait été décrit comme « un gentil géant », a été poignardé à plusieurs reprises au visage, au cou, à la poitrine et à l’abdomen, et est mort sur le trottoir.

À 7 heures du matin, à Hornsey, à quatre miles du lieu de l’attaque de Molloy, Gonzalez s’est introduit de force au domicile de Koumis Constantino, 59 ans, et de sa femme, Christella. Ils ont été réveillés par un bruit, et ont vu Gonzalez, sortant de leur cuisine avec un de leurs propres couteaux, qui avait une lame de huit pouces. Le mari, qui, bien qu’ayant reçu de nombreux coups de couteau, aux avant-bras et à la poitrine, a pu repousser Gonzalez en utilisant un berceau pour bébé. Christella a couru dans la rue, en criant à l’aide. Gonzalez a perdu ce couteau, dans la lutte.

Tout au long de ces voyages et de ces attaques, Gonzalez a continué à tenir son « journal ».

Après l’attaque des Constantin, Gonzalez, couvert de sang, a pu à la fois prendre un taxi pour Highgate et acheter un autre couteau. Puis, à partir de 8 heures environ, Gonzalez a tenté, de manière frénétique, d’entrer dans un certain nombre de maisons choisies au hasard dans la région. Finalement, à Highgate, il s’est introduit au domicile de Derek Robinson, 76 ans, pédiatre retraité pour les personnes défavorisées, et de sa femme, Jean, 68 ans, retraitée d’une carrière à Christian Aid, et les a tués tous les deux, commettant ainsi ses crimes les plus brutaux. Après coup, selon la police, Gonzalez a qualifié l’expérience d' »orgasmique ».

Derek et Jean Robinso

Derek et Jean Robinso

Un décorateur local, voisin des Robinson, l’a aperçu, à l’intérieur de la maison des Robinson, nu, couvert de sang, et a téléphoné à la police. Quelques heures seulement après la dernière attaque, Gonzalez a été arrêté, dans le métro.

Détenu à Broadmoor, un hôpital de haute sécurité, où un médecin a suggéré que Gonzalez était le patient  » le plus malade  » de la résidence. Pendant qu’il était à Broadmoor, il était en pleine escorte (accompagné, partout, par des officiers de garde portant une tenue anti-émeute complète), toujours. Et, de façon incessante, Gonzalez s’est livré à des comportements d’automutilation, en tentant de s’arracher les veines avec les dents.

Lors de sa mise en accusation, Gonzalez a invoqué la folie ; cela a été rejeté. Le procureur Richard Horwell a soutenu que Gonzalez était un psychopathe, que c’était « sa personnalité même » qui avait conduit aux meurtres.

Le 16 mars 2006, le jury a rejeté l’argument de la défense, selon lequel Gonzalez souffrait de schizophrénie paranoïde. Si le jury avait accepté cet argument, Gonzalez aurait bénéficié d’une culpabilité atténuée et aurait été reconnu coupable d' »homicide involontaire ». Cependant, pour chacun des six chefs d’accusation (deux tentatives de meurtre et quatre meurtres), Gonzalez a reçu un verdict de « culpabilité ». Le juge Ann Goddard a décidé que Gonzalez serait condamné à la peine obligatoire de prison à vie (une pour chacune des attaques) ; il serait placé en détention provisoire à « Broadmoor ou dans un établissement similaire » (c.-à-d. reconnaissant qu’il souffrait d’une maladie psychiatrique, mais que cela ne l’empêchait pas de distinguer le bien du mal).

Pendant une période de plusieurs mois, à Broadmoor, Gonzalez a été considéré comme un cas si grave qu’il a été maintenu dans l’unité de soins intensifs.

Enfin, le 9 août 2007, à 8h30, Gonzalez a été retrouvé, mort, dans sa cellule de Broadmoor.  Il s’était suicidé en s’ouvrant les veines avec le bord dentelé d’un boîtier de CD.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings