Criminalité

Rituel satanique et hystérie sur les abus sexuels dans les crèches

La panique s’est emparée de l’imagination du public et de nombreux responsables de crèches ont été accusés d’abus sexuels à caractère satanique et rituel sur des enfants.
Les enquêteurs ont soumis les enfants à des questions suggestives, à des méthodes d’interrogatoire extrêmes et à des séances d’hypnose au cours desquelles de faux souvenirs ont été implantés dans l’esprit des enfants pour qu’ils correspondent à l’histoire qu’ils voulaient entendre. De nombreux innocents ont purgé des heures de prison alors que leur monde était bouleversé.

L’hystérie des abus sexuels rituels sataniques en crèche décrit une panique morale qui a semé la peur dans le cœur de la communauté tout au long des années 1980 et 1990. Cette panique a frappé l’imagination du public et a conduit à l’inculpation de nombreux responsables de crèches pour abus sexuels à caractère satanique et rituel sur des enfants. La terreur s’est répandue comme une traînée de poudre. Des histoires obscures et grotesques ont été diffusées dans les journaux et des réputations ont été déchirées en lambeaux.

De nombreux innocents ont purgé des heures de prison alors que leur monde était bouleversé.

Le comté de Kern

L’affaire du comté de Kern est celle qui a tout déclenché. En 1982, dans le comté de Kern, en Californie, Debbie McCuan, responsable d’une garderie, et son mari Alvin ont été accusés par Mary Ann Barbour (la grand-mère des enfants, qui souffrait d’une maladie mentale) d’avoir abusé de leurs enfants. Selon elle, les McCuan auraient prostitué les fillettes, les auraient exploitées à des fins de pornographie enfantine, les auraient torturées et les auraient forcées à regarder des snuff movies. Elle a incité les filles à confirmer l’histoire, qui a fini par impliquer les amis des McCuan, Scott et Brenda Kniffen, ainsi que la mère de Scott, qui rejoignaient alors le supposé réseau pédophile. Les deux fils des Kniffen ont fini par soutenir l’histoire des filles.

Michelle Remembers est un livre publié en 1980 par le psychiatre canadien Lawrence Pazder et sa patiente (et épouse) Michelle Smith.Le livre a fait l'objet de nombreuses critiques et a été discrédité par plusieurs enquêtes qui n'ont trouvé aucune corroboration des événements décrits dans le livre, tandis que d'autres ont souligné que les événements décrits dans le livre étaient extrêmement improbables et, dans certains cas, tout simplement impossibles.
Michelle Remembers est un livre publié en 1980 par le psychiatre canadien Lawrence Pazder et sa patiente (et épouse) Michelle Smith. Le livre a fait l’objet de nombreuses critiques et a été discrédité par plusieurs enquêtes qui n’ont trouvé aucune corroboration des événements décrits dans le livre, tandis que d’autres ont souligné que les événements décrits dans le livre étaient extrêmement improbables et, dans certains cas, tout simplement impossibles.

John Stoll

Six affaires similaires sont apparues dans la région. Dans l’une d’elles, cinq garçons accusaient quatre prévenus, dont le chef supposé était John Stoll, âgé de 41 ans, de crimes similaires. Les histoires sont devenues de plus en plus étranges, y compris des allégations de meurtres rituels sataniques de 29 bébés. Au final, 60 enfants au total ont témoigné des abus et 36 personnes ont été condamnées.

Image with no description
Anton Szandor LaVey, fondateur de l’Église de Satan et de la religion du satanisme de LaVey, a popularisé l’idée de rituels sataniques dans les médias.
Image with no description
John Stoll avec son avocat Justin Brooks.

Image with no description

John Stoll : Déclaré innocent, il est désormais un homme libre.

Lorsqu’on lui a demandé, lors de sa condamnation, s’il avait un commentaire à faire sur sa peine de 40 ans, John a répondu :

Si j’avais fait ces choses terribles, ce serait une peine juste. Mais je n’ai rien fait, je suis innocent.

John Stoll a été reconnu coupable de 17 chefs d’accusation d’attouchements sur des enfants et condamné à 40 ans de prison en 1984 après que six enfants eurent témoigné que lui et trois autres adultes s’étaient livrés à des attouchements sexuels sur eux pendant plus d’un an.

L’un des garçons était le fils de John, âgé de 6 ans.

Presque toutes les condamnations ont été annulées en appel après que des détails sur les tactiques d’enquête utilisées ont été révélés des années plus tard. Les enquêteurs avaient soumis les enfants à des questions suggestives, à des méthodes d’interrogatoire extrêmes et à des séances d’hypnose au cours desquelles de faux souvenirs étaient implantés dans l’esprit des enfants pour qu’ils correspondent à l’histoire qu’ils voulaient entendre. À l’âge adulte, nombre d’entre eux se sont rétractés, admettant que rien ne s’était passé et qu’ils s’étaient contentés de suivre ce que les adultes leur avaient dit de dire.

Ils avaient été récompensés lorsqu’ils confirmaient l’histoire de l’abus et punis lorsqu’ils essayaient de dire la vérité. Ils avaient l’impression qu’ils ne seraient pas autorisés à quitter la salle d’interrogatoire tant qu’ils n’auraient pas raconté aux enquêteurs, dont ils avaient peur, des histoires sur les abus supposés. Bien qu’il n’y ait jamais eu l’ombre d’une preuve dans cette affaire, il a fallu 12 ans pour que les McCuan et les Kniffen soient libérés en appel. John Stoll avait déjà purgé 20 ans de prison lorsque sa condamnation a été annulée.

L’école maternelle McMartin

Le procès de l’école maternelle McMartin est un autre incident clé de l’hystérie. En août 1983, Judy Johnson est convaincue que son fils de 2 ans a été maltraité par les enseignants de l’école maternelle McMartin, à Manhattan Beach, en Californie, après que son fils ait souffert de selles douloureuses. Judy (diagnostiquée plus tard comme souffrant de schizophrénie aiguë) a prétendu que le personnel, de mèche avec son ex-mari, avait sodomisé son fils, avait eu des relations sexuelles avec des animaux, avait percé un autre enfant sous les bras et pouvait voler.

En 1984, la nouvelle que des centaines d'enfants avaient été maltraités à l'école maternelle Tte McMartin, en Californie, a semé la panique dans tout le pays.
En 1984, la nouvelle que des centaines d’enfants avaient été maltraités à l’école maternelle Tte McMartin, en Californie, a semé la panique dans tout le pays.

Dans une démarche douteuse, la police a envoyé des lettres aux parents de 200 élèves, les informant que leurs enfants avaient peut-être été maltraités et leur demandant d’interroger les enfants. Judy a été retrouvée morte chez elle en 1986, après avoir bu jusqu’à une mort prématurée, avant la fin des audiences préliminaires, mais le gâchis qu’elle avait créé ne faisait que commencer.

Les enfants ont été interrogés. Là encore, les techniques utilisées étaient extrêmement suggestives et spéculatives. Une fois de plus, de faux souvenirs ont été implantés. Les entretiens (qui ont été enregistrés sur vidéo) ont été critiqués par le témoin expert, le Dr Michael Maloney (psychologue clinicien et professeur de psychiatrie), qui les a qualifiés d’inappropriés, de coercitifs et d’orientés par les enquêteurs vers des déclarations attendues et des révélations non fondées.

Virginia McMartin Buckey : Accusée acquittée et propriétaire de l'école maternelle McMartin.
Virginia McMartin Buckey : Accusée acquittée et propriétaire de l’école maternelle McMartin.

Cette fois, 360 enfants auraient été victimes d’abus. Les enfants auraient été victimes d’attouchements et d’abus sexuels, auraient vu des sorcières voler et auraient voyagé dans une montgolfière. La plupart des abus auraient eu lieu dans des tunnels et des pièces secrètes situés sous l’école, auxquels on accédait en tirant la chasse d’eau. L’acteur Chuck Norris a été identifié comme l’un des agresseurs. Des détails sur des orgies sataniques et des enfants photographiés nus ont été révélés.

Le New York Times propose une vidéo de présentation de la panique.

Sur les six accusés, un seul a été condamné à une peine de prison (Ray Buckey – 5 ans). À la fin, le procès avait duré 7 ans et coûté 15 millions de dollars – l’affaire pénale la plus longue et la plus coûteuse de l’histoire des États-Unis. Une fois de plus, des années plus tard, les enfants qui avaient témoigné se sont rétractés à l’âge adulte. Ils ont déclaré que chaque fois qu’ils donnaient aux enquêteurs des réponses qu’ils « n’aimaient pas », on leur posait sans cesse les mêmes questions et on faisait pression sur eux pour qu’ils répondent comme l’enquêteur le souhaitait. En d’autres termes, ils étaient encouragés à mentir parce que des personnes en position d’autorité les forçaient à dire ce qu’elles voulaient entendre.

L'un des accusateurs, Ray Buckey, lors de son procès en 1987.
L’un des accusateurs, Ray Buckey, lors de son procès en 1987.

Chronologie de l’hystérie liée aux rituels sataniques et aux abus sexuels dans les centres de jour

Il ne s’agit là que de deux des cas les plus anciens et les plus importants liés à l’hystérie des rituels sataniques et des abus sexuels dans les crèches. La panique a atteint l’Amérique du Sud et l’Europe. Voici la chronologie des principaux incidents :

  • 1982 – Cas de maltraitance d’enfants dans le comté de Kern.
  • 1983 – Procès de l’école maternelle McMartin en Californie.
  • 1984 – Centre de soins de jour Fells Acres.
  • 1984 – Bernard F. Baran, Jr, condamné le 30 janvier
  • 1985 (première condamnation connue d’un employé de crèche).
  • 1984 – Affaire Praca Day Care.
  • 1985 – Affaire Bronx Five.
  • 1985 – Affaire Country Walk Babysitting Service.
  • 1985 – Affaire Wee Care Nursery School dans le New Jersey en avril.
  • 1987 – Scandale d’abus d’enfants à Cleveland en Angleterre.
  • 1987 – Début des affaires Friedman.
  • 1989 – Affaire d’abus sexuels à Glendale Montessori à Stuart en Floride.
  • 1989 – Scandale de la crèche Little Rascals à Edenton en Caroline du Nord.
  • 1990 – Toutes les charges sont abandonnées dans le procès McMartin contre une école maternelle.
  • 1991 – Christchurch Civic Crèche, Nouvelle-Zélande, impliquant Peter Hugh McGregor Ellis.
  • 1991 – Affaire des abus rituels de l’église Faith Chapel.
  • 1991 – Procès des abus rituels sataniques d’Oak Hill.
  • 1992 – Scandale de Martensville, Martensville, Saskatchewan, Canada.
  • 1994 – Affaire Escola Base.
  • 1994 – Début de l’affaire des réseaux sexuels de Wenatchee.
  • 1996 – Annulation des condamnations dans l’affaire d’abus d’enfants du comté de Kern.
  • 2001 – Affaire des écoles de Brescia en Italie.
  • 2004 – L’affaire d’Outreau pour abus sexuels sur des enfants.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.