Criminalité

Richard Francis COTTINGHAM – le boucher de time square

Richard Francis Cottingham est un tueur en série originaire du New Jersey qui a sévi à New York entre 1967 et 1980. Il était surnommé « le tueur de torse », en raison de son habitude de démembrer ses victimes, ne laissant généralement qu’un torse derrière lui.

Dans un cas, il a démembré deux prostituées dans une chambre de motel, emportant les mains et les têtes avant de mettre le feu à la chambre. Il a finalement été condamné pour meurtre en 1981 après avoir été surpris en train de fuir une tentative de meurtre.

Richard Francis Cottingham naît le 25 novembre 1946 dans la cité du Bronx à New York. Il est l’aîné de trois enfants du couple. Il est âgé de 12 ans quand la famille déménage à River Vale, dans le New Jersey. Richard rejoint l’école paroissiale de St Andrews où il a du mal à se faire des amis. il préfère d’ailleurs s’intéresser aux pigeons voyageurs et bricoler autour de la maison et dans la cour avec sa mère.

En 1960, il intègre le lycée Pascack Valley, à Hillsdale et parvient à se fondre dans la foule des lycéens sans trop faire parler de lui. Il rejoint d’ailleurs l’équipe de Cross-Country comme coureur de fond et se montre un bon athlète. Ce qui lui va bien, car cela lui permet de rester hors des équipes et de courir en solitaire. Quatre ans plus tard, il ressort diplômé et travaille alors avec son père à la compagnie d’assurance Metropolitan au poste d’informaticien. Richard Cottingham profite de ce poste pour prendre des cours et se perfectionner en informatique. Il rejoint d’ailleurs dès 1966, l’entreprise Blue Cross Blue Shield comme opérateur informatique.

Plusieurs livres ont été écrits à son sujet, notamment The Torso Killer et The Prostitute Murders. (ISBN 1-55817-518-0), tous deux écrits par Rod Leith, un journaliste et historien local qui a couvert l’affaire Cottingham depuis le début. Officiellement, Cottingham a tué six personnes mais il revendique entre 85 et 100 meurtres.

Le 2 décembre 1979, les pompiers de New York répondent à une alarme dans un petit hôtel miteux près de Times Square. Lorsqu’ils ont forcé l’entrée et éteint le feu, ils ont trouvé autre chose que des meubles brûlés. Étendus sur les lits, il y avait deux cadavres sans tête. Les corps ont également été amputés de leurs mains. Ils avaient été aspergés d’essence à briquet et enflammés. Les parties manquantes du corps n’ont jamais été retrouvées, mais une fois radiographiée, une victime a été identifiée comme étant Deedeh Goodarzi, 22 ans, une immigrée du Koweït qui travaillait comme prostituée. L’autre corps sans tête n’a jamais été identifié.

Les inspecteurs de la criminelle ont fait le lien entre le meurtre et celui de l’adolescente prostituée Helen Sikes. Elle avait disparu de Times Square en janvier 1979. Quand on l’a trouvée, sa tête ne tenait qu’à un fil. Ses jambes avaient également été coupées, et ont finalement été retrouvées à un pâté de maisons du reste du corps. Les jambes étaient couchées côte à côte comme si elles étaient encore attachées à un corps.

Le 5 mai 1980, la police a trouvé une autre prostituée, Valerie Streets, morte dans une chambre de motel. Elle avait été battue et étranglée puis mise sous le lit de la chambre. Elle avait reçu une sacrée raclée et son tueur lui avait rongé les tétons, lui en coupant presque un. Ce meurtre a été lié à un meurtre antérieur dans le même motel. Maryann Carr a également été brutalement battue, mais la police n’a pas pu établir de lien positif entre les deux crimes.

Le 15 mai, une autre prostituée a été retrouvée assassinée dans une chambre de motel. Jean Reyner a été poignardée à mort dans un motel près de Time Square. Ses seins ont été coupés et son corps a été incendié. Cette fois, il semble que la police ait pu établir un lien entre ce crime.

Une semaine plus tard, la police a été appelée dans le même motel, mais cette fois pour une perturbation. Quelqu’un avait appelé pour une fille qui criait, comme si elle était torturée. Lorsque la police est arrivée, elle a surpris un homme qui tentait de fuir la pièce. Lorsqu’ils sont entrés dans la pièce, ils ont trouvé une jeune fille menottée au lit. Elle était hystérique, crachant sur ce que ce type lui avait fait subir. Elle avait été battue, violée, sodomisée et forcée, sous la menace d’un couteau. il l’avait aussi poignardée et mordue les tétons.

Richard Francis Cottingham a été arrêté pour l’attaque. A première vue, il semblerait qu’il soit un suspect très improbable. Il était un père de famille respecté et avait un bon emploi dans l’informatique pour une grande société d’assurance maladie. Mais une fois que la police l’a fouillé, lui et sa maison, cela a révélé une autre histoire.

Lorsqu’il a été arrêté, il avait des menottes, un bâillon en cuir, deux colliers d’esclave, un couteau à cran d’arrêt, une réplique de pistolet et un tas de pilules. Dans sa maison, il avait une salle des trophées où il gardait des objets personnels de certaines des victimes. Sa femme avait récemment demandé le divorce et il était connu pour être un habitué de certains bars gays.

Pendant son séjour en prison, la police a constitué un dossier très solide contre Cottingham et a trouvé trois victimes survivantes. Les attaques contre ces trois-là avaient eu lieu en 1978, un an avant son premier meurtre connu.

Il a finalement été reconnu coupable de Valerie Streets, ce qui lui a valu une peine de 173 à 197 ans de prison. Dans deux procès suivants, il a été reconnu coupable de quatre meurtres au second degré. On peut douter que Richard Cottingham soit libéré dans un avenir proche.

Un mois avant son arrestation, la femme de Cottingham a demandé le divorce en invoquant une « extrême cruauté ». Elle a également affirmé qu’il avait refusé d’avoir des relations sexuelles avec elle depuis 1976.

En prison, Cottingham a brisé ses lunettes et a tenté de mettre fin à ses jours. Mais il a merdé et s’est retrouvé sans lunettes pendant un moment.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.