L’exorcisme d’Almansa – Le Blog De L'Etrange
Paranormal

L’exorcisme d’Almansa

Le pire homicide de mineur en Espagne

Le 18 septembre 2021 , c’était le trente-deuxième anniversaire de la mort de Rosa Fernández Gonzálvez, tout juste âgée de 11 ans, suite à un exorcisme. Sa mère était convaincue que la petite fille avait été engrossée par Satan.

Rosa Fernández Gonzálvez, 11 ans, est décédée aux premières heures du mardi matin dans la ville d’Almansa (Albacete), après que sa mère, une tante et deux voisines, sœurs entre elles, l’ont soumise à un rituel satanique et lui ont extrait les intestins avec leurs mains, selon le juge José Rafael Cuesta, qui a déclaré hier que sa mère était « enceinte du diable ». La mère a déclaré hier que sa fille était « enceinte du diable ».

Les voisins de la maison de la rue Valencia, numéro 4, à Almansa ont alerté la police, qui a arrêté les femmes et confirmé la mort de la petite fille, enterrée hier au milieu de la douleur de la population.

Le 04 rue Valencia, à Almansa
Le 04 rue Valencia, à Almansa

Rosa Gonzálvez Fito, plus connue sous le nom de Rosa la Curandera, sa tante, Ana María Gonzálvez et deux voisines, les sœurs María Mercedes et María Ángeles Rodríguez Espinilla, ont été arrêtées par la police, accusées d’avoir soumis la petite Rosa, âgée de 11 ans, à diverses pratiques rituelles qui ont mis fin à sa vie.

L’une des sœurs qui aurait participé au rituel noir qui a coûté la vie à la petite Ana María a dû être transportée à l’hôpital général d’Albacete avec diverses contusions et écorchures sur le corps. Les porte-parole du centre de santé ont déclaré que la patiente a dit aux médecins qui l’ont soignée qu’elle avait été battue par des forces noires et a exigé qu’ils ne la touchent pas car Sainte-Lucie la guérirait.

Rosa Gonzálvez Fito
Rosa Gonzálvez Fito

Le magistrat José Rafael Cuesta a déclaré hier en début d’après-midi que les trois femmes qui avaient fait des déclarations étaient à la disposition du tribunal et qu’aucune décision ne serait prise sur leur situation juridique tant que l’enquête judiciaire ne serait pas terminée. En début d’après-midi, le père de la petite Rosa, Jesús Fernández, qui était enfermé dans une des pièces du domicile familial pendant le rituel, a fait sa déposition devant le tribunal.

Rosa la guérisseuse

Rosa Gonzálvez était la mère de la petite Rosa et était connue sous le nom de « Rosita la Curandera », la « guérisseuse ». Cette femme, âgée de 36 ans au moment des faits, avait acquis une réputation de guérisseuse à Almansa, une petite ville de la communauté autonome de Castille-La Manche, en Espagne. La femme a toujours affirmé ne pas demander d’argent pour ses guérisons, effectuées par imposition des mains ou par des onguents préparés par elle, mais accepter uniquement les offres de ceux qui s’adressaient à elle. Cependant, sa renommée était devenue si grande que son mari avait quitté son emploi de cordonnier pour aider sa femme dans son activité particulière.

À un moment donné, elle décida de se faire aider par sa sœur Ana, non pas parce qu’elle croyait qu’elle avait des pouvoirs, au contraire, la sœur ne faisait rien pendant les séances de guérison, mais seulement parce qu’à cette époque, il existait une croyance populaire selon laquelle les meilleurs guérisseurs travaillaient en couple avec leurs frères ou leurs sœurs. Comme elle voulait accroître son prestige aux yeux de ses clients, elle faisait participer sa sœur à ses séances.

Une photo de famille des jours heureux : Rosa Gonzálvez et son mari, Jesús Fernández Pina, tenant la petite Rosa Fernández, Rosi, dans ses bras.

 

L’une de ses clientes les plus fidèles était María de los Ángeles Rodríguez, avec laquelle on dit que Rosa avait une relation qui n’était même pas un secret. María a une sœur, Mercedes, et Rosa a suggéré qu’elles se joignent à elle et à sa sœur pour créer un double couple de guérisseurs, une astuce marketing qui renforcerait sa réputation de guérisseuse (ainsi que son portefeuille).

Avant le meurtre

Les événements qui vont conduire à la mort atroce de la petite Rosa remontent à trois jours avant le meurtre. Rosa était une grande connaisseuse des herbes et de leurs propriétés et il est probable qu’elle et ses complices aient pris des substances hallucinogènes durant ces jours.

Le samedi 15 septembre 1990, Rosa, María et Mercedes sont allées dîner ensemble, puis chacune est rentrée chez elle.

Le dimanche 16 septembre, vers 15 h 30, Rosa appelle María et lui demande de se rendre chez elle. María se rend chez Rosa avec ses enfants, où elle rencontre Rosa dans un état d’agitation. Elle lui dit que l’esprit de son mari (Maria), Martín, la possède et lui fait du mal, elle décide donc de l’exorciser. Elle tente également d’exorciser les enfants de son amie, en leur enfonçant ses doigts dans la gorge pour expulser le mal. La force est telle que les enfants saignent. Heureusement pour eux, Martín débarque à la maison pour reprendre sa famille. María ne veut pas rentrer avec lui, mais l’homme parvient à ramener ses enfants, leur sauvant la vie.

Jesús Fernández (à droite), le père de Rosi, quitte le tribunal provincial d'Albacete accompagné de son frère.
Jesús Fernández (à droite), le père de Rosi, quitte le tribunal provincial d’Albacete accompagné de son frère.

Le lundi 17 septembre, Martín retourne à la maison de Rosa pour essayer de ramener sa femme à la maison, sans y parvenir. À ce moment-là, Jesús, le mari de Rosa, qui rentre chez lui, voit l’état des deux femmes et commence à appeler à l’aide. Les sœurs des deux femmes, Ana et Mercedes, et la belle-sœur de Rosa, Josefa, se précipitent chez le guérisseur. Le groupe se rend dans la chambre à coucher, où Rosa entame une séance d’exorcisme sur María. Cris, prières, mysticisme et rites religieux se succèdent jusqu’à ce que Rosa se calme. María dit qu’elle est enfin sauvée. Tout le monde quitte l’appartement. Rosa et María s’enferment dans leur chambre, tandis que Jesús et sa fille sont dans une autre pièce. À minuit, une Mercedes se présente à nouveau, rejoint les deux femmes et un autre rituel commence.

Le jour du massacre

Le mardi 18 septembre, Jesús entre dans la chambre à coucher, où il voit les trois femmes, nues, couvertes d’excréments et d’urine. Elles obligent Jesús à tout nettoyer, en le battant. Puis, elles lui ordonnent d’emmener sa fille dans leur chambre. Effrayé et souffrant, il obéit, puis il est enfermé à l’extérieur de la pièce. Les femmes font déshabiller la fille, puis la jettent par terre.

C’est alors que commence un exorcisme sur Mercedes, coupable d’être possédée par l’esprit de Martín. Rosa lui enfonce ses doigts dans la gorge, la faisant saigner. La vue du sang convainc la guérisseuse que Mercedes est guérie. Rosa est maintenant convaincue que l’esprit possède sa fille et commence à la battre. Jesús entend les cris de la petite fille et tente de la sauver, mais il est à nouveau battu par les femmes, qui s’installent alors dans la chambre de la petite fille et se barricadent en poussant des meubles contre la porte.

Jesús entend des cris et des bruits provenant de la chambre et appelle Ana pour l’aider à entrer, en vain. À ce moment-là, María a ses règles, un signe interprété comme un « avortement du diable ». Rosa commence à frapper María dans le ventre et, voyant qu’elle perd de plus en plus de sang, son attention se porte sur sa petite fille. Elle va voir sa fille et lui dit « tu es enceinte de Satan ! ».

Ana María Gonzálvez, sœur de Rosa, la guérisseuse, se remet de ses blessures aux yeux à l’hôpital général d’Albacete. Le mardi 18 septembre 1990, à quatre heures du matin, le mari de sa sœur Rosa est venu la chercher à son domicile. Ils sont restés tous les deux chez Rosa jusqu’à l’aube, devant la porte fermée de la chambre, sans pouvoir y entrer et en écoutant les cris de la jeune fille qui disait qu’ils étaient en train de la tuer. Finalement, ils la laissent entrer, mais l’accusent d’être ensorcelée et d’être la cause de la mort de la petite Rosa. Ils ont commencé à la battre et, dans leur délire, ont cru qu’en lui crevant les yeux, ils pourraient ranimer l’enfant.

À ce moment-là, la folie devient brutale, bestiale. María et Mercedes tiennent l’enfant, tandis que Rosa met ses doigts dans son vagin. Elle gratte et creuse jusqu’à y introduire toute sa main. La petite fille crie dans une douleur inhumaine. La mère continue de gratter et de déchirer, met deux mains à l’intérieur et arrache l’utérus et les ovaires. Elle continue et atteint l’intestin. Après d’interminables minutes de souffrances atroces, en raison de la grande perte de sang, la petite fille meurt, mais les trois femmes ne s’arrêtent pas et continuent à leur tour à extraire l’intestin du corps de la petite fille.

Père Félix, curé de l'église de San Isidoro, où ont eu lieu les funérailles de Rosi.
Père Félix, curé de l’église de San Isidoro, où ont eu lieu les funérailles de Rosi.

À neuf heures, enfin, Jesús et Ana parviennent à entrer dans la pièce, se retrouvant devant une scène macabre. Jesús court appeler la police, tandis qu’Ana est rejointe par les deux femmes qui lui disent qu’elle est la clé pour ressusciter la petite fille. Ses yeux sont la clé. Ana est battue et risque de perdre ses deux yeux, subissant de graves blessures.

Lorsque les drogues se dissipent, les femmes réalisent ce qu’elles ont fait et tentent de s’enfuir, mais elles sont immédiatement arrêtées.

La sentence

Incroyablement, seulement deux ans plus tard, en 1992, les trois femmes sont acquittées. Mercedes est acquittée car elle n’a pas participé activement aux événements. Les deux autres femmes sont déclarées folles et passent un très court moment dans une institution avant d’être finalement libérées.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings