L’équipe des Éventreurs de Chicago – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

L’équipe des Éventreurs de Chicago

Les tueurs du culte satanique

Le Ripper Crew était un culte satanique et une organisation du crime organisé qui a fait des ravages à Chicago, dans l’Illinois, au début des années 80. Ils ont été accusés d’avoir tué 17 femmes et un homme. La seule chose qui les a arrêtés est leur arrestation le 5 novembre 1982.

Le Ripper Crew était composé de quatre membres, Robin Gecht, 29 ans (âge au moment de l’arrestation), Edward Spreitzer, 24 ans, Andrew Kokoraleis, 21 ans, et Thomas Kokoraleis, 24 ans.

L'équipe des Éventreurs - Robin Gecht, Andrew Kokoraleis, Thomas Kokoraleis et Edward Spreitzer (de gauche à droite)
L’équipe des Éventreurs de Chicago – Robin Gecht, Andrew Kokoraleis, Thomas Kokoraleis et Edward Spreitzer (de gauche à droite)

L’Histoire

Linda Sutton
Linda Sutton

On ne sait pas grand-chose du Ripper Crew avant les meurtres, si ce n’est que son chef, Robin Gecht, était employé chez PDM Contractors, qui appartenait par coïncidence à un autre tueur en série et violeur, John Wayne Gacy. Gecht avait également été accusé d’avoir abusé de sa propre sœur. Le 23 mai 1981, le Crew a enlevé sa première victime connue, une prostituée nommée Linda Sutton. Son corps a été retrouvé dix jours plus tard après que la police ait répondu à un appel concernant une mauvaise odeur a l’arriere d’un motel miteux de Chicago. Croyant d’abord que l’odeur provenait d’un chevreuil mort, la police a trouvé le corps de Sutton dans un champ derrière le motel. Elle avait été menottée, poignardée, mutilée, et son sein gauche avait été amputé. En raison de l’état de son corps, la police n’a pu l’identifier que grâce à des données numériques et dentaires.

Lorraine Burowski
Lorraine Burowski

Malgré les efforts déployés pour identifier son meurtrier, l’affaire est restée sans suite. Un an plus tard, le 15 mai 1982, ils ont enlevé une autre femme, Lorry Borowski, au moment où elle s’apprêtait à ouvrir le bureau de l’agent immobilier où elle travaillait. Au cours de l’enquête, le commandant-détective et hypnotiseur John Millner a décidé d’hypnotiser plusieurs personnes qui se trouvaient dans la région au moment de la disparition de Lorry. L’un d’eux se souvient avoir vu une camionnette rouge sur le parking du centre commercial, mais ça n’a rien donné. Sans pistes importantes, l’affaire de Lorry s’est refroidie. Son corps a été découvert cinq mois plus tard dans un cimetière de Villa Park. En l’espace de quatre mois, le gang a enlevé et tué plusieurs autres femmes dans la région de Chicago. Quelques jours après avoir tué Lorry, Shui Mak a été enlevé à Hanover Park et son corps n’a pas été retrouvé pendant quatre mois.

L'agence ou travaillé Lorraine Burowski
L’agence ou travaillait Lorraine Burowski

Deux semaines plus tard, ils ont enlevé une prostituée nommée Angel York et l’ont mutilée alors qu’elle était encore en vie avant de la jeter hors de la camionnette. York a survécu et a donné une description de ses agresseurs, mais cela n’a donné aucune piste et l’affaire a été classée. Quelques mois plus tard, ils ont enlevé, étranglé et poignardé une prostituée adolescente, Sandra Delaware, avant de jeter son corps dans la rivière Chicago. Un mois plus tard, ils ont tué une femme nommée Rose Davis et ont jeté son corps dans une ruelle, son corps avait des blessures presque identiques à celles infligées à Delaware. Un mois après avoir tué Davis, ils ont enlevé leur dernière victime connue, la prostituée Beverly Washington, et ont mutilé son corps. Elle a été trouvée près d’une voie ferrée le 6 décembre, à peine vivante.

Elle a pu donner une description des hommes qui l’ont attaquée et de leur camionnette. Gecht a finalement été arrêté et presque relâché en raison d’un manque de preuves, mais une enquête plus approfondie a révélé que Gecht avait loué une chambre dans un motel avec trois amis, chacun ayant des chambres adjacentes. Le directeur de l’hôtel a dit à la police qu’ils semblaient impliqués dans une sorte de culte. Peu après, la police a identifié les autres hommes, Edward Spreitzer et les frères Kokoraleis , ils ont rapidement avoué les meurtres.

Le ripper crew
Le ripper crew

Après une série de procès, Gecht, Spreitzer et Thomas Kokoraleis ont été condamnés à la prison à vie. Le frère de Thomas, Andrew Kokoraleis, a quant à lui été exécuté par injection létale ; il a été le dernier détenu à être exécuté dans l’Illinois.

Le 29 mars 2019 ,Thomas Kokoraleis a été libéré sur parole.

Modus Operandi

Spreitzer et les frères Kokoraleis parcouraient la ville dans leur van à la recherche de victimes. Lorsqu’ils trouvaient une victime potentielle, le plus souvent une prostituée, ils l’emmenaient dans l’appartement de Gecht, qu’il appelait la « chapelle satanique », où les victimes étaient battues, torturées, violées et mutilées de manière rituelle. Leurs victimes étaient ensuite tuées de diverses manières, à l’arme blanche, par strangulation, par balle ou même à la hache, Gecht lisait des passages de la Bible satanique pendant que ses partenaires tuaient brutalement les femmes. Dans tous les cas, ils retiraient le sein de la victime avec un garrot en fil de fer alors qu’elle était encore vivante, se masturbaient dans la chair, la coupaient en morceaux et la dévoraient. Après les avoir tués, ils jetaient les corps dans les ruelles, sous les ponts et dans les forêts situées à la périphérie de la ville.

Les Victimes

Première victime | Linda Sutton 28 ans

Alors qu’elle passait devant le Wrigley Field, Linda a été enlevée le 23 mai 1981, dans une zone touristique très fréquentée. Son corps sera retrouvé dix jours plus tard dans un champ vide de Villa Park. Le 1er juin 1981, les détectives ont reçu un appel concernant une odeur nauséabonde provenant d’un terrain situé derrière le Rip Van Winkle Motel. Les détectives sont arrivés en s’attendant à trouver un cerf mort, mais ils ont trouvé le corps en décomposition de Linda Sutton.

L’hôtel, qui a porté de nombreux noms au fil des ans, notamment Bear Rabbit Hotel et Moonlit Hotel, était connu comme un motel pour la drogue et le sexe.

Le corps n’était plus que des os et une petite quantité de chair. Il semble qu’il ait été dévoré par des animaux sauvages et des asticots. Mais même dans son état de destruction, les officiers savaient qu’ils avaient affaire à un meurtre, une paire de menottes étant toujours attachée au poignet désormais dénudé.

Un bâillon a été trouvé encore enfoncé dans la bouche de la victime. Elle portait un pull, mais sa culotte était descendue le long de ses jambes. À l’intérieur de ses chaussettes, une petite somme d’argent a été trouvée, ce qui exclut qu’elle ait été la cible d’un vol.

D’après l’état du corps, les détectives ont pensé que le lieu n’était probablement pas la scène du crime, mais une décharge. Ils ne pensaient pas non plus que son corps était resté là le temps nécessaire à sa décomposition. Ils ont prélevé des échantillons de sol pour déterminer si ses fluides corporels s’étaient infiltrés dans le sol, afin de prouver quand elle a été laissée là.

Le coroner Pete Siekman a pratiqué une autopsie. Il n’a pas pu relever d’empreintes digitales sur le corps et a dû consulter les dossiers dentaires pour identifier la victime. Ça a pris deux semaines, mais ils ont finalement trouvé qui était leur inconnue.

L’autre fait intéressant que le médecin légiste a découvert est que Linda Sutton n’était morte que depuis trois jours. Il a découvert que la décomposition accélérée était due au fait que ses deux seins avaient été enlevés, laissant de grandes plaies ouvertes.

Les faits les plus troublants que Siekman a découverts étaient que Linda avait été violée par un groupe, sodomisée et qu’on lui avait coupé le sein gauche, tout cela de son vivant.

Ses tueurs l’ont violée sexuellement, lui ont amputé un sein, l’ont maintenue menottée, l’ont poignardée à de nombreuses reprises et ont mutilé son corps à divers endroits pendant la semaine où ils l’ont détenue.

Deuxième victime : Cynthia Smith. Elle a survécu de justesse à son attaque.

Troisième victime – Une Serveuse de cocktails

Elle a été enlevée le 12 février 1982, après que sa voiture soit tombée en panne d’essence. Le premier signe que quelque chose ne va pas a été la découverte de sa voiture abandonnée au bord de la route. Une inspection du véhicule a montré que la jauge d’essence était sur vide. Son sac à main était posé sur le siège passager, et les clés étaient encore sur le contact.

Son corps serait retrouvé nu, mutilé, torturé, violé, et abandonné au bord de la route.

Le corps de la quatrième victime, une femme hispanique, a été retrouvé.

Quelques jours après avoir trouvé le corps de la serveuse de cocktails, la police a trouvé le corps d’une femme hispanique. Sa poitrine avait été sauvagement mordue, et quelqu’un s’était masturbé sur son corps. Un médium dirait à la police que le crime a été commis par un amoureux des animaux de la région qui avait une famille.

Cinquième Victime | Lorraine ‘Lorry’ Borowski 21 ans

Le 15 mai 1982, Lorry a été vue quittant son appartement Elmhurst Gardens sur South Fellows Court dans le quartier d’Elmhurst à 8h00 du matin. De là, Lorry s’est rendue à pied au bureau de Remax où elle travaillait sur St Charles Road.

Lorraine "Lorry" Borowski
Lorraine « Lorry » Borowski

Lorsque Donald Stibbe, le patron de Lorry, est arrivé au travail à 8h30, il a trouvé la porte verrouillée. En entrant, il a remarqué des objets sur le trottoir devant le bâtiment. Il y avait une paire de chaussures de femme, un porte-clés avec des clés, et des produits de beauté. Pensant qu’une femme avait perdu son sac à main, il les a ramassés, les a emmenés à l’intérieur et a appelé la police.

En attendant l’arrivée de la police, il a examiné les objets de plus près et a remarqué que le porte-clés contenait une clé portant le nom de son entreprise. « J’ai vu tous les trucs par terre, et je n’ai rien pensé », a dit Donald Stibbe au détective Raymond Bradford à son arrivée. « Ensuite, j’ai vu le porte-clés Remax. J’ai essayé la clé, et elle correspond à notre serrure. »

Bureau ReMax où travaillait Lorry Borowski, chaussures, clés et autres objets trouvés à l'extérieur du bureau
Bureau ReMax où travaillait Lorry Borowski, chaussures, clés et autres objets trouvés à l’extérieur du bureau

Supposant que les objets appartenaient alors à Lorry, Donald et le détective sont sortis et ont cherché la zone pour la trouver. Le détective a également parlé à ses voisins et a obtenu une description de ce qu’elle portait ce matin-là. Pantalon kaki avec un chemisier blanc à volants, elle portait un sac à main beige avec des poignées en bois. Son patron a décrit les bijoux qu’elle portait habituellement, quatre bagues en or et une chaîne de cheville.

Un avis de recherche a été lancé pour Lorry, la femme a été considérée comme étant en danger. Il semble qu’elle ait été enlevée devant son lieu de travail alors qu’elle se préparait probablement à ouvrir la porte.

Le corps de Lorry ne sera retrouvé que quatre mois plus tard, le 10 octobre 1982. Des chasseurs se promenant dans le cimetière de Clarendon Hills, près de Westmont, ont fait la découverte. Son corps avait été jeté dans le fourré avec ses vêtements éparpillés à proximité.

Sa famille avait fouillé cette zone exacte peu avant que les chasseurs ne la trouvent. Ils avaient parlé à un médium qui avait vu le corps de Lorry dans un cimetière. On suppose que les tueurs ont non seulement gardé Lorry en vie pendant un certain temps après l’avoir enlevée, mais qu’ils ont aussi conservé son cadavre pendant un certain temps avant de le jeter au cimetière.

Une autopsie révélera que Lorry a été violé à plusieurs reprises. Un fil de fer avait été enroulé autour de sa poitrine jusqu’à la couper. Elle avait été sauvagement battue. Et il est apparu que quelque chose avait été inséré dans la blessure de son sein coupé. Lorry a finalement été tué avec une hache.

Sixième victime | Shui Mak 30 ans

Shui ne vivait aux États-Unis que depuis trois ans, ayant quitté Hong Kong pour travailler dans le restaurant familial Ling Ling’s à Streamwood.

Shui Mak
Shui Mak

La nuit du 29 mai 1982, elle a quitté le restaurant familial après le travail avec son frère Kent. Ils étaient dans la voiture et se disputaient sur le fait que Kent avait pris une table au restaurant. Il prévoyait de l’utiliser pour se tenir debout et peindre le garage à la maison.

Alors qu’il était sur l’autoroute, Kent s’est arrêté et a dit à sa sœur de sortir, lui disant de se faire raccompagner par leurs parents. Leurs parents allaient bientôt arriver sur le chemin du retour. Kent est parti, laissant Shui à la route de Barrington et Irving Park à Hanover Park le long de l’autoroute.

Ling, leur sœur, conduisait l’autre voiture pour rentrer chez elle ce soir-là et a croisé Shui le long de la route. Ce n’est que lorsque les deux voitures sont arrivées à la maison qu’elles ont réalisé que Shui devait encore être récupéré. Ils sont partis immédiatement pour la chercher, mais ils n’ont pas trouvé Shui.

La famille a appelé la police dès qu’elle a été incapable de la localiser. Ils étaient inquiets car Shui n’avait pas d’argent sur elle ni de carte d’identité, et ne parlait qu’un anglais limité.

La police a fouillé la zone mais n’a pas réussi à localiser la jeune fille. Un avis de recherche pour Shui a été émis, disant qu’elle a été vue pour la dernière fois portant un pull rouge, un pantalon noir et des sandales.

Le dernier jour de septembre 1982, la police reçoit un appel signalant le corps d’une femme dans un champ à l’est de Barrington Road, dans la ville de South Barrington. C’était seulement à un kilomètre de l’endroit où elle est sortie de la voiture de son frère cette nuit fatidique.

Son corps a été retrouvé dans le pull rouge et le pantalon noir qu’elle portait. L’autopsie montrera qu’elle est morte d’une fracture du crâne. Ling n’a pu identifier sa sœur que par les vêtements qu’elle portait.

Septième victime | Angel York (Survécu)

Le 13 juin 1982, Angel se dirigea vers une camionnette avec un «John», elle était une prostituée. Le ‘John’ s’est avéré être plus d’un. Elle s’est tenue dans la camionnette, où ses assaillants la menottaient à l’intérieur de la fourgonnette. Un des hommes lui tendit un couteau et lui a dit de couper sa propre poitrine.

La police de Chicago déplace le corps d'une victime féminine
La police de Chicago déplace le corps d’une victime féminine

Angel a dit après qu’elle l’a fait, l’homme est allé dans une frénésie. Il a ramené son couteau et a coupé sa poitrine plus. Puis l’homme se masturba dans la plaie. Quand il a été fini, il se dirigea et a largué Angel dans la rue. Elle a appelé la police à signaler l’incident. Angel a décrit ses attaquants, mais la police était incapable de les localiser. Malheureusement, elle n’avait pas eu beaucoup d’informations sur la camionnette ou les noms des hommes.

Huitième victime | Sandra Delaware

Le 28 août 1982, la police de Chicago a trouvé le corps de Sandra Delaware dans le bras nord de la rivière Chicago. Elle avait été jetée sous le pont de Fullerton Avenue.

Sandra Delaware
Sandra Delaware

Sandra avait été poignardée, étranglée, et son sein gauche avait été amputé. Ses poignets ont été attachés ensemble derrière son dos avec des lacets. Un soutien-gorge était noué autour de son cou. L’autopsie montrera que son corps a été retrouvé seulement six heures après sa mort.

Neuvième Victime | Rose Beck Davis 30 ans

Rose, cadre en marketing à Broadview, sera retrouvée le 8 septembre 1982, morte dans une ruelle. Elle avait été abandonnée sous une cage d’escalier d’un immeuble de trois étages de North Lake Shore Apartment dans le quartier de Gold Coast.

Rose Beck Davis
Rose Beck Davis

Retrouvée allongée sur le dos, son pull retrouvé à proximité semblait avoir été arraché du corps de Rose. Son pantalon bleu en velours côtelé se trouvait également à proximité. Les enquêteurs arrivés les premiers sur les lieux ont remarqué les similitudes avec les blessures de la victime précédente.

L’autopsie a montré que la Rose avait été poignardée à plusieurs reprises, violée et étranglée avec une chaussette noire. Son visage était si abîmé qu’il était difficile de la reconnaître. Son estomac présentait de nombreuses petites coupures et perforations. Sa poitrine avait été coupée et mutilée comme les autres victimes, et une grande mare de sang s’est accumulée dans sa cavité anale. De nombreux coups de hachette au visage et à la tête ont fini par la tuer.

Le profileur de l’unité des sciences du comportement du FBI, Robert Ressler, s’est exprimé sur les meurtres de Chicago. Il a déclaré que l’agresseur n’était pas sûr de sa sexualité et qu’il était très probablement bisexuel. Il a décrit l’homme comme ayant l’air efféminé.

Cette dernière partie s’avérerait incroyablement fausse, car aucun membre de l’équipe des Éventreurs ne serait jamais considéré comme efféminé.

Dixième victime | Carole Pappas 42 ans – Victime possible

Carole était la femme du lanceur des Chicago Cubs, Mitt Pappas. On a longtemps supposé que cette victime appartenait au Ripper Crew, mais il n’y a jamais eu de preuve.

Elle a disparu le 11 septembre 1982, après avoir fait des courses près de Wheaton, dans l’Illinois. Son corps ne sera pas retrouvé avant cinq ans. On a finalement conclu qu’il s’agissait d’un accident, mais l’autopsie n’a pas permis de déterminer la cause du décès.

Le van de l'équipe des Éventreurs à la fourrière de la police.
Le van de l’équipe des Éventreurs à la fourrière de la police.

Onzième victime | Beverly Washington 20 ans – Celle qui s’est échappée

Le 6 octobre 1982, Beverly a été trouvée près des voies ferrées dans le parc Humboldt de Chicago. Mais, contrairement aux autres victimes de l’équipe des Éventreurs, celle-ci était vivante, à peine. L’équipage, pensant qu’elle était morte, avait jeté son corps.

Quelqu’un avait croisé Beverly et appelé à l’aide. Elle a été retrouvée avec de multiples blessures, dont une amputation du sein gauche, un sein droit sévèrement entaillé, et de nombreux coups de couteau infligés sur son corps.

Cette attaque allait finalement causer leur perte.

Beverly a raconté son horrible calvaire à la police. Une camionnette Dodge rouge aux vitres teintées s’était arrêtée devant elle et lui avait demandé combien elle voulait pour « un rendez-vous ». Lorsque le chauffeur lui a proposé plus que ce qu’elle demandait, elle est devenue nerveuse. Mais je suis quand même monté dans le van. Elle a raconté aux flics tous les détails dont elle pouvait se souvenir, y compris les plumes accrochées au rétroviseur par une pince à cafard.

Le conducteur était un homme blanc élancé d’environ 25 ans. Pendant son attaque, il portait une chemise en flanelle et des bottes à bout carré. Elle a dit qu’il avait des cheveux bruns gras et une moustache. Les enquêteurs ne le savaient pas encore, mais elle décrivait Robin Gecht pour eux.

Après qu’elle soit montée dans le van, Gecht a sorti une arme et lui a dit de monter à l’arrière du véhicule. Il y avait une cloison en contreplaqué séparant la cabine de l’arrière du van. Elle a dû passer par une porte en contreplaqué à charnières pour entrer à l’arrière. Le long des murs de la camionnette se trouvaient des étagères en bois contenant des outils et des câbles électriques.

Gecht lui a ordonné d’enlever ses vêtements, ce qu’elle a fait. Ensuite, il l’a menottée, puis l’a forcée à lui faire une fellation. Elle a raconté aux enquêteurs que le sol et le plafond du van étaient recouverts de moquette.

« Puis il m’a violée, m’a enfoncé des pilules dans la bouche et m’a fait boire du soda. » Alors qu’elle commençait à s’évanouir, elle a vu qu’il tenait un cordon dans ses mains. Elle pensait qu’il allait la tuer. « Je me suis évanoui, et la dernière chose dont je me souviens, c’est que j’étais à l’hôpital. »

Douzième victime | Rafael Torado

Le 6 octobre 1982, quelques heures après que la police a trouvé le corps de Washington, l’équipe des Éventreurs s’est arrêtée à côté d’une cabine téléphonique dans sa camionnette. Ils ont ouvert le feu sur Rafael Torado et un homme non identifié qui l’accompagnait. Les deux ont été abattus. Rafael était la cible visée et le seul à mourir. L’équipage a commencé à accepter des contrats de meurtre à louer pour gagner de l’argent et faire ce qu’il aimait déjà, tuer.

Diffusion dans les journaux de l'équipe des Éventreurs
Diffusion dans les journaux de l’équipe des Éventreurs

Rituels sataniques

Le groupe se réunissait régulièrement chez Gecht, après que sa femme soit partie travailler, tard dans la nuit, alors que ses enfants étaient couchés. Ils avaient créé une chapelle satanique dans son grenier, avec un autel drapé de tissu rouge. Le seul éclairage provenait de bougies qui scintillaient sur les murs ornés de six croix rouges et noires.

La majorité des victimes de l’Éventreur ont été tuées dans ce grenier. Pendant que les hommes torturaient les femmes avec des couteaux et leur retiraient la poitrine avec une corde à piano, Gecht récitait des extraits de « La Bible satanique ».

Presque toutes les amputations de seins ont eu lieu alors que les victimes étaient encore en vie.

Ils mangeaient toujours la poitrine dans le grenier dans le cadre de leur sacrement rituel, même s’ils avaient tué la victime ailleurs. Gecht continuait à lire des passages pendant que chaque homme se masturbait à son tour sur le sein coupé. Une fois qu’ils avaient tous pris leur tour, Gecht le coupait en morceaux, et ils consommaient chacun la chair.

L’équipe des Éventreurs croyait que son chef Gecht avait des pouvoirs surnaturels. Le consensus était qu’il utilisait ses pouvoirs pour contrôler ses adeptes mentalement et physiquement.

Tout comme ils avaient été attirés par lui, ils pensaient que Gecht utilisait ses pouvoirs pour attirer les autres. Ils diront plus tard qu’ils avaient l’impression qu’il les avait mis en transe, et qu’il n’y avait aucun moyen d’échapper à lui et à ses pouvoirs. C’est grâce à ce pouvoir qu’il a pu les convaincre d’accomplir sa volonté en commettant des meurtres et du cannibalisme.

Après avoir été attrapé par la police, l’équipage se rabat sur une excuse similaire que la plupart des adeptes donnent pour leurs crimes. Ils avaient peur que leur chef les tue s’ils ne faisaient pas ce qu’il voulait.

Thomas Kokoraleis a parlé du fait d’être sous la volonté de Gecht :

Vous devez juste le faire à tout ce qu’il leur dit.

Comme tant d’autres adorateurs de Satan, Gecht semblait toujours essayer d’entendre les messages cachés dans la musique. Il écoutait de la musique heavy metal de manière répétée, en essayant de saisir le secret codé qu’il devait apprendre.

Bien que Gecht semble plus sadique que certains chefs, il a obtenu ses adeptes de la même manière que tous les autres. Il a trouvé un groupe d’hommes qui aspiraient à faire partie de quelque chose de plus grand qu’eux. Ils voulaient sentir qu’ils étaient importants.

On pourrait dire la même chose de la famille Manson, des personnes qui ont fermé les yeux sur les abus sexuels commis à l’université de Penn State, et même de l’Église catholique et de ses fervents adeptes. Ils étaient tous prêts à pardonner même les péchés les plus inexcusables, pour avoir le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand qu’eux.

Et aussi, comme les adeptes de Manson, Gechts Crew a refusé de témoigner contre lui au tribunal. Parce que même capturé, il avait autant de pouvoir et de persuasion sur eux.

La police suit des pistes impliquant le Ripper Crew à Chicago | via Chicago Tribune
La police suit des pistes impliquant le Ripper Crew à Chicago | via Chicago Tribune

L’équipe des Éventreurs ça se rapproche

Le détective Warren Wilkosz se rendait sur l’avenue Cicero, discutant avec les prostituées et distribuant des prospectus avec les coordonnées du van de l’équipe des Éventreurs.

La police de Chicago a fini par localiser la camionnette dans le bloc 2900 de North Central Ave. Assis derrière le volant se trouvait un homme roux et costaud qui ne correspondait pas à la description donnée par Beverly Washington. Les officiers se sont approchés du van et ont regardé à l’intérieur. C’était exactement comme Beverly l’avait décrit.

Le conducteur s’est avéré être Edward Spreitzer. Quand on l’a interrogé, il a dit que le van appartenait à son patron, Robin Gecht.

Une partie de cette conversation :
Officier – « Que fait votre patron avec tous ces trucs ? »
Spreitzer – « R&R Electrical Company. »
Officier – « Ah, comment avez-vous dit qu’il s’appelait ? »
Spreitzer – « Robin Gecht. »

Lorsqu’on lui a demandé où il se rendait, Spreitzer a répondu qu’il devait rencontrer son patron dans un appartement qu’ils étaient en train de rénover. Ils ont suivi le van là-bas. Spreitzer a demandé à son patron de sortir, en lui disant que des flics voulaient lui parler.

Robin Gecht à l'adolescence
Robin Gecht à l’adolescence

La première chose que les agents ont remarquée, c’est que Robin Gecht correspondait parfaitement à la description de la victime. Gecht portait même le même type de chemise et de bottes que ceux qu’elle lui avait décrits. Mais le plus alarmant, c’est que Gecht semblait si calme. Soit c’était une confusion totale, soit ils étaient face à face avec un psychopathe.

Les officiers ont dit à Robin Gecht que la description de son van leur avait été donnée à propos d’un crime potentiel. Ils l’ont informé qu’il devait se rendre au quartier général de la zone 5, à Grand and Central Aves, pour être interrogé. Gecht est d’accord.

Pendant ce temps, les techniciens ont fouillé le van et ont trouvé une pilule. Le laboratoire a prouvé qu’il s’agissait d’un comprimé sédatif, et comme la victime l’a dit, on l’a forcée à l’avaler.

Maintenant que les enquêteurs avaient un nom, Robin Gecht, ils ont commencé à creuser.

Ils ont découvert que deux ans avant le début des meurtres, Gecht avait été arrêté et accusé d’avoir contribué à la délinquance sexuelle d’une jeune fille de 14 ans. Au moment de son arrestation, Gecht vivait à Hanover, dans le parc. Au même moment, ou la victime n°6 Shui Mak avait disparu de la zone.

En creusant un peu plus, ils ont découvert qu’il avait agressé sa propre sœur à l’adolescence. Sa famille l’a envoyé vivre chez sa grand-mère pendant un certain temps après ça.

Ce premier jour, Gecht s’était montré facile à vivre et avait accepté de parler à la police. À ce moment-là, ils ne posaient que des questions sur son van. Mais, quand ils sont revenus quelques semaines plus tard pour un suivi, Gecht a amené un avocat.

L'équipe des Éventreurs - Robin Gecht, Andrew Kokoraleis, Edward Spreitzer, et Thomas Kokoraleis | via Chicago Tribune
L’équipe des Éventreurs – Robin Gecht, Andrew Kokoraleis, Edward Spreitzer, et Thomas Kokoraleis | via Chicago Tribune

Arrestation et interrogatoires de l’équipe des Éventreurs

Photo d'Edward Spreitzer
Photo d’Edward Spreitzer

Les confessions d’Edward Spreitzer

La police a interrogé Spreitzer pendant des heures avant qu’il ne craque et commence à avouer dans une déclaration de 78 pages. Il était évident pour l’officier présent que Spreitzer avait profondément peur de Robin Gecht.

Le premier crime auquel Spreitzer a admis avoir participé est le moment où Gecht a tiré sur les deux hommes au téléphone public dans une exécution de type « drive-by-shooting ». Il a admis être le conducteur.

Edward Spreitzer
Edward Spreitzer

Spreitzer a ensuite avoué qu’il était au volant de la camionnette et que Gecht lui avait dit de ralentir alors qu’ils s’approchaient d’une prostituée. Après être monté dans le van, Gecht a eu des rapports sexuels avec elle. Ils se sont garés dans une ruelle où Gecht et la prostituée sont descendus du van. Gecht a commencé à couper le sein de la femme et à le ramener avec lui dans la camionnette. Gecht l’a posé sur le plancher du van. Tout ce sang a dérangé Spreitzer, a-t-il dit.

Pendant la traque, Spreitzer a raconté que parfois, lorsque Gecht coupait le sein d’une femme, il était tellement excité qu’il commençait immédiatement à avoir des relations sexuelles avec elle. Au lieu d’attendre de rentrer à l’appartement où ils avaient installé leur temple.

Extrait de la Confession de Spreitzer : « Une femme noire a été embarquée, les yeux bandés et bâillonnée. Robin lui a tiré dessus à bout portant dans la tête. Il lui a mis des chaînes autour du cou et des jambes, a attaché deux boules de bowling, et l’a jetée dans l’eau. Je comprends que son corps n’a pas été retrouvé. »

Il a également parlé de la fois où Gecht avait battu une femme à mort avec un marteau, et il a vomi à la vue de ce geste.

M. Spreitzer a déclaré qu’il lui a fallu un certain temps avant de pouvoir retirer lui-même un sein, à l’instigation de son chef, M. Gecht. M. Spreitzer a avoué qu’il n’était pas sûr que la femme était morte lorsqu’il lui a retiré les deux seins, et il a dit qu’il n’a pas non plus essayé de le savoir. Après les avoir enlevées, Gecht l’a ensuite forcé à avoir des rapports sexuels avec les plaies béantes.

Il a dit aux enquêteurs que pendant les meurtres, Robin Gecht était dans un état de soif de sang total. Il a décrit comment Gecht a coupé le sein d’une femme dans une allée alors qu’elle était encore vivante. Puis, après avoir sectionné le sein, Gecht a commencé à avoir des rapports sexuels avec la blessure. La femme criait, et du sang jaillissait de la blessure, mais cela ne semblait pas perturber Gecht. Après avoir terminé, il a pris une hache et a battu la femme à mort.

En tout, Spreitzer a avoué avoir participé à sept meurtres différents.

Robin Gecht
Robin Gecht

Interrogatoire de Robin Gecht

Pendant que Spreitzer passait aux aveux, Robin Gecht était assis dans une autre salle d’interrogatoire avec son avocat, toujours aussi calme et posé que le premier jour.

À partir des informations contenues dans les aveux de Spreitzer, les enquêteurs ont sorti les photos des sept victimes et les ont placées sur la table en face de Gecht. Il a nié connaître l’une d’entre elles.

Pour tenter de l’ébranler, la police a emmené Gecht dans le couloir et lui a montré les aveux de Spreitzer. Les officiers qui l’accompagnaient ont dit que Gecht n’avait pas l’air perturbé.

Mais, dans la pièce où se trouvait Spreitzer, l’ambiance a changé radicalement. Dès que Spreitzer a vu Gecht, il est devenu blanc comme un fantôme et a soudainement changé son histoire. Il a dit que Gecht n’avait jamais tué personne. Spreitzer a commencé à parler très vite et à essayer de revenir sur ses aveux. Lorsque la police l’a pressé, Spreitzer a déclaré que l’ami de sa petite amie, Andrew Kokoraleis, avait tué toutes ces femmes.

Lorsque les détectives ont interrogé Gecht au sujet d’Andrew Kokoraleis, il a dit qu’Andrew travaillait pour lui et a donné son adresse à la police, mais a nié savoir quoi que ce soit sur les propos de Spreitzer en rapport avec les meurtres.

Malheureusement, il n’y avait pas assez pour retenir Robin Gecht, et ils ont dû le laisser partir.

Les enquêteurs ont pris une série de photos, dont une photo de Gecht pour Beverly Washington à l’hôpital. Des semaines plus tard, elle se remettait encore de ses blessures. Elle a choisi la photo de Gecht comme étant l’homme qui l’avait attaquée.

Robin Gecht ne parlant pas, les détectives ont décidé de parler aux personnes de sa vie qu’ils ne pensaient pas être impliquées dans les crimes. Dans ses jeunes années, Gecht avait demandé à des filles qu’il fréquentait de le laisser leur planter des épingles dans la poitrine pendant qu’ils faisaient l’amour.

un gentil père de famille !!!!
un gentil père de famille !!!!

Lorsqu’ils ont parlé à sa femme, celle-ci a admis que Gecht était allé plus loin avec elle, lui tranchant même le sein. Elle a dit que son mari avait fait cela contre sa volonté mais qu’elle ne l’avait jamais dénoncé.

Les détectives ont parlé avec des personnes qui connaissaient Gecht dans le quartier. Et il s’est avéré que non seulement son équipe le craignait, mais aussi la plupart des gens qui avaient un contact avec lui.

Certains ont dit à la police que Gecht avait une sorte de pouvoir sur eux, qu’il pouvait les attirer et les forcer à faire sa volonté. Un individu effrayé a dit à l’officier de ne jamais regarder dans les yeux de Gecht, ou il serait entraîné lui aussi. Ils ont parlé d’actes méprisables que Gecht leur a fait faire avec lui, des choses auxquelles ils ne voulaient pas participer, mais ils ne pouvaient pas lui dire non.

Les preuves contre l’équipe des Éventreurs commencent à s’accumuler.

Sachant qu’ils tenaient les bons hommes, les enquêteurs ont continué à fouiller dans les antécédents de l’équipe des Éventreurs pendant la période des meurtres, dans l’espoir de les relier à l’un des crimes.

En 1981, Gecht avait loué une chambre au Rip Van Winkle Motel pendant plusieurs mois. Trois pièces adjacentes ont été louées par Edward Spreitzer et les frères Andrew et Thomas Kokoraleis. Ils ont pu le découvrir parce que les frères Kokoraleis ont fait suivre leur courrier à partir de cette adresse lorsque le groupe a déménagé – laissant une trace auprès du service postal américain.

En parlant au gérant du motel, ils ont appris qu’il se souvenait bien de ces hommes. Il a dit qu’ils faisaient des fêtes bruyantes et qu’il croyait qu’ils étaient impliqués dans une secte, disant qu’ils étaient « une sorte de cultistes ». Les hommes ramenaient fréquemment de nombreuses femmes dans leurs chambres.

C’est le même gérant du motel qui a trouvé le corps de Linda Sutton derrière le motel.

Andrew Kokoraleis
Andrew Kokoraleis

La confession d’Andrew Kokoraleis

Il n’a pas fallu longtemps aux inspecteurs pour faire craquer Andrew Kokoraleis pendant l’interrogatoire, non plus. Il a commencé à parler des femmes qu’ils avaient enlevées et assassinées, et les détails étaient étrangement précis par rapport aux rapports du coroner.

Les Kokoraleis ont raconté comment ils enlevaient les femmes pour les violer et les torturer. Il a déclaré qu’ils portaient régulièrement des couteaux, mais qu’ils utilisaient également des rasoirs, des couvercles de boîtes de conserve et des ouvre-boîtes pour mutiler les femmes.

Il a donné plus de détails sur l’utilisation de la corde à piano pour amputer le sein de différentes femmes. Il a confirmé que l’équipe se masturbait à tour de rôle dans les seins avant d’en manger des parties pendant leur rituel satanique.

interrogatoire d'andrew
interrogatoire d’andrew

Au total, Andrew Kokoraleis a reconnu avoir participé à 18 meurtres, dont ceux de la cinquième victime Lorraine Borowski et de la neuvième victime Rose Beck Davis.Il a décrit en détail le viol et le meurtre de la victime n°8, Sandra Delaware. Kokoraleis a déclaré qu’ils avaient enfoncé une pierre dans sa bouche pour l’empêcher de crier pendant qu’ils l’attaquaient. Ils lui ont enfoncé une bouteille de vin dans le vagin, ce qui l’a fait saigner abondamment, et ils ont poignardé son corps avec un couteau pour la mutiler. Elle a été étranglée à mort. Le rapport d’autopsie a confirmé sa déclaration.

Thomas Kokoraleis
Thomas Kokoraleis

La confesion de Thomas Kokoraleis

Interrogatoire de thomas
Interrogatoire de thomas

Lorsque les enquêteurs ont parlé pour la première fois avec Thomas Kokoraleis, il a fait des déclarations contradictoires et n’a pas pu s’en tenir à une histoire. Lorsqu’il a été amené au poste de police, il a été soumis à un test polygraphique, qu’il a échoué.

Armé des autres aveux et des résultats ratés de Thomas Kokoraleis au détecteur de mensonges, il n’a pas fallu longtemps pour qu’il avoue.

La chapelle satanique
La chapelle satanique

Kokoraleis a dit aux inspecteurs que lui et les autres hommes ramenaient les femmes chez Gecht, où ils avaient une « chapelle satanique » dans le grenier. Là, ils violaient et torturaient les femmes. Ils utilisaient souvent des couteaux et des pics à glace pour mutiler le corps des femmes. Il a dit que le sein était généralement retiré avec un garrot en fil de fer.

Après avoir retiré le sein, ils se masturbaient dans le sein, puis chacun en mangeait une partie en guise de sacrement. Kokoraleis disait que manger la chair était « communier ». Gecht a gardé la poitrine dans une boîte. Kokoraleis en a compté 15 à l’intérieur.

La maison des éventreurs
La maison des éventreurs

Lors de ses aveux enregistrés, Thomas Kokoraleis a admis avoir été présent lors de trois meurtres, dont celui de la cinquième victime, Lorraine Borowski.

L’inspecteur de police d’Elmhurst John Miller, qui était assis avec Kokoraleis pendant sa confession, a déclaré ceci : « J’ai traité de nombreux cas d’homicides et je n’avais jamais entendu parler de quelque chose d’aussi horrible dans ma vie ».

« Il parlait de violer les femmes, de les poignarder, d’avoir des relations sexuelles avec les coups de couteau, de leur couper la poitrine pour laisser ce qu’il appelait ‘la marque de Robin’. »

Il convient de noter que ni Edward Spreitzer ni Andrew Kokoraleis n’ont nommé Thomas Kokoraleis dans leurs confessions.

John Wayne Gacy Serial Killer
John Wayne Gacy Serial Killer

La connexion de Robin Gecht avec les tueurs en série

L’équipe des Éventreurs est considérée comme un groupe de tueurs en série, ce qui est extrêmement rare en l’état. Si l’on considère maintenant que le chef , Gecht, a travaillé pour le tueur en série John Wayne Gacy, on a l’impression de sortir de la Quatrième Dimension.

On se souviendra de Gacy comme du tueur en série qui assassinait de jeunes hommes, les enterrait sous sa maison et se déguisait en clown.

Après avoir été arrêté et condamné, Gacy a parlé d’avoir un partenaire. Quelqu’un qui a travaillé avec lui sur certains des meurtres. Il n’a jamais nommé le partenaire.

Un jeune homme qui travaillait pour Gacy et qui a été retrouvé mort a d’abord été mis en relation avec Gacy, mais la police a ensuite déterminé qu’il était hors de la ville à ce moment-là. Gacy a déclaré que son complice avait commis le meurtre sans son consentement.

Ce partenaire pourrait-il être Robin Gecht ? Difficile à dire puisque Gecht nie tout méfait et que John Wayne Gacy a été exécuté en 1994.

Après l’arrestation des Crews

La police a exécuté un mandat de perquisition au domicile du chef. Dans le grenier de Gecht, ils ont trouvé la chapelle satanique. Ils ont également retrouvé un fusil qui correspondrait à la fusillade de Rafael Torado.

L'équipe des Éventreurs hier et aujourd'hui - Andrew Kokoraleis, Robin Gecht, Thomas Kokoraleis et Eddie Spreitzer (de gauche à droite)
L’équipe des Éventreurs hier et aujourd’hui – Andrew Kokoraleis, Robin Gecht, Thomas Kokoraleis et Eddie Spreitzer (de gauche à droite)

Procès et condamnations de l’équipe des Éventreurs

Les procès de Robin Gecht

  1. Dans une tentative pour éviter d’aller au procès, Gecht a déclaré qu’il était fou. Il a été évalué par de nombreux professionnels de la santé mentale et jugé apte à passer en jugement. Mais, son premier procès s’est terminé par un vice de procédure.
  2. Le second procès à Commencé le 20 septembre 1983.

L’accusation a présenté ses arguments contre Robin Gecht comme le chef de l’équipe des Éventreurs. Ils ont présenté à la cour les preuves retrouvées dans la chapelle satanique du défendeur. Y compris le fusil utilisé pour le meurtre de Rafael Torado et la boîte à trophées qui contenait des seins féminins.

Le jury a été informé que : les femmes ont été kidnappées, détenues, torturées avec des aiguilles, des couteaux et des pics à glace, violées collectivement et leurs seins ont été coupés pour que les hommes puissent les utiliser pendant leur rituel satanique. Puis les femmes étaient brutalement assassinées.

L’accusation a appelé à la barre de nombreux témoins féminins qui ont déclaré que Gecht leur avait infligé des blessures aux seins et leur avait demandé de se couper les mamelons pour lui.

Pas un seul des autres hommes, Edward Spreitzer, ou Thomas et Andrew Kokoralesis, n’a voulu prendre position contre leur chef satanique. Et ils ont tous nié avoir dit que Gecht avait quelque chose à voir avec les meurtres.

Dans un geste rare, Robin Gecht a pris la parole pour sa défense.

Jusqu’à présent, Gecht avait nié avoir participé aux attaques et aux meurtres. Assis à la barre, il a avoué qu’il avait été impliqué dans l’agression de la victime n°11, Beverly Washington. Mais il a insisté sur le fait qu’il n’avait jamais tué personne ni été impliqué dans aucun des meurtres ou des viols.

  • Everly Washington avait désigné Robin Gecht comme l’un des hommes qui l’avaient attaquée.

Pour sa défense, il a dit au jury qu’il ne connaissait même pas les autres hommes à l’époque où la plupart des meurtres ont eu lieu.

Comme les autres membres ont refusé de témoigner contre Gecht et que la police ne disposait d’aucune preuve directe contre lui, il n’a été inculpé que pour le viol, les coups et blessures et la tentative de meurtre de Beverley Washington.

Le jury l’a déclaré coupable de tous les chefs d’accusation et il a été condamné à 120 ans de prison. Robin Gecht pourra bénéficier d’une libération conditionnelle pour la première fois en 2022.

Thomas Kokoraleis donne une interview après avoir été libéré de prison | via CBS Chicago
Thomas Kokoraleis donne une interview après avoir été libéré de prison | via CBS Chicago

Procès de Thomas Kokoralei

Dans un premier temps, Thomas Kokoraleis avait tenté de faire rejeter ses aveux, mais il a perdu la motion.

Le jury du comté de Dupage a reconnu Kokoraleis coupable du viol et du meurtre de Lorraine Borowski. Il a été condamné à la prison à vie après que le juge a rejeté la peine de mort prononcée par l’accusation.

Au cours de son procès, Kokoraleis a choisi de ne pas témoigner, mais il a pris la parole et a nié toute implication dans les crimes dont il était accusé lors du prononcé de la sentence.

En 1986, la Cour d’appel de l’État a annulé le verdict de culpabilité, invoquant des erreurs juridiques lors du procès initial. Thomas Kokoraleis a alors bénéficié d’un nouveau procès.

Un an plus tard, Kokoraleis a plaidé coupable pour le meurtre de Lorraine Borowski et a été condamné à une peine de 70 ans.

En 2017, Thomas Kokoraleis est arrivé en liberté conditionnelle, et les autorités ont tenté de le faire interner en tant que personne sexuellement violente , cela l’obligerait à rester derrière les barreaux. Pour que cette loi s’applique, ils ont dû prouver qu’il était « substantiellement probable » que Kokoraleis commettent d’autres actes de violence sexuelle.

Ils ont indiqué que Thomas Kokoraleis avait admis des viols et des meurtres plus sournois depuis qu’il était en prison. Dans une interview enregistrée en 1982, Kokoraleis a détaillé ce qui était arrivé à la victime n°6 Shui Mak. Y compris les rôles qu’il a joués dans les viols. Au fil des ans, il a également avoué avoir participé à d’autres viols et meurtres perpétrés par l’équipe des Éventreurs lors d’entretiens avec des professionnels de la santé mentale, des agents pénitentiaires et la presse.

Des psychiatres ont évalué Kokoraleis en 2017 et ont déterminé qu’il n’était pas violent sexuellement.

Thomas Kokoraleis a été libéré de prison après avoir purgé seulement la moitié de sa peine. Il doit se faire enregistrer comme délinquant sexuel tant qu’il vit dans l’Illinois.

L’inspecteur Warren Wilkosz s’est exprimé sur la libération de Kokoraleis, disant qu’il n’avait pas d’avis tranché sur la question. Mais il a dit qu’un jour Gecht serait libéré sur parole et que ce serait « une toute autre chose ». Wilkosz a dit : « Il faisait passer Manson pour un boy-scout. »

Andrew Kokoraleis au moment de son arrestation et avant sa mort | via Chicago Tribune
Andrew Kokoraleis au moment de son arrestation et avant sa mort | via Chicago Tribune

Les procès d’Andrew Kokoraleis

  1. Andrew Kokoraleis a d’abord été jugé pour le viol et le meurtre de la victime n°9, Rose Beck Davis.

Kokoraleis avait avoué avoir enlevé Davis avec les autres membres de l’équipage. Disant qu’ils l’avaient forcée à monter dans le van et l’avaient battue avec une hachette.

Le jury a délibéré pendant plus de trois heures avant de le déclarer coupable de viol et de meurtre. Il a été condamné à la prison à vie.

    Il a été jugé pour la deuxième fois pour le viol et le meurtre de la victime n°5 Lorraine Borowski et de la victime n°9 Rose Beck Davis.

Kokoraleis avait initialement avoué le viol et le meurtre de Lorraine Borowski et de Rose Beck Davis, lors d’un interrogatoire de police. Mais, il a rétracté ses aveux avant le procès. Au procès, il a insisté sur le fait qu’il n’avait jamais violé ni tué personne, et que la police avait forcé ses aveux.

Le procureur Brian Telander a passé en revue chaque confession avec Kokoraleis à la barre. Il avait avoué à six détectives différents et à deux procureurs. Telander a demandé pourquoi Kokoraleis avait fait les mêmes déclarations à chaque personne. Kokoraleis a déclaré que la police lui avait fourni les informations, qu’elle l’avait battu et forcé à répéter ce qu’elle voulait qu’il dise.

Le détective Warren Wilcosz a été appelé par l’accusation pour parler de la confession que Kokoraleis lui avait faite. Wilcosz a déclaré qu’il avait montré à Andrew Kokoraleis une série de photos de femmes, et que Kokoraleis avait choisi la photo de Lorraine Borowski et avait dit : « C’est la fille qu’Eddie Spreitzer et moi avons tuée dans le cimetière. »

Le jury a mis trois heures pour décider s’il croyait que huit personnes distinctes avaient forcé Korkoaleis à mentir, ou s’il mentait maintenant à la barre. Ils ont déterminé qu’il était coupable.

Lors du prononcé de la sentence, Kokoraleis a maintenu son plaidoyer de non-culpabilité, affirmant qu’il n’avait rien à voir avec l’attaque. Une fois de plus, personne ne l’a cru, et Andrew Kokoraleis a été condamné à mort. Il a fait appel à plusieurs reprises et a perdu toutes ses tentatives.

Puis il a encore changé son histoire.

Il affirme maintenant qu’il a effectivement violé et tué ces femmes, mais qu’il souffrait d’une crise de schizophrénie à l’époque et qu’il ne savait pas ce qu’il faisait.

Kokoraleis, qui dispose désormais d’une nouvelle demande et d’avocats, a également blâmé son ancien conseil. Il a déclaré que puisque son équipe de défense initiale n’avait pas plaidé la non-culpabilité pour cause d’aliénation mentale, elle lui avait fait une injustice et qu’il méritait un nouveau procès. L’accusation et le juge auraient également dû ordonner une évaluation, ils étaient donc également dans l’erreur.

Pendant son séjour en prison, Kokoraleis avait été évalué par un psychiatre. Ils avaient déterminé qu’il était « vulnérable » à une forte influence (Gecht) et souffrait d’un comportement anormal, ce qui le rendait non responsable de ce qu’il avait fait. La cour ne pensait pas qu’un comportement anormal répondait aux exigences d’un constat de folie.

Andrew Kokoraleis a été exécuté par injection létale le 16 mars 1999. Il serait le dernier détenu exécuté avant que le gouverneur Pat Quinn ne signe une loi abolissant la peine de mort le 9 mars 2011.

Edward Spreitzer plus tard en prison
Edward Spreitzer plus tard en prison

Les procès d’Edward Spreitzer

  1. Le 2 avril 1984, Spreitzer a plaidé coupable pour les meurtres de la victime n°6 Shui Mak, de la victime n°8 Sandra Delaware, de la victime n°9 Rose Beck Davis, de la victime n°12 Rafael Torado, trafiquant de drogue, ainsi que pour de nombreux viols et agressions sexuelles déviantes.

Edward Spreitzer a été condamné à la prison à vie pour chacune des quatre accusations de meurtre.

2. Le 25 février 1986, Spreitzer a été jugé pour le meurtre de la première victime Linda Sutton. Il a opté pour un procès sans jury devant le juge Edward Kowal pour déterminer sa culpabilité, mais a laissé un jury décider de sa peine.

Au cours du procès, Spreitzer a admis que lui et les autres membres du Ripper Crew avaient enlevé Linda Sutton alors qu’elle passait devant le Wrigley Field. Il a dit qu’ils l’ont emmenée dans un champ boisé près du motel Rip Van Winkle où ils séjournaient à ce moment-là.

Linda Sutton a été menottée, violée, et on lui a retiré un sein. Ils l’ont ensuite violée à nouveau avant de la laisser mourir seule.

Le défenseur public Carol Anfinson représentait Spreitzer. Elle a présenté son client au juge comme un jeune homme immature et impulsif qui ne faisait que suivre les ordres. Mme Anfinson a essayé de rejeter la faute sur le leader Robin Gecht et de présenter son client comme ayant peur pour sa propre vie.

Des amis appelés à la barre ont témoigné que Spreitzer avait toujours semblé facile à vivre. Ils ont ajouté que dans le passé, Spreitzer avait été victime d’intimidations.

Un autre ami a réfuté ces affirmations en témoignant que Spreitzer s’était vanté de ce qu’il avait fait aux « gonzesses », qu’il riait en parlant des mutilations et qu’il en avait tué certaines lui-même.

Le juge Edward Kowal l’a reconnu coupable d’enlèvement aggravé et de meurtre. Un jury le condamnera à la peine de mort deux semaines plus tard.

Edward Spreitzer a épuisé tous ses recours et est resté dans le couloir de la mort pendant des années. Lorsque le gouverneur Ryan a quitté ses fonctions en 2003, il a accordé la clémence à Spreitzer, transformant sa condamnation à mort en condamnation à perpétuité.

Robin Gecht avec son fils
Robin Gecht avec son fils

L’après pour Robin Gecht

Le 16 novembre 1988, la mère de Robin Gecht, Loretta, sa soeur Rachelle et son neveu Nicholas lui ont rendu visite en prison. Leur voiture a été impliquée dans un accident sur le chemin du retour, étant prise en sandwich entre deux semi-remorques. Loretta et Nicholas sont morts sur le coup, Rachelle est restée dans le coma pendant quatre mois avant de s’éteindre.

En mars 1999, le fils de Robin Gecht, David Gecht, a été arrêté pour meurtre au premier degré. David Gecht, 18 ans à l’époque, a tiré et tué Roberto Cruz dans le nord-ouest de Chicago. Il a été jugé comme un adulte et a été condamné à 45 ans de prison.

Robin Gecht a donné de nombreuses interviews au fil des ans, où il continue à clamer son innocence et à affirmer que les preuves ADN le disculperont bientôt.

« Première erreur . . me considèrer comme un tueur en série. . Je ne suis pas considéré comme tel. . Je n’ai jamais tué ni pris part à de tels actes et je n’ai jamais été accusé d’avoir tué qui que ce soit. »

« Je ne fais pas seulement face aux injustices, mais aussi aux cauchemars qui suivent. Vous n’avez aucune idée de la douleur et du mal que je ressens chaque jour où je suis assis ici et où je perds espoir. Je ne suis pas un ange. . mais je n’ai jamais blessé quelqu’un intentionnellement, sauf pour me protéger ou protéger ma famille. Je ne pourrais jamais vivre en tuant ou en sachant que j’étais responsable d’avoir pris la vie de quelqu’un. »

Dans une autre interview, Gecht a parlé de son obsession pour la poitrine et du fait qu’il s’agissait d’un trait de famille hérité.

« Eh bien, pour répondre à votre question sur l’obsession du sein, » dit Gecht.
« C’est une chose qui concerne toute ma famille, depuis mon arrière-grand-père, m’a-t-on dit. »

« Chacun de nous, les hommes, a épousé des femmes à forte poitrine. Mon ex-femme est un 39D, et oui, elle était très satisfaisante pour moi. »

Il précise ensuite ses sentiments sur les relations sexuelles avec des seins :

« Pour ce qui est de votre question sur les relations sexuelles avec des seins… ». . Je n’ai pas de réelle obsession pour les seins sous cette forme. Seule une personne très malade pourrait même penser à ça. »

https://youtube.com/watch?v=JodJ6sBWNUc

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings