Horreur à Amityville – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Horreur à Amityville

Quarante sept ans plus tard, il reste des questions sans réponses.

Quarante sept ans plus tard, les événements survenus à la maison 112 Ocean Avenue, qui ont inspiré des livres et des films, comportent encore des questions sans réponse.

Ils ont emménagé le 23 décembre. Peu après, ils ont appris que le lieu était habité par une force psychique et ont craint pour leur vie. Ils ont dit qu’ils avaient senti la présence d’une sorte d’énergie interne, un mal contre nature qui prenait de la force chaque jour où ils restaient.

[Jay Anson, « The Amityville Horror », page 2. 1977]

En décembre 1975, la famille Lutz emménage dans une maison de style colonial dans la banlieue new-yorkaise de Long Island. George et Kathleen Lutz savaient que, un an plus tôt, la maison avait été le théâtre d’un terrible massacre au cours duquel une famille entière avait été assassinée. Mais le prix de la propriété, avec suites et piscine, était pas élevé pour ne pas l’acheter. Vingt-huit jours plus tard, les Lutz ont fui l’endroit, terrorisés.

Les Lutz
Les Lutz

Ce qu’ils ont raconté sur la résidence numéro 112 est déjà de l’histoire ancienne. Le lieu, supposé possédé par des esprits maléfiques et hanté par de terribles phénomènes psychiques, a donné naissance à des livres et des films et fait désormais partie de l’inconscient américain et mondial.

Cette histoire mystérieuse peut même être liée à une célèbre affaire de meurtre qui s’est déroulée au Brésil : en août 2013, le pays a été choqué par l’affaire Marcelo Pesseghini, dans laquelle une famille entière a été massacrée dans un crime qui a divisé l’opinion publique et qui, à ce jour, est entouré de controverses. Parmi plusieurs éléments intrigants découverts lors de l’enquête sur cette affaire, une image a attiré l’attention :

Le 19 décembre 2012, Marcelo Pesseghini, qui au terme d'une enquête controversée Ronald “Butch” Jr DeFeo a été désigné comme le tueur de sa propre famille, a partagé cette image sur son profil Facebook avec la légende : "Le temps que tu t'en rendes compte, tu te seras fait une peur bleue".
Le 19 décembre 2012, Marcelo Pesseghini, qui au terme d’une enquête controversée a été désigné comme le tueur de sa propre famille, a partagé cette image sur son profil Facebook avec la légende : « Le temps que tu t’en rendes compte, tu te seras fait une peur bleue ».

Qu’est-ce que cette image partagée par Pesseghini a à voir avec la mystérieuse affaire américaine ? Quelle est la véritable histoire derrière l’une des affaires de meurtre les plus célèbres d’Amérique ? Des entités maléfiques ou simplement le mal qui habite l’être humain ?

Amityville – La véritable histoire

Village d’Amityville, Babylon, comté de Suffolk, New York | 13 novembre 1974

C’était une autre nuit de routine au centre d’appels d’urgence du comté de Suffolk, New York. Il n’y avait aucun lien et, de toute façon, cette ville tranquille avait rarement un crime à déplorer, du moins selon les normes de Metropolis. Soudain, à 18 h 35, la tranquillité est brisée par un coup de téléphone qui va détruire l’aura de banlieue sûre qui entoure le comté. La transcription de la conversation démontre l’agitation de l’appelant alors qu’il essayait de rapporter à l’opérateur la scène où il avait été emmené.

Opérateur : « Ici la police du comté de Suffolk. Je peux vous aider ? »

Homme : « Il y a eu une fusillade ici. Hum, DeFeo. »

Opérateur : « Monsieur, quel est votre nom ? »

Homme : « Joey Yeswit. »

Opérateur : « Pouvez-vous l’épeler ? »

Homme : « Oui. Y-E-S-W-I-T. »

Opérateur : « Y-E-S… »

Homme : « Y-E-S-W-I-T. »

Opérateur : « …W-I-T. Votre téléphone ? »

Homme : « Je ne sais même pas si c’est ici. Il n’y a, euh, pas de numéro sur le téléphone ici. »

Opérateur : « Bien, d’où appelez-vous ? »

Homme : « D’Amityville. Appelez la police d’Amityville, c’est juste sur, hum… Ocean Avenue à Amityville. »

Opérateur : « Austin ? »

Homme : « Ocean Avenue ». Qu’est-ce que… ? »

Opérateur : « Ocean… Avenue ? Où est-ce que c’est ? »

Homme : « Juste après Merrick Road. Ocean Avenue. »

Opérateur : « Merrick Road. Quel… quel est le problème, monsieur ? »

Homme : « Une fusillade ! »

Opérateur : « Une fusillade. Quelqu’un est blessé ? »

Homme : « Huh ? »

Opérateur : « Quelqu’un est blessé ? »

Homme : « Ouais, c’est juste… um, um – ils sont tous morts. »

Opérateur : « Comment ça, ils sont tous morts ? »

Homme : « Je ne sais pas ce qui s’est passé. Le garçon a couru dans le bar. Il a dit que tout le monde dans la famille avait été tué, et nous sommes venus ici. »

Opérateur : « Attendez une seconde, monsieur. »

(Un officier de police prend l’appel en charge)

Policier : « Bonjour. »

Homme : « Bonjour. »

Policier : « Quel est votre nom ? »

Homme : « Mon nom est Joe Yeswit. »

Policier : « George Edwards ? »

Homme : « Joe Yeswit. »

Policier : « Comment l’épelez-vous ? »

Homme : « Quoi ? J’ai juste… Combien de fois dois-je le dire ? Y-E-S-W-I-T. »

Policier : « Où etes vous ? »

Homme : « Je suis sur Ocean Avenue. »

Policier : « Quel numéro ? »

Homme : « Vous n’avez pas de numéro ici. Il n’y a pas de numéro sur le téléphone. »

Policier : « Quel est le numéro de la maison ? »

Homme : « Je ne sais même pas. »

Policier : « Où etes vous? Ocean Avenue et quoi d’autre ? »

Homme : « A Amityville. Appelez la police d’Amityville et faites venir quelqu’un ici. Ils connaissent la famille. »

Policier : « Amityville. »

Homme : « Ouais, Amityville. »

Policier : « Exact. Maintenant, dites-moi ce qui ne va pas. »

Homme : « Je ne sais pas. Le type a couru dans le bar. Le type a couru dans le bar et a dit que son père et sa mère avaient été abattus. Nous avons couru jusqu’à cette maison et tout le monde ici a été abattu. Je ne sais pas si c’était il y a longtemps, vous savez. Donc, um… »

Policier : « Hum, quelle est l’adresse… quelle est l’adresse de la maison ? « 

Homme : « Um, attendez. Laissez-moi aller vérifier le numéro. Bien. Attendez. 112 Ocean Avenue, Amityville. »

La police : « C’est Amityville ou North Amityville ? »

Homme : « Amityville. Juste… au sud de Merrick Road. »

La police : « Est-ce que c’est dans les limites du village ? »

Homme : « C’est à la limite du village, oui. »

Policier : « Oh, d’accord, quel est votre numéro de téléphone ? »

Homme : « Je n’en ai même pas. Il n’y a pas de numéro sur le téléphone. »

Policier : « Bon, d’où appelez-vous ? D’un téléphone public ? »

Homme : « Non, j’appelle directement de la maison, c’est juste que je n’ai pas vu de numéro sur le téléphone. »

Policier : « Vous êtes à l’intérieur de la maison ? »

Homme : « Ouais. »

Policier : « Combien de corps y a-t-il ? »

Homme : « Je pense, euh, je ne sais pas – Je pense qu’ils ont dit quatre. »

La police : « Il y a quatre corps ? »

Homme : « Ouais. »

Policier : « Exact. Restez dans la maison, je vais appeler la police du village d’Amityville et ils vont venir. »

"High Hopes", numéro 112 Ocean Avenue. Crédits : Wikipedia.
« High Hopes », numéro 112 Ocean Avenue. Crédits : Wikipedia.

À la fin de la nuit, les enquêteurs ont trouvé non pas quatre, mais six corps sur Ocean Avenue. Six des sept membres de la même famille résidant au 112 Ocean Avenue ont été méthodiquement assassinés alors qu’ils dormaient dans leur lit. Un seul d’entre eux avait survécu au massacre. Voici l’histoire mystérieuse et effrayante de la façon dont tout cela s’est produit.

Colère et ressentiment

Ronald DeFeo Sr

M. Ronald DeFeo Sr avait réalisé une grande partie du rêve américain lorsqu’il a acheté la maison numéro 112 sur Ocean Avenue à Amityville, un village bucolique de la ville de Babylon à Long Island. Né et élevé à Brooklyn, Ronald avait travaillé dur dans la concession de voitures de luxe de son beau-père et, après tant d’années, il commençait à en récolter les fruits. L’argent n’était plus un problème lorsqu’il a finalement pris la décision de quitter la turbulente ville de New York pour s’installer à Long Island. La maison qu’il a choisie était un modèle classique typique : deux étages et un grenier, plusieurs chambres et un petit hangar à bateaux sur la rivière Amityville. Il y avait beaucoup de place pour lui, sa femme Louise et leurs cinq enfants. Un panneau dans le jardin indiquait « High Hopes (Les grands espoirs) », indiquant ce que la nouvelle maison symbolisait pour les DeFeo.

Les cinq enfants du couple DeFeo. En haut, de gauche à droite : John, Allison et Mark. Ci-dessous, Dawn (à gauche) et, l'aîné, Ronald "Butch" Jr. Crédits : Murderpedia.
Les cinq enfants du couple DeFeo. En haut, de gauche à droite : John, Allison et Mark. Ci-dessous, Dawn (à gauche) et, l’aîné, Ronald « Butch » Jr. Crédits : Murderpedia.
Ronald DeFeo Jr

Mais sous le vernis du succès et du bonheur, Ronald est un homme capricieux, sujet à des accès de rage et de violence. Il y avait de violentes disputes entre lui et Louise, et ses enfants le considéraient comme une figure autoritaire. En tant que fils aîné, Ronald DeFeo Jr. a ressenti le poids du tempérament et des attentes de son père. Dans sa jeunesse, Ronald Jr, ou Butch comme on l’appelait, était gros et renfermé, la parfaite victime d’intimidation à l’école et pas du tout populaire avec les autres enfants. Son père l’a encouragé à se défendre, mais s’il lui a donné des conseils sur les mauvais traitements infligés par les brutes à l’école, ces mêmes (conseils) ne s’appliquaient pas à la façon dont le jeune Ronald était traité à la maison. Ronald, le père, ne tolère pas qu’on lui réponde ou qu’on lui désobéisse, tient son fils aîné en laisse et ne lui permet pas de se défendre comme il lui avait dit de le faire à l’école.

Le jeune Ronald DeFeo Sr (deuxième rang, deuxième de droite à gauche) sur sa photo de classe de lycée. Photo : Photobucket.

Mais lorsque Butch est entré dans l’adolescence, il a grandi en taille et en force et n’était plus impuissant face aux abus de son père. Les disputes en hurlant dégénèrent souvent en coups de poing lorsque le père et le fils en viennent aux mains à la moindre provocation. Et il est vite devenu évident pour le couple DeFeo que leur fils Butch avait quelque chose qui n’allait pas. Bien que le père de Ronald ne soit pas aussi habile dans ses relations sociales, il était assez intelligent pour comprendre que les changements de tempérament et le comportement violent de son fils étaient trop inhabituels, même en comparaison avec les siens. Lui et sa femme ont fait en sorte que leur fils aille voir un psychiatre, mais en vain. Butch a simplement adopté une attitude passive-agressive avec son thérapeute et a rejeté toute allusion au fait qu’il avait besoin d’aide.

L’adolescent Ronald DeFeo Sr (deuxième rang, troisième de gauche à droite) sur la photo annuelle du lycée. Photo : Photobucket.

N’ayant pas d’autre solution, les DeFeo ont utilisé une stratégie traditionnelle pour apaiser les enfants indisciplinés : Ils ont commencé à acheter à Butch tout ce qu’il voulait et à lui donner de l’argent. Lorsqu’il avait 14 ans, son père lui a offert un hors-bord de 14 000 dollars pour naviguer sur la rivière Amityville. Chaque fois qu’il voulait de l’argent, Butch n’avait qu’à le demander, et si on le lui en donnait pas, il le prenait tout simplement.

À l’âge de 17 ans, il a été contraint de quitter l’école paroissiale qu’il fréquentait. À cette époque, il avait commencé à consommer des drogues dures, telles que l’héroïne et le LSD, et avait également commencé à commettre des petits vols. Son comportement violent et délinquant devenait de plus en plus psychotique et ne se limitait plus à des accès de colère à l’intérieur de la maison. Un après-midi, alors qu’il chassait avec des amis, il a pointé son fusil chargé sur un membre de sa classe, un jeune homme qu’il connaissait depuis des années. Il a regardé d’un air inexpressif le visage de son ami pâlir. Le garçon s’est mis à courir, et Butch a calmement baissé son arme. Quand ils ont retrouvé leur ami plus tard, Butch lui a demandé pourquoi il s’était enfui si vite.

À 18 ans, il a trouvé un emploi dans la concession de voitures de luxe Buick de son grand-père. En fait, c’était un travail inutile, où il n’avait presque aucune tâche. Qu’il se présente ou non au travail, il reçoit un salaire de son père à la fin de chaque semaine. Il l’a donc utilisé pour entretenir sa voiture (que ses parents avaient également achetée), pour acheter de l’alcool et des drogues comme le speed et l’héroïne. Les bagarres avec son père devenaient de plus en plus fréquentes et violentes. Une nuit, une dispute a éclaté entre le couple DeFeo. Pour résoudre le problème, Butch a pris un fusil de chasse de calibre 12 dans sa chambre, a mis une cartouche et est descendu vers le lieu de la dispute. Sans hésitation ni avertissement, pour interrompre la bagarre, il a pointé le canon de son arme sur le visage de son père en criant : « Laisse la femme tranquille. Je vais te tuer, espèce de gros con ! C’est ça« . Butch a appuyé sur la gâchette, mais le pistolet n’a mystérieusement pas tiré. Ronald, paralysé, regarde avec une sombre perplexité son propre fils poser son arme et sortir simplement de l’enceinte, indifférent au fait qu’il a failli tuer son père de sang-froid. Le combat est terminé, mais les actions de Butch sont un signe avant-coureur de la violence qui va bientôt s’abattre non seulement sur son père, mais aussi sur toute sa famille.

Photos de nuit

Dans les semaines précédant le massacre, la relation entre Butch DeFeo et son père avait atteint ses limites. Butch, apparemment mécontent de l’argent qu’il recevait de son père, a conçu un plan pour escroquer la famille. Deux semaines avant les meurtres, il a été envoyé en mission par l’un des employés de la concession avec pour mission de déposer 1 800 dollars en espèces et 20 000 dollars en chèques à la banque. Mais au lieu de cela, il a simulé un cambriolage sur le chemin de la banque avec une connaissance, avec laquelle il allait plus tard partager l’argent.

Butch et un autre complice de la concession sont partis pour la banque à 12h30. Au bout de deux heures, ils n’étaient toujours pas revenus et lorsqu’ils sont arrivés, ils ont raconté qu’ils avaient été volés alors qu’ils attendaient à un feu rouge.

Le manteau de la nuit couvre encore le village d’Amityville aux premières heures du mardi 14 novembre 1974. Les chiens errants et la locomotive étaient les seuls signes de vie, tandis que les familles et les voisins dormaient. Mais la haine et la sauvagerie se sont développées sous le calme apparent du numéro 112 sur Ocean Boulevard. Toute la famille DeFeo était allée se coucher, sauf Butch. Alors qu’il était assis tranquillement dans sa chambre, il savait ce qu’il voulait faire, ce qu’il allait faire en fait. Son père et sa famille ne seraient plus une nuisance.

Butch était le seul membre de la famille à avoir une chambre pour lui tout seul. Son tempérament agressif et le fait qu’il soit le fils aîné lui avaient accordé ce petit luxe. Cela lui permettait également de disposer d’un endroit privé pour stocker une grande quantité d’armes, qu’il collectionnait et vendait parfois. La nuit des meurtres, Butch a pris un fusil Marlin de calibre 35 dans son armoire et s’est rendu, sournoisement mais résolument, dans la chambre de ses parents, a poussé silencieusement la porte et les a observés un moment pendant qu’ils dormaient. Puis, sans hésiter, Butch a porté le fusil à son épaule et a appuyé sur la gâchette , le premier des huit tirs mortels qu’il allait faire cette nuit-là. Le premier tir a déchiré le dos de son père, perçant son rein et sortant par la poitrine. Butch a tiré un autre coup, touchant à nouveau son père dans le dos. Ce tir a transpercé la base de la colonne vertébrale de Ronald et s’est logé dans son cou.

Les coups de feu ont réveillé Louise DeFeo, qui n’a eu que quelques secondes pour réagir avant qu’il ne commence à lui tirer dessus. Butch a pointé l’arme sur sa mère, qui était allongée sur le lit, et a tiré deux fois. Les balles ont brisé ses côtes et détruit son poumon droit. Les deux corps gisent maintenant en silence dans des mares de sang frais.

Malgré le bruit caractéristique de chaque coup de fusil, personne d’autre ne s’est réveillé dans la maison. Butch examine rapidement la dévastation qu’il a causée, avant de continuer le massacre des innocents. Ses deux jeunes frères, John et Mark, seront les prochaines victimes de sa fureur.

Il est entré dans la chambre partagée par les deux garçons et s’est arrêté entre les deux lits. Se tenant exactement au-dessus de ses frères sans défense, Butch a tiré un coup chacun pendant qu’ils dormaient. Les balles ont traversé le corps des jeunes hommes, détruisant leurs organes internes. Mark resta immobile, tandis que John, dont la colonne vertébrale avait été brisée par l’attaque impitoyable de son frère, se tortilla spasmodiquement pendant quelques instants après le tir. Une fois de plus, les coups de feu n’ont pas réveillé les seuls membres restants de la famille DeFeo. Puis Butch s’est faufilé, sans ménagement, dans la chambre que partageaient ses soeurs Dawn et Allison. Dawn était l’aînée après Butch, tandis qu’Allison était en âge d’aller à l’école, tout comme John et Mark.

Quand Butch est entré dans la pièce, Allison s’est réveillée et a levé les yeux, juste au moment où il a abaissé le fusil vers son visage et a appuyé sur la gâchette. La jeune sœur est morte sur le coup. Il s’est ensuite rendu dans la chambre d’amis où Dawn dormait, a pointé son arme vers sa tête et a tiré, fracassant littéralement le côté gauche du visage de sa sœur.

Tout s’est passé peu après trois heures du matin. En moins de quinze minutes, Ronald « Butch » DeFeo Jr. avait brutalement et de sang-froid massacré tous les membres de sa famille. Le chien des DeFeo, Shaggy, était attaché près du hangar à bateaux et aboyait violemment en réaction à la brutalité qui régnait dans la maison. Cependant, leurs aboiements n’ont à aucun moment distrait le tueur. Conscient d’avoir accompli la tâche qu’il s’était fixée, il s’est ensuite attaché à se nettoyer et à se créer un alibi afin de détourner l’inévitable enquête de police. Butch s’est tranquillement douché, rasé et a enfilé un jean et des bottes de travail. Il a ensuite ramassé les vêtements ensanglantés et le fusil, les a enveloppés dans une taie d’oreiller et s’est dirigé vers sa voiture. Il a ensuite jeté les preuves dans le véhicule et est parti aux premières heures du matin. Butch a conduit de la banlieue à Brooklyn et a jeté la taie d’oreiller et son contenu dans un caniveau. Il est ensuite retourné à Long Island et a travaillé comme d’habitude dans la concession de son grand-père. Il était six heures du matin.

[spoiler title= »Des photos de la scène du crime. Attention images choquantes ! »]









[/spoiler]

Démasquer un meurtrier

Butch n’est pas resté longtemps à son poste. Il a appelé à la maison plusieurs fois et comme son père ne s’est pas présenté, il a fait comme s’il s’ennuyait de ne pas savoir quoi faire et est parti vers midi. Il a ensuite appelé sa petite amie, Sherry Klein, pour lui faire savoir qu’il quitterait le service plus tôt et qu’il aimerait passer la voir. Sur le chemin du retour à Amityville, Butch a croisé son ami, Bobby Kelske, et les deux se sont arrêtés pour discuter. Butch s’est rendu à la maison de Sherry, il est arrivé vers 13h30. Sherry avait 19 ans, était une jolie fille populaire et travaillait comme serveuse dans l’un des nombreux bars qu’il fréquentait avec ses amis. Après être arrivé, Butch a mentionné en passant qu’il avait essayé d’appeler la maison plusieurs fois et que, bien que toutes les voitures soient dans le garage, il n’y avait pas de réponse. Pour le démontrer, il a appelé de l’appartement de Sherry à son propre domicile, avec le même résultat prévisible.

L’air intrigué mais non inquiet, Butch a emmené Sherry au centre commercial pour l’après-midi. Du centre commercial de Massapequa, il a conduit jusqu’à la maison de Bobby. Ronald a dit à son ami la même chose qu’il avait dit à Sherry : que sa famille semblait être à la maison, mais il n’y avait pas de réponse quand il a appelé. « Il y a quelque chose qui se passe là-bas« , a-t-il dit. « Les voitures sont toutes dans le garage et je ne peux toujours pas entrer dans la maison. J’ai appelé deux fois et personne n’a répondu. » Changeant brusquement de sujet, Butch a demandé si Bobby sortait plus tard. Bobby a répondu qu’il allait faire une sieste, et que si Butch voulait le rencontrer, il serait dans un pub local appelé Henry’s vers 18 heures.

Butch a passé le reste de l’après-midi à rendre visite à des amis, à boire et à prendre de l’héroïne. Il est finalement arrivé chez Henry après 18 heures. Bobby a suivi peu après. Encore une fois, Butch a feint de s’inquiéter de la difficulté de parler à quelqu’un à la maison. « Je vais devoir rentrer chez moi et casser une fenêtre pour entrer« , a dit Bobby. « Eh bien, fais ce que tu as à faire« , a répondu son ami de manière rassurante. Ronald a quitté le bar pour son supposé voyage de découverte, pour revenir après quelques minutes dans un état d’agitation et d’agonie. « Bob, tu dois m’aider« , a-t-il hurlé. « Quelqu’un a tiré sur mes parents !« .

Robert William “Bobby” Kelske

Les deux amis ont rejoint un petit groupe de clients et ils se sont tous entassés dans la voiture de Butch, avec Bobby au volant. Cela faisait environ 15 heures que les meurtres avaient eu lieu. Quelques instants plus tard, ils sont arrivés à la maison, Bobby Kelske est entré par la porte d’entrée et a monté les escaliers en courant vers la chambre du couple. Il y avait les corps de Ronald et de sa femme, Louise. Il est retourné dehors et a trouvé Butch à ses côtés, l’air visiblement peiné et consterné. Joey Yeswit avait trouvé le téléphone dans la cuisine et appelait la police. En moins de dix minutes, l’officier Kenneth Geguski était sur les lieux. A son arrivée, il a trouvé un groupe d’hommes rassemblés sur la pelouse du jardin des DeFeo. Butch se tenait entre eux, sanglotant de façon incontrôlable. « Mes parents sont morts », a-t-il dit lorsque Geguski s’est approché du groupe.

Le policier du village d’Amityville est entré dans la maison et est immédiatement monté à l’étage. Il découvre d’abord les corps de Ronald et Louise, ainsi que ceux de John et Mark DeFeo. Puis il est redescendu et a appelé le poste de police du village. Ronald Jr. était assise à la table de la cuisine, pleurant toujours. En entendant la description de Geguski, il a signalé à l’agent qu’il avait également deux sœurs. Geguski a lâché le téléphone et est remonté dans les escaliers. À ce moment-là, un autre policier du village était arrivé : L’officier Edwin Tyndall. Les deux ont trouvé les corps de Dawn et Allison ensemble. Un expert médico-légal sera nécessaire pour déterminer l’endroit où les deux jeunes filles ont été abattues et le type d’arme qui les a tuées : avait trop de sang pour que les policiers puissent même le supposer.

Peu après 19 heures, le quartier a été mis au courant de ce qui s’était passé dans la maison appelée « Great Expectations ». La maison elle-même était remplie de policiers, tandis que les voisins et divers curieux se rassemblaient sur la pelouse du jardin. L’inspecteur Gaspar Randazzo du comté de Suffolk a été le premier à interroger Butch, l’unique survivant du massacre. Ils se sont assis dans la cuisine des DeFeo et Randazzo a demandé qui, selon lui, était capable de faire quelque chose comme ça. « Louis Falini », a répondu Butch après une courte pause. Falini était un tireur connu de la mafia qui, selon Butch, avait une querelle avec sa famille, résultat d’une dispute entre les deux quelques années auparavant.

L’interrogatoire s’est poursuivi chez le voisin d’à côté, où une base d’opérations de police temporaire a été établie. Le détective Gerard Gozaloff a rejoint l’affaire. Il a été suggéré que si les meurtres étaient effectivement liés au crime organisé, Butch pourrait encore être une cible, et que tout nouvel interrogatoire devrait se faire au poste de police. Là, ils ont été rejoints par un troisième inspecteur, Joseph Napolitano, et Butch a fait sa déclaration à la police.

Après que Butch ait fait sa première déclaration, les détectives ont continué à l’interroger sur sa famille et sur sa supposition que Louis Falini pourrait être le tueur. Butch a répondu que Falini avait vécu avec eux pendant un certain temps, et pendant ce temps il avait aidé Butch et son père à creuser un endroit secret dans le sous-sol, où son père Ronald gardait un stock d’argent et de pierres précieuses. Sa querelle avec Falini serait née d’un incident au cours duquel Falini aurait critiqué le travail que Butch avait effectué chez le concessionnaire. Il a également avoué être un consommateur occasionnel d’héroïne, ainsi que le fait d’avoir mis le feu à l’un des bateaux de son père afin que Ronald puisse toucher l’assurance au lieu de payer pour le moteur, que Butch avait endommagé auparavant. À trois heures du matin, les détectives ont terminé leur interrogatoire, et Butch s’est endormi dans un lit situé dans une arrière-boutique. Ronald Jr. a donné l’impression d’être un témoin coopératif, et jusque là les inspecteurs n’avaient aucune raison de le suspecter.

Ces circonstances ont toutefois commencé à changer, à mesure que les enquêteurs continuaient à examiner les preuves matérielles, tant sur la scène du crime que dans le laboratoire de la police. Une découverte cruciale a été faite vers 2h30 du matin, le 15 novembre, alors que le détective John Shirvell effectuait un dernier balayage des chambres des DeFeo. Les pièces où les meurtres ont eu lieu ont été fouillées de fond en comble, alors que dans la chambre de Ronald, ils n’ont jusqu’à présent jeté qu’un coup d’œil superficiel. Mais lors d’un second examen, le détective Shirvell a repéré une paire de boîtes en carton rectangulaires, toutes deux munies d’étiquettes décrivant leur contenu récent : Des fusils Marlin, un .22 et un .35. Shirvell ne savait pas qu’un Marlin de calibre 35 avait été l’arme du crime, mais il a quand même pris les boîtes, juste au cas où elles pourraient être des preuves importantes. Et ils l’étaient !

Boîtes du fusil de Butch. La découverte a conduit à la solution de cas.
Boîtes du fusil de Butch. La découverte a conduit à la solution de cas.
14 novembre 1974, Amityville, Long Island, État de New York, États-Unis --- Légende originale: Les employés du bureau du coroner à Amityville enlèvent un corps de la maison de Ronald Defeo Sr. Ici, après le vendeur de voitures, sa femme, deux filles et Deux fils qui ont été abattus. Ronald Defeo Jr., 23, le seul membre survivant de la famille, qui a appelé la police pour signaler les tueurs était interrogé par la police. --- Image par © Bettmann / Corbis
14 novembre 1974, Amityville, Long Island, État de New York, États-Unis — Légende originale: Les employés du bureau du coroner à Amityville enlèvent un corps de la maison de Ronald Defeo Sr. Ici, après le vendeur de voitures, sa femme, deux filles et Deux fils qui ont été abattus. Ronald Defeo Jr., 23, le seul membre survivant de la famille, qui a appelé la police pour signaler les tueurs était interrogé par la police. — Image par © Bettmann / Corbis
Le personnel du bureau du coroner d’Amityville porte l’un des corps retirés de la résidence de Ronald DeFeo. Date : 14 novembre 1974. Photo : © Bettmann/CORBIS.
Un détective du comté de Suffolk utilise un détecteur de métaux à la recherche de preuves dans le jardin de la maison de style colonial de Ronald DeFeo. Photo : Dan Godfrey.
Le fusil Marlin 35 utilisé par Butch pour massacrer toute sa famille.

Peu après son arrivée au poste de police avec les nouvelles preuves, Shirvell a appris le type exact d’arme qui avait été utilisé pour les meurtres. L’interrogatoire ultérieur de Bobby Kelske leur a permis de découvrir que Butch était un fanatique des armes à feu et qu’il avait simulé le vol de l’argent chez le concessionnaire Buick.

Très vite, les détectives du comté ont commencé à envisager sérieusement la possibilité que Butch les ait induits en erreur, et qu’il puisse être le suspect qu’ils recherchaient ou du moins en savoir plus sur les meurtres que ce qu’il avait dit jusqu’à présent. A 8h45, le détective George Harrison a réveillé Butch. « Avez-vous trouvé Falini ? » a demandé DeFeo. Mais Harrison n’était pas là pour donner des nouvelles mais pour lire à Butch ses droits. DeFeo a affirmé qu’il avait coopéré tout le temps et qu’il n’était pas nécessaire qu’ils lui lisent ses droits. Il est allé jusqu’à renoncer à son droit à un avocat, tout cela pour prouver qu’il était un témoin innocent n’ayant rien à cacher.

À ce moment-là, Gozaloff et Napolitano étaient épuisés. Deux autres officiers, le lieutenant Robert Dunn et l’agent-détective Dennis Rafferty, ont pris la relève. Ces deux-là n’étaient pas à prendre à la légère. Rafferty a relu à Butch ses droits et a commencé à interroger le suspect sur ses activités et ses allées et venues dans les deux jours précédant le crime. Rafferty s’est concentré sur l’heure des meurtres. Butch avait écrit dans sa déclaration qu’il était resté éveillé jusqu’à près de quatre heures du matin et qu’il avait entendu son frère dans la salle de bain à ce moment-là. « Butch, toute la famille a été trouvée dans son lit, habillée en pyjama », a dit Rafferty. « Ce qui m’indique que cela ne s’est pas produit à une heure de l’après-midi, après que vous soyez allé travailler ! Rafferty a continué à presser Butch jusqu’à ce qu’il puisse l’éloigner de sa version initiale de l’heure du crime, définissant que le crime avait en fait eu lieu entre deux et quatre heures du matin.

Avec cette petite fissure, l’histoire construite par Butch a commencé à s’effriter. Dunn et Rafferty ont martelé les contradictions entre la version racontée par Butch et ce que les preuves matérielles ont montré. Butch était physiquement attaché à la scène de crime depuis que l’heure des meurtres a été fixée. Dans un premier temps, il a tenté désespérément de contourner sa situation compliquée en essayant de faire croire aux détectives que, bien qu’il ait effectivement été présent dans la maison pendant les meurtres, il n’avait été dans les pièces qu’après les crimes. Mais la police n’est pas tombée dans le panneau.

« Butch, c’est incroyable« , a dit Rafferty. « C’est presque incroyable. Butch, nous savons que nous avons l’étui d’un pistolet de calibre 35 qui était dans sa chambre – chacune des victimes a été tuée avec un 35. Et vous avez tout vu. Il y a autre chose. Son arme a été utilisée. »

Plus désespéré que jamais, Butch continue de mentir, même si cela le place encore plus au centre des meurtres. Il a déclaré aux enquêteurs qu’à 3h30 du matin, Louis Falini l’a réveillé et lui a mis un revolver sur la tempe. Un autre homme était présent dans la pièce, a raconté Butch, mais lorsqu’il a été interrogé, il n’a pu donner aucune description physique à la police. Selon la nouvelle version de Butch, Falini et son partenaire l’ont emmené de pièce en pièce, assassinant chacun des membres de la famille. La police a laissé Butch continuer à parler et à un moment donné, il s’est compliqué la vie en décrivant comment il collectait et jetait les preuves de la scène du crime. « Attendez une minute« , a dit Rafferty. « Pourquoi avez-vous pris les douilles si vous n’y êtes pour rien ? Vous ne saviez pas que c’était votre arme qui avait été utilisée. »

Butch n’a pas répondu à la question, alors les enquêteurs l’ont laissé parler un peu plus. Ils avaient déjà découvert un bon nombre de preuves incriminant Butch, tout en faisant semblant de croire que Falini et son complice l’avaient emmené avec eux lors du massacre et n’avaient épargné que sa vie. Une fois qu’ils ont eu une description solide de la façon dont les meurtres se sont produits, Dunn s’est lancé dans les meurtres : « Ils ont dû vous faire tirer sur au moins l’un d’entre eux – ou certains d’entre eux. » Butch est tombé dans le panneau, et le piège a fonctionné.

  • Ça ne s’est pas passé comme ça, n’est-ce pas ? a demandé Rafferty.
  • Donnez-moi une minute, a répondu Butch, la tête entre ses mains.
  • Butch, ils n’ont jamais été là, n’est-ce pas ? Falini et l’autre type n’ont jamais été là.
  • Non, a finalement avoué Butch. Tout a commencé très vite. Une fois que j’ai commencé, je n’ai pas pu m’arrêter. C’était très rapide.
Ronald DeFeo arrivant au tribunal où il devait être accusé de six chefs d’accusation de meurtre au second degré. Photo: Mooney/News.
Ronald DeFeo Jr, quitte le palais de justice après une audience le 15 novembre 1974, un jour après avoir tué toute sa famille. Photo : Richard Drewap.

Le jugement

Le procès de Butch DeFeo a lieu le 14 octobre 1975, presque un an après les meurtres. Les poursuites à l’encontre de DeFeo et la responsabilité de veiller à ce qu’un homme comme lui ne puisse plus jamais constituer une menace pour quiconque dans la communauté ont incombé à Gerard Sullivan, procureur adjoint du comté de Suffolk, à New York. Malgré les aveux de DeFeo, malgré le fait qu’il ait pu conduire les enquêteurs à l’endroit exact où il s’était débarrassé des preuves, et malgré le fait que le fusil de calibre 35 de Butch ait été identifié comme l’arme du crime, Sullivan n’a pas voulu prendre de risques dans ses poursuites. Pendant la période d’interrogatoire préalable au procès et de sélection du jury, Sullivan a étudié DeFeo, lui a posé des questions et a observé son comportement et son interaction avec les autres. Il savait que Butch était un menteur pathologique et qu’il était évasif. Il avait engagé un célèbre avocat de la région, William Weber, pour sa défense ; son comportement avant les meurtres pourrait offrir à Weber la possibilité de plaider non coupable pour cause de démence. Mais Sullivan savait que DeFeo n’était pas fou, mais un tueur violent et sans pitié, et il était déterminé à l’enfermer une fois pour toutes. Sa première déclaration au jury était cruciale car elle plantait le décor de sa tentative de montrer la vérité sur la personnalité criminelle de DeFeo. Il ne pouvait pas se permettre de croire que le jury verrait DeFeo de la même façon que lui : un tueur méthodique et sain d’esprit.

Mesdames et messieurs du jury, chacun d’entre vous sera changé d’une manière ou d’une autre par cette affaire. Vous quitterez ce tribunal après avoir rendu votre verdict, peut-être dans un mois, en emportant avec vous un souvenir permanent de l’horreur qui s’est produite dans cette maison du 112 Ocean Avenue, en pleine nuit, il y a onze mois.

N’oubliez pas que les preuves établies et présentées de la manière dont les crimes se sont produits sont importantes pour votre verdict, tout comme la preuve de leur auteur. Une grande partie de la preuve du « comment ? » portera sur la question de savoir si vous acquitterez le défendeur pour ses actions en raison d’une maladie ou d’un trouble mental. Si vous gardez l’esprit ouvert et que vous examinez et évaluez soigneusement toutes les preuves, je suis certain qu’à la fin de l’affaire, vous reviendrez dans cette salle et déclarerez Ronald DeFeo Jr. coupable de six chefs d’accusation de meurtre au second degré.

La question de l’état mental de DeFeo au moment des meurtres resterait la partie principale de la preuve sur laquelle reposerait son acquittement ou sa condamnation. Avant le procès, Weber avait astucieusement tenté de faire annuler complètement l’affaire, en affirmant que Butch avait été privé du droit à un avocat peu avant que la police n’obtienne ses aveux. Il a également allégué que les aveux ont été obtenus sous la contrainte, à la suite de violences physiques de la part de la police. Aucun de ces arguments n’a été accepté, cependant, et Weber n’a eu d’autre choix que de défendre les actions de son client en affirmant qu’il était légalement fou au moment où les crimes ont été commis.

Sullivan a été assez perspicace pour savoir qu’un argument unidimensionnel selon lequel DeFeo était effectivement sain d’esprit et responsable de ses actes pourrait ne pas suffire à convaincre les jurés de sa culpabilité. Il a appelé de nombreux témoins, dont des officiers de police et des détectives qui avaient travaillé sur l’affaire, ainsi que plusieurs parents et amis de Butch. Par leur témoignage, le procureur a cherché à présenter au jury un portrait en trois dimensions de l’homme capable d’assassiner six membres de sa famille sans défense. Mais aucun témoin n’a offert une meilleure opportunité que DeFeo lui-même.

Weber a appelé ses témoins et mené le contre-interrogatoire, amenant de manière prévisible son client à fournir des réponses qui corroboreraient le plaidoyer d’aliénation mentale. Montrant une photo de sa mère morte dans son lit, Weber a demandé à son client.

Ronnie [autre surnom de Ronald], c’est ta mère, n’est-ce pas ?

Non, monsieur, a répondu Butch. Je vous l’ai déjà dit et je vous le répète. Je n’ai jamais vu cette personne avant dans ma vie. Je ne sais pas qui est cette personne.

Weber a ensuite montré à Butch une photo du cadavre de son père, et lui a demandé :

Butch, as-tu tué ton père ?

Est-ce que je l’ai tué ? Je les ai tous tués. Oui, monsieur. Je les ai tous tués en état de légitime défense.

Sullivan est resté impassible, tandis que certains membres du jury ont soupiré à haute voix en réponse à la confession de DeFeo au tribunal. Weber est resté imperturbable, se demandant pourquoi Butch avait fait une telle chose.

Pour autant que je sache, si je ne tuais pas ma famille, ils me tueraient. Et pour autant que je sache, ce que j’ai fait était de la légitime défense et il n’y a rien de mal à cela. Quand j’ai pris l’arme dans mes mains, il n’y avait aucun doute dans mon esprit sur qui je suis. Je suis Dieu.

Pour le membre profane moyen du jury, le témoignage de DeFeo aurait pu apparaître comme celui d’un fou dément, d’une personne ayant peu de prise sur la réalité. Et c’est précisément cette possibilité, la possibilité que DeFeo échappe au procès en trompant les jurés, que Sullivan s’efforçait d’éviter. Il n’a pas perdu de temps et a attaqué le témoignage de DeFeo lors du contre-interrogatoire. Il a ridiculisé l’incapacité apparente de Butch à se rappeler qui était sa propre mère et a exposé les incohérences entre son témoignage et la déclaration qu’il avait faite à la police le soir du crime. Surtout, Sullivan a commencé à provoquer DeFeo, s’exprimant de manière agressive pour lui faire perdre son sang-froid, enflammer son arrogance et sa haine. Sullivan voulait que le jury voie qu’au lieu d’être victime d’aliénation mentale, Ronald « Butch » DeFeo Jr. était un tueur dégénéré, lucide et de sang-froid.

Ses questions ont commencé à porter sur les meurtres de DeFeo et les récits contradictoires de ses actions cette nuit-là. Sullivan savait qu’il n’obtiendrait pas de Butch un récit cohérent de ce qui s’était passé, mais il savait qu’il pouvait faire en sorte que le tueur révèle le plaisir tordu qu’il prenait à tuer toute sa famille.

Sullivan : « Vous vous sentiez bien à ce moment-là ? »

Butch : « Oui, monsieur. Je pense que je me suis senti très bien. »

Sullivan : « C’est parce que vous saviez qu’ils étaient morts, parce que vous aviez tiré deux fois sur chacun d’eux ? »

Butch : « Je ne sais pas pourquoi, je ne peux honnêtement pas répondre à cette question ».

Sullivan : « Vous souvenez-vous avoir été heureux ? »

Butch : « Je ne me souviens pas m’être sentie heureuse. Je me souviens m’être sentie vraiment bien. Bien. »

Les efforts de provocation de Sullivan pour atteindre son objectif ont atteint leur paroxysme au moment où il a effectivement menacé la vie du procureur. « Tu crois que je plaisante », rugit Butch en colère depuis son siège. « Si j’avais un peu de bon sens, ce qui n’est pas le cas, je descendrais et je te tuerais maintenant. »

Les psychiatres

La capacité de prouver ou de réfuter l’état mental de DeFeo au moment des meurtres serait cruciale pour le succès de la défense et de l’accusation. Sans lui laisser la moindre chance, les deux parties avaient demandé les services de deux célèbres psychiatres locaux. Dr. Daniel Schwartz a été appelé par la défense, et était familier avec les procédures criminelles. Il avait interrogé d’innombrables accusés, témoigné dans des centaines d’affaires. Il gagnera plus tard une notoriété nationale en tant que psychiatre qui déclarera David Berkowitz criminellement fou dans les meurtres du « Fils de Sam ».

Sullivan était conscient du moment crucial que le procès avait atteint. Toutes les bases qu’il avait posées, toutes ses tentatives pour faire ressortir la personnalité meurtrière de DeFeo dans la salle d’audience seraient vaines s’il laissait Weber et Schwartz prendre le contrôle de la dernière étape du procès. Malgré le fait qu’il ait sollicité les services d’un autre psychiatre assez réputé, Sullivan savait qu’il devait compter sur ses compétences de procureur et d’interrogateur, ainsi que sur les compétences de son expert en matière de témoignage. Comme il l’écrit dans son récit du procès, « les jurés avaient entendu parler de DeFeo et de ses meurtres depuis près de deux mois. Ils avaient écouté ses mensonges et ses insultes pendant des jours. Dr. Schwartz ne lui avait parlé que quelques heures. J’allais montrer que le psychiatre ne connaissait pas le vrai Butch DeFeo. »

Lorsque cela s’est produit, Sullivan a heureusement obtenu une faille dans la manière dont Weber a contre-interrogé son propre témoin. Dans un geste qui pourrait clairement être interprété comme un excès de confiance dans les capacités de Schwartz, Weber n’a posé que quelques questions préliminaires à son témoin, puis a laissé Schwartz donner joyeusement une mini conférence sur la psychose, la dissociation et la folie criminelle. Sullivan a noté que le jury avait vraiment été affecté par l’explication du professionnel, par ce qui était apparemment son opinion en tant qu’expert sur le sujet, et comment tout cela s’appliquait aux actions de Butch DeFeo la nuit du 14 novembre 1974. Néanmoins, Sullivan a noté en silence un certain nombre de points essentiels que Schwartz avait cités et que Weber avait omis de mentionner ou de demander à Schwartz d’expliquer. Il a souri, prévoyant silencieusement de le faire lui-même pendant l’interrogatoire.

Sullivan a commencé son interrogatoire en faisant référence à l’expérience antérieure de Schwartz en tant qu’expert, essayant de le déstabiliser pour qu’il démontre à quel point il avait analysé le témoin. Voyant que cela change

Sullivan : « N’est-ce pas une indication qu’une personne a pris soin d’emporter hors de la maison les preuves du crime, qui pourraient l’y relier ? ».

Schwartz : « C’est la preuve que quelqu’un essaie d’enlever des preuves de lui-même, aussi, qu’il a fait cela. Nous spéculons maintenant sur la raison de ce nettoyage. Si vous connaissez la plainte de Lady MacBeth – ‘Comment, ces mains ne seront jamais propres?’ – elle ne cachait pas un meurtre à qui que ce soit, mais elle ne pouvait pas vivre avec du sang imaginaire sur ses mains. »

Dans la célèbre tragédie de Shakespeare, Lady MacBeth délire et marche en dormant, se lavant les mains d’un sang imaginaire parce qu’elle ne peut supporter la culpabilité des meurtres auxquels elle a participé.

Sullivan n’a pas avalé un mot, et était déterminé à ne pas laisser les jurés faire de même.

« Docteur », a-t-il vociféré, « est-ce votre avis psychiatrique réfléchi ? »

Schwartz : « Mon opinion psychiatrique réfléchie, Monsieur le Procureur, est qu’il ne dissimule le crime à personne en récupérant les douilles. Les corps sont là. Les balles sont dans les gens. »

Sullivan : « Il a retiré de la maison tout ce qu’il a pu rassembler et qui pouvait le relier au crime, n’est-ce pas ? »

Schwartz : « Ce dont vous parlez est insignifiant par rapport aux six corps.

Sa réponse indifférente a enflammé le sentiment d’indignation du procureur.

Sullivan : « C’est insignifiant qu’il ait retiré de la maison les preuves qui pouvaient le relier au crime, insignifiant que cela n’ait rien à voir avec la question de savoir s’il pensait que le crime était mauvais ? ».

Schwartz : « Les preuves étaient là, chez les victimes ».

Sullivan a mis le psychiatre dans une situation désavantageuse, la fiabilité de son premier témoignage s’estompant, s’effaçant devant l’assaut furieux du procureur. Sullivan s’est ensuite attaqué au diagnostic de Schwartz selon lequel DeFeo était un névrosé.

Sullivan : « Donc vous témoignez, comme je le comprends, Dr. Schwartz, que le fait qu’il n’était pas très malin de tout jeter dans ce caniveau, ensemble au même endroit, indique qu’il était névrosé quand il a fait ça ? ».

Schwartz a répondu par l’affirmative, notant que DeFeo semblait agir sans but précis à l’esprit, quelque peu distrait par la paranoïa et les délires névrotiques. Mais en disant cela, il est tombé directement dans le piège du procureur, un piège construit exactement avec les notes que Schwartz avait prises lors de son entretien avec Butch.

Sullivan : « Vous a-t-il dit qu’il ne voulait pas laisser d’indices à la police ? »

Le procureur a indiqué le passage des notes de Schwartz où DeFeo avait déclaré exactement cela : « Je l’ai interrogé sur les douilles, et il a dit qu’il ne voulait laisser à la police aucun indice sur le type d’arme utilisé. Il n’était pas un ami des policiers, et ne voulait pas les aider. »

Le piège a fonctionné, Schwartz a été pris sur son propre témoignage, et Sullivan s’est tenu triomphalement devant sa proie. Comment quelqu’un qui n’avait aucune idée de ce qu’il faisait peut-il organiser les choses de manière à ne laisser aucun indice à la police ? « Bien, maintenant vous savez pourquoi il a retiré les capsules, n’est-ce pas ? » a-t-il demandé avec ironie.

« Je connais une des raisons. Il y en a d’autres, » répondit nerveusement Schwartz. Mais son témoignage avait déjà été mortellement blessé par l’interrogatoire agressif de Sullivan. « Pas d’autres questions », a annoncé le procureur en retournant à son banc.

Dr. Harold Zolan a témoigné pour l’accusation. Contrairement à la façon dont Weber interrogeait son témoin, Sullivan a conçu un système élaboré de questions et de réponses avec Zolan, faisant tous les efforts délibérés pour donner au jury l’accès au processus de raisonnement du psychiatre afin qu’il puisse comprendre comment Zolan était arrivé à ces conclusions, et comment il pourrait faire de même à son tour. Contrairement à Schwartz, Zolan attribue le comportement de DeFeo à une personnalité antisociale, une forme de trouble de la personnalité qu’il distingue de toute forme de trouble mental. Fondamentalement, les personnes atteintes de ce trouble de la personnalité sont pleinement conscientes de leurs actions, sont parfaitement capables de comprendre la différence entre le bien et le mal, mais sont motivées par une attitude impérieuse et égocentrique, en langage populaire, Ronald DeFeo était un psychopathe. Sullivan et son témoin ont été complets dans leur dissection de DeFeo, présentant de manière incontestable au jury, en langage clair, que Butch était réellement responsable de ses actions la nuit du 14 novembre 1974. Lorsque Weber a tenté de déstabiliser Zolan de la même manière que Sullivan avait déstabilisé Schwartz, le témoin de l’accusation est resté ferme dans son diagnostic. Sullivan était convaincu qu’entre son questionnement méthodique et les réponses raisonnées de Zolan, le jury était enfin en possession de la preuve clinique que Butch était coupable de meurtre.

Ronald DeFeo Jr. et son père Ronald DeFeo. Photo : Murderpedia.

Après que chaque témoin ait été contre-interrogé et interrogé, quelques autres ont été appelés par Sullivan pour témoigner. Bien qu’ils n’aient pas été au centre de l’affaire, leur témoignage supplémentaire a permis de clore le dossier de Sullivan contre DeFeo. Cependant, le verdict d’innocence ou de culpabilité reposait sur la question de la santé mentale de DeFeo, comme il le savait déjà. Weber et Sullivan ont fait valoir leurs arguments. Puis, le 19 novembre 1975, un an et cinq jours après les meurtres, le président du tribunal a demandé au jury de se réunir dans la salle de délibération et de revenir au tribunal avec un verdict pour Ronald « Butch » DeFeo Junior.

Malgré tous ses efforts, Sullivan sait qu’un verdict de culpabilité n’est pas gagné d’avance. Il a été récompensé pour son scepticisme lorsque le premier vote du jury est arrivé à 10-2, avec deux indécis qui doutaient encore de l’état mental de DeFeo au moment des meurtres. Cependant, après avoir examiné les transcriptions du témoignage de DeFeo, le vote est revenu à l’unanimité par 12-0. Le vendredi 21 novembre 1975, Ronald DeFeo Jr. a été reconnu coupable de six chefs d’accusation de meurtre au second degré. Deux semaines plus tard, il a été condamné à six peines de vingt-cinq ans de prison pour tous ces crimes.

Ronald ira en prison pour au moins 25 ans pour les meurtres ‘sans pitié’ de six membres de sa famille. Il pourra être libre à 49 ans.
[Le Telegragh. 8 décembre 1975]

Ce serait la condamnation de Ronald DeFeo Jr. le dernier chapitre de cette histoire tragique ? Non, elle ne faisait que commencer.

Horreur et exploitation

« George et Kathy Lutz ont emménagé au 112 Ocean Avenue le 18 décembre. Vingt-huit jours plus tard, ils ont fui, terrorisés. »

Ainsi commence le premier chapitre du livre de Jay Anson, Horror in Amityville – A True Story. Écrit comme une œuvre non romanesque, le livre se veut une chronique des événements quotidiens qui ont poussé les nouveaux résidents à quitter la maison numéro 112. « Dans Horreur à Amityville », Anson raconte l’histoire du couple Lutz, qui a vécu dans la maison numéro 112 sur Ocean Avenue après le massacre de la famille DeFeo. Moins d’un mois plus tard, ils ont quitté la maison en affirmant que le lieu était habité par des entités maléfiques. Le livre est devenu un best-seller et a donné lieu à un film célèbre avec Rod Steiger, Margot Kidder et James Brolin en 1979. « Leur histoire fantastique, jamais révélée dans tous ses détails, en fait un livre inoubliable, avec tous les chocs et le suspense palpitant de L’Exorciste, La Prophétie ou Rosemary’s Baby, mais avec une différence essentielle… l’histoire est vraie », indique le synopsis de la quatrième de couverture du livre. La question qui ne veut pas se taire : La maison était-elle vraiment habitée par des esprits maléfiques ? Ou était-ce les fantômes de la famille DeFeo qui voulaient expulser les nouveaux résidents ? Ou bien tout cela n’était-il qu’une invention – une sorte de marketing pré-Bruce de Blair ?

Pour obtenir une réponse, nous devrions citer le nom du chercheur en paranormal Dr. Stephen Kaplan, qui a passé de nombreuses années à essayer de faire éclater la vérité sur l’horreur d’Amityville. Aujourd’hui décédé, le Dr. Kaplan était un parapsychologue respecté de Long Island. Fondateur de l’Institute of Parapsychology of America, il était fréquemment invité à l’émission de radio « Spectrum with Joel Martin » sur WBAB.

Le 16 février 1976, peu après que la famille Lutz ait soi-disant « fui » la maison sur Ocean Avenue, le Dr. Kaplan reçoit un appel téléphonique de George Lutz, qui demande que le médecin et son équipe enquêtent sur la maison. En tant que Dr. Dans son récit de l’incident, « The Amityville Horror Conspiracy », Kaplan rappelle que leur première conversation a immédiatement éveillé des soupçons quant à la validité de l’affirmation de George selon laquelle la maison était hantée par des démons et toutes sortes de mauvais esprits.

J’ai commencé à poser des questions. Qu’est-ce qui lui était vraiment arrivé, à lui et à sa famille ? George… dit qu’il ne peut tout simplement pas décrire le phénomène physique. Mais qu’il y a des démons là-bas. Il sait… il connaît même leurs noms !

Comment s’appellent-ils ?, je demande. [George] ne me le dit pas : il prétend qu’ils apparaîtront s’il mentionne simplement leurs noms à haute voix.

Qui t’a dit ça ?, je demande. Je l’ai lu dans un livre, répond-il.

Je lui demande le titre, mais il ne se souvient pas il a lu tellement de livres depuis qu’ils ont acheté la maison. Des livres sur la démonologie, la sorcellerie, le satanisme, les fantômes, les phénomènes physiques la liste est longue. Et tout cela en quelques semaines à peine, affirme George.

Je le questionne sur les démons et il répond en mentionnant des « faits » qu’il a découverts sur les démons et le culte de Satan. Lors d’une discussion sur la sorcellerie, [George] mentionne Ray Buckland, une sorcière bien connue dans la région qui a dirigé le Witchcraft Museum à Bayshore avant de déménager en Nouvelle-Angleterre.

Je devenais de plus en plus suspicieux à chaque minute. George ne m’avait-il pas dit qu’il ne connaissait rien à l’occultisme jusqu’à il y a deux mois ? Ray Buckland était parti de New York depuis un an ou deux. Cela signifie que George avait discuté de la ‘sorcellerie’ comme il le faisait, il a parlé à l’une des sorcières les plus connues du pays bien avant d’acheter la maison. »

Les doutes sur la véracité de la hantise de Lutz ont été confirmés un an et demi plus tard, lorsque le Dr. Kaplan a reçu un exemplaire de Horror in Amityville. En le lisant d’un bout à l’autre, il est rapidement arrivé à la conclusion que George avait vraiment fait son travail de sorcellerie et de démonologie – le récit était rempli de toutes sortes de fantômes, vampires, poltergeist et démons, qui utilisaient toutes sortes de tours dans le livre pour terrifier la famille Lutz, mais ne les effrayaient pas assez pour quitter la maison pendant un mois entier. Les incohérences et les inventions que le Dr. Kaplan a trouvé :

L’exagération complète du rôle qu’un ami prêtre a joué dans tout le drame. Dans le livre, un prêtre nommé Mancuso est terrorisé par un démon alors qu’il tente de bénir la nouvelle maison. Il est ensuite suivi par le spectre jusqu’à la maison paroissiale, où il est attaqué par des furoncles, des mains qui saignent (à la Stigmata (1999)), une fièvre et une odeur pénétrante d’excréments. Dans la réalité, un prêtre a béni la maison et s’est montré préoccupé par la possibilité d’une hantise, mais ni le prêtre ni la maison paroissiale n’ont été attaqués par un démon.
Le pub d’Henry, lieu de la révélation choquante de Butch, est appelé « Witches Brew ». Un sergent de police fictif nommé « Gionfriddo » mentionne que la police a découvert les meurtres parce que Butch l’a dit au barman, dans une description des événements qui ne s’approche même pas de ce qui s’est réellement passé.
Les événements surnaturels dont les Lutz disent avoir été témoins sont spectaculaires.

Disposition des corps trouvés dans la maison des DeFe

Récemment, en 2012, le documentariste Ryan Katzenbach a de nouveau évoqué l’hypothèse selon laquelle les crimes n’ont pas été commis par un seul tueur. Selon lui, une équipe de plongeurs aurait trouvé une deuxième arme dans le canal derrière la maison. A l’époque, une taie d’oreiller a été trouvée dans une benne à ordures près du canal.

« Nous savons que DeFeo a utilisé des taies d’oreillers pour nettoyer la scène de crime« , a dit Ryan. À l’époque, la police a déclaré que Butch avait utilisé des taies d’oreiller pour transporter le fusil et avait jeté des vêtements et d’autres preuves de la scène du crime. Ils ont trouvé l’étui de son revolver, mais l’arme n’a jamais été retrouvée. Ryan affirme que c’est l’arme trouvée par son équipe.

Mais la police du comté de Suffolk n’en est pas convaincue. « Les gens sont assez créatifs et Internet leur permet d’évoquer des choses qu’ils croient être des faits, alors qu’elles ne le sont pas« , a déclaré le détective Gerard Pelkofsky, chef de la division des homicides du département de la police du comté. Après avoir été immergée pendant si longtemps, il est pratiquement impossible d’obtenir une réponse concluante car il n’y a aucun moyen d’identifier le numéro de série de l’arme.

George Lutz
George Lutz

« Les maisons ne gardent pas de souvenirs« , dit le personnage fictif George Lutz dans une scène du film de 1979. Pourtant, comme la plupart des scènes d’événements horribles, la maison de l’ancien numéro 112 d’Ocean Avenue est toujours hantée, sinon par des fantômes, du moins par le souvenir de la tragédie qui s’est déroulée cette nuit-là. La maison a été achetée en 1977 par James Cromarty, et vendue en 1987 à Peter O’Neill. Après dix autres années, en 1997, la maison a été vendue à un homme nommé Brian Wilson, selon les archives. En 2010, la maison a été vendue pour la dernière fois, et en 2012, elle a été remise en vente. Même avec une façade très différente de l’originale et une adresse modifiée au numéro 108 pour tenter d’éloigner les curieux, la maison est toujours sans acheteur (le seul fantôme est peut-être celui de la crise immobilière américaine). Les anciens propriétaires affirment que la seule nuisance ne vient pas des morts, mais de personnes bien vivantes et curieuses de connaître la maison célèbre pour le massacre de 1974 et les histoires racontées dans les livres et les films.

L’avocat de Ronald DeFeo Jr., William Weber, était plus impliqué dans l’affaire que vous ne le pensez. Il affirme que George et Kathy Lutz – les prochains occupants de la maison pendant seulement 28 jours – l’ont approché au sujet d’une idée de livre et lui ont dit : « Nous avons créé cette histoire d’horreur autour de nombreuses bouteilles de vin… C’est un canular. »

Depuis, Weber a intenté un procès aux Lutz pour avoir transmis l' »histoire » de la hantise à un autre partenaire d’édition. Il a exigé une part des profits d’un montant de 60 millions de dollars. Ils ont fini par s’entendre à l’amiable pour 2 500 dollars, plus 15 000 dollars pour ses services liés au livre et au film qui a suivi.

Daniel Lutz
Daniel Lutz

Que vous choisissiez de croire que la maison d’Amityville est hantée ou non, des informations intéressantes sont toujours disponibles. L’un de leurs fils, Daniel Lutz, affirme avoir été possédé par un esprit semblable à celui de Regan MacNeil dans L’Exorciste.

Leur autre fils, Christopher, insiste avec véhémence sur le fait qu’il a eu des démêlés avec le paranormal, notamment la fois où il a vu une présence « aussi nette qu’une ombre » sous la forme d’un homme qui s’est approché de lui avant de se dissiper.

Il est intéressant de noter que George et Kathy Lutz ont tous deux passé un test au détecteur de mensonges à propos de leur histoire et ont réussi.

George et Kathy Lutz
George et Kathy Lutz

Le 12 mars, le meurtrier de masse Ronald DeFeo Jr est décédé en prison à l’âge de 69 ans. Il avait passé les 45 dernières années de sa vie en prison pour six chefs d’accusation de meurtre au second degré. La cause officielle de la mort n’a pas encore été déterminée ou publiée.

La Maison du diable ???

La famille Lutz crut voir en cette maison une belle demeure, la demeure idéale.

Malgré le passé de la maison, ils y emménagent le 18 décembre 1975.

George Lutz (28 ans) est propriétaire d’un cabinet de géomètres. Il visite la maison en compagnie de sa femme Kathleen. Ils viennent tout juste de se marier et ils ont 3 enfants d’une première union.

Ils pensent qu’ils ont trouvé la maison de leurs rêves et ils l’achètent. Peu de temps après, ils prétendent être témoins d’une série d’évènements de nature paranormale et ils en parlent à des journalistes puis un écrivain Jay Anson qui va en faire le récit romancé qui fut tiré à grand succès : The Amityville Horror, a true story » …. (L’horreur d’Amityville, la vraie histoire). Ce titre est paru en français sous « Amityville, la maison du diable ».

A l’arrivée de la famille Lutz, la maison était intacte et aucun mobilier n’avait été enlevé. Selon les témoignages des Lutz, ils constatent d’énormes variations de température, la présence d’odeur écœurante d’un vieux parfum et bien d’autres choses…

Un lion de céramique de plus de 1 m de haut se met à bouger tout seul. On trouve des empreintes de sabots fourchus dans la neige tout autour de la maison. Les traces menent tout droit à la porte du garage qui avait été arrachée de ses gonds, une prouesse qui aurait nécessité, selon Anson, une force au-delà de celle d’un être humain. Les Lutz arrivèrent rapidement à la conclusion que la maison de leurs rêves était en fait un endroit cauchemardesque hanté par des démons maléfiques.

Kathy Lutz est la première à être véritablement terrorisée par les entités qui hantent la maison. Des bras invisibles l’enlaçent; des êtres tentent de la posséder. Toute fuite était impossible, écrivait Anson, elle avait l’impression qu’elle allait mourir. Plus tard, des marques rouges très douloureuses apparurent sur sa peau, comme si elle avait été frappée à coup de tisonnier brûlant.

A la même période, George Lutz vit à son tour des événements étranges. Il entend une fanfare défiler dans la maison, avec le bruit des bottes et le son d’instruments à vent. Il ne voit rien mais retrouva les tables, les fauteuils et le canapé poussés contre les murs du salon, comme pour laisser le passage à la cohorte endiablée. Par-dessus le marché, les Lutz affirment avoir eut plusieurs fois la visite d’êtres démoniaques. Ces entités se manifestent sous des formes très variées : immense silhouette encapuchonnée de blanc, démon cornu ou encore cochon diabolique avec deux yeux ardents.

La famille Lutz décide de faire venir un prêtre pour faire bénir la maison. Durant ce rituel, celui-ci ressent une présence obscure dans l’une des pièces et cette présence l’agressa en lui donnant une gifle. Puis il entendit des voix qui lui demandaient de partir.

Lorsque le prêtre sera dans la pièce où sont morts les deux frères DeFeo, il prétend avoir entendu une voix qui venait de nulle part, lui disant : « Va-t-en! »

Missy Lutz

George Lutz par la suite commença à se réveiller à 3 h 15 du matin, heure où les meurtres furent commis. Son humeur changea rapidement et il devint un peu plus colérique.

La fille du couple nommée Missy raconta qu’elle s’était liée d’amitié avec un ami imaginaire qui ressemblait à un cochon.

D’autres phénomènes se déroulèrent, comme des bruits de pas, des tâches qui se formaient spontanément ou encore des cris. Parfois en plein hiver, certains jours, des mouches apparaissaient dans certaines pièces.

Les Lutz arrivent rapidement à la conclusion que cette maison n’est pas vraiment l’endroit de leurs rêves mais plutôt un endroit cauchemardesque.

Trop c’est trop

Puis, l’événement le plus extraordinaire, la goutte d’eau qui fit déborder le vase, a lieu une nuit de début Janvier 1976. Cette nuit-là, George n’arrive pas à trouver le sommeil, et après avoir décidé de sortir boire un verre, il se tourna vers sa femme pour la prévenir. A sa grande stupéfaction, elle ne se trouvait plus à ses côtés , il leva les yeux : elle lévite dans les airs ! Plus horrible encore : lors-qu’il la tira par la manche pour la faire redescendre dans son lit, elle se rida et pris un instant l’apparence d’une vieille femme hideuse.

C’en est trop pour les Lutz. Ils quittent la maison le 14 Janvier 1976. Mais, selon John G. Jones, le Diable, est resté accroché à la famille dans ses nouvelles demeures….

Science-fiction ?

Selon [Kaplan], par exemple, l’histoire est en grande partie imaginaire. Beaucoup d’autres spécialistes du paranormal n’ont pas mieux réussi dans la vérification des éléments de l’histoire.

Questionné, le prêtre qui était censé avoir béni la maison répondit qu’il n’était pas entré à l’intérieur. De plus, aucun ouvrier des environs ne se rappelait avoir réparé les dommages occasionnés au bâtiment par les démons. Et aucune tempête de neige n’avait eu lieu à la date indiquée dans le livre, fait qui rendait improbables les traces de sabots fourchus inscrites dans la neige.

6 questions troublantes qui restent encore sans réponse!

6. Que s’est-il passé avant les meurtres ?

Lors de son procès en 1975, DeFeo a admis avoir tué ses parents et ses frères et sœurs. Son avocat, William Weber, a essayé de plaider la folie, prétendument DeFeo était un jeune homme poussé à tuer par un père abusif et une accumulation de tensions dans la maison familiale. Le jury a rejeté le plaidoyer d’aliénation mentale et DeFeo a été condamné à six peines de prison à vie.

Cependant, selon de nombreuses sources, la violence était monnaie courante dans la maison de la famille DeFeo. Ronald DeFeo Sr. était un homme puissamment bâti pesant 280 livres qui battait régulièrement sa femme, Louise DeFeo.

Louise Defeo

Louise aurait été très proche de son père, Michael Brigante, et la famille dépendait financièrement de sa fortune puisqu’il payait l’hypothèque de la maison. Ronald Sr. travaillait également dans la concession automobile de Brigante et on pense que cela lui a donné un sentiment de frustation. Il passait sa frustration et sa rage sur sa femme quand il arrivait à la maison.

DeFeo Jr a dit, « Comment diable mon père peut être un homme quand son père à elle est toujours là ? Ils étaient prêts à divorcer. »

Linnea Nonnewitz, la gouvernante et amie proche de Louise, confirme :

(Louise) voulait mourir. Elle voulait mettre sa tête dans le four. Elle m’a dit :

Linn, je te prépare. Quelque chose d’aussi tragique va se produire.

Cette version des faits permet de mieux comprendre pourquoi DeFeo a soudainement décidé, une nuit, d’assassiner toute sa famille dans son sommeil. Croyait-il que la mort était une réalité moins cruelle que celle à laquelle ils étaient confrontés chez eux ?

5. DeFeo avait-il tué sa famille pour 200 000 dollars ?

L’une des principales frustrations de l’accusation a été de trouver un motif solide derrière les meurtres. Un psychiatre désigné par l’accusation a constaté que DeFeo consommait de l’héroïne et du LSD, qu’il souffrait de troubles de la personnalité antisociale et qu’il était conscient de ses actes au moment du crime.

On pense, mais ce n’est pas confirmé, que DeFeo voulait toucher une assurance-vie de 200 000 dollars après le meurtre de sa famille. Très probablement pour alimenter sa dépendance insatiable et croissante à la drogue.

Le médecin légiste en chef adjoint de Suffolk, le Dr. Howard C. Edelman a dit:

Il y a eu des rapports selon lesquels M. DeFeo aurait tiré sur sa famille parce qu’il aurait été le bénéficiaire d’une police d’assurance de 200 000 dollars et la police n’a pas exclu cette possibilité dans son enquête.

La maison d’Amityville, située au 112 Ocean Avenue, dont DeFeo aurait hérité si son innocence avait été prouvée, valait également 75 000 dollars à l’époque des meurtres. En 2010, elle a été acheté pour 950 000 dollars.

4. Pourquoi personne ne s’est réveillé ?

Les six membres de la famille assassinés ont été retrouvés dans leurs lits respectifs, dans des chambres séparées, le visage baissé et les mains levées au-dessus de la tête. Il n’y avait aucun signe de lutte. Un pathologiste a déclaré au New York Post : « C’est bizarre qu’ils aient tous été exactement dans la même position. »

Dr. Edelman a déclaré qu’il n’y avait « aucune possibilité de mettre un silencieux sur un fusil avec lequel ils ont été abattus ». Ils ont tous été abattus à bout portant, le canon de l’arme étant placé près des corps. Les parents ont été abattus de deux balles dans le dos chacun, les garçons d’une balle dans le dos chacun et les deux filles d’une balle dans la tête chacune.

Beaucoup ont émis l’hypothèse que les meurtres n’auraient pas été possibles sans un silencieux sur l’arme. Les voisins ont également signalé qu’il n’y avait pas de bruits de tirs – seul le chien de la famille, Shaggy, a été entendu aboyer sauvagement pendant la nuit. Comment Butch avait-il pu passer d’une pièce à l’autre, tirant sur chaque victime sans réveiller les autres ?

Une théorie de longue date veut que, pour que les meurtres soient commis alors que toutes les victimes dorment tranquillement dans leur lit, il y ait eu un deuxième tireur. En 2012, le documentariste Oldham Ryan Katzenbach a déclaré :

Ce crime ne s’est pas produit de la manière dont il est communément admis. Nous croyons fermement qu’il y avait effectivement une deuxième arme à feu impliquée dans la commission du crime.

S’il y avait une deuxième arme à feu impliquée dans le crime – alors qui était le complice ?

3. Butch a-t-il drogué sa famille au dîner ?

DeFeo lui-même avait sa propre théorie sur la raison pour laquelle la famille dormait pendant sa série de meurtres – il les avait tous drogués au dîner. DeFeo aurait dit à la police qu’il avait administré de fortes doses de barbituriques la veille des meurtres.

Dr. Edelman a rapporté:

« Il y a de fortes chances qu’ils aient été drogués. Je ne sais pas comment ils ont pu se taire au moment de la fusillade. S’il y avait quelque chose, c’était dans ce qu’ils mangeaient. Les corps n’avaient aucune trace de piqûre d’aiguille. »

Bien que le rapport n’ait pas trouvé de barbituriques dans les résultats sanguins des membres de la famille tués, certains sédatifs ne peuvent rester dans le système que pendant 4 heures au maximum. Il y a eu un long délai entre le dîner de la famille et son exécution aux premières heures du matin.

DeFeo n’a ensuite pas signalé les meurtres avant 18h30 lorsqu’il est entré dans le Henry’s Bar à Amityville, Long Island, New York, et a crié : « Vous devez m’aider ! Je crois que ma mère et mon père sont morts ! »

2. Les demandes de DeFeo doivent-elles être entièrement rejetées ?

En 1986, plus de dix ans après les meurtres, DeFeo a donné une version très différente des événements lors de sa première interview dans un journal, à la maison de correction d’Attica.

L’interview avec Newsday a duré 2 heures et sa « femme » Geraldine Rullo était également présente. Elle a déclaré aux journalistes :

Ronnie DeFeo est un jeune homme très doux, tendre, aimant et généreux – il l’est vraiment. J’ai vu que toute son image de gros macho n’était qu’une façade.

DeFeo a dit qu’il était fatigué d’entendre des noms comme « Mr. Amityville » et « M. Horreur ».

Ce n’est plus drôle. Les gens me regardent dans les yeux, comme si j’étais possédée ou autre. J’en ai marre, a-t-il déclaré aux journalistes.

Dawn
Dawn Defeo

DeFeo a affirmé la nuit des meurtres que sa sœur Dawn avait dit à leur père qu’elle avait l’intention de déménager en Floride pour être avec son petit ami. Cette affirmation a été confirmée par une ancienne camarade de classe de Dawn, Beverly Nonnewitz, dont la mère a nettoyé la maison de la famille DeFeo. Nonnewitz a dit que Dawn lui avait demandé de nombreuses fois de l’emmener en Floride.

DeFeo a dit, Il n’y avait aucune chance que mon père la laisse aller en Floride.

Ma mère a perdu la tête. Elle courait partout en faisant des déclarations,

Vous seriez tous mieux morts!!!

Le nouveau récit des meurtres qu’il a donné au journal se lit alors comme suit :

DeFeo affirme maintenant que sa soeur, Dawn, 18 ans, a tiré sur son père, Ronald Sr. Puis, dit-il, sa mère désemparée a tiré sur Dawn et ses trois plus jeunes enfants, Allison, 13 ans, Mark, 11 ans, et John, 9 ans. Il prétend que sa mère a fini par se tirer une balle. DeFeo admet être entré dans une colère noire lorsqu’il est arrivé sur les lieux tirant une balle de fusil sur sa mère déjà blessée.

Ajoutant : « Deux personnes ont été protégées pour ce crime depuis le jour où il s’est produit, et je ne suis pas l’une d’entre elles », a déclaré DeFeo. « Ma mère et ma soeur ont commis les meurtres. Ma mère s’est tirée une balle. C’est un fait. Il y a une autre arme impliquée. C’est un fait. »

Il n’existe aucune trace officielle du mariage entre DeFeo et sa prétendue épouse, Geraldine. La photocopie de leur acte de mariage qu’ils ont produite pour le journal désigne un magistrat de la ville qui n’a pas célébré de mariages après 1964. Il n’y a pas non plus de trace de la naissance de leur fille dans le New Jersey.

Gerard Sullivan, l’ancien procureur adjoint qui a poursuivi DeFeo, a déclaré que cette nouvelle confession est incompatible avec les principales preuves matérielles.

Sullivan a déclaré : « Tout cela est grotesque. Je pense que cela fait plusieurs années qu’il n’a pas eu cette attention. Que doit-il faire d’autre en prison ? »

1. Dans quelle mesure la mafia était-elle impliquée dans les meurtres ?

DeFeo a lui-même signalé les meurtres à la police et sa première déclaration était qu’il est rentré chez lui le soir du 13 novembre où il a découvert que quelqu’un avait tué tous les membres de sa famille. DeFeo a dit que les meurtres ont été commis par le tueur à gages de la mafia, Louis Falini.

Louis Falini
Louis Falini

Il a ensuite déclaré que Falini avait pointé une arme sur sa tête et l’avait forcé à regarder sa famille se faire tuer. Falini, cependant, avait un alibi qui a été complètement vérifié il était hors de l’état à l’époque.

DeFeo a ensuite changé son histoire et a avoué : « Une fois que j’ai commencé, je ne pouvais plus m’arrêter. C’est allé si vite. »

DeFeo a depuis affirmé avoir avoué les meurtres parce qu’il craignait que le fait de dire la vérité n’entraîne des représailles de la part de la mafia. DeFeo a déclaré que parce que son grand-père traitait Louise DeFeo comme une déesse, il n’aurait jamais cru qu’elle était capable de meurtre.

Angela et Michael Brigante

Son grand-père, Michael Brigante, était connu pour ses relations avec la mafia, et l’oncle de son père, Peter DeFeo, a été identifié plus tard par la police comme un capitaine de la famille criminelle Vito Genovese.

DeFeo craignait que sa femme Geraldine et sa fille aient été blessées. Il a déclaré : « Je crois vraiment qu’ils se seraient abaissés à chercher ma fille. Maintenant Pete DeFeo est mort, Mike Brigante est mort. Je n’ai plus rien à craindre. »

Michael Brigante est mort en 1985, mais selon des sources policières de la ville de New York, Peter DeFeo était toujours au moment où le journal a publié l’interview bien vivant.

Beaucoup de gens croient encore à la théorie de la mafia, car tous les membres de la famille ont été tués dans le style « exécution ». Pourtant, ce n’est qu’un fait troublant de plus dans une histoire d’horreur qui dure depuis près d’un demi-siècle.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings