Paranormal

Le Poltergeist de Runcorn

L'histoire étrange du fantôme de Runcorn

Les cas de poltergeist ne sont pas parmi les plus fréquents dans la phénoménologie paranormale, mais ils sont sans doute les plus spectaculaires dans ce domaine, étant donné leur interaction et leur virulence. Malgré cela, il est difficile de trouver un cas de ce type aussi extraordinaire que celui qui s’est déroulé entre les mois d’août et d’octobre 1952 dans la ville de Runcorn, dans le nord de l’Angleterre.

C’est en août 1952 que le jeune John Glynn Jones et sa famille, qui vivaient au 1 Byron Street, ont été confrontés pour la première fois au surnaturel. John avait 17 ans et était un apprenti dessinateur employé par l’I.C.I dans son établissement de Weston Point. C’était un jeune homme poli, plutôt sérieux, uniquement intéressé par la poursuite de son travail et de ses études afin d’exceller en tant que dessinateur, et sa famille, ses amis et ses collègues le considéraient comme normal à tous égards, bien que d’une manière particulière.

John Glyn vivait dans la maison avec sa sœur Eileen, son père Sam Jones et sa tante Lucy. Un week-end d’août de cette année-là, le fils de Mme Jones – sa tante – et sa femme, venus du nord du Pays de Galles, leur ont rendu visite et sont restés dans la maison.

M. Sam Jones et le jeune John ont dû partager un lit double dans une chambre, tandis que Lucy Jones et la jeune Eileen ont partagé un autre lit dans la même pièce.

Dès qu’ils se sont mis au lit et ont essayé de s’endormir, la commode a commencé à faire des bruits. Les bruits sont devenus de plus en plus forts jusqu’à ce que les quatre occupants quittent la pièce, totalement déconcertés par ce qui se passe. Après un moment, tout s’est calmé et le silence a régné à nouveau.

Lorsqu’ils sont retournés dans leur lit, les bruits ont recommencé et aucun d’entre eux n’a pu dormir cette nuit-là. La nuit suivante, c’était encore pire, les tiroirs de la commode donnaient l’impression qu’on les tirait, avec des cliquetis et des coups.

Là encore, les bruits cessaient lorsque les occupants quittaient la chambre et reprenaient avec plus de virulence à leur retour. Cette fois, la commode a bougé d’elle-même, se séparant du mur d’une trentaine de centimètres.

john glynn
john glynn

Comme c’est souvent le cas avec de tels phénomènes, John a été le premier suspect, pensant qu’il pouvait s’agir d’une farce d’adolescent, et avant que de nombreuses autres nuits blanches ne s’écoulent, il a été soumis à toutes sortes de tests pour savoir s’il était la cause de tout cela. La preuve que John n’était pas le coupable est venue lorsque, malgré quatre témoins assis sur lui alors qu’il était allongé dans son lit, les manifestations ont continué en sa présence.

Une théorie largement répandue parmi les spécialistes du sujet est que, lorsqu’il y a une activité de type poltergeist, un adolescent, généralement une femme, est utilisé comme un lien ou un agent par l’entité poltergeist, qui puise dans son énergie psychique, inconnue de la victime, pour créer les diverses manifestations.

Un poltergeist est une entité qui provoque des bruits forts et des effets sonores, qui déplace certains objets solides et en fait léviter d’autres. Dans certains cas, des bougies et des charbons auraient été tirés comme des balles sur les murs et les plafonds, des verres et de la vaisselle auraient été brisés, secoués et des portes et des fenêtres auraient été ouvertes, même si elles étaient bien fixées.

Les phénomènes étranges se sont produits même en présence de nombreux témoins, d’enquêteurs et surtout de curieux qui ont pu voir comment les meubles de la pièce effectuaient une danse fantastique dans les airs, comment la commode se balançait et comment les tiroirs s’envolaient.

Les événements de la rue Byron sont devenus connus et des conseils et des offres d’aide sont arrivés du monde entier, ainsi que des visiteurs curieux. Une lettre d’Allemagne comprenait une formule pour un exorcisme. Malheureusement, un curieux avait ouvert l’enveloppe pendant le transport et les pages décrivant la formule du rituel avaient disparu. L’exorcisme fonctionne rarement dans de tels cas, mais il a été affirmé que cette formule avait été utilisée avec succès dans une épidémie de poltergeist en Allemagne qui avait duré 15 mois.

M. Sam Jones a déclaré qu’il vivait dans la maison depuis 35 ans mais qu’il n’avait jamais connu une telle situation auparavant. Même lorsque les tiroirs ont été scellés avec de l’adhésif, ils ont continué à cliqueter et un miroir sur pied a tourné d’avant en arrière sur ses pivots.

Un jour, un coffre en bois vide s’est envolé vers trois policiers qui se tenaient sur le palier de la maison. Ils ont vite compris que ce qui se passait dans cette maison échappait à leur connaissance et à leur contrôle.

À une occasion, on a fait appel à un médium spirite, M. Francis, et une séance a été organisée, mais cela n’a fait qu’empirer les choses. Deux bibles, un livre d’images, une boîte de pommade et une nappe ont été jetés à travers la chambre devant les témoins. Une période de calme a suivi, permettant à la famille de retrouver un peu de repos, mais début septembre, le poltergeist est revenu en force. Un témoin a rapporté qu’une horloge et plusieurs autres objets se sont déplacés d’un mètre cinquante dans la chambre en sa présence.

Ce mois-là, les événements les plus violents se sont produits : John a été tiré de son lit et placé sur le sol. C’est alors que la Society for Psychical Research, basée à Londres, s’est intéressée à la question et que plusieurs membres ont été invités à venir observer le phénomène par eux-mêmes. L’un des membres était le révérend WH Stevens, un ministre méthodiste local, qui a été nommé enquêteur officiel de la société. En entrant dans cette maison hantée, il a été accueilli par un dictionnaire sur la tête. Après une nuit de surveillance, le révérend Stevens a déclaré ce qui suit :

j’ai vu une table se déplacer au centre de la pièce. Elle a reculé et avancé à nouveau d’environ 1,5 m rapidement.

Je me suis approché de la table et j’ai demandé :

Si vous entendez ma voix, frappez trois fois ?

J’ai essayé de déplacer la table pour voir si elle avait une sorte de mécanisme mais je me suis retrouvé dans l’incapacité de la déplacer, c’était comme si elle était clouée au sol mais ensuite elle se déplaçait dans la pièce toute seule.

John Glynn et un de ses amis sont restés sur le lit de la chambre et l’activité a repris. Divers objets sur la coiffeuse ont été jetés au sol. Des livres, des bibelots et un réveil ont été projetés dans les airs. La nappe s’est déchirée d’un côté à l’autre et un tiroir de la commode a glissé hors de sa place et a déversé son contenu sur le lit.

La théorie de Stevens, bien connue dans le monde du paranormal, était que la force responsable de toutes ces manifestations était exercée, bien qu’à son insu, par John Glynn lui-même. C’était le résultat d’une accumulation d’énergie refoulée, comme celle que l’on trouve chez un adolescent, utilisée par une entité maléfique. Après chaque explosion, l' »accumulateur » contenant cette énergie – en l’occurrence John Glynn – mettait un certain temps à récupérer avant la prochaine explosion. Le révérend Stevens a écarté la possibilité que ce qui se passait puisse être une sorte de canular.
M. Harold Crowther, un paysan sceptique de toutes ces choses, en fouinant un jour dans la maison, jeta son manteau sur la coiffeuse en disant :

Si tu n’en veux pas, rends-le moi…

Le manteau revint à Crowther et il répéta cela trois fois de suite.

Par moments, jusqu’à quatorze observateurs ont assisté à la lévitation d’objets ménagers, au bris de porcelaine et à des actes de vandalisme en général. Le plafond de la cuisine, qui se trouvait directement sous la chambre, a commencé à se fissurer et des lattes de bois ont été exposées. Des psychologues et d’autres enquêteurs ont fouillé la chambre nuit après nuit pour exclure toute fraude. À une occasion, deux enquêteurs ont maîtrisé John Glynn pour qu’il ne puisse rien faire. De nouveau, les livres et les ornements de la pièce ont commencé à voler dans la pénombre de la pièce. Lorsque la lumière a été allumée, ils ont pu voir qu’une boîte contenant des puzzles était en lévitation près du plafond.

Estimant que l’affaire devenait incontrôlable, la maison a été fermée aux enquêteurs et aux journalistes. Des amis ont invité John Glynn chez eux, à Frodsham, un village voisin, où ils ont organisé un déjeuner en plein air pour tenter de faire disparaître un peu de stress et de souffrance. Un des invités a vu un verre de limonade versé pour John exploser dans la main de l’hôtesse.

Quelque temps après la fin des phénomènes, en octobre, il a été révélé que le coût total des dommages causés par le poltergeist de Byron Street et les propriétés environnantes – y compris une porcherie voisine – avait été estimé à 20 000 £.

Comme il est habituel dans ce genre de cas, il n’y a pas eu d’explication satisfaisante de la cause de tous les problèmes et dommages causés. L’enquêteur de la SPR (Local Spiritualist Organisation) et les nombreux enquêteurs psychiques indépendants n’ont pas pu se mettre d’accord sur l’origine du phénomène, ni sur ce qu’aurait pu faire une famille ordinaire et tranquille pour attirer l’attention d’une force maléfique qui leur ferait du mal, se vengerait sur leur maison et perturberait leur vie de cette façon.

Les phénomènes ont cessé comme ils avaient commencé et, progressivement, la famille a repris son rythme de vie normal. Seules les fissures visibles dans la structure du plafond de la cuisine et d’autres parties du bâtiment rappelaient l’âpreté des événements de l’un des cas de poltergeist les plus violents et les plus célèbres de l’histoire. Aujourd’hui, la maison existe toujours, bien qu’elle ait changé d’apparence pour tenter de passer inaperçue.

Quiconque souhaite lire un compte rendu détaillé de cette affaire n’a qu’à consulter les archives du « Runcorn Guardian » pour les mois d’août, septembre et octobre 1952, où la série de dix semaines d’événements étranges est enregistrée.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.