Criminalité

Jerome Henry Brudos

Le nécrophile fétichiste

Deuxième fils d’Henry, un fermier et d’Eileen Brudos, Jérôme voit le jour le 31 janvier 1939 dans la ville de Webster en Dakota du sud. Celui qui est très vite surnommé Jerry n’était pas franchement attendu et les parents ne cachent pas leur déception à sa naissance. Après la naissance de leur aîné, Harry, ils souhaitaient plutôt avoir une petite fille.

A l’âge de cinq ans, les parents déménagent pour Portland dans l’Oregon. La famille est financièrement à l’aise et Eileen se permet de nombreux achats dont des paires de chaussures à talons hauts qu’elle range dans l’entrée. Jerry se montre très vite fasciné par les chaussures de sa mère et s’amuse à en porter une paire dans la maison. Dans un premier temps, sa mère le gronde puis elle finit par brûler la paire en question et range les autres hors de sa portée.
L’année suivante, la famille part pour Riverton, en Californie. Jerry rentre en CP et il est fou en voyant que son institutrice porte comme sa mère, des chaussures à talon hauts dont elle garde deux paires dans la salle de classe. Jerry s’empare de la deuxième paire et la cache afin de pouvoir la ramener à la maison, mais il se fait dénoncer par un de ses camarades. Interrogé par l’institutrice, Jerry avoue son vol et rentre penaud chez lui.

Il échoue à passer dans la classe supérieure et on lui diagnostique une rougeole, des maux de gorge, et une laryngite. Il subit plusieurs opérations devant lui permettre de lutter contre les infections fongiques. Jerry se plaint également de fréquents maux de tête qui lui brouillent la vue à plusieurs reprises. L’ophtalmologiste signifie que ce n’est pas nécessaire de porter des lunettes et ses parents lui donnent alors un placebo pensant que les maux de tête ne sont que somatiques.
Une nouvelle fois les parents déménagent alors que Jerry a 8 ans et la famille part à Grants Pass puis à Wallace Pond toujours dans l’Oregon. Jerry est heureux, car parmi les voisins, il y a beaucoup de jeunes filles et il n’hésite pas à pénétrer dans leur maison pour y dérober en plus des chaussures, des vêtements qu’il enfile.
En 1952, son frère Larry a 16 ans et montre lui aussi des dysfonctionnements. Il a en effet une fascination pour les femmes nues et se met à en dessiner plusieurs sur des croquis. Il les cache dans une petite boite qu’il range précautionneusement afin que sa mère ne tombe pas dessus et ne se mette en colère. Jerry s’en empare et c’est lui qui se fait finalement prendre et punir.

Fétiche violent

À l’âge de 17 ans, il a menacé une adolescente avec un couteau et l’a forcée à se déshabiller. Brudos a ensuite pris des photos de son corps nu. (Certains rapports indiquent qu’il l’a également battue, tandis que d’autres indiquent qu’il a agressé une autre jeune femme qui l’a rejeté.) Pour ses crimes, il a passé un certain temps dans le service psychiatrique de l’hôpital d’État de l’Oregon, mais il a tout de même pu aller à l’école pendant la journée.

La femme de Brudo.
La femme de Brudo.

Après le lycée, Brudos est devenu technicien en électronique. Selon certaines sources, il aurait également passé du temps dans l’armée, mais aurait été réformé en raison de ses obsessions bizarres. Vers l’âge de 22 ans, Brudos se marie et s’installe à Portland, dans l’Oregon. Le couple a eu deux enfants. Malgré cette vie domestique apparemment agréable, Brudos continue à explorer ses fétiches, se faufilant chez d’autres personnes pour prendre des sous-vêtements féminins.

Brudos est soupçonné d’avoir attaqué une femme en 1967. En mai de la même année, il a pris pour cible une femme parce qu’il aimait ses chaussures et l’a suivie jusque chez elle. Brudos est entré dans sa maison après qu’elle se soit couchée. Après l’avoir étranglée jusqu’à l’évanouissement, il l’a violée. Il est ensuite parti, emportant avec lui certaines de ses chaussures. Brudos n’a été relié à ce crime que bien plus tard.

 Linda Slawson
Linda Slawson

Le 26 janvier 1968, Linda Slawson, une jeune vendeuse d’encyclopédies, se rend au domicile de Brudos. Il a fait semblant d’être intéressé par l’achat d’un jeu, mais il avait des intentions plus sinistres. Brudos a ensuite admis l’avoir frappée à la tête et l’avoir étranglée à mort. Après sa mort, il a conservé le corps pendant un certain temps, l’habillant de sous-vêtements féminins. Brudos lui a également retiré un pied afin de pouvoir lui mettre des chaussures à talons hauts de sa collection. Plus tard, Brudos a jeté le corps.

Folie Meurtrière

Jan Whitney
Jan Whitney

En novembre, Jan Whitney rentrait chez elle pour Thanksgiving quand sa voiture est tombée en panne. Brudos l’a vue et s’est arrêté pour lui proposer son aide. Au lieu de cela, il l’a étranglée dans sa voiture et a eu des relations sexuelles avec son cadavre. Brudos a apporté le corps de Whitney dans son atelier, l’a habillé et l’a fait poser pour des photographies. Comme pour les restes de Slawson, il a décidé de garder une partie de sa victime – cette fois, il a retiré un des seins de Whitney.

Les meurtres se sont intensifiés l’année suivante.

Karen Sprinker
Karen Sprinker

En mars, Karen Sprinker, 18 ans, enlevée sous la menace d’une arme dans un parking devant un grand magasin le 27 mars 1969. Brudos était habillé en vêtements de femme lors de cette attaque. Il l’a emmenée dans son garage, lui a fait essayer sa collection de sous-vêtements et poser pendant qu’il la photographiait, l’a violée et l’a étranglée en la suspendant par le cou à une poulie. Brudos a eu des relations sexuelles avec le corps à plusieurs reprises et a coupé ses seins pour faire des moules en plastique. Ensuite, il a attaché le corps à un moteur de voiture 6 cylindres avec une corde en nylon et l’a jeté dans la Willamette. Seulement quatre semaines plus tard, il a frappé à nouveau.

 Linda Salee
Linda Salee

Linda Salee, 22 ans, enlevée sur le parking d’un centre commercial le 23 avril 1969. Brudos l’a amenée dans son garage où il l’a violée et étranglée, et a joué avec son cadavre. Il a décidé de ne pas lui couper les seins parce qu’ils étaient « trop roses ». et a fait passer un courant électrique à travers le corps pour tenter de le faire « sauter », ce qui a échoué. Ensuite, il a attaché le corps à une transmission de voiture avec une corde en nylon et l’a jeté dans la Willamette.

Quelques semaines plus tard, le corps de Salee est découvert dans la rivière Long Tom. Son cadavre avait été alourdi par une pièce de voiture. La police chargée de l’affaire a remarqué le nœud inhabituel sur la corde en nylon utilisée pour attacher le corps à la pièce automobile. En continuant à fouiller la rivière, la police a trouvé les restes de Sprinker quelques jours plus tard. Eux aussi avaient été attachés à une pièce de voiture à l’aide d’un nœud inhabituel.

Au cours de son enquête, la police a interrogé des étudiants de l’université d’État de l’Oregon à Corvallis au sujet des meurtres. Certaines étudiantes ont déclaré avoir reçu des appels téléphoniques d’un homme étrange prétendant être un ancien combattant du Vietnam et cherchant à sortir avec lui. L’une des étudiantes est même sortie avec l’appelant, un homme corpulent aux cheveux clairs et aux taches de rousseur. Au cours de leur rencontre, l’homme a fait référence aux femmes mortes retrouvées dans la rivière et à la possibilité d’emmener sa compagne et de l’étrangler. La police lui a demandé de les appeler si l’homme rappelait et d’organiser un rendez-vous avec lui dans sa résidence universitaire. Après quelques jours, l’homme – qui s’est avéré être Brudos – a appelé et a accepté de rencontrer la jeune femme.

Arrestation et emprisonnement

Au lieu de son rendez-vous, Brudos a trouvé la police qui l’attendait à son arrivée. Ils ont interrogé l’électricien et ont décidé d’enquêter davantage sur lui en tant que suspect potentiel. Après qu’une jeune femme qu’il avait précédemment tenté d’enlever l’ait identifié, la police a pu obtenir un mandat de perquisition pour son domicile. Ils y ont trouvé une foule de preuves, notamment une corde en nylon et les photos des victimes prises par Brudos.

Lors d’un interrogatoire, Brudos a admis avoir commis les quatre meurtres ainsi que plusieurs autres agressions et tentatives d’enlèvement. Il a d’abord été accusé des meurtres de Salee et Sprinker. Brudos a tenté d’éviter la punition en affirmant qu’il n’était pas coupable pour cause d’aliénation mentale. Les experts en santé mentale qui l’ont examiné ont cependant déterminé qu’il était légalement sain d’esprit. Brudos savait que ce qu’il faisait était mal et n’a jamais montré aucun signe de remords pour ses actions.

Brudos a finalement plaidé coupable pour les meurtres de Salee, Sprinker et Whitney. (Il n’a jamais été jugé pour le meurtre de Slawson, aucun corps n’ayant été retrouvé). Pour ces crimes, il a été condamné à trois peines consécutives de prison à vie avec possibilité de libération conditionnelle. Sa femme a divorcé en 1970 et a quitté l’État avec leurs deux enfants. Elle a depuis changé de nom.

 

Les victimes connues de Brudos

1955 : une jeune fille de 18 ans qu’il agresse (rescapée)
1956 : une fille de 17 ans qu’il agresse dans une grange (rescapée)

Janvier 1968 : Linda Kay Slawson, 19 ans, de Aloha – vendait des encyclopédies à Portland. (décédée)
juillet 1968 :  Stéphanie Vikko (décédée)
25 novembre 1968 : Jan Susan Whitney, 23 ans, originaire de McMinnville. (décédée)

Mars 1969 : Karen Elena Sprinker de Salem, étudiante de 19 ans à l’Oregon State University (décédée)
20 Avril 1969 : Sharon Wood, 24 ans (rescapée)

21 Avril 1969 :  Liane Brumley, 14 ans (rescapée)
22 avril 1969 : Gloria Gene Smith,  15 ans (rescapée)

Avril 1969 : Linda Dawn Salee, 19 ans, originaire de Beaverton, travaillait comme secrétaire et suivait des cours à temps partiel à la Portland State University. Sa voiture a été retrouvée au Lloyd Center, à Portland, où elle était allée acheter un cadeau d’anniversaire pour son petit ami. (décédée)

Le meurtrier tristement célèbre meurt à 67 ans en prison

29 mars 2006

Jerome Henry Brudos, un électricien de Salem dont les tortures et les meurtres d’au moins trois jeunes femmes à la fin des années 1960 ont donné aux forces de l’ordre du pays un nouvel aperçu des forces obscures qui créent un tueur en série, est décédé mardi au pénitencier d’État de l’Oregon. Il avait 67 ans et était le plus ancien détenu de l’État. Le département correctionnel de l’Oregon a publié peu de détails, si ce n’est que Brudos est décédé à 5 h 10 du matin. dans l’infirmerie de la prison. Un parent d’une des victimes de Brudos a déclaré mardi avoir appris qu’il souffrait d’un cancer du foie.

Brudos purgeait trois peines consécutives de prison à vie pour les meurtres de Linda Dawn Salee, 22 ans, de Beaverton , Karen Elena Sprinker, 19 ans, de Salem  et Jan Susan Whitney, 23 ans, de McMinnville. Brudos a ensuite avoué les meurtres de Linda Slawson, 19 ans, et de Stephanie Vikko, 16 ans, mais la police ne disposait pas de suffisamment de preuves matérielles pour l’inculper. À l’époque, l’Oregon ne connaissait pas la peine de mort.

« Il était l’un des pires monstres des États-Unis ou du monde peut-être, » a dit James Stovall, le détective de Salem qui a traqué Brudos.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.