Jeffrey Dahmer – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Jeffrey Dahmer

le cannibale de Milwaukee

Nahlah Saimeh
Nahlah Saimeh

Cannibalisme:

L’acte de manger de la chair humaine, pratiqué par les cultures anciennes et pendant certaines périodes d’extrême pénurie, représente la concrétisation de fantasmes sexuels sadiques qui indiquent des problèmes de constitution de l’identité. L’anthropophagie (cannibalisme) est une composante habituelle des relations affectives et sexuelles. Baiser, mordre et sucer font partie du répertoire des caresses échangées entre parents et enfants. Entre couples, il exprime la proximité émotionnelle et le désir d’avoir l’autre, symboliquement « à l’intérieur ». Ce désir érotique d’incarner la personne aimée devient apparent lorsqu’on dit de quelqu’un qu’il est « chaud » ou qu’il veut « manger » l’autre. Le fantasme de dévorer ou d’être dévoré est également présent dans diverses fables et blagues d’enfants et d’adultes. En revanche, lorsque le cannibalisme se transforme en crime sexuel, la colère et l’agressivité sont deux composantes qui sont presque toujours présentes.

[Nahlah Saimeh, médecin spécialiste en médecine légale et directeur du Centre de recherche médico-légale de Westphalie, en Allemagne].

Paraphilie:

Les paraphilies sont des troubles de la sexualité autrefois appelés perversions sexuelles. Le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) parle des paraphilies comme d’une sexualité caractérisée par des pulsions sexuelles très intenses et récurrentes, par des fantasmes et/ou des comportements non conventionnels, capables de créer des altérations défavorables dans la vie familiale, professionnelle et sociale de la personne en raison de leur caractère compulsif.

[Ilídia Piairo de Abreu, psychologue et professeur à l’Université Lusíada de Porto, Portugal].

Certaines paraphilies sont inoffensives et même bien connues dans la société, comme la podolâtrie (personnes sexuellement attirées par les pieds de leur partenaire). La psychiatrie légale s’intéresse principalement aux formes sévères de paraphilies qui incluent, entre autres :

Exhibitionnisme :

est le fait de montrer ses organes génitaux à une autre personne dans un lieu public, ce qui entraîne une excitation sexuelle et/ou un plaisir pour l’exhibitionniste, qui peut se masturber et avoir des orgasmes.

Pédophilie :

déviance sexuelle caractérisée par une attirance pour les enfants, impliquant des pensées et des fantasmes érotiques ou une activité sexuelle avec des enfants de moins de 13 ans. En général, l’acte pédophile consiste en des attouchements, des caresses génitales et des rapports sexuels oraux.

Masochisme et sadisme sexuel :

le masochisme se caractérise par le besoin de se soumettre à la souffrance, physique ou émotionnelle, afin d’obtenir un plaisir sexuel. Et le sadisme est le besoin d’infliger des souffrances (physiques ou émotionnelles) pour obtenir une excitation et un plaisir sexuels.

Il existe d’autres formes de paraphilie beaucoup plus graves, comme la nécrophilie, caractérisée par une excitation sexuelle à la vue ou au contact d’un cadavre.

En février 1991, le monde a eu peur et, en même temps, a fait une ovation à un tueur en série qui est arrivé pour marquer l’histoire. Froid, persuasif et mortel. Un psychopathe au QI très élevé qui pouvait faire avaler leur langue aux gens rien qu’en lui parlant. Un psychopathe qui pouvait convaincre quelqu’un de s’automutiler à mort juste en lui parlant. Certains d’entre vous savent peut-être déjà de qui je parle :

Dr Hannibal "Le Cannibale" Lecter.
Dr Hannibal « Le Cannibale » Lecter.

Le Dr Hannibal Lecter. Le personnage d’Hannibal Lecter, brillamment interprété par l’acteur Anthony Hopkins, a effrayé les spectateurs du monde entier lorsque le film « Le silence des agneaux » est sorti en salles le 14 février 1991.

La performance inoubliable de Hopkins a transformé le personnage en une icône. Le personnage de Hopkins, Hannibal Lecter, était un psychopathe classique. Très intelligent, éloquent et manipulateur, il est devenu un tueur en série qui mangeait des parties de ses victimes. Comme tout bon psychopathe, il portait un masque pour se protéger de la société, il était vu comme un gentleman, un homme fin et gentil. Si doux qu’il invitait la haute société de la ville de Baltimore, dans le Maryland, à des dîners dans son beau manoir. Ce que les invités ne savaient pas, c’est que les plats principaux étaient les organes internes des victimes d’Hannibal. À une occasion, il a servi le foie d’un joueur de cornemuse de l’orchestre philharmonique de Baltimore lors d’un dîner pour les directeurs de l’orchestre. Pour accompagner ce délice, un bon vin Chianti. Dans Le silence des agneaux, il apparaît déjà en prison et avec le surnom d’Hannibal le Cannibale.

En ce mois de février 1991, Hollywood et le monde entier ont été stupéfaits par un film répugnant, mais en même temps brillant. Pour la plupart des gens, cette histoire était le genre qui ne pouvait se produire que dans les films. Une simple erreur. En ce mois de février 1991, l’histoire ne s’écrit pas seulement au cinéma. Elle écrivait aussi ses lignes dans la vie réelle. Alors que Los Angeles était choqué par un film qui allait entrer dans l’histoire, à l’autre bout du pays, un autre événement, invisible aux yeux du monde, allait faire en sorte que tout le monde se souvienne du Dr Hannibal Lecter des mois plus tard. Cependant, cet événement n’est pas passé sur l’écran de cinéma.

Milwaukee 1990
Milwaukee 1990

En février 1991, dans la ville de Milwaukee, État du Wisconsin, un adolescent disparaît sans laisser de traces. Sa mère est allée à la police, a apporté des photos de son fils aux chaînes de télévision, mais en vain. Comme dans le film, l’issue de la disparition de Curtis Straughter à Milwaukee va choquer le monde entier. Mais si le film a choqué par l’extrême qualité avec laquelle il a été mené à travers l’objectif du septième art, la disparition de Curtis Straughter choquerait pour un ingrédient peu plaisant dépeint dans le film, mais que beaucoup pensaient n’être que fiction.

Curtis Straughter
Curtis Straughter

L’histoire que vous allez lire ci-dessous est celle d’un tueur en série qui, aussi étrange que cela puisse paraître, n’aimait pas l’acte de tuer et n’y prenait aucun plaisir. C’est ça : un tueur en série qui n’aimait pas tuer. C’est étrange, n’est-ce pas ? Il n’aimait pas tuer, mais il devait le faire. Comme la plupart des tueurs en série, il a été attrapé par hasard, par un oubli. Mais le carnage qu’il a pratiqué est déjà entré dans l’histoire. Contrairement au film Le silence des agneux, ses crimes ont terrifié et en même temps intrigué le monde entier pour un simple fait : ils n’étaient pas fictifs. Les crimes qu’il a commis ne se sont pas passés au cinéma. Les crimes commis par ce tueur en série étaient réels. Très réel.

Découvrez l’histoire de l’homme qui est devenu l’un des tueurs les plus célèbres de l’histoire. Un homme qui a choqué les psychiatres du monde entier. Un homme dont son propre père a dit qu’il était né « sans conscience ».

Faites connaissance avec une histoire que vous n’oublierez jamais.

Milwaukee, Wisconsin, État Unis

Milwaukee est la plus grande ville de l’État américain du Wisconsin, considéré comme la « grange de l’Amérique », un lieu fondamentalement rural où prédominent les plantations et les ranchs à bétail.

Al Capone
Al Capone

En 1920, Milwaukee a servi de refuge à Al Capone, le célèbre gangster de Chicago, qui a profité de la proximité entre les deux villes pour acheter une maison à Brookfield, dans la banlieue de Milwaukee. En raison de l’importante implantation d’immigrants allemands dans la ville à partir de 1850, Milwaukee est devenue la capitale de la bière aux États-Unis et comptait les quatre plus grandes brasseries du monde : Schlitz, Blatz, Pabst et Miller. Ce développement de l’industrie de la bière a ouvert des milliers d’emplois dans la ville qui a connu un développement gigantesque dans la première moitié du 20ème siècle. Des personnes du monde entier sont venues à Milwaukee en quête de travail, principalement des immigrants africains et asiatiques. Mais ce n’est pas seulement l’industrie de la bière qui s’est développée dans la ville. En raison de son accès facile au lac Michigan, Milwaukee a connu historiquement la croissance d’une énorme industrie allant de la fabrication de navires à la plantation, la transformation et l’exportation de blé et d’orge (la matière première de la bière !).

La belle ville de Milwaukee. L'image montre le Milwaukee Art Museum.
La belle ville de Milwaukee. L’image montre le Milwaukee Art Museum.

Milwaukee est une très belle ville. Comme Cleveland, Ohio, elle a la chance d’être bordée par l’un des grands lacs d’Amérique du Nord, le lac Michigan, ce qui permet à la ville d’être visitée par des milliers de touristes pendant l’année pour faire de la planche à voile et d’autres sports nautiques.

La ville de Milwaukee respire la culture, avec ses nombreux musées et spectacles d’art, de musique et de danse. Le plus grand festival de musique de la planète se déroule chaque année dans la ville et attire des milliers de touristes du monde entier. Le Summerfest se déroule sur 11 jours pendant l’été américain et est très éclectique, avec différents types d’attractions musicales allant du gospel au heavy metal.

Walker’s Point

George Walker était un type ordinairequi est arrivé à Milwaukee en 1833. Il a travaillé comme commerçant de fourrures et dans d’autres établissements du village de Juneau (à cette époque, Milwaukee était entourée de villages qui ont ensuite été incorporés à la ville en raison de sa croissance).

En 1849, il a acheté des terres et a construit sa maison et un magasin. Au fil des ans, George a vu son entrepôt se développer et est devenu un homme d’affaires influent et un leader politique dans la région. Si influent qu’il a été élu maire de Milwaukee à deux reprises (1851 et 1853). La zone autour de l’entrepôt de George s’est développée si rapidement qu’on l’a appelée Walker’s Point et, dans les années 1850, elle a été intégrée à la ville de Milwaukee.

Milwaukee 1900
Milwaukee 1900

Au début du 20e siècle, Walker’s Point a perdu son aspect de point d’affaires et a été transformé en quartier d’habitation pour les ouvriers industriels, la classe défavorisée du développement de la ville de Milwaukee. C’est un quartier qui a subi les empiétements des descendants d’immigrants africains venus en Amérique à la recherche d’une vie meilleure.

Spectacle organisé en décembre 1975 pour élire le Mr. Club Milwaukee 1976. Le Club Milwaukee était le club gay le plus célèbre de Milwaukee dans les années 1970. Il semblait aussi être le plus fréquenté.
Spectacle organisé en décembre 1975 pour élire le Mr. Club Milwaukee 1976. Le Club Milwaukee était le club gay le plus célèbre de Milwaukee dans les années 1970. Il semblait aussi être le plus fréquenté.

Dans les années 1950 et 1960, le quartier est devenu la Mecque des gays de Milwaukee. Plusieurs boîtes de nuit et saunas ont vu le jour à cette époque pour accueillir un grand nombre d’homosexuels, de drag queens, de travestis, etc. L’apogée des réjouissances gay à Walker’s Point a eu lieu dans les années 70. Boîtes de nuit complètes, spectacles de strip-teaseurs et de drag queens, concours de beauté masculins. On peux dire que la vie gay à Walker’s Point dans les années 1970 était très animée.

Dans les années 90, le mouvement gay de Walker’s Point a connu un déclin pur et simple. L’activité intense des boîtes de nuit et des bars gays perdait de son lustre, principalement en raison de la spéculation immobilière. De grands condominiums familiaux et des immeubles de galeries d’art ont vu le jour, rendant l’endroit assez peuplé. Ce nouveau quartier contrastait avec l’ambiance gaie et bohème du lieu, et au fil des années, les habitués ont disparu jusqu’à ce que la plupart des boîtes de nuit ferment leurs portes.

Aujourd’hui, Walker’s Point est connu comme le quartier qui possède la Milwaukee Arts Gallery. C’est un quartier qui respire l’art.

Club 219 – La boîte de nuit des strip-teaseuses

Ouvert à l’origine sous le nom de Gary’s, puis rebaptisé Circus Circus et, en février 1981, baptisé Club 219, il est immédiatement devenu la maison la plus explosive et la plus célèbre de Walker’s Point. L’excellente réputation de la maison s’est construite sur une combinaison de musique forte, de lumières vives et excessives, et de beaucoup, beaucoup d’énergie, de danse et de fête. Il s’agissait de la boîte de nuit préférée de la foule GLS pour les fêtes de fin d’année dans les années 1980, avec des spectacles réguliers de drag queens et de strip-teaseurs.

Il s’est targué de sa réputation de meilleure boîte de nuit gay jusqu’en 1984, date à laquelle La Cage a ouvert ses portes. La Cage a pris d’assaut la scène gay de Milwaukee, laissant le Club 219 comme deuxième meilleure option de la région. Avec l’ouverture de La Cage, le quartier (environ 8 pâtés de maisons) est devenu un arrêt obligatoire pour la foule des GLS de la ville.

Vue de face du Club 219 en 1991. Crédit image : A&E Biography.
Vue de face du Club 219 en 1991. Crédit image : A&E Biography.
La piste de danse du Club 219 à Walker's Point.
La piste de danse du Club 219 à Walker’s Point.

En 1991, il a acquis une renommée internationale pour un fait que vous découvrirez encore en lisant ce billet. Au cours des années 1990, le Club 219 a été englouti par les nouveaux bars innovants qui ont vu le jour dans le quartier. Comme toute chose dans la vie a une fin, le Club 219 a fermé ses portes en octobre 2005. La popularité d’il y a 20 ans avait disparu, et même les promotions du samedi soir ne pouvaient pas aider le club. Le Club 219 n’est resté que dans la mémoire du public essentiellement masculin qui fréquentait l’un des meilleurs et des plus alternatifs lieux de rencontre gay de Milwaukee.

La façade du Club 219 en mai 2009. Le Club 219 est situé au 219 South 2nd Street à Walker's Point. Crédit photo : Google Street View.
La façade du Club 219 en mai 2009. Le Club 219 est situé au 219 South 2nd Street à Walker’s Point. Crédit photo : Google Street View.
Club 219 au 219 South 2nd Street à Walker's Point. Pendant plus de 30 ans, ce lieu a été l'un des plus grands spots gay de Walker' Point. Crédit photo : Google Street View.
Club 219 au 219 South 2nd Street à Walker’s Point. Pendant plus de 30 ans, ce lieu a été l’un des plus grands spots gay de Walker’ Point. Crédit photo : Google Street View.

La maison de Josie Carter

Le Phoenix était une autre maison populaire de Walker’s Point. Il se trouvait dans un quartier où se trouvaient des dizaines de boîtes de nuit gay, dont le Club 219, Cest La Vie et BallGame. Il y avait une piste de danse active avec un répertoire basé sur les joies du disco, héritage de la maison depuis les années 70, et une ambiance très festive où gays, lesbiennes et drag-queens laissaient libre cours à leur énergie sans honte ni préjugé. C’était l’une des boîtes de nuit gay les plus populaires du quartier, et les habitués se relayaient entre le Club 219 et le Phoenix.

La célèbre drag queen Josie Carter assise sur les genoux de l'un des clients du Phoenix. Josie Carter était une figure célèbre et aimée de la communauté gay de Walker's Point. Elle était l'une des célébrités locales, une célébrité qui se cachait dans un monde invisible pour le reste de la ville.
La célèbre drag queen Josie Carter assise sur les genoux de l’un des clients du Phoenix. Josie Carter était une figure célèbre et aimée de la communauté gay de Walker’s Point. Elle était l’une des célébrités locales, une célébrité qui se cachait dans un monde invisible pour le reste de la ville.
Josie Carter (au centre) aux côtés de deux autres drag queens au Phoenix.
Josie Carter (au centre) aux côtés de deux autres drag queens au Phoenix.

Le Phoenix a survécu pendant plus de 30 ans et a fermé ses portes en mars 1993. Deux bars lesbiens, Deja-Vu et Dish, ont succédé au Phoenix, mais ont également fermé leurs portes. Ce qui reste du Phénix, ce ne sont que des souvenirs de personnes socialement marginalisées qui, au moins pendant une partie de leurs journées, avaient des raisons de sourire.

The Phoenix Nightclub, Walker’s Point, Milwaukee, Février 1988

Le long du quartier décadent de Walker’s Point à Milwaukee, les lignes de bars gays illuminent la vie nocturne de la ville. Les néons rouges invitent les hommes à flirter ou à avoir des relations sexuelles occasionnelles. Une autre nuit chaude, joyeuse et amusante, un certain jeudi de février 1988, commençait là. Boire, parler et rire ; flirter, s’embrasser et faire l’amour. N’importe laquelle de ces combinaisons était la combinaison parfaite pour les hommes qui traversaient ce quartier.

Le Phoenix a ouvert ses portes avec la joie habituelle, Josie Carter était une attraction à part, toujours de bonne humeur, saluant tout le monde. Les habitués sont entrés et bientôt ils étaient sur la piste de danse, certains plus bruyants, d’autres plus calmes, certains avec des cigarettes et des boissons dans les mains, et d’autres simplement assis et regardant le mouvement. L’un des habitués, Bobby Duane Simpson, 27 ans, buvait sa Budweiser en regardant les hommes de l’endroit. Certains dansaient sur la piste de danse tandis que d’autres buvaient au bar. En regardant sur le côté, il a vu un homme grand, blond et très beau s’approcher. L’homme s’est approché de lui et a commencé à engager la conversation. Ils ont parlé pendant un long moment et Bobby s’est senti attiré par ce bel homme, calme, intelligent et agréable. Les deux hommes ont ri et bu de la bière, entourés de lumière et de musique. À un certain moment de la conversation, l’homme blond a invité Bobby à passer la nuit… il l’a invité chez lui. Bobby n’a pas réfléchi à deux fois.

Les deux hommes ont quitté le Phoenix et ont pris un bus pour West Allis, une banlieue de Milwaukee où vivait l’homme blond. Ils sont entrés dans la maison, sont allés dans le salon et le blond a chuchoté à Bobby :

Chut, ma grand-mère dort.

Ils se sont rapprochés l’un de l’autre et se sont embrassés. Bobby aimait ce moment car l’homme, en plus d’être beau, était très poli. Après le baiser, l’homme blond a dit à Bobby de rester dans le salon car il allait à la cuisine pour préparer un délicieux café irlandais afin que les deux puissent le boire ensemble. Quelques minutes plus tard, l’homme blond se dirige vers Bobby en tenant deux tasses de café. Bobby a pris deux gorgées et…

Bobby était confus et groggy, ouvrant lentement les yeux. Que s’est-il passé ? En reprenant ses esprits, il a réalisé qu’il était dans une sorte de sous-sol. En regardant vers l’avant, un homme grand et totalement nu se tenait devant lui. Bobby a été surpris et a engagé un combat de lutte avec l’homme. D’une manière ou d’une autre, il a réussi à s’enfuir de ce foutu endroit. Quand il a repris son souffle, il a regardé sa montre et a vu qu’il était 11 heures du matin. Bobby a réalisé qu’il était inconscient depuis des heures. Il ne l’a pas signalé à la police.

L’autre jour, il est retourné au Phénix. Il s’est assis au bar et a parlé au barman et à l’une des partenaires du Phénix, Michelle. Il a raconté toute l’histoire de ce qui s’était passé la veille. Alors qu’il racontait encore son histoire à Michelle, un homme qui était assis à côté de lui au bar l’a interrompu et lui a demandé :

Il t’a drogué aussi ?

Michelle. Michelle était l'un des partenaires du Phoenix, il aimait travailler comme barman. Sur la photo prise au milieu des années 70, il apparaît chauve, résultat d'une nuit où il était ivre et s'est rasé la tête.
Michelle. Michelle était l’un des partenaires du Phoenix, il aimait travailler comme barman. Sur la photo prise au milieu des années 70, il apparaît chauve, résultat d’une nuit où il était ivre et s’est rasé la tête.

Walker’s Point, Milwaukee, Avril 1988

La vie nocturne grouille à Walker’s Point. Le mouvement est intense aux portes des clubs gays qui peuplent l’endroit. À l’intérieur, des fêtes, des boissons, des spectacles de strip-teaseurs, des drag queens, des baisers et du plaisir. Dehors, un homme du nom de Ronald Douglas Flowers Jr. tente de démarrer sa voiture qui, une fois de plus, le laisse en plan.

Agacé par cette putain de voiture qui ne veut pas démarrer, il décide d’ouvrir le capot pour essayer de réparer la vieille canette. À ce moment-là, un homme apparaît et propose son aide.

  • Bonjour, des problèmes avec la machine ? demande l’homme.
  • Oui, je n’arrive pas à la faire démarrer, répond Ronald.
  • Ces choses-là arrivent toujours au pire moment, dit l’homme.

Ronald s’est retrouvé à parler à cet inconnu tout en essayant de faire démarrer la voiture, mais en vain. Il semble que ce n’était pas le jour de Ronald, sa voiture ne démarrait pas du tout. C’est alors que cet ami de dernière minute a demandé à Ronald s’il voulait bien aller chez lui pour qu’ils puissent récupérer sa voiture et revenir pour remorquer celle de Ronald. Au début, Ronald était indécis, après tout, il ne connaissait même pas ce type. Mais cette indécision s’est vite dissipée. Cet homme qui est apparu au milieu de la nuit à Walker’s Point était très poli, très beau et se montrait très gentil en voulant l’aider. La seule chose qui semblait étrange à Ronald était que l’homme semblait détourner le regard lorsque Ronald le regardait dans les yeux. Ils ont pris un taxi et ont conduit jusqu’à la maison du type à West Allis.

Les deux hommes sont arrivés à destination et Ronald a dit qu’il l’attendrait dehors. « Je vais m’assurer que vous entrez, cela ne prendra qu’une minute », a dit l’homme gentil et serviable.

Ils sont entrés dans la maison et l’homme a proposé à Ronald de lui faire une tasse de café chaude et délicieuse. Il a remercié l’homme pour son hospitalité et a accepté la tasse de café. Comme Ronald a pris le verre

Ronald a essayé d’ouvrir les yeux, mais il était étourdi et confus. Lorsqu’il a réussi à reprendre conscience, il était allongé sur un lit d’hôpital, sans savoir exactement ce qui s’était passé et comment il s’était retrouvé dans cet endroit. Son corps avait des bleus, ses sous-vêtements étaient par-dessus son pantalon et l’argent de son portefeuille avait disparu.

À l’hôpital, il est allé voir la police et leur a raconté son histoire. Il a dit qu’il avait peut-être été drogué par l’homme qu’il avait rencontré la nuit précédente. La police lui a conseillé de passer un test de laboratoire à l’hôpital pour vérifier qu’il avait bien été drogué, afin que son histoire puisse être vérifiée et que la police puisse donner suite à sa plainte. Cependant, les tests de laboratoire n’ont pas indiqué la présence de drogues dans son corps. Sans preuve qu’il avait bien été drogué, la police a déposé sa plainte.

Avenues West, Milwaukee,Juin 1990

Avenues West est un quartier situé à l’ouest du centre-ville de Milwaukee, juste à côté de Walker’s Point. Ce quartier de la ville a toujours été connu pour abriter des personnes issues des classes sociales inférieures, principalement des Afro-Américains. La prostitution et le trafic de drogue étaient courants dans la région. Dans les années 80 et 90, le quartier était marqué par un taux de criminalité élevé, mais malgré son passé peu glorieux, le quartier connaît aujourd’hui un début de développement, dont l’hôtel Ambassador est un exemple.

L'hôtel Ambassador. Pendant des décennies, l'hôtel Ambassador a abrité des prostituées et des trafiquants de drogue qui vendaient leurs produits. À la fin des années 1990, il a été totalement revitalisé et c'est aujourd'hui un 4 étoiles de luxe à Milwaukee. Elle ne rappelle en rien son sombre passé. Si vous êtes un jour à Milwaukee, restez à l'Ambassador.
L’hôtel Ambassador. Pendant des décennies, l’hôtel Ambassador a abrité des prostituées et des trafiquants de drogue qui vendaient leurs produits. À la fin des années 1990, il a été totalement revitalisé et c’est aujourd’hui un 4 étoiles de luxe à Milwaukee. Elle ne rappelle en rien son sombre passé. Si vous êtes un jour à Milwaukee, restez à l’Ambassador.
L'entrée principale de l'université Marquette, située au 1250 West Wisconsin Avenue dans le quartier des Avenues West.
L’entrée principale de l’université Marquette, située au 1250 West Wisconsin Avenue dans le quartier des Avenues West.

Un autre facteur qui a contribué à la baisse de la criminalité dans Avenues West est la présence de l’université Marquette, qui a fourni un espace pour l’établissement du troisième district de police de Milwaukee. L’université Marquette est la plus grande université privée de l’État du Wisconsin et l’une des plus grandes universités jésuites des États-Unis. Elle a été fondée par la Compagnie de Jésus (ordre des religieux catholiques) en 1881.

Chaque jour de juin 1990, l’un des innombrables apprentis criminels défilait dans les rues de Avenues West à Milwaukee à la recherche d’un peu d’action. Fumer de la marijuana et acheter et vendre de petites doses de drogue était ce que faisaient de nombreux jeunes hommes nés dans des familles pauvres et brisées de la région pour s’amuser et avoir quelques dollars à dépenser en drogues, en alcool ou en prostituées. Leonard (nom fictif, seule l’initiale de son nom, L., a été divulguée) était l’un de ces jeunes perdus. Clochard, apprenti trafiquant de drogue et drogué, son ambition dans la vie était juste de vivre au jour le jour et d’essayer de survivre dans cette jungle urbaine. C’est peut-être pour cela qu’il a immédiatement accepté l’offre d’un homme grand et blond qui l’a abordé dans une rue quelconque d’Avenues West en juin 1990. L’homme blond s’est approché de Leonard et s’est présenté comme un photographe qui cherchait des enfants comme lui pour prendre des photos. L’homme a offert 200 $ à Leonard pour qu’il devienne son modèle. Le garçon a accepté immédiatement.

Leonard a suivi l’homme jusqu’aux Oxford Apartments, un immeuble situé dans le même quartier (Avenues West), au 924 North 25th Street. Ils montent au deuxième étage et entrent dans l’appartement du « photographe » blond.

L’homme a pris son appareil photo Polaroid et a commencé à photographier le garçon. Il lui a demandé de prendre diverses poses, parfois même étranges. À un moment donné, l’homme a cessé de photographier, a allumé la télévision et a mis des vidéos pornographiques homosexuelles sur son magnétoscope. Il a demandé à Leonard de se déshabiller, car il voulait prendre des photos du corps du garçon. Il était gêné, mais 200 dollars, c’est 200 dollars. Après avoir pris quelques photos de Léonard nue, cet homme calme, doux et poli a totalement changé. Il a commencé à faire des bruits avec sa bouche et est entré dans une sorte de transe, rendant Léonard paralysé par la peur. L’homme a attaqué le garçon et l’a attaché, Leonard a fait mention de cris et il a bâillonné sa bouche avec un morceau de tissu.

Leonard ne pouvait ni bouger ni crier, à part la peur qui paralysait son corps. Il a regardé l’homme s’approcher de lui, un marteau à la main. Il était terrifié et criait. L’homme a commencé à lui marteler le cou. La séance de torture a duré trois heures. À la fin, l’homme a détaché Léonard et lui a dit :

Si tu dis quoi que ce soit à qui que ce soit, je te tue, toi et ta famille.

Leonard a quitté l’appartement, a couru dans la rue, en pleurant et paniqué. Jamais de sa vie il n’avait pensé passer par là : il ressemblait à un rat dans le laboratoire d’un savant fou. Ce type n’avait pas l’air humain. Il a vu la mort de près et, contre l’avis de son bourreau, a décidé d’aller voir la police.

Un drogué, noir et clochard dans un district de police rempli de flics blancs. Que pensez-vous qu’il se soit passé ? Les flics n’ont pas écouté Leonard. Après tout, quel était le crime ? Est-ce que Leonard avait des preuves ? La police avait mieux à faire que d’enquêter sur un supposé fou qui frappait des Noirs à coups de marteau dans son appartement. Quoi qu’il en soit, Leonard semble avoir été convaincant et deux détectives se sont rendus aux Oxford Apartments pour le découvrir. En arrivant sur place, ils n’ont pas trouvé le résident de l’appartement 213. Se demandant ce qu’ils faisaient là, ils ont décidé de partir avant d’examiner plus avant la plainte de Léonard.

Appartements Oxford, 924 North 25th Street, Milwaukee

L’Oxford Apartments était un condominium situé dans Avenues West, à l’adresse 924 North on Twenty-fifth Street à Milwaukee. Comme vous le savez déjà, Avenues West, à l’ouest du centre-ville, était un quartier peuplé de personnes à faibles revenus. Les appartements d’Oxford étaient de bons logements dans ce quartier, où pour un loyer bon marché vous pouviez vivre dans un petit appartement confortable avec un salon, une cuisine, une chambre et une salle de bain. La plupart des résidents étaient des personnes pauvres, des frères partageant des chambres, des couples, des familles et quelques hommes et femmes célibataires.

924 North 25th Street à Avenues West à Milwaukee. Les appartements Oxford se trouvaient sur le côté gauche de cette image (où l'on peut voir un terrain clôturé avec une sorte de garde-fou juste après le A rouge). Cette photo a été prise en mai 2008. À cette époque, les appartements Oxford n'existaient plus, le bâtiment ayant été démoli en 1992. Crédit photo : Google Street View.
924 North 25th Street à Avenues West à Milwaukee. Les appartements Oxford se trouvaient sur le côté gauche de cette image (où l’on peut voir un terrain clôturé avec une sorte de garde-fou juste après le A rouge). Cette photo a été prise en mai 2008. À cette époque, les appartements Oxford n’existaient plus, le bâtiment ayant été démoli en 1992. Crédit photo : Google Street View.
La belle façade des appartements Oxford, au numéro 924 de la rue Nord à la vingt-cinquième rue dans Avenues West. Certains de ses résidents peuvent être vus en train de discuter devant le condominium. Date : 1991. Crédit : Reuters.
La belle façade des appartements Oxford, au numéro 924 de la rue Nord à la vingt-cinquième rue dans Avenues West. Certains de ses résidents peuvent être vus en train de discuter devant le condominium. Date : 1991. Crédit : Reuters.

C’était un endroit tranquille, avec des voisins qui ne se connaissaient généralement pas (surtout parce que la plupart d’entre eux travaillaient la journée et ne se levaient que la nuit pour dormir). La seule chose qui dérangeait les résidents des appartements d’Oxford était l’odeur de pourriture qui commençait à apparaître au milieu des années 1990. L’odeur était si forte et si horrible qu’on a vu des chats traîner autour des appartements, probablement attirés par l’odeur de charogne.

Un jour, l’odeur était si insupportable que la résidente de l’appartement 214, Pamela Bass, qui vivait avec son mari, Vernell Bass, a décidé de chercher à savoir d’où venait cette charogne. Elle a commencé par fouiller dans son appartement, a regardé dans le frigo, a tout retourné.

Je me demande s’il n’y a pas un truc mort dans ma maison, a-t-elle pensé.

Elle n’a rien trouvé qui puisse être la source de la puanteur. Pamela a ensuite ouvert sa porte et a commencé à renifler le couloir. Comme un animal curieux, elle est allée de porte en porte, reniflant les portes de tous les voisins jusqu’à ce qu’elle se rende compte que l’odeur venait de l’intérieur de l’appartement voisin du sien,

Elle a frappé à la porte de l’appartement 213 pour demander ce que pouvait bien être cette odeur. Son voisin a ouvert la porte, un grand homme blond. Elle l’a interrogé sur cette odeur et il a répondu que son congélateur était cassé et que toute sa viande était avariée. Il a été assez convaincant dans ses arguments, s’est excusé pour la nuisance qu’il causait à Pamela et a promis qu’il allait bientôt réparer cette odeur.

Un autre fait qui a attiré l’attention de certains résidents des appartements Oxford est le « gémissement » continu d’une tronçonneuse qui a balayé les premières heures du matin. Et le bruit venait… de l’appartement 213.

Et, comme dans tous les appartements, lorsque vous mettez une chaîne stéréo à fond, qui est le premier voisin à se plaindre ? Le voisin d’à côté, bien sûr. Le mari de Pamela, Vernell, a commencé à se demander ce que pouvait bien faire le voisin du 213.

Il construit quelque chose ?

Pamela pensait qu’il était peut-être en train de construire ou de rénover son armoire, mais le fait est que le bruit était dérangeant. Une fois, Vernell est rentré du travail à six heures du matin et il y avait son voisin agité avec sa tronçonneuse. Soudain, le bruit a cessé et Vernell a entendu son voisin du 213 crier :

ESPÈCE DE SALAUD, JE TE L’AI DIT, PUTAIN !

Vernell a trouvé cela étrange, d’autant plus qu’il n’a entendu personne répondre. Après avoir entendu son voisin crier comme ça, il n’irait pas lui demander de faire moins de bruit.

École secondaire de Revere

La Revere High School est une école secondaire publique du comté de Richfield dans la ville de Bath, Ohio. Il fait actuellement partie des 500 meilleurs lycées des États-Unis. C’est le lycée américain typique, il a son équipe de football américain, où les garçons de l’équipe sont les « gars » du lycée (par conséquent, ils brutalisent les garçons maigres et brisent le cœur des filles) et les pom-pom girls (pom-pom girls composées des filles les plus jolies et les plus populaires du lycée, probablement détestées par les autres filles).

Ashley Greyson, Allison Stevens et Emilee Vitez. Trois pom-pom girls de la classe 2009 du lycée de Revere. Dans ma sainte ignorance, je ne le savais pas, mais être pom-pom girl aux États-Unis est une carrière. Ashley et Allison ont poursuivi leur "carrière" de pom-pom girl à l'université de Miami et à l'université d'État de l'Ohio, respectivement. Emilee a préféré quelque chose de plus intéressant, en rejoignant l'équipe de basket de l'université de Slippery Rock.
Ashley Greyson, Allison Stevens et Emilee Vitez. Trois pom-pom girls de la classe 2009 du lycée de Revere. Dans ma sainte ignorance, je ne le savais pas, mais être pom-pom girl aux États-Unis est une carrière. Ashley et Allison ont poursuivi leur « carrière » de pom-pom girl à l’université de Miami et à l’université d’État de l’Ohio, respectivement. Emilee a préféré quelque chose de plus intéressant, en rejoignant l’équipe de basket de l’université de Slippery Rock.

Les Américains ont une tradition concernant le lycée (non, je ne parle pas des fameux bals où le garçon doit demander la fille). Après avoir obtenu leur diplôme de fin d’études secondaires, les classes se retrouvent généralement des années plus tard, une sorte de réunion où chacun s’assoit en cercle et parle de ce qu’il fait et de ce qu’il a obtenu, certains amènent leur famille, leurs enfants. C’est une fête de retrouvailles pour se souvenir des bons moments de l’adolescence et rire avec de vieux amis.

Au début de l’année 1991, la classe de 1978 du lycée de Revere s’est réunie pour sa fête de retrouvailles. C’était l’occasion de revoir de vieux amis et de savoir si le gros rigolo était encore plus gros, si l’intello maigrichon était devenu riche, si le beau joueur de football n’était pas devenu chauve ou si la pom-pom girl était encore attrayante.

Beaucoup ont vécu dans d’autres États, sont allés à l’université, ont été des hommes et des femmes qui ont réussi. À un moment de la réunion, l’un des anciens élèves s’est souvenu d’un étrange camarade qu’ils appelaient Jeff, qui avait l’habitude d’amuser la foule en simulant des crises d’épilepsie dans les couloirs de l’école ou en imitant des personnes handicapées.

Tu te souviens de ça, Jeff ?

Avant que Jeff puisse répondre, un joker (chaque classe en a un) l’a devancé et a dit :

Ahh ! Oubliez-le. C’est probablement un tueur en serie!

Tout le monde dans la pièce a ri. Jeff a fait un demi-sourire et tout le monde a continué à fraterniser.

25e et State Avenues West, Milwaukee, le 27 mai 1991
25e et State Avenues West, Milwaukee, le 27 mai 1991

Deux cousins adolescents sont assis quelque part sur la 25e avenue de State dans le quartier Avenues West, à Milwaukee, aux premières heures du matin du 27 mai 1991. Ils discutent sur l’avenue déserte lorsqu’ils remarquent un homme qui se dirige vers eux.

Cette nuit-là, le service d’urgence de la ville de Milwaukee a reçu un appel d’une femme au sujet d’un homme. Le journal des appels se lit comme suit :

Opérateur 911 : Milwaukee Emergency. Opérateur 71.

  • Bonjour, je suis au 25ème Etat, et il y a ce gamin. Il est nu. Il a été battu. Il est gravement blessé. Il ne peut pas se lever. Il est tout nu. Il n’a pas de vêtements. Il est vraiment blessé. Je n’ai pas de manteau. Je viens de le voir. Il a besoin d’aide.
  • Opérateur 71 : Où est-il ?
  • Appelant : 25ème et State. Au coin de la 25ème rue.

L’opérateur d’urgence 71 a immédiatement contacté les ambulanciers et la police de Milwaukee au sujet d’une situation où un « homme court, battu et nu » a été trouvé dans la rue. Le département de police de Milwaukee a immédiatement lancé un appel aux véhicules faisant la ronde près de la scène pour vérifier la situation.

Les officiers John Balcerzak et Joseph Gabrish patrouillaient près de la zone et ont répondu à l'appel.
Les officiers John Balcerzak et Joseph Gabrish patrouillaient près de la zone et ont répondu à l’appel.

Lorsqu’ils sont arrivés sur les lieux, les agents ont été confrontés à une scène plutôt bizarre : les deux adolescentes, Sandra Smith et Nicole Childress, toutes deux âgées de 18 ans, se disputaient vivement avec un homme grand et blond. À côté d’eux se trouvait un garçon asiatique, qui était nu, en sang et apparemment désorienté. Les ambulanciers sont arrivés avant les policiers et ont recouvert le garçon asiatique confus d’une couverture.

Les policiers interrompent la discussion et tentent d’entendre la version du garçon asiatique, mais ils ne comprennent pas un mot de ce qu’il dit. Les adolescentes se joignent à la conversation et la discussion s’intensifie entre elles, l’homme blond et les policiers.

Selon l’homme blond, le garçon était un ami de 19 ans qui avait beaucoup bu, et ils s’étaient tous deux disputés mais tout allait s’arranger. Le garçon asiatique était totalement incohérent, ne pouvait pas former de phrases et ne voulait pas donner sa version des faits à la police. L’homme blond a donné son identité à la police. Les policiers ne semblaient pas douter des paroles cohérentes et précises de cet homme intelligent et calme. Les filles étaient mal à l’aise car elles avaient vu le garçon asiatique résister avec terreur à l’homme blond. Les policiers ont ignoré les adolescentes. Pensant qu’il s’agissait d’une dispute entre un couple homosexuel, ils ont décidé d’escorter les deux hommes jusqu’à l’appartement du blondinet.

Je suis vraiment content que vous soyez venus, vous savez, ce quartier est très dangereux, disait l’homme blond aux policiers dans la voiture.

L’homme blond les a conduits aux appartements d’Oxford, et ils ont marché jusqu’à l’entrée de l’appartement 213.

Les policiers ont regardé à l’intérieur de l’appartement. Ça sentait mauvais, mais c’était assez propre et bien rangé. Les vêtements du garçon asiatique étaient soigneusement pliés sur le dessus du canapé. Pour dissiper tout doute, l’homme blond a montré aux policiers deux photos de son petit ami, sur lesquelles il portait des sous-vêtements noirs.

Le garçon, assis en silence sur le canapé, ne pouvait pas converser normalement et les policiers ne savaient même pas s’il pouvait comprendre ce qu’ils disaient, mais ils ne semblaient pas douter du résident de l’appartement 213. L’homme s’est excusé que son amant ait causé tant de problèmes et a promis que cela ne se reproduirait plus.

La police l’a cru. Et il n’y avait aucune raison de ne pas le croire ; il était bien parlé, intelligent et très calme. Le garçon asiatique était apparemment ivre et incohérent. Les policiers ne voulant pas s’immiscer dans une relation entre deux petits amis homosexuels, ils ont quitté l’appartement avec le jeune homme toujours tranquillement assis sur le canapé. Ils sont partis en faisant des blagues sur le couple gay. Pour John Balcerzak et Joseph Gabrish, dans ce quartier, il pouvait y avoir des événements plus dangereux qu’un simple désaccord entre deux petits amis.

L’un des policiers prend sa radio dans la voiture et informe le bureau central de l’incident :

36… l’homme asiatique nu en état d’ébriété (rires en arrière-plan de l’appel) a été rendu à son petit ami sobre (autres rires en arrière-plan) et nous sommes à 10-8.

Glenda Cleveland

Glenda Cleveland
Glenda Cleveland

Les deux adolescentes, ignorées par la police, sont retournées, frustrées, au domicile de Sandra Smith, qui vivait près des appartements Oxford. Ils ont immédiatement raconté l’histoire à la mère de Sandra, Glenda Cleveland, 36 ans. Les filles, très convaincantes, étaient inquiètes, une inquiétude qu’elle lui a transmise. Elle a vu dans les yeux de sa fille et de sa nièce que ce qu’elles avaient vu n’était pas seulement une dispute entre copains. Quelques minutes plus tard, Glenda a appelé la police pour s’enquérir de la situation. Elle a insisté jusqu’à ce qu’elle parvienne à parler à l’un des officiers de police qui a pris l’appel. Vous trouverez ci-dessous une description de l’appel :

Note : Glenda appelle la police de Milwaukee :

  • Glenda : Je suis sûre que d’autres informations sont nécessaires. Le garçon était nu et saignait.
  • Glenda : C’était un enfant mâle violé et molesté par un adulte.

Après avoir insisté, elle parvient à parler à John Balcerzak, l’un des officiers de police qui a assisté à l’incident.

  • Glenda : Quel âge avait cet enfant ?
  • Balcerzak : Ce n’était pas un enfant. C’était un adulte.
  • Glenda : Vous êtes sûre ?
  • Balcerzak : Yep.
  • Glenda : Vous êtes positif ? Parce que cet enfant ne parle même pas anglais. Ma fille avait, vous savez, déjà eu affaire à lui, elle l’avait vu dans la rue en train d’attraper des vers de terre.
  • Balcerzak : Ma’am. M’dame. Je ne peux pas être plus clair. Tout est réglé. Il est avec son petit ami, dans l’appartement de son petit ami, où il a aussi ses affaires.
  • Glenda : Vous êtes sûre ?
  • Balcerzak : M’am. Je ne peux pas être plus clair. Tout est pris en charge.
  • Glenda : Je veux dire, et si c’est un enfant et non un adulte ? Vous êtes sûr que c’est un adulte ?
  • Balcerzak : M’am. M’am. Je peux vous expliquer. Tout est pris en charge. Je suis aussi positif que je peux l’être. Je ne peux rien faire sur les préférences sexuelles de quelqu’un dans la vie.
  • Glenda : Eh bien, non, je ne dis rien à ce sujet. Mais il semble que ce soit un enfant.
  • Balcerzak : Non, il ne l’est pas.
  • Glenda : Ce n’est pas un enfant ?
  • Balcerzak : Non, il ne l’est pas, Ok ? C’est un truc de petit ami à petit ami. Et il a des affaires dans sa maison d’où il vient. Il a plusieurs photos de lui, de son petit ami et ainsi de suite.
  • Glenda : Ok, je suis juste, vous savez. Il semble qu’il s’agissait d’un enfant. C’était ma préoccupation.
  • Balcerzak : Je comprends. Non, il ne l’est pas. Non.
  • Glenda : Oh, OK. Merci. Bye.

La situation semblait être sous contrôle. Jusqu’à ce que, deux jours plus tard, Glenda Cleveland lise quelque chose qui attire son attention dans un journal de Milwaukee. Elle a lu une note sur la disparition d’un adolescent, dont la famille le recherchait désespérément. Le disparu : un garçon asiatique de 14 ans.

Dee Konerak Sinthasomphone
Dee Konerak Sinthasomphone.

La photo de Dee Konerak a été publiée dans la section des personnes disparues d’un journal de Milwaukee le 29 mai 1991. Selon l’annonce, Dee Konerak avait 14 ans et avait disparu deux jours plus tôt.

L’annonce a attiré l’attention de Glenda Cleveland qui s’est immédiatement souvenue du garçon asiatique que sa fille et sa nièce avaient vu terrorisé deux jours auparavant. Elle a immédiatement appelé la police, mais elle a été complètement ignorée. Pour la police, l’affaire était déjà close. Glenda a encore essayé de contacter le bureau du FBI à Milwaukee, mais en vain. L’affaire a été oubliée et on n’a plus jamais revu Dee Konerak Sinthasomphone.

Club 219, Walker’s Point, le 20 Juillet 1991

La piste de danse est en ébullition au Club 219 à Walker’s Point. C’est samedi et le lieu gay de la région bouillionne comme un volcan sur le point d’exploser. Avec des bières et des whiskys dans les veines, les hommes se sont assis sur les genoux les uns des autres et se sont embrassés sans aucune honte. Du plaisir, de la romance, des boissons et du sexe, voilà ce qu’ils recherchaient.

Au milieu de la piste de danse d’une boîte de nuit, Alex (nom fictif, seule l’initiale « A. » a été divulguée), un grand métis athlétique, danse au son du disco des années 70 sous des lumières blanches folles du mouvement du stroboscope.

Soudain, il s’est retrouvé à échanger des regards avec un bel homme blond d’un mètre soixante-dix, qui portait un jean et une chemise en nylon noir. Alex l’a appelé du regard et le magnifique homme blond ne l’a pas déçu.

Salut, je m’appelle Jeff. J’aime ta façon de danser, a dit l’homme blond.

Alex peut dire à l’haleine et au comportement de l’homme qu’il est en état d’ébriété, mais il continue à flirter.

Je viens de Chicago, je travaille comme électricien… Tu sais, j’en ai assez d’être seul, dit l’homme blond.

Alex se sentait attiré par ce bel homme, sensible et en manque d’affection. L’homme l’a invité chez lui, mais Alex a refusé.

Tu sais, je veux juste parler. Je me sens très seul. Tu es le gars le plus gentil que j’ai rencontré à Milwaukee. Je te donne 100 dollars juste pour avoir ta compagnie pour une conversation.

Finalement, Alex a cédé au besoin de l’homme et a pris rendez-vous avec lui sur le parking à côté de l’immeuble où il vivait. Le bâtiment était : Oxford Apartments.

Oxford Apartments
Oxford Apartments

À trois heures du matin, Alex est allé à la rencontre de l’homme et l’a trouvé sur le parking à l’extérieur du bâtiment, une bière dans une main et une cigarette dans l’autre :

Oh, je suis si content que tu sois venu, la plupart des gens ne le font jamais, a dit l’homme.

Les deux hommes montent les escaliers et se dirigent vers l’appartement 213.

L’endroit était assez bien rangé, le salon avait un canapé et était éclairé par une lampe à lave brillante. Un petit congélateur blanc se trouvait dans la cuisine et une bouteille de désinfectant de marque Pine Sol reposait sur le dessus de l’évier.

Alex avait une moustache bien taillée. Le confondant avec un Latino, l’homme lui dit :

Tu sais, j’ai une photo d’un homme portoricain nu et bien monté. Mais je ne suis pas prêt à te la montrer pour le moment.

Alex a trouvé cela étrange et en même temps n’a pas été amusé par cette conversation. Ils ont continué à parler. Ils ont parlé pendant une heure des blessures et des rancœurs. Alex était une personne sentimentale et au fur et à mesure qu’ils avançaient dans la conversation, il a réalisé que cet homme était un solitaire. Ils ont parlé de la grand-mère malade du blond, de la mort de la mère d’Alex et ainsi de suite.

Le temps a passé et Alex a décidé de partir. Alors qu’il se levait pour partir, la voix de cet homme tranquille s’est mise à paniquer. L’homme s’est levé et semblait hors de lui. En grommelant, il s’est dirigé vers sa chambre, disant qu’il allait chercher plus d’argent pour qu’Alex ne le quitte pas. Suspicieux, Alex le suit, allume la lumière de la chambre et remarque une tache de sang sur le lit, ainsi qu’un couteau à manche bleu. L’homme a semblé réaliser qu’Alex avait vu la tache et le couteau sur le lit. Ils se sont regardés et Alex a dit :

Je meurs d’envie de voir la photo du Portoricain.

Ils sont retournés dans le salon, où Alex a continué à prêter attention à l’homme. L’homme lui a ensuite demandé d’enlever ses vêtements et de s’allonger sur son corps. Il s’est frotté contre le dos d’Alex, marmonnant que sa peau était « comme du beurre« . Cela allait trop loin pour Alex et quand il a essayé de se lever pour partir, l’homme lui a serré le bras. Alex a regardé son visage et il a vu à ce moment-là que cet homme n’était plus celui qu’il avait connu. Ses yeux avaient un regard noir, ils brillaient d’une manière étrange et les traits de son visage ont changé. Alex a paniqué et a fait ce que tout animal fait quand il se sent acculé par une menace plus grande. Il a crié, il a pleurniché, il est allé vers la porte et l’a frappée, réussissant à l’ouvrir et à sortir comme une fusée de l’intérieur de ce maudit appartement. En regardant en arrière, il a vu l’homme les bras croisés, le visage baissé, comme s’il avait perdu quelque chose.

Avenues West, le 22 Juillet 1991

Il était près de minuit à Milwaukee, mais la chaleur collante et étouffante de la journée semblait inciter les gens à rester dans les rues. Même les policiers préféraient faire leur ronde dans les rues, laissant le vent leur fouetter le visage, plutôt que de rester immobiles et en sueur dans les commissariats.

Deux de ces policiers, Robert Rauth et Rolf Mueller, effectuaient une patrouille de routine dans le quartier ouest de la ville, une zone à forte criminalité, autour de l’université Marquette. Le quartier était Avenues West. La chaleur était intense et l’humidité insupportable. L’odeur du quartier était un mélange de chaleur avec les ordures dans les rues et les excréments et l’urine laissés par les mendiants.

En traversant la rue près de la 25e rue nord, ils ont eu une vue étrange et l’un des policiers a dit :

Qu’est-ce que c’est que ça ?

Ils ont vu un homme noir, petit, mince et stupéfait, courir et regarder en arrière, comme si quelque chose le poursuivait. A l’un de ses poignets, une menotte pendait. Ils ont immédiatement pensé que cet homme noir avait échappé à un autre policier. Ils ont démarré la voiture, ont filé et se sont arrêtés pour stopper à côté de l’homme. L’un des policiers est descendu de la voiture rapidement, comme s’il chassait un animal, et a dit :

Mets tes mains au-dessus de ta tête et ne fais aucun mouvement brusque, satané nègre !

Pendant qu’un policier fouille l’homme, l’autre pointe son pistolet sur le suspect. Pendant ce temps, les policiers ont remarqué quelque chose d’étrange : l’homme tremblait et avait un air de terreur sur le visage. Les officiers lui ont demandé ce qui s’était passé et pourquoi il courait au milieu de la nuit avec une menotte accrochée à l’un de ses poignets. Dans son discours, l’homme terrifié a déclaré qu’un « fou » lui avait mis les menottes et avait essayé de le tuer.

L’homme s’est identifié comme étant Tracy Edwards, 32 ans.

Il a dit qu’il était photographe et m’a proposé de l’argent pour qu’il puisse prendre des photos de moi. Je suis allé à son appartement et il a essayé de me tuer avec un couteau, a dit Tracy.

Les policiers se sont regardés, doutant de cette histoire.

Qu’en pensez-vous ? Un quartier dangereux, infesté de dealers, de prostituées et de criminels, un homme noir avec une menotte à la main et qui court ? C’était le genre de situation que n’importe quel policier, que ce soit à Milwaukee ou à Pindamonhangaba, faisait :

il mettait le présumé criminel dans la voiture et l’emmenait au poste de police pour qu’il explique son histoire.

Mais cet homme avait quelque chose de différent. Les policiers ont vu une crainte sur son visage, ses yeux étaient le reflet d’une âme effrayée. Cet homme, aussi étrange qu’il paraisse, semblait dire la vérité. Les policiers ont alors décidé d’enquêter sur cette histoire. Selon Tracy, l’homme vivait à proximité, au 924 North 25th Street, dans les appartements Oxford.

Il a conduit les flics à l’appartement de l’homme qui avait prétendument essayé de tuer Tracy. Les policiers ont frappé à la porte de l’appartement 213. La personne qui a répondu à la porte était un bel homme, blond et assez calme. Les policiers ne le savent pas, mais ils sont face à face avec l’un des psychopathes américains les plus dangereux de tous les temps.

Une horrible puanteur leur a assailli le nez lorsque la porte de l’appartement a été ouverte. En regardant à l’intérieur de l’appartement, les policiers n’ont rien vu de suspect. Propre, assez bien rangé, avec des poissons de compagnie nageant dans un aquarium. Calme et très cordial, l’homme blond à l’haleine parfumée à la bière les fait poliment entrer dans le salon de son appartement. L’homme a proposé de prendre les clés des menottes qui se trouvaient dans sa chambre mais, avant qu’il ne puisse les prendre, Tracy a prévenu les policiers que cet homme avait un supposé couteau dans sa chambre, et que c’était avec celui-ci qu’il avait essayé de le tuer.

Le policier Rolf Mueller décide alors de se rendre dans la chambre afin de récupérer lui-même les clés des menottes, et ordonne à l’homme blond de s’asseoir. Il s’est calmement assis sur le canapé du salon de sa maison. Rolf Mueller entre dans la pièce et remarque un appareil photo Polaroid sur le lit. Il a également découvert un couteau de boucher. Mais ce n’est pas grave , combien de personnes n’ont pas de grands couteaux à la maison, non ? En se tournant vers le côté droit, il a remarqué qu’un des tiroirs de la commode de la chambre était ouvert. Il y avait des dizaines de photos, qui remplissaient l’endroit. En regardant les photos de plus près, le plus terrible des cauchemars a commencé à prendre forme.

Les photos ont choqué le policier. Les photos montrent des actes sexuels homosexuels, des hommes à divers stades de nudité, et des corps, encore et encore, mutilés, dépecés, rongés par l’acide.

Sous le choc, Rolf Mueller a réalisé que ces photos avaient été prises dans cette même pièce. Après avoir examiné une autre photo horrible d’un homme à la poitrine complètement ouverte et aux viscères manquants, il s’est dirigé à grands pas vers la cuisine.

[spoiler title= »ATTENTION CONTENU TRES CHOQUANT »] [/spoiler]

À ce moment-là, en voyant le policier se diriger vers la cuisine, l’homme calme et poli s’est brusquement levé du canapé et a crié comme un animal terrifié.

  • NOOOOOOOOOOOOOONNNN !, a crié l’homme.
  • Mettez-lui les menottes !, a crié Rolf Mueller.

Le suspect et l’autre policier, Robert Rauth, se sont battus physiquement. Rolf Mueller est allé aider son partenaire et les deux l’ont maîtrisé. Pendant que Robert Rauth menotte l’homme, Rolf Mueller se rend à la cuisine. Il a ouvert le réfrigérateur et…

  • IL Y A UNE PUTAIN DE TÊTE DANS LE FRIGO !

Les policiers ont été terrifiés, non seulement par ce qu’ils ont découvert dans l’appartement, mais aussi par le comportement de cet homme. Il miaulait et hurlait littéralement, ce qui a attiré l’attention de nombreux voisins, qui sont sortis de leurs appartements pour voir ce qui se passait.

[spoiler title= »ATTENTION CONTENU TRES CHOQUANT »] [/spoiler]

Un examen rapide de l’appartement a révélé une juxtaposition étroite entre le beau et le propre et le sale et l’horrible. Alors que l’appartement d’une chambre à coucher était bien rangé et propre, surtout pour un homme seul, et que ses poissons de compagnie nageaient paisiblement dans un aquarium, l’odeur de décomposition était insupportable. Les agents ont immédiatement contacté le district de police de Milwaukee, qui a demandé à un autre véhicule de se rendre sur les lieux. Le véhicule est arrivé sur les lieux avec deux officiers, dont Patrick Kennedy. Robert Rauth et Rolf Mueller ont demandé à Patrick Kennedy de boucler la zone pendant qu’ils emmenaient le suspect au poste de police.

En quelques minutes, des voisins, des badauds, la presse, des pompiers, des policiers et des hommes portant des vêtements spéciaux et des masques à oxygène ont entouré la scène. Dans les heures qui suivent, dans un sombre cortège, des enquêteurs portant des masques à oxygène et des vêtements de protection sortent des boîtes et encore des boîtes de l’appartement. Que pourrait-il y avoir à l’intérieur ?

C’était la fin de l’histoire de l’un des tueurs en série les plus célèbres et les plus malades des États-Unis. En quelques heures, les policiers découvriront les détails d’une série de crimes qui choqueront le monde entier.

Le début de l’horreur

L’une des premières chaînes d’information de Milwaukee à arriver sur les lieux a été TMJ4. Ils ont effectué leurs premiers rapports et entretiens aux premières heures du matin du 22 juillet 1991. Vous trouverez ci-dessous deux transcriptions d’entretiens menés avec un officier de police et un résident des appartements Oxford.

Un des officiers de police présents sur les lieux.
Un des officiers de police présents sur les lieux.

Nous enquêtons sur un meurtre. Nous avons un suspect en détention et il est possible que ce suspect soit impliqué dans plusieurs homicides. Nous avons retiré plusieurs éléments de preuve de l’intérieur de l’appartement, y compris un baril contenant une substance inconnue , nous envisageons une tête pour le moment. Nous pensons que cet individu est impliqué dans plusieurs meurtres. Un individu a été arrêté par la police, et les agents se sont rendus à l’appartement. Les agents ont remarqué des objets douteux et ont arrêté le suspect.

 

Un des résidents des appartements d'Oxford.
Un des résidents des appartements d’Oxford.

Quand je me suis réveillé, je n’ai vu que la police à l’intérieur, et j’ai entendu des conversations avec un homme blanc. Je ne sais pas grand-chose sur lui. Je sais que c’est un célibataire, qu’il travaille tous les jours et qu’il est seul. Et la dernière chose que j’ai entendue, c’est que la police a ouvert son réfrigérateur et a trouvé un corps à l’intérieur. Il y avait une forte odeur, oui, je me suis même plaint de l’odeur au propriétaire. Son réfrigérateur s’est cassé une fois et le propriétaire l’a aidé à le nettoyer et maintenant il semble qu’il y avait un corps à l’intérieur, c’est terrible.

Le premier rapport, toujours aux premières heures du 22 juillet 1991, dit ceci :

Les policiers repartent avec des boîtes et encore des boîtes remplies de parties de corps, preuves de ce qui semble être un tueur en série psychopathe. Les autorités ont également retiré un baril bleu qui, selon elles, contient de l’acide. La police cherche à savoir exactement combien de victimes ont été tuées, et selon certaines sources, le nombre pourrait être supérieur à une douzaine. Les voisins ont déclaré que le résident de l’appartement 213 était étrange et qu’une forte odeur se dégageait de son appartement. Les policiers interrogent les personnes présentes dans l’immeuble et tout ce que l’on sait de lui pour l’instant est qu’il a 31 ans.

Une image qui a fait le tour du monde : deux experts portant des vêtements spéciaux et des masques à oxygène retirent un tonneau bleu qui, selon la police, contenait de l’acide et des parties de corps humains.

La police, les coroners, la presse, les parents des jeunes hommes disparus, la famille de l’accusé, la ville de Milwaukee et bientôt le monde entier tentent de comprendre ce qui s’est réellement passé dans l’appartement 213. L’horreur ne faisait que commencer.

La première information à ce sujet a été publiée dans le Milwaukee Sentinel le matin suivant la découverte et indiquait que la police enquêtait sur de possibles meurtres multiples survenus dans un appartement du 900e bloc de la 25e rue.

Anne E. Schwartz, la première journaliste sur les lieux, a décrit ce qu’elle a vu dans le livre The Man Who Could Not Kill Enough.

Anne E. Schwartz
Anne E. Schwartz

Au fond du placard, il y avait un pot en métal avec des mains et des pénis décomposés. Sur l’étagère du haut se trouvaient deux crânes, raconte Anne E. Schwartz dans son livre « The Man Who Could Not Kill Enough. » Dans le réfrigérateur, il y avait une boîte de bicarbonate de soude qui absorbait à peine la terrible odeur de la tête en décomposition. L’armoire contenait également des récipients d’alcool éthylique, de chloroforme et de formaldéhyde, ainsi que des bocaux en verre contenant des pénis conservés dans du formaldéhyde. Cinq crânes, apparemment grattés et nettoyés, étaient dans une boîte dans l’armoire. Deux autres crânes étaient cachés sur une étagère dans la même armoire. La police a trouvé cinq squelettes complets et les restes de six autres corps, dont trois avaient été plongés dans des produits chimiques à l’intérieur du baril bleu de la chambre. Des parties des corps étaient éparpillées dans l’appartement, notamment des os dans des boîtes en carton et des mains et pénis décomposés dans des bocaux en verre, conservés dans du chloroforme et du formaldéhyde. Trois tronçonneuses ont été trouvées dans l’appartement. Dans un congélateur blanc, trois têtes enveloppées dans des sacs en plastique ont été découvertes, ainsi que des poumons, des intestins, un rein, un foie et un cœur. Des photos prises à l’aide d’un appareil Polaroid montraient les différentes étapes de la mort des victimes. L’un d’eux montrait la tête d’un homme, la chair encore intacte, posée sur l’évier. Une autre photo montrait une victime avec une coupure allant du cou à l’aine, dépecée comme un animal de chasse après la mort. Les coupes étaient si nettes que l’on pouvait voir clairement les os pelviens. Certaines des photos ont été prises avant que les victimes ne soient tuées, dans diverses positions érotiques.

Un fait a attiré l’attention des policiers : il n’y avait aucune nourriture d’aucune sorte dans l’appartement 213, seulement des condiments.

L’effrayant carnage découvert dans l’appartement 213 en juillet 1991 rappelle les meurtres en série décrits dans le film lauréat de l’Oscar de la même année, Le silence des agneaux. Mais contrairement à la fiction, la scène découverte dans l’appartement 213 était réelle, et même si cette scène avait fait sursauter le plus froid et le plus expérimenté des policiers, ce qui allait suivre allait laisser tout le monde perplexe.

Le tueur en série

Au poste de police, les agents ont entamé un entretien marathon avec le tueur présumé. À ce moment-là, il avait déjà été identifié.

Il s’agit de Jeffrey Lionel Dahmer, 31 ans, ancien employé d’une usine de chocolat. Il a fait deux séjours à la police pour des accusations d’ivresse, d’attentat à la pudeur et de harcèlement sexuel sur un mineur.

Jeffrey Dahmer 1992
Jeffrey Dahmer 1992

La première personne à sonder les profondeurs de la dépravation de Jeffrey Dahmer est l’inspecteur Patrick Kennedy, un homme moustachu qui semble sortir du XIXe siècle. Les deux hommes sont restés ensemble dans une pièce sans fenêtre, assis sur des chaises séparées par une table pendant environ 15 heures.

Au début, Jeffrey Dahmer ne s’en cachait pas et se contentait de grommeler qu’il ne se serait pas fait prendre s’il n’avait pas autant bu. Le fait est que l’accusé avait clairement peur.

Détective Patrick Kennedy
Det Patrick Kennedy

Il avait un regard de terreur, un regard presque hystérique sur son visage. La première nuit de l’interrogatoire, il a peu à peu réalisé que le bout du chemin pour lui était arrivé, qu’il avait été pris… il transpirait beaucoup, il a pleuré plusieurs fois.

Après des heures, quand Dahmer est devenu plus calme, il a dit au détective :

  • Jeffrey Dahmer : « Vous ne voulez pas savoir ce que j’ai fait »
  • Patrick Kennedy : « Jeffrey, il n’y a rien que tu puisses me dire qui me fera avoir peur. »

 

Dahmer a ri, et a dit :

  • Jeffrey Dahmer : « Vous ne savez pas, vous ne savez pas ce que j’ai fait ! Quand je te dirai ce que j’ai à te dire, tu seras célèbre. »
  • Patrick Kennedy : « Oh, oui ! »

Et c’est là que Dahmer a commencé à parler de ses 13 ans de folie meurtrière. Sa façade s’effritait et il n’avait plus rien à perdre, décidant de tout révéler au grand jour. Les détails des crimes, la motivation et les moyens ont fait douter le détective des paroles de Dahmer. Tout était horrible, et Patrick Kennedy ne croyait pas qu’un homme puisse commettre ces actes, et il ne croyait pas nécessairement que cet homme calme et à la voix douce était responsable de tels actes. Mais les preuves trouvées dans son appartement ont corroboré sa déclaration.

Détective Patrick Kennedy
Détective Patrick Kennedy

Nous ne l’avons cru que lorsque nous avons obtenu sa permission de fouiller l’appartement. Nous avons trouvé des parties du corps, des mains, des pieds et des os dans différents tiroirs. Lorsque nous avons ouvert le baril qui était hermétiquement fermé, nous avons réalisé la gravité de la situation, a déclaré Patrick Kennedy.

Lorsque Dahmer a révélé l’ampleur de ses meurtres, qui dépassaient une décennie, Patrick Kennedy a fait appel à un inspecteur de police chevronné, Dennis Murphy, pour l’aider à interroger le tueur en série. Les deux détectives ont passé des jours à parler avec le tueur, essayant de déterminer exactement qui il avait tué et pourquoi. Et Dahmer a coopéré en tous points avec les détectives.

Dennis Murphy
Dennis Murphy

Cela s’est passé relativement vite. Je pense que nous avons eu une confession complète de tous les meurtres en quatre jours, en fait.Dahmer lui a rappelé un type qui a été pris en train de faire ″quelque chose de mal et qui était un peu embarrassé à ce sujet

Jeffrey Dahmer a passé les six semaines suivantes à détailler tous les détails horribles de ses 17 meurtres. Ce que Dahmer a dit aux détectives… est ce que vous allez lire ci-dessous.

Modus Operandi.

Il persuadait ses victimes, principalement des hommes noirs et homosexuels, dans des centres commerciaux, des arrêts de bus et des boîtes de nuit gay (où il rencontrait la plupart de ses victimes). Doué pour les mots et plutôt séduisant, Dahmer n’a eu que peu de difficultés à convaincre ses victimes de l’accompagner dans son appartement. Il invitait ses victimes dans son appartement pour boire et regarder des vidéos. Lorsque cette tactique ne fonctionnait pas, Dahmer leur proposait de l’argent pour qu’ils l’accompagnent afin qu’il puisse parler ou prendre des photos. Une fois dans l’appartement, Dahmer écrasait des pilules d’Halcion (un médicament indiqué dans le traitement à court terme de l’insomnie) dans des verres à boire et droguait les victimes. Une fois la victime inconsciente, Dahmer l’étranglait à mort avec ses mains ou une lanière de cuir. C’était le début de son « plaisir ». Contrairement aux autres tueurs en série, qui torturent et prennent plaisir à voir souffrir leurs victimes, pour Jeffrey Dahmer, le plaisir venait après la mort de sa victime.

Le Rituel

Son rituel était totalement macabre et malsain. Dahmer faisait l’amour avec le cadavre et se masturbait dessus. Avant de commencer son « nettoyage », Dahmer prenait son appareil Polaroïd et photographiait chaque étape du meurtre, afin de pouvoir se souvenir de la façon dont la victime avait été désossée. Il plaçait les corps dans diverses positions sexuelles qui lui procuraient du plaisir et les photographiait. Il ouvrait le thorax de la victime et enlevait organe par organe. Il avait une érection quand il sentait la chaleur des corps nouvellement ouverts, se masturbant même sur les viscères.

Il a même fait quelques expériences sur ses victimes alors qu’elles étaient encore en vie, en leur perçant la tête avec une perceuse et en leur injectant de l’acide et de l’eau chaude. Il a séparé la tête et le pénis, fait fondre la chair avec de l’acide. Il a utilisé différents types de produits chimiques et d’acides. La chair des victimes était réduite à une boue noire, qui était jetée dans les égouts ou dans les toilettes , mais la plupart des restes étaient conservés dans un tonneau bleu.

Le réfrigérateur du tueur en série Jeffrey Dahmer. Vous pouvez voir les organes humains emballés. Selon Dahmer, il les mangerait "plus tard".
Le réfrigérateur du tueur en série Jeffrey Dahmer. Vous pouvez voir les organes humains emballés. Selon Dahmer, il les mangerait « plus tard ».

Il tenait les têtes d’une main et de l’autre se masturbait en regardant la tête fraîchement coupée. Il dépouillait les têtes, les faisait cuire dans des pots. Chaque étape du processus a été photographiée en guise de souvenir. Les crânes des victimes étaient conservés comme trophées. Dahmer les a peintes en gris pour qu’elles aient l’air d’être en plastique (et ainsi ne pas éveiller les soupçons), les a placées sur une étagère et s’est masturbé devant elles.

Les pénis ont été conservés dans un verre avec du formaldéhyde. Les photos ont été conservées et Dahmer se masturbait en les regardant. Enfin, il mangeait le cœur, les tripes et les biceps. Pour en améliorer le goût, il l’a fait sauter avec des légumes, du sel, du poivre et de la sauce barbecue. Il a aussi bu du sang, mais il n’a pas aimé le goût. Certains organes étaient conservés dans des sacs en plastique afin que, comme Dahmer l’a avoué plus tard, il puisse « les manger plus tard ».

Deux crânes trouvés dans l'appartement de Dahmer.
Deux crânes trouvés dans l’appartement de Dahmer.
Les journaux de Milwaukee relatent les détails du plus grand crime de l'histoire de l'État du Wisconsin.
Les journaux de Milwaukee relatent les détails du plus grand crime de l’histoire de l’État du Wisconsin.

À ce moment-là, tous les États-Unis étaient au courant de l’affaire. Les crimes du tueur en série ont fait la une des principaux journaux du pays. Des reporters de dizaines de chaînes et de magazines se sont rendus à Milwaukee. Les grands magazines américains, comme Newsweek et People, ont envoyé des reporters dans la ville. L’affaire commençait à avoir un retentissement international et tout le monde, à ce moment-là, ne voulait savoir qu’une chose : à quoi ressemblait l’homme qui faisait fondre des gens avec de l’acide et qui avait une collection de crânes humains dans son appartement , à quoi ressemblait l’homme qui avait des têtes humaines dans son congélateur.

Et ils ont tous satisfait leur curiosité le 25 juillet 1991. Ce jour-là, Jeffrey Dahmer a fait sa première apparition publique après avoir été arrêté. Il a comparu au tribunal de Milwaukee pour être accusé de quatre meurtres.

Palais de justice de Milwaukee le 25 juillet 1991

Trois jours après avoir été arrêté et sept jours après avoir tué sa dernière victime, Joseph Bradehoft, 25 ans, Jeffrey Dahmer a fait sa première apparition publique dans le palais de justice de la ville. Des diffuseurs de diverses régions des États-Unis ont retransmis en direct son entrée dans la salle d’audience. Le même jour, plusieurs de ses victimes ont été identifiées.

Jeffrey Dahmer
Jeffrey Dahmer

Jeffrey Dahmer est apparu vêtu d’un T-shirt blanc à rayures bleues. L’image de cet homme grand, blond, beau et apparemment inoffensif a fait le tour du monde. Notez la réplique du journaliste pendant la vidéo ci-dessous.

Il y a Jeffrey Dahmer… écoutons-le… un homme accusé… soupçonné d’au moins 17 meurtres, les crimes les plus incompréhensibles… les plus terribles qu’une personne puisse imaginer.

La vidéo montre l’avocat de Dahmer, Gerald Boyle, disant que Dahmer sera représenté par lui et le juge disant à Dahmer qu’il est accusé de quatre meurtres et qu’il pourrait être condamné à la prison à vie pour chacun d’eux. Le juge fixe sa caution à 1 million de dollars.

Jeffrey Lionel Dahmer, 31 ans, lors de sa première comparution publique, le 25 juillet 1991, trois jours après son arrestation.
Jeffrey Lionel Dahmer, 31 ans, lors de sa première comparution publique, le 25 juillet 1991, trois jours après son arrestation.

Jeffrey Dahmer lors de sa première comparution publique, Jeff entend le juge dire qu’il pourrait être condamné à la prison à vie pour chacun des crimes qu’il a commis.

Je comprends, votre honneur, dit-il au juge.

Jeffrey Lionel Dahmer, Vie et mort

Lonnel , Joyce et Jeffrey
Lonnel , Joyce et Jeffrey

Tous les tueurs en série n’ont pas été battus ou agressés sexuellement dans leur enfance. Jeffrey Dahmer a eu une famille normale et a vécu une bonne enfance, mais il est devenu l’un des tueurs sexuels les plus notoires du XXe siècle. Dans son livre autobiographique, A Father’s History, Lionel Dahmer, le père de Jeffrey Dahmer, a cherché des réponses qui pourraient expliquer le comportement anormal de son fils. Lionel, qui se décrit comme un « penseur analytique », estime que l’hystérie de la mère de Jeffrey et sa maladie psychosomatique pendant la grossesse sont responsables du comportement malsain du fils du couple.

Lionel décrit sa femme, Joyce Dahmer, comme ayant eu une grossesse difficile, marquée par des vomissements, comme si son corps était malade de ce qui germe , un rejet biologique. Pendant la grossesse de Jeffrey, Joyce a développé une étrange rigidité :

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Parfois, ses jambes se raidissaient fortement, et tout son corps commençait à se raidir et à trembler. Sa mâchoire se déplaçait vers la droite avec une rigidité effrayante. Pendant ces étranges convulsions, ses yeux se rétractaient comme ceux d’un animal effrayé, il se mettait à saliver, à écumer littéralement la bouche, raconte Lionel Dahmer dans le livre.

Dans le livre, Lionel va jusqu’à dire que sa femme était un « cadavre sur le point d’accoucher ». Il se décrit comme un homme isolé dans son travail. Pendant qu’il se plongeait dans ses recherches scientifiques (Lionel est titulaire d’un doctorat en chimie), sa femme Joyce menait une guerre biologique avec sa grossesse en utilisant des médicaments. Comme nous le verrons plus tard, le couple se sépare et les blessures de cette relation semblent s’être incrustées en Lionel, qui se plaint de sa femme dans le livre.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Pourquoi était-elle si énervée tout le temps ?

Qu’est-ce qu’elle trouvait si terrible ?

Puis, après une longue route de douleur, mon fils est né.

Jeffrey Lionel Dahmer est né à West Allis, Milwaukee, le 21 mai 1960. La première fois que Lionel a vu son fils, c’était dans une boîte en plastique. Pour lui, le carnage découvert dans l’appartement de Jeffrey en 1991 trouve son origine dans le ventre drogué de sa mère.

Le couple Lionel et Joyce Dahmer et leur premier enfant : Jeffrey Dahmer.
Le couple Lionel et Joyce Dahmer et leur premier enfant : Jeffrey Dahmer.

Le petit Jeffrey Dahmer et ses parents, Lionel et Joyce. Selon Lionel Dahmer, le comportement malsain du fils a pris naissance pendant la grossesse de sa femme. Joyce a eu une grossesse problématique et a pris beaucoup de drogues (médicaments).

Lionel Dahmer et son fils, Jeffrey Dahmer.

S’il accuse son ex-femme d’être la seule biologiquement responsable du comportement malsain de Jeffrey, il admet lui-même que certains de ses gènes peuvent également avoir influencé son fils. Enfant, Lionel était fasciné par le feu et a même créé quelques bombes.

Enfant, un chemin sombre a été creusé dans mon cerveau, dit Lionel.

Le petit Jeffrey, quant à lui, était fasciné par les os d’animaux, ce que son père considérait comme une curiosité d’enfant normale, mais qui, après la découverte des meurtres, s’est avéré être l’une des premières indications que Jeffrey pouvait souffrir d’un trouble.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Une fois, j’ai senti une odeur horrible provenant du sous-sol, et en vérifiant, j’ai vu un tas de petits os d’animaux. Jeff semblait excité par le son que faisaient les petits os dans sa petite main. Aujourd’hui, je ne peux pas voir ça comme un truc d’enfant. Il me vient à l’esprit et tout devient plus clair, j’ai le sentiment qu’une force sombre, ombrageuse et mal intentionnée grandissait à l’intérieur de mon fils.

Jeff était souriant et enjoué, il aimait ses lapins en peluche et déplaçait toujours des morceaux de bois dans la maison. Il avait également un chien appelé Frisky, son animal de compagnie bien-aimé que lui avait donné son père.

Jeffrey et Frisky
Jeffrey et Frisky

Malgré un grand nombre d’infections de l’oreille et de la gorge, Jeff a grandi très heureux. Son père se souvient d’une occasion où ils ont pris soin d’un oiseau malade et l’ont relâché dans la nature.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

J’ai pris le petit oiseau avec mes mains et je l’ai lâché dans les airs. Nous avons tous ressenti un immense plaisir. Les yeux de Jeff étaient grands ouverts, brillants. C’était probablement le moment le plus heureux, et le plus unique, de sa vie.

À l’âge de 6 ans, Jeffrey Dahmer a eu un problème de double hernie et a dû se faire opérer. Après cet épisode, il n’a jamais semblé retrouver son enthousiasme et son dynamisme.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Il avait très mal, je me souviens qu’il a demandé à Joyce si les médecins lui avaient coupé le pénis, se rappela Lionel Dahmer.

Lionel pense que cette expérience de Jeffrey (un enfant qui, dans son fantasme, croyait que les médecins lui avaient enlevé son pénis) l’a profondément affecté. Et parallèlement à ce fait, Jeffrey a commencé à changer.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Cet obscurcissement étrange et subtil a commencé à apparaître presque physiquement. Ses cheveux, qui étaient clairs, sont devenus foncés, tout comme l’ombre profonde de ses yeux. Il semblait plus petit, en quelque sorte plus vulnérable. Plus que tout, il semblait se replier sur lui-même, s’asseyant en silence pendant de longues périodes, il n’était plus agité, son visage était étrangement immobile.

À cette époque, la famille vivait dans l’Iowa. Lionel poursuivait son doctorat en chimie à l’université d’État de l’Iowa. En 1966, Lionel a terminé son doctorat et a trouvé un emploi de chimiste de recherche à Akron, dans l’Ohio. Joyce était enceinte du deuxième enfant du couple, David.

Le petit Jeffrey Dahmer tient son frère nouveau-né, David Dahmer.
Le petit Jeffrey Dahmer tient son frère nouveau-né, David Dahmer.

Lionel Dahmer pensait que le comportement de son fils pourrait s’améliorer s’il se sentait important et stimulé au sein du foyer familial. Lionel et sa femme ont ensuite laissé Jeffrey choisir le nom de son petit frère, et Jeff a choisi le nom de David.

Mais à mesure que le petit Jeff grandissait, son comportement semblait empirer.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Jeff a commencé à souffrir d’un quasi-isolement… une peur étrange avait commencé à s’insinuer dans sa personnalité, une crainte des autres qui se combinait à sa faible estime de soi généralisée. Il développait un rejet du changement, un besoin de se sentir en sécurité dans des endroits familiers. L’idée d’aller à l’école le faisait paniquer. Le petit garçon qui semblait autrefois heureux et sûr de lui avait été remplacé par une personne différente, profondément timide, distante, presque inexpressive.

Lionel soupçonnait que le déménagement de l’Iowa à l’Ohio était la cause du comportement de Jeff, un comportement qui, pour lui, était normal car il avait été arraché à un environnement familier et amené dans un endroit totalement nouveau. Lionel lui-même se voyait dans son fils. Enfant, Lionel était extrêmement timide, introverti et peu sûr de lui. En grandissant et avec le temps, il a appris à gérer ces problèmes. Il a imaginé que Jeff apprendrait aussi à surmonter ses problèmes. Jeff est devenu un garçon timide qui a peur des autres, tout comme son père l’avait été.

En avril 1967, la famille a acheté une nouvelle maison. Jeff a semblé mieux s’adapter à sa nouvelle maison et a développé une grande amitié avec un voisin appelé Lee. Il aimait aussi un professeur de biologie qui lui avait donné un récipient de têtards à manipuler en classe. Quelques jours plus tard, le petit Jeff a découvert que la maîtresse avait donné les têtards à son ami Lee. Jeff s’est introduit dans le garage de son voisin et a tué les têtards avec de l’huile de moteur. Il avait 7 ans.

Jeffrey Dahmer vers l'âge de 8 ans.
Jeffrey Dahmer vers l’âge de 8 ans.

 

Jeffrey Dahmer et son ami d'enfance Lee. Photo prise lors de la fête d'Halloween de 1967. Tous deux sont vêtus de costumes représentant le diable. Crédit image : livre "L'histoire d'un père".
Jeffrey Dahmer et son ami d’enfance Lee. Photo prise lors de la fête d’Halloween de 1967. Tous deux sont vêtus de costumes représentant le diable. Crédit image : livre « L’histoire d’un père ».

Mais le comportement de Jeff va encore empirer au stade le plus compliqué de l’être humain : l’adolescence.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Sa posture et sa façon de se comporter ont radicalement changé entre 10 et 15 ans. Il est devenu encore plus introverti, devenant rigide et inflexible.Jeff est devenu passif et isolé. Il semblait tendu, son corps est devenu très droit. Il est devenu de plus en plus timide pendant cette période. Il était terrifié par les relations et ne voulait pas parler aux gens. Il restait de plus en plus à la maison, seul dans sa chambre ou assis devant la télévision. Son visage était pâle, il ressemblait à une personne qui n’avait aucun but dans la vie ,un légume.Ses conversations se limitaient à répondre aux questions qui lui étaient posées, et encore, de manière monosyllabique. Il était à la dérive dans un monde de cauchemar et de fantasmes inimaginables. Au cours des années suivantes, ces fantasmes ont commencé à le submerger complètement.

Adolescence

Jeffrey Dahmer sur une photo d'album du lycée de Revere.
Jeffrey Dahmer sur une photo d’album du lycée de Revere.

Jeff a fait ses études secondaires au lycée Revere, dans la ville voisine de Richfield. Là-bas, Dahmer a joué au tennis et à la clarinette. Il était considéré comme un jeune homme brillant, mais ne s’intéressait pas à ses études, et était connu pour son comportement étrange et enjoué. Les farces de Dahmer étaient une tentative de sa part de s’intégrer dans un monde auquel il n’appartenait pas.

John Backderf
John Backderf

Il avait un sens de l’humour bizarre. Je ne me rappelle pas avoir eu une conversation normale avec lui. Il ne cessait d’imiter les bruits de moutons et simulait souvent des crises d’épilepsie dans les couloirs du collège. Parfois, il criait sans raison apparente, a déclaré son ancien camarade de classe, John Backderf. Dahmer a développé une marche rituelle pour monter dans le bus scolaire : quatre pas en avant, deux pas en arrière, quatre pas en avant et un pas en arrière. Il n’a jamais cessé de faire son rituel. Tout le monde se moquait de ce drôle d’intello à lunettes.

John Backderf, camarade de classe de Jeff au lycée Revere, a publié une bande dessinée intéressante dans laquelle il raconte comment c’était d’être un camarade de classe du tueur en série.

Tout le monde me demandait :

Tu étais le camarade de classe de Dahmer ? Le tueur en série ? J’ai donc décidé d’écrire sur cette époque.

John Backderf est l’un des dessinateurs alternatifs les plus célèbres des États-Unis. Il s’est fait connaître après avoir publié la bande dessinée The City, qui paraît désormais régulièrement dans plus de 50 hebdomadaires américains. Il a été élu l’une des personnes les plus intéressantes de 2011 par le magazine Cleveland. Mon ami Dahmer est un projet de bande dessinée qui a débuté en 1994.

mon ami Dahmer
mon ami Dahmer

Sa première histoire est parue en 1997. Il a ensuite publié le projet sous la forme d’un roman de 100 pages de dessins, mais n’a pas trouvé d’éditeur. Il a ensuite publié My Friend Dahmer dans une édition réduite de 24 pages en 2002. Mon ami Dahmer dépeint l’amitié à l’adolescence entre l’auteur et le tueur en série Jeffrey Dahmer, à l’époque où ils fréquentaient tous deux le lycée de Revere. Dans ce roman, John Backderf ne disculpe pas Dahmer de ses crimes, mais le présente comme un adolescent plutôt sympathique, tourmenté par ses démons intérieurs et négligé par les adultes de sa vie. Le récit évoque son isolement, sa consommation excessive d’alcool, son comportement bizarre pour attirer l’attention et sa fascination morbide pour les délits de fuite.

Le caricaturiste John Backderf, qui utilise le pseudonyme Derf dans ses œuvres.

John Backderf
John Backderf

J’ai rencontré Dahmer en septième année… c’était un moins que rien… un de ces enfants qui deviennent des invalides timides lorsqu’ils entrent dans la première phase de l’adolescence. Enfant, Dahmer était une victime constante de l’intimidation. Un nerd maigrichon portant des lunettes était une proie facile pour les prédateurs de la cour de récréation. Cela n’a fait qu’empirer au fil du temps. Mais chaque école a des enfants qui ne s’intègrent pas. Je ne me souviens pas avoir entendu sa voix lorsque nous étions à l’école primaire, mais lorsqu’il est entré au collège… Au lycée, il a commencé à avoir des troubles de l’élocution, à faire des mimes et des mouvements spasmodiques, à imiter des personnes atteintes de paralysie cérébrale. Ça semble malade maintenant, mais on pensait que c’était hilarant. Moi et quelques amis le poussions à faire ça… et il obtenait toute l’attention. C’était la première fois qu’il se faisait remarquer au lycée. On a même formé un fan club, le Dahmer Fan Club. J’étais le président !

 

Mike Kukral
Mike Kukral

Une autre fois, il a collecté de l’argent pour que nous puissions assister à un spectacle dans un centre commercial. Nous sommes arrivés et il y avait une femme qui distribuait des échantillons de graines de tournesol et Jeff en a pris une, puis une autre, puis une autre, puis une autre, puis une autre et tout à coup il a paniqué : ‘Je suis allergique, je suis allergique !’ Et il a quitté l’endroit en courant.Une fois, nous avons entendu quelqu’un courir et crier dans le couloir et c’était Jeff, en plein milieu de la journée, qui courait et criait avec ses bras en l’air : « Ouragan, ouragan, tout le monde se cache !.

Jeffrey Dahmer au lycée de Revere en 1978. La photo ne laisse pas mentir les camarades de classe de Dahmer. Il semble faire une de ses imitations. Crédit image : Mon ami Dahmer.
Jeffrey Dahmer au lycée de Revere en 1978. La photo ne laisse pas mentir les camarades de classe de Dahmer. Il semble faire une de ses imitations. Crédit image : Mon ami Dahmer.

Une fois, la classe de Jeff a fait un voyage dans la capitale des États-Unis, Washington. Et c’est là que Jeff a eu une idée surréaliste : rencontrer le vice-président des États-Unis, Walter Mondale.

[Marty Schmidt, camarade de classe de Jeffrey Dahmer]
Marty Schmidt, camarade de classe de Jeffrey Dahmer
Jeff a dit : « J’ai une idée, allons-y ». On a tous ri et on a dit : « OK Jeff, le vice-président, raconte-en une autre ».Jeff a décroché le téléphone et a appelé le bureau du vice-président des États-Unis. »Il nous a expliqué que nous étions des lycéens de l’Ohio, que nous travaillions pour le journal de l’école et qu’il souhaitait parler à quelqu’un du bureau de la vice-présidence », raconte Marty Schmidt dans un documentaire de Biography Channel sur Dahmer. Et Jeff l’a fait. Lui et ses collègues ont été invités à visiter le bâtiment de la vice-présidence américaine et, qui plus est, ils ont rencontré le vice-président américain.

 

Mike Kukral
Mike Kukral

Il était très poli avec les adultes, habillé très joliment. Très, mais très respectueux des professeurs. Il répondait toujours de manière respectueuse :  » oui, monsieur « ,  » non, monsieur « . Souvent, il était félicité pour son travail en classe, d’autres fois, il disparaissait de la pièce et ne montrait aucun intérêt », raconte Mike Kukral dans le documentaire.

Malgré son comportement drôle et accrocheur, un côté sombre commence à apparaître. Jeffrey Dahmer a commencé à boire à un très jeune âge, buvant souvent plusieurs bières avant d’aller à l’école.

John Backderf
John Backderf

À l’époque, je pensais que cela pouvait s’expliquer comme un comportement typique d’adolescent, mais je trouvais quand même cela étrange. Chaque matin avant l’école, il buvait un pack entier de six bières, avalant pratiquement les canettes les unes après les autres. Il avait 15 ans, et je sentais que c’était différent. (John Backderf)

 

[Marty Schmidt, camarade de classe de Jeffrey Dahmer]
Marty Schmidt
Il était environ 8h du matin et nous étions en cours d’histoire. J’étais assis à côté de lui. Il tenait une bouteille de whisky. Je me souviens lui avoir demandé : « Jeff, qu’est-ce que c’est ? » Il a penché la tête en arrière, a fait un geste et a répondu : « C’est mon médicament ».

 

Jeffrey Dahmer
Jeffrey Dahmer

Les choses ont commencé vers mes 14, 15 ans. Ça a commencé par des pensées obsessionnelles sur la violence, le sexe et la mort. Et à partir de ce moment-là, les choses ont commencé à s’aggraver de plus en plus… Je ne voulais en parler à personne, c’est resté en moi. – Jeffrey Dahmer.

Jeffrey savait que quelque chose n’allait pas. Ses pensées de mort, de violence et de sexe le traumatisent et l’incitent à trouver une échappatoire : la boisson. Il buvait pour faire fuir ces horribles pensées qui explosaient dans sa tête, et à l’âge de 15 ans, il était alcoolique.

« Il titubait dans les couloirs en tombant ivre mort, ce comportement l’a fait rejeter les quelques amis qu’il avait encore. » [John Backendorf]

C’est à cette époque que Jeff a commencé à pratiquer un passe-temps particulier : collecter les animaux morts dans la région. Il ramassait les carcasses, les ramenait chez lui, les disséquait et dissolvait la viande avec de l’acide afin de pouvoir étudier leurs os. Son père lui avait donné un kit d’initiation aux produits chimiques, qu’il utilisait dans ses expériences sur les animaux morts.

Il avait même un cimetière privé. En 1975, un voisin nommé Kim Klippel, âgé de 16 ans, se promenait dans les bois derrière la maison des Dahmer, une ferme, lorsqu’il est tombé sur la carcasse d’un chien mutilé. La tête a été collée sur un pieu à côté d’une croix en bois. Le corps totalement dépouillé et éviscéré a été cloué à un arbre voisin. Un autre voisin a également découvert son cimetière.

Il avait un petit cimetière avec des animaux enterrés là. Il y avait des crânes placés au sommet de petites croix. Il avait une vraie collection de squelettes.[Eric Tyson, le voisin de Jeff].

La résidence où Jeffrey Dahmer a grandi à Bath, Ohio.
La résidence où Jeffrey Dahmer a grandi à Bath, Ohio.

C’était la première manifestation d’une obsession qui allait devenir compulsive : l’obsession de la mort et des cadavres.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Les morts, dans leur immobilité, allaient devenir les premiers objets de son désir sexuel grandissant. Son incapacité à parler de telles pensées le séparait de toute forme de connexion avec le monde qui tournait en dehors de lui. Il devait se voir comme une personne totalement en dehors de la communauté humaine, en dehors de tout ce qui pouvait être considéré comme normal et acceptable, en dehors de tout ce qui pouvait être considéré comme humain.

[Lionel Dahmer]

Au lycée, ses conversations sur les délits de fuite, la torture et la mort ont amené ses camarades de classe à soupçonner qu’il était peut-être impliqué dans l’occultisme.

Que peut-on attendre d’un adolescent qui nourrit des fantasmes de sexe et de mort dans son esprit ? Que pouvaient faire les parents ? Cela serait certainement considéré comme une maladie mentale et il serait certainement traité. Mais les fantasmes cruels de Jeff sont restés avec lui-même. Il ne voulait pas s’ouvrir et l’erreur des parents a été de penser que tout allait bien, que ce comportement introverti n’était que le résultat d’un adolescent timide, et qu’en plus, l’adolescence est la phase la plus compliquée de l’être humain. Mais nous ne pouvons pas crucifier les parents. Quelle personne saine d’esprit penserait que son adolescent voudrait avoir des relations sexuelles avec un cadavre ? Les cas comme celui de Jeff sont rares, la plupart des adolescents grandissent introvertis et/ou rebelles, mais cela passe avec l’âge adulte.

 

Le Dr James Fox, doyen du College of Criminal Justice de la Northeastern University de Boston et expert en tueurs en série, déclare :

Mike Kukral
Mike Kukral

Il n’y a rien qui puisse être fait pour prédire cela à l’avance, aussi bizarre que soit leur comportement. Depuis Sigmund Freud, nous accusons les parents de tout ce que les enfants font de mal. Les coupables ne sont pas leurs parents, ni leur famille, ni la police. C’est Dahmer.Il n’a pas parlé et s’est retrouvé de plus en plus isolé et au secret.Personne ne savait ce qui lui passait par la tête, il ne voulait s’ouvrir à personne. Il n’avait pas d’amis proches et pas de vie sociale.

 

John Backderf
John Backderf

Imaginez… aucun ami, aucun lien réel avec les gens, incapable d’avoir une conversation normale… il avait les yeux de quelqu’un de mort… il était totalement seul.

[John Backderf]

Loin d’être un adolescent rebelle, il ne s’est jamais disputé avec ses parents pour la simple raison que rien dans la vie ne semblait avoir d’importance pour lui. Jeffrey Dahmer n’a jamais eu de petite amie, mais il a eu la compagnie d’une fille au bal de promo.

Jeffrey Dahmer (18 ans) et Bridget Geiger (17 ans).
Jeffrey Dahmer (18 ans) et Bridget Geiger (17 ans).

Il est certain que Jeff Dahmer n’était pas le rêve des filles de la classe pour le bal de la promotion 1978 du lycée Revere. Mais malgré son comportement étrange, il a trouvé une cavalière pour le bal, Bridget Geiger. Cependant, elle n’a accepté d’être la cavalière de Jeff qu’après qu’il ait promis de ne pas agir bizarrement et de ne pas se soûler.

Bridget se souvient de Dahmer comme d’un garçon extrêmement timide mais très poli.

Il ne m’a jamais dit deux mots, pas même un baiser de bonne nuit.

Au bal, Jeff a évité la traditionnelle veste de soirée. Comme on peut le voir sur la photo, il portait un pantalon foncé, un gilet et une cravate papillon de style western. Eh bien, la nuit du bal de promo…

Jeff a disparu de la cérémonie pendant environ une heure et est revenu complètement ivre, ce qui a amené les organisateurs de la fête à le stopper à l’entrée. Jeff, Bridget et un autre couple ont fini la nuit dans un pub voisin.

Il semble qu’ils aient entretenu une amitié plus profonde, ou du moins que Jeff ait essayé, puisqu’il l’a invitée chez lui pour une session religieuse. Après cela, Jeff a disparu et elle n’a plus eu de nouvelles de lui jusqu’au 22 juillet 1991.

Lionel Dahmer et son fils Jeffrey Dahmer (18 ans) en 1978 lors de sa remise de diplôme au lycée de Revere. 14 jours après cette photo, Jeffrey Dahmer commettait son premier meurtre.
Lionel Dahmer et son fils Jeffrey Dahmer (18 ans) en 1978 lors de sa remise de diplôme au lycée de Revere. 14 jours après cette photo, Jeffrey Dahmer commettait son premier meurtre.

La séparation d’avec ses parents

Pour approfondir encore les démons intérieurs de Jeff, il a dû faire face à la séparation inamicale de ses parents, Joyce et Lionel. Le couple se disputait la garde de leur plus jeune fils, David Dahmer, qui avait 12 ans à l’époque. Jeff Dahmer s’est senti abandonné par ses deux parents. Lionel Dahmer a quitté la maison quand Jeff était encore au lycée de Revere.

Après la séparation, Joyce est retournée dans l’État du Wisconsin avec David. Pour une raison difficile à comprendre et inconnue à ce jour, Jeffrey Dahmer a été laissé seul par sa mère dans la maison familiale de Bath, Ohio.

Il est resté seul dans la maison, sans argent, sans nourriture et avec un réfrigérateur en panne. Cet abandon l’a vraiment affecté, a déclaré Shari, qui a épousé Lionel Dahmer après leur divorce en 1978.

Quelques jours après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Jeffrey Dahmer a été abandonné par sa mère. C’était la première fois qu’il était seul dans sa vie , il avait 18 ans. Alors que ses camarades de classe se préoccupaient de leur carrière, de leur entrée à l’université et de leurs projets d’avenir, Jeffrey Dahmer s’inquiétait d’autres choses.

Steven Hicks, 19 ans, Assassiné en juin 1978, la folie commence.

On n’oublie jamais le premier, a dit Jeffrey Dahmer au détective Dennis Murphy en 1991.

Jeff avait 18 ans, et comme tout adolescent de son âge, il avait des fantasmes sexuels. Mais les fantasmes de Jeff s’écartaient du comportement habituel , il fantasmait sur le meurtre et la dissection de son partenaire sexuel. Son séjour seul dans la maison familiale lui a donné l’occasion de mettre ces fantasmes en pratique.

Steven Hicks
Steven Hicks

Seul, Jeffrey Dahmer a pu se plonger tête baissée dans son plus grand amusement de l’époque : la chasse aux animaux morts. En juin 1978, après avoir bu une caisse de bière, il part à la recherche d’animaux en détresse sur une route de l’Ohio et tombe sur un routard faisant du stop. C’était Steven Hicks, 19 ans. Jeff a proposé au routard de le conduire et l’a invité chez lui pour parler et boire de la bière.

Hicks est resté à la maison pendant quelques heures, ils ont parlé, bu de la bière et fumé de la marijuana dans la chambre de Jeff. Il était clair pour Jeff que le séduisant routard n’était pas gay. Hicks a décidé de partir, mais Jeffrey Dahmer ne pouvait pas supporter l’idée d’être à nouveau abandonné. Hicks était assis dans le lit quand Dahmer lui a fracassé la tête avec une barre de fer. Il a agonisé et Dahmer l’a étranglé à mort.

« Je ne savais pas comment faire autrement pour qu’il reste là », a déclaré Dahmer lors d’un entretien avec Robert Ressler, l’agent du FBI qui a inventé le terme « serial killer », en 1993.

C’est à ce moment-là que Dahmer a découvert qu’il était excité par le pouvoir qu’il exerçait sur un autre être humain, tout comme il l’était en disséquant les animaux morts qu’il trouvait sur la route. Le lendemain matin, il est allé dans un magasin et a acheté un couteau de chasse. Il a emmené le corps de Steven Hicks au sous-sol et l’a découpé. Il a d’abord coupé les bras et les jambes, puis s’est masturbé sur les morceaux.

Jeff était plongé dans ses fantasmes morbides, mais il était assez sain d’esprit pour comprendre qu’il avait commis un crime. Il devrait se débarrasser des morceaux de Steven Hicks. Il a gardé le corps démembré dans la cave toute la journée et, à l’aube, il a mis les parties du corps dans des sacs poubelles et est parti sur la route à la recherche d’un endroit où les jeter. C’est alors que la police l’a arrêté.

L’une des caractéristiques les plus courantes des personnes atteintes de psychopathie apparaît ici : la capacité illimitée de mentir et de faire croire à ce mensonge. Les policiers l’ont arrêté parce qu’il conduisait sur le mauvais côté de la route. Il a passé le test de conduite en état d’ivresse, mais les flics ont remarqué une torche et des sacs poubelles dégageant une forte odeur sur la banquette arrière. Ils lui ont demandé ce qu’il faisait à cette heure sur la route et ce qu’il y avait dans les sacs et Jeff a utilisé sa ruse pour tromper les officiers. Jeff a dit qu’il était totalement secoué par la séparation de ses parents et qu’il ne pouvait pas dormir, et qu’il se débarrassait de certains objets personnels qui lui rappelaient de mauvais souvenirs de sa vie. Il était convaincant.

Jeff est rentré chez lui, et a remis les sacs contenant les restes de Steven Hicks dans la cave. Avant de monter dans la maison, il s’est masturbé sur les sacs. Le lendemain matin, il a enterré les sacs dans les bois derrière sa maison. La tête et le couteau ont été jetés dans la rivière.

Comme dans diverses tribus et civilisations au cours de l’histoire, où les adolescents passent par des cérémonies de passage de l’enfance à l’âge adulte, nous pouvons dire que ce jour a été la cérémonie de passage de Dahmer. Ce jour-là, un disséqueur de corps d’animaux est mort et un tueur nécrophile est né. L’ayant fait une fois sans conséquences majeures et avec un résultat sexuel agréable, il était clair qu’il le ferait à nouveau. Mais ce n’était pas tout à fait comme ça.

En août 1978, Lionel Dahmer rend visite à sa famille et trouve Jeff seul.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Je lui ai demandé :
Où est ta mère ?Où est David ?
Et il a dit :
Ils sont partis ».
Alors j’ai dit :
Quoi ? Qu’est-ce que tu veux dire ?
Il a dit :
Ils sont partis.

Lionel est retourné vivre dans la maison avec son fils. Alors que Lionel essaie de pousser Jeff à trouver un emploi, le jeune homme ne pense qu’à une chose : boire. Jeff passait ses journées à boire et à s’enivrer. Après avoir découvert le problème de son fils, Lionel l’a amené à fréquenter un groupe d’alcooliques anonymes et l’a même emmené voir des psychologues, mais rien de tout cela n’a pu guérir la violence et la terreur que son premier meurtre a provoquées dans son esprit. Seul l’alcool semblait lui apporter un certain réconfort.

Je buvais pour oublier ce que j’avais fait. J’étais triste quand je me suis rappelé ce que j’avais fait.

[Jeffrey Dahmer]
Jeffrey Dahmer allongé sur un lit, complètement ivre.
Jeffrey Dahmer allongé sur un lit, complètement ivre.

Jeff s’enfonce de plus en plus dans l’alcool, ce qui l’empêche de trouver un emploi et fait réfléchir son père à une alternative : l’université. À cette époque, Lionel est déjà marié à sa deuxième femme, Shari. Ils ont convaincu Jeff d’entrer à l’université d’État de l’Ohio. Il a également donné son sang pour de l’argent, et avec l’argent il a acheté d’autres boissons. Il a bu pendant les trois mois qu’il a passés à l’université. Il est ensuite retourné à la maison de son père.

Son père a tout fait pour corriger son fils. Il l’a fait participer à un groupe d’alcooliques anonymes, l’a inscrit à l’université, en vain.

Jeff, les portes se ferment, a dit Lionel.

Fatigué du manque d’attitude de son fils, Lionel lui pose un ultimatum : il doit trouver un emploi ou s’engager dans l’armée. Jeff a refusé de travailler et a continué à boire tout le temps. Son père l’emmène alors contre son gré au bureau d’enrôlement militaire et le fait entrer dans l’armée en janvier 1979. Lionel pensait que la discipline dans l’armée donnerait une nouvelle direction à la vie de son fils.

À San Antonio, au Texas, il a suivi une formation médicale, ce qui le rendait heureux car il apprenait beaucoup sur l’anatomie humaine. Pour la première fois de sa vie, il semblait excité par ce qu’il faisait. Après six mois dans l’armée, son apparence s’est améliorée, sa peau est devenue plus rouge et son corps plus fort. Le garçon timide et reclus sortait maintenant et souriait même.

Jeff a connu un changement notable en six mois dans l’armée. Son comportement a changé, il est devenu plus extraverti et souriait fréquemment.

Mais ce changement de comportement était temporaire. Il est retourné dans les ténèbres lorsqu’il a été appelé sous les drapeaux pour servir à Baumholder, en Allemagne de l’Ouest. Là, une fois de plus, il s’est remis à boire. Son comportement est solitaire mais tranquille, sauf pendant ses beuveries, où il devient lunatique et défie ses supérieurs. Allongé dans son lit, ses écouteurs explosaient presque au son de Black Sabbath et d’autres groupes de heavy metal. Parfois, il s’évanouissait à cause de l’alcool.

Fatigués de ses ivresses et de son tapage, ses supérieurs le licencient en 1981. Il est rentré aux États-Unis sur un vol à destination de Miami. Sans prévenir ses parents de son retour, il a commencé à travailler dans un restaurant et a vécu dans un motel. L’argent était rare, il dépensait en boissons et dormait même sur les plages de Miami.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Une nuit, il nous a appelés, il était terrifié et a dit qu’il était à Miami et avait besoin d’argent. J’ai dit que je ne lui enverrais pas d’argent mais un billet d’avion pour qu’il rentre à la maison. Nous nous sommes rencontrés à l’aéroport de Cleveland. Il avait un sourire sur le visage.

[Lionel Dahmer]

Tout au long de l’année 1981, Lionel a essayé d’aider Jeff avec sa dépendance à l’alcool. La lutte est donc encore plus acharnée lorsque Jeff est arrêté à Bath, dans l’Ohio, le 21 juin 1981.

Jeffrey Dahmer a été arrêté à Bath, Ohio, le 21 juin 1981. Il a été arrêté dans un motel et accusé de conduite désordonnée, d’ivresse publique et de résistance à l’arrestation. On pouvait voir à l’expression du visage de Dahmer qu’il en avait vraiment assez.

Cette arrestation a été le début de nombreuses autres pour Jeff, et dans celle-ci, comme dans les autres, il y avait son père Lionel qui payait les avocats et veillait à ce que son fils soit sur la bonne voie. La vie de Lionel Dahmer sera une montagne russe à partir de maintenant. Il a exhorté son fils à suivre un traitement et a croisé les doigts pour que tout s’arrange. Il était loin de se douter que le problème de Jeff n’était pas l’alcool.

Après son arrestation en 1981, Lionel décide que Jeff doit aller vivre avec Catherine Dahmer (la mère de Lionel et la grand-mère de Jeff) à West Allis, Milwaukee. C’est là que Jeff a vécu pendant les six années suivantes, semblant trouver une certaine stabilité, s’efforçant de redresser sa vie. Il a arrêté de boire et a même trouvé un emploi à Milwaukee Blood Plasma Inc. et plus tard dans une usine de chocolat appelée Ambrosia.

Mais l’apparente tranquillité de la vie de Jeff ne durera pas longtemps.

David Dahmer, Lionel Dahmer et Jeffrey Dahmer. Photo prise en 1982.
David Dahmer, Lionel Dahmer et Jeffrey Dahmer. Photo prise en 1982.

En 1982, il a acheté un pistolet 357 Magnum pour s’entraîner au tir , son père l’a découvert et a disparu avec l’arme. Jeff est à nouveau arrêté le 8 août 1982 après avoir baissé son pantalon pour un groupe de personnes dans une foire de Milwaukee. Il a reçu une amende de 50 dollars pour cela.

Pendant les quatre années suivantes, Jeff a réussi à maintenir sa vie en place. En 1983, il a trouvé un emploi à la chocolaterie Ambrosia, où il était magasinier et gagnait 9 dollars de l’heure. Il a commencé à aller à l’église avec sa grand-mère et à fréquenter les librairies. À l’église, le prêche du prêtre contre l’homosexualité a eu une influence terrible sur l’esprit de Jeff. Lui, homosexuel refoulé, n’acceptait pas le fait qu’il était attiré par des personnes du même sexe et cela s’est encore compliqué lorsqu’un prêtre (un homme considéré par Jeff comme quelqu’un qui parle au nom de Dieu) a déclaré que Dieu était contre et n’acceptait pas que des personnes du même sexe puissent avoir une relation. Le fait qu’il aille aux messes lui a fait plus de mal que de bien.

Avec chaque jour et chaque semaine qui passait dans sa vie, ses pensées sur la violence, la mort, le sexe et le meurtre empiraient, il ne pouvait pas les faire disparaître. Comme il ne s’ouvrait à personne, ces fantasmes, dans un esprit psychopathe non traité, avaient tendance à devenir de plus en plus terribles.

Plus précisément, ses fantasmes sexuels profonds se limitaient à un seul désir : une personne suffisamment soumise pour satisfaire ses besoins sexuels sans qu’il ait à rendre la pareille. En d’autres termes, Jeff ne voulait que se satisfaire lui-même. Une fois, il lisait dans une librairie quand il a reçu une note. C’était un homme offrant ses services sexuels. Jeff a refusé, mais cette note a été un autre point clé dans sa vie. À partir de cette note, il a décidé de laisser de côté ses convictions religieuses et intérieures et de commencer à mettre en pratique son fantasme d’avoir une relation avec quelqu’un.

Il a ensuite commencé par un partenaire sexuel soumis parfait : un mannequin. Il a volé un mannequin dans un magasin, l’a gardé dans le sous-sol de la maison de sa grand-mère et s’est masturbé dessus. Avec le mannequin, Jeff a pu mettre en pratique son contrôle total sur « quelqu’un ». Mais son plaisir a pris fin lorsque sa grand-mère a découvert la poupée et a insisté pour que Jeff la jette.

En 1986, il est à nouveau arrêté pour s’être masturbé devant deux garçons de 12 ans près de la rivière Kinnickinnic à Milwaukee. Le rapport du juge dit :

Le client a un comportement sexuel, émotionnel, alcoolique et financier problématique.

Il a été placé en probation pour un an.

Sa tourmente intérieure continuait d’éclater à la surface. Quand il a perdu son mannequin, il a décidé qu’il était temps d’extérioriser ces désirs forts et réprimés. Il a commencé à explorer le monde souterrain gay de Milwaukee à la recherche de vrais partenaires.

Au Club 219, il s’est fait des amis, et l’un d’entre eux était un pasteur luthérien, avec qui Jeff a parlé ouvertement.

Il parlait ouvertement du fait qu’il ne pouvait pas être gay, qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas chez lui.

Intérieurement, Jeff n’acceptait pas le fait qu’il ressentait une attirance pour le même sexe. À l’un des agents qui le surveillaient pendant sa période de probation, Jeff a déclaré qu’il pensait à se suicider, affirmant que ce n’était « qu’une question de temps ».

Cependant, au lieu de se tuer, Jeff a dirigé sa frustration intérieure vers l’extérieur. Il est tout à fait possible que, dans son esprit malade, il ait commencé à tuer des homosexuels pour se punir.

Jeff Dahmer tue à nouveau après 9 ans,Milwaukee, 1987

Dans la chocolaterie où il travaillait, Dahmer s’est fait quelques amis, mais ne les fréquentait pas après le travail. Sa vie consistait à travailler pendant la semaine et à fréquenter les boîtes de nuit et les saunas gays à la recherche de partenaires sexuels le week-end. Il n’était jamais le partenaire passif, toujours le partenaire actif. Deux fois, il a été le partenaire passif et n’a pas aimé ça. C’est à cette époque qu’il a commencé à éprouver une fascination morbide pour les films d’horreur comme Vendredi 13, L’Heure des cauchemars, L’Exorciste et Star Wars Episode VI : Le retour du Jedi. Ces films auront un impact majeur sur l’esprit troublé de Jeff.

Au cours de l’été 1987, Jeff a rejoint le Club Milwaukee, un lieu de rencontre gay populaire à Walker’s Point. Il payait une cotisation mensuelle qui lui donnait droit à six mois de présence. La maison comptait plus de 100 membres à l’époque, qui se réunissaient dans la salle de musculation, la salle de télévision, le sauna ou les douches, où ils pouvaient discuter, avoir des relations sexuelles ou se rendre dans l’une des 38 chambres privées du lieu. Selon Bradley Babush, le directeur de la maison à l’époque, Jeff louait une chambre pour sept dollars, où il offrait des boissons à ses compagnons.

Dahmer a commencé à droguer ses partenaires, leur donnant des boissons avec des somnifères. Il a commencé à utiliser ces pilules parce que certains hommes voulaient être le partenaire actif, faire une pénétration anale sur lui, et il ne voulait pas le faire. C’était le moyen de les éloigner de ses désirs.

Park Dietz
Park Dietz

Son activité préférée était ce qu’il appelait le sexe léger, qui consistait à s’embrasser, se toucher, s’enlacer. Des échanges de caresses qui étaient courants entre adultes et qu’il fantasmait avec ses victimes. Il décrit la difficulté de trouver des partenaires qui ne demandent que cela. La plupart des hommes voulaient plus que ça, la plupart voulaient faire l’amour eux-mêmes, le sexe anal avec lui. Et il n’aimait pas le sexe anal. Il a fait quelques expériences et a découvert qu’il ne voulait pas rester dans cette position. Les partenaires ont également dû s’absenter et n’ont pas passé le temps qu’il aurait voulu qu’ils passent, en pratiquant ces activités décrites comme du sexe léger. Il voulait juste faire ces activités de baiser, d’étreindre, de toucher, de se masturber. Dans le but de trouver un moyen de garder une personne pour cela, il a commencé à droguer ses victimes. »

[Park Dietz, psychiatre légiste qui a interrogé Dahmer et témoigné à son procès en 1992].

Jeff mélangeait jusqu’à cinq somnifères dans leurs boissons, ce qui provoquait l’inconscience des hommes pendant huit heures. Quand elles étaient inconscientes, il commençait son rituel de satisfaction sexuelle. Il posa son oreille sur la poitrine des hommes et ressentit du plaisir à écouter les battements de leur cœur, la chaleur que leurs corps exhalaient. Ça lui a donné une érection. Il a touché les corps des hommes, s’est souvenu de ses cours d’anatomie à l’armée et a imaginé ce que cela ferait de voir l’estomac, les poumons et les autres organes du corps. Il embrassait, touchait, s’allongeait et étreignait son partenaire inconscient. Dahmer passait des heures avec son partenaire et se masturbait même trois fois pendant cette période. Quand la victime était endormie, Jeff pouvait exercer un contrôle total et faire ce qu’il voulait. Il n’aurait pas à divertir la personne et pourrait quitter la pièce à tout moment.

Le moral de Dahmer dans la maison a commencé à être ébranlé lorsque cinq hommes qui avaient été avec lui se sont plaints des heures plus tard qu’ils se sentaient mal. Lorsque l’un des occupants de la maison, un homme du canton de Madison, a trébuché et s’est effondré en quittant la maison, Bradley Babush a mis Dahmer à la porte.

Je lui ai parlé des règles de la maison, c’est vrai. Il y avait d’autres endroits, a déclaré Bradley dans un reportage pour le magazine People en 1992.

Ces autres endroits étaient les boîtes de nuit gay de Walker’s Point. Ces boîtes de nuit seront le terrain de jeu de Jeff pendant les quatre prochaines années.

Le 15 septembre 1987, Jeff se rend au Club 219, où il rencontre un beau jeune homme du nom de Steven Tuomi, âgé de 24 ans.

Steven Tuomi. Ses restes n'ont jamais été retrouvés. Crédit : Biography Channel.
Steven Tuomi. Ses restes n’ont jamais été retrouvés. Crédit : Biography Channel.

Après quelques verres, les deux hommes sont allés passer la nuit ensemble dans une chambre de l’hôtel Ambassador à Avenues West.

Détective Dennis Murphy
Détective Dennis Murphy

Ils se sont rencontrés au Club 219, M. Dahmer l’a invité à passer la nuit ensemble. M. Tuomi est d’accord. M. Dahmer ne se souvient pas s’il lui a proposé de l’argent ou non. Ils sont entrés dans la chambre et ont eu ce que M. Dahmer appelle du sexe léger, s’embrassant et se masturbant mutuellement en même temps. Après une heure ou deux, M. Dahmer a fait boire M. Tuomi et lui a préparé des somnifères. M. Tuomi a bu et dormi. M. Dahmer a bu son verre et a fini par s’endormir. M. Dahmer se souvient que lorsqu’il s’est réveillé, M. Tuomi était allongé et visiblement blessé. Il s’est rendu compte que M. Tuomi était clairement mort, qu’il y avait du sang qui coulait de sa bouche, que sa poitrine était meurtrie et que certains os étaient cassés.

(Détective Dennis Murphy, dans son témoignage au procès de Jeffrey Dahmer en 1992).

Jeffrey Dahmer
Jeffrey Dahmer

J’ai mis des somnifères dans son verre. Il a été assommé. Je voulais passer la nuit avec lui. Et la prochaine chose dont je me souviens, c’est de m’être réveillée le matin et de le voir allongé à l’autre bout du lit. Ses bras et ses seins étaient meurtris, du sang coulait de sa bouche. Je ne me souvenais de rien du tout. J’étais complètement sous le choc. Je ne pouvais pas croire que c’était encore arrivé après toutes ces années. Je ne sais pas ce qui me passait par la tête. Je ne me souviens pas. J’essaie de me souvenir, mais je ne me souviens de rien.

[Jeffrey Dahmer]

Il est probable que Jeff soit entré dans une sorte de transe et ait tué Steven. Le tuer a fait remonter de sombres souvenirs d’il y a 9 ans, quand il a assassiné un autre Steven. Malgré le choc initial, Jeff était maintenant assez sain d’esprit pour comprendre ce qu’il avait fait. Il a mis le corps de Steven Tuomi dans la penderie de l’hôtel et est allé dans un centre commercial. Il a acheté la plus grande valise qu’il a pu trouver, a mis le corps dans la valise et a attendu toute la journée dans la chambre d’hôtel. Le lendemain, à 1 heure du matin, il a appelé un taxi qui l’a conduit à la maison où il vivait, celle de sa grand-mère à West Allis. Il a emmené la valise au sous-sol et y a laissé le corps pendant neuf jours. Un jour particulier, sa grand-mère ne dormait pas à la pension, il a alors sorti le corps de la valise et s’est masturbé dessus. Il a démembré le corps de Steven Tuomi et jeté les morceaux à la poubelle.

Après neuf ans, Jeff Dahmer a recommencé à tuer. Bien que la mort de Steven Tuomi lui ait causé un traumatisme initial, il ne pouvait plus lutter contre ses pensées obsessionnelles sur la mort. Il a décidé qu’après cette mort, il n’essaierait plus de contrôler ses désirs mortels. A partir de septembre 1987, la vie de Jeff est devenue une quête incessante de satisfaction sexuelle. Bien qu’il ait tué Steven Hicks et Steven Tuomi, il n’était pas encore un tueur en série. Jeff était en fait un nécrophile, un psychopathe et un sadique maniaque qui cherchait sa satisfaction sexuelle à tout prix, fréquentant principalement les saunas gays. Mais plus maintenant , le 5 septembre 1987 a vu naître un tueur en série mortel, le plus célèbre de ces 30 dernières années. Et ne pensez pas qu’il est l’un de ceux que vous voyez dans les séries télévisées comme CSI et Law & Order et que vous pensez qu’ils sont mauvais et tordus.

Park Dietz
Park Dietz

Cette expérience a entraîné deux changements dans sa vie. La première est qu’il a réalisé combien il était compliqué de transporter des corps depuis une chambre d’hôtel, ce qui l’a poussé à ne plus fréquenter les chambres d’hôtel. La seconde est que dans le sous-sol de la maison de sa grand-mère, il a réalisé qu’il avait toute l’intimité dont il avait besoin. L’autre chose qu’il m’a dit, c’est qu’après ça, il ne pouvait plus se contrôler. Il a déclaré : « Après cet incident, il semblait que je n’avais aucun moyen de résister à l’envie et à la compulsion qui me poussaient à le faire. C’est là que j’ai commencé à sortir dans les boîtes de nuit à la recherche d’autres personnes. J’ai demandé : « Que voulez-vous dire quand vous dites qu’il n’y avait aucun moyen ? » Il a répondu : « Je ne sais pas, c’est difficile à décrire. J’ai eu l’impression que ce moment de frapper une personne et de la contrôler était si fort et si significatif qu’il a échappé à mon contrôle. »

[Park Dietz]

James Doxtator, 16 janvier 1988

James "Jamie" Doxtator
James « Jamie » Doxtator

Deux mois plus tard, le 16 janvier 1988, il a croisé James Doxtator, 14 ans, à un arrêt de bus alors qu’il sortait d’une de ses soirées à Walker’s Point. Il a remarqué que le gamin avait bu et lui a proposé 50 dollars pour passer la nuit avec lui. James a accepté et ils ont pris un bus pour West Allis. Quand la grand-mère de Dahmer dormait, James lui faisait une fellation. Jeff l’a ensuite drogué et étranglé et a emmené son corps dans le sous-sol de la maison.

Avec James Doxtator, Jeff a pu mettre en pratique ses fantasmes les plus terribles. Il a gardé le corps pendant une semaine dans la cave pour pouvoir faire l’amour quand il le voulait. Il s’est masturbé plusieurs fois sur le corps. Lorsque le corps a commencé à se décomposer, Dahmer l’a découpé en quatre et a retiré la chair des os à l’acide. Il a brisé les os avec une masse, les a mis dans des sacs poubelles et les a placés dans la benne à ordures de la maison de sa grand-mère.

La maison de la grand-mère de Jeffrey Dahmer à West Allis, Milwaukee.
La maison de la grand-mère de Jeffrey Dahmer à West Allis, Milwaukee.

Bobby Duane Simpson, 27 ans, Février 1988

Un mois plus tard, c’était le tour de Bobby, tu te souviens de lui ? Bobby était l’un des rares à avoir échappé à Dahmer.

En février 1988, Dahmer a rencontré Bobby au Phoenix. Ils ont entamé une conversation et Dahmer l’a invité chez lui. Ils ont pris le bus pour West Allis. Ils sont entrés dans la maison et Dahmer a chuchoté à Bobby que sa grand-mère était endormie.

« On s’est embrassé une fois », a dit Bobby à People Magazine en 1992.

Dahmer est allé dans la cuisine et a fait un café irlandais pour eux deux. Bobby a pris deux gorgées et s’est évanoui. Il s’est réveillé dans le sous-sol de la maison, groggy et confus. Dahmer était nu, debout au-dessus de lui. Il a réussi à s’échapper et à s’enfuir. En le retournant dans la boîte de nuit quelques jours plus tard, un homme assis à côté de lui a dit :

« Il t’a drogué aussi ? ».

Richard Guerrero, 23 ans, 24 mars 1988

Richard Guerrero, 23 ans, n’a pas eu cette chance. Un mois après que Bobby ait réussi à s’échapper, Jeff a fait une autre victime. En mars 1988, il se rend au Club 219, où il rencontre un beau jeune homme d’origine mexicaine, Richard Guerrero.

Richard Guerrero
Richard Guerrero

Richard s’est laissé séduire par le « nécessiteux » Dahmer et a accepté son invitation à se rendre chez lui. Là, il a connu le même sort que James Doxtator. Richard a fait une fellation à Dahmer, a été drogué et étranglé. Dahmer a démembré son corps et jeté les morceaux à la poubelle. Richard Guerrero, 23 ans a été tué par Dahmer le 24 mars 1988. Lorsque Dahmer a été arrêté en 1991 et a avoué le meurtre de Richard, sa famille a remis en question le fait que Richard n’était pas gay.

Ronald Flowers,Avril 1988

Quelques semaines après avoir dépecé Richard Guerrero, Jeff Dahmer a attiré une autre proie dans son abattoir privé. Ronald Flowers, vous vous souvenez de lui ? Le type qui a eu sa voiture accidentée à Walker’s Point et qui a reçu une offre d’aide de Jeff.

Ronald Flowers Jr
Ronald Flowers Jr

Il me regardait dans les yeux, mais quand je regardais dans les siens, il détournait le regard. On aurait dit qu’il ne voulait pas avoir de contact visuel, a déclaré Ronald Flowers, qui était un témoin à charge lors du procès de Dahmer en 1992.

Comme vous le savez, Dahmer a proposé à Ronald de l’aider, et Ronald a accepté de se rendre dans la maison où Dahmer vivait avec sa grand-mère. Là, Dahmer a offert une tasse de café à Ronald.

Pour la première fois, il m’a regardé dans les yeux, a dit Ronald en décrivant Dahmer qui le regardait boire le café.

Ronald s’est réveillé à l’hôpital. Il a tenté de porter plainte contre Dahmer mais n’a pas donné suite car les analyses de laboratoire n’ont révélé aucune trace de drogue dans son corps. L’Halcion, le somnifère que Dahmer utilisait pour droguer ses victimes, se dissipe rapidement dans le corps, ne laissant aucune trace.

Mais pourquoi Dahmer ne l’a pas tué ?

Cette réponse a été donnée au détective Dennis Murphy en 1991.

Je ne l’ai pas tué parce que ma grand-mère nous a vus ensemble.

[Jeffrey Dahmer]

 

Ronald Flowers Jr
Ronald Flowers Jr

Je ne sais pas quelle heure il était, je sais qu’il était tard, environ onze heures du soir. Je suis sorti d’une boîte de nuit et j’ai marché jusqu’à ma voiture. J’ai essayé de la démarrer, mais ça ne marchait pas. J’ai continué à essayer et à essayer. Il s’est présenté et m’a proposé de me conduire chez lui pour récupérer sa voiture et de revenir pour remorquer la mienne. Quand nous sommes arrivés, j’ai dit que j’allais attendre dehors et il a dit : « Non, j’insiste pour que vous entriez ». Cela ne prendra qu’une minute. Il m’a offert un verre. La prochaine chose dont je me souviens, c’est de m’être demandé pourquoi il me regardait comme ça. Avant il ne voulait pas me regarder dans les yeux et maintenant il me fixait. Je sais que j’ai pris un café rapide parce que je voulais vraiment sortir de là. Je me souviens avoir été extrêmement confus, puis je me suis évanoui. Mon souvenir suivant était à l’hôpital. J’ai perdu tout l’argent de mon portefeuille, j’ai perdu un bracelet qui était à mon bras droit. »

[Ronald Douglas Flowers Jr, dans son témoignage au procès de Jeffrey Dahmer en 1992].

 

Park Dietz
Park Dietz

M. Dahmer m’a dit qu’il avait drogué l’homme [Ronald Flowers] et l’avait emmené au sous-sol. Le matin, l’homme s’est réveillé après que M. Dahmer ait eu des rapports sexuels légers avec lui. M. Dahmer lui a donné 8 $ et l’a vu monter dans un bus. M. Dahmer a dit que l’homme a été fortement drogué et a apparemment repris conscience dans un hôpital. Je lui ai demandé s’il pensait pouvoir être attrapé pour cet incident et il a répondu que non, car il ne l’avait pas blessé. J’ai dit : « Mais tu l’as drogué et tu as pris son argent, non ? » Il a répondu : « C’est vrai, mais je pensais qu’il penserait qu’il avait perdu son argent après avoir bu ».

[Park Dietz, psychiatre]

Bobby et Ronald se sont échappés au moment exact où Dahmer mettait en place son escalade de meurtres. Trois hommes ont été tués dans le sous-sol de la maison de sa grand-mère en peu de temps, d’autres se sont échappés, et combien d’autres ont probablement décliné à la demande de Dahmer dans des boîtes de nuit ou dans la rue…..

1988 est l’année où Jeffrey Dahmer a complètement perdu le contrôle de lui-même (s’il avait le moindre contrôle). À 18 ans, il a commis son premier meurtre et, d’une manière ou d’une autre, il a réussi à tenir bon et à combattre son besoin intérieur de tuer des gens pendant neuf longues années. Mais à 27 ans, il a recommencé à tuer. Il dit ne pas se rappeler comment il a tué Steven Tuomi à l’hôtel Ambassador fin 1987, mais ce meurtre a été le point de départ, l’étincelle dont cet esprit dérangé avait besoin pour faire tourner le moteur à plein régime. À partir de ce crime, il a décidé de rendre « sa vie imaginaire plus puissante que sa vie réelle« .

La boucherie de Jeff se trouvait dans le sous-sol de la maison de sa grand-mère, et il est vraiment étonnant de penser qu’il a tué trois personnes (et fait ce qu’il a fait avec les corps) dans le sous-sol de la maison sans que personne dans la famille ne soulève le moindre soupçon. Le fait que Jeff vive uniquement avec sa grand-mère, une femme âgée, a contribué à son succès. Mais le fait est que le comportement étrange de son petit-fils et l’odeur de pourriture provenant de la cave ont commencé à déranger la vieille femme. Elle a commencé à se plaindre à son propre petit-fils, puis à son fils, Lionel, le père de Jeffrey.

J’aime utiliser l’acide pour dépecer les animaux morts, a déclaré Jeff à sa belle-mère Shari Dahmer à l’époque, lorsque Lionel et Shari ont parlé à Dahmer.

Si, d’une part, la grand-mère de Dahmer n’avait aucune idée de ce qui se passait dans le sous-sol de sa maison, d’autre part, elle était parfaitement consciente du bruit et de l’alcool que Jeffrey faisait avec ses « amis ». Il faut faire quelque chose. Fatiguée de son petit-fils, elle lui a demandé de déménager ailleurs.

Le 25 septembre 1988, Jeffrey emménage donc dans un appartement au 808 North 24th Street dans Avenues West, à Milwaukee. Maintenant il était seul dans sa propre maison pour faire ce qu’il voulait. Ce serait l’environnement idéal pour qu’il continue sa folie meurtrière, non ?

Faux !

Un jour après avoir emménagé dans sa nouvelle maison, Jeffrey Dahmer a mal tourné, mais très mal tourné.

L'adresse : 24e rue nord, numéro 808 dans Avenues West, Milwaukee. Jeffrey Dahmer a loué un appartement dans cet immeuble après avoir quitté la maison de sa grand-mère après 6 ans, mais son séjour dans sa nouvelle maison n'a même pas duré un jour. Crédit photo : Google Street View.
L’adresse : 24e rue nord, numéro 808 dans Avenues West, Milwaukee. Jeffrey Dahmer a loué un appartement dans cet immeuble après avoir quitté la maison de sa grand-mère après 6 ans, mais son séjour dans sa nouvelle maison n’a même pas duré un jour. Crédit photo : Google Street View.

La famille Sinthasomphone

Konerak Sinthasomphone
Konerak Sinthasomphone

Sinthasomphone est un nom familier pour vous, non ? Pour ceux qui l’ont oublié, Konerak Sinthasomphone est le jeune Asiatique qui s’est battu pour sa vie dans la nuit du 27 mai 1991. Il fuyait le tueur en série Jeffrey Dahmer, qui l’avait drogué dans son appartement. La fin de l’histoire, vous la connaissez déjà : il a été rendu par la police à Dahmer, qui l’a tué la même nuit. Mais la relation de Dahmer avec le Sinthasomphone remonte à 1988, et c’est une histoire typique qui semble n’arriver que dans les films, mais pour le Sinthasomphone Dahmer est un homme qui est loin de la fiction.

Les Sinthasomphone étaient des immigrants du Laos, un petit pays d’Asie situé en Indochine et limitrophe de la Chine, du Vietnam, du Myanmar, de la Thaïlande et du Cambodge. Ils sont arrivés à Milwaukee en 1979, attirés par l’espoir d’une vie meilleure en Amérique. Dans les années 1970, la ville de Milwaukee est devenue le point d’arrivée des immigrants de ce pays, et plusieurs des amis et parents de Sinthasomphone y vivaient déjà, ce qui a contribué à les inciter à s’y rendre pour refaire leur vie.

La famille a quitté le Laos en mars 1979 en raison des menaces communistes de lui retirer sa ferme de riz dans un village proche de la capitale du pays.

Les communistes ont essayé de lui voler ses terres, c’est pourquoi il a fui. Ils ont également essayé de l’arrêter, les communistes ont dit qu’il avait fait quelque chose de mal, mais il n’a rien fait de mal », a déclaré Kongpheth Vongphasouk, marié à Thaeone Sinthasomphone, fille aînée du patriarche de la famille Sinthasomphone, dans un rapport publié par le New York Times le 31 juillet 1991. « La Thaïlande a offert un refuge aux Laotiens et aux Cambodgiens qui fuyaient des régimes répressifs. La Thaïlande étant de l’autre côté du Mékong, M. Sinthasomphone a construit un canoë et a envoyé toute sa famille sur le fleuve à l’aube, les petits enfants étant drogués avec des somnifères pour qu’ils ne pleurent pas et n’attirent pas l’attention des soldats qui patrouillent sur le fleuve.

Quelques jours plus tard, le patriarche de la famille, Sounthone Sinthasomphone, a traversé le Mékong à la nage et a retrouvé le reste de sa famille dans un camp de réfugiés, où ils ont vécu pendant un an. Au camp, la famille a pris contact avec des représentants de programmes américains visant à reloger les familles fuyant les guerres. Avec l’aide du programme et le soutien de l’archidiocèse catholique de Milwaukee, la famille s’est installée dans la ville en 1980.

Les Sinthasomphone ont eu du mal à s’adapter à leur nouvelle maison ; une autre culture, une autre langue, cela a eu un impact considérable. Les enfants de la famille ont eu moins de problèmes, se sont très bien adaptés et ont appris à parler couramment l’anglais (les enfants sont toujours plus intelligents !). Les aînés de la famille ont trouvé des emplois de soudeurs, d’opérateurs de machines et de travailleurs sur les chaînes de montage.

La vie [de leurs parents] ici n’a pas été facile, mais ils ont senti que l’Amérique offrait plus d’opportunités et une meilleure qualité de vie que ce qu’ils avaient, a déclaré Anouke Sinthasomphone, âgé de 27 ans à l’époque, et l’un des frères de Konerak Sinthasomphone.

Les vies souffrantes (dans des directions opposées) de Sinthasomphone et du tueur en série Jeffrey Dahmer se sont croisées pour la première fois le 26 septembre 1988. Un jour après avoir emménagé dans son appartement, Jeffrey Dahmer a offert 50 dollars à un jeune garçon d’origine asiatique de 14 ans qu’il avait vu marcher dans la rue pour qu’il pose dans des photos pour lui. Le garçon asiatique a fait confiance à cet homme normal, apparemment inoffensif, et a accepté l’offre. Qui était le garçon asiatique ?

Son nom n’a pas été divulgué (car il était mineur à l’époque), mais il s’agissait d’un Sinthasomphone, plus précisément d’un frère aîné de Konerak Sinthasomphone, qui sera tué par Dahmer trois ans plus tard. La foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit, n’est-ce pas ? Il le fait, et si vous ne le savez pas, il tombe bien d’autres fois.

Dahmer a convaincu Sinthasomphone de se déshabiller partiellement, a pris deux photos avec son appareil Polaroid, a embrassé son ventre et a touché son pénis. Il a mis de l’halcion dans une boisson pour le garçon, qui a bu mais n’a pas dormi. La drogue n’a eu aucun effet et le garçon a quitté l’endroit aussi vite qu’il le pouvait sans que Dahmer ne l’arrête ou ne le blesse. En rentrant chez elle, la famille Sinthasomphone a compris que quelque chose n’allait pas et a emmené le garçon à l’hôpital. Là, il a été confirmé qu’il avait été drogué. L’intervention rapide des parents du garçon a été cruciale pour que les tests de laboratoire prouvent qu’il avait été drogué. Contrairement à Ronald Flowers, qui avait été drogué par Dahmer la nuit précédente et n’a été testé à l’hôpital que plusieurs heures plus tard, les tests sur le Sinthasomphone ont été effectués presque au même moment où il a été drogué, de sorte qu’ils ont pu prouver le fait.

Deux jours plus tard, la police a arrêté Dahmer à la chocolaterie Ambrosia. Il a été arrêté pour exploitation sexuelle d’un enfant ou, en termes plus modernes, pour pédophilie.

Dahmer n’est plus un exhibitionniste ivre qui baisse son pantalon dans la rue. Il a maintenant été arrêté pour pédophilie et son destin pourrait être bien pire que de payer une misérable amende de 50 dollars. Sans compter qu’il serait enfermé au moins jusqu’à ce que le juge décide s’il peut attendre son procès en liberté. Les violeurs et les pédophiles ne sont pas très bien vus par les autres détenus à l’intérieur de la prison, non ?

Pour la première fois de sa vie, le père de Jeffrey Dahmer a vu que les efforts qu’il avait déployés toute sa vie avaient été vains. Il a réalisé que son fils était totalement hors de contrôle.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Mon fils semblait vouloir devenir ce menteur, cet alcoolique, ce voleur, cet exhibitionniste, cet agresseur d’enfants. Je ne pouvais pas imaginer comment il était devenu cette âme en ruine… Pour la première fois, j’ai senti que mes efforts et mes ressources ne suffiraient pas à sauver mon fils. Il y avait quelque chose qui manquait à Jeff… Nous l’appelions sa conscience, qui était morte ou qui n’avait peut-être jamais existé.

[Lionel Dahmer]

Dahmer a plaidé non coupable lors d’une audience préliminaire et a été libéré avec une caution de 2 500 dollars en espèces. Il retourne vivre chez sa grand-mère à West Allis et en janvier 1989, sur les conseils de son avocat, Jeff plaide coupable et le procès est fixé à mai 1989. Mais Jeff ne peut retenir ses pulsions et, une fois libre, il retourne à la vie nocturne animée de Walker’s Point et c’est là qu’un mois avant son procès, il rencontre sa cinquième victime.

Anthony Sears, 26 ans, 25 mars 1989, La Cage

La victime, cette fois, était Anthony Sears, 26 ans. Dahmer a complimenté le corps de l’homme noir athlétique à La Cage et il a succombé à l’attrait du bel homme blond. Anthony était en compagnie de deux autres amis. Jeff et les trois hommes ont quitté la boîte de nuit ensemble et un ami d’Anthony les a déposés à West Allis.

Anthony Lee Sears
Anthony Lee Sears

Avec Anthony Sears, Dahmer va initier un rituel macabre ancré dans ses fantasmes les plus malsains. Dahmer a dépecé le corps, a retiré la chair des os à l’acide et a fait bouillir la tête de la victime jusqu’à ce que la chair du crâne se détache. Il a enlevé la peau et peint son trophée en gris. Il a également retiré le pénis. Mais où ranger ses trophées ? La maison de sa grand-mère étant trop dangereuse, il a entreposé ses souvenirs dans son armoire privée dans la chocolaterie Ambrosia. Vous pensez que c’est un malade ? Vous n’avez encore rien vu!!!

 

Anthony Sears, 26 ans. La cinquième victime de Jeffrey Dahmer et la troisième et dernière à être tuée dans la maison de Catherine Dahmer, sa grand-mère. Avec Anthony, Jeff commençait un rituel qui, à chaque meurtre, devenait plus complexe et aberrant. Ayant déjà tué 4 autres personnes sans éveiller de soupçons, Jeff avait maintenant décidé que ses victimes resteraient avec lui pour toujours. Anthony Sears a été la première de ses victimes dont Jeff a conservé le crâne et le pénis comme trophées. Le crâne d’Anthony sera retrouvé le 22 juillet 1991 dans l’appartement de Dahmer.

Jeffrey Connor.

Jeffrey Connors
Jeffrey Connor

Je le connaissais [Anthony Sears] depuis environ trois ans. Ce samedi-là, nous sommes allés ensemble à La Cage, une boîte de nuit gay à Milwaukee. Nous sommes allés dans ma voiture. Je l’ai rencontré [Jeff Dahmer] à l’heure de la fermeture. Quand le club a fermé, nous sommes sortis, moi-même, Anthony, Jeffrey Dahmer et un autre de nos amis [nommé Bob]. On est monté dans ma voiture, Jeffrey Dahmer et Anthony se sont assis sur le siège arrière. Nous les avons déposés tous les deux à West Allis… bien sûr, je savais que les deux feraient quelque chose [passer la nuit ensemble]. Anthony et moi avons convenu que je viendrais le chercher le lendemain matin, mais il n’a pas appelé et je ne l’ai jamais revu.

[Jeffrey Connor, ami d’Anthony Sears, lors de son témoignage au procès de Jeffrey Dahmer en 1992].

Park Dietz pendant le procès de Jeffrey Dahmer.

Park Dietz
Park Dietz

Il a dit qu’il le trouvait très attirant. Il l’a tué et a gardé le crâne. C’est à cette époque qu’il a formulé un plan pour construire un Temple de la Mort. Il a dessiné un schéma sur son idée de construction du temple et le schéma montrait 10 crânes sur une table noire, de l’encens brûlant de chaque côté, deux squelettes entiers qui seraient montés à côté de la table noire. Des lampes bleues seraient placées au-dessus de la table, et au milieu, une image de Satan. Une chaise noire serait placée face au temple pour qu’il puisse s’asseoir et admirer sa collection, comme un maître. Selon lui, avec cela, il serait capable de devenir une force spirituelle très puissante.

[Park Dietz]

C’est vrai. Il ne suffisait pas de tuer et d’écarteler. Il voulait maintenant atteindre un autre niveau. Sa satisfaction était de garder le contrôle sur les gens. Pourquoi ne pas créer un temple, afin que lui, le Maître, puisse exercer une sorte de contrôle sur tous ces gens qu’il a tués ? Un temple pour qu’il puisse admirer et commander ses sujets, s’asseoir sur une chaise et se masturber devant eux ?

Voir ci-dessous le schéma réalisé par Dahmer et présenté par le psychiatre lors de son procès en 1992.

Le diagramme du sanctuaire de la mort de Jeff Dahmer
Le diagramme du sanctuaire de la mort de Jeff Dahmer

Dahmer a dessiné en détail le sanctuaire qu’il allait construire. Au centre, une grande table noire, sur laquelle se trouvent 10 crânes humains, 5 de chaque côté de la table. Aux extrémités de la table noire, de l’encens brûlait. Sur le côté de la table, les hommes dessinés font référence à des squelettes entiers qui seraient peints (squelettes peints). Au-dessus de la table, 4 grands globes avec des lumières bleues. Au-dessus, on remarque l’image de Satan (visage dessiné avec des cornes). Devant la table, Dahmer prévoyait de placer une chaise noire, afin qu’il (le Maître) puisse s’asseoir et admirer son œuvre.Derrière le Sanctuaire, Dahmer a pensé à mettre des rideaux bleus. En vedette, la chaise noire du « Maître ». Dahmer pouvait s’y asseoir, admirer et donner des ordres à ses sujets.

Mais pour que ce plan fonctionne, il devait continuer à tuer. Son autel macabre est devenu son seul projet de vie, sa seule ambition. La mort était plus importante que la vie pour Jeffrey Dahmer.

Le procès de Jeff Dahmer pour exploitation d’enfants, 23 mai 1989

Le 23 mai 1989, l’avocat de Dahmer, Gerald Boyle, et le procureur, Gale Shelton, ont présenté leurs arguments au juge William Gardner. Le procureur voulait une peine d’au moins cinq ans de prison pour Dahmer.

Gerald Boyle
Gerald Boyle

Dans mon jugement, il est absolument clair que le pronostic de traitement de M. Dahmer au sein de la communauté est extrêmement sombre… Sa perception de ce qu’il a fait de mal est qu’il a choisi une victime très jeune… Il semble être coopératif et réceptif, mais rien de ce que je vois à l’extérieur n’indique qu’il peut gérer sa colère et ses profonds problèmes psychologiques.

Trois psychologues qui l’ont examiné ont convenu que Dahmer était manipulateur, résistant et évasif. L’hospitalisation et un traitement intensif ont été recommandés par les psychologues.

L’avocat de Dahmer a fait valoir qu’il était malade et avait besoin d’un traitement, pas d’une prison. Gerald Boyle insiste sur le fait qu’il a un travail.

Nous n’avons pas de multirécidiviste ici. Je crois qu’il a été attrapé avant le moment où cela aurait pu être pire, ce qui, je crois, est une bénédiction déguisée.

Dahmer a pris la parole pour sa propre défense, accusant l’alcoolisme de son comportement. Il était articulé et convaincant.

Jeffrey Dahmer
Jeffrey Dahmer

Ce que j’ai fait est très grave. Je n’ai jamais été dans cette position auparavant. Rien n’est plus terrible. C’est un cauchemar qui devient une réalité pour moi. Cela m’a choqué. La seule chose que j’ai en tête, qui est stable et qui me donne une source de fierté, c’est mon travail. J’ai failli le perdre à cause de mes actions, dont je reconnais l’entière responsabilité… Tout ce que je peux faire, c’est vous supplier d’épargner mon travail. S’il vous plaît, donnez-moi une chance de montrer que je peux, que je peux faire mon chemin et ne plus être impliqué dans des situations comme celle-ci… Séduire un enfant a été le point culminant de ma folie… Je veux être capable d’aider. Je veux être capable de transformer ma vie.

Une merveilleuse performance d’un psychopathe en action !

Le juge est tombé à genoux devant le bluff de Dahmer. L’une des caractéristiques les plus courantes chez les psychopathes est la capacité illimitée de mentir pour se protéger de la société. Le juge l’a condamné à cinq ans de probation et à un an de service dans la Milwaukee House of Correction, ce qui lui permettait de travailler le jour et de rentrer chez lui le soir. Il ne pouvait pas non plus s’approcher des enfants. Le tueur en série a échappé à une mise en cage pendant cinq ans.

Pendant le reste de l’année 1989, Dahmer a purgé sa peine. Il travaillait à la chocolaterie le jour et rentrait à la maison de correction de Milwaukee la nuit. Etant étroitement surveillé, il n’avait aucun moyen de tuer.

C’était quelqu’un qui venait, faisait son temps et partait. C’était un type normal, a déclaré Jerry Wentzel, chef de la sécurité du centre.

Le jour de Noël 1989, le juge a donné à Dahmer 12 heures pour passer la journée avec sa famille. Au lieu de cela, il est allé dans un bar et a bu jusqu’à s’écrouler. Selon certaines sources, il s’est réveillé attaché à un lit de motel où un homme avait abusé sexuellement de lui avec un chandelier. C’est possible ? Le prédateur se serait-il transformé en proie ? Ce fait est décrit dans une recherche approfondie sur les tueurs en série menée par le département de psychologie de l’université de Radford, en Virginie.

Le fait est qu’il est arrivé à la prison plusieurs heures après l’heure prévue.

Après dix mois, le juge lui a accordé une libération anticipée, ignorant une lettre de Lionel Dahmer suppliant le juge de ne pas libérer son fils avant qu’il puisse recevoir un traitement approprié.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

J’espère sincèrement que vous pourrez intervenir d’une manière ou d’une autre pour aider mon fils, que j’aime beaucoup et à qui je souhaite une vie meilleure. C’est peut-être notre dernière chance de faire quelque chose pour l’aider.

[Partie de la lettre que Lionel Dahmer a envoyée au juge pour lui demander de ne pas libérer son fils avant qu’il ne reçoive un traitement approprié].

Il est retourné chez sa grand-mère en mars 1990, mais à la condition qu’il trouve un endroit où vivre.

Après avoir quitté le centre correctionnel de Milwaukee, il est retourné à la vie clandestine de Walker’s Point. Le jeudi soir, il se rendait au Triangle, où, pour 3 dollars seulement, il pouvait boire autant de bières qu’il voulait. Au bar des Partenaires, il a engagé la conversation avec Tom Neuman. Ils ont parlé, entre autres, de programmation informatique. Une nuit, Tom a invité Dahmer pour une promenade. Ils se sont arrêtés derrière le bar This Is It. Tom a invité Dahmer à passer la nuit avec lui, mais Dahmer a refusé. Il est possible que Dahmer n’ait pas été attiré par Tom, un homme blanc, gros et à l’air négligé.

Triangle Bar (The Triangle Bar) au 135 East National Avenue. Depuis son ouverture en 1988, le Triangle Bar de Walker's Point est un lieu incontournable de la scène gay. La promotion à trois dollars se poursuit encore aujourd'hui, mais uniquement le dimanche. Crédit photo : Google Street View.
Triangle Bar (The Triangle Bar) au 135 East National Avenue. Depuis son ouverture en 1988, le Triangle Bar de Walker’s Point est un lieu incontournable de la scène gay. La promotion à trois dollars se poursuit encore aujourd’hui, mais uniquement le dimanche. Crédit photo : Google Street View.

Le déménagement dans les appartements Oxford, 14 mai 1990

Deux mois après sa libération, Dahmer s’installe dans l’immeuble des appartements Oxford, au 924 North 25th Street. C’était l’environnement idéal pour tuer 12 personnes de plus en 15 mois, dont 10 noirs.

L’endroit était bon marché et proche des boîtes de nuit gay de Walker’s Point. Une fois que Dahmer a eu son propre appartement, il a pu mettre en pratique tous ses fantasmes de cruauté.

Edward Smith
Edward Smith

Un mois après avoir emménagé, il a rencontré Edward Smith, 28 ans, au Club 219. Dahmer l’a invité à passer la nuit dans son appartement, où Edward a été drogué et étranglé. Il a été la première victime dont Dahmer a pris des photos des différentes étapes de sa mort.

Raymond Smith
Raymond Smith

Quelques semaines plus tard, Dahmer a rencontré Raymond Smith au même Club 219, et Raymond a pratiqué une fellation sur Dahmer avant qu’il ne soit démembré. Son corps a été fondu dans l’acide. Sa tête a été bouillie dans une marmite et Dahmer a gardé son crâne.

Avec l’abondance des victimes, la lenteur de la police et le fait que personne dans la communauté gay n’envoie d’alerte sur une vague de disparitions, Dahmer, comme plusieurs autres tueurs en série, a pu devenir négligent. Cela est rendu visible par d’autres victimes qui ont réussi à échapper au cannibale. Au cours de l’été 1990, c’était le tour de Leonard, souvenez-vous :

Il m’a mis un mouchoir sur la bouche pour que je ne puisse pas crier, se souvient Leonard.

Dahmer a alors commencé la séance de torture en lui frappant le cou avec un marteau. Après trois heures de jeu violent, Dahmer a libéré sa victime en disant :

Si tu dis quoi que ce soit à qui que ce soit, je tuerai ta famille.

Mais Leonard a vu la mort de très près, et même s’il était un criminel vendeur de drogue, il a appelé la police, qui s’est rendue dans l’appartement de Dahmer mais ils ne l’ont pas trouvé.

Certains pensent que le fait que Dahmer ait laissé partir Leonard peut avoir été un signe qu’il voulait que la police l’attrape. Mais d’autres experts, comme l’ancien agent spécial du FBI John Douglas, pensent le contraire.

John E. Douglas
John E. Douglas

Ce n’est pas un appel à l’aide. Il n’y a aucun désir de se faire prendre. Ils s’amusent, ils sont fiers de leur travail, ils n’ont pas de regrets.

Personne n’a réalisé qu’il y avait un tueur en série à Milwaukee, car Dahmer n’a laissé aucune trace. À cette époque, il rencontrait régulièrement l’agent de probation chargé de rédiger les rapports sur l’ex-détenu. Les visites, cependant, ont toujours eu lieu dans le bureau du policier, plutôt qu’au domicile de l’accusé comme d’habitude.

Deux autres victimes, septembre 1990

Ernest Miller
Ernest Miller

Ernest Miller, 24 ans, est devenu la huitième victime du tueur en série. Dahmer gardait son squelette entier dans son appartement comme un trophée. Il a obtenu une satisfaction sexuelle en mangeant les biceps et le coeur d’Earnest. Maintenant, Earnest faisait partie de lui et, selon Dahmer, vivrait pour toujours à travers lui.

David Thomas
David Thomas

Le 24 septembre 1990, c’était le tour de David Thomas, 24 ans. Lorsqu’ils sont arrivés à l’appartement, Dahmer a réalisé que cet homme ne lui plaisait pas. Il l’a tué parce que David ne voulait pas lui donner du plaisir. Dahmer a pris plusieurs photos de son corps pendant qu’il le démembrait.

Fête de Thanksgiving,22 novembre 1990

Catherine Dahmer
Catherine Dahmer la grand mère

Le 22 novembre 1990, Jeffrey Dahmer a passé les vacances de Thanksgiving dans la maison de sa grand-mère à West Allis. Son père et sa belle-mère, comme chaque année, sont allés passer les fêtes chez la matriarche de la famille. Lionel a pris une caméra et a filmé son chiot. En regardant la vidéo, on ressent une certaine tristesse, on voit que Lionel était fier de son fils. Jeff était bien habillé, il était très beau, il parlait très bien, et cela rendait son père fier de lui. Deux ans s’étaient écoulés depuis le dernier incident avec son fils et depuis, Dahmer semblait aller très bien. Il travaillait et n’avait pas eu d’ennuis. On pouvait voir que Lionel semblait penser : « Enfin, mon fils prend le bon chemin. »

Mais ce même homme, inoffensif aux yeux de sa famille, avait déjà massacré neuf hommes dans des crimes barbares. Et après ce jour, sa folie meurtrière a continué, et elle a continué bien pire.

Bizarre, n’est-ce pas ? Lionel Dahmer demande à Jeff s’il a nettoyé son appartement pour qu’il puisse lui rendre visite. Lionel demande et obtient un rire. Le plus intéressant est de voir le comportement de Dahmer, il ne sanglote même pas en répondant à son père. Très cool. Il a le contrôle total de la situation. Il sait comment s’en sortir.

Dans la vidéo, Lionel dit que Jeff se porte très bien et il répond :

J’ai surtout survécu grâce à la nourriture de McDonald’s.

Les aliments McDonald’s ????? Nous savons tous quel est son régime… l’humour noir… C’était censé être une blague. De mauvais goût, nous sommes d’accord.

Technique pour le forage du sommet du crâne

Cinq mois après que Dahmer ait tué David Thomas, il allait frapper à nouveau. Quatorze jours après la première de The Silence of the Lambs, il rencontre Curtis Straughter, 19 ans, qui accepte son invitation à se rendre à l’appartement 213. Là, Curtis fait une fellation à Dahmer et commet l’erreur de vouloir pénétrer le blond. Dahmer l’a menotté (c’était la première fois qu’il utilisait ses menottes), a drogué et étranglé Straughter. Son crâne a été conservé comme un trophée. Cependant, avant de l’étrangler, quelque chose d’étrange s’est produit.

Jeffrey Dahmer
Jeffrey Dahmer

Il était allongé sur mon lit quand il a commencé à s’évanouir, il est tombé et a heurté une table noire.

[Jeffrey Dahmer]

Cette table noire de Dahmer comportait deux statues de griffons (créature mythologique au corps de lion et aux ailes d’aigle). Pour Dahmer, le fait que Straughter soit tombé et ait heurté cette table noire n’était pas une simple coïncidence. Dans son esprit, il a imaginé que ces deux griffons faisaient partie de l’occulte et symbolisaient ce qu’il recherchait : le pouvoir de contrôler quelqu’un.

En 1991, les troubles mentaux de Dahmer ont atteint un niveau effrayant. Un niveau jusqu’ici peu connu de la psychiatrie. Après 10 meurtres, il est arrivé à la conclusion que la chose la plus parfaite pour sa vie actuelle serait d’avoir un partenaire totalement soumis, quelqu’un qui n’obéirait qu’à ses ordres. Quelqu’un qui ne se plaignait de rien, quelqu’un qui était toujours prêt à faire tout ce qu’il voulait et ordonnait, tout comme les griffons le faisaient avec Curtis. C’est alors qu’il a commencé une expérience bizarre. Une expérience pour essayer de créer ce qu’il appelait un « ZUMBI ».

Curtis Straughter
Curtis Straughter

Dahmer voulait un homme pour le servir comme esclave sexuel, à ce moment-là il ne voulait plus de corps, peut-être était-il fatigué de tuer. Se masturber et baiser des corps ne le satisfaisait plus comme il le voulait. Il voulait un compagnon vivant, mais de préférence un qui ne parle pas et ne râle pas. Rien de mieux qu’un zombie, non ?

Errol Lindsey
Errol Lindsey

En avril 1991, Errol Lindsey, 19 ans, a été drogué par Dahmer. La victime étant inconsciente mais toujours en vie, Dahmer a exécuté ce qu’il a décrit comme une « technique permettant de percer le sommet du crâne ». Avec une perceuse, il a fait un trou dans la tête d’Errol et a injecté de l’acide muriatique.

Park Dietz
Park Dietz

C’était la première fois qu’il perçait la tête d’une victime avec une perceuse. Et M. Dahmer a déclaré avoir d’abord drogué M. Lindsey, puis avoir utilisé ce qu’il a décrit comme une technique permettant de percer le sommet du crâne. Nous en avons discuté en détail. Il a dit qu’après avoir percé le crâne, il a injecté de l’acide par la cavité qu’il avait ouverte. M. Lindsey s’est réveillé, et quand il est devenu conscient, M. Dahmer a dit qu’il était groggy mais cohérent. Il a donné à M. Lindsey d’autres boissons avec des somnifères, puis l’a étranglé. Ce que M. Dahmer voulait ici, c’était un partenaire sexuel soumis, un zombie, comme il se décrivait lui-même. Il ne voulait pas d’autres corps. Son intention en laissant cet individu en vie était d’avoir un zombie qui lui servirait d’esclave sexuel. Mais M. Lindsey s’est réveillé et M. Dahmer a réalisé qu’il avait échoué dans son expérience, alors il l’a étranglé. Je lui ai demandé lors de notre conversation : « Vous attendiez-vous à ce qu’il se lève après cette expérience et dise : « Pas de maître » ? J’essayais seulement de désactiver la « volonté ». J’ai dit : « Sa volonté ? » Et il a répondu : « Oui ».

[Park Dietz]

Le corps d’Errol Lindsey a été conservé pendant quelques jours afin que Dahmer puisse avoir des relations sexuelles avec lui quand il le souhaitait.

Anthony Hughes (III)
Anthony Hughes (III)

Le 24 mai 1991, Tony Hughes, 31 ans, sourd-muet, envoie une note de flirt à Dahmer au Club 219. Dahmer l’invite dans son appartement pour boire et regarder des vidéos pornographiques. On ne reverra plus jamais Tony.

Park Dietz
Park Dietz

M. Dahmer n’a pas essayé de le tuer. M. Hughes est mort à cause de cette technique de forage. M. Dahmer lui a percé le crâne avec une perceuse et injecté de l’acide. M. Hughes est mort immédiatement. L’intention de M. Dahmer était de le garder en vie. Ici, il n’y a pas de contrainte de tuer, il ne voulait pas tuer, il voulait plutôt garder M. Hughes en vie afin de pouvoir le servir pour satisfaire son plaisir sexuel.

[Park Dietz]

Dee Konerak Sinthasomphone

Trois jours plus tard, c’est au tour de Dahmer d’avoir une autre rencontre avec un membre de la famille Sinthasomphone.

Dennis Murphy
Dennis Murphy

Il a vu la victime marcher dans le centre commercial. Il s’est présenté à lui et lui a proposé 50 dollars pour poser pour des photos dans son appartement. Ils sont arrivés à l’appartement vers dix-sept heures. Dahmer a pris plusieurs photos de la victime. M. Dahmer a déclaré que Tony Hughes, qu’il avait tué quelques jours auparavant, était allongé nu dans l’embrasure de la porte de la salle de bains. Il pense que le garçon asiatique l’a vu mais n’a pas réagi, probablement à cause des somnifères qu’il avait ingérés. Après avoir embrassé le garçon et touché son pénis, il n’a pas pu le pénétrer de manière satisfaisante. Il s’est ensuite assis sur le canapé pour boire de la bière et regarder des vidéos pornographiques jusqu’à ce qu’il s’endorme. Après quelques heures, il s’est réveillé et a réalisé que la victime était toujours endormie. Il a décidé d’aller boire d’autres bières dans un bar près de son appartement. En rentrant dans son appartement, il a vu la victime complètement nue au coin de la 25ème rue. A côté de lui, il y avait deux filles noires qui semblaient être hystériques. Il s’est approché de la victime et a remarqué que Konerak semblait parler une langue asiatique aux deux filles. La victime était désorientée. Il est arrivé et a dit aux filles qu’il était un ami du garçon et a essayé de l’emmener dans son appartement. Les filles ont dit qu’elles ne savaient pas s’il connaissait vraiment ce garçon et qu’elles avaient appelé la police.

[Dennis Murphy, en photo, lors de son témoignage au cours du procès de Jeffrey Dahmer].

Comme déjà expliqué, Konerak a été ramené à l’appartement 213 par des policiers. Dahmer lui a fait une deuxième injection d’acide muriatique, provoquant sa mort (on ne sait pas ici si Dahmer a tenté une lobotomie sur Konerak, ce qui semble probable). Il lui a retiré son pénis, a dissous sa chair dans de l’acide et a fait bouillir sa tête sur la cuisinière. Il a peint le crâne de Konerak et l’a placé avec les autres sur son étagère.

Dee Konerak Sinthasomphone
Dee Konerak Sinthasomphone

Le garçon d’origine laotienne a été tué à l’âge de 14 ans par le tueur en série Jeffrey Dahmer. Son crâne est devenu un trophée. Trois ans plus tôt, Dahmer a abusé sexuellement du frère aîné de Konerak, qui a réussi à s’échapper.

Matt Turner
Matt Turner

Le 30 juin 1991, il a rencontré Matt Turner lors d’une parade gay. Il a masturbé Dahmer, qui l’a ensuite drogué et étranglé. La tête de Matt a fini dans le congélateur de Dahmer.

Jeremiah Weinberger
Jeremiah Weinberger

Le carnage continue et cinq jours plus tard, il rencontre Jeremiah Weinberger, 23 ans, dans un bar de Chicago. Il a emmené Jeremiah dans son appartement en offrant de l’argent. La victime a fait une fellation à Dahmer, ils se sont embrassés et se sont masturbés. Ils ont regardé des vidéos pornographiques et Jeff lui a offert un verre. Dahmer avait échoué dans ses tentatives précédentes de créer un zombie. Mais pourquoi ? Dahmer a dû se marteler cette question dans sa tête pendant longtemps. Il avait injecté de l’acide dans la tête de ses victimes précédentes et ça n’avait pas marché. Donc avec Jeremiah, Dahmer a agi différemment. Il a percé la tête avec une perceuse, a mis de l’eau à bouillir sur la cuisinière et a injecté de l’eau chaude dans le trou. Jeremiah s’est réveillé et Dahmer a réalisé qu’il n’était pas un zombie, il était juste groggy. Dahmer a répété l’expérience. Il a donné plus de médicaments à Jeremiah. La victime s’est de nouveau évanouie et Dahmer lui a injecté plus d’eau chaude dans la tête. Cette fois, Jeremiah ne se réveillerait jamais. La victime est tombée dans le coma. Le lendemain matin, il était toujours dans le coma et Jeff a essayé de le réveiller. Dahmer est allé travailler et quand il est revenu, il a remarqué que la victime était morte.

Judith Becker
Judith Becker

Il a dit que lorsqu’il est revenu et a réalisé que Jeremiah était mort, il s’est senti mal parce qu’il voulait que la victime aille bien pour qu’ils puissent parler tous les deux.

[Judith Becker, psychiatre qui a interrogé Dahmer et témoigné à son procès en 1992].

La tête de Jeremiah était destinée au congélateur de Dahmer, et elle a été placée à côté de celle de Matt Turner.

À cette époque, Dahmer possédait un baril bleu contenant 57 litres d’acide chlorhydrique qu’il utilisait pour dissoudre ses victimes. Après plusieurs jours dans l’acide, la chair des victimes se réduisait à une pâte noire que Dahmer essayait de jeter dans les toilettes et les canalisations. Une terrible odeur de charogne a envahi le bâtiment et de nombreux voisins ont reniflé l’odeur et se sont retrouvés dans l’appartement 213.

La seule chose dont les voisins se sont plaints était la mauvaise odeur provenant de l’appartement. Une fois, je l’ai appelé pour lui dire :

« Hé Jeff, nettoie ton appartement, j’en ai marre de recevoir des plaintes pour mauvaises odeurs ». Il a dit : ‘Je m’en occupe' », a déclaré le concierge de l’immeuble à l’époque.

 

Pamela Bass
Pamela Bass

C’était une odeur insupportable. Une fois, je suis allé renifler aux portes de tous les voisins. Quand je suis arrivé à la porte de Jeff, je pouvais dire que l’odeur venait de l’intérieur. Nous avons également trouvé amusant que Jeff, quel que soit le plat qu’il cuisinait, mangeait seul, il n’a jamais amené de petite amie à l’appartement. L’odeur était très particulière, épicée. Crédit : Biography Channel.

Dahmer était un solitaire pathologique, il ne voulait pas que ses partenaires sexuels le quittent, même après la mort. Conserver certaines parties du corps était un moyen pour Dahmer d’exercer son contrôle sur elles. Même si ce n’était que des crânes.

Oliver Lacy
Oliver Lacy

Le 12 juillet 1991, Oliver Lacy, 23 ans, a perdu la vie en acceptant l’invitation de l’homme blond dans son appartement. Oliver était un homme noir athlétique qui a attiré l’attention de Dahmer. Ils ont eu ce que Dahmer appelle du « sexe léger ». Il a été drogué et Dahmer a pris des photos de son corps nu. Quand Dahmer a eu son compte de satisfaction, il a tué Oliver. Il a désincarné sa victime et a mis sa tête et son cœur dans le réfrigérateur (pour les manger plus tard). C’est la tête d’Oliver que l’officier de police Ron Mueller a vu le 22 juillet 1991.

Le 15 juillet 1991, Dahmer est licencié de la chocolaterie Ambrosia après plusieurs absences inexpliquées (il était trop occupé à tuer!!!). Dahmer vivait le pic écoeurant de son trouble mental, rien d’autre ne comptait pour lui. Il voulait juste tuer et tuer. C’était son nouveau travail : tuer des gens.

Quatre jours après avoir été renvoyé, Dahmer a fait sa dix-septième victime. Son voisin de l’appartement 214, Vernell Bass, est rentré chez lui vers six heures du matin. Il a entendu le bruit d’une tronçonneuse. Dahmer était occupé à travailler sur ce qui allait être sa dernière victime, Joseph Bradehoft, 25 ans.

Joseph Bradehoft
Joseph Bradehoft

« Je me suis demandé ce qu’il pouvait bien construire là. Ma femme pensait qu’il construisait des étagères pour des armoires. Puis soudain, quand le bruit a cessé, je l’ai entendu crier : « Salaud, je te l’avais dit, putain ! » Cela m’a paru étrange parce que je n’ai entendu personne répondre ou parler. »

Joseph attendait un bus dans les environs de l’université de Marquette. Dahmer lui a fait la même offre en liquide et il a accepté de l’accompagner à l’appartement. Il a pratiqué une fellation sur l’individu avant de le tuer. Il a mis sa tête dans un congélateur. Son corps a été dissoue par l’acide et déposé dans le baril bleu (vous vous souvenez ?).

Le 19 juillet 1991, Jeffrey Lionel Dahmer faisait sa 17ème victime. De mai 1990, date à laquelle il a emménagé dans l’appartement 213 au 924 north 25th street, jusqu’à son arrestation le 22 juillet 1991, Jeffrey Dahmer a vécu intensément sa soif de meurtre. Il a tué 12 personnes dans son appartement sur une période de 15 mois. Mais il en voulait plus.

Le lendemain de la trucidation de Joseph Bradehoft, il cherchait des victimes au Club 219 à Walker’s Point. Environ 20 minutes avant la fermeture de la boîte de nuit, un jeune homme afro-américain nommé A. (il n’a pas donné son nom complet par crainte de représailles pour sa bisexualité) dansait dans les lumières blanches et chaudes de la piste de danse. Vous vous souvenez de lui ? Le gars que j’ai appelé « Alex » au début du post ?

Soudain, A. s’est retrouvé face à Dahmer, qui était ivre mais très beau. Dahmer a dit qu’il était un électricien de Chicago, fatigué d’être seul. A. a rejeté les avances de Dahmer deux fois. Dahmer est alors passé au plan B, offrant 100 dollars pour une conversation, sans sexe. En suppliant, il m’a dit :

« Vous êtes le type le plus gentil que j’aie jamais rencontré à Milwaukee ».

Finalement, à trois heures du matin, A. a accepté un rendez-vous dans un parking à l’extérieur du bâtiment Oxford. Il est allé à la rencontre de l’inconnu, qui fumait une cigarette et buvait une bière.

Oh, je suis si content que tu sois venu, la plupart des gens ne le font jamais, a dit Dahmer.

Ils montent les escaliers et se dirigent vers l’appartement 213. A. a une moustache bien taillée. Le confondant avec un Latino, Dahmer a dit qu’il avait une photo d’un Portoricain nu et bien monté dans sa chambre, mais qu’il n’était pas encore prêt à la lui montrer. Quand A. s’est levé pour partir, la voix de Dahmer est devenue paniquée. Il est allé dans sa chambre, en murmurant qu’il trouverait de l’argent à donner à A. pour qu’il puisse rester plus longtemps. Suspicieux, il s’est dirigé vers Dahmer, a allumé la lumière et a vu une tache de sang sur le lit et un couteau. A. a réussi à rester calme.

Je savais et il savait que je savais que quelque chose n’allait pas. J’ai mis mon bras autour de lui et j’ai dit : « Montre-moi le Portoricain ». C’était l’alternative que j’avais pour faire perdurer la situation », a déclaré A.

Ils sont retournés dans la pièce où A. a continué à prêter attention à Dahmer. Dahmer lui a demandé d’enlever ses vêtements et de s’allonger sur son corps. Il a frotté le dos de A. en murmurant que sa peau était « comme du beurre ». Quand A. a essayé de se lever, Dahmer a serré son bras.

Il n’était plus la personne polie que je connaissais, se souvient A.

Il a alors crié, claqué la porte et réussi à se libérer de Dahmer. En regardant en arrière, il a vu une dernière fois un tueur en série en déroute, les bras croisés, le visage baissé. Deux jours après une aventure similaire avec un autre homme, Dahmer a été arrêté. A. a vu son image aux informations. Il s’est rendu à Crimeline Anonymous et au bureau du procureur de Milwaukee pour ne raconter que son histoire, mais pas son nom.

Ce n’est pas parce que vous allez chez quelqu’un et que vous lui faites confiance que vous méritez de perdre votre vie. Il est venu comme un ami et un gars sympa. Vous pouvez entendre cet homme crier à l’aide, et c’est ma faiblesse, aider les gens. [A]

A. était l’un des rares à avoir échappé à la furie meurtrière de Jeff Dahmer. Il était loin de se douter que dans ce même appartement, la veille, Dahmer avait massacré un homme. A. a réussi à s’échapper, mais la course aveugle, désespérée et écoeurante de Dahmer pour sa 18ème victime a continué. Jeff Dahmer était alors un tueur en série totalement hors de contrôle, sans aucun lien avec la réalité du monde qui l’entourait. Il était déjà l’un des tueurs en série les plus célèbres à avoir jamais mis les pieds sur terre.

Le bout du rouleau pour Jeffrey Dahmer, 22 juillet 1991

Tracy Edwards. C’est le nom de l’homme qui a mis fin au carnage perpétré par Jeffrey Dahmer pendant 13 ans. Avec son habituel bavardage, Jeff Dahmer a convaincu Tracy de venir dans son appartement.

Tracy Edwards
Tracy Edwards

Je buvais, vers 18h, 18h30, avec deux amis, quand il est arrivé et a commencé à nous parler. Il a dit qu’il venait de Chicago et qu’il passait quelques jours dans la ville. Il a dit qu’il était un photographe professionnel et nous a proposé 100 dollars pour poser pour lui en photo. J’ai accepté. La première fois que je suis entré dans l’appartement, il semblait être un appartement normal, tout était propre et en ordre. Juste une odeur très forte. Il est allé dans sa chambre et après quelques minutes, il m’a appelé. Je suis entré dans la chambre et le film L’Exorciste passait sur son magnétoscope. Je ne sais pas lequel c’était, peut-être l’Exorciste III. Il avait l’air d’un type sympa mais j’ai remarqué quelque chose d’étrange quand il a commencé à parler des gens qui l’avaient abandonné. Soudain, il m’a menotté un des poignets et m’a menacé avec un couteau. J’étais paralysé. Je lui ai demandé ce qui se passait et il m’a répondu que ce n’était pas nécessaire… Son comportement changeait d’un moment à l’autre. Il regardait le film et bougeait d’avant en arrière et faisait un bruit étrange avec sa bouche. Certaines scènes l’intéressaient plus que d’autres. Il a mis son oreille contre ma poitrine et a dit qu’il voulait sentir les battements de mon cœur parce qu’ensuite il allait le manger. Puis il a dit qu’il devait ressortir dans la rue et a commencé à marcher dans la maison comme si je n’étais pas là. Je lui ai parlé et il n’a pas répondu. Je me suis levée et je suis allée aux toilettes et il ne m’a pas suivie, c’était comme si je n’étais pas là. À ce moment-là, j’ai pris l’avantage et j’ai couru, je l’ai mis à terre et j’ai couru.

[Tracy Edwards]

Robert Rauth et Rolf Mueller, comme tous les bons flics chevronnés, pensaient avoir tout vu au cours de leur carrière. Rien, cependant, ne pouvait les préparer à la chambre des horreurs qui les attendait derrière la porte de l’appartement 213.

 

L'intérieur de l'appartement 213. L'appartement de Jeffrey Dahmer, très beau et bien rangé. Le seul problème était l'odeur qui s'en dégageait.
L’intérieur de l’appartement 213. L’appartement de Jeffrey Dahmer, très beau et bien rangé. Le seul problème était l’odeur qui s’en dégageait.

Un jour après son arrestation, Dahmer est enregistré par la police de Milwaukee. Le tueur en série ne remettra plus jamais les pieds dans la rue.

Dahmer a été arrêté et a commencé à se confesser. Il a commencé avec Steven Hicks. Dahmer a fait une carte de la zone où il a enterré les morceaux de Steven pour les enquêteurs, qui ont pu récupérer une cinquantaine d’os, dont la plupart ont été identifiés comme des fragments de côtes et de vertèbres humaines.

Après l’arrestation de Dahmer, le monde a pris connaissance d’une histoire dont il n’avait probablement jamais pensé qu’elle existait. Pas même dans ces films d’horreur alternatifs. Les détectives Dennis Murphy et Patrick Kennedy ont été les premiers à apprendre les détails macabres de la vie de Dahmer, détails qui ne seront révélés que lors de son procès en janvier 1992. En regardant cet homme, les détectives ont vu une personne solitaire, froide, mais très intelligente. Il se souvenait de chaque détail.

Dennis Murphy
Dennis Murphy

Il savait exactement ce qu’il avait fait, du moment où il a ramassé la victime, au moment où il l’a tuée, au moment où il a jeté les preuves ou les os.

[Dennis Murphy]

Les détails sur la dissection des corps et le cannibalisme pratiqué par Dahmer laissent les détectives pantois.

Détective Patrick Kennedy
Détective Patrick Kennedy

Si vous lui parliez sans savoir ce qu’il avait fait, vous le trouveriez normal. Comme si vous parliez à un ami, et c’est effrayant.

[Patrick Kennedy]

Dahmer a raconté ses meurtres un par un. Et au fur et à mesure que les corps ont été identifiés, la notification aux familles a commencé. Le 26 juillet 1991, quatre jours après l’arrestation de Dahmer, des nouvelles de Konerak Sinthasomphone ont été communiquées par la police. Dahmer avait avoué le meurtre du garçon asiatique. La nouvelle est tombée comme une bombe pour la famille et aussi pour les policiers John Balcerzak et Joseph Gabrish.

Somdy Sinthasomphone, la mère de Konerak, a commencé à trembler en entendant la nouvelle, s’est évanouie trois fois et a été emmenée à l’hôpital. Son mari, Sounthone Sinthasomphone, était l’image de la désolation, assis sur une chaise dans le salon de leur maison, ne parlant à personne, regardant simplement dans le vide. Ses sept frères (4 hommes et 3 femmes), pleuraient de façon compulsive.

Tout ce que je peux dire, c’est que la famille est dévastée par la nouvelle, c’est tout ce que j’ai à dire, a déclaré l’homme d’église Peter Burns.

La famille Sinthasomphone a souffert en silence après avoir reçu la nouvelle que les restes du plus jeune membre de la famille avaient été trouvés dans l’appartement 213. « Mon beau-père a dit : ‘J’ai échappé aux communistes et maintenant cela arrive’. Pourquoi ? « , a déclaré Kongpheth Vongphasouk, gendre du patriarche de la famille et le seul à avoir parlé aux journalistes.

Je suis vraiment désolé. Je n’ai jamais imaginé que quelque chose comme ça pouvait arriver.

[Vongpheth Vongphasouk]

Le 6 septembre 1991, à la suite d’un rapport qui concluait que trois officiers de la police de Milwaukee n’avaient pas respecté les procédures policières dans l’affaire Jeffrey Dahmer/Konerak Sinthasomphone, le chef de la police de Milwaukee, Phillip Arreola, a licencié John Balcerzak et Joseph Gabrish et en a mis un troisième en « attente ».

John Balcerzak et Joseph Gabrish ont été licenciés de la police après avoir fait preuve de négligence lorsqu’ils ont emmené Konerak dans l’appartement du tueur en série Jeffrey Dahmer.

Pour la police, de nombreuses victimes de Dahmer vivaient dans ce que l’on appelle la « ligne de risque ». Beaucoup avaient un casier judiciaire.

Dahmer était alors traité par la presse à sensation comme « le monstre de Milwaukee« , personne ne se souciait de savoir si le blond était malade ou non. Son père a été harcelé, mais il ne s’est jamais caché.

Comme tout père, Lionel a défendu son fils :

Ce n’est pas un monstre !

L’affaire Dahmer est effrayante. Et elle montre que si les gens ou la police ne prennent pas de mesures pour étudier et enquêter de manière plus approfondie sur les disparitions, les meurtres et autres crimes, un tueur en série peut avoir une longue et sanglante carrière jusqu’à ce qu’il soit accidentellement arrêté.

Détective Patrick Kennedy
Détective Patrick Kennedy

Il se complaisait dans le fait qu’il contrôlait son propre petit monde. Personne ne savait ce qui se passait. Il était le maître absolu là-bas. Il a eu la vie très facile parce qu’il était très séduisant, il était le miel dans cet environnement. De nombreuses personnes nous ont dit qu’il passait pour une personne très seule et dans le besoin. Beaucoup de gens voulaient s’occuper de lui, vous savez, comme un bébé.

[Patrick Kennedy]

Le 22 juillet 1991, la porte de l’appartement 213 des appartements Oxford a été fermée, pour ne plus jamais être ouverte.

Tous les psychiatres qui ont interrogé Dahmer sont unanimes pour dire que dans ce cas, tout se résume à un seul mot : CONTRÔLE.

Dahmer était terrifié à l’idée d’être rejeté ou abandonné, ce qui apparaît clairement dans son premier meurtre en 1978 : il a rencontré Steven Hicks sur la route et l’a invité chez lui, et lorsque Hicks a voulu partir, Dahmer n’a pas accepté et l’a tué. Peut-être cela a-t-il été accentué par la séparation de ses parents peu de temps auparavant. Dahmer s’est senti abandonné par les deux.

Jeffrey Dahmer
Jeffrey Dahmer

Je pouvais contrôler complètement une personne, une personne que je trouvais physiquement attirante et la garder avec moi aussi longtemps que possible, même si cela signifiait ne garder qu’une partie d’elle, a déclaré Dahmer dans une interview accordée à Stone Phillips sur NBC en 1994.

Dans le cas de Dahmer, nous pouvons dire que son fantasme était de contrôler les gens, même dans ses relations homosexuelles, il n’était jamais le passif, il était toujours l’actif, ne recherchant que son plaisir, et son plaisir signifiait pratiquer le sexe oral (et recevoir) ou anal sur son partenaire, mort ou vivant.

Il est difficile de savoir s’il contrôlait ses actions ou non. Le fait est que Jeffrey Dahmer avait un besoin extrême de tuer, et d’une certaine manière, il semblait savoir que ce n’était pas bien. Après la mort de Steven Hicks en 1978, Dahmer n’a commis un autre meurtre que 9 ans plus tard. Il semblait lutter contre ses démons, une façon d’échapper à ses fantasmes était de boire. « Je buvais pour oublier ce que j’avais fait. J’étais triste quand je me suis rappelé ce que j’avais fait.

Peut-être sans traitement, Dahmer a atteint un point où il était impossible d’échapper à ses fantasmes et il s’est tourné vers ce qui le satisfaisait vraiment. Cela devient clair durant l’été 1991, lorsqu’il en vient à tuer un homme par semaine. Et il en aurait tué plus si sa dernière victime ne s’était pas échappée.

Pour le Dr James Fox, expert en tueurs en série, Jeffrey Dahmer était un type rare de tueur en série.

Il correspond au stéréotype de quelqu’un qui est vraiment hors de contrôle et qui est submergé par ses fantasmes. La différence est que la plupart des tueurs en série cessent d’agir lorsque leurs victimes sont mortes. Ils attachent leurs victimes parce qu’ils aiment les voir crier et supplier pour leur vie. Cela permet au tueur de se sentir grand, supérieur, puissant, dominant… Dans le cas de Dahmer, tout son plaisir venait après la mort… tout son plaisir commençait après la mort de ses victimes. Il menait une vie fantaisiste riche, axée sur le contrôle total des gens… Cette vie fantaisiste, mélangée à de la haine, peut-être de la haine de soi, l’amenait à projeter cela sur ses victimes. S’il a ressenti un malaise par rapport à son orientation sexuelle, il est très facile de le voir projeté sur ces victimes. Les punir était une façon indirecte de se punir lui-même.

En effet, Jeffrey Dahmer était un tueur en série inhabituel. Il ne prenait aucun plaisir à tuer, mais il devait tuer, parce que le meurtre était un chemin qu’il devait emprunter pour atteindre ce qui lui donnait vraiment satisfaction. « Dahmer a dit qu’il n’aimerait pas faire de mal à quelqu’un, c’est aussi étrange que cela puisse paraître, mais c’est la raison pour laquelle il a tué par strangulation toutes ses victimes. Il n’avait aucun plaisir dans l’acte de meurtre lui-même, mais c’était le moyen le plus humain qu’il ait trouvé. » (Patrick Kennedy)

Jack Levin
Jack Levin

La plupart des tueurs en série sont des menteurs pathologiques. Dahmer était différent. Il était prêt à révéler son expérience du meurtre, et nous avons pu apprendre beaucoup de lui, a déclaré Jack Levin, professeur de criminologie à la Northeastern University de Boston. Jack Levin a interrogé le père et la belle-mère de Dahmer.

En fait, Dahmer s’est exprimé dès le début. Après qu’un homme menotté se soit échappé de son appartement en juillet 1991 et ait conduit la police à l’horrible scène de carnage, Dahmer a avoué tous ses meurtres, y compris celui pour lequel on n’a pas trouvé assez de preuves pour le condamner. Il a longuement parlé de ses motivations, essayant d’expliquer l’inexplicable : ce qui le poussait à ramasser de jeunes homosexuels dans les bars, à les emmener chez lui, à les droguer, à les étrangler, à avoir des relations sexuelles avec leur corps, puis, dans certains cas, à les cannibaliser. Il avait besoin de vivre dans un monde parallèle, son monde.

À l’époque, son père, docteur en chimie, avait suggéré que les médicaments pris par sa femme pendant sa grossesse pouvaient avoir une influence sur Dahmer. Mais Dahmer n’a jamais blâmé personne pour ses crimes. Dans ses interviews, il a également nié que son enfance solitaire et aliénée à Bath, dans l’Ohio, avait contribué à faire de lui un psychopathe. Même le divorce amer de ses parents en 1978 n’y est pour rien. Selon ses propres termes, « la personne à blâmer pour tout cela est assise en face de vous. Pas mes parents, pas la société, pas la pornographie. Ce ne sont que des excuses », a-t-il déclaré à l’émission Inside Edition en 1993.

Eric W. Hickey
Eric W. Hickey

Ils souffrent d’une faible estime de soi et de solitude, explique Eric W. Hickey, criminologue et auteur de Serial Murderers and Their Victims.

Les films d’horreur et le Temple de la Mort …

Park Dietz
Park Dietz

L’idée est de comprendre ce qu’il avait en tête pour ce temple. Il voulait construire ce temple et regarder toutes ces scènes de films d’horreur qu’il trouvait significatives. Comme par exemple L’Exorciste III. Il pouvait s’asseoir dans son fauteuil noir, regarder les scènes et ensuite il pouvait explorer les significations que ces scènes avaient pour lui… M. Dahmer se considère comme un personnage dans chacun des films. Le personnage connu sous le nom de l’Empereur (Star Wars) et le personnage qui est évidemment supposé être Satan dans L’Exorciste III. Ces personnages ont en commun d’être mauvais, corrompus et puissants et d’être capables d’utiliser des pouvoirs spéciaux pour contrôler les autres. Dans le cas de l’Empereur, il a la capacité de manipuler les gens et dans L’Exorciste III, le pouvoir vient du fait qu’il permet de créer des illusions pour que les gens souffrent, comme dans la scène des serpents qui rampent autour du policier. Ces personnages tourmentent les gens d’une manière que nous pourrions qualifier de torture. Mais M. Dahmer m’a dit que ce n’était pas quelque chose qui le satisfaisait. Ses fantasmes n’envisageaient pas la torture, il m’a dit avec insistance que faire souffrir l’autre n’était pas son désir. Il aimait l’idée du pouvoir qu’avaient les personnages et il s’avère que les deux personnages en particulier avaient des yeux jaunes, ce qui leur donnait un air sombre et M. Dahmer a acheté des lentilles jaunes qu’il portait lorsqu’il allait en boîte de nuit. Il voulait avoir ce look, il voulait être comme ces personnages et cela l’a influencé d’une certaine manière car il sortait la nuit à la recherche de victimes et parfois il regardait des parties de films avec elles. Il s’identifiait aux personnages car il avait l’impression d’être aussi mauvais et corrompu qu’eux.

[Park Dietz]
  • Nécrophilie

Le psychiatre de l’accusation Park Dietz a déclaré que Dahmer était conditionné pour l’excitation sexuelle sur les cadavres par ses fantasmes sexuels autour de la mutilation des animaux. Ce qui n’était au départ que la curiosité d’un garçon qui écrasait et tuait des animaux est devenu l’obsession d’un homme pour la mort à grande échelle. Si le développement sexuel est associé à la mort, une personne a plus de chances d’avoir une attirance érotique pour les cadavres.

Il a été suggéré que Jeff torturait des animaux, mais c’est peu probable. Il avait des animaux domestiques dans son enfance et avait des poissons dans un aquarium lorsqu’il a été arrêté. La fascination de Jeff était pour les créatures mortes.

  • Sadisme

Jeffrey Dahmer pourrait-il être un pervers sexuel sadique ? Si vous posez cette question à dix psychiatres, vous obtiendrez probablement cinq ou six réponses différentes. Pour les psychologues, Bruce A. Arrigo et Catherine E. Purcell de la California School of Professional Psychology de Fresno, les pervers sexuels sadiques sont « des individus qui se privent d’expériences émotionnelles pour éviter toute frustration supplémentaire et qui fuient les fantasmes compensatoires dans lesquels prédominent la solitude, la masturbation et les contenus pervers, en s’éloignant progressivement de la vie sociale. Le plaisir sexuel l’excite et comble temporairement son vide. »

Jeff Dahmer correspond parfaitement à cette définition, non ? Mais Park Dietz a un avis différent :

Je ne le considère pas comme un sadique. Il ne pratiquait pas la torture et prenait des mesures pour éviter la souffrance de ses victimes.

Pourquoi les noirs ?

Plusieurs indices permettent de penser que Dahmer était un homme blanc raciste. De nombreux tueurs en série ont tendance à tuer des types de personnes à l’égard desquelles ils ont du ressentiment, ou même quelque chose en commun. La plupart des victimes de Dahmer étaient des hommes noirs et des homosexuels. À la chocolaterie, les gens se souviennent de lui comme du Blanc qui râlait constamment à propos des « nègres » (mot anglais désignant les Noirs de manière péjorative et raciste). Il a fait de même avec sa famille et ses amis. En 1988, il a même dit à un compagnon de cellule :

Je déteste les nègres. Je tuerais un millier d’entre eux.

Pourtant, les tueurs en série interraciaux sont rares. Comment expliquer alors sa motivation à tuer des hommes noirs ?

Dahmer a peut-être développé son mode opératoire parce que, dans son esprit, il pensait que les hommes noirs étaient une race plus faible, ou peut-être parce qu’il pensait que le racisme pouvait jouer en sa faveur. Le criminologue Eric Hickey suppose que Dahmer a choisi des « victimes plus jetables » parce que cela pouvait attirer moins l’attention de la police que la disparition de Blancs. Patrick Kennedy, le premier inspecteur à s’être plongé dans les fantasmes malsains de Dahmer, pense différemment : « Il choisissait des hommes au corps athlétique. Peu importe qu’ils soient noirs, blancs, indiens, jaunes, rouges ou bruns. S’il le trouvait attirant, il essayait de le draguer ».

La belle-mère de Dahmer a une théorie intéressante :

Shari Dahmer
Shari Dahmer

Quelque chose lui est arrivé, il n’en a jamais parlé. Tout le monde sait ce qui arrive à un pédophile en prison [elle fait référence à la période où il était en prison en 1988]. Je ne sais pas si c’est arrivé, mais quand il a fait son coming out, il était différent, il ne parlait pas et il a commencé à détester les noirs.

Dahmer était un homosexuel refoulé et détestait les noirs. Mais le fait qu’il était raciste ne signifie pas que les crimes étaient motivés par le racisme. En tant qu’homosexuel, il pourrait avoir une attirance pour les noirs. Cette attirance pour les Noirs pourrait être à l’origine de la haine qu’il leur voue et il a déguisé (cette attirance) en prononçant des phrases racistes. En tuant les homosexuels et les Noirs, il pourrait tuer la source de ce qu’il haïssait en lui-même.

Pour conclure, Robert Ressler, chef de l’unité des sciences du comportement du FBI dans les années 1970, a fait la déclaration suivante au sujet de Jeffrey Dahmer :

Robert Ressler
Robert Ressler

Dahmer était aussi sincère et aussi coopératif que n’importe quel tueur en série auquel j’ai été confronté et pourtant je ne pouvais pas comprendre comment il avait pu commettre tous les actes atroces qu’il savait avoir commis. Il n’y a aucun moyen de penser que cet homme était sain d’esprit au moment de ses crimes.

Procès

Un mois après son arrestation, le 22 août 1991, Jeffrey Dahmer fait une nouvelle apparition publique devant le tribunal du comté de Milwaukee. Cette fois, pour recevoir les trois derniers des 15 chefs d’accusation pour meurtre dont il a fait l’objet (le 16e pour le meurtre de Steven Hicks est venu plus tard et il s’agit d’un meurtre pour lequel la police n’a pas pu réunir suffisamment de preuves). Sa caution a été portée à 5 millions de dollars. Il est apparu dans un uniforme orange et a écouté tranquillement le juge parler de la peine qu’il pourrait recevoir pour chacun des 15 chefs d’accusation.

Les crimes de Dahmer semblaient être une preuve évidente de folie. Comment expliquer autrement un homme qui tue des gens, a des relations sexuelles avec leurs cadavres, découpe leurs corps, les fait fondre dans l’acide, conserve leurs crânes et mange leur chair ? Et tout ça pour une gratification sexuelle ?

Mais l’exception d’aliénation mentale est une pratique inhabituelle et n’est pratiquement jamais utilisée par les tribunaux.

Le 23 janvier 1992, Jeffrey Dahmer ignore les conseils de son avocat et plaide coupable. Et cette décision a scellé son destin. Selon Don Davis dans The Milwaukee Murders,

Don A. Davis
Don A. Davis

la déclaration de Dahmer a totalement changé la défense de son avocat. Maintenant, au lieu de prouver que son client n’a pas commis les meurtres, il devrait faire quelque chose de totalement inhabituel dans une cour de justice, prouver que Dahmer était fou, que seule une personne folle ferait ces choses.

Le procureur, quant à lui, devait prouver que Dahmer n’était pas légalement fou, et qu’il savait que ce qu’il faisait était mal, mais qu’il le faisait quand même. En d’autres termes, Dahmer était un psychopathe vicieux qui trompait ses victimes pour les tuer de sang-froid.

Malgré la nature bestiale de ses crimes, l’avocat de Dahmer aura la tâche difficile de convaincre le jury qu’il est fou. Lorsque Dahmer a décidé de plaider coupable mais fou, l’affaire s’est déplacée de la culpabilité à la responsabilité.

Selon la loi, la question maintenant n’est pas de savoir s’il est pervers et a des motivations bizarres. La question est de savoir s’il comprenait ce qu’il faisait, s’il connaissait la différence entre le bien et le mal, a déclaré à l’époque John Jeffries, professeur de droit à l’université de Virginie.

La défense d’aliénation mentale est l’un des domaines les plus exaspérants du droit, un lieu où la légalité, la moralité et la médecine se disputent la domination. En fin de compte, le procès de Dahmer se résumait à une « bataille de psychiatres », et c’est ce qui s’est passé. Les avocats de Dahmer étaient censés prouver qu’il souffrait d’une forme de maladie mentale, de délires psychotiques peut-être. Mais la preuve de la maladie mentale ne suffirait pas : l’avocat de Dahmer devrait démontrer que non seulement il était malade au moment des crimes, mais qu’il n’avait pas la capacité de comprendre le caractère répréhensible de ses actes. Sa capacité à mentir à la police quelques minutes seulement avant d’assassiner Dee Konerak Sinthasomphone pourrait suffire à convaincre les jurés qu’il était un tueur calculateur qui savait ce qu’il faisait.

Enracinée dans les notions bibliques de justice, la défense d’aliénation mentale existe sous une forme ou une autre depuis le Moyen Âge. La plupart des États, cependant, fondent leurs lois sur une affaire survenue en 1843, l’affaire McNaughtan, où, dans une décision historique, la cour britannique a établi que la culpabilité implique la capacité de distinguer le bien du mal. Dans les années 1970, la plupart des États américains effectuaient leurs tests d’aliénation mentale selon la norme dite « de contrôle », qui consistait à poser la question suivante : « Le tueur aurait-il pu s’arrêter de tuer ? » Sur la base de cette norme, Dahmer serait considéré comme un « aliéné chronique ». Toutefois, cette norme a changé en 1982, suite à l’indignation de l’opinion publique après que John Hinckley (qui a tenté de tuer le président américain de l’époque, Ronald Reagan) ait été jugé fou. La pression de l’opinion publique a amené le Congrès américain à modifier les statuts relatifs à la folie. En conséquence, la plupart des États américains ont modifié la façon dont ils traitent la folie. Désormais, c’est la défense qui doit prouver que le défendeur est fou.

La folie est cependant une chose rare, les avocats la considèrent comme un dernier recours. Seuls 10 % des tueurs en série et des meurtriers de masse et un accusé sur dix plaident la folie, et les deux tiers d’entre eux n’ont pas gain de cause. Les détracteurs de la défense d’aliénation mentale plaident pour son abolition, certains affirmant qu’elle est trop indulgente (après tout, un criminel comme Dahmer pourrait aller dans un hôpital psychiatrique et même en sortir s’il se soignait), d’autres affirmant que l’aliénation mentale oblige les jurés à trancher des questions qui dépassent leurs compétences.

Une barrière de verre pare-balles séparait le tueur en série Jeffrey Lionel Dahmer du reste du public.

Le procès a duré deux semaines. La stratégie de la défense consistait à prouver que Dahmer était « fou », ce qui semblait évident au vu des preuves :

  • le cannibalisme
  • la nécrophilie
  • des crânes comme trophées
  • des expériences pour créer des zombies
  • de la farce animale
  • des lobotomies
  • des sanctuaires
  • Le satanisme

Si les jurés comprenaient que Dahmer n’était pas conscient de ses actes et qu’il n’avait pas vraiment la pleine conscience de ses facultés mentales, il pourrait être interné dans un hôpital psychiatrique et même être libéré s’il guérissait lui-même de ses maladies.

Avant le début de la procédure, l’avocat de Dahmer a prévenu les jurés :

Gerald Boyle
Gerald Boyle

Vous allez entendre des choses que vous ne penseriez probablement jamais voir exister dans le monde réel. Vous entendrez parler du comportement sexuel avant la mort, pendant la mort et après la mort. Pensez-vous que vous êtes vraiment apte à écouter ?

Au cours du procès, la défense a appelé 45 témoins qui ont témoigné des divers aspects bizarres du comportement de Dahmer. Les témoins, par leur témoignage, ont montré que les troubles sexuels et mentaux du défendeur l’empêchaient de comprendre la nature de ses crimes. L’objectif était de prouver au jury que ces troubles provoquaient des pensées et des actions impossibles à réaliser chez un homme sain d’esprit. À la fin de l’exposé, Boyle a soulevé la question suivante : « Était-il mauvais ou malade ? » À ce stade du procès, le jury tendait à décider que l’accusé était effectivement fou.

Lorsqu’il a été confiée à l’accusation, le procureur Mike McCann a déclaré :

 E. Michael McCann
E. Michael McCann

C’était un maître de la manipulation, il trompait tout le monde, il savait exactement ce qu’il allait faire, à chaque étape, de chaque manière, il était capable de transformer ses impulsions et de se glisser dans sa conversation aussi facilement qu’on appuie sur un interrupteur. A-t-il attaqué d’autres soldats lorsqu’il était dans l’armée ? D’autres étudiants pendant qu’il était à l’université d’État de l’Ohio ? Les décès n’ont pas été causés par les actes d’un fou, mais le résultat d’un plan très méticuleux.

Deux détectives ont lu 160 pages de la confession de Dahmer. C’était un catalogue aberrant de perversion sexuelle. C’est la première fois que les détails de ces meurtres sont révélés.

Lionel Dahmer
Lionel Dahmer

Nous ne savions pas, personne ne nous l’a dit, personne ne nous a préparé à tous ces détails. Comment cela a-t-il pu arriver ? Comment n’ai-je pas pu le savoir avant ?

[Lionel Dahmer]
Shari Dahmer et Lionel Dahmer. Lionel Dahmer a assisté à presque tous les jours du procès de son fils. Il s'est contenté de ne pas être présent (sur les conseils de la Cour) les jours où les proches des victimes étaient autorisés à entrer. Crédits : Biographie A&E.
Shari Dahmer et Lionel Dahmer. Lionel Dahmer a assisté à presque tous les jours du procès de son fils. Il s’est contenté de ne pas être présent (sur les conseils de la Cour) les jours où les proches des victimes étaient autorisés à entrer. Crédits : Biographie A&E.
Shari Dahmer
Shari Dahmer

C’était une situation très difficile, nous étions entourés de proches des victimes. Certains s’asseyaient à côté de nous, d’autres nous demandaient de partir. Nous ne pouvions pas être là, mais nous devions être là.

[Shari Dahmer]

L’inspecteur Dennis Murphy a déclaré que Dahmer « … se sentait énormément coupable de ses actes. Il s’est senti complètement mal. » Il a ensuite lu une phrase de Dahmer, « …il m’est difficile de croire qu’un être humain puisse faire ce que j’ai fait, mais je sais que je l’ai fait ».

Le détective a déclaré que la peur d’être capturé était dépassée par l’excitation qu’il ressentait à avoir le contrôle total de la situation.

Tout au long du procès, il convient de souligner la « bataille » entre les psychiatres de la défense et ceux de l’accusation. Leurs discours ont plus embrouillé le jury qu’ils ne l’ont éclairci.

Jeffrey Lionel Dahmer a été condamné à 15 peines consécutives de prison à vie sans droit à la libération conditionnelle. En additionnant toutes les années, sa peine s’est élevée à 957 ans. L’État du Wisconsin est l’un des rares à ne pas appliquer la peine capitale, et Dahmer a donc échappé à la peine de mort. Il passera le reste de sa vie en prison. Il n’avait pas encore 32 ans.

« Cet homme ne retrouvera jamais la liberté », a déclaré le juge.

Toujours en 1992, Dahmer a été emmené dans l’Ohio pour être poursuivi pour la mort de Steven Hicks, sa première victime. Il a été privé de tous ses droits et a reçu sa seizième condamnation à perpétuité.

Les années d’incarcération

Lorsque Dahmer a été condamné à 15 peines de prison à vie en février 1992 (la seizième a été prononcée plus tard pour le meurtre de Steven Hicks en 1978), il semblait soulagé que sa folie meurtrière ait pris fin.

Votre Honneur, c’est fini maintenant. Je n’ai jamais essayé de me libérer. Je ne voulais pas la liberté. Franchement, je voulais la mort pour moi.

Ce désir de mort peut expliquer pourquoi Jeffrey Dahmer a refusé un traitement spécial en prison. S’il sentait que sa vie était en danger à l’intérieur, il ne se plaignait jamais aux autorités. Le plus souvent, il s’ennuyait simplement d’être le détenu numéro 177252.

J’ai plus de 900 ans à purger, c’est une mort vivante, a-t-il dit un jour à un gardien.

Mais ce qui a le plus attiré l’attention de tous dans la prison, c’est le sens de l’humour du tueur en série.

Il avait un sens de l’humour très intéressant, a déclaré Joseph Scislowicz, porte-parole du système pénitentiaire.

En raison de la nature de ses crimes, il est devenu la cible de plaisanteries mais ne s’est jamais laissé abattre. Répondre aux insultes et aux plaisanteries des gardiens et des autres détenus de manière ludique était également un moyen de créer du rire dans cet environnement morne et monotone :

Attention, je mords ! a-t-il dit un jour aux gardiens, suscitant leur rire.

Il s’est également associé à la plaisanterie d’autres détenus qui ont affiché sur le tableau d’affichage de la prison un prospectus intitulé « Cannibales anonymes ». Réunions le soir dans la salle 213. » Il a bien sûr répondu à l’annonce qui a été rapidement retirée par les gardes.

Pour sa notoriété, Dahmer a passé sa première année à Columbia, une région rurale du centre-sud du Wisconsin, à 56 kilomètres au nord de la ville de Madison, dans une cellule isolée où ses mouvements étaient assez limités en raison de sa taille.

Mais au milieu de l’année 1993, son bon comportement a conduit le directeur de la prison à le placer dans une zone moins sécurisée, où il a obtenu certains privilèges. Il avait accès à 15 magazines, 30 livres, 4 journaux et une Bible, il pouvait également passer 2 appels téléphoniques et recevoir 3 visites par semaine, une télévision et une radio étaient mises à disposition dans sa cellule, il pouvait fréquenter l’école de la prison et travailler. Il était concierge, où il gagnait 24 cents de l’heure et commençait à jouer au tennis dans l’espoir de perdre les plus de 50 kilos qu’il avait pris en prison.

La plupart du temps, Dahmer restait seul dans sa cellule 648, fumant des cigarettes, lisant voracement des documents religieux et écoutant des cassettes de musique classique et de chant grégorien. Il restait debout presque toute la nuit, une habitude qu’il a prise en travaillant à la chocolaterie Ambrosia à Milwaukee. Il a également avoué que les week-ends étaient les jours les plus difficiles pour lui, car c’est à ce moment-là que « les anciennes compulsions » s’abattaient sur lui. Pourtant, les personnes qui ont été en contact avec lui ont eu le sentiment que la prison l’a fait changer.

Jeffrey Dahmer, dans une interview pour Inside Edition en 1993.

Pendant son séjour en prison, Jeffrey Dahmer a donné deux interviews à des chaînes de télévision. La première, en janvier 1993, était pour la journaliste Nancy Glass dans l’émission Inside Edition de CBS. L’interview est anthologique , contrairement à d’autres tueurs en série, Dahmer semble très sincère, il ne fuit pas et ne cache pas ses actions bizarres à tout moment. Malgré le sensationnalisme de l’histoire finale, Nancy Glass pose des questions pertinentes, et Dahmer y répond sans aucune honte. Ne jamais faire confiance à un psychopathe, mais ici, je peux dire que ce qu’il dit est vrai.

L’un des points intéressants de l’interview, c’est lorsque Nancy Glass demande : « Quel est le but de l’autel ? » Dahmer pousse un long soupir, comme s’il disait : « Comment je vais expliquer ça ? ». Et puis il dit : « Comme une sorte de mémorial ». Je ne sais pas. C’est tellement bizarre et étrange. C’est difficile à décrire. »

L’interview complète, sous-titrée, est visible ci-dessous :

Un an après l’interview d’Inside Edition, en février 1994, Jeffrey Dahmer a donné une autre interview d’anthologie à l’intérieur de la prison à Stone Phillips de la chaîne NBC. Il n’a accepté de donner l’interview que s’il était accompagné de son père. Je retranscris ci-dessous quelques parties intéressantes de l’interview. L’interview complète peut être vue sur youtube.

Un Jeffrey Dahmer plus gros est apparu à la télévision nationale en février 1994 dans une interview historique avec Stone Phillips.

  • Stone Phillips : Y a-t-il des parties du livre de votre père avec lesquelles vous n’êtes pas d’accord ?
  • Jeffrey Dahmer : Ouais, je ne suis pas d’accord avec la description de moi comme étant très timide et introverti parce que… ça doit être comme ça que mon père me voyait parce que je n’étais pas enjoué la plupart du temps… mais avec mes amis à l’école, j’ai une bonne mémoire, une bonne vie sociale, donc je n’étais pas extrêmement reclus. Je ne suis pas d’accord avec ça.
  • Stone Phillips : Ça vous a surpris ? [Il demande au père de Dahmer].
  • Lionel Dahmer : Cela m’a surpris. Peut-être que ma perception avait été trop extrême.
  • Stone Phillips : Y avait-il du plaisir à… à ouvrir un animal ?
  • Jeffrey Dahmer : Oui. Il y en avait. Pas… pas le plaisir sexuel, mais juste…
  • Stone Phillips : Sens du pouvoir, sens du contrôle ?
  • Jeffrey Dahmer : Je suppose que c’est une bonne façon de le dire, oui. Je pense que ça aurait pu devenir un passe-temps normal, comme la taxidermie, mais ce n’est pas ce qui s’est passé. Il s’en est écarté.
  • Stone Phillips : C’est la mort qui vous a excité ou ce qui s’est passé après la mort ?
  • Jeffrey Dahmer : Non, la… la mort n’était qu’un moyen pour arriver à ses fins. C’était… c’était une partie moins satisfaisante. Je n’ai pas aimé faire ça. J’avais ce fantasme récurrent de trouver quelqu’un qui faisait de l’auto-stop sur la route et de le prendre en otage pour pouvoir faire ce que je voulais…
  • Stone Phillips : Pourquoi le cannibalisme ?
  • Jeffrey Dahmer : C’était… c’était une autre scène. Cela… cela me donnait l’impression qu’ils étaient une partie permanente de moi… Ainsi que la curiosité de savoir ce que cela pourrait être, si cela me donnerait une satisfaction sexuelle.
  • Stone Phillips : Et c’est toujours là… ça ne s’en va jamais ?
  • Jeffrey Dahmer : En partie. Non, ça ne… ça ne disparaît jamais complètement. J’aimerais… qu’il y ait un moyen pour que ça disparaisse complètement… ces pensées compulsives, les sentiments. Ce n’est pas si grave maintenant… qu’il n’y a pas moyen d’agir dessus. Mais non, il semble que cela ne disparaîtra jamais. Je vais probablement devoir vivre avec ça pour le reste de ma vie.
  • Stone Phillips : Donc les pensées vous viennent encore ?
  • Jeffrey Dahmer : Parfois, oui.
  • Stone Phillips : Y a-t-il un moment précis où ces idées noires te sont venues ?
  • Jeffrey Dahmer : Je pense que c’était vers mes 14, 15 ans. J’ai commencé à avoir des pensées obsessionnelles avec de la violence.

Si vous n’avez pas vu l’interview, j’anticipe la meilleure partie. Rien n’est plus troublant dans cette interview que la fin. Jeff se lève, embrasse son père et s’apprête à partir, mais il s’arrête à côté de Stone Phillips.

Une tasse de café dans une main, il lève l’autre bras et désigne une boîte de l’équipe de production qui se trouvait sur une table, il dit à Stone Phillips :

Juste un point d’intérêt, ce genre de boîte.

L’audio entre les deux est coupé mais Stone Phillips explique plus tard :

Il voulait que nous sachions à quel point cette boîte ressemblait à celle que son père avait trouvée et qu’il avait utilisée pour cacher des parties du corps.

Une observation bizarre, non ?

En revenant sur ses années d’emprisonnement…

Il me semblait être un être humain atteint d’une maladie. Ce qu’il a fait est horrible, on ne peut pas l’oublier, bien sûr, mais il y avait un autre Jeffrey Dahmer. J’avais le sentiment que c’était une personne très bien, a déclaré Deborah Heasman, l’une des innombrables « fans » qui ont correspondu par lettres avec Jeffrey Dahmer.

Cette transformation peut être due à l’éclosion des croyances religieuses de Dahmer. Selon Roy Ratcliff, un prêtre qui a prêché dans les prisons du Wisconsin, Dahmer, après avoir lu quelques articles sur le créationnisme que lui avait envoyés son père, un chrétien, a décidé à la mi-mars 1994 qu’il voulait être baptisé dans l’Église du Christ. Deux correspondances de Dahmer sont parvenues à Roy, qui dirigeait à l’époque une congrégation d’environ 90 personnes à Madison.

Lors de la première rencontre, en avril 1994, Roy se souvient que Dahmer était nerveux. « Il pensait que je dirais quelque chose comme ‘Je ne te baptise pas, tu es mauvais’. Mais quand il a vu que j’étais ouverte à la conversation, il a été soulagé », dit Roy.

Une des rares images de Jeffrey Dahmer au pénitencier de l’Institut correctionnel Columbia à Portage, Wisconsin.

Le 10 mai 1994, quelque chose de très rare et d’étrange s’est produit.

Une éclipse solaire se produit lorsque la Lune passe entre la Terre et le Soleil, obscurcissant ainsi totalement ou partiellement l’image du Soleil pour un observateur au sol. Une éclipse solaire annulaire se produit lorsque le diamètre apparent de la Lune est inférieur à celui du Soleil, ce qui lui donne l’apparence d’un anneau, bloquant la majeure partie de la lumière du Soleil.

Alors que le ciel s’assombrissait étrangement ce jour-là, deux événements se produisant sur terre ont amené davantage de fondamentalistes à croire que ce phénomène n’était pas un phénomène de la nature, mais plutôt une réponse de la nature à ces deux événements se produisant sur terre. C’est le cas ?

Une éclipse solaire annulaire a assombri le ciel au milieu du 10 mai 1994, et c’est ce jour-là que le tueur en série John Wayne Gacy, surnommé « le clown tueur », a été exécuté par infection létale à Crest Hill, dans l’Illinois. Presque au même moment, non loin de Crest Hill, une cérémonie se déroulait au pénitencier de Portage, dans le Wisconsin : l’immersion complète dans la foi chrétienne du tueur en série notoire Jeffrey Dahmer.

Pour beaucoup, l’éclipse solaire annulaire semblait tout à fait appropriée, voire totalement surnaturelle. D’autres ont considéré cet événement comme une condamnation céleste pour ces deux événements survenus sur terre.

Sous le regard de l’aumônier de la prison et de deux gardiens, Roy a immergé Dahmer dans une baignoire de la prison en disant :

Bienvenue dans la famille de Dieu.

Dahmer a souri et a remercié le pasteur.

Beaucoup ont critiqué la décision de Roy de baptiser Dahmer. Cependant, Dahmer a admis avoir des remords et un désir de suivre la voie du Christ. Le prêtre doit savoir pertinemment que de nombreux détenus feignent ce désir ou sont simplement attirés par la structure de la religion après en avoir été totalement dépourvus dans leur vie criminelle. Cependant, ce que nous devons considérer, c’est que les principes de sa foi ne permettent pas à Roy d’exclure un être humain des yeux de Dieu une fois que la foi a été proclamée. Peu importe les critiques, Roy Ratcliff a suivi ce qu’il croyait vraiment.

Quelques semaines plus tard, un prisonnier a attaqué Dahmer alors qu’il se trouvait dans la chapelle de la prison. Le prisonnier, un dealer cubain, est arrivé par derrière et a essayé de lui trancher la gorge avec une arme faite d’une lame de rasoir et d’une brosse à dents. Dahmer ne souffre que d’égratignures superficielles et les autorités le placent en isolement temporaire. Cependant, Dahmer a insisté sur le fait qu’il ne voulait pas porter plainte.

Robert Ressler
Robert Ressler

Je ne pense pas qu’il était particulièrement inquiet pour sa vie. Il disait que tout ce que la société avait pour lui, il savait qu’il le méritait, a déclaré Robert Ressler, qui a interrogé Dahmer pendant neuf heures.

La mort du cannibale, le 28 Novembre 1994

Selon ceux qui avaient contemplé l’instinct meurtrier le plus profond ancré dans son âme, Jeffrey Dahmer était prêt à mourir.

Tous les dimanches soirs, quatre fois par mois, Joyce, la mère de Jeffrey Dahmer, parlait à son fils :

Joyce Dahmer
Joyce Dahmer

Je lui demandais toujours s’il était en sécurité

il répondait : « Ça n’a pas d’importance, maman ». Je me fiche qu’il m’arrive quelque chose. »

Et lors des réunions hebdomadaires en prison avec le père Roy Ratciiff de la Christ Church de Madison, dans le Wisconsin, Dahmer a souvent envisagé « la question de la mort », demandant à Roy Ratciiff s’il « péchait contre Dieu en continuant à vivre ».

Lors de leur dernière réunion, le 23 novembre 1994, la lecture hebdomadaire de la Bible par Dahmer était tirée du Livre de l’Apocalypse, un livre rempli de prophéties de feu de l’enfer, de damnation et de fureur apocalyptique. Le passage choisi par Dahmer était étrangement inapproprié pour son plus grand désir à ce moment-là : la mort.

En ces jours-là, les hommes chercheront la mort et ne la trouveront pas, ils désireront mourir, et la mort fuira loin d’eux.

Mais la mort a trouvé Jeffrey Dahmer juste cinq jours après cette lecture. Le matin du 28 novembre 1994, Dahmer a été chargé de nettoyer les toilettes du gymnase du pénitencier avec deux autres détenus :

Christopher Scarver, un homme noir grand et plutôt fort, atteint de schizophrénie, qui avait commis un meurtre au premier degré et Jesse Anderson, un homme blanc raciste qui avait poignardé sa femme 23 fois et blâmé un homme noir pour sa mort.

Inexplicablement, les policiers qui les surveillaient tous les trois sont partis et ont été absents pendant 20 minutes. Que pourrait-il se passer si vous mettiez au même endroit un tueur en série vicieux, un tueur schizophrène et un autre tueur raciste ? Il ne faut pas réfléchir trop longtemps pour savoir ce qui s’est passé entre ces trois hommes. À leur retour, les gardes trouvent Jeffrey Lionel Dahmer, 34 ans, allongé sur le sol, la tête marquée de plusieurs contusions. Jesse Anderson avait également été battu près d’une douche.

 

Inexplicablement, les policiers qui les surveillaient tous les trois sont partis et ont été absents pendant 20 minutes. Que pourrait-il se passer si vous mettiez au même endroit un tueur en série vicieux, un tueur schizophrène et un autre tueur raciste ? Il ne faut pas réfléchir trop longtemps pour savoir ce qui s’est passé entre ces trois hommes. À leur retour, les gardes trouvent Jeffrey Lionel Dahmer, 34 ans, allongé sur le sol, la tête marquée de plusieurs contusions. Jesse Anderson avait également été battu près d’une douche.

Christopher Scarver
Christopher Scarver

Prétendant avoir reçu un ordre de Dieu, Christopher Scarver a pris une barre de fer et a tué Jeffrey Lionel Dahmer et Jesse Michael Anderson. C’est la triste fin du psychopathe qui a effrayé le monde dans les années 1990.

 Jesse Michael Anderson
Jesse Michael Anderson

Jeffrey Lionel Dahmer a trouvé ce qu’il cherchait dans les dernières années de sa vie, la mort. Peut-être qu’il n’a même pas essayé de se défendre. Il a peut-être considéré le schizophrène Scarver comme son salut, ce qui est assez surréaliste puisque Scarver était noir et athlétique, comme la plupart des hommes que Dahmer aimait tuer. De plus, Scarver l’a tué avec une barre de fer, de la même façon que Dahmer a assassiné Steven Hicks, sa première victime en 1978.

Malgré sa notoriété, Jeffrey Dahmer n’était pas surveillé de manière adéquate au sein de la prison. Le meurtre était-il motivé par le racisme ? De nombreuses victimes de Dahmer étaient noires, et Jesse Anderson, 37 ans, qui était blanc, a tué sa femme en 1992 et a accusé un homme noir du meurtre. Cristopher Scarver a déclaré un jour à un psychiatre en prison que « rien de ce que les Blancs font aux Noirs n’est juste ». Les dossiers de la prison montrent que Scarver était un psychotique qui croyait être le Christ. Le fait est que le système carcéral américain, considéré par beaucoup comme l’un des meilleurs au monde, a échoué.

La mort a peut-être été une échappatoire pour les démons de Dahmer, mais pour sa famille, elle a été un nouveau chapitre d’une existence terrestre douloureuse.

Joyce Dahmer
Joyce Dahmer

Maintenant, tout le monde est heureux ?

Maintenant qu’il a été battu à mort, est-ce que cela suffit pour tout le monde ?, a déclaré sa mère en fulminant après avoir appris sa mort.

Shari Dahmer a annoncé la nouvelle à son mari. Pour la deuxième fois de sa vie, Lionel Dahmer, est paralysé, assis sur sa chaise de bureau, le regard dans le vide.

Pour certains des proches des victimes, la réponse à la délation de la mère de Dahmer est définitivement OUI.

Je suis très heureux et très excité que ce monstre soit enfin mort, le démon est parti, a déclaré Janie Hagen, frère de Richard Guerrero, tué par Dahmer à 21 ans.

Mais pour d’autres, tuer est tuer, peu importe qui est la victime.

Je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer quand j’ai appris la nouvelle. J’ai pleuré pour sa famille. J’ai pleuré pour lui. Il n’aurait pas dû être tué comme ça, a déclaré Theresa Smith, qui a rendu visite à Dahmer en prison huit mois avant sa mort.

Theresa était la sœur d’Edward Smith, l’une des victimes de Dahmer, tué en 1990.

Pour les policiers qui ont arrêté Dahmer, il attendait la mort. En juin 1994, le détective Dennis Murphy a rencontré Dahmer en prison, et Jeff lui a dit :

Je vais vivre avec les autres détenus maintenant. Je serai mort dans six mois. Et si quelqu’un m’attaque, je ne me battrai pas.

Pourtant, dans la mort comme dans la vie, le nom de Jeffrey Dahmer évoquera toujours une image qui a attiré le monde entier en 1991 : des congélateurs et des bocaux remplis de parties de corps humains retirés de l’appartement 213 du bâtiment de la 25e rue nord à Milwaukee. Son visage est pâle, sans affect et avec un regard plat.

 

Gerald Boyle
Gerald Boyle

Il était comme la comète de Halley. Un criminel comme lui réapparaît tous les 75 ans et, heureusement, on ne le reverra pas avant 75 ans.

[Gerald Boyle]

Dieu est apparu et a dit : ‘Fais-le!’ Cristopher Scarver a dit au procès.

 

Shari Dahmer
Shari Dahmer

Pour moi, il y a un sentiment de soulagement de savoir que Jeffrey ne souffre plus, et que mon mari peut peut-être sortir de cette souffrance. Peut-être pouvons-nous être des gens ordinaires maintenant, a déclaré la belle-mère de Dahmer.

Cristopher Scarver est traduit en justice après avoir assassiné Jeffrey Dahmer et Jesse Anderson. Pour ces crimes, Scarver a été condamné à deux autres peines de prison à vie.

Mais même dans la mort, Jeffrey Dahmer n’a pas pu trouver le repos. Lionel et Joyce sont allés au tribunal pour obtenir le droit d’enterrer le corps de leur fils. Joyce voulait plus, elle voulait faire don du cerveau de Dahmer pour des études, car selon elle, les scientifiques et les chercheurs pourraient l’étudier pour essayer d’expliquer le comportement de Jeff. Son père était contre,

étudier un cerveau mort ? Non ! Ils devraient l’étudier quand il était encore vivant, maintenant qu’il est mort, ça ne sert à rien.

Le corps de Dahmer est resté en détention pendant un an. Dans son testament, Dahmer a dit qu’il souhaitait que son corps soit incinéré. Et c’est ainsi qu’après un an de querelles, ils ont reçu chacun la moitié des cendres de leur fils. Lionel possède encore aujourd’hui les cendres de son fils, et selon lui, elles sont gardées en paix.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings