Guy Georges – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Guy Georges

La bête noire de la Bastille

C’est une personne maléfique… l’incarnation du mal !

…un psychopathe narcissique !

Il est comme un chat, qui piège les oiseaux par instinct !

…les meurtres ont atteint un rituel de vampirisation !

C’est une personne maléfique… l’incarnation du mal !

…un psychopathe narcissique !

Il est comme un chat, qui piège les oiseaux par instinct !

…les morts ont atteint un rituel de vampirisation !

Son vrai plaisir vient de la chasse, de l’excitation, de ce moment où il reste immobile à regarder sa victime.

… il se nourrissait de l’énergie et de la force vitale de ceux qui exerçaient son pouvoir.

Leurs victimes n’existaient pas en tant que personnes, seulement en tant qu’objets pour soutenir leurs tentatives perverses d’appropriation de leurs qualités intérieures.

Au milieu des années 1990, la Bastille est hantée par une série de crimes violents. Mais ces meurtres n’ont pas été commis par un révolutionnaire, un terroriste ou lors d’une manifestation sanglante pour les droits. Ces meurtres ont été commis par un tueur en série, un homme que l’on a appelé « l’incarnation du mal » , un psychopathe qui n’avait qu’un seul désir : se satisfaire, c’est-à-dire tuer.

La police est contrariée dans son enquête sur la fête de la Bastille.

Le rapport dit :

La police française a subi un revers aujourd’hui dans sa recherche du tueur en série connu sous le nom de « La Bête de la Bastille ». Les tests ADN ont montré qu’un suspect arrêté à Londres n’est pas lié aux crimes.
La police française est certaine qu’un seul homme est responsable du meurtre et du viol de trois femmes dans l’est de Paris entre 1994 et 1997. Il semblerait qu’il ait assassiné quatre autres femmes dans des crimes non résolus remontant à 1991. Les meurtres ont semé la panique à Bastille, les femmes ont peur de se promener seules la nuit. Les enquêteurs pensent que le tueur a entre 25 et 30 ans, est d’origine africaine et parle français sans accent. La description provient d’une femme qui a réussi à échapper à une attaque en 1995.
Toutes les victimes vivaient seules. Elles ont été violées et ont eu la gorge tranchée avec un couteau. Il y a eu une intense spéculation dans les médias et les crimes ont eu un grand impact en France, un pays qui associe habituellement les meurtres en série aux États-Unis.

Depuis 1991, un tueur en série opérait en toute impunité dans la région de la Bastille, mais malgré les similitudes entre les meurtres, la police n’a jamais admis que les crimes étaient l’œuvre d’un tueur en série, alors que les caractéristiques étaient presque évidentes :

⦁ Toutes les victimes étaient des femmes jeunes, belles et célibataires
⦁ Les attaques ont eu lieu soit dans des parkings souterrains de la ville, soit à l’intérieur des appartements des victimes
⦁ Elles ont toutes été violées avant d’être tuées
⦁ Les soutiens-gorge ont été coupés entre les bonnets et les pantalons sur le côté gauche
⦁ Ils ont tous été tués par décapitation

La grande vérité est que la police française n’a jamais accordé à cette affaire l’attention qu’elle méritait. Comme on peut le lire dans le reportage de la BBC, les Français ont commis une erreur élémentaire, pour ne pas dire puérile, en associant les meurtres en série aux États-Unis, comme si ces crimes ne se produisaient que là-bas. Mais ce n’est pas tout, en plus d’enquêter sur les crimes à tort et à travers, les meurtres en série de jeunes femmes dans le quartier de la Bastille ont toujours été relégués au second plan. En 1995, la ville a été hantée par plusieurs attentats terroristes qui ont fait plusieurs morts. Presque tous les efforts de la police ont été concentrés sur l’enquête de ces attaques. Pour ne rien arranger, en 1997, la princesse Diana meurt dans un accident de voiture dans le tunnel du Pont de l’Alma. Bien qu’il s’agisse d’un accident, le monde entier a commencé à se demander : n’était-ce pas un meurtre ? Les théories conspirationnistes impliquant la mort de personnes importantes sont presque immédiatement soulevées au moment de la mort de l’individu. Pour assouvir la faim du monde et des médias, la police française a dû mener une enquête immense et détaillée sur la mort de la princesse, et une fois de plus, les meurtres des femmes de la Bastille sont passés au second plan.
Mais le 16 novembre 1997, un événement va pousser la police à se lancer une fois pour toutes dans l’affaire des femmes tuées à la Bastille.

⦁ 16 novembre 1997

C’était le 18 novembre 1997. Les parents de la belle jeune femme française Estelle Magd, 25 ans, avaient des appréhensions. La jeune femme, qui travaillait comme secrétaire pour une société de production cinématographique, n’avait pas donné de nouvelles depuis deux jours ; elle ne répondait même pas à son téléphone. Trouvant étrange la disparition soudaine de leur fille, ses parents décident de se rendre à l’appartement où elle vivait dans le quartier de la Bastille, plus précisément rue de La Forge Royale, 11e arrondissement de Paris, quartier de la Bastille.

Vue de l'étroite rue La Forge Royale, où habite la jeune et belle Estelle Magd. Crédit photo : Google Street View.
Vue de l’étroite rue La Forge Royale, où habite la jeune et belle Estelle Magd. Crédit photo : Google Street View.
Une autre vue de l'étroite rue La Forge Royale, où réside la jeune et belle Estelle Magd. Crédit photo : Google Street View.
Une autre vue de l’étroite rue La Forge Royale, où réside la jeune et belle Estelle Magd. Crédit photo : Google Street View.

Les parents de la jeune Estelle marchent dans la rue étroite qui mène à son appartement. Ils ont passé la porte de gauche, ils ont vu la boîte aux lettres appartenant à leur fille.

La boîte aux lettres d'Estelle Magd au rez-de-chaussée de son immeuble. Crédit d'image : Corbis.
La boîte aux lettres d’Estelle Magd au rez-de-chaussée de son immeuble. Crédit d’image : Corbis.

Les parents de la belle Estelle Magd ne le savaient pas, mais elle était morte depuis deux jours. La scène est choquante : Estelle est nue sur le lit, ses vêtements arrachés, ses mains liées, une profonde entaille à la gorge.
La réaction à la mort horrible d’Estelle Magd n’aurait pas pu être pire pour la police. Des meurtres similaires avaient lieu depuis des années et aucun n’avait été résolu. Les proches d’autres femmes tuées dans la région de la Bastille se sont adressés à la presse et ont exprimé leur colère non seulement contre la police, mais aussi contre les médias qui semblaient ne pas tenir compte des femmes tuées. Cependant, la mort d’Estelle Mag a marqué un tournant. En effet, la police enquêtait déjà sur des meurtres similaires de femmes à la Bastille (bien ou mal, mais elle enquêtait), et lorsqu’elle a obtenu un échantillon d’ADN du meurtrier, prélevé sur un des vêtements d’Estelle, elle a confirmé ce qu’elle avait toujours nié avec véhémence.

L’ADN de l’assassin d’Estelle correspondait à des échantillons d’ADN prélevés sur deux autres scènes de meurtre contre des femmes dans la région de la Bastille, survenues des années auparavant : Agnes Nijkamp, une Néerlandaise tuée le 10 décembre 1994, et Hélène Frinking, tuée le 8 juillet 1995. De plus, les meurtres d’Estelle, Agnès et Hélène portent la même signature que deux meurtres qui ont eu lieu dans des garages souterrains à Paris. Elsa Benadi, retrouvée morte le 8 novembre 1994 et Catherine Rocher, retrouvée morte le 7 janvier 1994. Les cinq femmes ont été tuées selon le même rituel : leurs vêtements ont été arrachés à l’aide de couteaux, elles ont été attachées, bâillonnées, violées et décapitées. Elles avaient également toutes le même profil : des femmes jeunes et belles. La seule différence est qu’Estelle, Agnès et Hélène ont été tuées dans leur appartement.
Il ne servait à rien de lutter contre l’évidence plus longtemps, il y avait un tueur en série en liberté dans les rues de Paris, et ils devaient l’arrêter. Bientôt, la presse l’a appelé :

Estele MagdNom : Estelle Magd
Âge : 25 ans
Profession : Secrétaire
État civil : Simple
Décès : 16 novembre 1997
Lieu : Rue de la Forge Royale, région de Bastille, Paris.
Caractéristiques : Viol et décapitation
Note : Estelle a été retrouvée morte dans son appartement par ses parents. Après sa mort, une véritable chasse à l’homme a été lancée par la police française.
En examinant les dossiers de ces meurtres et d’autres semblables, les détectives ont soupçonné le tueur en série d’être impliqué dans des meurtres remontant à 1991.

 

 

Remontons dans le temps

Paris, le 24 janvier 1991

Dans la nuit du 24 janvier 1991, la belle étudiante en lettres de 19 ans, Pascale Escarfail, est violée et assassinée dans son appartement de la rue Delambre, dans le 14e arrondissement de Paris, région de la Bastille. De manière particulière, le tueur a coupé son soutien-gorge entre ses bonnets. Elle a été retrouvée les mains liées et présentait trois coupures profondes dans la région du cou, l’une des coupures ayant atteint l’artère carotide gauche.
La police a fouillé l’appartement de Pascale à la recherche d’empreintes digitales ou d’autres indices, mais n’a rien trouvé. Les traces de sperme n’ayant pas permis d’isoler l’ADN de l’agresseur, le dossier de l’enquête sur le meurtre a été transmis à la juge Martine Bernard, qui n’a pas non plus avancé dans l’affaire.

Vue de la rue Delambre, 14e arrondissement de Paris, région de la Bastille. L'étudiante Pascale Escarfail vivait dans un appartement situé dans cette rue.
Vue de la rue Delambre, 14e arrondissement de Paris, région de la Bastille. L’étudiante Pascale Escarfail vivait dans un appartement situé dans cette rue.

Pascale EscarfailNom : Pascale Escarfail
Âge : 19 ans
Profession : étudiant en lettres
État civil : Simple
Décès : 24 janvier 1991
Lieu : Rue Delambre, région de la Bastille, Paris.
Caractéristiques : Viol et décapitation
Note : Pascale a été retrouvée nue, les mains liées et bâillonnées dans son appartement. La police n’a pu trouver aucun indice menant à son assassin.
La mort mystérieuse de Pascale restera non résolue. Au cours des années suivantes, aucun meurtre similaire au sien n’a été signalé par la police. Cependant, trois ans plus tard, en 1994, trois meurtres similaires auront lieu.

Paris, le 7 janvier 1994

Le 7 janvier 1994, la belle assistante marketing Catherine Rocher, 27 ans, est retrouvée morte à l’intérieur de sa voiture dans un parking souterrain au 70 boulevard de Reuilly, 14e arrondissement de Paris, région Bastille. L’endroit est proche de celui où, trois ans plus tôt, l’étudiante Pascale Escarfail a été retrouvée morte dans son appartement.
Catherine Rocher a été violée et décapitée dans sa voiture. Elle revenait de vacances avec des amis lorsqu’elle a été attaquée. Elle présentait des ecchymoses sur le corps, ce qui permet de conclure qu’elle a tenté de résister au viol et a donc été battue. Son corps a été trouvé par son patron. Son soutien-gorge était coupé entre les bonnets et son pantalon avait une longue déchirure sur le côté gauche qui allait un peu au-dessus du genou jusqu’à la taille.

Catherine RocherNom : Catherine Rocher
Âge : 27 ans
Profession : Assistante marketing
État civil : Simple
Décès : 7 janvier 1994
Lieu : 70 boulevard de Reuilly, région de Bastille, Paris.
Caractéristiques : Viol et décapitation
Note : Catherine a été retrouvée morte dans sa voiture dans un garage souterrain. Elle avait des bleus sur tout le corps. Son soutien-gorge était coupé entre les bonnets et son pantalon avait une déchirure.
Six jours après le meurtre de Catherine, le 13 janvier 1994, Annie L., une jeune présentatrice sur une station de radio de la ville, rentrait chez elle tard dans la nuit. Elle marchait dans les rues étroites de Paris quand elle a remarqué qu’un homme la suivait. Elle se retourne et l’homme la regarde fixement dans les yeux. Elle a accéléré ses pas, presque couru. Au même moment, l’homme a également accéléré ses pas. Il la suivait. Elle est entrée dans son immeuble, a monté les escaliers et alors qu’elle était sur le point d’ouvrir la porte de son appartement… elle a laissé tomber la clé, en se retournant…

Je te veux !

Un homme armé d’un couteau l’a agressée, elle a crié, mais à cette heure de la nuit, personne ne pouvait l’entendre. L’homme a pris le sac à main et le manteau d’Annie. D’une main il a frotté son couteau sur le visage de sa victime, de l’autre il a ouvert sa fermeture éclair. Il l’a forcée à faire une fellation. Après avoir exécuté l’acte, il a dit :

Ouvrez la porte de votre appartement !

Paralysée par la peur et agressée sexuellement, Annie a menti à son agresseur :

Je ne peux pas, il y a des gens à l’intérieur.

L’homme s’est levé en colère et a jeté son manteau dans les escaliers. Elle a sangloté quand il l’a regardée. Il a ensuite descendu les escaliers pour ramasser le manteau qu’il venait de jeter. Et c’est alors qu’Annie en a profité pour ouvrir la porte de son appartement, entrer et la refermer. Seul à l’extérieur, l’homme est furieux, comme un animal terrifié il frappe la porte, mais impuissant, il s’efface lentement et quitte le bâtiment.
Annie a immédiatement appelé la police. Des patrouilles sont arrivées et ont commencé à rôder dans la zone, mais n’ont pas trouvé l' »homme noir ».

L’attachée de presse Elsa Benady, 22 ans, a été violée et tuée dans la nuit du 8 novembre 1994 dans un parking souterrain du quartier Auguste-Blanqui, 13e arrondissement de Paris, quartier Bastille.
Son corps a été retrouvé par son frère le jour suivant. Comme Catherine Rocher, Elsa était morte dans sa voiture. Il y avait aussi d’autres similitudes.
Le soutien-gorge d’Elsa avait été coupé entre les bonnets et son pantalon avait une grande déchirure sur le côté gauche.

Le soutien-gorge d'Elsa Benady est coupé entre les bonnets. Sur le côté droit, il est possible de voir une déchirure dans son pantalon, probablement faite par le couteau du meurtrier.
Le soutien-gorge d’Elsa Benady est coupé entre les bonnets. Sur le côté droit, il est possible de voir une déchirure dans son pantalon, probablement faite par le couteau du meurtrier.
Comparaison des pantalons d'Elsa Benady et de Catherine Rocher. On peut clairement voir que l'agresseur a déchiré le pantalon sur le côté gauche (jambe gauche).
Comparaison des pantalons d’Elsa Benady et de Catherine Rocher. On peut clairement voir que l’agresseur a déchiré le pantalon sur le côté gauche (jambe gauche).

Lors de cette nuit fatidique, Elsa était sortie dîner avec des amis et au moment de partir, elle a été attaquée par son assassin. Le meurtre a attiré l’attention de la police. Deux décès présentant les mêmes caractéristiques sont survenus dans des parkings souterrains du quartier de la Bastille. Et il ne s’agissait pas de la mort de trafiquants de drogue ou de criminels. Il s’agissait de deux jeunes femmes, belles et brillantes, qui ont été violées et décapitées dans leur voiture. La signature des meurtres était également la même : des soutiens-gorge coupés entre les bonnets et des pantalons déchirés sur le côté de la jambe gauche.

Elsa BenadyNom : Elsa Benady
Âge : 22 ans
Profession : Attaché de presse
État civil : Simple
Décès : 08 novembre 1994
Lieu : Auguste-Blanqui, région de Bastille, Paris.
Caractéristiques : Viol et décapitation
Note : Elsa a été retrouvée morte dans sa voiture dans un garage souterrain. Son soutien-gorge était coupé entre les bonnets et son pantalon avait une déchirure sur le côté gauche. Son corps a été retrouvé dans sa voiture par son frère. Compte tenu des similitudes entre les deux affaires, l’enquête sur le meurtre d’Elsa a été confiée au groupe chargé d’enquêter sur celui de Catherine Rocher.

Un mois après le meurtre d’Elsa Benady dans un garage souterrain à Paris, la Néerlandaise Agnès Nikjamp, une architecte d’intérieur de 33 ans, a été retrouvée morte dans son appartement de la rue Faubourg-Saint-Antoine, dans le 11e arrondissement de Paris, dans la région de la Bastille. Agnès a été retrouvée allongée sur son lit, portant uniquement sa veste en cuir. Elle était bâillonnée et sa culotte était déchirée. Sa gorge était déchirée.
Les examens ont conclu qu’Agnès avait été violée. Les experts ont pu isoler l’ADN du tueur à partir de traces de sperme.

Vue de la rue du Faubourg Saint-Antoine, région de la Bastille. Agnès vivait dans un appartement de cette rue lorsqu'elle a été retrouvée morte le 10 décembre 1994.
Vue de la rue du Faubourg Saint-Antoine, région de la Bastille. Agnès vivait dans un appartement de cette rue lorsqu’elle a été retrouvée morte le 10 décembre 1994.

Agnès NikjampNom : Agnès Nikjamp
Âge : 33 ans
Profession : architecte d’intérieur
État civil : Simple
Décès : 10 décembre 1994
Lieu : Rue Faubourg-Saint-Antoine, région de la Bastille, Paris.
Caractéristiques : Viol et décapitation
Note : Agnès a été retrouvée morte dans son appartement. Elle avait été décapitée de plusieurs coups de couteau dans le cou. Le meurtrier avait volé des objets dans son appartement.
Malgré trois meurtres de femmes en 1994, présentant tous des caractéristiques communes, la police française a semblé ne pas y prêter attention. Les enquêtes ont été menées lentement et dans aucun des cas, un suspect n’a été évoqué. De plus, chaque meurtre a fait l’objet d’une enquête séparée, il n’y a pas eu d’échange d’informations. Six mois après le meurtre d’Agnès, une autre femme a été agressée dans le quartier de la Bastille, mais comme dans le cas de la présentatrice Annie L., elle a réussi à s’échapper.

Paris, le 16 juin 1995

La jeune Elisabeth Ortega se rendait à pied à son appartement dans le 4e arrondissement de Paris après avoir quitté une boîte de nuit. Elle ouvre la porte de l’immeuble où elle habite, rue Tournelles, et au moment de la refermer… un homme surgit de nulle part. Un grand couteau à la main, il a menacé Elisabeth, et tous deux se sont dirigés vers son appartement. L’homme semblait ne pas être agressif et les deux ont même parlé pendant quelques instants pendant qu’il fumait sa cigarette. Mais il a vite montré ce qu’il était venu chercher. Il l’a attachée au lit et a commencé à passer le couteau sur son corps. Mal à l’aise avec une lumière allumée à l’étage, il est monté dans les escaliers du duplex pour éteindre les lumières. C’est alors qu’Elisabeth a réussi à se détacher les poignets, à ouvrir la fenêtre de son appartement (qui était au premier étage) et à sauter. Boitant, elle a couru en criant dans la rue. Elle a trouvé une patrouille de police, mais le suspect s’était déjà enfui.
La police a récupéré la cigarette que l’agresseur fumait et a réussi à extraire de l’ADN grâce à la salive. Interrogée par la police, Elisabeth a déclaré que l’homme était :

Type afro-américain, environ 25 ans, corps athlétique, cheveux noirs rasés, environ 1m70, peau foncée, visage ovale, traits fins. Parle français sans accent.

Grâce à la description d’Elisabeth et à l’aide d’un logiciel développé par Scotland Yard (la police anglaise), un portrait-robot a été réalisé :

Croquis de la police française du témoignage d'Elisabeth Ortega.
Croquis de la police française du témoignage d’Elisabeth Ortega.

Le portrait-robot n’a pas été rendu public et n’a servi que d’indice pour la police. Elisabeth a passé plusieurs semaines à aider les enquêteurs. Elle a vu plus de 2 500 photos de suspects, mais n’a pu identifier aucun d’entre eux comme étant son agresseur. Elle a même accompagné la police lors de plusieurs rondes de nuit, sans succès. Mais la chose la plus intéressante était à venir. La comparaison de l’ADN prélevé sur le mégot de cigarette et sur la scène de crime de la Néerlandaise Agnès Nikjamp a révélé que la même personne qui a assassiné Agnès a attaqué Elisabeth. De plus, l’analyse génétique a permis d’identifier la race du meurtrier : Noir.
La police enquêtait toujours sur l’agression d’Elisabeth quand, un mois plus tard, un autre corps a été retrouvé.

La belle jeune femme Hélène Frinking, 27 ans, a été violée et tuée dans son appartement le 8 juillet 1995. Cette nuit-là, elle rentrait chez elle après avoir passé quelques heures chez des amis lorsqu’un homme sur le balcon d’un immeuble l’a vue parler à un homme noir. L’homme noir aurait demandé une cigarette à Hélène, qui s’est arrêtée pour lui en donner une. Le témoin est rentré dans son appartement après avoir vu la scène.
Hélène a été retrouvée morte par son petit ami le lendemain, les mains liées et bâillonnées. Ses vêtements étaient déchirés, son soutien-gorge était coupé entre les bonnets et son pantalon avait une longue coupure sur le côté gauche. La police a découvert des traces d’un « pied égyptien » (gros orteil) sur la scène du crime.
En apprenant la nouvelle de la mort de sa fille, Annie Gauthier, la mère d’Hélène, est en état de choc. Il lui a fallu plus de deux mois pour retrouver le « monde des vivants ». La police ne semblait pas s’investir pleinement dans les enquêtes sur les meurtres, mais avec le meurtre d’Hélène, cela allait changer… un peu. Tout cela parce que la mère d’Hélène est devenue une sorte de hantise pour la police. Elle n’aurait pas de repos avant d’avoir trouvé l’assassin de sa fille. Elle a commencé une enquête de son côté. De plus, elle a commencé à remettre en question le travail de la police. Elle a découvert que la police française n’interrogeait même pas les voisins ou les habitants de l’immeuble où vivait sa fille. Ils ne sont même pas revenus sur les pas d’Hélène la nuit du crime. Elle a porté ses plaintes devant le juge chargé de ces affaires, Gilbert Thiel, qui a exigé un plus grand engagement de la part de la police.
Mais le meilleur était encore à venir. Les échantillons d’ADN prélevés sur le sperme du tueur étaient compatibles avec le tueur d’Agnès Nikjamp et l’agresseur d’Elisabeth Ortega. En d’autres termes, Agnès Nikjamp et Hélène Frinking ont été tuées par le même homme. Et c’est ce même homme qui a attaqué Elisabeth Ortega le 16 juin.

Hélène FrinkingNom : Hélène Frinking
Âge : 27 ans
Profession : infirmière
État civil : Simple
Décès : 08 juillet 1995
Lieu : 10e arrondissement de Paris, région de la Bastille, Paris.
Caractéristiques : Viol et décapitation
Note : Hélène a été retrouvée morte dans son appartement. Elle avait été décapitée et la police a trouvé la marque d’un « pied égyptien » sur la scène du crime.
Malgré l’évidence, le travail a été lent. Un mois après le meurtre d’Hélène, une autre femme sera agressée dans la région de la Bastille.
Mélanie B., 20 ans, a été surprise le 25 août 1995 alors qu’elle montait les escaliers de son immeuble dans le quartier du Marais à Bastille par un homme armé d’un couteau. Il l’a menacée et lui a ordonné d’ouvrir la porte de son appartement. Quand elle a ouvert la porte, l’homme a vu le petit ami de Mélanie regarder la télévision dans le salon. Les deux se sont fait face et le petit ami de Mélanie s’est levé vers elle. En le voyant s’approcher, l’agresseur s’est enfui. Dans la fuite, il a fait tomber son portefeuille.
Mélanie B. et son petit ami ont déposé une plainte et ont apporté le portefeuille de l’agresseur à la police. La police dispose désormais de l’identité d’un auteur qui correspond au profil évoqué par d’autres femmes victimes d’agressions dans la région. Selon Mélanie, il était noir, de taille moyenne et athlétique. La même description que la présentatrice Annie L. a donnée à la police en 1994 et qu’Elisabeth Ortega a donnée en juin 1995. Par ailleurs, les analyses ADN ont conclu que le meurtrier d’Agnès Nikjamp et d’Hélène Frinking était noir. Serait-ce le tueur qui était en liberté à la Bastille ?
La police n’a même pas eu à enquêter beaucoup car moins de 24 heures après l’agression de Mélanie B, l’auteur lui-même s’est présenté spontanément au commissariat.

Guy Georges, 33 ans, est arrêté par la police française le 9 septembre 1995 pour une prétendue tentative de cambriolage dans l'appartement de la jeune Mélanie B.
Guy Georges, 33 ans, est arrêté par la police française le 9 septembre 1995 pour une prétendue tentative de cambriolage dans l’appartement de la jeune Mélanie B.

Guy Georges se présente au poste de police pour signaler la perte de ses papiers la veille. Ingéniosité ? Intentionnel ? Bien sûr, la police avait quelques questions à lui poser. Guy Georges a nié avec véhémence être impliqué dans l’agression de Mélanie B. Selon l’homme, il avait perdu son portefeuille la nuit précédente et s’était rendu au poste de police uniquement pour faire une déclaration. La police n’est pas tombée dans le panneau et a appelé Mélanie au poste de police pour qu’elle le reconnaisse. Et elle a reconnu Georges comme son agresseur. Il a finalement avoué l’agression de la jeune femme et a assuré à la police que son intention était d’entrer dans l’appartement pour voler. C’est possible ?
Guy Georges semblait être le suspect idéal pour les meurtres d’Agnès Nikjamp et d’Hélène Frinking, ainsi que pour les attaques contre Elisabeth Ortega et Annie L. Il était noir, athlétique et de taille moyenne. Bien que noir, il est français, ce qui explique son discours sans accent, un indice soulevé par Elisabeth. En examinant le passage de Guy Georges, la police était presque certaine qu’il s’agissait de l’homme à l’origine des attaques contre la Bastille.
Son casier judiciaire était chargé. Le 6 février 1979, à l’âge de 17 ans, il a attaqué une adolescente appelée Pascale C. Il a essayé de l’étrangler au milieu de la rue, mais elle a crié et il s’est enfui. Moins de trois heures plus tard, il a été arrêté et a passé une semaine en prison. En mai 1980, il a poignardé une jeune femme appelée Linda C au visage.
Le 5 mai 1980, il a frappé une femme de 24 ans, Jocelyne S., alors qu’elle rentrait chez elle le soir. Dix jours plus tard, il a attaqué Roselyne C., 33 ans. Il lui a volé son sac à main, mais la femme l’a retenu, il lui a sans hésiter entaillé le visage avec un couteau et s’est enfui. Deux jours plus tard, il a été arrêté et condamné. Il est resté moins d’un an en prison et a été libéré en février 1981.
Le 16 novembre 1981, il a agressé Nathalie L., 18 ans, dans la région de la Bastille. Nathalie était enceinte et était battue par Georges. Il a coupé sa robe, ses sous-vêtements et l’a violée. Finalement, il l’a poignardée dans le cou et est parti. Apparemment, Georges pensait avoir assassiné Nathalie, mais elle a survécu pour raconter son histoire. Il est à nouveau arrêté en février 1982.
Il est parti la même année et a attaqué peu après Violeta K., également dans le quartier de la Bastille. Violeta arrivait à l’immeuble où elle vivait lorsque Georges l’a attaquée et a exigé qu’elle lui fasse une fellation. Elle ne l’a pas fait et il a commencé à l’étrangler. Violeta a réussi à s’échapper. Un garde avec un chien passait près de la scène. Il a tiré et lâché le chien sur Georges qui a réussi à s’échapper, mais le chien a pris son sac et ses documents. Il a été arrêté 20 jours plus tard et a nié l’attaque. Le 10 février 1983, il a été condamné à 18 mois de prison pour attentat à la pudeur avec violence.
Il a été libéré de prison le 27 février 1984 pour bonne conduite. De nouveau libre, Georges a recommencé à faire ce qu’il aimait : s’attaquer aux femmes. Dans un parking souterrain de la région de la Bastille, il a attaqué l’étudiante Pascale N., 22 ans, alors qu’elle montait dans sa voiture. Il a essayé de la forcer à lui faire une fellation, l’a mise sur le siège arrière et a commencé à l’attacher et à la bâillonner. Elle a résisté et a réussi à échapper à la colère de Georges. Elle a commencé à crier et il s’est enfui. Mais il n’a pas pu aller bien loin car il a été arrêté le jour même. Il a prétendu qu’il était ivre et ne se souvenait de rien, mais un alcootest a prouvé qu’il mentait.
Le 5 juillet 1985, il a été condamné à 10 ans de prison pour viol sous la menace d’une arme. Il était détenu à la prison de Caen, une prison française spécialisée dans les délinquants sexuels.
Le 8 janvier 1991, il a bénéficié d’une libération conditionnelle. Il pouvait travailler pendant la journée et retourner dormir en prison. Mais dix jours plus tard, il a tout simplement disparu. Il n’est retourné en prison que plus d’un mois plus tard, en février 1991. De ce fait, il a perdu sa liberté conditionnelle, mais a été libéré définitivement le 4 avril 1992, trois ans avant de purger la totalité de sa peine.
Huit jours seulement après sa libération, il a attaqué l’étudiante Eléonore P. avec un couteau. Il a demandé à l’étudiant de lui faire une fellation. Elle a essayé de le persuader, mais, furieux, Georges l’a jetée au sol et a commencé à la frapper. Dans un acte de désespoir, Eleonore a commencé à crier. Des résidents de l’immeuble ont ouvert les portes et il s’est enfui. La police a été appelée et l’a arrêté quelques rues plus loin.
Bien que récidiviste, il a été jugé et condamné à seulement cinq ans de prison. Une fois de plus, il n’a pas purgé l’intégralité de sa peine et a été libéré le 5 novembre 1993.
En analysant le passé de Guy Georges, il semblait impossible qu’il ne soit pas le meurtrier et l’agresseur des femmes de la Bastille. Les preuves semblaient irréfutables :
⦁ Il avait toute une histoire d’attaques contre les femmes ;
⦁ Son temps de liberté correspondait à des attaques fatales ;
⦁ Il a attaqué des femmes à la Bastille ;
⦁ Il a attaqué des femmes dans des parkings souterrains et dans des immeubles ;
⦁ Il a utilisé un couteau avec lequel il a essayé de tuer d’autres victimes en leur donnant des coups au cou ;
⦁ Il correspondait à la description des survivants ;
Cependant, malgré toutes les similitudes, il semblait que Georges n’était pas le bon. Pour commencer, il était différent de l’esquisse réalisée peu de temps auparavant avec l’aide d’une femme attaquée, Elisabeth.

Comparaison entre le suspect Guy Georges et le croquis réalisé avec l'aide d'Elisabeth Ortega.
Comparaison entre le suspect Guy Georges et le croquis réalisé avec l’aide d’Elisabeth Ortega.

Au cas où, la police a convoqué Elisabeth au commissariat pour qu’elle reconnaisse Georges comme étant ou non son agresseur la nuit du 16 juin 1995. Et elle n’avait aucun doute… Georges n’était pas son agresseur. Mais même face au refus d’Elisabeth, Georges reste dans le collimateur.
Un moule du pied de Georges a été réalisé et comparé au pied égyptien trouvé dans l’appartement d’Hélène Frinking, décédée peu de temps auparavant. Le résultat : négatif. Georges n’avait pas de pied égyptien. La police n’est pas satisfaite et décide de comparer l’ADN extrait des scènes de crime dans les appartements avec celui de Guy Georges. Les résultats n’ont pas été concluants.
La police tente toujours de le relier aux meurtres de Catherine Rocher et d’Elsa Benady, qui ont eu lieu dans des garages souterrains de la région de la Bastille. La comparaison du sang trouvé sur l’une des scènes avec celui de Guy Georges s’est révélée négative.
Malgré les similitudes, Guy Georges n’était pas le tueur des femmes de la Bastille. Il a été écarté comme suspect et condamné à deux ans et demi de prison pour l’agression de Mélanie B.

La Bête de la Bastille frappe à nouveau

1997
En 1996, curieusement, aucun meurtre ni aucune agression contre des femmes n’ont été signalés dans la région de la Bastille. Le tueur semble avoir pris « des vacances prolongées ». La police française a poursuivi sa lente enquête sur les meurtres, mais n’a toujours pas admis l’action d’un tueur en série dans la ville de Paris. Les médias n’ont pas non plus semblé accorder beaucoup d’importance à l’affaire. Seuls les parents des victimes pleuraient en silence la perte de leurs filles. Annie Gauthier, mère d’Hélène Frinking, a continué à faire pression sur la police et le juge dans cette affaire, mais en vain.
Tout semble calme, mais le 2 juillet 1997, le mystérieux homme « noir » frappe à nouveau.
Estelle F., 24 ans, monteuse dans une société de production cinématographique, a été surprise en arrivant dans son appartement du 11e arrondissement de Paris, dans le quartier de la Bastille. Un homme a surgi de nulle part et l’a projetée contre le mur en la menaçant d’un couteau. Il a ensuite essayé de la traîner vers l’arrière du bâtiment, mais Estelle a commencé à crier et des voisins sont apparus. L’homme s’est enfui.
Elle a décrit son agresseur comme un homme « pas très grand, athlétique, noir, cheveux courts ». La police française n’a pas établi de lien entre l’attaque et les meurtres survenus des années plus tôt et l’affaire a été classée sans suite « parce que l’attaque ne présentait aucun caractère sexuel. »
Un mois plus tard, la princesse Diana meurt tragiquement dans un accident de voiture dans un tunnel parisien. Alors que le monde entier pleurait la mort de la princesse, la police française a été presque obligée de lancer une enquête approfondie sur les circonstances de l’accident. Si l’enquête sur les meurtres des Bastiliennes avançait à un rythme de tortue, cette fois, elle ne bougera pas.

L’étudiante Magali Sirotti, 19 ans, a été violée et assassinée le 23 septembre 1997 dans son appartement du 19e arrondissement de Paris, dans la région de la Bastille. Elle a été retrouvée les mains liées par des lacets et bâillonnée. Contrairement aux autres victimes, la police a conclu que Magali avait été tuée pendant la journée, car son corps a été retrouvé par son petit ami à 19 heures, lorsqu’il est rentré du travail.
Les experts n’ont pas pu trouver de matériel permettant d’extraire l’ADN. Mais la signature du tueur ne laisse aucun doute : soutien-gorge coupé entre les bonnets, pantalon déchiré sur le côté gauche et l’habituelle entaille sur la gorge.

Magali SirottiNom : Magali Sirotti
Âge : 19 ans
Profession : Étudiant
État civil : Simple
Décès : 23 septembre 1997
Lieu : 19e arrondissement de Paris, région de la Bastille, Paris.
Caractéristiques : Viol et décapitation
Note : Magali a été retrouvée morte dans son appartement par son petit ami. Elle avait été violée et égorgée. Contrairement aux meurtres précédents, elle a été tuée pendant la journée.
Après la mort de Magali, la troisième femme retrouvée morte avec les mêmes caractéristiques à l’intérieur d’appartements depuis 1995, la police française a commencé à réaliser que ces meurtres pouvaient être l’œuvre d’un tueur en série. Ils ont envisagé de rendre public le portrait-robot d’Elisabeth Ortega réalisé en 1995, mais le juge chargé de l’affaire, Gilbert Thiel, s’y est opposé. Selon lui, le portrait était déjà ancien et le tueur aurait pu changer son apparence. En outre, la publication du portrait pourrait alerter le suspect et surtout les médias. Le juge craignait que la diffusion du portrait ne provoque une hystérie à Paris, car personne dans la ville ne soupçonnait qu’un meurtrier agissait en toute impunité depuis plusieurs années. Il craignait également que l’affaire soit noyée sous des centaines de déclarations mensongères, ce qui est fréquent lorsque de telles affaires font la une des journaux.
Un peu plus d’un mois après la mort de Magali, une autre femme a été agressée devant la Bastille. Le 28 octobre 1997, Valérie L., 25 ans, directrice commerciale, est agressée au couteau sur les marches de son immeuble dans le 6e arrondissement de Paris. Elle rentrait tard dans la nuit chez elle après une soirée entre amis lorsqu’un homme a commencé à la suivre. Elle n’a même pas remarqué. Elle montait les escaliers de son appartement lorsqu’un homme l’a attaquée en la menaçant avec un couteau. Dans un acte de désespoir, Valérie s’est accroupie et a commencé à crier. L’homme s’est enfui. Encore tremblante de peur, elle est entrée dans son appartement et a verrouillé la porte. Malgré ses cris, personne n’est venu l’aider.
Elle a appelé la police et a décrit l’homme comme suit :

peau foncée, environ 30 ans, athlétique et rasé de près.

Bien qu’il y ait un tueur en liberté qui tue des femmes à Paris, la police n’a fait aucune enquête sur l’attaque. Quinze jours plus tard, une autre jeune femme est décapitée à la Bastille.

La belle Estelle Magd, 25 ans, a été violée et décapitée le 15 novembre 1997 dans son appartement du 11e arrondissement de Paris, dans la région de la Bastille. Elle avait passé la nuit avec des amis et était rentrée seule dans son appartement. Ses mains étaient liées et bâillonnées. Son soutien-gorge a été coupé entre les bonnets et son pantalon a été coupé sur le côté gauche. Son corps a été retrouvé deux jours plus tard par ses parents.
Cette fois, le sang laissé par le tueur sur un vêtement a permis d’isoler l’ADN.
Et les analyses ADN trouvées dans l’appartement d’Estelle Magd le confirment : c’est le même tueur qui a tué Agnès Nikjamp, Hélène Frinking et attaqué Elisabeth Ortega.
Suite au meurtre d’Estelle Magd, la mère de Magali Sirotti, assassinée à peine deux mois plus tôt, a rendu publique la déclaration suivante :

Pauvre Diana, sa mort a été une tragédie, mais elle n’a pas connu une mort aussi horrible que celle de ma fille et des autres victimes. J’aimerais juste que la police passe autant de temps à enquêter sur la mort de ma fille que sur cet accident. La mort de Diana a fait beaucoup de bruit et lorsque Magali a été tuée, l’affaire a fini par être oubliée. Combien d’autres seront tués avant que le tueur ne soit arrêté ?

Annie Gauthier, la mère d’Hélène Frinking, a quant à elle déclaré :

Si la police avait fait son travail correctement, ces deux femmes seraient encore en vie. Je comprends l’importance de l’enquête sur Diana, mais je sais que la police n’a pas donné à ces femmes ce qui leur était dû.

Jusqu’alors, personne à Paris ne connaissait l’existence d’un tueur en série. Même la police semble ne pas s’être réveillée avec l’affaire des femmes tuées dans la région de la Bastille. Quelques jours après le meurtre d’Estelle, les journaux parisiens remplissent les pages de leurs périodiques de titres tels que « Tueur en série à Paris », « Le tueur de l’Est parisien », « La bête de la Bastille« . Plusieurs journaux ont commencé à publier les histoires des victimes et le modus operandi du tueur :

Le tueur en série est en liberté, il rôde dans les rues. Ses victimes sont des femmes. Dans la plupart des cas, il s’introduit de force dans leur appartement, les attache à leur lit, les viole et leur tranche la gorge. Le 16 novembre, le tueur a frappé pour la septième fois. La secrétaire Estelle Magd, 25 ans, a été assassinée dans son appartement, à quelques rues de l’endroit où vivait Magali. Elle a été retrouvée dans une mare de sang par son père, Jean-Claude. Elle a été violée et torturée. Le meurtrier a laissé derrière lui son sang, ainsi que le sien.
En juin 1995, le tueur a attaqué Elisabeth Ortega, 25 ans. Il l’a attachée mais elle a réussi à se libérer quand il est monté pour éteindre la lumière. Elisabeth a donné à la police son meilleur indice jusqu’à présent : Il a entre 25 et 30 ans, est noir, musclé, parle bien le français et est bien habillé.
Le tueur a frappé pour la première fois en 1991. Il a violé et assassiné l’étudiante en lettres Pascale Escarfail, 19 ans. Il n’a frappé à nouveau qu’en 1994, lorsqu’il a assassiné Catherine Rocher, 27 ans, Esla Benady, 23 ans, et Agnès Nikjamp, 33 ans.

L’explosion de l’affaire dans les médias a provoqué une psychose dans la capitale française, surtout chez les femmes. Grâce aux médias, l’affaire est parvenue aux oreilles du maire de la ville qui a convoqué le chef de la police pour qu’il réponde immédiatement aux informations publiées dans les journaux. Il n’y avait pas de retour en arrière possible. Sous la pression des médias et du gouvernement, la police française était dans l’impasse. Après avoir froidement analysé l’affaire et passé en revue d’anciens cas de meurtres et d’agressions de femmes, la police ne pouvait plus le nier : un tueur en série sévissait dans la ville des lumières et il fallait l’arrêter immédiatement.

Chasser la bête

Martine Monteil, chef de la Brigade criminelle d’élite de Paris, a pris en charge l’affaire. Par coïncidence, elle était également chargée de l’enquête sur la mort de la princesse Diana. Elle a mis 24 de ses meilleurs hommes sur l’affaire. L’une de ses premières actions a été de rencontrer les familles des 7 victimes : « Je vous promets que nous l’aurons ! » a-t-elle déclaré.
Martine était bien connue en France et très expérimentée, ayant travaillé dans diverses opérations de police, du trafic de drogue à la lutte contre le terrorisme. Elle a également mené l’enquête qui, 20 ans plus tôt, a permis de mettre en prison « l’étrangleur du parking », un tueur en série français qui assassinait des femmes dans des parkings. Elle n’a pas parlé publiquement de l’affaire, sa seule phrase a été donnée à un journaliste :

"C'est entre lui et moi !"
« C’est entre lui et moi ! »

Pour tenter de comprendre l’esprit du tueur, Martine a demandé à ce que son profil soit dressé :

C’est peut-être un ancien soldat. Il possède un kit de crime. Il porte sur lui un couteau de boucher, un rasoir et des cordes pour attacher ses victimes. Il collectionne également les souvenirs de ses maisons, indique une partie du profil établi par les psychiatres.

Plusieurs autres détectives ont été affectés à l’affaire. Ils ont mené des recherches approfondies dans les prisons, les hôpitaux et même les salles de sport, car l’auteur des faits était « sportif ». Mais malgré leurs efforts, ils n’ont obtenu aucun résultat. Le 23 novembre 1997, le juge Gilbert Thiel a accepté à contrecœur de publier le portrait-robot de la police de 1995 correspondant à la description d’Elisabeth Ortega. L’esquisse a été retouchée par ordinateur et le résultat était très différent de l’esquisse dessinée en 1995. Cela a rendu encore plus furieuse la mère d’Hélène Frinking qui avait vu le premier portrait.
La police a reçu plus de trois mille appels qui n’ont abouti à rien, ce qui a entraîné une perte de temps considérable. Au fil du temps, la crainte que le tueur en série ne frappe à nouveau s’est accrue, non seulement pour la police mais aussi pour la population parisienne. La brigade criminelle française a étudié plus de 1 800 cas d’agressions sexuelles et interrogé une cinquantaine de suspects possibles. Des mois ont passé et la police n’avait rien de concret. Peut-être effrayé par la couverture médiatique, le tueur n’a pas attaqué.
Le 24 novembre 1997, le juge Gilbert Thiel, irrité par l’absence de progrès dans les enquêtes, ordonne à tous les laboratoires privés des villes de Bordeaux, Strasbourg, Nantes et Grenoble et aux laboratoires publics de la police de comparer les échantillons d’ADN prélevés sur les scènes de crime avec les échantillons que ces laboratoires conservent dans leurs archives. À la mi-décembre, certains laboratoires privés ont commencé à effectuer les tests. Mais les experts travaillant dans les laboratoires de la police technico-scientifique ont crié au scandale, affirmant qu’un tel ordre violerait la loi française.
Déterminé, le juge n’est pas revenu sur sa décision et après une période de discussion, la police technico-scientifique a accepté de procéder aux analyses.

L’identité de la bête

L’année 1998 a commencé avec l’ombre d’un ennemi effrayant. La dernière victime de la Bête a été Estelle Magd, le 15 novembre 1997. Bien que le tueur en série ait été coincé en raison de l’énorme couverture médiatique de l’affaire, pour la police, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne frappe à nouveau. Il n’a pas pu retenir son envie longtemps. Mais, peut-être, ce n’était pas le pire des cauchemars. Le plus grand cauchemar de la police française et de Martine Monteil est le manque d’indices ou de preuves qui pourraient les conduire à un suspect. Ils n’avaient rien.
Mais en février 1998, la police française reçoit un appel. C’était Scotland Yard, la police métropolitaine de Londres. Ils avaient arrêté un homme qu’ils pensaient être la Bête de la Bastille. Il était noir, athlétique et n’était en France que depuis quelques semaines. Cet homme pourrait-il être le terrible tueur en série qui massacre des femmes à la Bastille depuis des années ?
Le 19 février 1998, la BBC a publié le reportage suivant :

La police française a subi un revers aujourd’hui dans sa recherche du tueur en série connu sous le nom de « La Bête de la Bastille ». Les tests ADN ont montré qu’un suspect arrêté à Londres n’est pas lié aux crimes.

Le suspect arrêté à Londres n’est pas l’homme que la France recherchait. L’ADN l’a totalement disculpé. C’est un seau d’eau froide pour la police française qui se retrouve une fois de plus aveugle. Un mois plus tard, le 24 mars 1998, Martine Monteil a convoqué une réunion avec les familles des victimes au siège de la Brigade criminelle d’élite de Paris. Qu’est-ce qu’elle avait à dire ?
On constate qu’en trois mois de chasse, la police française n’a fait aucun progrès. Ils n’avaient aucune piste, et encore moins un suspect, ce qui était assez significatif étant donné que pratiquement toutes les forces de police avaient été mobilisées pour arrêter la Bête. Ce matin-là, Martine Monteil a déclaré aux proches des victimes de la Bête de la Bastille : « Nous avons l’identité du tueur. Nous savons qui il est. C’est une question de temps avant qu’il ne soit attrapé. »

Qui était-il ?

Guy Georges, le tueur de l’Est parisien

Guy Georges est né Guy Rampillon dans la ville française de Vitry-le-François le 15 octobre 1962. Son père, George Cartwright, était un soldat noir américain qui servait à l’époque comme cuisinier dans une base de l’OTAN à Paris. Sa mère, Hélène Rampillon, semblait avoir un faible pour les hommes en uniforme, puisque son premier enfant, Stéphane Rampillon, est né d’une aventure d’un soir avec un autre soldat américain.
George Cartwright, qui était marié, est retourné aux États-Unis peu après et a laissé la mère et le fils seuls en France. Le destin du petit Guy Georges a été scellé dès sa naissance. On peut résumer sa vie hors du ventre de sa mère par un nom : Préjugé. A sa naissance, le petit garçon noir, est devenu un secret et un tabou pour la famille de sa mère. Personne ne l’a accepté. Sa mère, Hélène, était la jeune femme typique « sans tête ». Avoir deux enfants de deux pères différents, sans jamais s’être mariée, à une époque où la liberté sexuelle n’existait pas, montre les chemins qu’elle empruntait. Pire encore, ce qu’elle a fait avec ses deux enfants : elle les a abandonnés. Stéphane avait trois ans alors que Guy avait quelques mois. En apprenant l’abandon, les parents d’Hélène se sont rendus en France (ils vivaient aux États-Unis) et ont pris Stéphane et refusé Guy. Stéphane était blanc et Georges noir.

Guy Georges enfant. C'est moi ou il avait déjà un visage méchant ?
Guy Georges enfant. C’est moi ou il avait déjà un visage méchant ?
Petit Guy Georges. Rejeté par sa famille biologique, Georges a été adopté à l'âge de six ans.
Petit Guy Georges. Rejeté par sa famille biologique, Georges a été adopté à l’âge de six ans.
La famille du tueur en série. Guy Georges est le troisième enfant debout, de gauche à droite. Photo : Parismatch.
La famille du tueur en série. Guy Georges est le troisième enfant debout, de gauche à droite. Photo : Parismatch.

En 1968, à l’âge de six ans, Georges est placé sous la tutelle du Service de l’enfance, un département du Service social français. Ils ont ensuite changé son nom de Guy Rampillion en Guy Georges (le nom de son père) et ont également changé son lieu de naissance de Vitry-le-François à Angers. Sur son certificat de naissance, le nom de son père était caché. Ce nouvel acte de naissance, comportant de fausses informations, était destiné à l’empêcher de découvrir ses origines. C’était une procédure très courante utilisée pendant des décennies en France, mais elle a été interdite en 1996 pour cause de privation des droits fondamentaux.
Mais la vie du petit Georges n’a pas toujours été marquée par la souffrance. Peu après, il a été adopté et a grandi dans une nouvelle famille. Et cette famille avait tout ce dont un enfant orphelin a besoin : des soins et de l’amour. Il a été adopté par un couple très religieux, un de ces couples qui semblent être venus au monde pour faire le bien. Georges était le septième enfant adopté par le couple. Outre les sept enfants adoptés, ils avaient encore quatre enfants biologiques.

Guy Georges. Guy a été adopté par une famille catholique en 1968. Il était le onzième enfant du couple.
Guy Georges. Guy a été adopté par une famille catholique en 1968. Il était le onzième enfant du couple.
Georges et ses frères adoptifs.
Georges et ses frères adoptifs.

Georges était le seul enfant noir de la ville d’Agnès. Malgré l’amour de ses parents adoptifs, il s’est replié sur lui-même, c’était un enfant réservé.

Il était gentil, joyeux, clownesque, affectueux, intelligent, charmant et bien élevé, a déclaré sa mère adoptive Jeanne Morin.

Cependant, à l’âge de 10 ans, Guy Georges a commencé à avoir deux comportements très inquiétants pour un enfant. Le vol, la torture et le meurtre d’animaux. Quiconque a lu le billet sur les enfants psychopathes sait qu’il s’agit de deux comportements récurrents chez les enfants atteints de psychopathie. Beaucoup de ces enfants, qui torturent et tuent des animaux, commencent à tuer des gens à l’âge adulte.
À l’âge de 10 ans, il découvre sa véritable passion : la chasse aux animaux. Avec un couteau, il passait toute la journée à chasser des animaux dans les bois qui entouraient sa maison. Il posait des pièges et prenait plaisir à voir la proie perdre la vie. Il passait des heures à observer, scruter et suivre les animaux dans la forêt. Des années plus tard, il fera de même avec les gens. Il volait également la boulangerie familiale ainsi que l’argent du portefeuille de ses parents. Le garçon commençait à devenir incontrôlable.

À l'âge de 10 ans, Georges a commencé à torturer et à tuer des animaux. Il prenait plaisir à les épier dans les bois autour de sa maison. Il a passé des jours à poignarder des animaux.
À l’âge de 10 ans, Georges a commencé à torturer et à tuer des animaux. Il prenait plaisir à les épier dans les bois autour de sa maison. Il a passé des jours à poignarder des animaux.

A l’âge de 14 ans, le premier acte de violence. Il a essayé d’étrangler une de ses sœurs adoptives. Roselyne, qui était handicapée mentale, a crié et a réussi à s’échapper des mains de son frère adolescent. Il n’a pas pu expliquer à ses parents pourquoi il l’avait attaquée et ils ont étouffé l’affaire. Plus le temps passait, plus il s’isolait et devenait différent. Il est devenu agressif et rebelle à l’autorité de ses parents et de ses sœurs aînées.
Le 31 mars 1978, à l’âge de 16 ans, il a essayé d’étrangler une autre sœur adoptive, Christiane, avec une barre de fer. Elle s’est débattue contre son frère et l’a mordu en arrachant un morceau de chair de sa main. Les parents ont même vu le garçon avec « les yeux fixés comme s’il était en transe ». Une fois encore, il n’a pas pu expliquer ce qui l’a poussé à agir ainsi. Il n’a pas non plus exprimé de regret.
En raison de cette nouvelle attaque, le père adoptif de Georges n’a pas eu d’autre choix : il a rendu la garde du garçon aux services sociaux français, craignant pour la vie de ses autres filles. Un mois plus tard, Guy Georges revient dans les couloirs du service de l’enfance française. Il y a séjourné d’avril à novembre 1978. Pendant son séjour, il a semblé plus amical et n’était pas agressif. Mais il avait un comportement étrange : il passait presque tout son temps à effrayer les femmes qui travaillaient là, prenant un plaisir maladif à feindre des attaques sur elles.
Le 15 novembre, il a été placé dans le foyer d’une autre famille mais il ne s’est pas adapté à son nouveau foyer. Il était amical à l’extérieur mais quelque chose le rongeait à l’intérieur. Cette année-là, il a passé Noël chez ses anciens parents adoptifs, mais ceux-ci l’ont fait dormir dans une pièce du jardin, craignant qu’il n’attaque à nouveau quelqu’un.
Deux mois plus tard, son règne d’attaques a commencé. Le 6 février 1979, il a agressé Pascale C. à la descente d’un bus. Il l’a poussée au sol, a exigé de l’argent et a essayé de l’étrangler. Elle a crié et il s’est enfui. Trois heures plus tard, il a été arrêté et a passé une semaine en prison. Cette attaque a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour sa famille adoptive qui l’a mis à la porte. Si avec une famille, il avait ce comportement violent, sans famille, ça allait empirer. Il a commencé à boire et est entré dans le monde du crime. Alors qu’il était encore mineur, il a accumulé plusieurs casiers judiciaires pour des vols. Chaque fois qu’il était arrêté, il portait sur lui un couteau, des ciseaux et un tournevis.
Le 5 mai 1980, il a attaqué Jocelyne S, 24 ans. Il l’a suivie dans son immeuble, a ouvert la porte de l’ascenseur, l’a poussée à l’intérieur et l’a violemment frappée au visage. Il s’est enfui avec son sac à main.
Dix jours plus tard, il a agressé Roselyne C., 33 ans. Roselyne a réagi quand il a essayé de lui voler son sac à main. Il n’a eu aucune pitié en plantant le couteau dans son visage. Deux jours plus tard, il a été arrêté dans la ville d’Angers en train de boire dans la rue avec deux sans-abri. Des psychiatres l’ont examiné et ont déclaré qu’il était :

…un individu immature, instable, impulsif, dangereux qui peut avoir des accès de violence dus à des émotions refoulées.

Guy Georges arrêté par la police. Date de l'image inconnue.
Guy Georges arrêté par la police. Date de l’image inconnue.

Il a été condamné à un an de prison et est sorti le 10 février 1981. Il est allé à Paris où il a vécu chez un ami. Il vivait dans la rue et se prostituait occasionnellement. Le 16 novembre 1981, il a agressé Nathalie L, 18 ans, dans le 14ème arrondissement de Paris. Il a coupé ses vêtements avec son couteau, l’a violée et l’a poignardée dans le cou. En février 1982, il a été condamné à cinq mois de prison pour vol qualifié. Peu après sa sortie de prison, en juillet 1982, il agresse Violeta K dans le 16ème arrondissement de Paris. Il a essayé de la violer, elle a réagi et a été poignardée deux fois dans le cou. Malgré cela, Violeta a réussi à échapper à la fureur de Georges et a crié à l’aide. Un garde qui passait par là avec un chien a tiré sur Georges, mais il a réussi à s’échapper, mais son sac est resté dans la gueule du chien. Vingt jours plus tard, il a été arrêté et condamné à 18 mois de prison supplémentaires pour « attentat à la pudeur commis avec violence« .
En prison, il a vécu en isolement et s’est comporté normalement. En mai 1983, il est transféré à la prison d’Ecouvres en Meurthe-et-Moselle. Le 27 février 1984, il est libéré pour bonne conduite et rentre à Paris.

Il aimait la Bastille.

A peine arrivé à Paris, il a attaqué l’étudiante Pascale N., 22 ans, dans un parking souterrain du quartier de la Bastille. Il a essayé de la violer à l’intérieur de sa voiture mais elle a réussi à s’échapper et à appeler à l’aide. Il a été arrêté la même nuit et a prétendu ne se souvenir de rien parce qu’il était ivre.

Guy Georges est arrêté par la police en mars 1985. Source de la photo : Corbis.
Guy Georges est arrêté par la police en mars 1985. Source de la photo : Corbis.

Le 5 juillet 1985, il a été condamné à 10 ans de prison pour « viol sous la menace d’une arme ». Il semble que maintenant le « pervers » serait en prison pour un long moment. Il a été envoyé à Caen, une prison spécialisée dans les délinquants sexuels. Cependant, Georges ne voulait pas participer aux séances de thérapie en prison, car il ne se sentait pas malade et ne comprenait pas vraiment ce qu’ils voulaient « soigner ».
Pendant les six années qu’il a passées à Caen, à aucun moment il n’a essayé de vivre la réalité de la prison. Il n’a pas établi de relations avec les autres détenus, il n’a pas participé aux ateliers de qualification professionnelle, au contraire, chaque jour il se cachait encore plus à l’intérieur de lui-même. Si calme, que presque personne ne savait qu’il existait là-dedans. Là, une seule fois (en 1989), il a accepté de rencontrer un psychiatre : « Le danger que Guy Georges représente dans la communauté est difficile à définir. Il n’y a aucune preuve qu’il soit capable de contenir ses impulsions », indique le rapport du psychiatre.
Et une fois de plus, Georges ne purgera pas la totalité de sa peine. Il a été libéré sur parole le 8 janvier 1991. Il pouvait travailler pendant la journée et retourner dormir en prison la nuit. Dix jours plus tard, il a tout simplement disparu, il était déjà de retour à Paris, rôdant dans les rues de la Bastille comme un loup, observant les moutons… à l’affût. Et 16 jours après être sorti de prison, il a fait sa première victime mortelle.
⦁ Pascale Escarfail, 19 ans.
Selon l’enquête de la police, Georges était assis dans un café lorsqu’il a vu la belle étudiante aux cheveux longs passer dans la rue. Elle revenait d’un entretien d’embauche chez un glacier. Il l’a suivie jusqu’à son immeuble. Il l’a suivie dans les escaliers jusqu’au sixième étage.

  • Qu’est-ce que tu veux ? demande Pascale
  • Toi !, répond Georges.

Il l’a menacée avec un couteau et est entré de force dans son appartement. Il l’a jetée sur son lit et lui a attaché les mains avec du ruban adhésif. Il a ensuite fait la coupure habituelle dans ses vêtements et l’a violée. Elle n’a pas réagi, probablement paralysée par la peur et le choc. Lorsqu’il a terminé son acte, Georges est resté dans l’appartement. A un moment donné, dans un acte de révulsion contre son bourreau, Pascale a donné un coup de pied à Georges. Il l’a poignardé trois fois dans le cou, faisant jaillir le sang de partout. Il s’est lavé les mains, a bu une bière et a volé quelques objets (un Walkman, un appareil photo, une montre et une chaîne en or).

Je dois dire que ce n’est pas vraiment la libido qui m’a fait agir comme ça. J’étais avec des prostituées peu de temps avant. Je ne peux pas dire quelle force m’a poussé à faire ça, dira-t-il des années plus tard.

Ce sera le premier de plusieurs autres meurtres commis par Georges. Toujours le même modus operandi et la même signature. Près d’un mois après le meurtre de Pascale, Georges semble « dormir » dans la prison de Caen. Il a été réprimandé et sa libération conditionnelle a été suspendue. Il passe un an de plus en prison avant d’être libéré définitivement le 4 avril 1992, trois ans avant la fin de sa peine.
Comme d’habitude, il retourne à Paris et c’est à cette époque qu’il rejoint la CNT (Conférence Nationale du Travali), un mouvement anarcho-syndicaliste, composé d’une cinquantaine d’hommes, pour la plupart des drogués et des vagabonds qui errent dans les rues de Paris. On l’appelait « Joe ». Les femmes le décrivaient comme un homme charmant et protecteur. Il avait plusieurs petites amies et l’une d’entre elles, Sandrine, a déclaré qu’ils avaient des rapports sexuels en moyenne 8 fois par jour. Pour tous ceux qui étaient présents, « Joe » n’était qu’un homme comme les autres, désireux de protester contre le régime capitaliste. Personne n’a imaginé qu’il pouvait être impliqué dans des crimes sexuels (comme d’habitude, les psychopathes sont bons pour paraître normaux).

« Il était serviable, cohérent, poli, prêt à arbitrer les conflits, notamment lorsque notre activité politique a été déplacée dans un bloc de la rue Saint Sauveur, un endroit sale près des Halles. Personne ne soupçonnait qu’il pouvait être impliqué dans des meurtres, mais avec le recul, je me souviens qu’il a pleuré à trois occasions qui ont coïncidé avec des meurtres », a déclaré Philippe Dusanter, un militant du parti.

Si un homme tue une femme, il va probablement pleurer, avait l’habitude de dire « Joe » à ses collègues du CNT.

Guy Georges pose avec une arme à feu dans une pièce où la CNT tenait probablement ses réunions. Sur le mur au-dessus de lui, on peut voir des photos de femmes nues. "J'ai aimé traverser la célèbre prison révolutionnaire, la Bastille." Date de l'image inconnue.
Guy Georges pose avec une arme à feu dans une pièce où la CNT tenait probablement ses réunions. Sur le mur au-dessus de lui, on peut voir des photos de femmes nues. « J’ai aimé traverser la célèbre prison révolutionnaire, la Bastille. » Date de l’image inconnue.
Guy Georges à l'entrée de l'occupation de la rue Saint-Sauveur, juin 1995. Photo : Vice.
Guy Georges à l’entrée de l’occupation de la rue Saint-Sauveur, juin 1995. Photo : Vice.

Dix-huit jours seulement après sa libération, il a attaqué l’étudiante Eleanor P. Il a tenté de la violer mais le bruit a poussé les voisins à venir à son secours. Georges s’est enfui mais a été rattrapé par la police quelques minutes plus tard.
Bien qu’il soit un récidiviste, il a été condamné à cinq ans de prison (peine réduite à trois ans par la suite). Le tribunal n’a pas reconnu la nature sexuelle de l’attaque. En prison, le psychopathe manipulateur savait comment persuader les autres détenus. Il était là pour avoir essayé de violer une femme et il savait le traitement que les hommes comme lui recevaient en prison. Il a réussi à faire croire aux autres détenus qu’il n’était pas un violeur.
Le 5 novembre 1993, il est libéré et retourne vivre chez des amis à Paris. Pour survivre, il retourne une fois de plus à la prostitution avec des hommes riches.

⦁ Catherine Rocher, 27 ans

Cette nuit-là, je chassais, j’avais un couteau et du scotch dans mon sac… Je savais que j’allais la tuer !, a déclaré Guy Georges à propos de Catherine Rocher.

Le 7 janvier 1994, il commet son deuxième meurtre. Catherine Rocher a été tuée dans un parking souterrain du 12e arrondissement de Paris. Elle a été violée et battue par Georges. Avant de lui voler sa carte de crédit et, espérant rester en vie, Catherine lui a donné le mot de passe. Peu après l’avoir tuée, il a retiré 580 euros d’un distributeur automatique situé à proximité.
L’autre jour, l’habile psychopathe s’est affilié en tant que bénévole d’une église catholique, très probablement afin de masquer son vrai visage à la société. Six jours après avoir tué Catherine Rocher, il a attaqué la présentatrice Annie L. Annie a réussi à entrer dans son appartement et à fermer la porte, laissant Georges dehors. Elle a appelé la police et a décrit son agresseur comme étant « un homme noir ».
À cette époque, Georges commence à travailler comme balayeur de rue, ce qui suffit à soutenir son mode de vie dégradant, principalement alimenté par la boisson et les prostituées. Il sortait encore avec Sandrine et tous deux vivaient dans un vieil immeuble de la rue Didot, à six kilomètres de la place de la Bastille.

Vue de la rue Didot, l’endroit où Guy Georges vivait avec sa petite amie.

Georges frappera à nouveau à la fin de l’année. Sa troisième victime mortelle : Elsa Benady, 22 ans.
Elle a été violée et assassinée le 8 novembre 1994 dans un parking souterrain du 13e arrondissement. Comme pour le meurtre de Catherine Rocher, la signature est la même : coupe du soutien-gorge entre les bonnets et coupe sur le côté gauche du pantalon.
Un mois plus tard, c’est au tour de la Néerlandaise Agnes Nikjamp de perdre la vie. Elle a été retrouvée allongée sur son lit, les mains liées et bâillonnées. Les traces de sperme ont permis à la police d’isoler l’ADN du tueur, « l’ADN inconnu ».
La relation de Guy Georges et Sandrine s’est brisée en avril 1995. Georges est affecté par la séparation et commence à boire de plus en plus, en plus de fumer du haschisch et de traîner avec ses connaissances dans les rues de Paris. Il gagnait un peu d’argent avec des emplois temporaires et dépensait tout pour des prostituées.
Le 16 juin 1995, Elisabeth Ortega a failli subir le même sort que les victimes précédentes. Il l’a suivie jusqu’à son appartement dans le 4e arrondissement de Paris. Lorsqu’elle a ouvert la porte de l’immeuble, Georges l’a attaquée avec un couteau. Elle s’est échappée en sautant par la fenêtre lorsque Georges a grimpé quelques étages pour éteindre les lumières.
La salive présente sur le mégot de cigarette que Georges a fumé a permis aux experts d’isoler le matériel génétique. Elisabeth l’a décrit comme suit : « Type afro-américain, environ 25 ans, corps athlétique, cheveux noirs rasés, environ 1,70 mètre, peau foncée, visage ovale, traits fins. Parle français sans accent. »
Un croquis a été fait, mais nous pouvons maintenant voir qu’il n’avait presque rien à voir avec Georges. Cela a entravé l’enquête de la police, qui recherchait un autre type de suspect. La police ne faisait pas non plus du bon travail. Différentes équipes enquêtaient sur les crimes, certaines s’occupant des crimes commis dans les parkings souterrains, et d’autres des meurtres commis en ville, elles n’échangeaient pas d’informations.
Georges a continué à fréquenter les bas-fonds de Paris, à boire et à fumer. Ses amis de la CNT ont également remarqué un changement dans son comportement. Il était maintenant plus agressif et méfiant. Il a passé plusieurs jours enfermé dans sa petite chambre. Quand il est sorti, il semblait sans but.

⦁ Hélène Frinking, 27 ans

Elle a parlé de son travail, de son âge et d’autres choses que j’ai oubliées. Elle m’a dit de me calmer. Elle m’a posé beaucoup de questions, a dit Georges à propos d’Hélène Frinking.

Le 8 juillet 1995, Georges a assassiné Hélène Frinking dans son appartement du 10e arrondissement de Paris. Hélène tente toujours de le convaincre de ne pas la violer, mais en vain. Avant de partir, il a volé quelques objets dans l’appartement. La police a également découvert les traces d’un pied égyptien dans une mare de sang sur le sol.
Grâce à l’ADN, les enquêteurs ont établi un lien direct entre les meurtres d’Agnes Nikjamp et d’Helen Frinking, ainsi que l’agression d’Elisabeth Ortega. Pendant que la police enquête sur les meurtres, Georges poursuit sa vie indisciplinée. En août 1995, il a trouvé un emploi avec un salaire mensuel de 530 euros. Avec l’argent, il loue une chambre d’hôtel dans le 18e arrondissement de Paris, près de la Bastille.
Quelques jours plus tard, il a attaqué la jeune Mélanie B., âgée de 20 ans. Mélanie B. a été sauvée car sa petite amie se trouvait dans son appartement au moment où Georges l’a attaquée. Dans sa fuite, il a laissé son portefeuille derrière lui. Il a été arrêté l’autre jour lorsqu’il s’est rendu au poste de police pour signaler la perte de ses documents. Il est devenu un suspect dans les meurtres mais a été écarté après que les tests ADN aient donné des résultats peu concluants. De façon incroyable, Elisabeth Ortega, qui avait été attaquée deux mois plus tôt, ne l’a pas non plus reconnu comme son agresseur.
Et le pied égyptien ? En fait, c’était une erreur d’analyse. Georges n’avait pas de pied égyptien. Le point d’appui de son orteil était en arrière, ce qui donnait l’impression dans l’empreinte que le tueur avait un pied égyptien. Un tueur en série chanceux. Il a été écarté comme suspect dans les meurtres et condamné à 30 mois de prison pour l’agression de Mélanie B. Cette phrase explique pourquoi nous n’avons pas eu de meurtres en 1996, n’est-ce pas ?

Le tueur en série en arrière-plan lors d'une nuit dans l'occupation de Saint-Sauveur en avril 1995. Photo : Vice.
Le tueur en série en arrière-plan lors d’une nuit dans l’occupation de Saint-Sauveur en avril 1995. Photo : Vice.

Une fois de plus en prison, il a manipulé les autres détenus. Là, il a été très efficace pour montrer son mépris et sa colère envers les « pointeurs » (surnom donné aux violeurs). Georges y était même respecté. Pour tout le monde, Georges était là parce qu’il a essayé de tuer un homme blanc raciste. C’était un prisonnier modèle, calme, amical et solitaire. Le 6 juin 1997, il est à nouveau sorti de prison.
Un mois après son départ, il a attaqué Estelle F., 24 ans. Elle a échappé à l’attaque et a décrit son agresseur comme « pas très grand, athlétique, noir, cheveux courts ».
En août 1997, Georges a trouvé un emploi d’emballeur dans un supermarché. Son salaire était dépensé en haschisch, alcool et nourriture pour ses compagnons de rue. En septembre de la même année, il a commencé à distribuer des tracts dans les rues.

⦁ Magali Sirotti, 19 ans

En septembre 1997, il tue sa sixième victime. Magali Sirotti a été tuée dans son appartement du 19e arrondissement de Paris. Elle a été la seule victime attaquée en plein jour. Les experts n’ont pas réussi à extraire du matériel génétique pour l’ADN, ceci parce que Georges a utilisé un préservatif lors du viol de Magali. Cependant, la signature du tueur était claire : décapitation, mains attachées, victime bâillonnée, soutien-gorge coupé entre les bonnets.
Le 28 octobre, Valérie L., a été agressée dans son immeuble du 6e arrondissement de Paris. Quinze jours plus tard, Georges fera sa septième et dernière victime : Estelle Magd.

Après la mort d’Estelle, une véritable chasse a commencé. Les médias ont pris « connaissance » des meurtres et « La Bête de la Bastille » est devenue le principal sujet de conversation dans le pays.

Peut-être effrayé par la couverture médiatique, Guy Georges a décidé de faire une « pause ». Il a déménagé dans la ville de Mansle où il a vécu chez un ami. Mais il n’a pas tardé à revenir à Paris. En janvier 1998, alors que la police traque la Bête, Georges pratique son art dans les rues. En janvier, il a été arrêté par la police dans le 13e arrondissement de Paris après avoir volé une moto. Dans la fuite, il est tombé et s’est cogné le nez sur le sol.

Guy Georges a été arrêté par la police française en janvier 1998 pour le vol d'une moto. Bien que toute la police française soit à ses trousses, personne ne pouvait imaginer qu'il était "La Bête de la Bastille".
Guy Georges a été arrêté par la police française en janvier 1998 pour le vol d’une moto. Bien que toute la police française soit à ses trousses, personne ne pouvait imaginer qu’il était « La Bête de la Bastille ».

Libéré peu après, il est à nouveau arrêté un mois plus tard lors d’une bagarre à Saint-Germain-en-Laye. La chance et l’impunité qui avaient entouré la vie de Guy Georges allaient être définitivement pulvérisées le 23 mars 1998. Ce jour-là, le chef du laboratoire de la ville de Nantes est sous le choc : il a découvert l’identité de la Bête de la Bastille. En exécutant l’ordre du juge Gilbert Thiel de procéder à des tests comparatifs des analyses d’ADN du tueur en série prélevées sur les scènes de crime avec les fichiers privés du laboratoire, il a trouvé le tueur et son nom était Guy Georges. Il a immédiatement contacté le juge, le directeur de la police judiciaire de Paris, Patrick Riou, et le commissaire Martine Monteil.

L’identification n’a été possible que parce que l’ADN de Guy Georges avait été conservé dans le laboratoire de Nantes en 1995, au moment où il a agressé Mélanie B. À ce moment-là, un échantillon du sang de Guy a été prélevé pour analyse et les résultats n’étaient pas concluants. Mais trois ans plus tard, grâce aux progrès des tests ADN et à l’utilisation d’un superordinateur, le laboratoire confirmera une fois pour toutes l’identité de la Bête.
Et en analysant le dossier de Guy Georges, la police a fait une découverte honteuse : 85 mois se sont écoulés entre son premier meurtre (1991) et l’identification de son ADN. Au cours de ces 85 mois, il a passé 55 mois en prison et seulement 30 mois dans la rue. La dispersion des enquêtes sur les crimes, combinée à une succession d’erreurs et aussi de négligences, a fait perdre la vie à plusieurs femmes.

Mais la police n’avait pas le temps de compter ses erreurs, il était temps de l’attraper. Le jour suivant la découverte, la chasse était ouverte. Les policiers ont fouillé toutes les ruelles où Guy Georges avait l’habitude de traîner, sans succès. Le 26 mars 1998, alors que des dizaines de policiers en civil traquent Georges dans les rues, une radio municipale, RTL, révèle que la « Bête de la Bastille » a été identifiée et qu’elle s’appelle Guy Georges. Cela a provoqué la colère de la police et aussi du juge Gilbert Thiel qui craignait que la nouvelle n’arrive aux oreilles du tueur. Sachant qu’il sera traqué, il fuira certainement Paris.

Le jour même, l’ensemble des forces de police françaises est mobilisé. Trois mille photos de l’assassin ont été imprimées et remises à chaque policier de la ville. Des policiers à pied et motorisés (motos et voitures) ont encerclé chaque centimètre carré de Paris. Peu avant 13 heures, deux enquêteurs de la police judiciaire de Paris, Bernard Basdevant et El-Karim, ont reconnu Guy Georges à la sortie du métro Blanche.

Blanche Station. Guy Georges a été arrêté le 26 mars 1998 à cet endroit.
Blanche Station. Guy Georges a été arrêté le 26 mars 1998 à cet endroit.

C’était la fin de Guy Georges. Il n’a pas résisté à l’arrestation. La police l’a fouillé et a trouvé son vieil ami : un couteau !
Finalement et grâce à l’ordonnance du juge Gilbert Thiel, dans laquelle des laboratoires privés devaient comparer des échantillons d’ADN extraits de scènes de crime avec des échantillons provenant de ses dossiers, Georges a été arrêté.

On ne peut pas défier la police française, elle est arrogante et se croit la meilleure du monde, mais elle a eu Guy Georges au moins 3 fois entre les mains et elle n’a même pas fait le lien avec les meurtres, même quand il a laissé plusieurs indices, a déclaré Anne Gautier, une parente de l’une des victimes.

A l’époque, la police française n’a pas échappé au sentiment de honte. Le commissaire de la police du Quai des Orfévres a été démis de ses fonctions. D’autres détectives ont également été mis sur la sellette.

Il a été placé en garde à vue et lors d’un interrogatoire en présence du juge Gilbert Thiel, le 28 mai 1998, qui a duré de 10 h 10 à 17 h 55, Georges a avoué tous les meurtres. Il a décrit froidement le moment où il a observé ses victimes jusqu’au moment où il a quitté leurs appartements. Une promenade avec des amis, un verre dans un bar, une discussion au téléphone sur la fête de mariage ou l’achat de vêtements de marque dans un centre commercial. Il était comme un loup affamé après sa proie.

En moins de 48 heures, Georges a proposé de « soulager sa conscience » en donnant à la police les détails de ses crimes. Dans les jours qui suivent, il décrit en détail le meurtre de cinq femmes dans ses appartements parisiens, dont quatre vers minuit, et de deux autres femmes qui ont été violées et décapitées dans des parkings souterrains.

Le juge Gilbert Thiel a été frappé par l’absence apparente de remords et d’émotion de Guy Georges. Il était incapable de reconnaître ses victimes en tant que personnes sur les photographies qui lui étaient montrées.

L’homme-vampire

1,73 mètres, 38 ans. Africain-Européen. Bien bâti et physiquement vigoureux. Praticien du sport. Bien rangé et propre. Timide. QI de 101, ainsi commence le rapport psychiatrique de Guy Georges.

Ce qui m’a d’abord frappé, c’est sa mémoire parfaite de toute sa vie et aussi l’importance qu’il accorde à la façon dont les autres le perçoivent. J’avais l’impression d’être en face d’un super individu adapté au monde réel. Mais c’était un individu froid, sans aucune émotion ni remords pour ses actes.[Michel Dubec, psychiatre]

Les psychiatres ont dépeint Guy Georges comme un tueur psychopathe solitaire, qui traquait ses victimes dans la nuit parisienne et les choisissait en fonction de leur « énergie ». Un psychiatre l’a même comparé à un chat, qui piège les oiseaux par instinct. Le psychiatre Dr Henri Grynzspan a déclaré que :

Il se nourrissait de l’énergie et de la force vitale de ceux sur qui il exerçait son pouvoir. Ce qui attirait son attention n’était pas la faiblesse ou la vulnérabilité des victimes, mais leur beauté rayonnante, leur statut social, qu’il voyait dans leurs vêtements de marque. Ce qui lui était insupportable, c’était la réussite de l’autre, qui se reflétait dans ses sentiments de frustration et d’échec.

La conclusion des psychiatres est que les meurtres de George s’apparentent à une « vampirisation rituelle ». C’est comme si, mû intérieurement par une vengeance silencieuse, il s’approchait de ses victimes dans le but d’absorber leur vitalité, de les affaiblir, afin d’exercer sa domination sur elles.

Les victimes de George n’existaient pas en tant que personnes, mais seulement en tant qu’objets destinés à soutenir ses tentatives perverses d’appropriation de leurs qualités intérieures. Ce n’était pas de la colère, de l’agressivité ou de la haine. L’accent est mis sur la cible. Il traite ses victimes comme des objets. C’est un comportement qui provoque des sentiments psychologiques effrayants et des bénéfices d’omnipotence et de contrôle absolu.
[Extrait du rapport psychiatrique]

Lors de son interrogatoire, Guy Georges n’a pas reconnu les photos de ses victimes. Cependant, il a reconnu chaque endroit où il les avait tués. Il a totalement dépersonnalisé ses victimes et n’a pas eu le moindre remords.
Les médecins ont également noté que Guy Georges était un « homme timide et intelligent qui n’exprimait de haine envers personne. »

Dans le rapport, les psychiatres approfondissent les détails de la façon dont il a utilisé le couteau « au sens chirurgical du terme pour couper ses vêtements avant le viol et l’égorgement ».
Parmi les nombreuses lettres écrites à une amie après son emprisonnement, Georges parle de son admiration pour le tigre. Ses écrits soulignent sa fascination pour un « animal intelligent, puissant, résilient, prudent et adaptable. »

A propos de cette fascination pour le tigre, les psychiatres ont dit :

La chasse à l’état sauvage et les questions de comportement animal sont constamment présentes dans sa conversation, et témoigne d’une identification atavique avec la domination et la prédation. Son vrai plaisir venait de la chasse, de l’excitation, de ce moment où il restait immobile à regarder sa victime.

Georges a été abandonné par sa mère quand il avait six ans. Il n’a jamais connu l’identité de son vrai père, ce que les psychiatres qualifient de « mort généalogique », un facteur fondamental, selon eux, pour le développement ultérieur du petit Guy.

La double personnalité

Guy Georges a créé un personnage qui s’appelait Joe. Joe était un homme gentil, attentionné, un ami protecteur et un amant aimant. C’était un séducteur qui n’avait pas de problèmes sexuels et faisait tranquillement l’amour avec ses copines, un homme normal qui pouvait rester avec une seule femme pendant plusieurs années, comme sa petite amie Sandrine.
C’est cette personnalité qu’il utilisait en prison, à l’intérieur il était un voleur, un homme qui méprisait les violeurs. Guy Georges a incorporé ce personnage dès son enfance, fasciné par « Indian Joe », un personnage du dessin animé « Les Aventures de Tom Sawyer ». Le petit Georges s’est identifié au méchant, un paria qui avait été accusé de meurtre à l’aide d’un couteau. Dans tous les endroits où Georges a vécu, tout le monde le connaissait sous le nom de Joe, un type timide mais souvent enjoué. Personne ne soupçonnait qu’il menait une double vie. Un psychiatre récemment diplômé, qui s’était entretenu avec Georges à l’une des nombreuses occasions où il avait été arrêté, a avoué qu’il n’avait jamais trouvé dans son comportement d’éléments pouvant conduire à la violence.
Cette identité fragmentée, tiraillée entre la marginalité et le besoin de reconnaissance, a donné naissance à « Killer Joe ».

La Bête et le Chacal

Georges est calme et ne montre aucun signe d’agressivité. Lui parler, c’est comme parler à quelqu’un au café du coin. Il est extrêmement bien informé et parle de tout, du sport, de la politique, des questions sociales, d’une manière calme et intelligente, a déclaré François Honnorat, le premier avocat de Georges.
Quand on lui a enfin dit le nom de son vrai père, c’était comme s’il renaissait. Il a sauté de joie. Il a retrouvé son identité. Le fait de descendre d’un Américain a gonflé son sens de l’importance.
[François Honnorat]

A l’époque, l’ancien avocat de Georges était divisé sur la peine à appliquer au tueur en série. Quelle est la punition appropriée pour un criminel qui a été traité comme de la merde par la société ?

J’ai demandé aux psychiatres s’ils pouvaient trouver un moyen de lui éviter la prison à vie. Mais ils étaient clairs. Il n’était pas fou et était entièrement responsable de ses actes. Ils ont dit qu’il ne pouvait y avoir que deux voies pour un homme comme Georges : il était prédestiné à être un tueur en série ou un héros de guerre.

Et dans un éclair d’humour noir, les psychiatres ont dit à l’avocat :

Nous ne sommes pas intéressés à déclencher une guerre mondiale pour sauver Guy Georges.

Il semble que le sort du tueur en série ait été scellé avant même son procès. Il semblait condamné à la prison à vie.
En attendant son procès, Georges est placé dans une cellule d’une prison de la banlieue de Paris. Et savez-vous qui était le voisin de cellule de Guy Georges ? Juste cet homme :

Montage de trois photos datant des années 70, de 2001 et de 2013 d'Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos, jugé en appel à partir de lundi pour l'attentat du Drugstore Publicis en 1974 à Paris
Montage de trois photos datant des années 70, de 2001 et de 2013 d’Ilich Ramirez Sanchez, dit Carlos, jugé en appel à partir de lundi pour l’attentat du Drugstore Publicis en 1974 à Paris afp.com/STAFF, JACK GUEZ, Bertrand GUAY

Illich Ramírez Sánchez, plus connu sous le nom de « Carlos, le Chacal », était l’un des plus grands terroristes de tous les temps. Le Vénézuélien était l’homme le plus recherché au monde dans les années 1970 et 1980. En 1975, il a commis l’un des actes terroristes les plus spectaculaires de l’histoire en enlevant 11 ministres de l’OPEP qui étaient réunis en Autriche. Dans sa fuite, il a tué trois personnes. Il a été capturé au Soudan le 14 août 1994 par les services secrets français. Il a été condamné à deux peines de prison à vie en France. Malgré l’appel du président vénézuélien Hugo Chavez (qui le soutient idéologiquement), Le Chacal est toujours emprisonné en France. Il a 63 ans aujourd’hui.
Une rencontre inhabituelle, non ? Dans une cellule, nous avons la « Bête » et dans la cellule suivante, le « Chacal ». Une combinaison mortelle. De quoi ces hommes auraient-ils pu parler ? Personne n’a jamais su. Mais tout le monde était sûr d’une chose. Depuis qu’il avait rencontré Carlos le Chacal, Georges s’était inventé une défense étrange. Il a affirmé avoir été piégé par les services secrets français parce qu’il aurait volé une limousine officielle transportant des documents confidentiels. Documents qui incriminent des personnes influentes dans la mort de l’ancien Premier ministre français Pierre Bérègovoy. En outre, des amis ont reçu des lettres du tueur en série dans lesquelles il affirmait vouloir plaider non coupable.
Et c’est ce qu’il a fait, Guy Georges a nié tous les meurtres, même s’il les avait avoués auparavant. Il a ensuite demandé qu’un juge différent soit nommé pour chaque meurtre, il ne voulait pas avoir à affronter un seul juge.
Et en effet, trois juges ont été nommés pour cette affaire. Olivier Deparis (pour le meurtre de Magali Sirotti), Martine Bernard (pour le meurtre de Pascale Escarfail) et Gilbert Thiel (Catherine Rocher, Elsa Benady, Agnes Nikjamp et Helene Frinking). La presse et les proches des victimes étaient contre. Le procureur a tenté d’intervenir auprès des juges. Elle a demandé au juge Olivier Deparis de se dessaisir de sa compétence au profit du juge Gilbert Thiel, mais celui-ci a refusé. Après plusieurs semaines d’incertitude, le 30 avril 1998, le Président de la Cour a finalement décidé de confier toutes les affaires au juge Gilbert Thiel. Guy Georges s’amusait probablement dans sa cellule à être le centre d’attention.

Jugement

Le 26 décembre 2000, trois mois avant le procès, Guy Georges a tenté de s’évader de prison avec deux autres prisonniers. Leurs plans ont été contrecarrés par un policier qui a décidé de faire sa ronde un quart plus tôt. Ils avaient scié les barreaux de la cellule et avaient failli s’échapper. Pour cette tentative d’évasion, Guy a été envoyé en cellule d’isolement.

Le procès de Guy Georges s’est ouvert le 19 mars 2001. Contre l’avis de son avocat, Guy a plaidé non coupable.

Je dirais que je n’ai rien à voir avec les faits qui me sont reprochés, a déclaré le psychopathe.

Au cours de la première semaine du procès, toujours avec un sourire sur le visage, Guy a nié avec véhémence les accusations, malgré les preuves accablantes contre lui. Il semblait jouer à un jeu dans la salle d’audience. Une heure après, il a dit qu’il allait avouer les crimes. Une autre fois, il ne l’a pas fait. À un moment donné, il a dit qu’il n’avouerait les meurtres qu’aux proches des victimes dans une pièce privée. Le psychopathe semblait apprécier la situation.

C’est une personne maléfique… l’incarnation du mal ! a déclaré la procureure Evelyne Lesieur.

Pendant que la défense et l’accusation débattaient, les proches des victimes ont assisté en silence au procès. Malgré le sourire qu’il affiche, Guy Georges ne pourra pas garder longtemps son pathos.

19 mars 2001. Guy Georges arrive au tribunal pour le début de son procès. Image Source : Corbis.
19 mars 2001. Guy Georges arrive au tribunal pour le début de son procès. Image Source : Corbis.

 

Le tueur en série Guy Georges arrive pour son procès le 19 mars 2001.
Le tueur en série Guy Georges arrive pour son procès le 19 mars 2001.
Guy Georges lors de son procès.
Guy Georges lors de son procès.
19 mars 2011. Le défendeur Guy Georges parle avec son avocat Alex Ursulet. Source de l'image : Corbis.
19 mars 2011. Le défendeur Guy Georges parle avec son avocat Alex Ursulet. Source de l’image : Corbis.
19 mars 2001. Guy Georges discute avec son avocat pendant son procès.
19 mars 2001. Guy Georges discute avec son avocat pendant son procès.
19 mars 2001. Gros plan sur le tueur en série Guy Georges pendant son procès. Image Source : Corbis.
19 mars 2001. Gros plan sur le tueur en série Guy Georges pendant son procès. Image Source : Corbis.

Au fil des jours, sous la pression de son avocat Alex Ursulet, le visage souverain de Guy Georges a laissé place à une expression plus fermée, comme si quelque chose venait à bout de son arrogance intérieure. L’avocat de Georges voulait qu’il avoue les meurtres car ce n’est qu’à cette condition qu’il aurait une petite chance de le faire sortir de prison à vie. Et le 27 mars 2001, 8 jours après le début du procès, Guy Georges a finalement avoué les meurtres, mais même alors, sa voix était presque inaudible :

– Avocat : « Le moment est venu de parler de certaines choses. Avez-vous tué Pascale Escarfail ? »
– Georges : « Oui », répond Georges d’une voix presque inaudible.
– Avocat : « Avez-vous tué Catherine Rocher ? »
– Georges : « Oui »
– Avocat : « Avez-vous tué Elsa Benady ? »
– Georges : « Oui »
– Avocat : « Avez-vous tué Agnès Nikjamp ? »
– Georges : « Oui »
– Avocat : « Avez-vous tué Helene Frinking ? »
– Georges : « Oui »
– Avocat : « Avez-vous tué Magali Sirotti ? »
– Georges : « Oui »
– Avocat : « Avez-vous tué Estelle Magd ? »
– Georges : « Oui »

Et c’est alors que Georges a montré un visage que personne n’imaginait qu’il pouvait avoir. En larmes, il a regardé sa mère adoptive qui, à 71 ans, suivait le procès et a dit : « Je t’aime maman. Je demande pardon à ma famille, à ma soeur, à mon père, et à Dieu, s’il existe. »
Georges a joué avec tout le monde jusqu’à la fin. Il a retiré les aveux faits en 1998 et a scandalisé même son avocat en se déclarant innocent devant le tribunal, mais a fondu en larmes lorsqu’il a finalement avoué une fois pour toutes les meurtres.
Ces aveux ont été un soulagement pour les familles des victimes, qui craignaient que Georges ne maintienne son déni jusqu’au bout.
Il a ajouté :

  • Lorsque j’ai été battu, j’étais dans un état que je ne peux pas expliquer. J’étais conscient sans être conscient. Dans ces moments-là, je n’ai aucune pitié.
  • Est-ce un désir sexuel ou juste le désir de tuer ? a demandé le juge.
  • Pour tuer !, a répondu Georges.

Avant que le jury ne se retire pour délibérer, Georges a fait une demande, il a demandé à ne pas être condamné à la prison à vie car, selon lui, il avait déjà presque 40 ans et s’il était condamné à vie, il perdrait le reste de sa vie en prison. C’est drôle, n’est-ce pas ? Un tueur en série qui demande la pitié. Il a également dit :

Pourquoi mes parents m’ont-ils abandonné ? Pourquoi m’ont-ils enlevé mon identité ? Pourquoi les services sociaux m’ont-ils menti lorsque j’ai fait des recherches sur mon identité ? Pourquoi ai-je commencé à tuer en 1991 ? Pourquoi ne m’ont-ils pas arrêté en 1995 ? Pourquoi suis-je devenu un tueur impitoyable ? Pourquoi j’aime passionnément mes amis, mes petites amies, ma famille et suis capable de les faire rire quand ils sont tristes ?

Et le jury a mis un peu plus de quatre heures pour le déclarer coupable de sept meurtres. La phrase ? Prison à vie pour la Bête de la Bastille avec possibilité de libération conditionnelle dans 22 ans. En entendant la sentence, Georges a dit :

Après la décision du jury, un espace a été aménagé pour que les proches des victimes puissent s’exprimer en public.

Vous pouvez demander pardon à Dieu, à qui vous voulez, mais vous ne pouvez pas demander pardon aux familles, vous n’avez pas le droit, vous savez très bien ce que vous faites.
[Franck Sirotti, frère de Magali Sirotti]

Pour moi, tu es complètement faux et méchant. Vous dites que vous êtes innocent mais vous êtes bien plus qu’un connard arrogant. Tu es insupportable.
[Père de Pascale Escarfail]

J’ai entendu dire que vous avez été mis à l’adoption. J’ai également été proposé à l’adoption par ma mère lorsque j’avais cinq ans. Mais je ne suis pas devenu un délinquant pour autant.
[Chantal Sirotti, mère de Magali Sirotti]

Après cette affaire, la ministre française de la Justice de l’époque, Elisabeth Guigou, a décrété la création d’une base de données contenant l’ADN de toutes les personnes condamnées pour des crimes sexuels. La police française a également investi dans des outils d’élucidation des crimes tels que ViCAP et VICLAS, tous deux utilisés aux États-Unis et au Canada.

Elisabeth Ortega a survécu à l’attaque de Guy Georges en 1995. C’est d’elle que viennent les meilleures pistes pour la police française. Elle a passé plusieurs semaines à aider la police, notamment en participant aux rondes de nuit. Quelque temps plus tard, Elisabeth décide de faire une pause à Paris. Elle voulait oublier tout ce qu’elle avait vécu et a voyagé en Grèce. Là, alors qu’elle plonge dans un lac sur une île, elle se cogne la tête contre un rocher et devient paraplégique. Même en fauteuil roulant, elle a assisté à tous les jours du procès de Guy, elle voulait s’assurer qu’il ne remettrait plus jamais les pieds dans la rue.

Le père de Magali Sirotti, Aldo Sirotti, passe ses derniers jours à visiter et nettoyer la tombe de sa fille. Après sa mort, il a développé une sorte de complexe de persécution et s’est même introduit dans le bureau du maire de Paris.

Le père de Catherine Rocher est devenu alcoolique après la mort de sa fille. Un jour de 1997, alors qu’il rentrait chez lui en état d’ébriété, il a eu un accident de voiture et est mort sur le coup.

Après la condamnation, Guy Georges a commencé une thérapie en prison.

Il a déjà vu un psychologue et veut aussi voir un psychiatre. Il a dit qu’il était conscient de la gravité de ses actes et a décidé de suivre une thérapie. Il veut savoir deux choses, pourquoi il a fait ça et pourquoi sa mère l’a abandonné, avait déclaré l’avocat de Georges à l’époque.

Guy Georges est actuellement en prison. Il pourra bénéficier d’une libération conditionnelle en 2020. La thérapie en prison semble avoir fonctionné puisque, en plus de se découvrir davantage, Georges semble avoir renoncé au suicide, un fait soulevé par les psychiatres après sa condamnation en entendant la décision du jury. Soit il a renoncé au suicide, soit il n’a pas encore eu l’occasion de le faire.

A voir l’excellent film Affaire SK1:

  • Réalisateur : Frédéric Tellier
  • Acteur(s) :Nathalie Baye, Olivier Gourmet, Raphaël Personnaz
  • Genre : Drame, Policier
  • Durée : 2h0min
  • Date de sortie : 06/01/2015
  • Année de production : 2013

Synopsis et détails: Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d’une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d’enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d’avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l’affaire Guy Georges, le tueur de l’est parisien ».

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings