Folklore

Elmer McCurdy

Le bandit qui ne voulait pas abandonner

Imaginez la situation suivante : vous travaillez comme accessoiriste pour une série télévisée à succès de 1976, appelée L’Homme qui valait trois milliards.

Un prochain épisode doit être filmé à Long Beach, en Californie, dans un parc d’attractions appelé le Pike.

L’épisode s’intitule Le Carnaval des espions, et le Pike contient de nombreuses bizarreries, dont un mannequin de cire suspendu à une potence. Le mannequin en question doit être déplacé hors du cadre, hors du champ de la caméra. Vous devez donc le déplacer.

Au moment où vous le faites, le bras se casse, révélant l’os et le muscle.

Il ne s’agit pas d’un mannequin de cire, mais d’un humain pétrifié, momifié au cours de longues années.

Alors, qui était cette personne, et comment s’est-elle retrouvée sur un plateau de télévision ?

La réponse implique des braquages de banques, des hold-up de trains, du whisky et du TNT.

La réponse est Elmer McCurdy, alias le bandit qui ne voulait pas abandonner.

Elmer McCurdy
Elmer McCurdy

Elmer McCurdy naquit à Washington, Maine, le 1er janvier 1880. Il était le fils de Sadie McCurdy, âgée de 17 ans et qui n’était pas mariée au moment de sa naissance. L’identité de son père est inconnue, une des possibilités serait le cousin de Sadie, Charles Smith (McCurdy devait plus tard utiliser le nom de « Charles Smith » comme alias). Afin de préserver Sadie de l’embarras et de la honte d’élever un enfant illégitime, son frère George et son épouse Helen adoptèrent Elmer. Après la mort de George de la tuberculose en 1890, Sadie et Helen déménagèrent avec Elmer à Bangor, Maine. Sadie dit finalement à son fils qu’elle était, et non Helen, sa mère et qu’elle n’était pas sure de l’identité de son père biologique. La nouvelle perturba McCurdy qui grandit dans le ressentiment et devint « indiscipliné et rebelle ». Adolescent, il commença à boire lourdement, une habitude qu’il devait conserver durant toute sa vie.

McCurdy retourna finalement dans le Maine pour vivre avec son grand-père et devenir un apprenti plombier. Il fut apparemment un travailleur compétent et vécut confortablement jusqu’au revirement économique de 1898. McCurdy perdit son travail et, en août 1900, sa mère décéda d’un ulcère. Son grand-père décéda de la maladie de Bright le mois suivant. Peu de temps après la mort de son grand-père, McCurdy quitta le Maine et commença à vagabonder dans l’est des États-Unis où il travailla comme mineur de plomb et plombier. Il ne fut pas en mesure de conserver un boulot pendant une longue période à cause de son alcoolisme. Il prit finalement la route de Kansas où il travailla comme plombier à Cherryvale. McCurdy déménagea ensuite à Iola où, en 1905, il fut arrêté pour ivresse publique. Il se relocalisa alors à Webb City, Missouri.

En 1907, McCurdy rejoignit l’Armée des États-Unis. Assigné au Fort Leavenworth, McCurdy était opérateur sur mitrailleuse et fut entraîné à utiliser la nitroglycérine à des fins de démolition (l’étendue de cet entraînement était plutôt minimal). Il fut honorablement déchargé du Corps de l’Intendance le 7 novembre 1910. McCurdy traça alors son chemin vers St. Joseph, Kansas où il rencontra un ami de l’Armée. Le 19 novembre, McCurdy et son ami furent arrêtés pour recel de vols d’équipements (ciseaux, scies à métaux, cheminées pour nitroglycérine, poudre à canon et sacs d’argent). La St. Joseph Gazette rapporta que durant la lecture de leur acte d’accusation, McCurdy et son ami dirent au juge que les outils n’avaient pas une vocation à servir de recel mais étaient des outils dont ils avaient besoin pour travailler sur une mitrailleuse à utilisation pédale qu’ils avaient inventée. En janvier 1911, un jury trouva McCurdy non coupable. Après sa libération de la prison du Comté, la courte carrière de McCurdy comme voleur de banques et de trains commença. Ses vols étaient généralement des affaires gâchés par sa médiocrité.

McCurdy
McCurdy

McCurdy décida d’utiliser l’entraînement qu’il avait reçu au maniement de la nitroglycérine dans le cadre de ses vols. Cela causa souvent des problèmes car il était trop zélé et échouait à doser correctement la bonne dose de nitro à utiliser. En mars 1911, McCurdy s’était de nouveau relocalisé à Lenapah, Oklahoma. Lui et trois autres hommes décidèrent de voler le train de la Iron Mountain-Missouri Pacific après que McCurdy eut entendu dire que le train contenait un coffre-fort avec 4 000 dollars. Ils parvinrent à arrêter le train et à localiser le coffre-fort. McCurdy mit ensuite de la nitroglycérine dans la porte du coffre-fort pour l’ouvrir mais en utilisa beaucoup trop. Le coffre-fort fut détruit dans l’explosion ainsi que la majorité de l’argent. McCurdy et ses partenaires parvinrent à emmener 450 dollars en pièces d’argent, dont la plupart étaient fondues et s’étaient amalgamées avec la structure du coffre-fort.

En septembre 1911, McCurdy et deux autres hommes attaquèrent la Citizens Bank de Chautauqua, Kansas. Après avoir passé deux heures à casser le mur de la banque avec un marteau, McCurdy plaça une charge de nitroglycérine autour de la voûte extérieure de la porte de la banque. L’explosion démolit la voûte de la porte à l’intérieur de la banque détruisant ce qui s’y trouvait, mais cela n’endommagea pas le coffre-fort qui se trouvait dans la voûte. McCurdy essaya ensuite de faire exploser la porte du coffre-fort avec de la nitroglycérine mais la charge ne s’alluma pas. Après que le guetteur, pris de panique, se soit enfui, McCurdy et ses complices dérobèrent 150 dollars en pièces qui se trouvaient dans un plateau en dehors du coffre-fort et s’enfuirent. Plus tard cette nuit-là, les hommes sautèrent dans un train qui les emmena à la frontière du Kansas. Ils se séparèrent et McCurdy traça son chemin vers le ranch d’un ami, Charlie Revard, près de Bartlesville, Oklahoma. Il resta dans une cabane située sur la propriété pendant les quelques semaines qui suivirent et but lourdement.

Le dernier cambriolage de McCurdy eut finalement lieu le 4 octobre 1911 près d’Okesa, Oklahoma. McCurdy et deux complices planifièrent d’attaquer un train Katy après avoir entendu dire qu’il contenait 400 000 dollars en liquide qui représentaient le paiement de la redevance à la Nation Osage. Cependant, au lieu du Katy Train, McCurdy et ses hommes commirent l’erreur d’arrêter malencontreusement un train de passagers. Les hommes furent capables de voler 46 dollars au préposé au courrier, deux dames-jeannes de whisky, un revolver automatique, un manteau et la montre du conducteur du train. Un article de presse relatant ladite attaque la surnomma « une des plus petites attaques dans l’histoire ferroviaire. » McCurdy était déçu par le butin et retourna au ranch de Revard le 6 octobre où il commença à boire les dames-jeannes de whisky qu’il avait volées. A cette époque, il souffrait aussi de la tuberculose (qu’il avait développée en travaillant dans les mines), d’un cas peu sévère de pneumonie et de trichinose. Il resta là à boire avec quelques hommes du ranch avant de s’endormir dans le grenier à foins le matin suivant. A l’insu de McCurdy, il avait été impliqué dans le vol et une récompense de 2 000 dollars avait été émise pour sa capture.

Davenport à gauche, Stringer Fenton à droite
Davenport à gauche, Stringer Fenton à droite

Dans les premières heures du matin du 7 octobre, une troupe de poursuivants composée de trois shérifs, les frères Bob et Stringer Fenton et Dick Wallace, débusquèrent McCurdy dans le grenier en utilisant des limiers. Ils encerclèrent les lieux et attendirent la lumière du jour. Dans une interview donnée le 8 octobre 1911 dans l’édition du Daily Examiner, le shérif Bob Fenton se rappela:

Ça commença juste aux environs de 7h00. Nous étions répartis tout autour en attendant qu’il sorte quand la première balle fut tirée vers ma direction. Elle me manqua et il tourna alors son attention sur mon frère, Stringer Fenton. Il tira à trois reprises sur Stringer et quand mon frère fut à couvert, il s’en prit à Dick Wallace. Il continua de nous tirer dessus pendant environ une heure. Nous répliquâmes à chaque fois que nous le pouvions. Nous ne savons pas qui le tua… (sur la piste) nous avons trouvé une bonbonne de whisky volée dans le train. Elle était presque vide. Il était complètement ivre quand il arriva au ranch la nuit précédente.

McCurdy fut tué par une seule balle de revolver qui l’atteignit à la poitrine alors qu’il était couché.
Le corps de McCurdy fut par la suite emmené à la Johnson Funeral Home de Pawhuska, Oklahoma où il ne fut pas réclamé. Joseph L. Johnson, le propriétaire et fossoyeur, embauma le corps avec un conservateur à base d’arsenic qui était typiquement utilisé pour ce genre d’opérations de l’époque afin de préserver le corps pendant une longue période quand aucun proche parent n’était connu. Il rasa ensuite son visage, lui mit un costume et le stocka à l’arrière de la boutique de pompes funèbres. Comme McCurdy restait non réclamé, Johnson refusa d’enterrer ou de libérer le corps avant qu’il fut payé pour ses services. Johnson décida ensuite d’exposer McCurdy pour faire de l’argent. Il habilla le corps en vêtements de rue, plaça un fusil dans ses mains et le dressa dans le coin de la boutique.

Pour 5 cents, Johnson autorisa les visiteurs à voir « Le Bandit Qui ne Voulut pas se Rendre  » (à diverses périodes, McCurdy fut aussi appelé « Le Mystérieux Hommes aux Nombreux Alias », « Le Hors-la-loi de l’Oklahoma » et « Le Bandit Embaumé »). « Le Bandit » devint une attraction populaire de la boutique et attira l’arrivée de promoteurs de carnavals. Johnson reçut de nombreuses offres d’achat du corps momifié de McCurdy mais il refusa.
Le 6 octobre 1916, un homme se faisant appelé Aver contacta Johnson affirmant être le frère californien longtemps perdu d’Elmer McCurdy. Aver avait déjà contacté le shérif du Comté d’Osage et un avocat local pour demander la garde du corps pour l’emmener en bateau à San Francisco et lui donner une sépulture décente. Le jour suivant, Aver arriva aux pompes funèbres avec un autre homme se faisant appeler Wayne, qui affirma aussi être le frère de McCurdy. Johnson donna le corps aux deux hommes pour le mettre dans le train, ostensiblement pour San Francisco. A la place, le corps fut emmené par bateau à Arkansas City, Kansas. Les hommes qui avaient affirmé être les frères longtemps perdus de McCurdy étaient en fait, James et Charles Patterson. James Patterson était le propriétaire du Great Patterson Carnival Shows, un carnaval itinérant.

James Patterson
James Patterson

Après avoir entendu parler par son frère de l’exhibition du populaire « Bandit Embaumé », les deux frères mirent au point ce stratagème pour prendre possession du corps afin de l’exposer dans le carnaval de Patterson. Le corps de McCurdy devait être exposé dans le carnaval itinérant de Patterson comme « Le Hors-la-loi Qui Ne Fut Jamais Capturé Vivant », jusqu’en 1922, date à laquelle Patterson vendit son affaire à Louis Sonney.

Louis Sonney
Louis Sonney
Bill Doolin
Bill Doolin

Louis Sonney utilisa le corps de McCurdy dans son itinérant « Musée du Crime » qui comportait des répliques en cire des célèbres hors-la-loi comme Bill Doolin et Jesse James. En 1928, le corps fit partie des attractions annexes qui accompagnèrent le Trans-American Footrace. En 1933, il fut acquis pendant un moment par le réalisateur Dwain Esper pour promouvoir l’exploitation du film Narcotic. Le corps était placé dans le hall des salles de cinéma pour montrer un « drogué » qui, selon Esper, se serait suicidé alors qu’il était entouré par la police après avoir cambriolé un drugstore pour alimenter sa déviance. Au moment où Esper avait acquis McCurdy, le corps était momifié, la peau était devenue dure et flétrie ce qui avait occasionné un rétrécissement du corps à la taille d’un enfant.

Jesse James
Jesse James

Esper affirma que la détérioration de la peau était la preuve de la supposée utilisation de drogues.
A la mort de Louis Sonney en 1949, le corps fut stocké dans un entrepôt de Los Angeles. En 1964, Dan, le fils de Sonney, loua le corps au cinéaste David F. Friedman. Il fit une brève apparition dans le film de Friedman de 1967, She Freak. En 1968, Dan Sonney vendit le corps avec six autres statues en cire pour 10 000 dollars à Spoony Singh, le propriétaire du Hollywood Wax Museum.

Spoony Singh
Spoony Singh

Singh avait apporté les statues pour deux canadiens qui les exposèrent lors d’un show au Mont Rushmore. Alors qu’il y était exposé, le corps fut endommagé par une tempête de vent, les extrêmités de ses oreilles ainsi que des doigts et des orteils furent emportés. Les deux canadiens ramenèrent finalement McCurdy à Singh qui décida que le corps était devenu « trop horrible » et plus assez vivant pour être exposé. Singh le vendit alors à Ed Liersch, copropriétaire du Pike, un terrain de jeu à Long Beach, Californie. En 1976, le corps de McCurdy fut pendu dans l’attraction intitulée « Laff In the Dark », une sorte de train fantôme du Pike.

Le 8 décembre 1976, l’équipe de techniciens de la série télévisée L’homme qui valait trois milliards tournait des scènes pour l’épisode intitulé « Carnival of Spies » au Pike.

Le Pike
Le Pike

Durant le tournage, un accessoiriste bougea ce qui était censé être un mannequin de cire qui pendait à une potence. Quand le bras du mannequin se brisa, un os et du tissu humain étaient visibles.
La Police fut appelée et le corps momifié fut emmené au bureau du médecin légiste de Los Angeles. Le 9 décembre, le Dr. Joseph Choi effectua une autopsie et détermina que le corps était celui d’un homme qui était mort d’une balle dans la poitrine. Le corps était complètement pétrifié, couvert de cire et avait été recouvert avec des couches de peintures au phosphore. Il pesait approximativement 23 kgs et mesurait 1m60. Quelques cheveux étaient encore visibles sur les côtés et à l’arrière de la tête avec les oreilles, les gros orteils et les doigts manquants. L’examen révéla aussi des incisions datant de l’autopsie originale et de l’embaumement. Des tests conduits sur le tissu montra la présence de l’arsenic qui était un composant du liquide d’embaumement utilisé jusqu’à la fin des années 1920. Des tests révélèrent la tuberculose dans les poumons que McCurdy avait développée alors qu’il travaillait comme mineur. Alors que la balle qui causa la mort initiale avait été probablement retirée lors de l’autopsie initiale, le blindage de la balle fut retrouvé. On détermina que c’était le blindage d’une gas check, qui furent utilisées de 1905 à 1940. Ces découvertes aidèrent les enquêteurs à dater exactement la période à laquelle l’homme avait été tué. D’autres renseignements sur l’identité de l’homme furent trouvés quand la mandibule fut enlevée pour une analyse dentaire. A l’intérieur de la bouche se trouvait un penny de 1924 et des talons de billet du the 140 W. Pike, Side Show et du Musée du Crime de Louis Sonney. Les enquêteurs contactèrent Dan Sonney qui confirma que le corps était celui d’Elmer McCurdy. L’anthropologue médico-légal, le Dr. Clyde Snow, fut alors appelé pour aider à confirmer l’identification. Le Dr. Snow prit des radiographies du crâne et les plaça au-dessus d’une photo de McCurdy prise à l’époque de sa mort dans le cadre du procédé de la superposition. Snow fut capable de déterminer que le crâne était bien celui d’Elmer McCurdy.

Le 11 décembre, l’histoire du voyage de McCurdy parut dans les journaux, à la télévision et à la radio. Plusieurs entreprises de pompes funèbres contactèrent le bureau du médecin légiste offrant d’enterrer gratuitement McCurdy, mais les officiels décidèrent d’attendre pour voir si un éventuel parent ne réclamerait pas le corps. Fred Olds, qui représentait l’Indian Territory Posse des Oklahoma Westerns, convainquit finalement le Dr. Thomas Noguchi, alors Médecin-Légiste en chef pour le Comté de Los Angeles, de lui permettre d’enterrer le corps en Oklahoma. Après des tests complémentaires pour s’assurer de l’identité, Olds fut autorisé à prendre possession du corps.
Le 22 avril 1977, une procession funèbre fut organisée pour transporter McCurdy à la section de Boot Hill du Summit View Cemetery de Guthrie, Oklahoma. Un service funèbre fut suivi par approximativement 300 personnes après lequel McCurdy fut enterré à côté de Bill Doolin.

Pour s’assurer que le corps de McCurdy ne soit pas volé, 60 cm de béton furent coulés sur le cercueil.

Source: https://forum.westernmovies.fr

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.