Témoignage

St. Catharines, Ontario (Dossiers Mystere I)

Février 1970 ,237 church street St. Catharines, Ontario (C.P.).

Un Fantôme (Poltergeist ??) sème la panique au sein d’une Famille Modeste de St. Catharines.Objet,Meubles etc etc se mettent a voler.

Deux médecins, deux avocats, deux prêtres et un groupe de policiers de St. Catharines disent avoir vu cet esprit à l’œuvre. Ils assurent qu’une chaise, sur laquelle était assis un garçonnet de 11 ans, s’est élevée plusieurs fois à 15 ou 20 cm au-dessus du sol, mais un policier, qui a essayé de la soulever dans les mêmes conditions, ne l’a pas pu. Des lits se sont dressés et des commodes se sont déplacées d’un mur à l’autre. Un policier de la ville qui a 23 ans de service déclara samedi : « Je connais au moins cinq de mes collègues qui ont été témoins de ces manifestations, et qui… sont convaincus qu’il se passe quelque chose de surnaturel. » La police, qui préfère ne pas révéler le nom de la famille, dit qu’elle fait venir des physiciens et d’autres experts afin d’enquêter. Les fonctionnaires de l’eau, du gaz et de l’électricité, des services d’incendie, et l’inspecteur du service des constructions de la ville ont tous été dans l’impossibilité de fournir une explication logique. John et Barbara page,La famille, habite l’appartement depuis plus de dix ans mais les ennuis avec les meubles n’ont commencé que depuis les deux dernières semaines de Février 1970.

Thornton Road, numéros 32 (à gauche) et 36 (à droite) où des activités de poltergeist ont été signalées.

Cela fait 30 ans qu’une rue de Birmingham est au centre de l’un des plus grands mystères fantomatiques de la ville. Mike Lockley en parle.

C’est ce qu’on a appelé l’affaire du poltergeist de Birmingham.

Les habitants de Thornton Road, Ward End, parlent encore à voix basse de l’enquête de police qui s’est transformée en enquête paranormale.

Pourtant, le traumatisme demeure pour ceux qui ont vécu ce cauchemar, qui a laissé les policiers et les hommes d’église perplexes.

Pendant trois ans, à partir de 1981, les fenêtres ont été brisées à plusieurs reprises par des pierres polies qui semblaient pleuvoir continuellement du ciel nocturne.

Des toits ont également été endommagés et des propriétaires effrayés ont même érigé des barricades après ce qu’ils craignaient être des attaques paranormales.

Malgré la surveillance permanente des policiers qui campaient dans les jardins, se cachaient dans les arbres et installaient des caméras secrètes, les coupables n’ont jamais été arrêtés.

Même les experts en balistique n’ont rien pu faire.

En désespoir de cause, les enquêteurs du paranormal et le clergé ont été appelés à la rescousse.
Une activité poltergeist a été signalée à Thornton Road, Ward End.

Au plus fort des problèmes, l’inspecteur en chef Len Turley, chargé de l’enquête, a fait part de sa frustration.

Il a déclaré :

Nous avons consacré plus de 1 000 heures de travail à cette affaire. Nous gardons l’esprit ouvert. Nous ne savons pas pourquoi cela dure depuis si longtemps. Si nous en connaissions la raison, nous ferions un pas de plus.

Cette étrange affaire a fait les gros titres des journaux nationaux et a même été diffusée à la télévision par le célèbre auteur de science-fiction Arthur C. Clarke.

Aujourd’hui encore, les propriétaires se demandent s’ils ont été victimes d’une activité poltergeist ou simplement d’un acte de vandalisme.

Trois maisons – les numéros 32, 34 et 36 – ont été les plus touchées, avec des vitres arrière continuellement brisées et des toits endommagés.

Au plus fort des troubles, les habitants placèrent du grillage à poules sur les fenêtres et érigèrent des tôles ondulées.

En mai 1982, le Birmingham Mail rapporte :

À la tombée du jour, ce soir, sur une route de la banlieue de Midland, des habitants effrayés vérifieront leurs barricades et se prépareront à repousser une nouvelle attaque mystérieuse contre leurs maisons.

L’article coloré était accompagné d’une photo d’Evelyn Malcolm, avec le chapeau de fer-blanc qu’elle portait pour se protéger.

D’autres propriétaires portaient des casques de sécurité et avaient lacé du fil de coton dans leur jardin pour voir si les coupables le casseraient.

Étonnamment, malgré le saccage de leurs propriétés, les cordes n’ont jamais été rompues.

Natalie Holford n’avait que 17 ans lorsque les attaques ont commencé chez elle, au numéro 32.

Aujourd’hui, elle a l’esprit ouvert en ce qui concerne les liens avec l’au-delà. Elle a déclaré au Mail : « Aujourd’hui, je crois beaucoup aux phénomènes psychiques. J’aurais aimé savoir à l’époque ce que je sais aujourd’hui.

À l’époque, j’ai dit qu’il y avait quelqu’un qui savait ce qui se passait, mais je suis plus ouverte d’esprit aujourd’hui.

C’était comme si nous étions traqués, comme si quelqu’un nous observait. La police partait d’ici à 2 heures du matin et, le temps d’arriver au commissariat, il y avait une nouvelle attaque.On pouvait entendre les pierres rouler sur le toit. C’était vraiment bizarre.

Cela arrivait toujours quand on s’endormait. Je passais mon baccalauréat à l’époque et cela m’a fait beaucoup de mal. Mon bac était nul.

C’en était au point où vous ne pouviez plus dormir, vous attendiez que quelque chose se passe…Cela se produisait si régulièrement.Il y avait des policiers partout et ils ont même installé une caméra dans l’une de nos chambres. Ma mère était à bout de nerfs, c’était le manque de sommeil.

La maison de Geoffrey Sidebotham et de sa sœur Gwenneth Donnelly a subi les pires dégâts.

Ils vivent toujours au 36, la maison qu’ils partageaient avec leurs parents.

Geoffrey, âgé de 67 ans, a déclaré :

Je suis encore très amer. C’était un véritable cauchemar qui a accéléré la mort de ma mère, sans aucun doute.

Sa mère, handicapée par l’arthrite et l’emphysème, est décédée en 1982.

Geoffrey travaillait de nuit pour la Co-Op et n’était donc pas présent lors de la pose des fenêtres.

Mais il est sceptique quant aux allégations de fantômes. Quelqu’un – et non quelque chose – l’a fait et s’en est tiré.

Cela a bouleversé toute la famille. Il y avait des policiers partout, même dans les arbres, en train de getter, se souvient-il. Les fenêtres étaient brisées chaque nuit par des pierres. Dès que vous en remplaciez une, elle était à nouveau brisée.Un lit était recouvert de verre. Nous n’étions pas entièrement assurés, cela a dû coûter une fortune.

Gwenneth a pleuré en se remémorant ses tourments nocturnes.

La femme de 64 ans a déclaré :  »

Cela a coûté la vie à ma mère. Je me souviens qu’une pierre a traversé la fenêtre et a atterri juste à côté de son fauteuil roulant.Je me couchais avec une Bible sous mon oreiller et je priais tous les soirs pour que cela cesse.Un vicaire est venu chez nous et il était convaincu que c’était l’œuvre de vandales.

La police n’a jamais cru à la théorie du poltergeist, pensant que le coupable utilisait une catapulte géante pour bombarder les maisons à une distance de 200 mètres.

En décembre 1981, le commissaire Baden Skitt a promis que les policiers auraient leur homme.

Nous avons consacré le savoir-faire et la main-d’œuvre nécessaires à l’organisation d’une grande chasse au meurtre, a-t-il déclaré.Nous ne considérons pas cela comme un jeu. »Un crime très grave est en train d’être commis. Le coupable a tous les atouts en main, mais nous finirons par l’attraper. Il finira par déraper.

Il – ou « ça » – n’a jamais été arrêté.

Pour Geoffrey Sidebotham, c’est une pilule très amère à avaler.

Après toutes ces années, j’aimerais toujours aller au fond des choses, a-t-il déclaré.

La vérité, comme le dit si bien la série télévisée X-Files, La vérité est ici…

Les Rapports: (En Anglais désolé)

 

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.