Criminalité

Sam Sheppard

Celui qui inspira la série " Le Fugitif "

Marilyn Sheppard
Marilyn Sheppard

Elle s’est réveillée en sursaut de son horrible cauchemar, comme si elle cherchait de l’air lorsqu’elle sortait enfin de l’eau.

Sauf que ce n’était pas un rêve. Elle était enfermée dans une lutte à mort dans sa chambre sombre, à peine capable de saisir la réalité de son propre meurtre, avant que l’arc diabolique de l’arme du tueur n’efface tout ce qu’elle aurait pu devenir.

Mais le meurtre de Marilyn Sheppard, perpétré en 1954 à Cleveland, allait devenir une sensation nationale, un fascinant roman policier versé dans un cocktail sensationnel de sexe adultère et de violence graphique. L’histoire, qui n’était qu’une sale blague murmurée sous les ormes et les avant-toits de la banlieue, s’est transformée en une méchante campagne médiatique qui a entraîné l’arrestation du Dr. Sam Sheppard pour le meurtre de sa femme enceinte.

S’agissait-il d’un homme bon injustement accusé ? Ou d’un riche médecin échappant à un meurtre ?

Un crime horrible

Le calme de l'idyllique Bay Village va être brisé par un meurtre brutal dans la maison des Sheppard.
Le calme de l’idyllique Bay Village va être brisé par un meurtre brutal dans la maison des Sheppard.

Le plus célèbre des meurtres mystérieux de l’Ohio aura 66 ans cet été, sans avoir perdu de son éclat.

Le dimanche matin du 4 juillet 1954, à 5 h 45, Sam Sheppard, bouleversé, téléphone à son voisin et lui dit : « Mon Dieu, Spence, va vite la voir. Je crois qu’ils ont tué Marilyn ! » Avec cette déclaration stupéfiante, le rideau se lève sur une tragédie insondable dans la petite ville de Bay Village, dans l’Ohio.

La police locale se rend à une adresse sur Lake Road, une maison spacieuse perchée à près de cent pieds au-dessus de la rive sinueuse du lac Érié. Le lieu était une banlieue, élégante et de classe moyenne extravagante.

A l’intérieur, ils ont rencontré un Dr. trempé et torse nu. Sam Sheppard faisant les cent pas et gémissant dans son bureau. Il y avait des signes de saccage, et Sheppard semblait être étourdi ou blessé.

À l’étage, ils ont trouvé Marilyn Sheppard battue à mort dans son lit, le visage couvert de lacérations, son pyjama en désordre. Pour des officiers qui ne faisaient guère plus que dresser des contraventions, le tableau effroyable de la salle du crime était plus que surréaliste.

Alors que les policiers et les journalistes commencent à arriver, Sam Sheppard raconte une histoire confuse et décousue. Alors qu’il faisait la sieste au rez-de-chaussée au petit matin, il a été réveillé par Marilyn qui criait son nom. En remontant l’escalier sombre, Sam a vu une « silhouette en blanc » se pencher sur le corps de sa femme sur le lit. Il a ensuite été « frappé » par derrière et assommé.

Il s’est réveillé dans un brouillard étourdissant, mais a réussi à vérifier le pouls de Marilyn et n’en a trouvé aucun. Entendant un bruit en bas, il a vu une ombre sortir par l’arrière de sa maison et se diriger vers le lac. Sam l’a poursuivi sur leur plage privée, où il s’est battu avec la « figure », qu’il a décrite comme un grand homme aux « cheveux touffus », jusqu’à ce qu’il soit à nouveau assommé.

Il s’est réveillé la deuxième fois allongé sur la plage, les jambes dans l’eau. Il est rentré en titubant chez lui, a vérifié que son fils Chip dormait toujours et a appelé son ami Spencer Houk, un voisin qui était aussi le maire de Bay Village.

Marilyn Sheppard s'est battue pour sa vie, mais elle n'a pas résisté au tueur.
Marilyn Sheppard s’est battue pour sa vie, mais elle n’a pas résisté au tueur.

L’histoire de Sam était au mieux improbable, et les détectives de Cleveland qui avaient rapidement repris l’affaire étaient incrédules. Son histoire bizarre prouvait-elle qu’il avait assassiné sa femme ?

Avant que les enquêteurs n’aient le temps d’avancer, les frères médecins de Sam Sheppard l’ont emmené à l’hôpital familial pour soigner ses blessures apparentes. Alors qu’ils s’éloignaient, les policiers et les journalistes, frustrés, ont conclu que la famille était en train de tourner autour du pot.

Dès les premières heures qui ont suivi la découverte de Marilyn brutalisée dans son lit, ce crime était destiné à faire l’objet d’un montage infini de faits, de spéculations et de rumeurs. Et ici, à Bay Village, à l’intersection de la richesse et du front de mer, toutes les personnes concernées s’interrogeaient.

Y avait-il d’autres jardins sombres qui se cachaient derrière les clôtures blanches ?

Une enquête compromise

Peu après que Sheppard ait été emmené de la scène de crime, « l’autre Dr. Sam » est arrivé à la maison de Lake Road.

Samuel Gerber était depuis longtemps le coroner de Cleveland, un homme petit et arrogant qui mettait un point d’honneur à se faire des ennemis – son hostilité envers la famille Sheppard et leur clinique ostéopathique était bien connue. En juin, Gerber avait même déclaré à un stagiaire qu’il allait « les avoir un jour ».

Le coroner détestait la famille Sheppard et n'était guère objectif dans son analyse de la scène du crime.
Le coroner détestait la famille Sheppard et n’était guère objectif dans son analyse de la scène du crime.

Gerber déterminera plus tard que Marilyn est morte de 35 coups à la tête portés par une arme non identifiée. Elle s’est battue courageusement contre son assassin – deux de ses dents ont été arrachées, et son pyjama a été remonté pour révéler ses seins et ses parties génitales.

Le rez-de-chaussée a été mis à sac – le tueur a retourné la trousse médicale de Sam et a même brisé deux de ses trophées de sport. Un petit sac en toile contenant la montre de Sam et d’autres objets de valeur a ensuite été retrouvé jeté près de l’escalier où Sam a prétendu avoir poursuivi le tueur.

Malgré des signes de cambriolage et de viol, selon Gerber, la scène de crime a été maquillée pour dissimuler un homicide domestique. Sans aucun test, le coroner avait déjà supposé que la trace de sang partant de la chambre du meurtre était le sang de Marilyn s’écoulant de l’arme du tueur.

La scène de crime de Sheppard a été compromise presque immédiatement – la police, la presse et les voisins se sont promenés dans la maison en toute impunité, et l’enquête initiale était, comme on pouvait s’y attendre, truffée d’erreurs.

Certaines questions n’ont jamais reçu de réponse. D’autres n’ont jamais été posées. Comment le sac contenant les objets de valeur de Sam était-il arrivé dans les buissons près de l’escalier menant à la plage ? Pourquoi un intrus l’aurait-il laissé là ? Pourquoi Sam se serait-il livré à cette mise en scène maladroite ? Pourquoi n’était-il pas couvert de sang ?

Gerber n’a jamais tenu compte de ces contradictions lorsqu’il a envoyé deux inspecteurs de la criminelle de Cleveland pour interroger le Dr. Sam à la clinique familiale. Alors qu’il est encore sous le choc des événements déchirants de la matinée, l’un des inspecteurs lui présente un scénario de cauchemar.

Je ne sais pas ce que pense mon partenaire, mais je pense que vous avez assassiné votre femme !

Une vendetta médiatique

Tout a basculé pour Sam Sheppard après cette dramatique accusation.

En quelques jours, le Dr. Gerber a tenu une enquête tapageuse dans le gymnase d’un lycée ouvert au public. Les rumeurs sur l’éventuelle infidélité de Sheppard allaient bon train alors que Sam se présentait à la barre avec des lunettes de soleil et un collier orthopédique. Ce n’était pas un bon look pour le principal suspect.

L'apparence et le comportement de Sam lors de l'enquête ont choqué amis et adversaires.
L’apparence et le comportement de Sam lors de l’enquête ont choqué amis et adversaires.

Sheppard nie bêtement avoir été infidèle à sa femme, mais la confirmation de son parjure arrive rapidement lorsque la séduisante technicienne de laboratoire Susan Hayes admet avoir eu une longue liaison avec le beau docteur. Le coroner Gerber outrepasse alors son autorité en rendant son verdict, qualifiant la mort de Marilyn Sheppard d’homicide commis « par son mari ».

Pourtant, la révélation de la liaison de Sam avec Susan Hayes donne à la police le mobile qu’elle cherchait, et la presse locale s’empare de la piste de l’adultère. Louis Seltzer, rédacteur en chef du Cleveland Press et acteur majeur de la politique de l’Ohio, s’associe à Gerber pour orchestrer une vicieuse vendetta contre Sheppard.

Susan Hayes a raconté en larmes sa longue liaison avec le beau docteur marié.
Susan Hayes a raconté en larmes sa longue liaison avec le beau docteur marié.

Une femme enceinte venait d’être massacrée au milieu de rumeurs d’adultère dans l’Ohio conservateur des années 50. Seltzer, qui avait en main l’histoire de la décennie, a vendu des milliers de « suppléments » remplis de spéculations macabres tout en incitant les enquêteurs de Cleveland à arrêter le médecin. Des titres comme « Quelqu’un s’en tire avec un meurtre » et « Arrêtez de tergiverser, amenez-le ! » ont fait la une des journaux. a finalement poussé la police à faire une descente et à arrêter Sam Sheppard pour meurtre.

Avant même l’ouverture de son procès en novembre, le juge Edward Blythin confie à la journaliste Dorothy Killgallen que Sheppard est « coupable à 100 %, cela ne fait aucun doute ». Une fois au tribunal, Blythin permet à la presse locale de piétiner tout semblant de décorum légal.

Prenant la barre pour sa propre défense, Sam Sheppard a été un témoin désastreux. Arrogant et détaché, il est passé pour un médecin médiocre et un mari coureur de jupons qui se sentait tout permis. Lors du contre-interrogatoire, Sam a répondu « Je ne sais pas » 156 fois. Son témoignage sur la nuit du meurtre est resté cohérent, mais il semblait toujours confus et artificiel.

Un mari pouvait-il tuer sa femme enceinte de quatre mois alors que son fils de sept ans dormait dans la pièce voisine ? Le jury de Sheppard l’a cru et, le 21 décembre 1954, a reconnu Sam coupable de meurtre au second degré et l’a condamné à la prison à vie.

Les journaux de Cleveland ont applaudi le verdict. Pourtant, les journalistes nationaux présents au procès étaient découragés – pour eux, Sheppard avait simplement été coupable d’adultère. Alors comment Sam Sheppard a-t-il été condamné pour meurtre sans aucune preuve matérielle contre lui ?

La presse de Cleveland, qui s’est montrée très vindicative à son égard dès le début, a rendu impossible un procès équitable. Si une affaire de meurtre a jamais réclamé un changement de lieu, c’est bien celle-là.

L'assaut médiatique contre le droit de Sam Sheppard à un procès équitable est sans précédent dans l'histoire du droit.
L’assaut médiatique contre le droit de Sam Sheppard à un procès équitable est sans précédent dans l’histoire du droit.

L’accusation a également forcé le jury à faire un acte de foi en martelant le manque d’honnêteté de Sam sur ses liaisons. Si Sheppard pouvait mentir sur son infidélité conjugale, alors pourquoi ne mentirait-il pas sur le meurtre de sa femme ? Cette tactique a joué en plein sur le tempérament conservateur du jury.

Protestant toujours avec véhémence son innocence, Sam a été condamné à la prison à vie pour meurtre au second degré.
Protestant toujours avec véhémence son innocence, Sam a été condamné à la prison à vie pour meurtre au second degré.

Le coroner Sam Gerber a enfoncé le dernier clou dans la défense de Sheppard. En tant que témoin expert, son témoignage identifiant l’arme du crime manquante comme un « instrument chirurgical » a été dévastateur pour l’accusé. Gerber n’a jamais produit ledit instrument pour que le jury puisse l’inspecter, mais la réputation du coroner était tout ce dont le jury avait besoin.

Après le rejet de quelques appels, les barreaux d’acier de la prison se sont refermés sur le Dr. Sam au début de 1955.

Mais la saga Sheppard ne faisait que commencer…

 

L’inversion de la fortune

Comme le Dr Sam languissait dans le pénitencier de l’État de l’Ohio, l’enquête sur Sheppard commence à s’accélérer. Incroyablement, les avocats de la défense de Sheppard se sont vus refuser l’accès à la scène de crime pour faire leurs propres tests. Ce n’est qu’après la condamnation qu’ils ont pu examiner les preuves matérielles. Ils ont engagé le Dr. Paul Leland Kirk, médecin légiste et expert dans le domaine émergent des éclaboussures de sang, pour analyser la pièce du meurtre. La conclusion étonnante de Kirk – la trace de sang, supposée être le sang de Marilyn s’écoulant de l’arme, était en fait le sang oxygéné du tueur suintant d’une blessure ouverte ! Et Sam Sheppard n’avait aucune blessure ouverte,

Les taches étaient du groupe sanguin de Marilyn, mais le nouveau protocole de groupage de Kirk indiquait que ce n’était PAS son sang – ce qui prouve qu’une troisième personne a saigné sur la scène du crime cette nuit-là.

L’avocat de Sheppard a fait appel sans succès des conclusions de Kirk, mais au fil des ans, l’affaire qui a divisé l’Ohio divise la nation. Sam Sheppard était-il un tueur d’épouse brutal comme le croyait le jury, ou la victime d’une cruelle erreur judiciaire ?

Entrée de F. Lee Bailey, un jeune avocat effronté, plein d’aspirations. Bailey a fait sortir Sam de prison en 1964, lorsqu’un juge d’un tribunal de district américain a estimé que le procès de 1954 avait violé les droits de Sheppard à une procédure régulière. En annulant la condamnation, il a qualifié l’atmosphère incendiaire du procès de « parodie de justice » et a ordonné aux procureurs de l’inculper à nouveau dans 60 jours ou de classer l’affaire.

La carrière de Bailey's Shedgling a décollé après avoir remporté la liberté de Sam.
La carrière de Bailey’s Shedgling a décollé après avoir remporté la liberté de Sam.

Cleveland n’allait pas laisser Sheppard s’en tirer si facilement. Après de nouvelles querelles juridiques, le nouveau procès a commencé en octobre 1966. L’intérêt était grand, mais la couverture médiatique était cette fois-ci limitée. Ni Sam ni sa compagne Susan Hayes n’ont témoigné.

Le témoignage du coroner Gerber a été déterminant dans le premier procès, mais douze ans plus tard, Bailey l’a grillé pour avoir qualifié l’arme du crime manquante d' »instrument chirurgical » en 1954. Gerber s’est défendu en disant qu’il avait cherché « dans tous les États-Unis » pour en trouver un.

Ravi, Bailey a feint la surprise.

« S’il vous plaît, dites-nous ce que vous avez trouvé. »

Pris au piège, Gerber a admis, penaud,

« Je n’en ai pas trouvé ».

Cet échange a assuré l’acquittement de Sam. Il a ensuite révélé qu’il portait une arme et que, s’il était condamné, il la brandirait devant le tribunal pour que les adjoints le tuent.

La presse a qualifié ce verdict de « maquillé », et le Dr. Sam n’a jamais été vraiment disculpé aux yeux du public. Il pourrait être en sécurité, mais il ne serait jamais libre. Il est mort quatre ans plus tard à l’âge de 46 ans, un alcoolique désespérément brisé clamant son innocence jusqu’au bout…

La criminalistique moderne en procès

Trente ans après la mort de Sam Sheppard, son fils Sam Jr. a poursuivi l’État de l’Ohio pour l’emprisonnement injustifié de son père.

Les preuves ADN ont été déterminantes dans le procès civil. L’analyse du sang sur la scène du crime semble confirmer ce que le Dr. Kirk a affirmé en 1955 – qu’il y avait du sang d’une troisième personne sur la scène du crime.

L’Ohio était déterminé à gagner le troisième procès de Sam Sheppard. Ils ont attaqué les conclusions de Kirk en le discréditant et en embrouillant les preuves clés du sang. Et en tant que plaignant, le fils de Sheppard a dû prouver que son père était innocent du crime. En rejetant la demande de dommages et intérêts, le jury a estimé que l’avocat de Sam Jr n’avait pas satisfait à cette charge de la preuve.

Même de sa tombe, l’énigme est restée pour le Dr. Sam. L’État n’a pas pu prouver sa culpabilité au-delà du doute raisonnable, mais sa famille n’a pas non plus pu prouver son innocence.

Alors qu’est-ce que les preuves de sang de la salle du meurtre ont vraiment montré ?

Dr. Kirk n'a été autorisé à inspecter la scène du crime qu'après la condamnation de Sam.
Dr. Kirk n’a été autorisé à inspecter la scène du crime qu’après la condamnation de Sam.

Lorsque les détectives de Cleveland sont entrés sur la scène du crime, ils ne se sont pas protégés contre la contamination et les préjugés. La scène était désespérément compromise par les voisins et les journalistes qui s’y promenaient, et d’autres pistes d’enquête ont été ignorées lorsqu’ils ont fait de Sheppard leur principal suspect.

Le premier principe de la criminalistique de M. Kirk stipule que « chaque contact laisse une trace … Le tueur laisse toujours quelque chose sur la scène et prend quelque chose de la scène avec lui. En examinant la scène du crime et l’autopsie après la condamnation de Sam, Kirk a formulé des conclusions surprenantes :

  • Le corps du tueur a intercepté le sang volant et a laissé un contour non taché sur la porte du placard. Sam avait seulement une petite tache de sang sur son pantalon.
  • Les deux dents cassées de Marilyn se sont produites quand elle a mordu le tueur et qu’il a retiré sa main. Sam n’avait aucune marque de morsure sur sa main.
  • La trace de sang dans la chambre correspond à du sang oxygéné s’écoulant d’une blessure ouverte. Sam n’avait pas de blessures ouvertes.
  • La présence de sperme non identifié dans Marilyn suggère qu’elle a été violée. Les homicides domestiques impliquent rarement une agression sexuelle.

Donc une troisième personne a saigné dans la maison cette nuit-là et a violé Marilyn ?

Prime Suspects

Aujourd’hui, le récit de Sheppard s’est évanoui dans un enchevêtrement de rebondissements, de suspects louches et d’expertises controversées. Peut-on sortir de ce bourbier et nommer notre tueur ?

En juillet 1957, un condamné de Floride a avoué avoir tué Marilyn Sheppard. Donald Wedler a raconté une histoire détaillée et brumeuse d’un cambriolage alimenté par la drogue qui a tourné au meurtre. Wedler était un vagabond et petit délinquant de 23 ans qui se trouvait par hasard dans le centre-ville de Cleveland la nuit du 3 juillet 1954. Après avoir pris de l’héroïne avec d’autres itinérants, il a fait du stop jusqu’en banlieue et est parti à la recherche d’une maison à cambrioler. Il est entré dans une maison au bord du lac, qui d’après sa description semblait correspondre à la maison des Sheppard.

Le récit de Wedler, accro à la drogue, avait un air de vérité.
Le récit de Wedler, accro à la drogue, avait un air de vérité.

Les spécificités de l’affaire Sheppard n’arrêtent pas de surgir. Wedler a dit qu’il a dépassé un homme qui dormait sur un canapé et qu’il est entré dans une chambre avec une femme endormie. Lorsque la femme s’est réveillée, il l’a frappée « plusieurs fois » avec un tuyau à rebord de 9 pouces qu’il portait. En entendant l’homme monter les escaliers, Wedler l’a frappé avec le tuyau et l’a assommé.

Des témoins l’ont placé à Cleveland cette nuit-là, et Wedler correspondait à la description d’un homme grand, aux cheveux touffus. Pourtant, Wedler a affirmé qu’il n’avait frappé la femme qu’à quelques reprises et n’a pas mentionné avoir baissé son pyjama, volé des bijoux, brisé des trophées ou s’être battu avec Sam sur la plage.

Wedler s’est porté volontaire pour passer un détecteur de mensonges en Floride, mais le coroner Gerber, convaincu que ses aveux étaient faux, l’a bloqué. Gerber s’est également opposé à un polygraphe proposé pour Sam Sheppard, et la petite faille dans l’affaire s’est rapidement refermée.

Donald Wedler avait-il tué Marilyn Sheppard, ou simplement imaginé qu’il l’avait fait ?

Lester Hoversten

L’homme oublié de l’affaire Sheppard était leur invité.

Dr. Lester Hoversten, ami et collègue de longue date du Dr. Sam, est arrivé chez les Sheppard deux jours avant le meurtre et y a passé la nuit précédente. Sa visite à Cleveland à la recherche d’un emploi ne s’était pas bien passée, et c’est un Hoversten déprimé et pathétique qui a atterri au beau milieu d’une enquête sur un meurtre sensationnel.

Il avait rencontré Sam à l’école de médecine et ils étaient devenus des amis célibataires qui sortaient souvent ensemble. Hoversten avait 13 ans de plus que Sam, un « drôle d’oiseau » qui avait des problèmes avec les femmes. Après son mariage, Sam a essayé de prendre ses distances avec Lester, surtout parce que Marilyn ne l’aimait pas.

L'alibi de Hoversten l'a sauvé d'un examen plus sévère de la part des enquêteurs de Sheppard.
L’alibi de Hoversten l’a sauvé d’un examen plus sévère de la part des enquêteurs de Sheppard.

Le sentiment était réciproque, car Hoversten dissimulait un fantasme selon lequel lui et Sam pourraient retrouver la gloire de leur vie de célibataire si Marilyn était partie. Il avait encouragé Sam à divorcer de Marilyn quand leurs problèmes sexuels ont surgi après sa première grossesse. Et au procès, Hoversten a témoigné pour l’accusation sur les infidélités de Sam et a faussement prétendu qu’il envisageait de divorcer de Marilyn.

Le fait que Hoversten était un baril de poudre émotionnel avec de l’animosité envers Marilyn ne concernait pas les enquêteurs qui avaient déjà ciblé Sam Sheppard. Hoversten avait un bon alibi, car plusieurs amis l’ont placé à Kent, Ohio, la nuit du meurtre, ce qui le place à 80 km de la scène du crime.

Qu’il soit un suspect viable ou juste une étrange coïncidence, Lester Hoversten a emporté tous ses secrets dans la tombe…

Spencer et Evelyn Houk

L’appel frénétique de Sam à ses voisins tôt ce matin-là laissait entendre que deux intrus étaient dans la maison : « Spen, je crois qu’ils ont tué Marilyn ! »

Les voisins de Bay Village pensaient que Houk était amoureux de Marilyn.
Les voisins de Bay Village pensaient que Houk était amoureux de Marilyn.

Spen était Spencer Houk, le maire de Bay Villlage, qui, avec sa femme Evelyn, vivait à trois portes de chez les Sheppard et les fréquentait souvent.

Des rumeurs ont fait surface au début de l’enquête selon lesquelles Spencer Houk avait une relation sexuelle avec Marilyn. Cela semblait peu probable – Houk avait 12 ans de plus, c’était un homme au visage tombant et boitant. Pourtant, les histoires de ses aventures le suivaient partout dans Bay Village, et on voyait souvent sa voiture garée dans l’allée des Sheppard lorsque Sam était au travail.

L’épouse de Spen, Evelyn, était une femme osseuse au visage de faucon qui avait des raisons d’être jalouse de Marilyn Sheppard, plus jeune et plus jolie. Et récemment, les Sheppard ont cessé de fréquenter le couple plus âgé.

Lee Bailey avait pointé du doigt les Houks lors du nouveau procès de Sam en 1966, alléguant que leur comportement montrait une conscience de culpabilité lorsqu’ils sont arrivés après l’appel désespéré de Sam. De plus, Sam a toujours maintenu qu’il avait été frappé par derrière quand il a vu la « forme blanche » se pencher sur Marilyn. Et les coups ont fendu le crâne de Marilyn mais pas la dure-mère, ce qui indique peut-être un manque de force de la part d’une femme tueuse.

Dans ce scénario, Spencer s’est éclipsé pour rendre visite à Marilyn lorsqu’il a vu la lumière allumée dans le bureau de Sam – un signal de Marilyn indiquant qu’il était en visite à domicile. Une Evelyn jalouse a suivi son mari et les a confrontés dans la chambre. De rage, Evelyn a battu Marilyn et Spen a assommé Sam pour protéger sa femme.

Pourtant, Houk ne correspondait pas à la description de l’homme avec lequel Sam était aux prises, et Sam reconnaîtrait sûrement son bon ami même dans l’obscurité.

Les Houks finiront par divorcer, mais un nuage de suspicion planera sur eux pour le reste de leur vie en raison de leur lien avec l’affaire de meurtre la plus célèbre de l’Ohio…

Sam Sheppard

Sam Sheppard est rapidement devenu le principal suspect dans ce qui semblait d’abord être un homicide domestique.

Il a raconté une histoire bizarre et confuse à propos d’un intrus aux « cheveux touffus » qui a réussi à l’assommer deux fois. Cela n’a pas aidé lorsque ses frères l’ont emmené dans leur clinique et n’ont laissé aucun autre médecin examiner ses blessures.

Le style de vie et les liaisons de Sam avaient fait sourciller Bay Village avant le meurtre.
Le style de vie et les liaisons de Sam avaient fait sourciller Bay Village avant le meurtre.

Sheppard n’était pas un mari fidèle, et il avait certainement les moyens et l’opportunité de tuer sa femme. Mais après avoir passé une soirée agréable avec un autre couple à regarder la télévision, qu’est-ce qui l’a poussé à entrer dans une colère noire et à essayer de fracasser le crâne de Marilyn ?

L’accusation a émis l’hypothèse que l’infidélité de Sam a poussé Marilyn à avoir son propre rendez-vous galant, et que cette nuit-là, elle a dit à Sam que le bébé qu’elle portait n’était pas le sien. Il l’a tuée dans le feu de l’action, et le jury a cru à ce scénario, le condamnant seulement pour meurtre au second degré.

Pourtant, même après d’innombrables entretiens, Sam n’a jamais changé un seul détail de son histoire délirante, et les preuves matérielles le confirment. Sam avait subi une grave blessure au cou qui ne pouvait pas être simulée, et la trace de sang ne pouvait pas être reliée à lui. Le tueur aurait été éclaboussé de sang, mais Sam était presque sans tache. Et un médecin sans antécédents de violence conjugale battrait-il sauvagement sa femme à mort avec son fils de 7 ans endormi dans la pièce voisine ?

Il n’y avait aucune preuve physique en 1954 qui confirmait que Sam Sheppard avait tué sa femme. Et 66 ans plus tard, la preuve irréfutable fait toujours défaut…

Richard Eberling

Les détectives des affaires classées savent que tout bon mystère a un joker. Avec Sheppard, considérez-le comme traité par Richard Eberling. C’est comme une intrigue de fiction – un futur tueur en série se trouve être le laveur de carreaux de la victime.

Eberling a admis avoir saigné dans la maison des Sheppard après son arrestation en 1959.
Eberling a admis avoir saigné dans la maison des Sheppard après son arrestation en 1959.

Richard Eberling était une créature épineuse et dysfonctionnelle qui se cachait sous le radar. Il s’agissait d’un homme grand et chauve, connu pour porter des perruques touffues, ce qui correspondait à la description de Sam de son assaillant et aussi à un étranger vu près de la maison des Sheppard cette nuit-là. Étonnamment, Eberling n’a jamais été interrogé pendant l’enquête initiale.

Son lien avec le meurtre n’est apparu qu’en 1959, lorsqu’il a été arrêté pour avoir volé ses clients. Une fouille de sa maison a permis de découvrir une cachette d’objets pillés, dont les deux bagues de Marilyn qui ont disparu de la maison du frère de Sam, où Eberling travaillait également, quelque temps après le procès.

Au cours de l’interrogatoire sur ses exploits, Richard Eberling a lâché la bombe proverbiale – il a déclaré qu’il avait fait couler du sang dans la maison des Sheppard deux jours avant le meurtre ! Et comme l’interrogatoire s’intensifiait, Eberling a changé son histoire sur l’endroit où il s’est coupé la main et où le sang a coulé.

Il a accepté de passer un test polygraphique et l’a réussi, mais des décennies plus tard, d’autres analystes ont estimé que les résultats n’étaient pas concluants ou qu’il avait « fait preuve de tromperie » en niant le meurtre de Marilyn Sheppard. Richard Eberling allait laisser une traînée de femmes mortes dans son sillage.

  • En 1956, Barbara Ann Kinzel est tuée dans un accident de voiture dans lequel Eberling, le conducteur, n’est pas blessé. Par une coïncidence significative, elle était infirmière à l’hôpital Bay View lorsqu’un Sam Sheppard blessé y a été amené le matin où sa femme a été assassinée.
  • En 1962, Myrtle Irene Fay a été battue à mort sur son lit dans son appartement de Cleveland, dans un crime presque identique au meurtre de Marilyn Sheppard. La sœur de Myrtle était Ethel Durkin, une riche veuve qui employait Eberling comme concierge. Myrtle a été tuée quelques jours seulement après avoir averti Ethel qu’Eberling lui volait de l’argent – mais le crime reste non résolu à ce jour.
  • En 1970, Sarah Belle Farrow, l’autre sœur d’Ethel, meurt dans une chute au domicile des Durkin, dans ce qui est considéré comme un accident. Comme Myrtle, Sarah se méfiait d’Eberling et a essayé de convaincre Ethel de le renvoyer. Mais les soupçons ne se sont jamais portés sur Eberling.
Les gens qui croisaient Richard Eberling finissaient souvent morts.
Les gens qui croisaient Richard Eberling finissaient souvent morts.

Tout a changé lorsque Ethel Durkin a fait une terrible chute à son domicile en novembre 1983 alors qu’Eberling était avec elle. Elle est morte six semaines plus tard, et sa mort a été jugée accidentelle. Mais en 1988, Eberling a été accusé de faux et de vol aggravé lorsqu’il a été découvert que le testament de Durkin lui léguant ses biens était un faux. Peu après, le corps de Durkin a été exhumé, et la cause de la mort a été changée en homicide.

Eberling et son partenaire Obie Henderson ont été reconnus coupables du meurtre d’Ethel Durkin. Il est mort en prison en 1998, mais pas avant d’avoir transmis une série interminable de déclarations cryptiques et incriminantes sur le meurtre de Marilyn Sheppard…

L’explication

Richard Eberling est le tueur le plus probable de Marilyn Sheppard. Eberling était un menteur et un voleur reconnu coupable de plus de 40 cambriolages de clients. Marilyn l’a probablement pris en flagrant délit quand il nettoyait leurs fenêtres deux jours avant le meurtre. Lorsqu’elle menace de le dénoncer, le mobile fait surface. Eberling est avide d’argent et très protecteur de son entreprise. Il éprouve également une attirance sexuelle pour Marilyn. La tuer élimine une menace et satisfait un désir.

Eberling gare sa voiture dans le parc voisin au bord du lac – une voiture similaire à son break bleu a été vue là cette nuit-là. Et deux témoins conduisant sur Lake Road ont vu un homme grand, aux cheveux touffus, près de la maison des Sheppard.

Le portrait-robot de l'homme sur la route présente une ressemblance frappante avec Eberling.
Le portrait-robot de l’homme sur la route présente une ressemblance frappante avec Eberling.

En tant que laveur de vitres, il connaît bien la maison et le terrain non verrouillés. Le chien Sheppard le reconnaît et n’aboie pas. En entrant par la porte latérale, il ne voit pas Sam endormi sur le canapé.

Marilyn se défend alors qu’il lui fait descendre son pyjama. Quand elle le mord, Eberling explose et la frappe sans relâche. Il assomme un Sam fatigué et fait couler du sang dans la maison en cherchant des objets de valeur à voler.

Richard Eberling était un meurtrier condamné, soupçonné de la mort de quatre autres femmes. Tout au long de sa vie, il a fait des commentaires énigmatiques sur le meurtre de Marilyn, et a même avoué qu’il l’avait tuée à plusieurs de ses partenaires dans une affaire de fraude à l’assurance.

 

La menace de Marilyn sur le gagne-pain d'Eberling a préparé le terrain pour le meurtre.
La menace de Marilyn sur le gagne-pain d’Eberling a préparé le terrain pour le meurtre.

Voici la dernière lueur de sa culpabilité. Le tueur a essayé de voler les bagues de Marilyn la nuit du meurtre, bagues qui ont finalement été dérobées dans ses effets personnels conservés dans la maison du frère de Sam. Lorsque le domicile d’Eberling a été perquisitionné en 1959, les anneaux de Marilyn ont été trouvés dans une boîte spéciale, séparée de ses autres biens volés. Les détectives diront plus tard que ça ressemblait à un sanctuaire…

Sam et Marilyn peu après leur mariage.
Sam et Marilyn peu après leur mariage.

Epilogue

Sam Sheppard est peut-être le seul homme de l’histoire à avoir été condamné, acquitté et « condamné » à nouveau pour le même meurtre, une saga juridique qui a duré 46 ans. Pourtant, la belle Marilyn Reece Sheppard s’est perdue dans le temps et dans les mémoires. Elle était la femme au foyer classique des années 1950, dont la vie reflétait les fortunes et les échecs de son mari. Elle a persévéré dans un mariage difficile avec un médecin séducteur, parce que c’est ce que faisaient les femmes à l’époque.

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.