L’événement De La TOUNGOUSKA En 1908 – Le Blog De L'Etrange
Témoignage

L’événement De La TOUNGOUSKA En 1908

Un événement exceptionnel s’est produit le 30 juin 1908 en Sibérie centrale, connu sous le nom d’événement de la Toungouska : la collision d’un corps céleste de bonne taille avec la Terre. Ce cataclysme a suscité depuis 90 ans d’innombrables hypothèses et élucubrations, et il mérite que nous lui consacrions un chapitre dans la partie « Preuves ». En effet, cette collision est la meilleure et la plus irréfutable des preuves concernant la réalité actuelle de l’impactisme terrestre, théorie qui n’est pas seulement une vérité du passé comme ont voulu faire croire certains scientifiques qui ignorent tout ou presque du volet astronomique du problème.

Les circonstances de la collision et les premières constatations

Le météore et la collision

L’objet (objet car son origine n’a jamais pu être déterminée d’une manière définitive avec certitude) de la Toungouska est tombé le 30 juin 1908, à 7h17mn11s heure locale (0h17mn11s TU), dans la vallée de la rivière Toungouska pierreuse, un affluent du Iénisséi, le grand fleuve sibérien. La localisation exacte de l’impact se situe à la latitude 60°55′ nord et à la longitude 101°57′ est, à 60 km de la petite ville de Vanavara et à environ 800 km au nord-ouest du lac Baïkal. Il s’agit d’une région boisée, marécageuse en été et gelée en hiver, pratiquement déserte dans la taïga sibérienne.

La matinée démarrait à peine quand un météore blanc-bleuté éblouissant, suivi d’une épaisse traînée de poussières beaucoup plus sombre, fut observé pendant quelques dizaines de secondes par de nombreux témoins, dans une très vaste région en forme de demi-cercle de plus de 700 km de rayon. Des simulations modernes ont permis de préciser plusieurs paramètres, notamment ceux concernant la magnitude du météore vu de plusieurs villes et villages situés dans la zone d’observation. (figure)

A 90 km d’altitude, il était de magnitude –5, déjà magnifique, attirant l’attention des rares habitants de la région. A 75 km, la magnitude apparente était de –9, passant très rapidement à –13 à 60 km, à –18 à 45 km et à –22 à 30 km d’altitude. A cet instant, le météore était encore 100 fois moins brillant que le Soleil, mais tous les témoins pressentaient déjà la catastrophe à venir. A 15 km d’altitude, il atteignit quasiment l’éclat du Soleil (–27), c’était un deuxième soleil dans le ciel, comme l’on raconté les témoins éberlués et terrorisés. Juste avant l’impact, au-dessus de Vanavara, la ville la plus proche, il atteignit la magnitude fantastique de –32, 100 fois la magnitude du Soleil, aveuglant les rares témoins qui suivaient encore sa course folle dans le ciel. Puis ce fut l’explosion finale, la désintégration, dans un paroxysme de bruit et de lumière, comme il ne s’en produit sur Terre qu’une fois tous les 500 ans peut-être.

Le météore, qui avait une trajectoire sud-est/nord-ouest, apparut au nord du lac Baïkal et survola le ciel sibérien jusqu’à 60 km au nord de Vanavara, avant d’exploser dans l’atmosphère, provoquant des phénomènes acoustiques intenses, puisque des explosions sourdes furent entendues à des distances supérieures à 1000 km (figure).

Au-dessus du site de l’explosion, des flammes et un nuage de fumée, que des témoins comparèrent à une « fontaine de feu », furent observés montant vers le ciel à une hauteur supérieure à 20 km. Les Toungouzes, seuls et rares habitants de la région, crurent que c’est leur dieu du feu, Ogdy, qui tombait sur la Terre. Nous utiliserons ce nom pour parler du corps cosmique.

Dans de nombreux endroits de la région, le sol et les bâtiments tremblèrent comme pendant un violent tremblement de terre. A Vanavara, un souffle brûlant jeta des témoins à terre, brisa des vitres et provoqua des dégâts sévères dans les récoltes. Un peu plus au nord, les plus proches témoins du drame, des nomades vivant sous la tente, furent littéralement balayés par cette formidable onde de choc et leurs tentes arrachées. Pourtant, comme il n’y avait pas, apparemment, d’habitants dans une aire de 30 km autour du point d’explosion, cette catastrophe extraordinaire n’a fait aucune victime humaine connue. Seuls, paraît-il, un troupeau de rennes et probablement quelques autres animaux vivant dans la forêt de sapins, au-dessus de laquelle eut lieu l’explosion, furent anéantis par la chaleur ou le feu qui dévasta plusieurs centaines de kilomètres carrés de forêt.

La chute d’Ogdy et l’explosion qui suivit causèrent une onde sismique importante. Celle-ci fut enregistrée à Irkoutsk, ville située à 893 km exactement de l’épicentre du lieu de l’explosion, 45 minutes et 6 secondes plus tard, se déplaçant à la vitesse classique de propagation des ondes aériennes, soit 330 mètres/seconde environ. L’onde sismique, qui fit le tour de la Terre, fut également enregistrée à Potsdam en Allemagne. Trois autres ondes sismiques moins importantes laissèrent aussi leur empreinte sur les appareils enregistreurs, elles seraient dues à des ondes aériennes d’explosion.

Les premières constatations

Parmi les premières constatations, faites tout de suite après le cataclysme, il faut encore citer un phénomène optique intéressant qui a été noté par de nombreux observateurs du ciel nocturne, ignorant tout de la chute du 30 juin. La première nuit suivant celle-ci, c’est-à-dire la nuit du 30 juin au 1er juillet 1908, fut exceptionnellement brillante partout en Europe et en Sibérie occidentale. Dans le Caucase, dans le sud de la Russie, la nuit fut si claire qu’il était possible de lire à minuit sans l’aide d’une lumière artificielle. Les nuits suivantes furent encore nettement plus claires que la normale. Cet effet, dû à la dispersion d’un très abondant nuage de poussières abandonnées dans l’atmosphère avant ou pendant l’explosion par Ogdy, diminua très lentement et dura pratiquement deux mois, jusqu’à la fin août. Corrélativement avec cette luminosité du ciel nocturne inhabituelle et anormale, les astronomes notèrent une importante diminution de la transparence de l’atmosphère qui gêna considérablement leurs observations.

Les diverses constatations concernant l’événement de la Toungouska amenèrent immédiatement les astronomes à formuler l’hypothèse la plus logique : notre Terre venait d’être frappée par une météorite gigantesque qui avait dû causer un cratère géant. Pourtant, chose impensable de nos jours, aucune expédition ne fut organisée pour aller étudier sur place, sans attendre, les effets de la catastrophe. Au début du siècle la Sibérie était encore le bout du monde et, apparemment, jusqu’en 1927, aucun scientifique soviétique ne put convaincre les autorités successives de financer une expédition digne de ce nom.

Les premières expéditions : l’étude de la région dévastée

La première expédition de 1927

La première expédition scientifique sur le site de la Toungouska eut lieu en 1927 seulement, dix-neuf ans après la catastrophe. Elle était conduite par le minéralogiste soviétique Leonid Kulik (1883-1942). Plusieurs surprises attendaient les chercheurs des diverses disciplines de l’expédition. D’abord ils trouvèrent une zone de 60 km de diamètre complètement dévastée par l’onde de choc balistique. Tous les arbres de la forêt préexistante avaient été soufflés, arrachés par les racines qui étaient dirigées vers l’épicentre du cataclysme. Un tel arrangement radial montrait que la chute avait été accompagnée d’une explosion extrêmement violente. L’onde de choc a été maximale latéralement, puisque la région nord-est a été la plus touchée (figure).

Dans la partie centrale de la zone d’impact existait une dépression marécageuse de plusieurs kilomètres carrés où les chercheurs notèrent une centaine de petites cavités peu profondes de quelques mètres à quelques dizaines de mètres de diamètre. Ils les prirent d’abord pour des cratères météoritiques car Kulik pensait que l’explosion avait entraîné une fragmentation complète d’Ogdy, et donc une pluie météoritique de fragments de toutes tailles. En fait, il fut établi plus tard que toutes ces formations étaient des fondrières naturelles, très nombreuses dans cette région.

Autre surprise de taille, ils ne découvrirent aucune météorite, exception faite de quelques infimes poussières, et cela malgré un ratissage méthodique de la région sinistrée. Ils durent se rendre à l’évidence : contrairement à l’opinion première de Kulik, Ogdy n’avait pas touché le sol, même sous forme de petits fragments. Cet objet n’était donc pas une météorite, au sens propre du terme. L’hypothèse de la comète semblait donc s’imposer, avec une explosion et une désintégration dans l’atmosphère et non un véritable impact.

Les expéditions de 1928, 1929-1930 et 1938-1939

Deux autres expéditions sur le site eurent lieu en 1928 et en 1929-1930, cette dernière fort importante puisqu’elle dura plus d’un an. Elles n’apportèrent rien de très nouveau. On creusa plusieurs des dépressions que Kulik croyait encore être des cratères météoritiques, mais sans succès. L’une d’entre elles fut explorée très soigneusement, jusqu’à 34 mètres de profondeur. Devant le résultat totalement négatif, il fallut accepter l’origine naturelle de ces fondrières.

Enfin, en 1938-1939, une couverture photographique aérienne très complète de la région fut effectuée, permettant de connaître d’une façon précise le plan de la région touchée et de constater les extraordinaires dégâts, encore nettement reconnaissables bien que datant déjà de trente ans. Ces photos illustrent encore les livres qui parlent de l’événement de la Toungouska.

Ces quatre expéditions permirent d’exclure définitivement l’hypothèse de l’impact au sol d’un astéroïde planétaire. Elles confortèrent la majorité des scientifiques dans une nouvelle hypothèse assez plausible, celle de l’explosion dans l’atmosphère du noyau d’une petite comète active. Cette hypothèse cométaire fut proposée dès 1930, après les premières expéditions sur le site, par Francis Whipple (1876-1943) et confirmée en 1933 par Igor Astapovich (1908-1976). Cependant, l’étude de la composition des comètes était encore bien peu avancée à l’époque, et il était impossible de démontrer d’une façon certaine que ce type d’objets célestes est capable de provoquer les divers effets observés pendant et après l’explosion.

L’incertitude des savants sur la nature exacte de l’objet responsable de cette catastrophe, frappante pour les imaginations, surtout après la publication de photographies particulièrement révélatrices de la puissance de l’explosion, allait entraîner l’apparition de très nombreuses hypothèses plus ou moins plausibles et même parfois carrément farfelues.

Les points d’accord dans une controverse serrée

Trois hypothèses plausibles en concurrence

Plus de 90 ans après le cataclysme, la controverse sur la nature exacte d’Ogdy reste vive, même si l’on semble s’acheminer vers une origine imprévisible il y a dix ans, plus complexe que tous les spécialistes qui ont étudié la question pouvait l’envisager, et que nos lecteurs peuvent déjà soupçonner à la lecture des chapitres précédents.

En effet, la solution qui semble s’imposer est celle-ci : la désintégration dans l’atmosphère d’un fragment astéroïdal de l’ancien centaure HEPHAISTOS (mi-comète, mi-astéroïde, rappelons-le) dont l’existence explique enfin la majorité des événements concernant l’impactisme terrestre récent. L’astronome slovaque Lubor Kresak (1927-1994) avait déjà trouvé une partie de la vérité dans les années 1970 en montrant qu’Ogdy était lié à la comète P/Encke. On comprend que les astronomes ne pouvaient se mettre d’accord, puisque pour les uns il ne pouvait s’agir que d’une comète, alors que les autres démontraient le caractère astéroïdal du fragment désintégré.

Pendant trois quarts de siècle, trois hypothèses furent très logiquement en concurrence : celle du vrai astéroïde, celle du noyau cométaire et celle de la comète active. Ces trois hypothèses ont eu (et ont encore) leurs partisans et restent les seules réellement envisageables. Chacune a été étayée de nombreux arguments, disséquée, analysée, confirmée (!) par des simulations multiples et parfois convaincantes (mais une simulation convaincante n’est pas forcément le reflet de la réalité). Jusqu’à présent aucune d’entre elles ne s’était vraiment imposée, faute de connaître et de prendre en compte HEPHAISTOS, car toutes les trois présentent des insuffisances et des faiblesses plus ou moins sérieuses. Seul le mixage des trois est concluant.
Les points d’accord

Avant d’étudier séparément ces trois hypothèses, examinons les points d’accord. D’abord, il faut insister sur le fait que, pratiquement, tout le monde est d’accord pour admettre que le cataclysme est dû à la collision d’un objet appartenant au Système solaire, et que les hypothèses de l’antimatière et du mini trou noir ne sont que des hypothèses d’école.

Un point important est celui de la masse d’Ogdy et de la puissance de l’explosion. Toutes les valeurs entre 1014 joules et 8 x 1017 joules ont été avancées pour cette dernière, depuis la première estimation d’Astapovich en 1933, mais on penche aujourd’hui pour une valeur intermédiaire proche de 5 x 1016 joules (tableau 9-1). Ce résultat important a été obtenu après une nouvelle analyse des anciens sismogrammes enregistrés le 30 juin 1908 et d’autres données relatifs à l’événement, et de leur comparaison avec les effets sismiques et acoustiques des explosions nucléaires aériennes des années 1945-1965, dont les paramètres sont connus avec précision. L’énergie libérée par Ogdy correspond à une explosion de 12,5 MT de TNT, soit en gros 600 fois la puissance de la bombe d’Hiroshima.

Pour la masse préatmosphérique, les valeurs ont été fixées entre 1 et 5 MT, avec une valeur probable de 2 MT. Pour la masse à l’instant de l’explosion, qui était évidemment beaucoup moindre, on table sur des valeurs comprises entre 0,1 MT et 1 MT, avec une valeur probable de 0,5 MT. Ainsi Ogdy aurait perdu les trois quarts de sa masse en traversant l’atmosphère, la masse perdue constituant celle de la poussière observée.

Par contre, le désaccord a longtemps été total pour le diamètre d’Ogdy, puisqu’il dépend de la densité retenue, très variable selon sa nature, même si l’on sait de nos jours que les densités les plus faibles envisagées ne sont pas crédibles et que seules les densités planétaires (3,0 et plus) sont réellement acceptables.

Une autre certitude, et donc un point d’accord entre les spécialistes, est qu’Ogdy n’a pas touché le sol et a explosé dans l’atmosphère entre 5 et 10 km d’altitude. Il s’agit donc d’une explosion basse, ce qui est un mauvais point pour l’hypothèse cométaire, comme nous le verrons.

Le problème de l’orbite préatmosphérique d’Ogdy, particulièrement ardu pendant cinquante ans, s’est un peu éclairé à partir de 1960 avec l’utilisation des ordinateurs pour le calcul des différentes possibilités. Car il ne faut pas oublier la complexité du problème, compte tenu du fait que les observations en 1908 n’ont pas excédé quelques dizaines de secondes. Tout ce que l’on sait, c’est que l’angle de la trajectoire d’Ogdy avec la surface terrestre était de l’ordre de 20° seulement, et que la distance angulaire entre Ogdy et le Soleil était également fort petite. C’est ce qui explique qu’il n’ait pas été observé plus tôt : il était pratiquement indécelable pour un observateur terrestre, perdu dans le rayonnement solaire (figure).

Les premiers calculs, dans les années 1930, ont montré que l’orbite d’Ogdy était probablement rétrograde et qu’il devait être une comète à longue période. Astapovich envisageait une vitesse géocentrique comprise entre 50 et 60 km/s, et localisait le radiant d’Ogdy vers l’apex de la Terre. Mais l’ordinateur a remis les choses en place grâce à des simulations, et de rétrograde, l’orbite la plus probable est devenue directe, ce qui rend toutes leurs chances aux objets planétaires (qui n’ont jamais d’orbite rétrograde). On penche actuellement pour une vitesse géocentrique de l’ordre de 30 km/s, qui est celle des objets à forte excentricité, mais qui peut concerner aussi bien une comète qu’un astéroïde.

Végétation post-catastrophe et mutations possibles

Enfin, signalons deux constatations datant des années 1970 fort intéressantes (mais qui semblent aujourd’hui contestées par les chercheurs occidentaux qui n’ont pas eu accès au site avant les années 1980). Des chercheurs soviétiques ont découvert avec surprise que certains végétaux qui poussent aujourd’hui dans le périmètre de la région sinistrée en 1908 ont une vitesse de croissance sensiblement supérieure à la normale. Elle serait de l’ordre de 5 à 10 fois plus rapide que dans les régions voisines non sinistrées, et que dans des cultures de contrôle surveillées par les chercheurs. Ceux-ci ont fait des vérifications sur près de 200 espèces différentes de plantes diverses pour comparer les dosages d’oligo-éléments. Cette nouvelle végétation post-catastrophe s’est avérée anormalement riche en arsenic, iode, brome, zinc et tellurium. Les savants soviétiques ont expliqué ce résultat surprenant, lié sans doute possible à la diffusion du matériel pulvérisé lors de l’explosion, par l’enrichissement du sol dû aux éléments chimiques cités plus haut et qui étaient obligatoirement présents dans l’objet cosmique avant sa désintégration.

Deuxième constatation à retenir, il semble que les savants soviétiques aient eu la preuve que des mutations soient également apparues sur plusieurs espèces d’insectes qui ont repeuplé la région sinistrée. Ces mutations (si elles sont réelles car là aussi il y a doute) ne peuvent être liées qu’à l’augmentation de la radioactivité locale. Au fond, ce ne serait pas vraiment une surprise, car on sait depuis longtemps qu’une radioactivité accrue débouche presque obligatoirement sur des mutations génétiques parmi la faune et la flore. On ne peut que regretter vivement le temps perdu entre 1908 et 1927, car une étude poussée immédiatement dans les années post-catastrophe aurait permis de lever cette ambiguïté et ce doute qui sévissent aujourd’hui.

Après ces points d’accord, nous allons voir les trois hypothèses concernant la nature d’Ogdy. Car au-delà d’un consensus relatif sur certains points, il ne faut pas se cacher que les raisons de désaccord entre les différents spécialistes de toutes les disciplines concernées restent profondes, et que l’on ne peut que difficilement envisager une théorie qui aurait l’assentiment de tous. Nous resterons encore longtemps au niveau des hypothèses, même si celle du fragment planétaire issu de HEPHAISTOS paraît nettement la plus probable.

L’hypothèse de la comète active

L’hypothèse cométaire pour Ogdy a toujours été en faveur depuis les travaux de Francis Whipple en 1930 et plus tard ceux de Vassili Fesenkov (1889-1972). Il faut dire que de nombreux indices militent en sa faveur, mais sa cote a continuellement baissé depuis 1960 avec les premières simulations sur ordinateur qui ont montré qu’une orbite directe était la plus probable.

L’étude d’une collision entre la Terre et une comète a, comme tout le reste, été faite sur ordinateur, avec des scénarios différents concernant la masse, la vitesse et les conditions d’approche de la comète. Dans tous les cas de figure, il apparaît qu’une telle collision ne produit pas de cratère car l’objet ne touche pas le sol, mais sa désintégration totale provoque une explosion dans l’atmosphère, capable de carboniser une forêt sur plusieurs kilomètres carrés et sur une déflagration audible à plus de 1000 km comme on l’a vu en Sibérie en 1908. La tête de la comète s’échauffe d’une façon fantastique en quelques secondes en traversant l’atmosphère terrestre à une vitesse de 20 km/s (soit Mach 66) et la température peut atteindre plusieurs millions de degrés. D’une part, la tête de la comète se volatilise en moins de dix secondes en milliards d’éclats infinitésimaux et d’autre part, il y a production de rayonnements X et gamma et de particules accélérées, électrons et neutrons. Tout cela s’est trouvé confirmé en Sibérie.

Des micro-sphérules par millions dans la zone d’impact

Lors de campagnes sur le terrain en 1958 et 1961, menées avec du matériel sophistiqué sous la direction du météoricien soviétique Evgenij Krinov (1906-1984), on a découvert de très nombreuses micro-sphérules de silicates (d’un diamètre de 80 à 100 micromètres) ayant la structure et la composition des chondrites carbonées, soupçonnées être des vestiges de noyaux cométaires.

On a également trouvé des particules de magnétite (oxyde de fer magnétique) et des billes microscopiques d’aspect vitreux contenant des vacuoles remplies de gaz carbonique ou de sulfure d’hydrogène. Il y en a, à coup sûr, plusieurs milliers de tonnes éparpillées dans toute la zone sinistrée en 1908. Tout cela postule pour l’origine cométaire.

Quant à la production de rayonnements nucléaires et à l’augmentation présumée de la radioactivité à la surface terrestre en 1908 et 1909, elles ont connu une éclatante confirmation, grâce notamment à la méthode dendrochronologique. On a constaté, en effet, pour cette époque une augmentation voisine de 1 % par rapport à la normale de la quantité de carbone 14 contenue dans les arbres coupés et étudiés sur tous les continents. On est obligé d’attribuer cette augmentation de la radioactivité terrestre en 1908-1909 à Ogdy, car il n’y a pas eu d’activité solaire anormale à cette époque qui aurait pu être responsable du phénomène observé dans les anneaux de croissance des arbres. Là encore, l’hypothèse d’une origine cométaire explique cet afflux anormal de particules radioactives, ainsi que l’extraordinaire croissance observée dans la végétation de la zone choquée.

Enfin, n’oublions pas l’un des principaux arguments utilisés par les partisans de l’hypothèse cométaire : les fameux phénomènes lumineux, notamment l’extraordinaire luminosité du ciel nocturne durant plusieurs nuits. Ce phénomène serait dû au passage de la Terre à l’intérieur de la queue de poussières de la comète.

Dans l’hypothèse cométaire, il faut admettre un diamètre important pour Ogdy. Pour une masse de 500 000 tonnes, qui est la plus raisonnable, combinée avec une densité de 1,0 g/cm3 qui est celle de la glace, principal constituant des noyaux cométaires actifs, on obtient un diamètre de l’ordre de 100 mètres pour un objet sphérique. Mais certains chercheurs ont émis l’idée que la densité du noyau pourrait avoir été très faible, nettement inférieure à 1,0 g/cm3. Dans ce cas, le noyau n’aurait pas été un corps unique, mais plutôt un essaim (ou pseudo-noyau) de particules individuelles plus ou moins soudées entre elles. On cite deux valeurs à cet égard : une densité de 0,25 g/cm3 qui correspond à un diamètre de 150 mètres et une densité minimale de 0,001 g/cm3 qui correspond à un diamètre géant de 600 mètres. Disons tout de suite que seule la densité la plus forte : 1,0 g/cm3 est plausible. Nous verrons pourquoi.
La possible association P/Encke – Ogdy

Plusieurs astronomes ont essayé d’associer Ogdy avec une comète à courte période connue. Dans les années 1930, on croyait possible une parenté avec la comète P/Pons-Winnecke qui s’est approchée à 0,039 UA de la Terre le 26 juin 1927, l’une des principales approches du XXe siècle, et qui, selon certains, aurait pu se fractionner il y a quelques siècles en deux ou plusieurs fragments. Mais cette hypothèse ne reposait sur rien de sérieux et a été rapidement abandonnée. En 1978, Kresák a repris l’idée et a proposé une association génétique très intéressante avec P/Encke. Il s’est basé sur une similarité possible entre les deux orbites et surtout sur la coïncidence de la date de l’événement de la Toungouska (30 juin) avec celle de l’averse météorique des Bêta Taurides, qui a lieu le même jour et que l’on sait associée à P/Encke. Cette hypothèse a pris progressivement de la consistance au cours des années 1980, mais elle a été vivement contestée au départ car elle se heurtait à de grosses difficultés dont nous allons parler plus loin.

A l’exposé des forces de l’hypothèse cométaire, on pourrait croire que le doute n’est plus permis. Nous allons voir que tout n’est pas si définitif qu’il peut paraître aux non-spécialistes.

L’hypothèse du noyau cométaire

Une durée de vie active insignifiante pour Ogdy

On peut même dire que l’hypothèse de la comète active présente une faiblesse terrible qui pratiquement la condamne à n’être qu’une hypothèse d’école (mais rien n’est moins sûr, on a vu en 1994 avec l’impact de la comète Shoemaker-Levy 9 sur Jupiter que toutes les surprises restent possibles). Car on sait que l’espérance de vie active des comètes à courte période est extrêmement courte à l’échelle astronomique, variable selon le diamètre sublimable de la comète, sa période de révolution et sa distance périhélique. Les calculs montrent que les comètes actives à courte période ayant un diamètre sublimable de l’ordre de 1 km ont une espérance de vie inférieure dans tous les cas à 3000 ans. Pour une comète de 100 mètres, cette espérance de vie est inférieure à 300 ans, 500 au grand maximum. La probabilité d’une collision entre la Terre et une comète active de 100 ou 200 mètres de diamètre, durant cette courte période, est donc pratiquement nulle.

Nous avons dit dans le chapitre consacré aux comètes que les fortes approches à la Terre des comètes actives sont très rares : environ une demi-douzaine par siècle à moins de 0,100 UA. Pour les comètes de moins de 100 mètres, on peut tabler sur seulement une approche par siècle en moyenne. Autant dire que pour ce qui est de l’impact d’une comète active de 100 mètres de diamètre moyen avec la Terre, les chances sont quasiment nulles. On voit que l’hypothèse de la comète active est pratiquement réduite à néant avec ce problème de l’espérance de vie des comètes.

Il n’en reste pas moins vrai que l’hypothèse de l’EGA cométaire, ou pour parler autrement du noyau cométaire, est là pour prendre la relève. Elle a longtemps été retenue par la majorité des astronomes, car elle semblait nettement la plus probable, malgré quelques insuffisances gênantes.

Une densité au moins égale à 2,0 g/cm3

De nombreux spécialistes croient qu’Ogdy était une chondrite carbonée géante, de densité voisine de 3,0 g/cm3 et d’un diamètre de 70 mètres environ, si l’on admet la masse de 500 000 tonnes tenue pour la plus probable. Pour une densité un peu plus faible, c’est-à-dire 2,0 g/cm3, le diamètre pouvait avoisiner les 80 mètres.

La majorité des effets constatés pendant et après l’explosion dans l’hypothèse cométaire restent valables dans celle du noyau. Mais celui des phénomènes lumineux devient moins évident, encore que les nuits claires sont explicables par la diffusion dans l’atmosphère des milliards de particules microscopiques produites lors de l’explosion. Rappelons-nous les éruptions volcaniques de grande envergure et le pseudo-miracle de Josué qui ont été associés à une luminosité inaccoutumée de l’atmosphère.

Cette hypothèse de l’impact d’un noyau cométaire, qui semblait s’imposer définitivement dans le courant des années 1970, et qui reste d’ailleurs tout à fait envisageable, a cependant été progressivement contestée pour des raisons que nous allons voir maintenant.

L’hypothèse de l’astéroïde

Etonnamment, cette hypothèse qui avait prévalu en 1908, sous l’appellation de météorite géante de la Toungouska, qui a plus ou moins survécu par la suite, est revenue progressivement sur le devant de la scène, soutenue par des spécialistes comme Sekanina et Ganapathy. Elle est aujourd’hui de loin la plus probable, même si elle a le défaut d’expliquer plus difficilement certains effets constatés. La difficulté principale dans cette hypothèse est de démontrer que tous les effets enregistrés pendant et après l’explosion peuvent s’expliquer aussi bien que dans le cas de l’hypothèse cométaire.

Depuis le début des années 1960, une dizaine de stations scientifiques permanentes ou semi-permanentes, réparties dans quelques pays, et depuis les années 1970 l’armée américaine (longtemps sous le couvert « secret défense » pour des raisons de sécurité militaire), prennent systématiquement des photos des boules de feu et des gros météores qui entrent dans l’atmosphère. L’analyse des clichés obtenus dans ces stations a clairement montré que les collisions entre la Terre et des objets cosmiques allant de 100 à 100 000 tonnes étaient beaucoup plus fréquentes que ce qu’on imaginait auparavant. Mais seule une très faible proportion de ces bombes cosmiques parvient à survivre à la traversée de l’atmosphère terrestre, qui s’est avérée être un écran protecteur très efficace, notamment les couches inférieures (troposphère et stratosphère).

L’étude soigneuse de milliers de clichés a permis de distinguer trois types différents de corps heurtant la Terre. D’abord, des objets durs, rocheux, que l’on a identifié avec les météorites pierreuses de nos collections (types H, L et LL) et qui sont des vestiges d’astéroïdes brisés lors de collisions dans l’espace. Il s’agit de la population dite planétaire. Ensuite, des objets plus fragiles, semblables aux météorites carbonées et que l’on pense être des vestiges cométaires. Ogdy serait l’un d’eux. Enfin, un troisième groupe concerne deux types de matériaux très friables : une forme primitive de roches carbonées et des boules de poussières, essaims de particules soudées entre elles. Ces deux groupes concernent la population dite cométaire.

Une désintégration tardive

Le problème de l’altitude des apparitions et des disparitions des différentes boules de feu enregistrées sur les clichés a été particulièrement étudié. Une surprise apparaît au moment des conclusions. C’est que même les grosses roches du groupe planétaire sont pulvérisées durant leur traversée de l’atmosphère et que seuls quelques débris, atteignant parfois une tonne, touchent le sol. C’est encore nettement plus évident pour le matériel des deux groupes cométaires qui, dans la plupart des cas, ne parvient pas jusqu’à la surface terrestre.

En octobre 1969, une boule de feu a survolé la ville d’Ojarks aux Etats-Unis. Elle s’est désintégrée à 22 km d’altitude en donnant lieu à deux fortes explosions, qui produisirent des ondes de choc comme en Sibérie. En décembre 1974, une boule de feu encore plus grosse, dont la masse a été estimée à 200 tonnes environ, a survolé la ville de Sumawa en Tchécoslovaquie. Elle s’est totalement désintégrée en trois secondes. Les principales émissions lumineuses eurent lieu entre 73 et 61 km d’altitude. Seul un petit fragment a atteint 55 km, et aucun débris n’a touché le sol.

Pour Ogdy, on pense que l’explosion a eu lieu entre 5 et 10 km d’altitude, la plus probable étant 6 km. A cette altitude, la pression aérodynamique est environ trente fois supérieure à celle existant à une altitude de 22 km, à laquelle se désintégra la boule de feu d’Ojarks. On voit qu’il y a là un problème sérieux. Une explosion à 6 km d’altitude est une explosion basse, incompatible avec l’hypothèse d’un noyau de glace envisagé dans le cas d’une comète active. Cette explosion basse est même difficilement conciliable avec l’hypothèse d’un astéroïde cométaire, avec un noyau à base de chondrite carbonée qui est un matériau fragile, mais qui parvient quand même parfois à toucher le sol, puisqu’on en connaît plusieurs spécimens dans nos collections de météorites.

Le verdict de la résine : un astéroïde à enstatite

C’est ce problème de l’explosion bien tardive, d’autant plus qu’Ogdy a eu une longue trajectoire intra-atmosphérique, qui a obligé les spécialistes à réenvisager l’hypothèse, longtemps abandonnée, de la météorite véritable. Certains ont longtemps penché pour un matériel planétaire, composé de roches relativement dures (densité de l’ordre de 3,5 g/cm3), comparables à celles des chondrites des types LL ou L de nos collections de météorites. Le bombardement se serait uniquement produit sous une forme microscopique et ses vestiges seraient les milliards de globules minuscules qui existent, sous forme de mitraille enfouie dans la zone sinistrée de la Sibérie centrale.

Un progrès très significatif a pu être obtenu au début des années 1990. Une équipe Italienne, menée par Giuseppe Longo et Menotti Galli, a eu l’excellente idée d’étudier des gouttes de résine datant de 1908 et préservées dans le tronc même de certains conifères meurtris de la zone d’impact. Cette résine s’est révélée extraordinairement riche, puisqu’elle contient en grande quantité des micro-particules, en particulier du fer, du calcium, de l’aluminium, de la silice, de l’or, du cuivre, du titatium, mais aussi plusieurs autres éléments. Les spécialistes italiens ont conclu à l’explosion d’un astéroïde à enstatite de type E, c’est-à-dire un corps équivalent à nos chondrites à enstatite dont on connaît deux variétés (EL et EH).

Comment interpréter ce résultat étonnant et très important ?

Ogdy : un fragment planétaire d’un objet mixte

Ogdy, dont le diamètre était de 60 ou 80 mètres, était obligatoirement un fragment d’un astéroïde cométaire, c’est-à-dire un objet qui a eu dans le passé une activité cométaire. Mais si cette activité était définitivement stoppée, peut-être à cause de l’existence d’une croûte trop épaisse pour permettre aux derniers éléments volatils de se sublimer, la désintégration a libéré la totalité du matériel du corps cosmique et permis les effets cométaires indiscutables dont nous avons parlé.

On sait aujourd’hui que les innombrables fragments générés par HEPHAISTOS et ses divers groupes, notamment les deux principaux ENCKE et HEPHAISTOS (voir le chapitre sur les comètes), nés d’un émiettement inéluctable et quasi permanent depuis quelques milliers d’années, sont de nature soit cométaire, soit planétaire. Certains morceaux existant encore doivent être mixtes, avec des traces de glace originelle remontant à la formation même du corps parent.

Nous avons expliqué que le fameux Complexe des Taurides, identifié par Fred Whipple dans les années 1950, mais sans qu’il fasse le rapprochement avec Ogdy, contient d’innombrables morceaux de taille décamétrique, de nombreux autres de taille hectométrique et quelques-uns de taille kilométrique et que tous ne sont pas homogènes, loin de là. L’hétérogénéité pourrait être la règle, si l’on en croit la grande variété des micro-particules repérées dans la fameuse résine des chercheurs italiens et celles ramassées sur le site lui-même, et qui ont étonné par leur richesse qui a fait croire à certains que leur origine était artificielle.

Personnellement nous croyons à l’hypothèse de Kresak d’une parenté entre P/Encke et Ogdy, mais pour celui-ci une composition ou planétaire ou mixte. Cette hypothèse devrait se préciser ces prochaines années.
La région de la Toungouska, site protégé pour l’avenir

Le retard pris pour aller étudier la région de l’impact a été une faute impardonnable sur le plan scientifique et incompréhensible. Aujourd’hui c’est une course de vitesse entre les scientifiques qui veulent percer les secrets encore décelables et la nature qui, comme toujours sur la Terre, reprend progressivement ses droits et efface inexorablement les traces du passé.

Les autorités russes, bien conscientes de l’intérêt considérable de la région sur le plan scientifique, ont ouvert le droit aux savants étrangers de venir, eux aussi, sur le site, privilège réservé aux chercheurs soviétiques jusqu’au début des années 1980. On sait que cette non-étude par les savants des autres pays a débouché sur des querelles concernant quelques résultats qui ont été ouvertement critiqués, notamment sur les mutations, certaines pour les uns et niées par les autres.

On peut être sûr que l’internationalisation de la recherche sur le site de la Toungouska va déboucher sur des résultats importants. De nouvelles simulations dues à l’astronome russe Vladimir Svetsov laissent à penser que des petits fragments d’Ogdy ont pu se séparer du corps principal à une altitude de 20 à 15 km et ainsi éviter la désintégration générale qui l’a totalement détruit entre 5 et 10 km. Certains de ces petits fragments ont pu survivre et toucher le sol. Reste à les trouver. Les calculs de Svetsov montrent qu’il faudrait chercher nettement au sud-est de l’épicentre, entre 5 et 10 km.

Quelle satisfaction si de nouvelles recherches intensives sur le terrain permettaient de retrouver ne serait-ce que quelques-uns de ces fragments ayant survécu à la désintégration. Soyons optimistes ! Avoir dans les mains un échantillon du centaure HEPHAISTOS qui a fait tant de misères à nos ancêtres est probablement une réalité de demain.

http://www.astrosurf.com/macombes/chapitre%209-me.htm

L’affaire « Tunguska »
Une technologie antédiluvienne : canular ou info ?



Valery Uvarov est chef de département auprès de l’Académie nationale de sécurité de St-Pétersbourg. Le département qu’il dirige semble tout droit sorti d’un film de science-fiction: le département de science, de technique et de recherches sur les OVNIS! C’est une chose qui passe souvent inaperçue mais les Russes sont bien plus en avance et ouvert en matière d’ufologie que nous le croyons. Ils possèdent par exemple un centre national très organisé et chargé de collecter toutes les observations d’ovnis sur le territoire de l’ex-Union soviétique. Les Russes disposent pour ce faire d’un maillage très serré d’informateurs, de personne relais et d’enquêteurs qui provient de l’ancien réseau d’informateurs du KGB. Les Russes se sont toujours montrés moins sceptiques en la matière, les affaires d’Ovnis sont considérées comme naturelles, comme faisant partie du décor dans la culture russe. Seul, le manque de moyens financiers qui a résulté de l’effondrement de l’empire soviétique et de la courses aux armements ont handicapé la recherche sur les Ovnis. Néanmoins, le gouvernement affirme avoir une attitude transparente et honnête, probablement plus droite que celle des Américains même si l’ex armée rouge n’a jamais communiqué de façon officielle sur les supposés vaisseaux extraterrestres qu’ils auraient récupérés (les Russes auraient également eu leur affaire Roswell) mais également sur les technologies exotiques en matière d’antigravitation qu’ils auraient pris aux Allemands après la seconde guerre mondiale.

L’interview qui va suivre est une traduction d’un entretien filmé qu’a eu Valery Uvarov il y a un an à peu près, soit le 8 février 2003 à l’occasion du 12ième congrès internationale et festival cinématographique sur les Ovnis (the 12th International UFO Congress Convention and film festival) qui s’est tenu à Laughlin dans le Nevada. L’interviewer n’est autre que le rédacteur en chef du célèbre périodique anglais spécialisé « UFO magazine » et cet entretien a été retranscrit par la suite dans le magazine australien Nexus en juillet 2003. Nous avons pris un grand plaisir de réaliser la traduction maison de cet entretien car il est assez atypique. Plutôt que de parler des traditionnels Ovnis et autres bases souterraines américaines, ce fonctionnaire russe évoque l’incroyable existence d’une technologie et d’une installation balistique mais également émettrice vieille de plusieurs milliers d’années et édifiée par une civilisation mystérieuse, sans doute extraterrestre. Le but de cette étrange technologie semble relié aux trajectoires des météorites qui pourraient se trouver dans le voisinage de la terre mais également au sort de la mystérieuse et controversée planète X, un corps céleste dont la trajectoire orbitale est cachée par le soleil. On évoque enfin la dramatique collision de la météorite de Tunguska qui ravagea une vaste région de la Sibérie au début du 20ième siècle. Canular, coup de bluff, désinformation pour dissimuler l’existence d’une installation militaire très « terrienne » ou réel scoop, cette affaire Uvarov intrigue et dérange d’autant plus que l’intéressé invite très officiellement des experts étrangers à se joindre à la prochaine expédition dans la région et ne voit aucun problème à rendre l’affaire publique. A suivre donc…



Graham Birdsall: Quel est votre titre officiel?

Valery Uvarov: Je suis à la tête du département des sciences, des techniques et des recherches sur les Ovnis qui est basée à St-Pétersbourg en Russie.

Il s’agit donc d’une agence gouvernementale officielle russe?

Absolument. Je dois rendre des comptes à deux personnes au-dessus de moi qui doivent elles-mêmes répondre de leurs actes devant une autre autorité qui n’est autre que celle de notre président, le président Puttin.

Quels sont exactement vos attributions?

Nos travaux de recherches se divisent très exactement en deux parties. Tout d’abord, nous analysons constamment des données qui proviennent des 4 coins du monde. Nous en extrayons les informations que nous estimons les plus intéressantes pour notre base de données, informations codées soit jaune, soit rouge. Par la suite, ces informations sont propagées vers d’autres départements à travers toute la Russie.

L’autre aspect de notre travail consiste à se poser la question suivante: les OVNIS existent-ils oui ou non? De toute évidence, nous sommes certains qu’ils existent mais il convient de se demander ce que cache leurs activités, leurs intérêts. Pour nous, il s’agit de l’enjeu le plus important de cette affaire et nous concentrons surtout nos efforts dans cette direction.

Il existe une coopération active entre la Nasa et les officiels de l’aérospatiale russe que cela soit dans les domaines scientifiques, techniques et peut-être même dans le domaine militaire. Est-ce que vous êtes en relation, est-ce que vous entretenez des liens avec des organisations sœurs outre-mer?

Très franchement, je peux vous dire qu’il y a à peine deux jours, je me rendais aux Etats-Unis pour y rencontrer…disons…pour y rencontrer mes patrons. Et ils m’ont affirmé qu’ils étaient très intéressés par une coopération avec d’autres organisations, disons, nos amis occidentaux. Donc, je peux vous affirmer que cette mission en particulier n’en est qu’à son point de départ. Je suis chargé en fait de trouver les personnes les plus compétentes. Lorsque cela sera fait et que nous passerons à l’étape suivante, alors seulement nous pourrons faire des choses concrètes.

Hors caméra, plus tôt, vous avez fait allusion à certains développements importants qui concernent l’explosion de Tunguska qui a eu lieu en 1908.Pour cet entretien, pouvez-vous nous dire pourquoi aujourd’hui, vous croyez en connaître la cause?

Il ne s’agit pas d’une question de croyance, de spéculation. Nous SAVONS ce qui a causé cet événement. Il s’agit d’une météorite mais d’une météorite qui a été détruite par…disons….un missile.

Ce missile a été engendré par une installation matérielle. Nous ignorons qui a construit cette installation, elle a été édifiée il y a longtemps, fort longtemps et est située en Sibérie à plusieurs centaines de kilomètres au Nord de Tunguska.

Je peux vous dire que notre enquête a mis en évidence bien plus qu’une explosion à Tunguska. Laissez-moi vous confier la chose suivante. La dernière fois que cette installation a abattu une météorite, c’était l’année dernière, entre le 24 et le 25 septembre. Les Américains disposent de trois bases…ils ont également capté cette explosion.

Excusez-moi mais certains diront que tout cela relève de la science-fiction.

Graham, vous savez que lorsque nous parlons des vérités qui se cachent derrière ce sujet, nous nous adressons uniquement à ceux qui ont une bonne compréhension de la responsabilité que tout cela engendre. Et vous savez également que nous avons affaire à une technologie très en avance sur la nôtre, une technologie capable de faire des choses que nous ne pouvons pas faire.

Est-ce que vous pouvez être plus précis sur le lieu où se trouve cette installation?

Regardez où se trouve le site de l’explosion de Tunguska. Au sud-ouest, on trouve le célèbre et immense lac Baïkal. Au-delà se trouve au Nord un énorme territoire de steppes arides couvrant quelque 100.000km carrés. Pratiquement personne n’y séjourne. Il n’y a ni villes ni localité. C’est ici que se trouve l’installation (ndtr: Uvarov montre à son interlocuteur les lieux sur une carte)…

Etes-vous au courant de ces étranges histoires et de ces rumeurs qui concernent la soi-disant planète X? Si un nouveau corps céleste fait son entrée dans notre système solaire, les astronomes le détecteraient très certainement et ils déclareraient sa présence.

Je ne peux pas parler à la place des astronomes occidentaux mais les astronomes de notre Académie nous affirment qu’il n’y a rien à craindre. J’ai entendu des gens parler du chiffre de 3600 ans pour une révolution orbitale complète de cette planète qui aurait en fait une trajectoire orbitale comparable à celle de la terre mais derrière le soleil. Nous savons que cette planète est intimement reliée à l’installation qui se trouve en Sibérie. Permettez-moi d’ajouter que nous croyons que cette installation maintient la planète dans une orbite stable. Si cette planète devait bouger, changeait d’orbite, ce serait alors le système solaire entier qui deviendrait instable. Nous sommes tous certains à l’Académie que planète est habitée et que cette installation a été conçue pour les protéger et pour nous protéger. Tout est sous contrôle.
Nos recherches ont montré que la terre possède une modulation, une fréquence précisément réglée et qui affecte toute chose, tout être vivant. Il y a 12.500 ans, cette fréquence était réglée sur les 360 jours de l’année -celle étudiée par le calendrier égyptien- jusqu’à ce qu’un astéroïde heurte la terre. Nous pensons que l’orbite et la trajectoire de la terre ont été modifiées artificiellement pour compenser cet événement. Notre planète évolue à une plus grande distance du soleil, à un rythme, une fréquence de 365. Cela nous a amené à croire que nous avons des amis, des amis qui veillent sur nous, discrètement. De fait, ils n’ont pas permis et ne permettront pas qu’une planète, une comète ou un astéroïde entrent en collision et ne détruisent la terre. Pour nous, tout cela est absolument limpide. Ceux qui veulent militariser l’espace… pour vous dire la vérité, nous tous qui sommes impliqués dans ce projet ressentons de la douleur dans nos cœurs. Nous sommes là, nous enquêtons sur cette installation, sur d’autres choses, sur des choses très matérielles, concrètes, des choses qui n’ont pas été construites par des Russes ou des Américains mais par quelqu’un d’autre, quelqu’un venu de l’espace lointain. Cela nous attriste de penser à ce qui pourrait arriver si des armes sont introduites dans l’espace. Laissez-moi parler franchement. Cette installation possède un générateur, une source d’énergie. Nous l’avons localisée. Durant le conflit de l’ex Yougoslavie, nous avons enregistré un accroissement de la forme d’énergie qui sortait de cette installation. C’était incroyable pour nous mais nous savons aujourd’hui que cette installation réagit aux soulèvements sociaux et aux conflits. Une partie de notre enquête se concentre sur des recherches dans d’anciennes archives, de vieux documents. Nous sommes alors tombés sur les textes de « l’Echutin Apposs Alanhor » (sic) (intraduisible, sans doute un texte sacré russe). Nous appelons ces textes tout simplement Alanhor et ils ont au moins 4000 ans. Ils décrivent l’installation en termes scientifiques, ce qui se trouvait sur ces lieux. C’est étrange. J’ai visité la région à deux reprises. La première fois, notre équipement a détecté de forts niveaux de radiation. Je dois vous avouer que c’était plutôt dangereux; nous ne pouvions pas nous en protéger. Les quelques indigènes qui vivent dans la région connaissent l’installation et bien entendu, ils nous en ont fait une description. Ils nous ont décrit des sortes de structures métalliques et en ont fait un croquis. Nous avons reporté toutes ces informations sur une carte. Mais tous ces gens, leurs familles, leurs animaux, ils souffrent tous de maladies liées à ces radiations. Les niveaux de radiation ont été continuellement surveillés depuis ces 6 dernières années et aujourd’hui, tout le monde, en ce compris les animaux ont quitté la forêt. Laissez-moi vous parler de l’explosion de Tunguska, quelque chose qui n’a jamais été évoqué auparavant. Deux mois avant l’explosion, tous les animaux vivants ont quitté la région. C’était comme si l’installation s’était mise en marche pour traiter cet astéroïde. En même temps, les niveaux de radiation ont augmenté. La même chose est en train d’arriver en ce moment, aujourd’hui.

Existe t-ils d’autres projets pour monter une autre expédition dans la région et visiter l’installation?

La radiation est un facteur (dont nous devons tenir compte) mais oui, une autre expédition est prévue pour plus tard cette année. Regardez, nous voulons être ouverts et honnêtes sur le sujet. Nous souhaitons une participation internationale mais les gens que nous inviterons seront responsable aux yeux du reste du monde. Nous voulons des gens qui soient honnêtes avec un esprit ouvert et transparent et qui sont avides de coopérer, d’échanger et de répandre les données scientifiques.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

2 commentaires

  1. Choub ,heu excuse Anonyme..
    t’est gentil mais apprend a lire aussi sur l’article de ton site qui lui aussi a repomper sur un autre site.
    Moi j’ai jamais dit que j’etais le redacteur de ce Reportage.D’autant plus que cette article a ete recopier de ce site
    http://www.astrosurf.com/macombes/chapitre%209-me.htm dont la source a ete donnée Dans l’article.
    Et soit gentil va poluer un autre site car tes commentaires a 1 cts d’euro sont pas les bienvenus ici.
    IP banni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings