Cryptozoologie

L’enlèvement d’Albert Ostman

ostman

 

Quelque part dans les montagnes rocheuses (C.-B.), été 1924

L’homme s’arrête un instant pour reprendre son souffle. Depuis combien de temps courre-t-il ainsi ? Une heure, deux, peut-être trois ? Autour de lui, la forêt est toujours aussi menaçante… inconnue. Peu importe là où il regarde, il n’y a que ces arbres qui se dressent à l’infini : des géants qui donnent au paysage des allures dantesques. En d’autres circonstances l’homme aurait sans doute apprécié cette nature sauvage, mais l’heure n’est pas à la contemplation. Il sait qu’il doit se remettre en route ; qu’il doit reprendre sa course. D’un élan, il se redresse. À travers les branches, il cherche le soleil. Il jauge sa position. « L’Ouest… fuir vers l’Ouest c’est ma seule chance », se dit-il. Malgré ses poumons en feu et son cœur qui bat la chamade, il se lance en avant. Il courre, enjambe les obstacles, sa fuite est son unique préoccupation. Tant bien que mal, il essaie de déjouer ce terrain très accidenté d’où jaillissent des racines et des rochers aux arrêtes tranchantes. Il trébuche, roule sur le tapis d’humus. Pendant un instant, il reste là, étendu. Il écoute. La forêt est silencieuse. Et c’est justement ce silence qui l’inquiète. Il n’y a pas une seconde à perdre. Il se relève et reprend sa course. Il n’est plus vraiment un homme, mais un automate animé par la peur. « Fuir… fuir », comme une litanie ces mots se succèdent dans son esprit. Puis, à la sortie d’un groupe de séquoias, il se retrouve au pied d’une crique. « La providence », pense-t-il. Sans ralentir, il marche en aval sur une centaine de mètres, bifurque vers la forêt, puis revient sur ses pas à reculons en prenant soin de replacer ses pieds dans ses propres empreintes. Satisfait, il entre dans l’eau jusqu’à mi-cuisse et se met à courir en amont. Bien sûr, l’eau ralentit sa fuite et l’entrave. À deux ou trois reprises il chute et disparaît sous les eaux glacées. Le faible courant l’emporte sur quelques mètres, mais il ne se laisse pas ralentir. La crique fait bientôt un crochet et l’homme en profite pour regagner l’autre rive où il s’enfonce de nouveau dans la forêt. Ses vêtements mouillés lui collent à la peau et limitent ses mouvements. Il a froid… mais il doit encore courir, fuir. Enfin, la forêt se fait moins dense et l’homme débouche sur un promontoire rocheux. Celui-ci domine une gorge en pente douce. Tout en bas, sur le bord d’une rivière, l’homme y distingue même des cabanes de rondins. « Sans doute, un chantier d’abattage », pense-t-il. L’espoir renaît. Sans entendre, il entreprend sa descente. Derrière lui, dans la forêt, un cri s’élève : une sorte de hurlement gutturale qui ne ressemble à rien de connu, ni homme ni animal. Pourtant, le fuyard ne se retourne même pas.

 

ostmanb
Albert Ostman en train de parler à l’auteur John Green

À l’été de 1924, Albert Ostman (31 ans), un canadien d’origine suédoise, entreprend de se rendre dans les montagnes côtières de Toba Inlet (C.B.) pour y faire de la prospection minière. L’endroit est réputé pour ses gisements aurifères. Ostman gagne donc la ville de Lund où il engage un vieux guide amérindien pour le conduire en canoë jusqu’à l’embouchure de Toba Inlet. Alors que les deux hommes pagaient à travers le détroit de Johnston, l’autochtone se plait à raconter quelques légendes locales, dont l’une concernant la disparition de prospecteurs, peut-être assassinés ou dévorés par un sasquatch, l’abominable homme des bois d’Amérique. Ostman, qui entend pour la première fois parler de ces êtres fabuleux mi-homme mi-animal, refuse de croire que de telles créatures puissent exister. Mais son guide insiste. Son grand-père aurait déjà vu des empreintes de sasquatch, longues de 60 cm, et au village un Ancien jure avoir vu un sasquatch haut de 2,5 mètres. Ostman reste sceptique. Pour lui, ces « monstres » ne sont que des légendes.

En fin d’après-midi, les hommes accostent près de Power River. L’Amérindien aide son passager à installer un camp pour la nuit et promet de venir le reprendre dans trois semaines, au même endroit. Albert Ostman se retrouve seul. Il n’a pour tout équipement qu’un sac de couchage, quelques denrées et une carabine de calibre 30-30. Il compte surtout s’en remettre à la nature pour assurer sa subsistance.

Les premiers jours se passent sans incident. Ostman s’enfonce de plus en plus dans la forêt. Puis, un matin, en sortant de son sac de couchage, le prospecteur remarque que durant la nuit, un animal — un porc-épic croit-il — est venu fouiller dans ses affaires : son sac a dos est renversé et plusieurs denrées ont été « inspectées ». Le lendemain matin, même scénario : mais cette fois un paquet de prunes et un sac de farine ont disparus. Ostman est bien décidé à surprendre ce chapardeur nocturne. Le soir venu, il se glisse dans son sac de couchage en plaçant ses chaussures tout au fond — pour éviter que celles-ci ne soient rongées par les porcs-épics — et garde sa carabine contre lui. Les heures passent… silencieuses. Soudain, Ostman est brutalement réveillé. « Quelque chose » vient de s’emparer de son sac. Il est soulevé du sol et jeté au travers de ce qu’il croit d’abord être un cheval. Enfermé dans son sac, le prospecteur est incapable de bouger. Ses chaussures lui meurtrissent le bas du dos et sa position l’empêche de rejoindre son couteau, derrière lui. Il est transporté comme un vulgaire sac de pommes de terre.

Pendant des heures, Ostman est trimballé de la sorte. Parfois, on le dépose sur le sol, on le traîne et on le soulève de nouveau. Dans son cocon de duvet, le prospecteur réalise peu à peu que son ravisseur ne peut être que l’un de ces mystérieux sasquatchs dont lui a parlé son guide amérindien. Finalement, on le dépose une dernière fois. Durant de longues minutes Ostman reste là, sans bouger. Il est ankylosé et une crampe lui paralyse la jambe gauche. Enfin, il se risque à sortir. Dehors, il fait encore nuit. Sans réellement les voir, il devine la présence toute proche d’une ou de plusieurs créatures. Il sent qu’on l’observe.

Au fur et à mesure qu’apparaissent les premières lueurs de l’aube, Ostman peut mieux détailler son « environnent ». Il se trouve au milieu d’une vaste cuvette naturelle de 5 km2 entourée de hautes montagnes. La seule voie d’accès semble être un étroit défilé en forme de « V » qui s’ouvre du côté sud-ouest. Mais ce ne sont pas ces détails qui retiennent pour l’instant son attention, mais plutôt la présence de quatre créatures simiesques qui se tiennent à quelques dizaines de mètres. Il y a là deux adultes, mâle et femelle, et deux « jeunes », également des deux sexes. « Une famille », pense aussitôt Ostman. Les adultes sont de très fortes statures : 2,5 mètres pour la femelle et près de 3 mètres pour le mâle. Les « jeunes » sont plus petits : entre 1,80 mètre et 2,10 mètres. Ils ont le corps couvert de longs poils bruns-roux, sauf le visage, la paume de leurs mains et la plante de leurs pieds. Les créatures observent et échangent entre elles en utilisant quelques sons primaires. Le mâle adulte — « le père », suppose Ostman — se tient légèrement en avant alors que les autres se cachent derrière des buissons, comme si elles étaient effrayées par la présence du prospecteur. Ostman note également que son sac à dos — contenant toutes ses denrées — a été déposé près lui. Il comprend alors qu’il est prisonnier… prisonnier d’une famille de sasquatch !

Les yeux rivés sur le grand mâle, Ostman ramasse ses effets et s’éloigne sans jamais tourner le dos à son ravisseur. Il se rend près de la paroi ouest où se dressent deux grands cyprès et où coule une petite source. Là, il fait l’inventaire de ses maigres ressources : un peu de lait en poudre, du café, quelques boîtes de conserve, des allumettes, une boîte de tabac à priser et une poignée de cartouches. Sa situation est définitivement peu reluisante.

Le premier jour, Ostman le passe à détailler ses « hôtes ». Ceux-ci vivent dans une espèce de niche naturelle située du côté est de la vallée. Ils dorment sur des paillasses faites de mousse et se nourrissent de racines et de végétaux. Mis à part le grand mâle — toujours aux aguets — les autres créatures semblent plutôt farouches. Elles n’observent les allées et venues du prospecteur que de loin et en demeurant constamment à l’abri derrières des buissons ou des rochers.

Le deuxième jour, Ostman tente une « évasion ». Il s’approche du défilé — seule voie d’entrée dans la vallée — puis essaie de s’y glisser en courant. Aussitôt le gros mâle sort de sa retraite en lançant des « Soka, soka ». Ostman a beau ne pas parler le « dialecte » sasquatch, il comprend vite qu’il vaut mieux battre en retraite.

Au cours des jours qui suivent, le prospecteur tente de gagner la confiance de ses hôtes. Il remarque que les « jeunes » semblent moins farouches. Ils s’approchent de plus en plus, suffisamment pour que Ostman puisse faire rouler dans leur direction des boîtes de conserve vides qu’ils s’empressent de ramasser et de ramener dans leur tanière. Mais sa situation reste précaire : ses vivres fondent comme neige au soleil. Il lui faut trouver un moyen d’échapper à la vigilance du grand mâle qui l’épie sans cesse.

Au septième jour — ou est-ce le huitième ? Il ne les compte plus — Ostman se prépare un pot de café. Attirés par l’odeur, les deux mâles — le père et le fils ? — s’approchent et s’assoient à moins de trois mètres. Le prospecteur essaie de les intéresser à son petit déjeuner, mais sans succès. Puis, il sort son tabac à priser et s’en envoie deux pincées dans les narines. Cette fois, il a plus de chance. Le grand mâle se lève, lui arrache des mains sa tabatière et en avale tout le contenu. Moins de dix minutes plus tard, le sasquatch se met à vomir et se roule par terre. Ostman comprend que c’est le moment ou jamais. En moins de deux, il ramasse son sac à dos et sa carabine et s’enfuit à toutes jambes vers l’entrée du défilé. Alors qu’il n’est plus qu’à quelques mètres, la femelle adulte sort de sa cachette et tente de lui barrer la route. Ostman épaule aussitôt sa carabine et fait feu juste au-dessus de sa tête. La « mère » — qui entend probablement pour la première fois le bruit d’une arme à feu — tourne les talons et court se mettre à l’abri. Le prospecteur se glisse enfin dans le défilé qui le conduit dans un canyon étroit. Là il localise un promontoire d’où il peut voir les environs. Au-delà des cimes montagneuses, Ostman croit reconnaître le mont Baker. Si son évaluation est exacte, il doit se trouver à quelque 70 km de Toba Inlet.

Pendant deux jours, il va fuir par delà les forêts et les montages. Si parfois il ralentit l’allure pour reprendre son souffle, à d’autres moments il courre à perdre haleine, persuadé que les sasquatchs sont à ses trousses. Finalement, sa fuite le conduit jusqu’à un chantier d’abattage où il est accueilli par les ouvriers. Ostman ne leur dira rien de son enlèvement de peur qu’ils le prennent pour un cinglé. Il leur explique qu’il est simplement un prospecteur qui s’est égaré dans les bois. Après s’être reposé et restauré, il est conduit à un autre camp, à Sechelt Inlet, où il s’embarque sur un traversier à destination de Vancouver. Pour Albert Ostman c’est la fin d’une aventure dont il ne reparlera qu’en 1957, au lendemain de la publication de toute une série d’articles sur l’existence du sasquatch, cette mystérieuse créature simiesque qui hanterait les forêts de la Colombie-Britannique.

Albert Ostman a-t-il réellement vécu plusieurs jours parmi les sasquatchs ? Son histoire est loin de faire l’unanimité. Par certains détails — notamment en ce qui concerne l’anatomie des créatures — son récit paraît tout à fait crédible. En revanche d’autres éléments soulèvent des doutes sérieux. Ostman attribue à ces créatures des habiletés sociales et un langage primitif que l’on ne retrouve pas dans les autres récits de rencontres avec des sasquatchs. Dans sa fuite, le prospecteur affirme qu’il a retrouvé sa route en localisant le sommet du mont Baker. Or, de l’intérieur des terres, là où il se trouvait, il lui aurait été impossible de voir le mont Baker.

Jusqu’à sa mort, en 1969, Albert Ostman maintiendra toujours son histoire. Il signera même une déclaration sous serment à cet effet.

708037_orig

Si Albert Ostman a dit vrai son histoire est sans contredit la plus extraordinaire rencontre du genre. Une histoire fantastique « au pays des géants ».

3480464_orig

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings
Fermer

Adblock détecté

Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité

Et si vous le désactiviez ? La publicité participe au financement de la création de contenus exclusifs à un prix juste. Merci pour votre contribution.