Le monstre Momo du Missouri : Hybride loup-garou , bigfoot ? – Le Blog De L'Etrange
Cryptozoologie

Le monstre Momo du Missouri : Hybride loup-garou , bigfoot ?

Momo est le nom d’une légende locale, similaire à celle du Bigfoot, qui vivrait dans le Missouri. Le nom Momo est l’abréviation de « Missouri Monster » et il aurait une grande tête en forme de citrouille, avec un corps poilu et des cheveux couvrant les yeux, qui ressemble à un tapis à poils. Signalé pour la première fois en 1971, près de la Louisiane, dans le Missouri, par Joan Mills et Mary Ryan, Momo a été signalé pour la première fois sur le fleuve Mississippi, puis observé plus à l’ouest, par des voies navigables. Il s’agirait d’une grande créature de 2,1 m de haut, poilue, noire et ressemblant à un homme, qui émet une terrible odeur. Certains suggèrent qu’il s’agit d’un Indien d’Amérique malhonnête. Suite à des observations faites en 1972 à partir de 15h30 le 11 juillet, rapportées pour la première fois par Terry, Wiley et Doris Harrison, et qui ont duré environ deux semaines, des traces ont été trouvées et soumises à Lawrence Curtis, directeur du zoo et du jardin botanique d’Oklahoma City. Il a estimé que les traces étaient celles d’une espèce de primate inconnue.

La première observation signalée de la créature a eu lieu le 11 juillet 1972. Selon le Kansas City Star :
La famille Harrison vivait dans une maison le long de ce qui était alors connu sous le nom de Marzolf Hill. Par une chaude journée d’été, Terry Harrison, 8 ans, et son frère Wally, 5 ans, poursuivaient leur chien à travers les bois.

Soudain, Doris Harrison, 15 ans, qui était à l’intérieur, a entendu ses frères crier, a couru à la fenêtre et a vu une créature qu’elle a décrite comme mesurant peut-être 1,80 m et dont le visage était recouvert de cheveux noirs. Elle tenait un chien mort sous son bras et le sang – apparemment celui du chien – tachetait les poils foncés de la bête. Et, ooh, cette odeur !

« Ce n’était pas un homme et ce n’était pas un ours », a déclaré Doris Harrison Bliss, aujourd’hui âgée de 55 ans.

« C’était quelque chose… »

« Quelque chose que vous n’aviez jamais vu auparavant ? » lui a-t-on demandé.

« Exactement ! »

Tout était calme jusqu’à trois jours plus tard, le 14 juillet. Ce soir-là, Edgar Harrison (le père des enfants) a tenu une réunion de prière régulière chez lui et environ 45 minutes après sa fin, il a entendu des bruits de tintement qui semblaient indiquer que quelqu’un lançait des pierres dans le réservoir d’eau en métal situé au sommet de la colline de Marzolf. Le réservoir était une attraction pour les enfants du quartier, mais il était peu probable qu’aucun d’entre eux n’ait joué là à cette heure. En écoutant attentivement les sons, il a entendu une sonnerie particulièrement forte, puis un grognement semblable à celui d’un animal. Le son se rapprochait de plus en plus et était si fort que sa famille est sortie en courant de la maison. Ils l’ont pressé de quitter le quartier, mais Harrison voulait voir ce qui faisait ce bruit.

Il a finalement cédé à l’appel de sa famille et en descendant la rue Allen, il a rencontré une quarantaine de personnes, certaines portant des armes, qui étaient en route pour enquêter sur les bruits du réservoir. Pour une raison quelconque, Harrison a crié « Le voilà ! » et toute la foule s’est détournée et a couru. Un certain nombre de personnes ont déclaré avoir entendu les cris et hurlements étranges de cette nuit-là, mais le temps que les policiers Jerry Floyd et John Whitaker arrivent sur les lieux pour enquêter, ils n’ont rien trouvé d’extraordinaire.

Plus tard dans la soirée, Harrison et plusieurs amis ont exploré Marzolf Hill et ont trouvé un vieux bâtiment d’où persistait une forte et désagréable odeur. Harrison l’a décrit comme une « odeur de moisi, de cheval ou de déchets ». Dans les jours qui ont suivi, lui et d’autres personnes ont senti la même odeur dans les zones où des sons bizarres ont été entendus.

Les rapports de rencontres ont commencé à s’accumuler. Un homme prétend avoir été poursuivi par une grosse bête poilue aux yeux rouges. Des écoliers ont dit l’avoir vu de la fenêtre de leur classe. Deux femmes pique-niquant près de la rivière ont dit que Momo les a poursuivies jusqu’à leur Volkswagen, puis a fait preuve d’une intelligence humaine pour essayer d’ouvrir la porte avant qu’un coup de klaxon ne l’effraie.

30 juin – Vaughn et Tim (noms de famille non donnés) pêchaient dans la rivière Cuivre lorsqu’ils ont vu une grande créature poilue patauger dans l’eau. En enquêtant, ils ont trouvé de grandes empreintes de trois orteils à l’endroit où le bipède poilu est sorti de la rivière.

11 juillet – Terry et Wally Harrison jouaient dans leur cour quand leur soeur Doris les a entendus crier. Ils ont tous vu un grand bipède poilu noir portant un chien mort. Plus tôt ce jour-là, un fermier a signalé la disparition de son chien.

14 juillet – Edgar Harrison, leur père, et plusieurs autres personnes ont entendu des grognements et ont enquêté. Ils n’ont rien vu, mais ont signalé une odeur désagréable qui sentait la chair pourrie.

21 juillet – Ellis Minor a entendu ses chiens aboyer et a pris sa lampe de poche avant de sortir. Il a vu le grand monstre noir et poilu dans le faisceau de la torche. La créature s’est enfuie lorsqu’elle l’a remarqué.

23 juillet – La police boucle une zone boisée de deux acres et vingt-cinq personnes recherchent la bête, que beaucoup croient être un ours noir, car on rapporte avoir vu là un animal avec un mouton ou un chien dans sa gueule.

24 juillet – Deux adolescentes ont déclaré avoir vu la créature poilue au coucher du soleil alors qu’elle se promenait à la lisière d’une zone boisée.

Au cours de la dernière semaine de juillet, une série de mystérieuses empreintes de trois orteils est apparue dans la ferme de Freddie Robbins, à environ huit miles au sud de la Louisiane. Les empreintes n’ont pas été moulées, mais elles ont été protégées jusqu’à ce que les enquêteurs puissent en faire des diagrammes. Il s’est avéré qu’elles correspondaient presque exactement aux empreintes trouvées quelques jours plus tard. D’autres traces ont été découvertes au petit matin du 3 août à la ferme de Mme et Mme Bill Suddarth, qui vivaient juste au nord-ouest de la ville. Au milieu de la nuit, elles ont entendu un hurlement aigu dans leur cour et ont couru dehors avec des lampes de poche pour voir ce qui se passait. Au milieu de leur jardin, ils ont trouvé quatre empreintes d’une créature à trois orteils.

Suddarth a rapidement appelé son compagnon de chasse, Clyde Penrod, qui s’est rendu sur place et a fait un moulage en plâtre de l’empreinte. Penrod, qui était un fervent amateur de plein air, était perplexe devant toute cette affaire. Les traces étant à 6 mètres de tout autre chose, il ne comprenait pas comment elles avaient pu être faites. Elles ont commencé brusquement au centre du jardin et se sont terminées tout aussi mystérieusement. Il semblait que la créature à trois orteils venait d’apparaître au centre du jardin et avait ensuite disparu. Aucune trace n’a été trouvée ailleurs sur la propriété et il n’y avait aucun signe qu’un farceur aurait pu les faire non plus. Ce fut la dernière rencontre avec la créature et il est peut-être approprié que le « volet du monstre » se soit terminé sur une note aussi inexplicable.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings