John Edward Robinson – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

John Edward Robinson

Le premier tueur en série d'Internet "L'esclavagiste"

Il vivait dans un quartier aisé, était un père de famille pratiquant, un homme d’affaires prospère et un militant associatif. En réalité, il s’agissait d’un monstre sadomasochiste qui attirait ses victimes sous le sinistre surnom de « Slavemaster » dans les salons de discussion et les forums BDSM.

Un escroc rusé, qui a fait une petite fortune avec une fausse entreprise de culture hydroponique, tout en stockant ses victimes dans des barils métalliques de 55 gallons à travers ses propriétés.

Comme beaucoup d’autres tueurs en série, John Edward Robinson était connu dans sa communauté comme un charmant père de famille avec des entreprises florissantes, quatre enfants et une femme aimante. Les autorités savaient que Robinson était un escroc rusé, condamné à plusieurs reprises pour avoir manipulé des chèques et des dépôts ou volé des marchandises. Mais personne ne soupçonnait que cet activiste de quartier aisé était un monstre sadomasochiste qui attirait des femmes vulnérables pour en faire ses esclaves personnelles, puis stockait leurs cadavres dans des barils métalliques de 55 gallons.

Robinson est né à Cicero, dans l’Illinois. Un Eagle Scout, qui s’est produit avec un groupe de scouts devant la reine Elizabeth II à Londres. Il s’est ensuite inscrit dans une école privée pour garçons destinée aux aspirants prêtres, mais a abandonné au bout d’un an en raison de problèmes de discipline.

Image with no descriptionRobinson était le troisième des cinq enfants d’un père alcoolique et d’une mère tyrannique. Il a abandonné l’école à plusieurs reprises en raison d’un manque de discipline.
Image with no description

À 18 ans, Robinson tente sa chance à l’université pour devenir technicien en radiologie médicale, mais abandonne à nouveau au bout de deux ans. Il s’est ensuite installé à Kansas City en 1964, où il a épousé Nancy Jo Lynch, avec qui il a eu quatre enfants et qui, à son insu, a commencé sa double vie sinistre de jeux BDSM et de meurtres.

Image with no description
La femme aimante Nancy Jo Lynch (à gauche) n’était pas au courant de la double vie sinistre de son mari.
Hydro-Grow Inc : Robinson commercialise son entreprise d'hydroponie, une méthode de culture de légumes dans un environnement intérieur.
Hydro-Grow Inc : Robinson commercialise son entreprise d’hydroponie, une méthode de culture de légumes dans un environnement intérieur.
Bien que Robinson ait été condamné à plusieurs reprises pour vol, fraude et détournement de fonds entre 1969 et 1991, il a pu travailler pour des organisations caritatives et en tant que leader civique. En 1977, alors qu’il travaillait pour une organisation de services aux handicapés, il a réussi à entrer dans son conseil d’administration et a créé un prix « Homme de l’année » comme première action et se l’est attribué. Lorsque l’affaire est couverte par les médias, plusieurs personnes se rendent compte que Robinson a falsifié leurs recommandations. La presse a passé deux semaines à exposer Robinson comme l’imposteur qu’il était, bien que seuls sa femme et ses enfants aient semblé en souffrir.

La police le considérait comme un escroc en col blanc, peu enclin à la violence et uniquement motivé par des raisons financières. Comme la majorité des criminels en col blanc, il jouissait d’une grande respectabilité et d’un statut social élevé dans la communauté.

Paula Godfrey.
Paula Godfrey.

En 1984, Robinson a engagé Paula Godfrey, 19 ans, comme représentante commerciale pour l’une de ses sociétés fictives. Les amis et la famille de Godfrey pensent qu’elle a été envoyée à un cours de formation au Texas mais qu’on n’a plus jamais entendu parler d’elle. Lorsque ses parents ont signalé sa disparition, la police a brièvement interrogé Robinson, qui a nié savoir où elle se trouvait.

Quelques jours plus tard, ses parents ont reçu une lettre écrite à la machine à écrire remerciant M. Robinson pour son aide, affirmant qu’elle allait bien et ne voulait pas voir sa famille. Avec la signature authentique de Godfrey au bas de la lettre.

Parce que Godfrey était une adulte, qu’elle avait tous les droits de ne pas vouloir être contactée par sa famille, et qu’aucun acte criminel n’a été suspecté, l’enquête a été arrêtée. L’endroit où se trouve Paula Godfrey est inconnu jusqu’à ce jour.

Un bébé à vendre

Robinson se présente bientôt au « Truman Medical Center » comme un philanthrope qui veut aider les jeunes mères célibataires et leurs bébés en leur fournissant un logement ainsi qu’une aide à l’emploi. En 1985, le centre médical est vendu et on présente à Robinson Lisa Stasi, 19 ans, qui vient de donner naissance à une petite fille nommée Tiffany.

Pendant une semaine, Lisa est restée dans un foyer, payé par Robinson, et s’est rendue à Chicago pour une préparation à l’emploi. Elle a signé quatre feuilles blanches et donné l’adresse de ses proches, qui ont reçu deux lettres peu après sa disparition. Ces lettres ne ressemblaient pas à Lisa et avaient été écrites à la machine à écrire, ce que Lisa ne savait pas faire selon ses proches. Lorsqu’on a demandé à Robinson où était Lisa, il a prétendu qu’elle s’était enfuie au Colorado avec un certain « Bill ».

Il semble que toutes les femmes voulaient s’enfuir et disparaître. Lisa n’est ni la première ni la dernière personne à avoir disparu après avoir été en contact avec Robinson.

La photo de famille de John Edward Robinson, qui tient sur ses genoux la fille de Lisa Stasi, Tiffany.
La photo de famille de John Edward Robinson, qui tient sur ses genoux la fille de Lisa Stasi, Tiffany.
Lisa Stasi
Lisa Stasi

Depuis des années, le frère et la belle-sœur de Robinson, Don et Helen Robinson, souhaitaient adopter un bébé et étaient dans le processus fastidieux de remplir les papiers nécessaires à l’adoption. Le jour même où Lisa s’est enfuie, Robinson leur a proposé d’adopter une petite fille dont la mère s’était apparemment suicidée. La famille est remplie de joie et paie 5 500 dollars en liquide pour les papiers qu’elle pense être des papiers d’adoption légaux.

Les nouveaux parents ont appelé le bébé Heather, sans savoir que Heather avait déjà un nom, Tiffany Stasi. Robinson venait de vendre l’enfant d’une victime à son frère et sa belle-sœur.

Robinson, le maître d’esclaves

Robinson a développé un fort appétit pour le sexe sadomasochiste connu sous le nom de BDSM – Bondage and Discipline, Sadism and Masochism.

Image with no description

Le FBI a envoyé une femme agent infiltrée pour se faire passer pour une prostituée potentielle de Robinson, mais s’est inquiété du fait que sa vie était en danger et l’a retirée. Un témoin important dans le procès de Robinson pour violation de sa probation était une prostituée nommée Teresa qui travaillait pour lui et qui était aussi sa maîtresse. Robinson avait menacé Teresa en enfonçant le canon d’un pistolet chargé dans son vagin après qu’elle eut déplu à un client. Teresa a alors été mise en sécurité et Robinson n’a pas pu faire face à son accusateur au tribunal, mettant ainsi fin à la procédure en sa faveur.

Peu de temps après, en 1987, il est allé en prison pour vol et n’a été libéré qu’en 1993. Après sa libération, Robinson découvre Internet, qui lui donne accès à toutes sortes de salons de discussion et de pages de contact liés au BDSM.

Sous le surnom de « Slavemaster », il a utilisé cette technologie pour avoir accès à un grand nombre de ses victimes, ce qui l’a conduit à être le premier tueur en série à utiliser Internet pour chasser ses victimes. Pendant ce temps, sa femme subvient aux besoins de la famille en acceptant un emploi de gérante du parc à caravanes dans lequel la famille a dû déménager après avoir perdu sa maison de banlieue. La première victime de Robinson durant cette période est Beverly Bonner, une bibliothécaire de prison, que Robinson a séduite et convaincue de quitter son mari. Après leur divorce, Robinson l’a fait déménager à Olathe, en lui promettant de lui donner un emploi dans l’une de ses entreprises. Elle a disparu presque immédiatement, mais pas avant d’avoir cédé ses chèques de pension alimentaire à Robinson. Robinson a continué à encaisser les chèques de Bonner et, lorsque son ancien mari l’a interrogé, il lui a dit qu’elle était partie en Australie.

En 1994, il est entré en contact avec une femme nommée Sheila Faith sur un site de réseau social. La fille de Faith, Debbie, était confinée dans un fauteuil roulant. Promettant de lui donner du travail et de fournir des soins médicaux à sa fille, Robinson a convaincu Faith de déménager à Kansas City, où il a tué la mère et la fille et a commencé à encaisser les chèques de pension de Faith.

En 1997, Robinson a rencontré l’immigrée polonaise Izabela Lewicka sur un site de contact BDSM. Elle abandonne alors l’université et s’installe chez Robinson. Elle a ensuite accepté de devenir une soumise pour lui et de devenir stagiaire dans une entreprise d’édition inexistante qu’il lui a dit diriger. Elle a signé un contrat d’esclavage de 115 ans qui donnait à Robinson la possession de tous ses biens, y compris ses comptes bancaires. En 1999, Robinson a tué Lewicka.

La dernière victime connue de Robinson était Suzette Trouten, une autre soumise d’un site BDSM qui travaillait comme infirmière pendant la journée. Robinson l’a convaincue de travailler pour lui en tant qu’aide-soignante pour son père âgé. Après avoir accepté le travail, Trouten a déménagé au Kansas et a rapidement disparu. Pour étouffer l’affaire, Robinson a envoyé à sa mère plusieurs lettres dactylographiées, toutes rédigées avec une orthographe bien meilleure que celle que Trouten utilisait habituellement, et portant le cachet de la poste du Kansas.

La scène BDSM est devenue plus courante et populaire avec l’essor rapide d’Internet, où Robinson avait l’habitude de s’en prendre à ses victimes en utilisant un surnom sinistre de maître d’esclaves. Il n’y a rien de mal dans le BDSM consensuel en soi, mais parfois le consensuel peut aller à l’extrême.

Par exemple, Sharon Lopatka a passé plusieurs semaines à chercher sur Internet l’homme idéal pour organiser sa propre torture sexuelle et son meurtre. Elle a laissé une lettre de suicide à son mari :

Si mon corps n’est jamais retrouvé, ne t’inquiète pas, maintenant que je suis en paix.

Robinson a rencontré Izabel Lewicka sur Internet dans un salon de discussion BDSM en 1997, alors qu’elle était en première année à l’Université Purdue dans l’Indiana, et lui a proposé un emploi et une relation de bondage.

Elle a également signé un contrat d’esclavage de 115 articles qui donnait à Robinson un contrôle total sur tous les aspects de sa vie, y compris ses comptes bancaires. Avant cela, Robinson a retenu Lewicka dans un appartement à Kansas City où ils se livraient régulièrement à des rapports sexuels BDSM et il l’a photographiée nue en état de servitude, le tout en accord avec le « contrat ».

[spoiler title= »Attention Contenu Choquant »] Izabel Lewicka : Une des photos que la police a trouvé dans la possession de Robinson
Izabel Lewicka : Une des photos que la police a trouvé dans la possession de Robinson.
[/spoiler]

Au cours de l’été 1999, Lewicka a disparu. Lorsque Robinson a été interrogé sur sa disparition, il a déclaré que la jeune fille avait été surprise en train de fumer de la marijuana avec son petit ami et qu’elle avait été expulsée des États-Unis vers son pays d’origine.

Image with no description

Robinson a eu plusieurs relations avec des femmes qui ont toutes mystérieusement disparu, puis ont envoyé des lettres d’Europe pour dire à leurs proches qu’elles allaient très bien. Certaines de ces lettres ont été postées par l’une des nombreuses petites amies de Robinson, à son insu, pour lui rendre service.

Robinson avec sa petite amie à l'époque.
Robinson avec sa petite amie à l’époque.

Ironiquement, Robinson a été arrêté en juin 2000 après qu’une femme a porté plainte contre lui pour avoir volé ses jouets sexuels.

Comme son nom apparaissait dans de plus en plus d’enquêtes sur des personnes disparues, Robinson avait attiré l’attention des autorités et l’accusation de vol a finalement donné aux enquêteurs une cause probable pour obtenir des mandats de perquisition pour ses propriétés. Le destin de Robinson était scellé.

L'esclavagiste : Un activiste de quartier.
L’esclavagiste : Un activiste de quartier.

En 1999, Robinson n’avait plus l’habitude de couvrir ses traces et avait attiré l’attention des autorités du Kansas et du Missouri en raison de tous les rapports de personnes disparues qui étaient liés à lui d’une manière ou d’une autre. Pendant quelques semaines après avoir tué Suzette Trouten, il a détourné son compte de messagerie électronique et est resté en contact avec certains de ses amis en ligne pour faire croire qu’elle était en vie, bien que le bluff ne soit pas difficile à percer. L’une de ces amies, une femme nommée Lore, a commencé à enquêter sur Robinson, qui se faisait appeler « J.R. Turner » dans ses communications avec elles. Il a également entamé une relation en ligne avec une psychiatre licenciée nommée Vickie, qui aurait très bien pu devenir sa prochaine victime. À cette époque, les autorités enquêtent sur Robinson. Au printemps 2000, Robinson a viré de l’argent à Vickie et a organisé un rendez-vous avec elle dans un motel d’Overland Park. En planque dans la chambre voisine, les agents des forces de l’ordre ont entendu Robinson la forcer à avoir des rapports sexuels plus violents que ceux auxquels Vickie avait consenti (bien qu’ils ne sachent pas à quel point elle était maltraitée à l’époque), ce qui le rend coupable de violences sexuelles. Après avoir terminé, Robinson l’a laissée seule dans la chambre pendant des jours. Il l’a ensuite renvoyée au Texas, en gardant les 700 dollars de jouets sexuels qu’elle avait apportés avec elle. Peu de temps après, Robinson a répété le processus avec Jeanna, une comptable texane au chômage, et l’a également abandonnée. Par peur, elle a contacté la police.

Lorsque Vickie s’est également manifestée et que les 30 hommes de l’équipe spéciale de Robinson ont découvert qu’il avait séduit une femme du Tennessee et l’avait convaincue de venir le voir et d’amener sa fille de 8 ans et l’acte dans sa voiture, ils ont obtenu un mandat d’arrêt. Le 2 juin 2000, ils ont perquisitionné son mobile home et ont trouvé cinq barils de produits chimiques, chacun contenant une des victimes de Robinson. Bien que les corps de Lisa Stasi et de Paula Godfrey n’aient jamais été retrouvés, les autorités ont trouvé des preuves reliant Robinson à ces deux victimes, ainsi que la preuve qu’il avait vendu la fille de Stasi à son frère. Elles ont également trouvé du sang dans l’appartement où Lewicka avait séjourné alors qu’elle entretenait une relation d’esclavage avec Robinson. Il est accusé des meurtres de Trouten, Lewicka et Stasi, dont les deux premiers sont passibles de la peine de mort, et de l’enlèvement du bébé de Stasi, ainsi que de dizaines d’accusations de fraude et de falsification. Il a finalement été reconnu coupable et condamné à mort ainsi qu’à la prison à vie pour le meurtre de Stasi. Par la suite, il a avoué ses cinq autres meurtres. Il est actuellement dans le couloir de la mort au centre correctionnel d’El Dorado, au Kansas, en attendant l’exécution de sa peine. En 2005, sa femme a finalement demandé le divorce. Les autorités ont essayé de lui faire révéler l’emplacement des corps de Stasi, Clampitt et Godfrey, mais sans succès.

Sur ses terres agricoles du Kansas, les enquêteurs ont trouvé les corps d'Izabela Lewicka et de Suzette Trouten dans deux barils métalliques de 55 gallons.
Sur ses terres agricoles du Kansas, les enquêteurs ont trouvé les corps d’Izabela Lewicka et de Suzette Trouten dans deux barils métalliques de 55 gallons.

De l’autre côté de la frontière de l’État du Missouri, dans une installation de stockage, trois fûts chimiques similaires ont été trouvés. A l’intérieur des fûts gisaient les corps en décomposition de Beverly Bonner, Sheila Faith, et sa fille Debbie Faith.

Coupable: John Edward Robinson.
Coupable: John Edward Robinson.

Modus Operandi

À l’aide de ruses élaborées, telles que la promesse d’un travail bien rémunéré, Robinson ciblait des femmes d’âges différents ; au cours de ses meurtres postérieurs à 1993, il utilisait Internet pour ce faire. Après les avoir convaincues de lui remettre de l’argent ou d’autres biens, il les tuait d’un ou deux coups à la tête à l’aide d’une arme contondante, comme un marteau. Pour les cinq dernières victimes, il se débarrassait de leurs corps en les fourrant dans des barils de produits chimiques. On ignore comment il s’est débarrassé des trois premières victimes, car aucun de leurs corps n’a jamais été retrouvé.

À 72 ans, le tueur en série Robinson se trouve actuellement dans le couloir de la mort et pourrait devenir le premier condamné exécuté par injection létale dans cet État du Kansas.

Image with no description

Tiffany, qui a maintenant 16 ans et s’appelle Heather, vit toujours avec Don et Helen Robinson.

Victimes connues

  • Date non précisée : Une famille non identifiée (arnaquée pour investir 25 000 $ dans son entreprise).
  • Été 1982 : Un homme non identifié (le mari de sa maîtresse ; a seulement été agressé)
  • Septembre 1984 (disparu) : Paula Godfrey, 19 ans (son corps n’a jamais été retrouvé)
  • 10 janvier 1985 : Lisa Stasi, 19 ans (tuée pour sa fille ; son corps n’a jamais été retrouvé)
  • Tiffany Stasi, 4 mois (fille de Lisa ; enlevée ; a été remise au frère de Robinson)
  • 15 juin 1987 (disparu) : Catherine Clampitt, 27 ans (son corps n’a jamais été retrouvé)
  • 1994 : janvier (disparue) : Beverly Bonner, 49 ans (tuée pour ses chèques de pension alimentaire)
  • Été : Sheila Faith et sa fille Debbie (toutes deux tuées pour les chèques d’invalidité de Sheila)
  • Sheila Faith, 45 ans, Debbie Faith, 15 ans
  • Été 1999 (disparue) : Izabela Lewicka, 21 ans
  • 2000 : Mars (disparue) : Suzette Trouten, 27 ans
  • Printemps : Vickie (nom de famille non précisé , forcée à avoir des rapports sexuels brutaux et volée, mais pas tuée)
  • Date non précisée : Jeanna (nom de famille non précisé , forcée à avoir des rapports sexuels brutaux et volée, mais pas tuée)

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings