Affaire Robert Boulin – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Affaire Robert Boulin

L’affaire Robert Boulin est le nom de l’information judiciaire diligentée à la suite de la mort suspecte de Robert Boulin, alors ministre du Travail en exercice du gouvernement français. Le corps du ministre est découvert le 30 octobre 1979 dans l’étang Rompu de la forêt de Rambouillet à Saint-Léger-en-Yvelines.

L’information judiciaire conclut en 1991 à un suicide dû à une transaction immobilière « irrégulière ». La famille de Robert Boulin, notamment sa fille Fabienne Boulin-Burgeat, est convaincue que son père a été assassiné. Son combat est relayé d’abord par de nombreux journalistes, puis repris, dans les années 2010, par des personnalités du monde artistique réunies autour de Pierre Aknine pour le téléfilm Crime d’État, qui montre que le Service d’action civique (SAC) d’Achille Peretti, Charles Pasqua et Jacques Foccart a commandité l’assassinat dans la crainte que Robert Boulin ne dévoile le réseau de fausses factures participant au financement du RPR.

À la suite de plusieurs nouveaux témoignages, l’enquête judiciaire est réouverte pour « arrestation, enlèvement et séquestration suivis de mort ou assassinat » le , quelques semaines après la mort de Charles Pasqua.

Quel était le contexte de sa mort ?

A l’époque, Robert Boulin était pressenti pour succéder à Raymond Barre à Matignon. Quelques semaines avant que son corps soit découvert, il avait été mis en cause dans une affaire – dite « de Ramatuelle » – d’acquisition irrégulière d’un terrain dans le Var. Il faisait l’objet d’une virulente campagne de dénigrement, relayée par la presse.

Son suicide a été attribué à une dépression due à cette affaire. Blanchi après sa mort, Robert Boulin, pour répondre à ces accusations, aurait constitué des « dossiers » sur des affaires troubles de son parti, le RPR, qui aurait orchestré les révélations à son encontre dans la presse. Il s’apprêtait à les poster avant d’être retrouvé mort.

Pourquoi sa mort pose-t-elle question ?

  • Une première autopsie contestable

Lors de la première autopsie, le procureur avait donné l’ordre aux médecins légistes de ne pas ouvrir le crâne – qui présentait pourtant des traces de coups –, avançant le refus de la famille, qui n’a pourtant jamais formulé son opposition.

En 1983, une seconde autopsie révèle des fractures au visage non mentionnées par la première, ainsi que des soins d’embaumement que la famille n’avait pas autorisés.

Par ailleurs, malgré la thèse péremptoire de la noyade dans l’étang Rompu, aucune analyse n’a été faite du contenu des poumons de Robert Boulin ; analyses qui auraient permis d’attester de la présence ou non d’eau de l’étang.

  • Disparitions de pièces cruciales du dossier

La famille avait porté plainte en 1988 pour destruction de preuves alors que les poumons de la victime, censés être sous scellés à l’institut médico-légal, avaient disparu, tout comme d’autres organes et les analyses sanguines (qui ne révélaient aucune trace de barbituriques).

Par ailleurs, la veille de sa disparition, Robert Boulin avait quitté son domicile en emportant des dossiers qui n’ont jamais été retrouvés, pas plus que la demi-douzaine d’enveloppes à en-tête du ministère du travail qu’un postier de Montfort- l’Amaury, dernier endroit où a été vu Robert Boulin, avait relevées ce jour-là.

  • Des incohérences dans l’explication de sa mort

La reconstitution n’a jamais eu lieu, et la chronologie paraît « troublante » à la fille de la victime. Le corps a été découvert à 8 h 40 le 30 octobre, alors que le premier ministre de l’époque, Raymond Barre, a écrit avoir été averti de la mort de son ministre à 3 heures du matin.

A 9 h 45, l’Agence France-Presse officialise son « suicide » après « l’absorption de barbituriques » alors qu’aucune enquête n’a été diligentée.

En outre, M. Boulin a été déclaré noyé dans l’étang Rompu, alors que son pantalon et ses chaussures ne portaient pas de traces de vase, et qu’il avait la bouche fermée lorsqu’il a été retrouvé.

Plus troublant encore, en 1988, il a été démontré que le corps avait été déplacé après sa mort.

Des documents « secret défense » sur la mort de Robert Boulin pourraient bientôt être déclassifiés, à la demande du juge qui instruit cette affaire.

Le feu vert des ministres de l’Intérieur et de la Défense

D’après les informations recueillies par Benoît Collombat, journaliste à Radio France pour l’émission Secrets d’Info, le juge qui instruit l’affaire a demandé aux ministres de l’Intérieur et de la Défense de sortir de leurs archives tout ce qui concerne la mort de Robert Boulin. Une déclassification qui permettra peut-être d’en savoir plus, 37 ans après la mort de l’ancien ministre.

Fabienne Boulin, la fille de Robert Boulin, est convaincue que les services secrets français détiennent des éléments sur la mort suspecte de son père. C’est la raison pour laquelle, le juge Etienne Lesaux,  le magistrat qui a repris l’enquête, a officiellement sollicité les deux ministères. Le 20 décembre 2016, Bruno Le Roux, ministre de l’Intérieur, a donné son feu vert à la transmission de documents, tout comme la Division des affaires pénales militaires, le 6 janvier dernier.

Source : wikipedia , http://www.francetvinfo.fr , http://www.lemonde.fr

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings