L’étrange hantise du manoir Ballechin – Le Blog De L'Etrange
Paranormal

L’étrange hantise du manoir Ballechin

Une hantise bizarre d’un manoir des Highlands dans le Perthshire, en Écosse, qui aurait été causée par le souhait du propriétaire de la maison de revenir à la vie dans le corps d’un de ses chiens. Des hantises ont été signalées dans la maison pendant plus de deux décennies, jusqu’à ce qu’elles apparaissent au grand jour en 1897. Le manoir Ballechin a été construit en 1806 sur une propriété qui, depuis le XVIe siècle, appartenait à la famille Steuart, descendante du roi Robert II d’Écosse. Le manoir a remplacé un manoir plus ancien qui a été démoli.

En 1834, la propriété a été héritée par le major Robert Steuart à la mort de son père. Steuart, qui était affecté à l’armée de la Compagnie des Indes orientales et vivait en Inde, louait la maison à des locataires. En 1850, il prit sa retraite après un service de 25 ans et revint au domaine écossais. Il a vécu dans un cottage pendant plusieurs années, jusqu’à ce que la maison principale soit libérée de ses locataires.

Le Major, comme on l’appelait, boitait beaucoup et était connu comme un personnage local et excentrique. Il avait de nombreux chiens. Pendant son séjour en Inde, il était devenu un croyant de la réincarnation et de la transmigration, la capacité de l’âme à habiter des corps non humains. Son souhait était qu’à sa mort, son esprit revienne occuper le corps de son épagneul noir préféré.

Le Major n’était pas marié et pendant 26 ans, il a vécu seul au manoir Ballechin , à l’exception de la compagnie de sa jeune gouvernante, Sarah, qui est morte soudainement et mystérieusement à l’âge de 27 ans en 1873. Sa seule famille se composait de deux frères et de six sœurs, dont l’une, Isabella, devint religieuse. Isabella prit le nom de Frances Helen et vécut dans un couvent jusqu’à sa mort en 1880. Dans un testament rédigé en 1853, le Major a laissé la maison aux cinq enfants de sa sœur mariée, Mary.

Le fils aîné meurt sans héritier et le Major exclut plus tard les trois plus jeunes enfants dans un codicille au testament. À la mort du Major en 1876, le deuxième fils de Mary, John, marié et père de plusieurs enfants, hérite du domaine. La famille abhorre l’idée que le Major revienne à la vie dans l’un de ses chiens, aussi absurde soit-elle, et ordonne de les abattre tous.

Plus tard, on a avancé la théorie selon laquelle le Major aurait été contraint de rester un esprit désincarné, et qu’il hanterait la maison pour protester. Le Major a été enterré à côté de la jeune Sarah. Presque immédiatement après sa mort, des phénomènes étranges ont commencé, notamment des rappings et des coups, des sons comme des explosions et le bruit de personnes qui se disputent. Un jour, la femme de John se trouvait dans le bureau du major lorsqu’elle a senti une forte odeur de chien. Elle s’est également sentie poussée par un chien invisible. Ces événements et d’autres étaient si effrayants que les domestiques et les gouvernantes ne voulaient pas rester dans la maison.

Des spéculations ont été faites sur la relation entre le Major et Sarah. Celle-ci était morte dans la chambre principale, qui devint la pièce la plus hantée de la maison, et on disait que le fantôme du Major pouvait souvent être entendu boitant autour du lit. Bien que les John Steuart aient réussi à vivre au domaine pendant 21 ans, John a été contraint de construire une nouvelle aile, Ballechin House 37, en 1883, pour que ses enfants puissent y vivre, en dehors de la zone hantée. Il a permis que le cottage où le Major avait vécu soit utilisé comme retraite par des religieuses.

Un matin de 1895, John parlait au téléphone avec son agent avant de partir à Londres pour des affaires familiales. Leur conversation est interrompue par trois coups forts et violents. Plus tard dans la journée, John a été mortellement heurté par un taxi dans une rue animée de Londres. Les personnes croyant aux fantômes ont pris les coups comme un avertissement de malheur. À cette époque, le manoir Ballanchin avait acquis la réputation d’une maison hantée, car des histoires effrayantes racontées par d’anciens clients circulaient dans la communauté.

En 1892, le père Hayden, un prêtre jésuite, y a dormi dans deux chambres différentes après avoir entendu des bruits forts composés de sons ressemblant à des animaux, de raps et de cris. L’année suivante, Hayden a rencontré une femme qui avait été gouvernante dans la maison pendant 12 ans, mais qui était partie à cause des bruits étranges entendus dans les deux mêmes chambres. En 1896, une famille a loué la maison pour un an, mais est partie après seulement 11 semaines. Les membres de la famille ont déclaré avoir été terrorisés par une activité poltergeist qui comprenait des cliquetis inexplicables, des coups, des bruits sourds, des bruits de pas, des draps tirés des lits par des mains invisibles, des bruissements, des gémissements, une respiration lourde, un froid glacial et même deux apparitions – l’une sous la forme d’un brouillard indéterminé et l’autre sous la forme d’un homme.

Lord Bute, un chasseur de fantômes passionné de l’époque, accepte de parrainer une enquête. Il loua la maison pour deux enquêteurs, le colonel Lemesurier Taylor et Miss A. Goodrich-Freer. Le premier matin, les enquêteurs ont entendu des cliquetis répétés à deux heures d’intervalle, des voix, des bruits de pas, des traînées et des bruits de pas, des bruits forts, des bruits sourds et des coups. Les enquêteurs ont invité 35 personnes à séjourner dans la maison, qui n’étaient pas au courant de la réputation de la maison.

Le Marquis de Bute et Miss Goodrich-Speer
Le Marquis de Bute et Miss Goodrich-Speer

Les invités rapportent de nombreuses activités surnaturelles, notamment d’étranges rappels et coups, le son de quelqu’un lisant à haute voix à la manière d’un prêtre dans son bureau, un bossu spectral vu en train de monter les escaliers, l’apparition d’un épagneul noir, et des queues de chiens fantômes entendues frappant des portes et d’autres objets. Goodrich-Freer, qui avait amené son propre chien avec elle, fut réveillée une nuit par ses gémissements. En suivant son regard, elle a vu deux pattes de chien désincarnées sur la table à côté du lit. Un invité aurait vu une main détachée en l’air au pied de son lit, tenant un crucifix.

Une femme de chambre a vu la moitié supérieure d’une silhouette de femme portant un châle gris, apparemment suspendue dans l’air. Les enquêteurs ont mené des séances avec une planche Ouija et ont également reçu des messages d’écriture automatique. L’un d’eux leur demandait de se rendre dans un vallon voisin à la tombée de la nuit. Ce faisant, Mme Goodrich-Freer a vu une silhouette habillée en nonne se déplacer lentement dans le vallon, puis disparaître sous un arbre. Elle a vu la même silhouette d’autres fois, pleurant ou parlant. D’autres rapports décrivent la silhouette comme une jeune femme au visage pâle, aux cheveux longs et portant une capuche, et qui disparaissait rapidement à l’approche des gens.

Certaines personnes ont supposé que la silhouette était celle d’Isabella, qui, pour une raison inconnue, pleurait dans le vallon couvert de neige. Le récit complet de l’expérience a été rapporté dans le journal The Times et a été consigné dans un livre, The Alleged Haunting of B-House, publié en 1899. Cependant, la famille Steuart s’est tellement opposée à cette publicité que tous les noms propres ont dû être exclus de l’histoire. Il en résulta que les hantises durent être signalées comme « présumées » et que l’histoire complète n’obtint jamais la crédibilité d’une véritable hantise.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings