L’affaire non résolue du Monstre de Florence – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

L’affaire non résolue du Monstre de Florence

Mostro di Firenze

Scène de crime - Un des nombreux meurtres des monstres
Scène de crime – Un des nombreux meurtres des monstres

Serial Killer

Le Monstre de Florence ( Mostro di Firenze ) est le nom donné au tueur en série qui a assassiné 16 personnes, dont sept jeunes couples, dans la campagne florentine entre 1968 et 1985. Sa méthode consistait à s’approcher furtivement des gens qui s’embrassaient dans des voitures garées et à les tuer. La même arme (identifiée comme étant un pistolet Beretta de calibre 22 chargé de balles Winchester série H) a été utilisée pour tous les meurtres. Il mutilait aussi généralement ses victimes féminines, leur coupant parfois les organes sexuels. Étrangement, le tueur de Florence avait de très longues pauses entre les attaques, généralement un an et dans un cas presque 7 ans. L’identité du tueur n’a jamais été découverte, mais 4 arrestations ont suivi.

L’affaire est considérée comme l’un des mystères les plus déroutants de la criminologie, l’enquête ayant duré plus de 40 ans. Malgré le fait que les autorités italiennes aient sollicité l’aide d’enquêteurs experts, de criminologues, de psychologues et de sociologues du monde entier, l’affaire est restée une énigme sans solution.

Bien qu’il y ait eu des procès dans l’affaire du Monstre de Florence, et que deux hommes aient été envoyés en prison, le Mostro di Firenze (Monstre de Florence) est toujours considéré comme une affaire Non résolue.

Un aperçu de l’affaire

Scène de crime en 1974
Scène de crime en 1974

Le modus operandi du monstre était toujours le même. Ses victimes étaient toutes des couples qui se trouvaient seuls – généralement dans une voiture garée – dans des zones rurales isolées, la nuit.L’agresseur attendait que le couple commence à avoir des relations intimes, afin que leurs défenses soient baissées et qu’ils aient moins de chances de remarquer ce qui se passe à l’extérieur de la voiture.

Le monstre sortait alors de l’obscurité et tendait une embuscade à l’homme et à la femme, les abattant tous deux avec un fusil, puis achevant son œuvre avec un couteau.

Le crime se termine par l’exécution du « rituel » de l’agresseur, qui consiste à défigurer le corps de la victime à l’aide d’un couteau.

Les crimes ont eu lieu par des nuits sans lune et un soir où la plupart des gens ne devaient pas travailler le lendemain, soit parce que c’était un week-end ou un jour férié.

L’agresseur changeait toujours de zone d’un crime à l’autre, prenant en embuscade des couples dans une partie complètement différente de la banlieue de Florence.

Le canon de l’arme

La plus grande pièce du puzzle dans l’affaire du Monstre de Florence est l’arme utilisée, qui était toujours la même – un pistolet Beretta de calibre 22 chargé de balles Winchester série H.

Un H embossé dans la balle
Un H embossé dans la balle

Comme nous le verrons, comprendre l’énigme du pistolet, c’est trouver la solution aux crimes.

Pourtant, personne n’a été capable de le faire.

Il était très facile d’identifier le fait que la même arme avait été utilisée pour tous les crimes car le percuteur laissait une marque particulière sur la douille des balles.

Ce percuteur défectueux, et le fait que le Monstre de Florence utilisait toujours les mêmes balles produites avant 1968 et portant un H en relief au dos, ont permis à la police de déterminer avec une certitude absolue que la même personne était responsable de tous les crimes.

Le Monstre de Florence intrigue les enquêteurs, les psychologues et les criminologues depuis des décennies car il s’agit de la seule affaire criminelle de ce type dans l’histoire de la criminologie.

Pourquoi le monstre de Florence est un cas unique.

« Ce cas est unique au monde, alors à qui pouvons-nous demander de l’aide ? », a déclaré Mauro Maurri, le médecin légiste qui a pratiqué l’autopsie de toutes les victimes.

Le sentiment de Maurri est confirmé par le criminologue italien Francesco de Fazio, qui a également dressé le profil du mystérieux tueur.

De Fazio rappelle que les crimes tels que ceux perpétrés par le Monstre de Florence ne ressemblent à aucun de ceux que l’on trouve dans toute la littérature criminologique : « Dans toutes les études de cas sur la criminologie, aucun cas ne peut être assimilé au Monstre de Florence. » »

Qu’est-ce qui rend ce tueur de calibre 22 unique ?

  • Le Modus Operandi adopté par le tueur. Le Monstre de Florence ne commet ses crimes que dans des zones rurales reculées, dans les nuits les plus sombres, en se cachant et en attendant patiemment le bon moment pour tendre une embuscade « éclair » aux jeunes couples.
  • Le tueur de Florence a des pauses très longues et peu communes entre les attaques, généralement un an et dans un cas jusqu’à 7 ans.
  • Le monstre n’a jamais eu d’activité sexuelle avec ses victimes, que ce soit avant ou après la mort. Il préfère même ne pas interagir avec le couple, le prenant en embuscade et le rendant inanimé en quelques secondes.
  • Le monstre de Florence n’agit pas par instinct ou par impulsion, mais planifie ses crimes avec soin et de manière rationnelle en choisissant des nuits avec peu de lumière lunaire, en attendant une situation optimale dans laquelle il trouve un couple seul dans une zone où il est certain qu’il n’y a pas de voyeurs cachés.

Le mystère du Monstre de Florence est d’autant plus intriguant que ces crimes ont eu lieu dans la banlieue de Florence.

Pia Rontini et Claudio Stefanacci, deux des jeunes victimes du maniaque.
Pia Rontini et Claudio Stefanacci, deux des jeunes victimes du maniaque.

La campagne florentine est célèbre dans le monde entier pour la grâce de ses collines et l’harmonie parfaite de ses cyprès et de ses oliviers.

Les touristes viennent par milliers chaque année pour admirer les jaunes et rouges éclatants des champs de tournesols et de coquelicots, les mêmes champs que les jeunes couples choisissaient pour passer du temps seuls ensemble à la recherche d’intimité et de romance.

C’est ce contraste entre ce que Paolo Cochi – réalisateur d’un documentaire sur l’affaire – appelle un mélange « d’amour et de mort » qui rend cette affaire non seulement unique, mais aussi typiquement italienne.

Une affaire  » ouverte et fermée  » ?

Avant de parler du mystère du monstre de Florence et de l’énigme du pistolet, nous devons d’abord parler d’un crime « résolu », un crime de possession, de passion et de jalousie qui a eu lieu bien avant que Florence ne rencontre son célèbre monstre.

  • 21 août 1968

Barbara Locci et Antonio Lo Bianco

Un mercredi soir, vers minuit, le 21 août 1968, deux amoureux passent du temps seuls ensemble dans une voiture garée dans une zone boisée de Lastra a Signa, une petite ville de la banlieue de Florence.

La femme est Barbara Locci, 31 ans, et l’homme est Antonio Lo Bianco, 29 ans. Ils sont tous deux mariés, mais à d’autres personnes.

Sur le siège arrière de la voiture, le fils de la femme, Natalino, âgé de 6 ans, dort.

Une personne (ou plusieurs personnes ?) sort des buissons sombres et se faufile jusqu’à la voiture. Avant que les deux amoureux ne puissent réaliser le danger qu’ils courent, ils sont tous deux abattus sur place.

Natalino Mele au poste de police en 1968, la nuit où sa mère a été tuée.
Natalino Mele au poste de police en 1968, la nuit où sa mère a été tuée.
À deux heures du matin, Natalino, six ans, sonne à la porte d’une maison située à environ un kilomètre du lieu du crime.

Le propriétaire – certainement surpris d’avoir un invité inattendu à cette heure – regarde par la fenêtre et voit un jeune garçon sans chaussures qui se tient seul devant sa porte.

 »Laissez-moi entrer, je suis fatigué et mon père est malade à la maison, puis vous devez me ramener à la maison parce que ma maman et mon oncle (Ed. en Italie, il est courant que les enfants appellent les amis de leurs parents « tante » et « oncle ») sont tous deux morts dans la voiture ».

Le garçon racontera plus tard comment, après la fusillade, un homme l’a pris sur ses épaules et l’a porté jusqu’à cette maison située à environ un kilomètre de là, en lui chantant une chanson populaire en chemin.

L’homme a sonné à la porte (Natalino était trop petit pour l’atteindre) et l’a ensuite laissé seul à la porte d’entrée.

Scène de crime de 1968 à Lastra a Signa
Scène de crime de 1968 à Lastra a Signa

Le crime est considéré comme un « cas ouvert et fermé » et est résolu assez rapidement.

La femme était l’épouse de Stefano Mele, un homme beaucoup plus âgé et considéré comme mentalement lent. Elle était également l’amante de plusieurs autres hommes, dont trois frères, les Vinci, qui faisaient partie d’un groupe de Sardes ayant émigré en Toscane et vivant et travaillant à Florence et dans ses environs.

Giovanni, Salvatore et Francesco Vinci, ouvriers et petits délinquants, ont tous été les amants de Barbara Locci à un moment donné, Salvatore ayant même emménagé dans la maison de Locci et Mele pendant une longue période.

Le mari, Stefano Mele, a été reconnu coupable du crime.

Les preuves contre lui étaient :

  • Un test au gant de paraffine qui s’est avéré positif, montrant qu’il avait récemment tiré avec une arme à feu.
  • L’homme a également avoué, mais s’est ensuite rétracté, puis a avoué à nouveau, tout en accusant les frères Vinci d’être également impliqués, mais a finalement admis avoir commis les meurtres lui-même.
  • Selon la police, il avait un mobile, sa femme le trahissait avec plusieurs autres hommes et il en avait probablement juste marre.
  • Il était soi-disant chez lui « malade au lit » lorsque le crime a été commis, ce qui ne constitue pas un alibi très convaincant.

Natalino aussi a raconté plusieurs versions différentes des faits :

  • Il a d’abord dit que son père était présent lors de la fusillade, ainsi que d’autres hommes, dont un nommé « Salvatore » (probablement une référence au frère Vinci). Plus tard, il a dit qu’il n’avait pas vu son père là-bas, en fait, il n’avait vu personne qu’il reconnaissait.
  • Il a d’abord dit qu’il était arrivé à la maison située à un kilomètre de là en étant porté sur les épaules d’un homme pendant que cette personne anonyme lui chantait une chanson populaire pour le mettre à l’aise. Plus tard, il a changé son histoire en disant qu’il avait marché jusqu’à la maison tout seul (bien qu’il n’avait pas de chaussures et qu’il faisait nuit noire dans les bois).

Bien qu’il ait accusé les frères Vinci à plusieurs reprises et que son fils Natalino ait changé d’histoire, Mele – le mari cocu – a été condamné et envoyé en prison pour 14 ans.

Mele a été condamné à une peine légère car il souffrait d’une « infirmité de l’esprit » et était considéré comme souffrant de dysfonctionnements mentaux et intellectuels.

Stefano Mele, le mari cocufié et condamné
Stefano Mele, le mari cocufié et condamné

Et le pistolet ?

Mele a dit qu’il avait laissé tomber l’arme sur le lieu du crime, un fait que le garçon Natalino a également confirmé lors d’une de ses versions des faits.

Cependant, le Beretta de calibre 22 n’a jamais été retrouvé.

Ce crime de 1968 a été considéré comme une affaire simple : un simple crime passionnel où un homme trahi commet un meurtre de vendetta, le pain et le beurre de la police italienne en fait.

Affaire classée.

Avance rapide de 6 ans….

Le monstre de Florence arrive… Crimes et indices

  • Samedi soir 14 septembre 1974

Stefania Pettini et Pasquale Gentilcore
Stefania Pettini et Pasquale Gentilcore

Stefania Pettini, 18 ans, et Pasquale Gentilcore, 19 ans, s’étaient garés dans une campagne de la ville de Borgo San Lorenzo, dans la région du Mugello, juste à côté de Florence. Le couple était un « habitué » de cet endroit et s’y rendait depuis plus d’un an pour passer du temps seul à seul.

Leurs cadavres ont été retrouvés le lendemain matin, le garçon à l’intérieur de la voiture appuyé sur la portière du côté conducteur, Stefania sur l’herbe derrière le véhicule.

Le corps de Stefania a été retrouvé déshabillé et elle avait été poignardée juste en surface – pas de blessures profondes mais comme si elle avait été piquée – plus de 90 fois. Elle avait également été « violée » avec une branche fine d’olivier. L’auteur Magdalen Nabb, dans son roman « Le monstre de Florence » – une interprétation fictive de l’affaire – a vu dans cet acte un signe clair de l’impuissance du tueur : Il essaie de violer la fille, mais il ne peut pas, alors il la viole avec une vigne d’olivier à la place ».

Aucun argent n’avait été volé, le portefeuille de Gentilcore a été retrouvé dans la boîte à gants et le sac à main de Pettini a été retrouvé dans les bois à proximité avec son portefeuille et son contenu toujours là. Le tueur semble n’avoir pris que quelques bijoux simples que Stefania portait habituellement.

Le meurtre est resté non résolu.

Pour Florence, et même pour l’Italie, il s’agissait d’un événement unique, d’un meurtre inexplicable qui ne se répéterait probablement pas.

À l’époque, personne ne le savait, mais ce crime allait devenir connu comme le premier double meurtre commis par le Monstre de Florence.

  • Samedi soir 6 juin 1981

Carmela de Nuccio, 21 ans, et Giovanni Faggi, 30 ans, étaient garés sur un chemin de terre juste à l’extérieur de Florence, dans la région de Scandicci, à proximité d’une boîte de nuit populaire, le « Club Anastasia ».

Carmela de Nuccio et Giovanni Faggi
Carmela de Nuccio et Giovanni Faggi

Comme Stefania et Pasquale, le couple avait l’habitude de se rendre à cet endroit pour être seul ensemble.

Le lendemain matin, leurs corps ont été retrouvés, tous deux avaient été abattus et poignardés. Giovanni est resté à la place du conducteur, à moitié habillé. Carmela a été retrouvée à une vingtaine de mètres de la voiture, son jean avait été baissé et – chose choquante – son pubis avait été découpé et emporté.

Le contenu de son sac à main avait été vidé et éparpillé autour de la voiture, du côté du conducteur, mais le sac a été retrouvé fermé près de la voiture. L’argent dans le portefeuille de Giovanni n’avait pas été touché. Un lien a rapidement été établi avec le double meurtre non résolu de 1974.

Une vérification balistique a prouvé que le même pistolet, un Beretta 22 calibre long rifle, avait été utilisé avec les mêmes balles Winchester ayant la lettre ‘H’ embossée sur le dos de l’obus.

Ce crime a donné à la police quelques certitudes :

  • Le crime de 1974 n’était pas un incident isolé. Ils pourraient avoir un maniaque sur les bras
  • Le tueur était fort et robuste, puisque la femme n’avait pas été traînée mais soulevée et transportée hors de la voiture et en bas d’une colline où son corps a été retrouvé.

Ce double meurtre a conduit la police à suivre sa première ligne d’investigation sur le Monstre des crimes de Florence.

Les voyeurs

Florence est entourée de collines, de bois et de campagnes. Il suffit de rouler 15 minutes hors de la ville pour se retrouver dans un champ ou un bois désert.

Enzo Spalletti
Enzo Spalletti

Les Italiens ont tendance à vivre chez leurs parents jusqu’à ce qu’ils se marient, ce qui signifie que les couples n’ont pas beaucoup d’intimité pour être seuls ensemble. Faire l’amour dans les voitures était courant et les couples avaient l’habitude de se garer dans des endroits isolés la nuit (de nos jours, ce n’est plus le cas, bien que le mdf soit « inactif » depuis 1985, son influence est encore fortement ressentie et le sera probablement toujours).Cette coutume apparemment romantique s’accompagnait d’une sous-culture beaucoup plus malsaine qui était sur le point d’être révélée publiquement par l’enquête sur le Monstre de Florence.Les voyants, les voyeurs, les badauds cachés derrière les buissons remplissaient aussi la campagne autour de Florence, cherchant des sensations fortes en espionnant les jeunes amoureux.La plupart des voyeurs se rendaient dans les bois avec de simples jumelles, mais il n’était pas rare de trouver des voyeurs « professionnels » équipés des derniers appareils de vision nocturne ainsi que de caméras pour prendre des photos et filmer les amoureux inconscients.

Aussi insignifiants soient-ils, ces voyeurs – pensait la police – pourraient certainement s’avérer utiles.

Si ces personnes arpentent les bois la nuit, espionnant les amoureux et prenant des photos, ces mêmes personnes pourraient très bien leur donner des pistes ou des conseils sur tout homme inconnu ou suspect rôdant dans les bois.

Et il s’est avéré qu’un voyeur avait bel et bien vu quelque chose. Il s’appelait Enzo Spalletti et on l’a entendu dire qu’il avait vu deux personnes mortes dans les bois. La police n’avait rien à dire et a sauté sur l’occasion d’avoir enfin une piste à suivre.

Spalletti, un mari et un père, a été placé en détention.

La principale raison de l’incarcération de Spalletti est sa réticence à parler de ce qu’il faisait dans les bois cette nuit-là. Des témoins ont confirmé avoir vu sa voiture garée juste à côté du lieu du crime, mais Spalletti a nié s’y trouver.

Il a été soupçonné d’être le monstre de Florence simplement parce qu’il semblait être au courant de la mort du couple avant qu’elle ne soit officiellement annoncée à la radio ou dans les journaux.

Aussi peu convaincant que soit ce « suspect » d’être le monstre de Florence, le simple fait que quelqu’un soit en garde à vue, soupçonné d’être le tueur, donne l’impression que des progrès ont été réalisés.

  • Jeudi soir 22 octobre 1981

Susanna Cambi, 24 ans, et Stefano Baldi, 26 ans, avaient garé leur voiture vers 22 heures sur une route de campagne à Calenzano, une zone rurale située juste à l’extérieur de Florence.

Ils n’étaient pas des habitués de cet endroit isolé, en fait, la police pense qu’ils s’y sont arrêtés sur un coup de tête, dans un désir soudain d’intimité.

Stefano Baldi et Susanna Cambi
Stefano Baldi et Susanna Cambi

Les corps du couple ont été retrouvés le lendemain matin. Cette fois, le jeune homme a été retrouvé à l’extérieur de la voiture, vêtu seulement d’une chemise et de sous-vêtements. La femme a été transportée dans un endroit proche et la partie intime de son corps a été massacré. Il est devenu clair à ce moment-là qu’il s’agissait d’un « rituel » que le tueur au calibre 22 avait l’intention d’accomplir à chaque fois.

Le contenu du sac de la femme avait été vidé et éparpillé autour de la voiture, mais le sac à main n’a pas été pris, pas plus que de l’argent ou un objet apparemment volé à l’une ou l’autre des victimes.

Ce double meurtre était considéré – à l’époque et encore aujourd’hui – comme une anomalie dans la série de meurtres attribués au Monstre de Florence :

  • Il a été commis un jeudi soir, alors que les meurtres précédents avaient eu lieu un samedi. On a pensé que le monstre préférait généralement agir la nuit du week-end car – aussi étrange que cela puisse paraître – il devait se lever pour travailler le lendemain. Il faut toutefois préciser que cette anomalie du jeudi soir ne contredit pas totalement la théorie du « meurtrier qui travaille » car le vendredi suivant la date du crime était une grève nationale du travail en Italie et la grande majorité des travailleurs ne se rendaient pas à leur travail le lendemain.
  • Les crimes précédents avaient tous été commis en été, alors que celui-ci était en automne. De nombreuses personnes pensent que le tueur a commis ce crime « hors saison » pour une raison spécifique : parce qu’Enzo Spalletti était en garde à vue pour avoir pu être le Monstre de Florence, et le tueur voulait dire haut et fort, « Vous avez le mauvais gars ».
  • Les crimes précédents avaient été commis par une nuit sans lune. Le maniaque avait bien planifié ses crimes, choisissant de n’agir que dans l’obscurité la plus totale, afin de mieux se cacher. C’est la seule fois où le monstre est parti à la recherche de victimes par une soirée où la lune était assez claire. Cela pourrait confirmer la théorie selon laquelle le meurtrier était impatient de passer à l’acte pour prouver que la police avait la mauvaise personne en garde à vue.
Empreinte de chaussure dans la boue sur la scène de crime
Empreinte de chaussure dans la boue sur la scène de crime

Ce crime d’automne a également permis à la police de disposer d’un indice, l’un des rares laissés par le monstre de Florence.

Une empreinte de chaussure, taille 44, trouvée dans la boue.

Cette empreinte de chaussure, bien qu’il soit impossible de l’attribuer avec une totale certitude au tueur, est considérée comme pouvant appartenir au monstre et confirme que la police recherche un individu grand et robuste.

Après ce crime, le voyeur en détention – Enzo Spalletti – a été libéré.

  • Samedi soir 19 juin 1982

Antonella Migliorini, 19 ans, et Paolo Mainardi, 22 ans, étaient garés au bord d’une rue provinciale, près de quelques buissons, à Baccaiano, au sud de Florence. La voiture était bien visible de la rue et, en fait, des amis du couple étaient passés devant et pouvaient clairement distinguer qui était dans la voiture.

Le couple avait choisi une zone un peu fréquentée où les voitures passent souvent, optant pour moins d’intimité car Antonella avait peur du monstre de Florence.

Ce double meurtre est unique pour deux raisons :

  • c’est la première fois que l’une des victimes a pu tenter de s’enfuir.
  • Après cet incident, les enquêteurs ont obtenu ce qui semblait être une très grosse piste dans l’affaire du Monstre de Florence.

Paolo Mainardi a fait une tentative très courageuse pour s’éloigner de l’agresseur. Il a réussi à mettre le contact et à démarrer la voiture.

Antonella Migliorini et Paolo Mainardi
Antonella Migliorini et Paolo Mainardi

Malheureusement, le véhicule était garé avec l’arrière dirigé vers la rue, ce qui signifiait qu’il fallait essayer de reculer en marche arrière, tout en se faisant tirer dessus.

L’autopsie a également montré que Paolo avait été touché par une balle alors qu’il tentait de s’enfuir, ce qui rendait sa tentative d’autant plus héroïque mais inévitablement vaine.

Mainardi a toutefois réussi à faire traverser la rue à la voiture, mais en marche arrière, ce qui a eu pour effet de bloquer les roues arrière dans un fossé et de rendre la voiture incapable d’avancer.

Le Monstre de Florence a alors – imperturbable – tiré sur les phares de la voiture pour que les lumières n’attirent pas l’attention. Paolo et Antonella ont tous deux été tués par balle, mais pas poignardés, et aucun rituel de défiguration n’a été pratiqué sur la femme, probablement parce que le tueur n’avait pas le temps et que la tournure imprévisible des événements l’a contraint à prendre la fuite rapidement.

Peu après, une voiture s’est arrêtée.

Voyant la voiture coincée dans le fossé, le conducteur a pensé que la voiture avait eu un accident et s’est arrêté pour l’aider. La police et l’ambulance ont été immédiatement appelées, et c’est la seule fois dans un meurtre de Monster de Florence où une victime a été emmenée à l’hôpital encore vivante.

Paolo respirait encore, mais il est mort peu après à l’hôpital.

Le procureur, Silvia della Monica, qui enquêtait sur l’affaire, a décidé de mettre en place une stratégie pour tenter d’amener le monstre à faire un faux pas.

Elle a fait écrire dans les journaux que Paolo, avant de mourir, avait été capable de dire quelques mots, une fausseté totale, mais qui, à l’époque, a été crue.

Mais le monstre de Florence ne s’est pas laissé prendre à ce stratagème, n’est-ce pas ?

Ce meurtre à Baccaiano a été un tournant dans l’enquête…

La coupure de presse

Peu après Baccaiano, une enveloppe est arrivée au poste des carabiniers, via Borgognissanti, au cœur de Florence.

A l’intérieur, une coupure de journal avec un article datant de l’été 1968 sur les deux amants qui avaient été abattus dans une voiture garée à Lastra a Signa – le crime pour lequel Stefano Mele avait été condamné.

Les fameuses balles de Mostro avec un H
Les fameuses balles de Mostro avec un H

Quelqu’un avait écrit au-dessus de la coupure : « Pourquoi ne pas réexaminer cette affaire ? ».

Et c’est ce que la police a fait.

Les douilles des balles du meurtre de 1968 étaient encore attachées à l’archive, et les tests balistiques ont rapidement prouvé que le même pistolet qui avait été utilisé en 1968 était celui-là même qui terrorisait les collines autour de Florence depuis 1974.

Les balles étaient les mêmes aussi, et pas seulement du même type, mais de la même boîte.

Mais si Stefano Mele avait été en prison, qui aurait pu commettre ces crimes avec la même arme ?

Ce qui semblait être un cas « ouvert et fermé » en 1968, avec un mari jaloux et une femme aux mœurs légères, a été examiné de plus près.

Les déclarations et accusations rétractées à l’encontre des frères sardes ont été prises plus au sérieux et reconsidérées.

La police a commencé à se demander si les événements avaient réellement évolué comme Stefano Mele et, dans une moindre mesure, son fils Natalino, âgé de six ans, l’avaient raconté.

Et si Stefano Mele n’avait été qu’un pion dans les machinations du clan sarde ?

Et si on lui avait fait porter le chapeau pour le meurtre de sa femme (probablement un meurtre planifié et exécuté par le clan lui-même avec Mele comme « bouc émissaire ») ?

Cela signifierait que l’un des Sardes pourrait très probablement encore avoir l’arme (rappelez-vous, elle n’a jamais été trouvée sur la scène du crime, même si Mele prétend l’avoir jetée par terre et l’avoir laissée là).

Francesco Vinci
Francesco Vinci
Salvatore Vinci
Salvatore Vinci

La police a estimé qu’elle avait enfin sa première piste concrète dans l’affaire du Monstre de Florence : ce clan de petits criminels de Sardaigne doit être impliqué.

La police commence à s’intéresser de plus près à tous les membres du clan sarde qui ont pu participer aux meurtres de 1968 ainsi qu’à leurs proches.

Les deux membres les plus suspects étaient Francesco Vinci et son frère aîné Salvatore.

Puis quelque chose de très étrange a été découvert.

Peu après les meurtres de Baccaiano (rappelez-vous que le procureur Silvia della Monica avait utilisé sa stratégie consistant à rapporter dans les journaux la fausse nouvelle que Mainardi avait dit quelques mots avant de mourir), la voiture de Francesco Vinci a été retrouvée dans le sud de la Toscane, cachée dans les bois.

Le monstre serait-il tombé dans le piège du procureur ?

Vinci avait-il peur que Mainardi ait reconnu le type de voiture qu’il conduisait, alors il a décidé de la cacher ?

Francesco Vinci a été placé en détention, soupçonné d’être le monstre de Florence.

  • Vendredi soir 9 septembre 1983

Uwe Rush et Horst Meyer
Uwe Rush et Horst Meyer

À Galluzzo, un quartier résidentiel de Florence, deux touristes allemands, Uwe Rush, 24 ans, et Horst Meyer, 24 ans, se détendent en écoutant de la musique et en lisant dans leur camping-car VW.

L’un des hommes est de petite taille et a de longs cheveux blonds, le genre de personne qui, au premier coup d’œil, pourrait être prise pour une femme.

Les coups de feu ont été tirés de l’extérieur de la camionnette à travers la fenêtre, qui a été brisée mais dont le verre n’est pas tombé sur le sol.

Le tueur, incapable de voir, a dû passer de l’autre côté, et a continué à tirer dans l’autre fenêtre, puis est entré dans le véhicule pour finir le travail, pour découvrir qu’il s’était attaqué à deux hommes, et qu’il n’y avait pas de femme sur laquelle accomplir son « rituel ».

Ce crime a donné à la police une autre preuve factuelle de l’identité du Monstre de Florence : sa taille.

Les fenêtres d’une camionnette sont beaucoup plus hautes que celles d’une voiture, et le trou de balle qui restait dans le panneau de verre brisé donnait une indication claire de la taille du meurtrier.

Au moins un mètre et 80 centimètres (environ 5 pieds 10).

Le camping-car VW dans lequel dormaient les touristes allemands.
Le camping-car VW dans lequel dormaient les touristes allemands.

De même que lorsque Enzo Spalletti était en garde à vue, maintenant que la police a arrêté Francesco Vinci, le monstre de Florence a de nouveau agi.Est-il possible que le meurtrier ait essayé d’interagir avec les autorités ?C’est ce qu’il semblait.Le monstre ne voulait pas que quelqu’un d’autre s’attribue le mérite de ses actions.

Le plomb sarde…

Salvatore Vinci, le "chef" des Sardes
Salvatore Vinci, le « chef » des Sardes

Cependant, Mario Rotella, le juge d’instruction chargé de l’affaire à l’époque, était absolument convaincu que la solution aux crimes se trouvait dans le clan sarde et le lien avec le double meurtre de Lastra a Signa en 1968.

Après avoir libéré Francesco Vinci (qui n’est manifestement pas le Monstre de Florence si, pendant sa détention, un autre meurtre a été commis), Salvatore Vinci, le frère aîné de Francesco, a été recueilli.

Giovanni Mele, le frère de Stefano Mele, et Piero Mucciarini, le beau-frère de Stefano Mele, ont également été interrogés.

Bien que ne faisant pas partie de la famille Vinci, ces hommes avaient également été mentionnés par Stefano Mele dans ses divagations incohérentes sur ce qui s’était passé cette nuit de 1968.

Giovanni Mele, à gauche, et Piero Mucciarini, à droite - 2 autres suspects
Giovanni Mele, à gauche, et Piero Mucciarini, à droite – 2 autres suspects

La police a estimé qu’il était très probable que ces membres de la famille Mele aient voulu que Barbara Locci soit « hors jeu ». La promiscuité de Locci et son habitude de changer d’amant d’une semaine à l’autre auraient été une source d’embarras pour le nom de leur famille – un motif parfait pour vouloir se débarrasser d’elle, selon la police.

Et, si Mele et Mucciarini étaient impliqués dans le crime de 1968, ils étaient également suspects de posséder l’arme du crime.

  • Nuit du dimanche 29 juillet 1984

Pia Rontini et Claudio Stefanacci

Pia Rontini, 18 ans, et Claudio Stefanacci, 21 ans, étaient garés à leur place habituelle dans une zone boisée de Vicchio, près de Florence.À 21 h 45, ils ont tous deux été abattus et poignardés à mort.

Le corps de Pia a été traîné dans une zone proche et le tueur a procédé à sa mutilation rituelle, en allant cette fois-ci plus loin.

Il a également coupé et enlevé le sein gauche de la fille.

De manière inhabituelle, l’assassin a laissé deux indices sur la scène du crime :

  • une empreinte de main sur le toit de la voiture, ce qui amène les enquêteurs à penser que le tueur tenait l’arme dans sa main droite et s’appuyait sur le toit de la voiture avec sa main gauche, ce qui fait de lui un droitier.
  • des marques de genoux sur le côté de la voiture, confirmant la taille du tueur à 1,80 – 1,85 mt.

Une fois de plus, le monstre de Florence a frappé alors que la police détenait des suspects en garde à vue.

Les enquêteurs n’ont eu d’autre choix que de libérer les Sardes.

Ce qui semblait initialement être une connexion certaine pour trouver la solution aux crimes s’avérait être une impasse.

  • Dimanche soir 8 septembre 1985

Jean Michel Kravechvili et Nadine Mauriot
Jean Michel Kravechvili et Nadine Mauriot

À via Scopeti, près de San Casciano, une ville située à l’extérieur de Florence, Nadine Mauriot, 36 ans, et Jean Michel Kravechvili, 25 ans, avaient monté une tente près de leur voiture, juste à côté d’une route principale, dans une clairière derrière quelques arbres.

Le couple était français.

Vous avez remarqué que 2 des 3 derniers couples victimes du Monstre de Florence (Mostro di Firenze) étaient étrangers ?

C’est un signe clair que les habitants de la région de Florence n’osent plus s’aventurer dans les zones isolées.

De pauvres touristes peu méfiants l’ont fait, malgré les panneaux d’avertissement et les avis de danger que la ville de Florence avait affichés dans toute la campagne et distribués régulièrement dans toute la ville.

La scène de crime en 1985 à Florence
La scène de crime en 1985 à Florence

Jean Michel était un homme jeune et fort qui était un sprinter entraîné. Lorsque le monstre a ouvert la façade de la tente et surpris le couple, le Français a réussi à s’échapper de la tente et à tenter de fuir pour sauver sa vie, n’ayant été touché que par une balle dans le bras.

Malheureusement, il a couru dans le mauvais sens…

Dans une direction, il serait rapidement arrivé dans la rue, mais la direction qu’il a prise signifiait se diriger vers les bois. Le tueur a réussi à le rattraper et l’a achevé avec son couteau.

Le Monstre est ensuite retourné dans la tente pour effectuer sa mutilation rituelle sur le corps de la femme.

Une autre enveloppe pour la police

Le lendemain, une enveloppe est arrivée pour Silvia Della Monica, le procureur qui avait joué le  » tour  » au Monstre en 1982.

L'enveloppe envoyée à la police par le Monstre
L’enveloppe envoyée à la police par le Monstre

L’adresse était écrite comme une demande de rançon, avec des lettres découpées dans un magazine, et il y avait une faute d’orthographe, avec le mot « Repubblica » mal orthographié, avec un seul « B ».

Cela a donné aux enquêteurs un autre petit élément d’information pour essayer de comprendre le type de personne auquel ils avaient affaire. Une personne non instruite qui ne savait pas comment épeler un mot très courant en italien.

L’enveloppe ne contenait cependant ni lettre ni message, mais un trophée macabre du monstre de Florence : un éclat de la poitrine de Nadine Mauriot. Le couple français Nadine et Jean a été la dernière victime de l’agresseur au calibre 22. À l’époque, les autorités ont pensé que cette enveloppe envoyée directement par le maniaque était un avertissement de crimes plus violents à venir.

Mais, avec le recul, aurait-il pu s’agir d’un mot d’adieu ?

Le monstre de Florence a-t-il commencé sa folie en 1968 ?

La plus grande énigme dans cette affaire est le pistolet Beretta de calibre 22.

Cette arme a été utilisée en 1968 pour ce qui était un crime motivé, exécuté par une ou des personnes qui connaissaient les victimes.

La même arme (et les mêmes balles) a ensuite été utilisée de 1974 à 1985 pour une série de meurtres en série perpétrés sans motif apparent sur des couples pris au hasard que l’agresseur ne connaissait pas, suivis d’un rituel tordu de défiguration de la victime féminine.

Il n’y a que deux possibilités :

  • l’arme était restée dans le clan sarde et c’est donc là que se trouvait le Monstre de Florence.
  • l’arme avait « changé de mains » et le maniaque de Florence n’avait rien à voir avec les Sardes.
Une carte des lieux et des victimes à partir de 1974
Une carte des lieux et des victimes à partir de 1974

Mais – et c’est la question à laquelle il est le plus difficile de répondre – même si nous émettons l’hypothèse que l’arme est passée de main en main et est devenue la possession d’un maniaque dérangé, POURQUOI cette personne a-t-elle décidé de commettre des crimes qui répètent la même situation que le « premier » double meurtre en 1968, un couple seul dans une région éloignée faisant l’amour ?

Rien de plus simple que l’explication selon laquelle le tueur en série a tout simplement commencé en 1968, et donc que Mele a été condamné à tort et que les Sardes ne sont pas impliqués.

Mais cela résiste-t-il à l’examen ?

Voici les principales raisons de croire que les crimes du Monstre de Florence ont commencé en 1968.

  1. Même arme et mêmes balles utilisées
  2. Même typologie de victimes, un jeune couple faisant l’amour dans une voiture dans une zone isolée.
  3. Même région, banlieue boisée autour de Florence.

Des raisons d’exclure que les meurtres de 1968 fassent partie de la série des monstres de Florence.

  1. Le fait que ce crime avait un motif clair et une longue série d’indices pointant vers un groupe spécifique de personnes, ce qui ne peut être dit pour aucun des autres crimes du Monstre de Florence.
  2. Aucun couteau utilisé
  3. Pas de mutilation de la femme
  4. Présence d’un tiers, le garçon de six ans qui a été sauvé et porté en sécurité pendant que son « sauveteur » lui chantait des chansons pour le rassurer, dans aucun autre crime le Monstre n’a agi avec un témoin à proximité.
  5. Le fait que le mari de la femme ait avoué ainsi qu’accusé plusieurs des amants de sa femme, s’il n’avait pas été impliqué du tout, pourquoi aurait-il avoué quoi que ce soit ou accusé qui que ce soit ?

En effet, il est très difficile de croire que le crime de 1968 faisait partie de la série de crimes perpétrés par le maniaque à Florence entre 1974 et 1985.

Par conséquent, toutes les questions relatives à l’arme demeurent : comment est-il passé entre les mains, à qui est-il destiné, et pourquoi le tueur a-t-il choisi de commettre des crimes « copycat (copie de crime) » ?

Profil du tueur

Pasquale Gentilcore, victime en 1974
Pasquale Gentilcore, victime en 1974

Les enquêteurs florentins ont fait établir un profil du Monstre de Florence pour tenter de mieux comprendre à qui ils avaient affaire et quel type de personne ils devaient rechercher.

Francesco de Fazio, expert criminologue et chef du département de médecine légale et de criminologie de Modène à l’époque, a fourni un profil présentant les caractéristiques suivantes.

  • un tueur solitaire, ne travaille pas avec d’autres personnes
  • est célibataire et n’a probablement pas de relations significatives avec des femmes, voire avec d’autres personnes.
  • est probablement impuissant car aucun acte sexuel n’a été commis sur les scènes de crime, et aussi parce que le tueur a offert un rameau d’olivier à sa première victime.
  • a environ 40 ans (en 1985)
  • probablement droitier
  • plus à l’aise avec un couteau qu’avec une arme à feu
  • est un meurtrier de désir (c’est-à-dire que tuer l’excite)
  • n’a pas d’emploi stable

Les enquêteurs de Florence ont également demandé l’aide du FBI aux États-Unis, ce qui a donné le profil suivant :

  • homme, environ 45 ans, vient de la zone des meurtres.
  • travailleur manuel
  • intelligence moyenne
  • célibataire, vit seul ou avec une personne âgée
  • vit près du lieu du premier meurtre
  • n’a pas de relations avec les femmes et souffre probablement d’un dysfonctionnement sexuel
  • peut consommer de l’alcool ou des drogues pour se motiver à commettre ses crimes.

A quoi ressemble le monstre de Florence ?

Trois portraits-robots ont été établis par la police.

Most seen sketch of the Mostro
Il s’agit de l’image la plus courante du Monstre de Florence.

Le croquis a été préparé juste après le crime en 1981.

Une personne circulant sur la même route de campagne que celle où les meurtres ont eu lieu a vu un homme solitaire et « légèrement fou » s’éloigner.

rarely seen sketch of a potential suspect
Un portrait-robot d’un homme vu dans un bar le jour du crime de 1984.

Les futures victimes s’étaient rendues au bar pour un goûter cet après-midi-là.

Cet homme étrange était assis au comptoir et prenait une boisson, mais il passait tout son temps à fixer la jeune fille.

Dès que le couple est parti, l’homme aussi s’est précipité comme pour les suivre.

Another police sketch of a possible Monster seen near the Scopeti
Ce croquis a été publié après le crime de 1985.

L’image est basée sur une description anonyme envoyée à la police.

Les Suspects

  • Stefano Mele (13 janvier 1919 – 16 février 1995)

Mari de la première victime féminine, Barbara Locci.

Condamné pour le premier double homicide

Il n’a pas mentionné la présence de Natalino dans sa confession.

Il a prétendu avoir jeté l’arme utilisée dans le meurtre dans un fossé d’irrigation, bien qu’elle n’ait jamais été retrouvée.

Il a été arrêté à nouveau sur de vagues soupçons pour le meurtre de 1985, mais il a été libéré.

Il a admis par la suite qu’il était homosexuel et a affirmé que Salvatore Vinci, avec qui il avait eu une relation sexuelle, l’avait fait chanter pour qu’il accepte sa peine de prison.

  • La famille Vinci :

    • Salvatore Vinci (Né le 1er décembre 1935)

Choix suspect du juge d’instruction Mario Rotella

Frère cadet

Amoureux de Barbara Locci

Parfois appelé le « meneur ». du premier double homicide

Il a violé sa femme Barbarina quand elle sortait avec un garçon du coin qu’il n’aimait pas. Il l’a épousée quand elle est tombée enceinte. Elle a été retrouvée morte dans sa chambre en 1961. À l’époque, la mort a été traitée comme un suicide car la chambre empestait le gaz et il y avait une bouteille de propane ouverte dans la chambre, bien qu’il y avait des contusions autour de son cou et des éraflures sur son visage. En outre, quelqu’un a sauvé le fils du couple, âgé d’un an, du gaz, mais n’a même pas vérifié l’état de la femme.

Vu pour la dernière fois en Espagne en 1995 et toujours vivant en 2002 selon un détective privé.

Localisation actuelle inconnue

    • Francesco Vinci (décédé le 7 août 1993)

Le plus jeune frère

Amoureux de Barbara Locci

Maçon

Connu pour ses compétences avec un couteau

Associé à des gangsters sardes

Effacé du dossier le 13 décembre 1989

Retrouvé torturé, mutilé, assassiné et incinéré dans sa voiture, avec un ami nommé Angelo Vargiu, le 7 août 1993.

Un berger nommé Giampaolo Pisu a été accusé de ce double homicide mais a été acquitté par la suite.

      • Giovanni Vinci

Frère aîné

Amoureux de Barbara Locci.

Né à Villacidro dans la province de Cagliari en Sardaigne, le premier des sept frères et sœurs Vinci,

Il vit à Villacidro jusqu’en 1952, date à laquelle un scandale familial d’inceste impliquant sa sœur Lucia l’amène à déménager à Lastra a Signa, en Toscane, en octobre.

Toujours impliqué dans des activités illégales, il a été condamné pour vol, violence privée, insultes et actes obscènes.

    • Antonio Vinci (Né le 15 décembre 1959)

Choix du suspect du journaliste criminel Mario Spezi

Nommé « Carlo » dans le livre de Spezi

Fils de Salvatore et Barbarina Vinci

Élevé par une tante en Sardaigne, après la mort de sa mère et le déménagement de son père à Florence.

S’est installé avec son père en 1970 mais a fugué en 1973, après plusieurs altercations, dont au moins une où il menaçait son père avec un couteau de plongée.

A été arrêté pour s’être introduit par effraction dans la maison de son père en 1974, mais aucun vol n’a été prouvé (Spezi spécule qu’il a volé l’arme à Salvatore)

A vécu en Sardaigne et au lac de Côme entre 1975 et 1980

Marié selon le rite catholique en 1982, il a obtenu l’annulation de son mariage en 1985, pour cause de non-consommation.

Arrêté pour possession illégale d’arme à feu en 1983, peu après le sixième double homicide, mais acquitté après s’être constitué son propre avocat.

Emprisonné pour tentative de vol en 1988

Travaille comme chauffeur à Florence

  • Enzo Spalletti (Né en 1945)

Peeping Tom actif dans la région, avec son ami et complice Fosco Fabbri

Sa voiture a été vue près du lieu des meurtres de Di Nuccio-Foggi le 6 juin 1981.

Il est rentré chez lui à 14 heures et a dit à sa femme et à deux clients du bar qu’il avait vu « deux personnes mortes assassinées », avant que les corps ne soient découverts le 7 juin.

Pendant son arrestation, sa femme et son frère ont reçu des appels anonymes leur disant de se calmer car Spaletti serait bientôt libéré ; L’interlocuteur a ajouté que Spalletti était en prison pour avoir été « un idiot ». et a dit qu’il avait lu les meurtres dans la presse avant que la nouvelle ne soit publiée.

Inculpé pour les meurtres mais libéré le lendemain de l’assassinat de Baldi et Cambi.

a dit aux avocats de Vanni et Lotti qu’ils étaient innocents et a suggéré que le Monstre était un officier de police

  • Mario Vanni (23 décembre 1927 – 12 avril 2009)

Surnommé « Torsolo » (littéralement « cœur de pomme », en raison de sa finesse)

Facteur à la retraite

Condamné pour avoir été le complice de Pacciani.

Le plus célèbre d’entre eux a prétendu au tribunal être un « ami piqueur ». de Pacciani, lorsque le procureur lui a demandé quelle était sa profession.

En effet, lors d’une déposition à la question : « Monsieur Vanni, quel travail faites-vous ? », faite par le Premier ministre Paolo Canessa il a répondu : « J’ai été faire des collations avec le « Pacciani non ? ».

Reconnu coupable de complicité avec Pacciani et condamné à la prison à vie en 2000, mais libéré pour raisons médicales en 2004.

Il est décédé le 13 avril 2009 et seules neuf personnes étaient présentes à ses funérailles dont Don Renzo qui lui a donné la bénédiction au cimetière.

  • Giancarlo Lotti (16 décembre 1940 – 30 mars 2002)

Surnommé « Katanga »

Vagabond et « idiot du village »

Alcoolique

A été un témoin secret, « Beta », dans le procès contre Pacciani.

A prétendu avoir assassiné Meyer et Rüsch lui-même, et avoir aidé Paccianni et Vanni dans d’autres meurtres.

Membre présumé d’un groupe occulte

Condamné à 30 ans de prison, mais libéré pour raisons médicales le 15 mars 2002.

Décédé d’un cancer du foie

On pense souvent qu’il a simulé ses aveux parce qu’il était sans abri et voulait aller en prison. Au moins un livre (La Verità sul Mostro di Firenze) avance la théorie selon laquelle il aurait été accidentellement témoin du meurtre de 1968 en faisant du voyeurisme et aurait volé l’arme après que Mele l’ait abandonnée, devenant ainsi le Monstre des années plus tard.

  • Pietro Pacciani (7 janvier 1925 – 22 février 1998)

Choix du suspect des inspecteurs en chef Ruggero Perugini et Michele Giuttari

Ouvrier agricole

Alcoolique

Ancien partisan de la Seconde Guerre mondiale

Hunter

J’ai aimé la taxidermie

Pas impuissant, mais sur-sexué.

Surnommé « Il Vampa » (« Le feu » ou « The Blaze ») pour son mauvais caractère et sa carrière de cracheur de feu dans les carnavals dans sa jeunesse.

Emprisonné entre 1974 et 1981 pour avoir violé ses filles ; emprisonné à nouveau entre 1987 et 1991 pour avoir battu sa femme et violé ses filles

En 1951, il a attaqué sa petite amie de seize ans et son amant alors qu’ils avaient une rencontre romantique dans les bois de Vicchio. Il a d’abord fait sortir l’amant de la voiture dans laquelle ils se trouvaient, l’a frappé à la tête avec une pierre et l’a poignardé à mort. Il a ensuite violé sa petite amie à côté de son cadavre, a transporté le cadavre jusqu’à un lac voisin et s’est livré à des actes de nécrophilie avec lui.

Aurait été membre d’un groupe occulte dont Giancarlo Lotti était également membre.

La dernière victime masculine connue du Monstre avait été un champion amateur du 100 mètres et a été poursuivie. 30 mètres avant d’être attrapé par le tueur et poignardé à mort. À l’époque, Pacciani avait 58 ans ; avait déjà eu une crise cardiaque ; a subi un pontage ; et avait un mauvais genou, une scoliose, un emphysème pulmonaire, une angine de poitrine, du diabète et de l’hypertension.

n’était que de 1,60 m. haut (5’25 » pieds), tandis que des preuves circonstancielles indiquent que le Monstre était de l’ordre de 1,80-1,85 m. (5’9″-6’07 » pieds)

Il a été reconnu coupable de toutes les fusillades attribuées au Monstre, à l’exception de la première, pour laquelle Stefano Mele avait été condamné, en 1994, mais a été acquitté en appel en 1996 en raison d’un manque de preuves.

Inculpé en décembre 1996 pour l’enlèvement et l’agression de sa femme en 1992, qui a demandé le divorce et a accusé Pacciani après son acquittement.

Il a passé ses dernières années en isolement, verrouillant toutes les portes et fenêtres la nuit, jusqu’à ce qu’il soit retrouvé mort, le pantalon baissé et un pull autour du cou, en 1998.

Mort causée par un médicament anti-asthmatique fortement contre-indiqué aux cardiaques comme Pacciani, qui n’était pas asthmatique ; sa mort a été enquêtée comme un meurtre

  • Francesco Narducci (décédé le  13 octobre 1985)

Médecin et professeur d’université à Pérouse

Membre de l’une des familles les plus riches de Pérouse et de toute l’Italie

Retrouvé mort dans le lac Trasimène quelques semaines après le dernier meurtre.

Le décès a été conclu à une noyade accidentelle et aucune autopsie n’a été pratiquée, alors que la loi l’exige.

L’intérêt a refait surface au début des années 2000 après qu’un gang ait proféré des menaces téléphoniques à l’encontre d’une femme, affirmant qu’ils allaient l’assassiner comme ils l’avaient fait pour Pacciani et Narducci, qui étaient soi-disant membres d’un culte satanique et avaient été éliminés pour l’avoir trahi.

Une exhumation en 2002 a permis d’établir que le corps dans la tombe de Narducci n’appartenait pas à ce dernier, mais à un homme non identifié, qui avait effectivement été assassiné.

Il aurait été assassiné par une loge maçonnique dont son père était membre et qui aurait échangé le corps afin de dissimuler le meurtre de Narducci.

Le père a affirmé que Narducci s’était suicidé après avoir été diagnostiqué d’une maladie incurable, mais n’a donné aucune explication quant à la raison pour laquelle le corps avait été échangé.

Considéré comme un « habitué de l’environnement lié aux crimes [du monstre] ». par un juge d’instruction, citant « de nombreuses déclarations de personnes informées ».

Finalement, il a été accusé d’être le meneur des « Picknicking Friends ». ou le groupe occulte derrière eux

En 2012, le juge préliminaire a contesté toutes les conclusions précédentes et a conclu que le corps était en fait celui de Narducci, qu’il s’était suicidé à la suite d’une overdose de Demerol, et qu’il n’était en aucun cas lié aux meurtres du Monstre

La décision a été contestée par le procureur de Pérouse, Giuliano Mignini, et son appel a été accepté par la Cour suprême en 2013.

  • Francesco Calamandrei (c. 1941 – 1er mai 2012)

Pharmacien

Accusé deux fois par son ex-femme d’être le Monstre en 1988 et 1991.

Rien de suspect n’a été découvert et il a été décidé qu’elle avait agi pour se venger du fait que Calamandrei l’avait quittée pour une autre femme.

Son ex-femme a été reconnue malade mentale en 2000 et envoyée dans une clinique.

Une nouvelle enquête a été menée après la prise de fonction de Giuttari en 2004, et la responsabilité de ce dernier a été écartée en 2008.

Décédé de causes naturelles

  • Giancarlo Menichetti (Tué le 16 octobre 1998)

Garde assermenté.

dans la nuit de jeudi à vendredi, un agent de sécurité de 52 ans, dans la zone industrielle de Cerbaia, a été abattu par un fusil de chasse tenu par l’ex-collègue Lorenzo Boretti qui était convaincu que Menichetti était le monstre de Florence. En effet Boretti précise que l’homme (Menichetti) aurait fait partie d’une secte à laquelle Pietro Pacciani était également affilié. À cet égard, Boretti a écrit un mémoire remis aux enquêteurs. Le 19 après-midi, les funérailles de Giancarlo Menichetti ont eu lieu dans l’église de Santa Liberata à Cerreto Guidi, sa ville natale.

Pourquoi le maniaque est si difficile à attraper

Depuis le premier double meurtre attribué au Mostro en 1974 jusqu’à 1985, le Monstre de Florence avait réussi à échapper à la capture.

Le magistrat Francesco Fleury, qui travaillait sur l’affaire en 1985, s’est vu demander pourquoi ils n’avaient pas réussi à attraper le tueur. Fleury a énuméré les raisons suivantes pour lesquelles le cas de Mostro est si difficile à résoudre :

  • le tueur semble travailler seul, ce qui le rend plus difficile à attraper que lorsqu’il y a plus de personnes impliquées et que les indices sont plus faciles à trouver.
  • le meurtrier n’a aucun lien avec les victimes, ce qui rend impossible l’établissement de liens entre les crimes et le mobile.
  • les victimes sont choisies au hasard, avec désinvolture, par simple commodité, il n’y a donc pas de modèle à suivre.
  • les meurtres sont exécutés très rapidement, en moins de dix minutes le tueur a disparu.
  • les pauses entre les meurtres sont très longues pour que le Mostro ait le temps de se regrouper et de planifier parfaitement.
  • Ce n’est qu’en 1982 qu’ils ont découvert le lien avec les meurtres de 1968, un facteur important dont le lien n’a pas encore été compris.
Titre d'un journal de Florence en 1984 sur la grève de Mostro.
Titre d’un journal de Florence en 1984 sur la grève de Mostro.

Maurizio Cimmino, l’un des principaux enquêteurs de la police, a donné des raisons supplémentaires :

  • la zone où frappe le Monstre de Florence est très vaste, toute la campagne autour de Florence
  • le tueur travaille dans des endroits sombres et boisés, presque impossible à surveiller et à contrôler.
  • le tueur n’a jamais été vu par aucun témoin, ce qui signifie qu’il s’assure que la zone est totalement sûre avant d’agir.
  • il agit toujours la nuit
  • il n’a aucun motif logique, ne laissant aux enquêteurs aucune piste à suivre.

D’autres facteurs ont également contribué à la difficulté de l’affaire du Monstre de Florence.

Dans un premier temps, la police a tenté de résoudre les crimes par les « moyens traditionnels », en examinant la vie des victimes, en interrogeant les ex-petits amis de la victime féminine ou simplement en essayant de trouver un lien logique avec les personnes impliquées.

Cela signifie que du temps a été perdu en recherches infructueuses dans toutes les mauvaises directions.

Le fait est que la police italienne était habituée à travailler sur des homicides de type « standard », tels que les crimes passionnels ou les affaires de mafia.

Ils n’avaient tout simplement pas d’expérience dans le traitement d’un tueur en série et n’avaient pas d’expertise pour les crimes de ce genre.

Un homme va au procès

En 1985, juste après le crime des deux touristes français, la police a reçu une lettre anonyme l’invitant à enquêter sur un certain Pietro Pacciani, « un homme dangereux et violent qui maltraite sa femme et ses filles ».

En fait, Pacciani a été reconnu coupable de violences physiques sur sa femme et de viols sur ses deux filles et a purgé une peine de prison pour ces crimes de 1987 à 1991.

Pietro Pacciani, accusé et jugé pour être le Monstre de Florence
Pietro Pacciani, accusé et jugé pour être le Monstre de Florence

De plus, après le crime de 1985, la brigade anti-monstres, dirigée par Ruggero Perugini, a décidé d’essayer d’attraper le Mostro en utilisant un nouvel outil – l’ordinateur personnel. Pour ce faire, les enquêteurs ont obtenu des pénitenciers des listes de noms d’hommes qui avaient – à un moment donné de leur vie – été impliqués dans des crimes à caractère sexuel, mais qui étaient sortis de prison lorsque tous les crimes de Florence ont été commis. Après avoir éliminé de nombreux noms et établi une « liste restreinte », Pietro Pacciani a été retenu comme candidat potentiel pour Mostro. Avec la lettre anonyme, la police a commencé à considérer cet homme comme un suspect. En fouillant dans son passé, ils ont découvert qu’à l’âge de 26 ans, Pacciani avait poignardé un homme à mort en 1951.

L’histoire se déroulait comme suit :

Pacciani a vu sa petite amie de l’époque avec un autre homme, partir à la campagne. Il les a suivis, et quand les deux ont commencé à devenir intimes, il a sauté et a poignardé l’homme à mort. Il a ensuite forcé sa petite amie à avoir des relations sexuelles avec lui à côté du cadavre de l’homme, et a également volé le portefeuille de l’homme. Pacciani a été condamné pour ce crime et a passé 13 ans derrière les barreaux. Ce passé sordide, ainsi que la lettre anonyme et les résultats du dépistage informatique, ont conduit Pacciani à devenir le prochain suspect dans l’affaire du Monstre de Florence.

Qui était Pietro Pacciani ?

Pacciani a travaillé principalement comme ouvrier agricole toute sa vie, il n’a pas fait d’études et était considéré comme un être humain répugnant, d’une nature très violente.

Il était connu pour son manque de patience et sa tendance à se mettre en colère à la moindre provocation.

Les filles de Pacciani ont témoigné lors de son procès que non seulement il les violait et abusait physiquement d’elles et de leur mère, mais qu’il nourrissait également la famille avec de la nourriture pour chiens afin de faire des économies.

Pacciani s'exprime dans la salle d'audience contre les accusations
Pacciani s’exprime dans la salle d’audience contre les accusations

Pacciani était aussi un avare, un menteur chronique (pour donner un exemple, bien qu’il ait fait de la prison pour meurtre et viol, pendant son procès pour être le Monstre de Florence, Pacciani a répété à plusieurs reprises qu’il n’avait « jamais fait de mal à une âme » dans sa vie), et un voyeur connu.

Il était également un artiste et un poète autodidacte dont les passe-temps étaient la peinture, le dessin et l’écriture  de poèmes. Cette combinaison de comportements primitifs et bestiaux, associée à des penchants artistiques, a fait penser aux enquêteurs que Pacciani pouvait être la personne responsable de crimes aussi violents mais parfaitement orchestrés. Pacciani a été jugé pour cette affaire lors d’un procès basé exclusivement sur des preuves circonstancielles très fragiles.

Malgré cela, Pacciani a été reconnu coupable en 1994.

Le procès de Pacciani avait été diffusé à la télévision nationale et la pression du public pour que l’affaire du Monstre de Florence soit enfin résolue était énorme.

Cela a sans doute joué un rôle important dans la condamnation de Pacciani.

La vidéo ci-dessous montre quelques images du procès : le procureur vient de demander que les photos de la scène de crime d’une victime féminine soient montrées à la cour. Bien qu’aucune photo graphique des victimes n’ait jamais été rendue publique, la réaction des carabiniers à la vision des images est suffisamment éloquente pour comprendre la nature violente des crimes de Mostro. Cependant, comme les preuves contre Pacciani étaient si faibles, lorsque l’affaire a été portée devant la cour d’appel, la condamnation initiale n’a pas été maintenue.

Le verdict a été annulé et Pacciani a été libéré en 1996.

Preuves contre Pacciani

Les preuves contre Pacciani comprenaient :

  • un bloc-notes et un porte-savon de fabrication allemande, censés avoir appartenu aux victimes allemandes
  • Une balle de calibre 22 trouvée profondément enterrée dans le potager de Pacciani.
  • des témoins qui ont vu une voiture ressemblant à celle de Pacciani près de certaines scènes de crime.
  • le fait que Pacciani ait vécu près de certaines des scènes de crime.

La cour d’appel a rejeté toutes ces preuves comme ne prouvant rien avec certitude.

Le juge d’absolution a même fait allusion au fait que la prétendue balle de calibre 22 trouvée dans le jardin pourrait avoir été placée par les enquêteurs désireux de condamner Pacciani.

La route de Baccaiano où Paolo Mainardi a tenter de s'échapper
La route de Baccaiano où Paolo Mainardi a tenter de s’échapper

Les raisons pour lesquelles Pacciani a été disculpé:

  • le tueur en série est considéré comme impuissant, alors que Pacciani était considéré comme sur-sexué : il avait une femme, des amants et allait souvent voir des prostituées (et rappelez-vous qu’en 1951 il a forcé sa petite amie à avoir des relations avec lui près du cadavre de son rival)
  • l’argent et les autres objets de valeur n’ont jamais été volés aux victimes du monstre, et Pacciani était un avare connu qui profitait de toutes les occasions de se faire de l’argent facile (rappelez-vous, il avait même volé le portefeuille de l’homme après le meurtre de 1951 pour lequel il a été condamné)
  • il avait 60 ans au moment de l’attaque de 1985, et souffrait en outre d’un problème cardiaque, il était peu probable qu’il ait pu rattraper le jeune athlète de 25 ans qui avait couru pour sauver sa vie.
  • le monstre était estimé à 1 mètre 80 centimètres, et Pacciani ne mesurait que 1,60.
  • Pacciani avait un alibi pour le samedi soir précédant le crime de 1985, qui est considéré par beaucoup comme la date réelle à laquelle le couple a été attaqué (les procureurs ont été soupçonnés de changer commodément la date officielle au dimanche pour faire condamner Pacciani).

Les cohortes supposées de Pacciani…

Un deuxième procès a ensuite eu lieu sur la base de la déposition de témoins « vedettes » que l’accusation a fait venir au tribunal au moment où la condamnation initiale de Pacciani était sur le point d’être annulée.

Ces personnes ont affirmé avoir été présentes lors d’un ou plusieurs des crimes.

Il s’agit notamment de une prostituée, Gabriella Ghiribelli, son « gardien » Norberto Galli, et un ami de Pacciani nommé Giancarlo Lotti.

Giancarlo Lotti, qui a avoué avoir participé aux crimes.
Giancarlo Lotti, qui a avoué avoir participé aux crimes.

Selon Ghiribelli et Galli, la voiture de Giancarlo Lotti était garée tout près du lieu de l’attentat de 1985, la nuit du crime.

Cela a conduit la police à enquêter davantage sur Lotti.

Après avoir obtenu des preuves par le biais d’écoutes téléphoniques, Lotti a fini par avouer avoir été présent lors de certains des crimes commis par le Monstre de Florence.

  • Selon Lotti, c’est Pacciani qui a tiré sur les victimes et un ami de Pacciani, Mario Vanni, qui a utilisé le couteau pour mutiler.
  • Lotti, au départ, a dit que son rôle était juste d’être aux aguets pour s’assurer que personne n’arrivait.
  • Mais plus la police faisait pression sur lui, plus il avouait, jusqu’à ce qu’il finisse par avouer avoir également appuyé sur la gâchette du camping-car allemand en 1983, abattant les deux touristes.

Cela a conduit au seul procès et à la seule condamnation confirmée dans l’affaire du Monstre de Florence : Giancarlo Lotti et Mario Vanni ont été condamnés et envoyés en prison.

À la lumière de l’accusation de Lotti, un nouveau procès est prévu pour Pietro Pacciani, mais il n’aura jamais lieu.

Pacciani est mort d’une crise cardiaque en 1998.

Malgré le procès et la condamnation de Lotti et Vanni, le consensus général est que l’affaire du Monstre de Florence reste ouverte.

Le principal informateur ayant conduit à ces condamnations est Giancarlo Lotti, qui a en partie avoué les fusillades, mais Lotti n’a pas été considéré comme un témoin fiable par beaucoup.

À l’époque, il était alcoolique et vivait dans une maison de transition sans aucun moyen de subsistance.

On pense généralement que ses aveux étaient motivés par le désir d’obtenir une certaine reconnaissance et d’améliorer ses conditions de vie, aussi étrange que cela puisse paraître, en allant en prison où on lui garantirait au moins un toit et trois repas par jour.

Antonio Segnini, auteur de l’ebook « La vérité sur le monstre de Florence », a cependant une autre théorie sur Giancarlo Lotti et ses aveux (voir les théories ci-dessous).

Différentes théories sur l’identité du Monstre

Il y a plusieurs théories derrière les meurtres du Monstre de Florence.

La théorie de Mario Spezi

Mario Spezi est un journaliste qui s’est rendu sur les lieux du crime et a couvert l’affaire de première main à partir de 1981. Spezi est convaincu que le tueur est lié au clan sarde qui a été impliqué dans le premier meurtre en 1968. La théorie de Spezi résout toute la question de l’arme et de la façon dont le même pistolet a été utilisé par les tueurs du Monstre.

Mario Spezi
Mario Spezi

Selon sa théorie, une personne liée au clan s’est emparée de l’arme et l’a utilisée pour commettre des crimes « copieurs ».

Il va jusqu’à suggérer une personne spécifique comme étant le tueur.

Spezi étaye sa théorie en soulignant que la personne en question – bien qu’il s’agisse d’un petit délinquant – n’était pas en prison au moment où les crimes ont été commis et qu’il se trouve qu’elle était absente de Florence entre 1974 et 1981, année où aucun meurtre n’a été commis. Pour étayer sa théorie, Spezi précise également que cet individu avait vu son mariage annulé, le motif officiel étant « l’incapacité de procréer », ce qui peut être interprété comme « l’impuissance ». M. Spezi a été le premier à inventer l’expression « Il Mostro di Firenze » et a écrit trois livres sur le sujet. Son dernier livre, coécrit avec Douglas Preston, s’intitule « The Monster of Florence » et constitue l’un des récits les plus précis, les plus actuels et les plus dramatiques de l’histoire. Spezi expose en détail sa théorie sur l’identité du monstre et la manière dont il est parvenu à sa conclusion (dans l’édition anglaise du livre, la véritable identité du monstre de Spezi est clairement indiquée).

La théorie de Nino Filastò

Nino Filastò est l’avocat qui a défendu Mario Vanni, l’un des deux hommes convaincus d’être les complices de Pacciani. Filastò pense que les tueries du Monstre de Florence ont commencé en 1968 et non en 1974, donc l’arme n’a pas changé de mains des Sardes au maniaque de Florence. Selon Filastò, les Sardes et Mele n’ont rien à voir avec le crime de 1968, qui a été commis par le Monstre.

Nino Filastò
Nino Filastò

Sa propre théorie est que le tueur est – ou prétend être – un membre des forces de police. Pour justifier sa théorie, Filastò cite le fait qu’à quelques reprises, la carte grise de la voiture du couple assassiné a été retrouvée sur le plancher du véhicule, juste sous le siège du conducteur, comme si elle avait été sortie pour être montrée. Selon la théorie de Filastò, le tueur s’est approché de la voiture en prétextant être un policier effectuant un contrôle aléatoire, puis a ouvert le feu sur les victimes.Une autre fois, un témoin anonyme a confié à Filastò que, juste avant l’un des meurtres, il avait vu une voiture de police à l’allure suspecte passer lentement dans la zone qui allait devenir le lieu du crime. Le témoin a déclaré que la voiture de police semblait « repérer » la zone et était d’autant plus étrange qu’elle était conduite par un policier seul, alors qu’en Italie, les policiers ne patrouillent généralement pas seuls, mais avec un partenaire. Filastò émet l’hypothèse que le tueur agit seul et commet ses crimes à des jours correspondant à une sorte d’événement religieux ou cultuel. Il étaye encore sa théorie en montrant comment le tueur a manipulé le travail de la police sur cette affaire. Par exemple, Filastò pense que c’est le Mostro qui a envoyé la coupure de presse sur le crime de 1968, afin d’envoyer la police sur une fausse piste. Selon sa théorie, cela donne l’impression de quelqu’un qui est « au courant » de ce que fait la police, ce que seul un membre de la police peut savoir.

Théorie de Michele Giuttari

Michele Giuttari a été l’enquêteur principal de la police sur l’affaire Monster de 1995 à 2003. Giuttari croit en ce qui a été considéré comme la solution officielle aux crimes et qui était en grande partie le résultat de sa propre enquête sur l’affaire.

Michele GiuttariSelon Giuttari, Pacciani était le tueur, travaillant avec ses cohortes, Mario Vanni et Giancarlo Lotti qui l’ont aidé à exécuter les meurtres.

Les trois hommes – selon la solution officielle de l’affaire – ont agi sur commission, étant payés pour les parties du corps qu’ils ramenaient à une personne qui avait ordonné les crimes. Le « commissaire » des crimes était censé être une personne mystérieuse appartenant à l’élite sociale, comme un médecin ou un professeur distingué. Giuttari pense que les parties du corps ont ensuite été utilisées dans des rituels sataniques ou des orgies fétichistes, des messes noires ou des offrandes diaboliques par une secte satanique qui se déroulait dans un environnement souterrain qui n’a cependant jamais été découvert. Giuttari étaye ces idées en se référant à ce qu’il considère comme des preuves mettant en évidence la relation entre les crimes et le culte du diable.

Par exemple, une étrange pierre octogonale en forme de pyramide a été trouvée sur l’une des scènes de crime, ainsi qu’un cercle de pierres avec une croix au milieu à proximité.

Giuttari pense qu’il s’agit de symboles utilisés par les cultes sataniques.

Pierre octogonale probablement utilisée pour le culte du diable
Pierre octogonale probablement utilisée pour le culte du diable
Cercle de pierres probablement utilisé pour des cérémonies sataniques
Cercle de pierres probablement utilisé pour des cérémonies sataniques

Giuttari a consacré des années à enquêter sur l’identité de la personne qui a payé pour faire exécuter ces actes, et a même créé une équipe spéciale à cet effet, baptisée « Gides ». Deux hommes ont finalement fait l’objet d’une enquête, un médecin de Pérouse (qui était mort dans des circonstances mystérieuses) et un pharmacien d’une ville proche de Florence, San Casciano (la ville où vivait Pietro Pacciani). Les deux hommes ont cependant été complètement absous de toute accusation et aucun « commissaire » n’a jamais été trouvé pour les meurtres de monstres.

Giuttari a cependant continué à écrire plusieurs livres inspirés par ces expériences et est maintenant un écrivain de fiction qui écrit des romans policiers.

Théorie d’Antonio Segnini

Antonio Segnini, auteur de « la vérité sur le monstre de Florence », un livre électronique écrit en italien (« la Verità sul Mostro di Firenze »).Segnini prend des risques et dit clairement qui est le monstre selon lui : Giancarlo Lotti. Sa théorie est la suivante : Lotti était un voyeur qui, en 1968, espionnait Barbara Locci et son amant dans la voiture.

Giancarlo LottiCaché dans l’obscurité, il a été un témoin involontaire du double meurtre commis par la famille de Mele qui a ensuite prévu de faire accuser Salvatore Vinci de ce crime. L’arme a été laissée sur le sol exprès, pour mieux encadrer Vinci, probablement parce que c’est Salvatore Vinci qui a vendu l’arme au clan Mele.  Lotti, qui s’était caché dans le noir, a ramassé l’arme et l’a gardée.  Ce double meurtre l’inspire alors pour « trouver une identité », en reproduisant des crimes similaires et en devenant le Monstre de Florence. En tant que personne, Lotti était un paria social qui n’avait pratiquement pas d’amis et n’avait jamais eu de relation amoureuse avec une femme.

La théorie de Segnini est qu’il a tué pour se sentir important, pour lire ses actes dans le journal, pour entendre tous les gens de la ville parler de ce qu’il avait fait.

En effet, Lotti possède de nombreux traits répertoriés dans les profils du Monstre de Florence et avait la bonne taille et le bon âge (il est maintenant décédé).

Selon Segnini, Lotti a avoué et accusé Vanni et Pacciani pour pouvoir rejeter la plus grande partie de la responsabilité sur les autres et obtenir ainsi une peine beaucoup plus légère pour lui-même.

Sa confession était aussi un moyen d’expliquer pourquoi il y avait des preuves contre lui.

En affirmant qu’il se trouvait sur les scènes de crime uniquement « pour monter la garde » et « qu’il n’a tiré qu’une seule fois, sur les touristes allemands », il a expliqué, de manière crédible, pourquoi sa voiture a été vue dans la région, sans pour autant admettre sa totale responsabilité.

Segnini croit que Lotti était le seul Monstre de Florence.

Théorie de Francesco Bruno

Francesco Bruno, professeur universitaire de criminologie qui a longuement étudié le cas du Monstre, pense que le tueur fait partie d’un culte satanique qui tue pour fournir des sacrifices à la magie noire.

Bruno va jusqu’à dire que le Mostro laisse des messages cryptiques à la police, par exemple, le « b » manquant dans le mot « repubblica » n’est pas, comme beaucoup le croient, une erreur d’orthographe.

Bruno pense que le tueur a intentionnellement omis la lettre afin de suggérer qu’il vivait dans une ville dont le nom commence par la lettre « b », comme Bagno a Ripoli, un quartier du sud de Florence.

Théorie de Paolo Cochi

Paolo Cochi, auteur et réalisateur du documentaire « I Delitti del Mostro di Firenze » (« les crimes du monstre de Florence »), estime que le tueur est une personne qui, selon toute vraisemblance, « n’a jamais été soupçonnée ou n’a jamais fait l’objet d’une enquête ».

L’affaire du Monstre de Florence aujourd’hui

Croix à l'endroit où sont morts Pia Rontini et Claudio Stefanacci
Croix à l’endroit où sont morts Pia Rontini et Claudio Stefanacci

Des livres sont encore écrits, des forums Internet sont activement fréquentés, des téléfilms et des documentaires sont encore tournés en Italie sur le Mostro di Firenze. En 2013, une convention s’est tenue à Florence, intitulée « Première convention nationale sur le monstre de Florence », à laquelle ont participé de nombreuses personnes impliquées dans les enquêtes et les affaires judiciaires. Il est donc clair que l’intérêt pour cette affaire est très vif.

Il est également vrai que – malgré les convictions de Lotti et Vanni – la réponse à la question : Qui était (est ?) le Monstre de Florence ?

Nous n’avons pas encore trouvé !!!!

Sources : http://insufficienzadiprove.blogspot.com , wikipedia

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings