Allan Legere « Le Monstre de Miramichi » – Le Blog De L'Etrange
Criminalité

Allan Legere « Le Monstre de Miramichi »

Allan Legere est né le 13 février 1948 à Chatham, au Nouveau-Brunswick. Grand homme imposant, il était aussi connu sous le nom de « Monstre de la Miramichi ». En examinant la vie d’Allan dans sa jeunesse, on peut dire que dans ses dernières années, Allan a eu des problèmes avec la loi. Son père n’était pas dans le coup, et son beau-père, parti un soir pour aller au magasin, n’est jamais revenu.

Son comportement sexuel déviant s’est manifesté très tôt dans sa vie. Sa famille n’était pas très aisée ; sa famille était soutenue par sa mère célibataire. Allan était entassé dans une chambre individuelle qu’il partageait avec ses sœurs. Selon les propres termes d’Allan, il se masturbait souvent en regardant ses sœurs se déshabiller. Ce comportement s’est poursuivi en grandissant, Allan devenant un voyeur dans les chambres des femmes pendant qu’il se masturbait.

Il aimait faire de l’exercice et était fier de son physique. C’était un grand homme musclé, et si vous imaginez à quoi Paul Bunyan aurait pu ressembler, il y a de fortes chances que vous imaginiez quelqu’un qui ressemble à Allan.

Allan était un peu obsédé par la religion. Une fois, il a fait peur aux gens en se précipitant dans une église torse nu et en proclamant qu’il était le seul vrai chemin vers Dieu, et que ce n’est qu’en acceptant Allan comme leur vrai sauveur qu’ils pourraient accéder au ciel.

À un moment donné, en 1979, Allan a eu des ennuis avec la police pour s’être battu et avoir poignardé un homme au visage avec une bouteille de bière cassée et l’avoir tordue, lui ayant presque coupé la joue. Allan a même sorti un couteau lorsqu’ils sont venus l’arrêter pour l’assaut.

Le 21 juin 1986, Allan et deux autres personnes, Todd Matchett et Scott Curtis, décident de dévaliser un dépanneur appartenant au couple âgé John et Mary Glendenning. Ils ont coupé le courant du bâtiment avant d’entrer, tendant une embuscade au couple. Allan était convaincu qu’il y avait un coffre-fort que John et Mary avaient caché quelque part.

« Où est le coffre-fort ? » criait-il à John et quand John lui disait qu’il n’en avait pas, Allan le battait sévèrement. Allan continuait à battre John, puis passait à Mary lorsqu’il n’obtenait pas la réponse qu’il souhaitait. Allan a perdu conscience et malheureusement, il ne s’est jamais réveillé. John est mort pendant que le trio le battait, puis violé sa femme Mary.

Mary se réveillera plus tard et elle ne pourra plus marcher tant elle a été battue. Après avoir lentement rampé jusqu’à un téléphone, la femme âgée a pu appeler la police. La police a rapidement pu trouver et arrêter les trois hommes.

Todd Matchett a plaidé coupable pour le meurtre de John Glendenning. Allan et Scott Curtis ont été condamnés lors du procès.

Allan Legere est condamné à la prison à vie et est envoyé dans une prison de sécurité maximale à Renous, au Nouveau-Brunswick. Une information cruciale qui aurait probablement dû être transmise à la prison est que pendant le procès d’Allan, il a réussi à crocheter la serrure de ses menottes pour tenter de s’échapper.

Allan Legere était sournois. Il enfonçait constamment un morceau de métal dans son oreille jusqu’à ce qu’il se donne une otite. Lorsqu’il a été escorté à l’hôpital pour le traitement de l’otite, il a demandé à aller aux toilettes une fois sur place. En raison d’une grave erreur de jugement, Allan a été autorisé à utiliser les toilettes sans surveillance. Il avait dissimulé un morceau de métal aiguisé dans son rectum et a pu crocheter la serrure de ses menottes. En sortant des toilettes avec le morceau de métal comme arme, il a pu s’échapper vers le parking de l’hôpital.

Sur le parking de l’hôpital, Allan a enlevé une femme nommée Peggy Olive et l’a fait monter de force dans sa voiture pour l’éloigner de l’hôpital. Allan a réussi à échapper à la police et Peggy est sortie indemne de l’hôpital.

Allan a été en fuite de la police pendant sept mois. Alors qu’il a échappé à la police, il a assassiné quatre autres personnes : incendie criminel et agressions sexuelles multiples.

Annie Flam, première victime d’Allan Légère le 28 mai 1989 à Chatham

Alors qu’il fuyait la police, Allan a impitoyablement battu et tué la propriétaire du magasin Annie Flam, et il a battu et violé la soeur d’Annie, Nina. Les Flams tenaient une épicerie dans laquelle était construit leur appartement. Après l’agression et le meurtre, Allan a mis le feu à l’épicerie afin de dissimuler ses crimes. Les travailleurs des services d’urgence trouvaient l’épicerie en feu. Nina a été gravement battue et brûlée, mais elle a survécu à l’épreuve.

Nina a dit à la police qu’elle avait entendu des pas monter les escaliers de sa chambre, et quand elle s’est levée pour enquêter sur le bruit, un homme s’était précipité dans sa chambre. L’homme a facilement maîtrisé Nina et l’a attachée, battue puis violée. Il l’a ensuite ramenée dans son lit, bien serrée. Nina a pu se détacher et se libérer des draps et s’est frayée un chemin à travers la fumée et les flammes, mais elle s’est effondrée au pied de son escalier. La police a découvert que sa soeur Annie avait subi une attaque similaire.

Linda et Donna Daughney furent sauvagement assassinées par Légère à New-Castle, Nouveau-Brunswick le 14 octobre 1989

Le 13 octobre 1989, à Newcastle, au Nouveau-Brunswick, les sœurs Donna et Linda Daughney ont été attaquées et assassinées. Les pompiers ont trouvé la maison des Daughney en train de brûler violemment. Les soeurs avaient été battues et violées, leurs corps ayant été gravement brûlés dans l’incendie.

Allan ne se rendait pas compte qu’un nouveau type de preuves médico-légales était recueilli à partir de ses crimes. Des preuves ADN. Grâce à un nouveau laboratoire ouvert à Ottawa, la police a pu établir un lien entre Allan Legere et les meurtres d’Annie et Nina Flam, et de Donna et Linda Daughney.

le père James Smith fut battu à mort par le « Monstre de la Miramichi » à Chatham Head

Alors que la police reliait Allan à ces crimes, il a frappé à nouveau. Le 16 novembre, à la Nativité de l’église de la Sainte Vierge Marie à Chatham Head, la congrégation a attendu l’arrivée du père James Smith pour faire son sermon. Comme il n’arrivait pas, certains membres inquiets sont allés le chercher dans le presbytère voisin. Ce qu’ils ont découvert était une scène horrifiante. Il y avait du sang partout dans la cuisine du presbytère et le père James Smith a été retrouvé mort sur le sol de son bureau, près de son coffre-fort.

La police a découvert que le père Smith avait été torturé lors d’une attaque physique prolongée, et son corps présentait des blessures dévastatrices. On suppose qu’Allan a torturé le père Smith pour qu’il ouvre le coffre-fort. Allan n’a pas mis le feu cette fois-ci et a laissé de grosses empreintes de pas ensanglantées partout sur les lieux.

La voiture du père Smith a été retrouvée plus tard près d’un motel et contenait une paire de bottes ensanglantées qui correspondaient aux empreintes de pas trouvées dans le presbytère. Une semaine plus tard, Allan détournait un taxi sous la menace d’une arme, demandant à être conduit à Miramichi. Exigeant que le chauffeur aille plus vite que ne le permettaient les conditions, le chauffeur de taxi a perdu le contrôle et a fini par mettre le taxi dans le fossé.

Allan a fait signe à une autre voiture et a pris le conducteur de cette voiture en otage et le chauffeur de taxi en otage également. Lorsque cette voiture a eu besoin d’essence, le trio s’est arrêté à une station-service sur le bord de la route et Allan a fait le plein du véhicule, emportant les clés de la voiture avec lui. Lorsqu’il est entré dans la station pour payer, les deux otages ont démarré la voiture avec un jeu de clés de rechange et sont partis en courant. Ils se sont arrêtés et ont téléphoné à la police dès qu’ils ont pensé que c’était sûr.

Allan a été arrêté alors qu’il tentait de détourner un camion et s’est rendu lorsqu’il s’est rendu compte que la police l’avait encerclé.

Alan est retourné en prison pour purger le temps restant de sa précédente condamnation et en octobre 1991, il allait être reconnu coupable de 4 chefs d’accusation de meurtre au premier degré, après seulement trois heures de délibération dans la première affaire de l’histoire canadienne où l’accusation était basée presque entièrement sur des preuves médico-légales et d’ADN.

Allan a été condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pendant au moins 25 ans et envoyé à la prison de sécurité maximale de Ste-Anne-Des-Plaines, au Québec. En 2015, il a été transféré dans une prison à sécurité maximale en Alberta.

La chasse à l’homme pour Allan Legere a été l’une des plus grandes jamais menées dans l’histoire du Canada. Même à 70 ans, Allan Legere est considéré comme un risque d’évasion. Legere a été décrit comme un maître de la manipulation et a tenu une liste des personnes qui lui ont fait du tort.

Allan Legere mérite de passer le reste de ses jours derrière les barreaux et n’a jamais montré de remords pour ses crimes. Si jamais il était à nouveau capable de sortir en public, je ne doute pas qu’il commettrait d’autres crimes et constituerait certainement une menace importante pour la sécurité publique. J’ai l’impression qu’il serait du genre à « sortir avec un coup », mais pour l’instant, il est exactement là où il mérite d’être.

Afficher plus

Reynald

J'ai crée ce site en 2006 car j'étais un passionné de paranormal et je voulais partager ma passion avec les gens qui ont la même passion. Cela fait maintenant 14 ans que le site est ouvert et qu'il regroupe a peu pres tout ce qui touche le paranormal. Obsédé par la chasse aux fantômes et toutes les choses paranormales. Je passe beaucoup de temps (certains diraient trop de temps) à enquêter sur les fantômes et les esprits et à documenter les histoires et la communication paranormale..Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctions de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Décliner
Politique de confidentialité et de cookies
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active

Qui sommes-nous ?

Texte suggéré : L’adresse de notre site est : https://leblogdeletrange.net.

Commentaires

Texte suggéré : Quand vous laissez un commentaire sur notre site, les données inscrites dans le formulaire de commentaire, ainsi que votre adresse IP et l’agent utilisateur de votre navigateur sont collectés pour nous aider à la détection des commentaires indésirables. Une chaîne anonymisée créée à partir de votre adresse e-mail (également appelée hash) peut être envoyée au service Gravatar pour vérifier si vous utilisez ce dernier. Les clauses de confidentialité du service Gravatar sont disponibles ici : https://automattic.com/privacy/. Après validation de votre commentaire, votre photo de profil sera visible publiquement à coté de votre commentaire.

Médias

Texte suggéré : Si vous téléversez des images sur le site, nous vous conseillons d’éviter de téléverser des images contenant des données EXIF de coordonnées GPS. Les personnes visitant votre site peuvent télécharger et extraire des données de localisation depuis ces images.

Cookies

Texte suggéré : Si vous déposez un commentaire sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer votre nom, adresse e-mail et site dans des cookies. C’est uniquement pour votre confort afin de ne pas avoir à saisir ces informations si vous déposez un autre commentaire plus tard. Ces cookies expirent au bout d’un an. Si vous vous rendez sur la page de connexion, un cookie temporaire sera créé afin de déterminer si votre navigateur accepte les cookies. Il ne contient pas de données personnelles et sera supprimé automatiquement à la fermeture de votre navigateur. Lorsque vous vous connecterez, nous mettrons en place un certain nombre de cookies pour enregistrer vos informations de connexion et vos préférences d’écran. La durée de vie d’un cookie de connexion est de deux jours, celle d’un cookie d’option d’écran est d’un an. Si vous cochez « Se souvenir de moi », votre cookie de connexion sera conservé pendant deux semaines. Si vous vous déconnectez de votre compte, le cookie de connexion sera effacé. En modifiant ou en publiant une publication, un cookie supplémentaire sera enregistré dans votre navigateur. Ce cookie ne comprend aucune donnée personnelle. Il indique simplement l’ID de la publication que vous venez de modifier. Il expire au bout d’un jour.

Contenu embarqué depuis d’autres sites

Texte suggéré : Les articles de ce site peuvent inclure des contenus intégrés (par exemple des vidéos, images, articles…). Le contenu intégré depuis d’autres sites se comporte de la même manière que si le visiteur se rendait sur cet autre site. Ces sites web pourraient collecter des données sur vous, utiliser des cookies, embarquer des outils de suivis tiers, suivre vos interactions avec ces contenus embarqués si vous disposez d’un compte connecté sur leur site web.

Utilisation et transmission de vos données personnelles

Texte suggéré : Si vous demandez une réinitialisation de votre mot de passe, votre adresse IP sera incluse dans l’e-mail de réinitialisation.

Durées de stockage de vos données

Texte suggéré : Si vous laissez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver automatiquement les commentaires suivants au lieu de les laisser dans la file de modération. Pour les comptes qui s’inscrivent sur notre site (le cas échéant), nous stockons également les données personnelles indiquées dans leur profil. Tous les comptes peuvent voir, modifier ou supprimer leurs informations personnelles à tout moment (à l’exception de leur identifiant). Les gestionnaires du site peuvent aussi voir et modifier ces informations.

Les droits que vous avez sur vos données

Texte suggéré : Si vous avez un compte ou si vous avez laissé des commentaires sur le site, vous pouvez demander à recevoir un fichier contenant toutes les données personnelles que nous possédons à votre sujet, incluant celles que vous nous avez fournies. Vous pouvez également demander la suppression des données personnelles vous concernant. Cela ne prend pas en compte les données stockées à des fins administratives, légales ou pour des raisons de sécurité.

Où vos données sont envoyées

Texte suggéré : Les commentaires des visiteurs peuvent être vérifiés à l’aide d’un service automatisé de détection des commentaires indésirables.
Save settings
Cookies settings